banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Politique (4626)

L’Union pour le renouveau démocratique (Urd) a plaidé pour une solution durable au problème des bourses des étudiants.

La direction politique exécutive (Dpe) de l’Urd manifeste « toute » sa sympathie aux nombreuses victimes des violences du mardi 15 mai à l’Université Gaston Berger. Elle appelle à une solution durable au problème des bourses des étudiants. Compte tenu des violences d’aujourd’hui, elle invite l’ensemble du pays à réfléchir sérieusement sur l’université et ses problèmes, en partant d’une réalité: l’engagement du président Macky Sall pour l’Education. L’Urd a rappelé, dans ce sens, que rien que pour les infrastructures, le président de la République a accordé près de 500 milliards de FCfa à l’université et que l’enveloppe des bourses oscille entre 3,5 et 4 milliards de FCfa avec parfois des pics de 6 à 7 milliards mensuels.  Encore, «l’Urd estime que la question est trop sérieuse pour être laissée aux seuls  politiciens qui rivalisent, par presse interposée, de démagogie espérant trouver le moyen de récolter quelques voix de naïfs compatriotes», soutient l’Urd dans un communiqué.

Sur la situation nationale, la Dpe de l’Urd félicite «chaleureusement » le président Macky Sall, pour avoir dénoué la crise et réglé la question de l’indemnité de logement au-delà de toute attente des intéressés. Au sujet de la récente conférence des leadeurs de «Bennoo Bokk Yaakaar», sous la présidence de Macky Sall qui a exhorté à l’union, à la solidarité, à la mobilisation et à la victoire, la Dpe demande « à tous les responsables de se l’approprier, de ne négliger aucun détail pour la réélection de notre candidat le président Macky Sall au soir du 24 février 2019». Enfin, se penchant sur la situation en Palestine, «la Dpe encourage le président Macky Sall dans son appel à la mobilisation de la communauté internationale, au-delà du monde islamique, pour mettre fin aux souffrances des Palestiniens et relancer le processus de paix au Proche-Orient», complète le communiqué.

A. DIOP

 

La Ligue démocratique (Ld) invite l’ensemble des protagonistes à faire preuve d’esprit de responsabilité et d’ouverture pour préserver la stabilité dans toutes nos universités.

Appréciant les événements survenus à l’Université Gaston Berger de Saint Louis ayant conduit au décès de l’étudiant Mohamed Fallou Sène, la Ligue démocratique, par la voix de son secrétariat permanent, a estimé qu’il est impératif que le gouvernement diligente toutes les enquêtes nécessaires à situer toutes les responsabilités en vue de traduire les coupables de cette tragédie devant les juridictions compétentes. Aussi, le Secrétariat permanent de la Ligue démocratique, condamne-t-il «fermement» tous les auteurs des événements tragiques qui ont abouti à la mort de l’étudiant Mohamed Fallou Sène et à la dégradation de biens publics et privés à Saint-Louis et dans d’autres villes du pays. Avant de rappeler aux différents acteurs que l’exercice de la violence ne peut aucunement produire des résultats satisfaisants dans la crise universitaire. «C’est pourquoi, le secrétariat permanent appelle l’ensemble des protagonistes à faire preuve d’esprit de responsabilité et d’ouverture pour préserver la stabilité dans toutes nos universités », indique-t-on dans un communiqué reçu.

Toutefois, «le Secrétariat permanent de la Ligue démocratique considérant  la récurrence du retard dans le paiement des bourses et des allocations des étudiants dans toutes les universités du pays, exhorte le président de la République et le gouvernement à mettre un terme à cette situation qui constitue une source d’instabilité et de perturbation inadmissibles dans les enseignements-apprentissages dans les différentes  facultés», précise-t-on dans le document. Tout au plus, le Secrétariat permanent de la Ligue démocratique qui dit s’incliner «pieusement» devant la mémoire de Mohamed Fallou Sène, appelle toute la communauté universitaire au calme et à la sérénité et les partis politiques notamment de l’opposition à la retenue et à éviter toute attitude irresponsable dont les conséquences pourraient être désastreuses pour la stabilité  du pays.

Amadou DIOP

 

Le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) estime que l’université doit demeurer un lieu de vie, un espace de culture exempté de ce vandalisme ravageur ayant de plus en plus tendance à s’imposer dans ces lieux où c’est l’esprit qui devrait plutôt briller de mille feux. Pour qu’il en soit ainsi, soutient le Secrétariat du comité central de cette formation politique, il ne suffira pas seulement que le gouvernement s’attelle à payer les bourses à bonne date.
Pour le Pit, le gouvernement devra aussi se prémunir de tous les instruments permettant d’éviter de tomber dans le recours disproportionné à la violence. Un recours, explique-t-il,  pouvant éventuellement conduire à faire usage de moyens extrêmes contre des étudiants eux-mêmes transformés en forces destructrices.

