banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Politique (2986)

Pour la fédération « Bamtaaré » de Guédiawaye, le bilan du président de la République, Macky Sall, en cinq ans, est très satisfaisant. Sa présidente, Aïssata Niang, par ailleurs, militante de l’alliance pour la République (Apr) appelle les populations à donner une majorité absolue au chef de l’État au soir du 30 juillet.

La présidente de la fédération Baamtaaré Guédiawaye, Aïssata Niang, par ailleurs, militante de l’Alliance pour la République (Apr), a loué les nombreuses réalisations du président de la République, Macky Sall, à travers le pays notamment dans le Fouta d’où sont originaires la majorité de ses membres. En réalisant ces infrastructures dans le domaine de l’agriculture, de l’hydraulique rurale à travers le Programme d’urgences de développement communautaire (Pudc), les bourses de sécurité sociale, la couverture maladie universelle (Cmu), etc., c’est tous les membres de notre association qui sont honorés par ces actes posés par le président de la République à travers tout le pays. Selon elle, le bilan du chef de l’État, en cinq ans, est très satisfaisant. C’est pour cette raison, elle a appelé tous les membres et sympathisants de « Baamtaaré » de Guédiawaye et tous les Sénégalais à travailler en synergie pour donner une majorité absolue au président de la République aux élections législatives du 30 juillet prochain et à lui assurer une victoire éclatante à la présidentielle de 2019. Sur les investitures aux législatives, elle a indiqué que c’est le maire Aliou Sall qui incarne le meilleur profil, la meilleure candidature pour le compte de la coalition «Bennoo bokk yaakaar» (Bby) pour être le chef de file sur la liste départementale de Guédiawaye. « Grâce à lui, a soutenu Aïssata Niang, l’Apr et la coalition Bby sont en train de gagner du terrain et de la sympathie des populations du département de Guédiawaye et même du pays ». « Le maire de Guédiawaye est en train véritablement de redynamiser le parti et cette coalition. Il a imposé son leadership sans bénéficier du soutien de personne », a magnifié Mme Niang, selon qui, Aliou Sall a beaucoup fait dans les domaines de l’éducation, de la santé, des infrastructures (avec l’élargissement de la route Golf Sud-Canada avec deux fois deux voies), du transport des élèves de la ville, des bourses, de la formation des jeunes et des étudiants, de la religion, etc. Dans tous ces domaines, dit-elle, d’importantes réalisations ont été notées. Pour l’investiture d’Aliou Sall sur la liste départementale de Guédiawaye, Mme Niang souligne que sa fédération et l’Apr du département, en militants disciplinés, vont se ranger derrière le candidat désigné par la coalition pour ces échéances électorales.

Souleymane Diam SY

Le gouvernement sénégalais a dépêché, à Munich, en Allemagne, une mission d’identification des Sénégalais qui seraient en situation d’irrégularité dans ce pays, a indiqué le directeur général des Sénégalais de l’extérieur, Sory Kaba, assurant qu’il n’est «pas encore question de rapatriement» des personnes concernées.
«Les Allemands ont saisi le gouvernement sénégalais pour les aider à identifier’’ les Sénégalais qui seraient en situation irrégulière dans leur pays, a-t-il révélé samedi soir, lors d’un point de presse à Fatick.

Cette mission, partie samedi à Munich, va aider à «juste identifier» des ressortissants sénégalais parmi les Africains ayant formulé des demandes d’asile et de statut de réfugié en Allemagne. Le directeur des Sénégalais de l’extérieur rencontrait des journalistes pour apporter des précisions sur les informations faisant état de rapatriement de Sénégalais en situation irrégulière en Allemagne.

Selon lui, le problème c’est que «ces compatriotes en situation irrégulière ont fait une demande de statut de réfugié, une demande d’asile au gouvernement allemand et ces demandes ont été toutes rejetées».

Or, les autorités allemandes «considèrent le Sénégal comme un pays démocratique» dont les ressortissants n’ont «pas besoin de faire une demande d’asile. Du coup, ce sont ces Sénégalais-là qui se sont mis eux-mêmes dans la gueule du lion mais ils refusent de l’accepter», a souligné Sory Kaba.

Cette mission est composée d’agents du ministère des Affaires étrangères et ceux du ministère de l’Intérieur. Une fois sur place, ses membres vont utiliser des «stratégies» pour déterminer si ces Africains en situation irrégulière sont Sénégalais ou pas, a expliqué M. Kaba.

Ils vont ainsi «prendre les noms, les prénoms, les empreintes digitales pour les mettre à l’épreuve de nos fichiers pour voir s’ils sont Sénégalais, et cela prendra toute la procédure nécessaire. Il n’est donc pas encore question de rapatriement», a assuré Sory Kaba.

S’y ajoute que cette «mission humanitaire d’identification» est «la meilleure manière de les protéger», parce que dans le cas contraire, le gouvernement allemand pouvait «les exclure de son territoire», a relevé le directeur général des Sénégalais de l’extérieur. Il a déploré «les supputations» en rapport avec «une certaine vague de rapatriement de compatriotes dans différents pays du monde». «Ni avec l’Union européenne, ni avec les États-Unis d’Amérique, ni avec aucun pays d’Asie, le président [de la République] Macky Sall n’a signé d’accord de réadmission. Il n’y a pas eu d’accord, il n’y a pas eu d’argent reçu», a affirmé Sory Kaba. D’autres pays ont certes signé des accords de réadmission mais le Sénégal n’en a «pas encore signé», a-t-il assuré.

«Les accords de réadmission, a-t-il rappelé, sont des accords qui permettent à un pays de rapatrier les ressortissants dudit pays dès lors qu’on les accuserait de quelque chose».
Dans le cas d’espèce, «les Européens pensent que les Africains qui vivent en situation irrégulière n’ont plus le droit d’y vivre», a insisté le directeur des Sénégalais de l’extérieur.

Aps

La recherche de solutions intégrées face aux défis sécuritaires en Afrique sera au cœur des discussions lors de la 4ème édition du forum international de Dakar pour la paix et la sécurité qui aura lieu les 13 et 14 novembre 2017 au Sénégal.

La quatrième édition du forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique se tiendra les 13 et 14 novembre 2017, au Centre international de conférence Abdou Diouf de Diamniadio. L’annonce a été faite hier par le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye. C’était lors de la cérémonie de lancement de l’édition 2017 de ce forum qui regroupe annuellement, à Dakar, des acteurs et des experts sur les questions de paix et de sécurité, les partenaires internationaux concernés par les enjeux sécuritaires du Continent, ainsi que des représentants du secteur privé et de la société civile. Les échanges porteront sur le Thème : « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées ». Environ 1 000 panélistes sont attendus.

Le ministre a souligné que l’édition 2017 « permettra d’approfondir le dialogue stratégique entre les parties prenantes africaines et les partenaires internationaux, d’animer des réflexions pour une vision partagée des menaces sur le Continent, en plus d’étudier les réponses les plus appropriées et les plus intégrées pour faire face aux défis actuels ». « Les réflexions mettront l’accent sur l’actualité de l’année 2017, les avancées réalisées par les grands acteurs africains et leurs partenaires internationaux, et sur des approches novatrices dont celles concernant les liens entre sécurité et développement durable », a affirmé le ministre.

