banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Prétendues violations commises par l’Etat : El Hadj Kassé récuse les avocats de Khalifa Sall

21 Avr 2017
228 times

Faisant suite à la lettre des avocats du Khalifa Sall adressée au président Macky Sall, pour attirer son attention sur « les nombreuses violations commises par l’État du Sénégal » et pour solliciter, de son autorité, « le retrait de la Constitution de partie civile de l’État ». Le ministre chargé de la communication de la présidence de la République, El Hadj Hamidou Kassé, a réagi pour exprimer son étonnement de voir les conseils de l’édile de la ville de Dakar, sous mandat de dépôt, s’ériger en régulateurs de l’espace public.

C’est sur les ondes de la Rfm que le ministre conseiller en charge de la communication de la présidence de la République a répliqué à la lettre adressée au chef de l’État Macky Sall par les avocats du maire de Dakar. Selon El Hadji Hamidou Kassé, « aucun membre du gouvernement n’a violé le secret de l’instruction » dans le dossier afférant à la gestion de la caisse d’avance de la mairie de Dakar qui a valu à son édile une mise sous mandat de dépôt par le doyen des juges. Partant du principe que l’État a un droit de regard sur la gestion des collectivités locales. « Il y a une seule caisse et l’État centrale a l’obligation et le droit de regarder dans la gestion des ressources confiées aux collectivités locales parce qu’il est le pourvoyeur de ces ressources », a-t-il fait savoir. Il précise que « c’est pourquoi « les procédures de contrôle a posteriori et a priori sont de rigueur notamment dans les collectivités locales ». Non sans préciser qu’il n'a pas encore lu la lettre en question. Sur la même lancée, M. Kassé a dit « regretter les attaques, les compagnes systématiques de calomnie, de dénigrement et de diffamation » à l’endroit du président de la République avant de renchérir que « quand vous attaquez, il faut vous attendre à une contre-attaque. Je demande seulement que le débat soit posé dans les règles de l’art ».

Rappelons que les avocats du maire de Dakar ont saisi, par lettre en date du 13 avril 2017, le chef de l’État aux fins de retrait de la Constitution de parte civile par l’État du Sénégal, « une hérésie », mais aussi pour mettre à ce qu’ils assimilent à des immixtions de membres de l’Exécutif avec « les sorties répétées des autorités gouvernementales pour se prononcer sur le dossier » ; ce qui, à leurs yeux, est en «violation flagrante de la présomption d’innocence » de leur client.

M. L. DIEYE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.