Samba Sy et ses camarades pensent que la saisine du procureur devrait apporter toute la lumière sur les tenants et aboutissants de cette effroyable tragédie – ayant abouti à la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène –  pour que toutes les mesures idoines soient prises afin que plus jamais de tels événements ne reproduisent dans nos universités.

Tout en déplorant « le déferlement de violence » qui s’est abattu sur l’université Gaston Berger en particulier et celles du Sénégal en général, le Pit présente ses condoléances attristées à la famille du disparu, à ses camarades de St- Louis, à la communauté universitaire, bref à tout le peuple sénégalais. Il souhaite un prompt rétablissement aux nombreux gendarmes et étudiants blessés.

Aly DIOUF

 

Moustapha Sow, banquier d’affaires de profession, par ailleurs  président d’une fondation qui porte son nom, a rendu public, dimanche dernier, à Kaolack, sa volonté d’accompagner le président Macky Sall pour un second mandat à la tête du Sénégal. C’était au cours d’une réunion d’instances des Jeunes unis de Rahma (Jur).

A quelques mois de la présidentielle de 2019, c’est le branlebas- de combat  dans les différents états-majors politiques pour se choisir une candidature. Outre la classe politique, d’autres éléments de la société civile locale s’y mettent. C’est le cas de Moustapha Sow, un banquier d’affaires. Connu pour les actions sociales à travers  l’octroi de financements aux jeunes et aux femmes, le président de la fondation éponyme est tenté par l’action politique. L’organisation, ce dimanche, des assises du mouvement des Jeunes unis (Jur) du nom de l’ambassadeur Mouhamadou Ndiaye « Rahma », lui a donné une opportunité de justifier sa démarche de soutenir le leader de l’Apr. «    Dans mes activités professionnelles, je parcours le monde, notamment l’Afrique où j’ai eu à me rendre dans 47 pays pour conseillers les Etats dans de grands projets de développement. Une posture privilégiée qui m’a permis de mesurer les acquis obtenus depuis l’avènement du président Macky Sall. Aujourd’hui, le Sénégal est parmi le trio de tête des pays dont l’économie progresse le plus en termes de taux de croissance », a-t-il souligné. « Une performance d’autant  plus valorisante qu’elle a été obtenue avec des investissements publics à plus de 80% et pour un pays ne disposant pratiquement de ressources naturelles. J’ai, dès lors, pris la claire conscience  que je n’avais pas le droit de me mettre en marge de cette dynamique exaltante. J’ai l’obligation de faire bénéficier à ma ville, Kaolack, à mon pays, l’expertise que j’ai  pu acquérir et que je mets au services d’autres pays africains  »,  s’est-il justifié. Des premiers pas sur la scène politique ponctués d’annonces fortes pour la commune et les jeunes de sa ville natale « D’abord,  pour soutenir la municipalité de Kaolack dans le secteur de l’assainissement, je me suis engagé à acheter, sur mes propres deniers, deux camions pour la collecte des ordures ménagères. Ensuite à l’endroit  des jeunes avec les 20 millions promis par mon frère Rahma, je vais ajouter 10 autres que nous allons déposer à la Der, pour son doublement pour satisfaire le maximum de bénéficiaires  », a dit M. Sow.

Elimane FALL

 

Le département de Podor veut devenir l’un des plus grands contributeurs à la victoire de Macky Sall à la présidentielle prochaine. C’est ce qu’a annoncé Lamine Sow, responsable politique de ce département lors d’une conférence publique tenue à Pikine.

Cette conférence a été marquée par la présence de hauts responsables de l’Apr tels que Pape Maél Thiam, Cheikh Oumar Hann qui ont tenu à apporter leur pierre à l’œuvre de remobilisation des troupes de l’Apr et de la coalition Bby.
Lamine Sow a rappelé que le département de Podor est profondément attaché à la personne du Chef de l'Etat Macky Sall en précisant qu’il s'est aussi toujours distingué par sa proximité avec lui. Il a fait remarquer que Macky Sall n'a cessé de produire des résultats probants quantifiables et visibles aux différentes joutes électorales. Fruits, selon lui, d'efforts constants déployés sur le terrain. «Cependant, le constat est que ses performances électorales ne sont pas à la hauteur des attentes compte tenu du niveau d'estime et de sympathie des populations toujours au beau fixe», a-t-il avancé. 