Selon Mankeur Ndiaye, le contexte international de cette année promet des évolutions nouvelles : aux Nations Unies, à l’Union africaine, ou encore à l’Union européenne. « L’examen des débats actuellement en cours sera au cœur des sujets abordés lors de cette quatrième édition du Forum. Le terrorisme et l’extrémisme violent, malgré les efforts déployés et les résultats obtenus, restent encore des menaces persistantes contre lesquelles nous devons continuer le combat avec détermination », a dit le ministre.

Christophe Bigot, ambassadeur de France au Sénégal, a salué le choix du thème de cette année. « Le forum de Dakar a une vision et un objet qui vont au de-là de l’Afrique de l’Ouest. C’est l’ensemble de l’Afrique avec des partenaires européens et asiatiques. La sécurité ne peut pas être traitée de manière isolée. Il faut traiter la sécurité dans un ensemble », a dit le diplomate français. Christophe Bigot a souligné que les principales victimes du terrorisme sont des musulmans. Il a prôné une synergie dans les actions menées par les parties prenantes de la lutte. « Il faut une interaction entre le renseignement, la prévention et la répression. Mais aussi une intégration en termes de liens entre sécurité et développement », a-t-il indiqué. Shigeru Omori, Ambassadeur du Japon au Sénégal, a estimé que face aux défis qui interpellent le monde, l’importance du forum de Dakar ne cesse d’augmenter. Il a souligné que les domaines pris en charge par le sommet concerne le monde entier.

MANKEUR NDIAYE, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES : « La réussite de l’événement ne dépend pas de la présence des chefs d’État »
Des chefs d’État sont attendus à l’édition 2017 du forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique, mais le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a précisé que la réussite de cette rencontre ne dépend pas de la présence des présidents. « Le Forum de Dakar n’est pas un Sommet de Chefs d’État et de gouvernement, mais un cadre informel d’échanges regroupant des officiels et non officiels. Son organisation ne dépend pas donc de la présence des Chefs d’État », a souligné le ministre des Affaires étrangères. « Même s’il n’y a pas de chefs d’État, le forum va continuer », a insisté le ministre. Selon Mankeur Ndiaye, le Forum a pour vocation de maintenir une vigilance et une forte mobilisation par une réflexion partagée et des réponses communes. « Lors du dernier Sommet Afrique / France de Bamako, les Chefs d’État et de gouvernement présents ont renouvelé leur soutien au Forum de Dakar et appelé à une participation accrue à cette rencontre », a rappelé le ministre.

«Le processus de préparation est déjà bien engagé, signe de notre volonté d’élargir et de renforcer la contribution du Forum de Dakar à la réflexion stratégique globale sur les questions de paix et sécurité en Afrique et dans le monde », a ajouté Mankeur Ndiaye.

CHRISTOPHE BIGOT : « La France va continuer à soutenir le forum »
« La France va continuer à soutenir le forum. Vous avez écouté le président Macron sur l’Afrique. Il entend développer tout ce qui a trait aux civils. Il met l’accent sur la Diaspora africaine, les communautés françaises en Afrique, les liens entre les peuples, l’économie », a déclaré l’ambassadeur de France interrogé sur le futur des relations entre la France et l’Afrique avec l’arrivée du nouveau président, Emmanuel Macron. « Cette action, il va la développer après sa passation de pouvoir avec le président Hollande », a souligné le diplomate français.
Selon Christophe Bigot, le président Macron connaît l’Afrique. « Il a été en stage de l’Ena au Nigéria. Il a, auprès de lui, une collaboratrice qui connaît particulièrement le Sénégal, puisqu’elle est franco-sénégalaise. Et ce n’est pas tout parce qu’il est de la promotion baptisée Léopold Sédar Senghor », a dit l’ambassadeur.

Babacar DIONE

Présidant de la conférence des leaders de la coalition « Bennoo Bokk Yaakaar », le chef de l'Etat Macky Sall a adressé, le 10 mai dernier, une lettre-circulaire dans laquelle il engage « l’ensemble des leaders, responsables et militants » à « faire valoir la concertation, le consensus et l’équité comme principes, lors des investitures », en vue des législatives du 30 juillet prochain.

Il leur demande également de respecter les décisions de la conférence des leaders du 22 avril dernier, relatives à la liste unique de Bennoo Bokk Yaakaar, « étant entendu qu’aucune liste dissidente ne sera tolérée ». Dans la même veine, le président Macky Sall leur demande de « bannir la violence, sous toutes ses formes: verbales, physiques et morales, dans le processus de notre engagement politique, citoyen et républicain ». Ainsi, à la lumière des enjeux des prochaines élections et en vertu de leur ferme engagement à œuvrer inlassablement pour le bien-être de nos populations et « pour contribuer à l’apaisement et à la sérénité des opérations, des missions de remobilisation et de réconciliation seront déployées sur l’ensemble du territoire national ». Dès lors, en direction des élections législatives à venir, la coalition doit consolider « cette dynamique unitaire gagnante, dans la stratégie reconnue d’une liste commune de Bby, confectionnée selon une démarche consensuelle reflétant notre riche diversité sur la base des principes de représentativité, de solidarité, d’éthique et de générosité », selon le président Macky Sall.

Après avoir réitéré leur engagement « partagé » de « lutter ensemble, gagner ensemble et gouverner ensemble », il rappelle aux membres de la majorité présidentielle que la coalition Bby, depuis l’avènement de la deuxième alternance, conduit les destinées de notre pays « avec des résultats probants ».

Il se félicite également de ce que, lors des consultations électorales précédentes, « l’esprit d’ouverture, de dépassement, d’équité et le sens de l’unité », leur aient assuré « des victoires certaines ».

S. KAMARA

Le chef de l’État a validé, hier, le plan d’exécution du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (Puma) qui entre dans sa phase pratique.

Guémédjié, village frontalier de la Guinée, situé dans le département de Saraya, avait servi de cadre au lancement du Puma, en mars dernier. Sa mise en place s’accélère, ainsi que le prouve la séance de travail présidée au palais de la République par le chef de l’État, en présence du Premier ministre et de plusieurs membres du gouvernement (Forces armées, Affaires étrangères, Intérieur, Infrastructures et Désenclavement, Santé, Restructurations des banlieues et zones inondables).

Programme spécial exécuté dans une dynamique de mutualisation des interventions avec le Pudc (Programme d’urgence de développement communautaire) et le Promovilles, le Puma va comporter trois composantes fondamentales à savoir la sécurité frontalière, le désenclavement routier, fluvial, maritime, téléphonique, numérique, etc. et le développement durable, à travers la réalisation d’infrastructures de base (écoles, structures de santé, électrification, hydraulique) et la promotion d’activités génératrices de revenus. Dès l’annonce de cet ambitieux programme, le président de la République avait fait voter, par le Parlement, une loi de finances rectificative et les crédits budgétaires nécessaires à son lancement dans les régions de Kédougou, Sédhiou, Kolda, Ziguinchor, Matam, Kaolack, Fatick, Tambacounda et Saint- Louis. Les gouverneurs des régions concernées avaient été invités à préparer un schéma frontalier d’implantations d’infrastructures (S.hef), qui est le cadre de référence pour la matrice d’actions prioritaires du Puma.

S. KAMARA

La gouvernance de Tambacounda a, depuis mardi dernier, un comité régional de développement (Crd) spécial portant sur les missions du médiateur de la République. La rencontre a été présidée par le gouverneur El hadji Bouya Amar et en présence de Me Alioune Badara Cissé. Il s’agissait de faire le point sur l’installation des correspondants régionaux de la Médiature.