A l’en croire, l'ambition politique de Podor a toujours été de cultiver l'excellence opérationnelle sur le terrain et continuer à être le centre de gravité électorale de la majorité dans le pays.
«Les contre-performances observées çà et là sont devenues inacceptables et ont abouti à la mise sur pied d'une nouvelle dynamique de l'Apr de Podor pour relever le défi à la hauteur d'un enjeu national», a-t-il déclaré. «Cette nouvelle dynamique s'est traduite par l'engagement et la responsabilité de ses initiateurs et par l'ouverture, dans ses rangs, à plus de jeunes et de femmes pour descendre sur le terrain et convaincre les populations à devenir des électeurs», poursuit-il. Lamine Sow considère qu’il s'agit de convaincre du bien-fondé des politiques mises en œuvre, mais aussi, de la justesse des idées et la pertinence de la vision des dirigeants de ce pays.

«En clair, il s'agit de faire du département de Podor, l'un des plus grands contributeurs à la victoire de notre candidat Macky Sall, à l'élection présidentielle du 24 février prochain dès le premier tour», a-t-il soutenu. Pape Maél Thiam, quant à lui, a invité tous les militants à se mobiliser et à ne jamais verser dans des histoires de clans qui, a-t-il souligné, ne mènent qu’à des divisions.

Abdou DIOP

 

L’ancien Premier ministre Aminata Touré, dans une note, souligne que Idrissa Seck, «s’est encore signalé dans des propos bien en deçà des standards attendus d’un homme d’Etat ». Aussi, considérant que «la Nation entière partage la douleur de la mort de l’étudiant Fallou Sène», le leader de «Rewmi», «cherche à revenir au devant de l’actualité en exploitant politiquement cet événement malheureux et regrettable».

Elle juge «totalement indécent de vouloir politiquement exploiter la perte de l’étudiant Fallou Sène et complètement irresponsable de traiter de peureux » nos forces de sécurité». Pour l’ancien Garde des Sceaux, «sans même attendre les résultats de l’information judiciaire ouverte pour situer les responsabilités, Idrissa Seck, tient à l’endroit de nos forces de sécurité, des propos inacceptables. «C’est totalement irresponsable pour un ancien Premier ministre qui siégeait à la table du Conseil national de sécurité de traiter nos forces de sécurité de peureux», fait-elle savoir, lui demandant de présenter ses «plates excuses» à ces hommes et femmes qui sont prêts à sacrifier leur vie pour la sécurité des citoyens».

Mamadou Lamine DIEYE

Le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, a aussi invité le leader du parti «Rewmi», Idrissa Seck, à s’indigner de la mort de Fallou Sène, plutôt que de s’attaquer au Président Macky Sall.

«Son jeu favori est l’attaque et la calomnie contre le Président Macky Sall. Je lui répondrai avec beaucoup de circonspection, car la période nous recommande beaucoup d’humilité», a-t-il déclaré, hier, sur les ondes de la Rfm. Selon lui, «Idrissa Seck est toujours dans l’outrance et il ignore que tout ce qui est excessif nuit à la personne. Il veut nous plonger dans l’amnésie en voulant nous faire oublier l’affaire Khadim Bousso « Qu’Allah ait son âme), qui est encore fraîche dans nos mémoires. Mais nous sommes dans le temps du pardon», a-t-il fait savoir.

M. L. DIEYE

Le Secrétariat exécutif permanent (Sep) de la coalition, «Benno Bokk Yaakar» s’incline devant la mémoire du regretté, Fallou Sène, tué lors de cet d’affrontement. Dans un communiqué publié, cette coalition dirigée par le président Sall adresse aux parents de la victime et à toute la communauté universitaire ses sincères condoléances, prie pour que Dieu l’accueille en son paradis, et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Le Sep dit regretté vivement un tel drame. C’est pourquoi, il demande au gouvernement l’ouverture d’une enquête afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Le Sep appelle aussi les étudiants et toute la communauté universitaire au calme et à la sérénité. Pour le Secrétariat Exécutif Permanent (Sep), « de tels incidents sont à bannir de l’espace universitaire ». « Les retards dans le paiement des bourses ne doivent pas entraîner des violences et la perte d’une vie humaine », a indiqué «Benno». Le Sep invite le gouvernement à hausser le niveau de la rigueur à tous les maillons de la chaîne des opérations dans le traitement des revendications estudiantines et à privilégier le dialogue dans le secteur. « Tous, ensemble, gouvernement, administration universitaire, étudiants comme enseignants, acteurs politiques et de la société civile, nous devons construire les instruments d’apaisement durable d’un espace scolaire et universitaire, exempt de violence, pour l’intérêt supérieur de la nation », a martelé le Sep.