Alioune Badara Cissé qui a entamé par Tambacounda une tournée dans l’est et le sud du pays, a indiqué vouloir « donner plus de visibilité aux actions de l’institution et celles de ses correspondants ». Également au menu du Crd, l’installation des plateformes de médiation dans une dynamique de collaboration avec les organisations et institutions qui œuvrent pour la promotion et la défense des droits des citoyens. Ce fut l’occasion de saluer vivement la coopération luxembourgeoise LUX-DEV pour le soutien apporté à la reprise des activités du programme de coopération Sénégal Luxembourg PIC SEN 029. Alioune Badara Cissé qui a salué la qualité des nombreuses interventions, s’est réjoui de la « visibilité » acquise par l’institution qu’il dirige, et qu’elle doit à son pouvoir d’auto-saisine, « brèche » qu’elle a utilisée pour anticiper les litiges.

Sur plusieurs questions, le médiateur s’est engagé à s’impliquer pour que des solutions soient trouvées, « en relation avec les ministères concernés en premier lieu, et s’il le faut, avec le président de la République ».

Le médiateur est compétent pour tout litige entre un administré et l’administration, dans tout différend entre un administré et une société publique ou un service qui exerce une mission de service public, a-t-il expliqué. « De plus en plus, nous glissons vers la protection des droits et libertés des citoyens, avec les nouveaux droits », a-t-il ajouté. A cette occasion, des élus locaux, des responsables de la sécurité publique, des agents d’Ong, des chefs de service, des enseignants, des opérateurs économiques, entre autres, ont passé en revue les difficultés pour lesquelles ils attendent des solutions du médiateur. Ils ont abordé un large éventail de questions, du social à l’environnemental, en passant par les sujets éducatifs, sécuritaires, communicationnels, de genre, etc. Le médiateur a poursuivi, hier, sa tournée à Kédougou, avant de se rendre à Kolda, Sédhiou et Ziguinchor. Cette tournée prend fin le 26 mai.

Pape Demba SIDIBE

La dernière réunion de la Direction politique exécutive (Dpe) de l’Union pour le renouveau démocratique (Urd) a été mis à profit par les camarades de Djibo Leyti Kâ pour dire leur approbation du discours et de la pratique politique inclusive d’un type nouveau imprimés par le président Macky Sall à la gouvernance.

La rencontre était présidée par Djibo Leïty Kâ, secrétaire général du parti qui a axé sa communication sur le drame qui a endeuillé le village de Benttenty avant de « se féliciter de l’action, le comportement et le geste de solidarité du président de la République à l’endroit des familles des victimes». Revenant sur la fête du travail, M. Kâ estimera qu’elle a été l’occasion, pour les travailleurs, d’«’affirmer leur solidarité syndicale, de réitérer leur effort d’unité et de communier avec le pays». 

Et pour le chef de l’État, elle a été un moment de « tenir un discours de courage, de vérité à l’endroit des travailleurs, pour leur avoir fait clairement comprendre les limites de l’État dans la satisfaction des revendications syndicales ». Ce qui, de l’avis de M. Ka, « honore sa fonction tout en confirmant sa démarche ancrée dans la recherche de solutions réellement durables aux problèmes des Sénégalais et traduit une pratique politique d’un type nouveau, en droite ligne de la rupture qu’il a imprimé à la gouvernance de notre pays». En outre, l’Urd, convaincue que l’avenir est dans « la concertation pour trouver les meilleures solutions pour le pays et non dans les corporatismes », les encourage ainsi à « toujours privilégier l’option de la négociation à l’option de la grève ». Évoquant la conférence des leaders de «Bennoo Bokk Yaakaar», qui s’est tenue deux fois (16 et 22 avril dernier) en l’espace d’une semaine, «elle est dictée par l’actualité et les échéances en vue, mais aussi et surtout par l’option du chef de l’État d’associer, dans ses prises de décisions, autant que possible, ses alliés », a-t-il fait savoir. Il dit l’encourager tout en réaffirmant l’engagement du parti à ses côtés. Par ailleurs, la Direction politique exécutive dit accueillir, « avec satisfaction, le choix d’Oumar Dème », président du mouvement « Diwaan » de Matam « d’intégrer la coalition « Jappo Ligueyal Sénégal», non sans le remercier « pour la confiance qu’il place en Djibo Kâ et pour son option de l’accompagner dans son cheminement avec le président de la République ». Sur cette lancée, la dernière réunion-meeting à l’initiative de la présidente du mouvement des femmes de la région de Dakar, pour « rassembler des responsables et représentantes des quatre fédérations », a également été saluée. Pour leur travail « remarquable et continu », les rénovateurs les a assuré du soutien du parti « pour la grande mobilisation régionale qu’elles ont décidé d’organiser avant le début du Ramadan, pour montrer leur force ». Sur ce, ils encouragent Khaly Niang, le président de la conférence des cadres, à « bien organiser le dîner-débat prévu le 23 mai prochain et à en faire le succès qu’attend le parti » et de lui réitérer la disponibilité du parti pour « apporter aux organisateurs tout le nécessaire pour la réussite de cette rencontre».

M. L. DIEYE

Le coordonnateur départemental de l’Apr, Benoît Sambou, a appelé, le week-end dernier, à Ziguinchor, tous les militants et sympathisants de son parti à l’unité et à un comportement responsable pour donner une majorité absolue au président Macky Sall à l’assemblée nationale et le faire réélire en 2019 dès le 1er tour.

Pour ce faire, Benoît Sambou a tendu la main à tous, les exhortant à faire de telle manière que l’Apr soit un et indivisible dans le département de Ziguinchor, notamment dans les arrondissements de Nyassia et Niaguis, ainsi que dans la ville de Ziguinchor. A cet effet, il compte, entre autres, sur les jeunes de la Cojer, les amazones et les sages du parti, les invitant à aller à la rencontre des « camarades » qui font encore preuve de réticence, en l’occurrence certains dirigeants de mouvements de soutien au président Macky Sall. Par ailleurs, le coordonnateur départemental de l’Apr a engagé l’ensemble des Apéristes de Ziguinchor à faire du porte-à-porte, chez les populations (notabilités religieuses et coutumières, responsables des structures de jeunes et de femmes, société civile, Ziguinchorois lambda, etc.), afin de les convaincre à accorder leurs suffrages au Chef de l’État, à son parti et à son coalition de formations politiques lors des prochaines élections. Benoît Sambou a rappelant que la Casamance a un devoir de reconnaissance au président de la République pour tout ce que ce dernier est en train de faire, afin que la Casamance puisse être une région émergente au grand bonheur de ses populations. Il s’exprimait lors du meeting de rentrée politique d’anciens responsables locaux de l’Ucs, de Rewmi et de l’Act, qui ont rallié le parti présidentiel. Ces derniers se sont engagés à être derrière lui.

El Hadj Moussa SADIO

Les défections d’anciens alliés de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar, la mouvance présidentielle, n’ont nullement ébranlé le ministre conseiller Mor Ngom, par ailleurs coordonnateur du secrétariat exécutif de la coalition présidentielle, qui minimise ces départs qui n’entame en rien le dynamisme des soutiens du président Macky Sall.

Selon le maire de Ndangalma, Mor Ngom, la coalition «Bennoo Bokk Yaakaar» comptabilise, aujourd’hui, « plus de deux cent membres répartis entre partis politiques, regroupements de la société civile et des personnalités indépendantes ». Et « ce ne sont pas ces deux ou trois défections qui vont nous ébranler », dira-t-il. Considérant que la politique, à l’image d’un train qui s’arrête en gare, voit d’aucuns y monter ou en descendre, « cela n’empêche pas la locomotive d’arriver à destination ». Pour dire que « ces départs, insignifiants du reste parce qu’étant des poids-plumes politiques, ne nous inquiètent nullement et ne peuvent empêcher «Bennoo Bokk Yaakaar» d’arriver à bon port », a-t-il déclaré. Il y a certes des départs mais il y a aussi ceux qui sont entrés ou qui veulent adhérer à la majorité. Évoquant l’ancien président français, François Mitterrand, selon qui, il y a des signes arithmétiques, notamment la soustraction et la division, dont il faut se méfier quand ils ne servent pas de stratégie. Une défection, aussi minime soit elle peut être analysée en soustraction ou en division quand elle sert à grand-chose. Toutefois dans BBY, c’est la multiplication et l’addition qui sont de mise pour le responsable apériste qui assure que « les partis politiques, coalitions, sous coalition et groupements qui constituent de «Benno Bokk Yaakaar» sont dix voire vingt fois plus important que ceux qui ont quitté et/ou les plateformes que les défaillants et autres frustrés ont rejoint ». Qui plus est, « ceux qui veulent adhérer à la coalition majoritaire qui sont dix fois plus nombreux que ceux qui ont décidé de migrer ailleurs ».

M. L. DIEYE

La grande famille du Parti socialiste (Ps) de la capitale régionale de Kaolack, va bientôt se retrouver, après une longue césure divisant l’instance communale en deux grandes tendances. Un des principaux animateurs des verts du Saloum, le célèbre parolier, Birame Ndeck Ndiaye, a annoncé des retrouvailles prochaines de ses camarades sous la férule du secrétaire général Ousmane Tanor Dieng.

S’achemine-t-on vers la fin des querelles intestines au sein du Parti socialiste à Kaolack ? En tout cas , l’annonce faite dimanche dernier par un des responsables des verts du Saloum, Birame Ndeck Ndiaye, en marge d’une rencontre avec la base dans son fief de Leona, autorise tous les espoirs. Celui de voir la formation politique de Léopold Sédar Senghor, d’Abdou Diouf et aujourd’hui du président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) Ousmane Tanor Dieng, retrouver son lustre d’antan dans une ville réputée pour son ancrage socialiste. Membre du Comité central (Cc) des verts de Colobane, l’ancien directeur général du Centre des œuvres universitaires de Saint Louis, travaille, de manière intense, à cet élan unitaire. « Vous allez, sous peu, assister aux retrouvailles de la grande famille socialiste de Kaolack, toute unie derrière le secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng, nous y travaillons d’arrache-pied et la décision du parti de s’ancrer dans la dynamique de la coalition «Bennoo Bokk Yaakaar» (Bby) pour les législatives prochaines participe de cette volonté de taire nos divisions qui ont tant fait mal au Ps à Kaolack », a indiqué ce juriste de formation mais qui s’est distingué sur la scène artistique par ses textes interprétés par Youssou Ndour, Alioune Mbaye Nder, entre autres. Une perspective nouvelles pour des socialistes divisés, depuis une décennie, à la coordination communale entre une frange dirigée par Diockel Gadiaga, et l’ancien vice-président du conseil régional, Alioune Ndiaye. Pour ce dernier, « la conférence des chefs de parti a tracé la voix au sommet , il n’y a pas de raisons que nous ne suivions à la base, c’est en tout cas pour nous socialistes les directives véhiculées par le secrétaire général , Ousmane Tanor Dieng », a-t-il souligné, en relevant la qualité des responsables des partis alliés tels que Mme Aminata Touré, envoyée spéciale du président de la République, les ministres Diène Farba Sarr, Mariama Sarr et le député Koureichi Niass...

Elimane FALL

Les services de communication de la présidence de la République ont lancé, hier, au Radisson Blu de Dakar, « Génération Sénégal », la nouvelle plate forme digitale dédiée à rapprocher le Palais de la jeunesse.

Devant un public de fonctionnaires, de journalistes, d’étudiants d’école de commerce ou de communication, le ministre-conseiller, responsable du pôle Communication de la Présidence, président de séance, a présenté le nouvel outil qui a « l’ambition de rapprocher la Présidence des jeunesses du Sénégal ». « Nous sommes dans une série d’innovations pour que la Présidence ne soit plus un sanctuaire, mais une maison de verre », a ajouté le communicant. Il a rappelé que « les jeunes sont le présent du pays car étant ses bâtisseurs et ses porteurs d’intelligence » et soutenu que « le talent des jeunes est autrement plus important que toutes ces découvertes de gisements d’hydrocarbures ». Le ministre-conseil a ensuite dit que « le talent, l’intelligence, la compétence et le savoir-faire » sont des atouts d’où la volonté du Palais de favoriser une dynamique « d’informations et de conversations ». Avant de terminer son propos, El Hadj Hamidou Kassé a souligné que le chef de l’État a toujours, à l’esprit, « ce droit à l’information des populations, en particulier les jeunes », d’où sa présence active dans plusieurs supports, en particulier Twitter et Facebook. En conclusion, il a rappelé que « les réseaux sociaux ne sont pas seulement des espaces ludiques, mais qu’ils sont surtout d’importants pourvoyeurs d’informations.

Pour sa part, Ousmane Thiongane, chargé de la communication digitale, a indiqué que « les jeunes Sénégalais vont davantage échanger avec la Présidence. Nous montrons, à travers cette plateforme, que la Présidence est une maison de verre par laquelle nous devons donner la bonne information et partager avec les jeunes ce que nous faisons ». La Présidence dispose déjà de comptes sur les réseaux sociaux, d’un nouveau site internet disponible en français et en anglais, d’une newsletter, d’un chatbot et d’un Espace numérique mobile. 

A travers des vidéos, quiz et infographies, « Génération Sénégal» compte sensibiliser et informer, de manière ludique et pédagogique, par des formats innovants et dynamiques. Le directeur général de l’Agence de développement de l’informatique de l’État, Cheikh Bakhoum, ainsi que les membres du Pôle communication (relations avec les médias, digital...) ont rehaussé, par leur présence, la présentation.

Samboudian KAMARA

Le président Macky Sall a réuni le Conseil des ministres, mercredi 10 mai 2017, à 10 heures, au Palais de la République.

A l’entame de sa communication, le chef de l’État présente les condoléances de la nation à la famille des cinq personnes décédées, suite à l’incendie survenu, le matin, aux Parcelles assainies et demande au gouvernement de prendre toutes les mesures appropriées pour apporter l’assistance psychosociale requise ainsi que le soutien nécessaire à la famille éplorée.

Revenant sur la célébration du 137ème Appel de Seydina Limamou Lahi, le président de la République adresse ses chaleureuses félicitations à la communauté Layène, au Khalife général, Serigne Abdoulaye Thiaw Layeetréitère l’engagement du Gouvernement à œuvrer, sans relâche, pour la modernisation des localités et sites religieux de Yoff et Cambérène.