B. DIONE

L’Assemblée parlementaire de la Francophonie (Apf) vient de tenir sa première réunion au Cap Vert. Ce séminaire parlementaire d’information et d’échanges est organisé en faveur des députés et des représentants de la société civile du Cap Vert.

« Le parlement moderne, l’ouverture à la société civile et la sensibilisation au genre ». C’est le thème du séminaire parlementaire d’information et d’échanges tenu les 3 et 4 mai 2018 à Praia, en faveur des députés et des représentants de la société civile du Cap Vert. Ce séminaire parlementaire est organisé à la demande de l’Assemblée nationale de la République capverdienne, par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (Apf) ; avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif). Il s’inscrit dans les actions de coopération menées par l’Apf, notamment au renforcement des capacités de l’Assemblée nationale de la République du Cap Vert.

Le séminaire a été ouvert par le président de la République du Cap Vert, Jorge Carlos Fonseca, qui avait réservé sa première visite au nouvel hémicycle de l’Assemblée nationale, ce premier séminaire parlementaire de l’Apf au Cap Vert. Les travaux étaient dirigés par la présidente du Réseau des femmes parlementaires de l’Apf. La députée de la Rdc Geneviève Inagosi Kassongo et la sénatrice française Françoise Cartron ont abordé la thématique «Le parlementaire reflet du peuple». Geneviève Inagosi Kassongo a, avec la députée de la Communauté française de Wallonie Bruxelles Bertieaux et la présidente du Réseau paix et sécurité pour les femmes de l'espace Cedeao, Diago Ndiaye, partagé, avec les parlementaires, ses expériences en ce qui concerne les mécanismes, les règles et les politiques de promotion des droits des femmes au sein du monde politique. L’égalité des sexes au sein des parlements a aussi été au menu. Ainsi, la présidente du Réseau parlementaire des femmes du Cap-Vert, Lucia Passos, a présenté une communication sur l’expérience capverdienne et la vice-présidente de l’Assemblée nationale du Québec, Maryse Gaudreault, est revenue sur l’expérience et le fonctionnement du caucus des femmes parlementaires du Québec. Diago Ndiaye est également revenue sur son expérience concernant les possibilités de coopération entre un parlement et des acteurs externes, comme la société civile. Deux tables rondes ont été organisées afin de débattre des moyens pour mieux connaître les travaux du Parlement et les ouvrir davantage à la société civile. Une soixantaine de députés et de représentants de la société civile capverdienne ont prix part à la rencontre.

Aly DIOUF

L’assemblée générale de la 25ème coordination des socialistes de Rufisque a servi de cadre aux responsables de ladite coordination de renouveler leur confiance à Ousmane Tanor Dieng pour le prochain congrès ordinaire du Ps.

Les socialistes de Rufisque renouvellent leur confiance à Ousmane Tanor Dieng. Du moins, c’est l’avis exprimé par les responsables de la 25ème coordination qui a proposé « la reconduction » de l’actuel secrétaire général du Ps à son poste lors du prochain congrès. C’est la principale décision qui a été retenue par les socialistes à l’issue de leur assemblée générale du 15 mai qui a permis d’examiner la situation de ventes des cartes, la vie du parti et la vie nationale. « La 25ème coordination Ps de Rufisque propose la reconduction du camarade Ousmane Tanor Dieng au poste de secrétaire général du parti lors du prochain congrès ordinaire et lui assure de sa fidélité et totale confiance pour la protection des intérêts supérieurs du parti, la préservation du patrimoine et de la conscience historiques », lit-on dans un communiqué qui nous est parvenu.

Compte tenu du faible taux noté dans la distribution des cartes à savoir 30% sur une allocation initiale de 2.500 cartes, les responsables exhortent leurs camarades à poursuivre les efforts de réveil des réseaux dormants, de mobilisation et de massification du parti en fixant l’objectif de terminer la vente des cartes dans un délai au maximum d’un mois. L’objectif fixé par les socialistes rufisquois est d’atteindre, dans un « délai proche », les 75% dans la vente des cartes.

En perspective des élections locales, la 25ème coordination rappelle à ses membres la nécessité de promouvoir les responsables socialistes à la tête des collectivités locales.

Maguette NDONG


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.