Le président de la République remercie également les populations des îles du Saloum, pour l’accueil convivial et la grande dignité qu’elles ont manifestée lors de sa visite de condoléances à Bettenty. Il demande au gouvernement de poursuivre l’assistance sanitaire et sociale aux blessés et d’assurer, dans les meilleurs délais, le recensement ainsi que la prise en charge immédiate des enfants mineurs,déclarés pupilles de la nation.

Dès lors, le président de la République invite le gouvernement à renforcer la présence des sapeurs-pompiers, le contrôle au niveau des lieux d’embarquement et de débarquement, à veiller au respect des normes de sécurité des pirogues et des voyageurs, par l’application stricte de l’obligation du port du gilet de sauvetage, dont la campagne nationale de sensibilisation doit être intensifiée. 

Le chef de l’État invite enfin le gouvernement à engager l’exécution d’un programme de préservation durable des îles et des villes du Patrimoine mondial classé par l’Unesco. Il lui demande dans ce sens d’accroître les investissements publics au niveau des îles, particulièrement des îles du Saloum et de la Basse Casamance, qui doivent davantage bénéficier, outre de stratégies de désenclavement adaptées, d’infrastructures sanitaires, scolaires, hydrauliques, sociocollectifs et d’une couverture téléphonique appropriées.

Rappelant par ailleurs la place primordiale qu’il accorde à l’autonomisation économique des femmes, le chef de l’État adresse ses chaleureuses félicitations à toutes les femmes du Sénégal, à l’occasion de la quinzaine nationale de la femme et engage le gouvernement à amplifier les financements des projets des femmes, en tenant compte des indicateurs pertinents de développement humain, et des critères d’ajustement favorisant les cibles spécifiques. Dans cette perspective, le chef de l’État demande au Premier ministre d’optimiser les impacts socioéconomiques des appuis institutionnels et financements publics accordés aux femmes, et de préparer, dans les meilleurs délais, la validation et la mise en œuvre d’une nouvelle stratégie nationale d’autonomisation économique des femmes.

Abordant la gestion préventive des conflits sociaux et la protection des travailleurs, le président de la République félicite, à nouveau, l’ensemble des travailleurs du Sénégal et leurs représentants syndicaux, pour leur engagement patriotique dans la consolidation de la croissance économique et du progrès social.

Ainsi, appréciant les cahiers des doléances reçus des centrales syndicales, le 1er mai 2017, le chef de l’État exhorte le gouvernement et les employeurs, à veiller, en permanence, à l’amélioration des conditions de travail et du pouvoir d’achat des travailleurs de même qu’à leur épanouissement social. A ce titre, le président de la République rappelle au gouvernement la nécessité d’entreprendre, avec les partenaires sociaux, dans le cadre d’un dialogue social renforcé, l’accélération de la généralisation de la retraite à 60 ans, l’actualisation et la modernisation de la convention collective interprofessionnelle, ainsi que la signature de nouvelles conventions dans certaines branches d’activités professionnelles, telles que la sécurité privée, les transports aériens, l’enseignement privé, la communication et les médias, l’agriculture et la boulangerie.

Rappelant l’importance primordiale qu’il accorde à la consolidation de la gouvernance des institutions de prévoyance sociale, le Chef de l’État demande au gouvernement de finaliser, dans les meilleurs délais,le plan d’action consensuel de mise en œuvre des recommandations de la deuxième Conférence sociale portant sur la modernisation des régimes de retraite et d’engager la mise en œuvre pragmatique d’un plan de rationalisation des systèmes de rémunération des agents des secteurs public et parapublic, avec une priorité, la rémunération axée sur la performance.

Par ailleurs, le président de la République demande au Premier ministre d’assurer, en relation avec les syndicats et le Patronat, le suivi régulier du paiement des droits des travailleurs des entreprises liquidées ou en liquidation, de même que la situation des entreprises en difficulté.

Le chef de l’État a clos sa communication sur son agenda diplomatique, en informant le Conseil de sa participation,les 3 et 4 mai 2017 à Durban, au Forum économique mondial sur l’Afrique, et de la visite de travail au Sénégal, les 16 et 17 mai, de son homologue du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo.

Dans sa communication,le Premier ministre a rendu compte du suivi et de la coordination de l’activité gouvernementale en mettant l’accent sur les conseils interministériels consacrés au retour des pêcheurs de la Mauritanie et à la sécurité alimentaire dans le pays.

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a fait le point sur l’inauguration de l’Unité de soins ambulatoires aux enfants et adolescents drépanocytaires du Centre hospitalier national d’Enfants Albert Royer de Dakar, financée par la Principauté de Monaco et la célébration de la journée africaine de la drépanocytose. 

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a fait le point de la situation africaine et internationale.
Le ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural a rendu compte du déroulement de la campagne de commercialisation arachidière 2016-2017.
Le ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions a fait le point des statistiques du travail de 2016.
Le ministre auprès du président de la République en charge du Suivi du Plan Sénégal émergent a fait le point sur l’état d’avancement des projets du Pse.

Au titre des textes législatifs et réglementaires, le Conseil a adopté :
- le Projet de loi modifiant les articles 5,6,7,9 et 13 de la loi n° 2014-26 du 03 novembre 2014 fixant l’organisation judiciaire ;
- le Projet de loi organique modifiant les articles 75 et 77 de la loi organique n°2017-10 du 17 janvier 2017 portant Statut des magistrats ;
- le projet de loi portant création, organisation et fonctionnement des Tribunaux de Commerce et des Chambres commerciales d’Appel ;
- le projet de décret portant application de la loi n°2017-07 du 6 janvier 2017 portant dispositif d’incitation applicable dans les zones économiques spéciales.

Nominations
Au titre des mesures individuelles, le président de la République a pris les décisions suivantes :
Monsieur Abdourahmane SOW, ancien ministre, est nommé président du Conseil d’administration de l’Office des lacs et cours d’eau (Olac) ;
Monsieur Amadou BOCOUM, est nommé Directeur général de l’Office des lacs et cours d’eau (Olac).

La rencontre de la section de la capitale du rail (Thiès) Bby, samedi dernier, a servi de cadre aux responsables locaux de la majorité présidentielle qui ont appelé à l’unité d’action solidaire pour remporter les législatives. Ils ont décidé d’investir les réseaux sociaux pour attirer les jeunes.

La réunion présidée par le ministre Augustin Tine, le coordonnateur départemental de la coalition, a été mise à profit par les responsables de la coalition présidentielle de la capitale du rail pour passer à la loupe leurs préoccupations politiques. Selon M. Tine, l’Alliance pour la République (Apr) et Bennoo Bokk Yaakaar de Thiès « remercient vivement » le président Macky Sall « pour toutes les actions de développement en faveur du département de Thiès ».

Revenant sur le limogeage de leur « frère et voisin», Thierno Alassane Sall, le 02 mai dernier de sa fonction de ministre de l’Énergie, M. Tine a dit « prendre acte de cette décision » du président de la République qui, en vertu de ses pouvoirs constitutionnels, « est le seul habilité à nommer ou à mettre fin à des fonctions civiles et militaires », a-t-il rappelé. Toutefois, au nom de l’Apr et de la coalition majoritaire locale, « nous lui tendons la main et l’encourageons à continuer l’important travail de massification qu’il a entrepris en direction des élections en perspective».

Pour M. Tine, « la dynamique gagnante de la coalition » enclenchée depuis le référendum de mars 2016, puis l’élection des hauts conseillers des collectivités territoriales « ne doit pas s’estomper ». Compte tenu de l’enjeu, « cette progression doit être maintenue et consolidée durant les élections législatives qui sont une priorité pour la coalition «Bennoo Bokk Yaakaar» Thiès», dira-t-il. C’est pourquoi il a invité ses camarades responsables de la coalition à « resserrer les rangs et à l’unité d’action solidaire pour remporter les joutes électorales en perspective ».

Malgré les immenses réalisations du président Macky Sall depuis son avènement au pouvoir, les responsables de la coalition ont toutefois relevé, pour s’en désoler, les lacunes de la communication de la mouvance présidentielle qui « est à améliorer ». Pour pallier ces manquements, ils ont relevé la nécessité d’« investir les réseaux sociaux » pour atteindre la jeunesse qui s’est fait enrôler massivement sur les listes électorales. Sur les investitures, Alioune Sarr, le ministre du Commerce, a tenu à rassurer ses collègues en réitérant la position de son leader et de l’Alliance des forces de progrès qui « se rangera derrière le choix qui sera fait par les responsables de la coalition ». « Les candidats de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar seront les candidats de l’Alliance des forces de progrès (Afp) », a-t-il fait savoir.

Mamadou Lamine DIEYE

Les leaders départementaux de Vélingara de l’Alliance pour la République, Chérif Habib Aïdara (maire de Bonconto), et le patron de l’union des coordinations du Parti socialiste, Sayfoulaye Baldé ont entamé les pourparlers avec les différentes composantes de «Benno» pour prévenir les difficultés qui pourraient se faire jour lors des législatives. Deux postes de députés sont en jeu dans le département ; la loi sur la parité accroît la difficulté à réaliser des consensus…

« Sous l’impulsion du maire Apr de Bonconto, nous avons pris langue avec toutes les formations de la mouvance présidentielle pour poser les jalons de la plateforme politique qui nous permettra de dégager les investitures les plus pertinentes dans le département », résume le socialiste Sayfoulaye Baldé. En compagnie de Mme Awa Cheikh Aïdara, responsable départementale des femmes de l’Alliance des forces de progrès, et de Souleymane Seydi (responsable régional adjoint de l’Afp) ils ont engagé un travail de sensibilisation de la base pour, disent-ils, « prévenir les difficultés qui pourraient survenir ». Selon le socialiste, lui et ses camarades de Velingara ont été instruits dans ce sens par le secrétaire général du Ps, Ousmane Tanor Dieng.

Dans tous les cas, la plupart des sensibilités de la mouvance « Bennoo » a réaffirmé sa volonté « d’aller ensemble aux législatives du 30 juillet et la présidentielle de 2019 », dans le sillage de la volonté exprimée par leaders nationaux de soutenir le président Macky Sall. Quid des réactions ? « Nous avons obtenu des retours positifs », renchérit Sayfoulaye Baldé qui estime qu’il faut maintenant « parfaire cette entente et préparer sereinement les investitures ». Selon lui, la coalition court le danger de voir des initiatives en solo saper ses fondements : « des responsables seraient tentés de se déclarer candidats de facto, provoquant ainsi des goulots d’étranglement, avec le risque de les voir perdre et d’entraîner toute la coalition avec eux dans leur chute ».

Pour sa part, le maire de Bonconto, Chérif Habib Aïdara, (membre du Conseil économique, social et environnemental) a expliqué cette démarche qui est de « faire comprendre que l’enjeu de ce scrutin dépasse les carrières des uns et des autres ». Ils ont remercié le président Macky Sall « pour sa sollicitude à l’endroit de Vélingara » qui a vu plusieurs de ses fils promus à d’importantes responsabilités.

S. KAMARA

En visite officielle à Dakar, le vice-président chinois Li Yuanchao a été reçu par le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne.

C’est un nouvel engagement pris par les autorités chinoises vis-à-vis du Sénégal pour appuyer certains projets. Cet engagement a été pris par le vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao, au terme de sa séance de travail avec le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne. Les deux hommes ont paraphé un accord de coopération technique et financière d’une enveloppe de 30 milliards de Fcfa qui servira à appuyer des projets tels que le musée des civilisations noires, la construction du ministère des Affaires étrangères, la réparation du barrage d’Affignam etc. « En plus de cet accord de coopération financière et technique, il y a eu un échange de lettre relatif à l’extension de l’hôpital pour enfant de Diamniadio qui va se consolider en un pôle mère-enfant. Ce deuxième échange de lettre vient en cohérence avec le programme de développement durable à l’horizon 2030 », a expliqué le porte-parole du gouvernement Seydou Guèye. La Chine a fait part de sa disponibilité pour contribuer au financement de la 2eme phase du parc international industriel (P2i), tout en s’engageant à faire venir les investisseurs chinois et à la délocalisation des entreprises chinoises. « C’est une coopération exemplaire et porteuse puisqu’elle est très préoccupée d’apporter des solutions aux populations notamment en matière d’hydraulique, d’infrastructures, de qualification et de formation des ressources humaines », a dit Seydou Guèye, rappelant les projets d’autoroute Ilaa Touba et Aibd-Thiès, le pont de Foundiougne. Il s’y ajoute la construction de l’arène nationale, le financement de la 3eme phase du Pudc avec la construction de plus de 250 forages supplémentaires. Pour Seydou Guèye, cette coopération entre le Sénégal et la République de Chine ouvre une nouvelle vision des deux pays en relation internationale. Ce qui se traduit par une « bonne intelligence » en terme de soutien.

Maguette NDONG

L’institut Confucius de l’Ucad a été inauguré, hier, par le ministre de l’Enseignement supérieur Mary Teuw Niane et le vice-ministre de l’Éducation de la République populaire de Chine, Du Zhanyuan. C’était en présence du vice-président de la République populaire de Chine, Li Yuanchao et du recteur de l’Ucad.

Le vice-président de la République populaire de Chine a salué l’excellence coopération entre les deux pays et dont le volet éducation constitue une composante très importante. M. Li Yuanchao a aussi exprimé ses sincères reconnaissantes aux autorités sénégalaises et au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Le recteur de l’Ucad, le Pr Ibrahima Thioub, a, pour sa part, estimé que c’est un privilège, pour l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, d’abriter ce bâtiment construit par la coopération chinoise. «Par cet acte exceptionnel, le gouvernement populaire de Chine magnifie l’excellence des relations entre les peuples chinois et sénégalais et leurs gouvernements respectifs. Par l’enseignement de la langue et de la civilisation millénaires de la Chine, l’université Cheikh Anta Diop de Dakar a décidé d’apporter sa contribution à ces excellentes relations », a ajouté le Pr Thioub avant de rappeler que l’institut Confucius de l’Ucad est « ouvert à la société sénégalais » avec une offre de formation mettant en avant la professionnalisation.

A. DIOP

Au cours de son intervention, le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne a fait remarquer que le vice-président chinois Li Yuanchao nous a fait « l’amitié » de démarrer sa visite africaine par le Sénégal. «Il est en train de visiter trois pays africains et il a souhaité commencer par Dakar pour délivrer le message du président chinois Xi Jinping au président Macky Sall. Un message d’encouragement », a-t-il précisé. Le Premier ministre a rappelé que les deux présidents ont décidé d’élever notre coopération à un niveau stratégique global. «C’est le plus haut niveau de coopération que la Chine entretient avec les États du monde. Il est donc venu confirmer la singularité de notre coopération. Nous avons également d’importants résultats en coopération et la Chine s’est déjà distinguée dans le financement de nos infrastructures avec des projets structurants », a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement a souligné l’inauguration le matin même (hir – Ndlr) le centre Confucius pour promouvoir la langue chinoise dans notre pays. « Beaucoup de sénégalais parlent déjà le chinois et nous nous félicitons de la décision des autorités chinoise de porter de 50 à 60 le nombre de bourses délivrées aux étudiants sénégalais pour la Chine à partir de cette année», s’est réjoui Mahammad Boun Abdellah Dionne. « Il y a également plus de 200 bourses attribuées lors de cette importante visite. Le vice-président l’a confirmé au président Macky Sall. Plus de 200 bourses pour des stages professionnels qui vont être organisés à partir de cette année en Chine. C’est un deuxième volet de notre coopération », a indiqué le Premier ministre.

A. DIOP

Abordant le troisième volet de cette coopération, Mahammad Boun Abdallah Dionne a révélé que le vice-président, Li Yuanchao, a confirmé au président de la République, Macky Sall, le financement du Pudc, dans son volet hydraulique rural, par la Chine avec plus de 250 forages supplémentaires qui seront réalisés. «C’est cela l’inclusion sociale souhaitée par le président de la République ; la promotion d’une économie rurale et plus globalement des infrastructures rurales. C’est cela aussi le Plan Sénégal émergent. Enfin, le projet important qui a retenu beaucoup l’attention, c’est le parc industriel de Diamniadio et le vice-président Li a confirmé toute la disponibilité de la partie chinoise à promouvoir et la création de valeurs ajoutées au Sénégal et la promotion de l’emploi, notamment l’emploi industriel », a-t-il fait savoir. Au total, et de l’avis du Premier ministre, « c’est une coopération qui se porte très bien » et « qui a aujourd’hui des résultats ».

«Nous sommes aujourd’hui le premier pays au monde exportateur d’arachide vers la Chine. C’est déjà encourageant et ce sont d’autres perspectives qui s’ouvrent au Sénégal. Et le président a renouvelé son invitation pour que le président Xi Jinping puisse visiter le Sénégal l’année prochaine », a-t-il conclu.

A. DIOP

Abordant le troisième volet de cette coopération, Mahammad Boun Abdallah Dionne a révélé que le vice-président, Li Yuanchao, a confirmé au président de la République, Macky Sall, le financement du Pudc, dans son volet hydraulique rural, par la Chine avec plus de 250 forages supplémentaires qui seront réalisés. «C’est cela l’inclusion sociale souhaitée par le président de la République ; la promotion d’une économie rurale et plus globalement des infrastructures rurales. C’est cela aussi le Plan Sénégal émergent. Enfin, le projet important qui a retenu beaucoup l’attention, c’est le parc industriel de Diamniadio et le vice-président Li a confirmé toute la disponibilité de la partie chinoise à promouvoir et la création de valeurs ajoutées au Sénégal et la promotion de l’emploi, notamment l’emploi industriel », a-t-il fait savoir. Au total, et de l’avis du Premier ministre, « c’est une coopération qui se porte très bien » et « qui a aujourd’hui des résultats ».

«Nous sommes aujourd’hui le premier pays au monde exportateur d’arachide vers la Chine. C’est déjà encourageant et ce sont d’autres perspectives qui s’ouvrent au Sénégal. Et le président a renouvelé son invitation pour que le président Xi Jinping puisse visiter le Sénégal l’année prochaine », a-t-il conclu.

A. DIOP

Au sortir de son audience avec le président de la République, Macky Sall, hier, au palais de la République, le vice-président chinois, Li Yuanchao a annoncé que le gouvernement chinois a décidé d’accorder au Sénégal pour l’année 2017 une aide sans contrepartie de 300 millions de Yuan.

Le vice-président chinois qui tirait un bilan de sa visite au Sénégal, a déclaré qu’elle a été très fructueuse d’autant qu’il était venu avec « la volonté du peuple chinois d’approfondir sa coopération avec le peuple sénégalais », a-t-il indiqué. Précisant ainsi qu’il a été reçu par le président Macky Sall, juste après l’entretien qu’il a eu avec le Premier ministre et des membres du gouvernement. « Nous nous sommes toujours félicités de notre coopération fructueuse avec le Sénégal et je suis sûr qu’il existe de très belles perspectives et un grand potentiel dans notre future coopération.

Nous convenons tous qu’il faut poursuivre nos efforts afin de mettre en œuvre les consensus dégagés par les deux chefs d’État sur notre coopération, et continuer à travailler à la mise en œuvre des acquis du sommet de Johannesburg sur la coopération sino-africaine », a ajouté le vice-président Li Yuanchao. Avant d’annoncer, pour 2017, une aide sans contrepartie de 300 millions de Yuans. Le vice-président a tenu à faire un témoignage : « nous voyons que sous la direction du président Macky Sall, vous œuvrez activement pour la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent, et l’on constate de très belles performances sur le plan économique, et les conditions de vie des Sénégalais s’améliorent de jour en jour».

Amadou DIOP

Hier, au sortir d’une séance de travail tenue aux ministères des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, avec M. Qian Honshan, vice-ministre chinois des affaires étrangères, en visite au Sénégal, le ministre Mankeur Ndiaye s’est félicité de l’engagement de la Chine à accompagner le Sénégal dans ses projets majeurs.

Le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur a indiqué, à l’issue de cet entretien de plus d’une heure, que cette visite entre dans le renforcement des excellentes relations de coopération entre la Chine et le Sénégal. «Nous avons fait un tour d’horizon de l’état de la coopération et les perspectives qui s’offrent à nous. Nous avons également échangé sur les grands dossiers de la politique internationale », a précisé Mankeur Ndiaye. Il a souligné « la parfaite convergence de vues entre le Sénégal et la Chine sur les grands dossiers de la politique internationale ». Pour sa part, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, M. Qian Honshan, a salué la qualité de l’entretien qu’il a eu avec son homologue. « La Chine et le Sénégal sont de bons frères, de bons amis et de bons partenaires ; nous avions beaucoup de sujets à évoquer et nos discussions ont été approfondies. Nos deux pays sont liés par une amitié traditionnelle, et une confiance politique très solide sur laquelle nous développons une ample coopération économique et commerciale » a-t-il fait remarquer. «Nous allons donc prendre notre responsabilité pour accompagner le Sénégal dans son développement. J’ai trouvé que nos deux pays sont en parfaite entente », a-t-il insisté.

Le vice-ministre chinois a indiqué que les secteurs prioritaires de cette coopération sont les infrastructures, le commerce, la pêche, les chemins de fer, sans oublier le projet de rénovation du bâtiment du ministère des affaires étrangères.

Amadou DIOP

Le chef de l’État, Macky Sall, a adressé, hier, en début de soirée, ses «chaleureuses félicitations» et vœux de réussite à Emmanuel Macron, suite à son élection à la présidence de la République française. «Je suis heureux de vous adresser mes chaleureuses félicitations suite à votre victoire aux élections présidentielles françaises», écrit-il dans une «lettre de facilitation» adressée au président élu français, leader du mouvement «En Marche !». «J’y ajoute mes vœux les meilleurs de bien-être et de réussite dans l’exercice de vos éminentes charges au service de vos compatriotes», peut-on lire dans cette lettre dont copie est parvenue au « Soleil ». «Je me réjouis à l’idée de poursuivre et de renforcer avec vous’’ les ‘’liens privilégiés» entre le Sénégal et la France, deux pays liés par «de solides relations d’amitié conviviale et de coopération multiforme, fondées sur des valeurs partagées et une confiance mutuelle», écrit Macky Sall.

...Une parfaite organisation du scrutin à Dakar
Le deuxième tour de l’élection présidentielle à Dakar s’est déroulé dans une parfaite organisation. Hier, à l’ambassade de France à Dakar, tous les dispositifs ont été améliorés pour la circonstance. L’ambassadeur de France qui a accompli son devoir civique a indiqué que ses services ont essayé de faire en sorte que le scrutin se déroule de « la meilleure manière possible, le minimum de queues, le maximum de sécurité, la plus grande proximité possible avec les électeurs». Ainsi, pour Christophe Bigot, par rapport au premier tour, il y a des améliorations notables. «Du côté de l’organisation, nous avons essayé de faire en sorte que cela soit plus fluide et pour cela, nous avons mieux organisé les bureaux avec plus d’espace, plus de régulation et plus de personnels ; vous pouvez constater que ce matin, ce n’est pas qu’il y ait moins de monde, ce n’est pas qu’il y ait moins de votants, mais nous avons fait en sorte qu’il y ait moins de queue par une meilleure organisation», a-t-il précisé. Il a rappelé les dispositions prises avec la mise en place des bureaux de vote à Saly et à Saint-Louis. « Il y a beaucoup de français au Sénégal. C’est la première communauté française au sud du Sahara et plus de 25.000 Français habitent au Sénégal avec des parcours très variés», a-t-il rappelé.

Amadou DIOP

La commune de Bambilor a abrité, ce week-end, un méga-meeting avec pour objectif de sceller l’unité entre les frères Ndiagne Diop et Modou Salla Diop, tous deux proches du ministre Oumar Guèye. C’était l’occasion d’une grande mobilisation de l’ensemble des militants des communes des 4 C et d’autres du département de Rufisque. Dans le but de sceller définitivement l’unité, le directeur de cabinet du président de la République, Me Oumar Youm, a saisi l’occasion pour appeler les militants à faire bloc autour de leur leader, Oumar Guèye. « La politique, ce n’est pas de l’animosité. Vos militants attendent de vous la paix et l’union des cœurs. Le président de la République demande à cultiver la paix. Vous êtes des responsables et n’avaient pas le droit de mettre le feu dans le fief du ministre Oumar Guèye qui est en train de réussir un travail politique extraordinaire », a dit Me Youm qui s’est offusqué des incidents qui ont eu lieu entre les gardes du corps des leaders politique. «Il faut changer les cœurs et cultiver l’unité. Pas d’unité de façade », a signalé Me Oumar Youm invitant les uns et les autres à cesser « les ambitions démesurées » qui les animent. Très étonné des actes de violences qui ont émaillé ce meeting, Oumar Youm a mis en garde Ndiagne Diop et Modou Sall Diop sur leur « prétention au narcissisme » qu’il a qualifiée de « dangereux » pour le parti. Aujourd’hui, même si cette unité a franchi un pas avec ce meeting, il reste encore du chemin pour voir le maire de Bambilor, Ndiagne Diop et son frère de parti, Modou Sall Diop se donner la main. Toutefois, les responsables du département tels que le ministre Oumar Guèye et le président du Conseil départemental, Souleymane Ndoye, essaient de contenir cette vieille rivalité entre les deux hommes.

M. NDONG

Les responsables et militants de l’Apr de la commune de Dagana, très proches du directeur général de la Senelec, Mouhammadou Makhtar Cissé, ont organisé, samedi, dans la commune de Dagana, plus précisément au quartier Bayal 2, un méga meeting, au cours duquel, 20 ex responsables libéraux dont 11 conseillers municipaux (proches du maire Oumar Sarr) ont réaffirmé leur ferme décision de rejoindre les rangs de l’Apr.

A en croire Ibrahima Sow, responsable de l’Apr dans le département de Dagana, « notre parti n’a jamais eu l’occasion d’organiser un méga meeting de ce genre, les populations de la commune de Dagana ont tenu à assister massivement à cette rencontre politique de grande envergure ».

Dans le même sens, le député maire de Richard-Toll, Dr Mame Diop a félicité ces nouveaux militants, invitant tous les responsables et militants de l’Apr à redoubler d’efforts pour occuper davantage le terrain politique et contribuer efficacement à la massification du parti. Clôturant ce méga meeting, qui s’est déroulé de 22h à 2h du matin, le ministre Abdou Ndéné Sall,Secrétaire d’État chargé du Réseau ferroviaire national, est revenu largement sur les réalisations du président Macky Sall. Il a laissé entendre que le bilan à mi-parcours du président Macky Sall, est très satisfaisant, aussi bien au niveau national qu’au niveau du Walo.

Mb. Kh. DIAGNE

« C’est pour nous de l’Apr, une grande fierté et un immense plaisir d’accueillir une militante politique aussi chevronnée que Mme Aïssata Talla », a déclaré Abdou Karim Sall, samedi dernier, lors du meeting de ralliement de la désormais ex-responsable du Pds à Djeddah Thiaroye Kaw, commune du département de Pikine.

Parrain de cet événement, le coordonnateur de l’Apr à Mbao, a fait savoir qu’il peut « dormir tranquille » en attendant les prochaines élections de députés. « Avec cette défection de taille, la messe est dite pour le Pds et même pour toute l’opposition dans cette partie du département de Pikine », a répété le directeur général de l’Artp lors du meeting. Cette rencontre qui a revêtu un cachet populaire, a également vu la participation du maire de la localité, Racine Tall (Dg de la Rts), de Mme Sophie Ndiaye Cissokho, responsable des femmes Apr de la commune, entre autres responsables politiques et notables du quartier. « Les militants, on ne les compte pas, on les pèse. Et Aïssata Talla, elle, pèse lourd », s’est réjoui Abdou Karim Sall pour qui « l’Apr a désormais toutes les raisons d’être optimiste pour les législatives de fin juillet prochain ». Mme Aïssata Talla est, en même temps, conseillère municipale à la ville de Pikine et à la commune d’arrondissement de Djeddah Thiaroye Kaw. Interpellé sur les passes d’armes entre responsables de premier plan de l’Apr ces temps-ci, Abdou Karim Sall a relativisé. Selon le coordonnateur de l’Apr Mbao, « cette situation est compréhensible ».

« Il y a toujours des crises du genre dans toutes les grandes formations politiques. C’est très fréquent même au sein des partis qui grandissent comme le nôtre », a fait remarquer le responsable départemental de la Convergence des cadres républicains (Ccr) de Pikine. Abdou Karim Sall précise : « nous ne sommes pas les premiers à connaître ce type de remous internes, pas souhaitables du tout, et nous ne serons pas les derniers », a-t-il souligné avant de se montrer optimiste : « ce qui nous intéresse, aujourd’hui, et que nous y mettons toutes nos forces, est comment faire pour barrer la route à cette opposition de fiction qui veut semer le doute dans la tête des Sénégalais alors que le président de la République a fini de convaincre toute la population par son ambitieux Pse», a conclu Abdou Karim Sall.

Samboudian KAMARA

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.