banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Investir sur l’enfant et la femme (Par Daouda Mané)

08 Sep 2017
91 times

Protéger davantage l’enfant et assurer la promotion de la femme. C’est l’une des missions assignées au nouveau gouvernement du Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne. Le chef de l’État le sait, malgré les efforts déployés jusqu’ici, la situation de ces couches (notamment la femme rurale) n’est pas reluisante au Sénégal. Or, l’enfant et la femme constituent le socle de la famille. Cependant, ils restent très vulnérables à tous les chocs aussi bien endogènes qu’exogènes. Instruire donc le gouvernement à ne pas perdre de vue cette mission est très salutaire.

Certes, depuis fort longtemps, la promotion et la protection des droits de l’enfant constituent une préoccupation majeure de l’État. De nombreuses mesures d’ordre juridique, institutionnel et politique ont été prises à cet effet. Entre autres, la création de la Cellule d’appui à la protection de l’enfance (Cape) basée à la présidence de la République. Celle-ci est chargée de faciliter, par la recherche, le plaidoyer et la mobilisation de ressources, le développement de réponses cohérentes et coordonnées fondées sur la Stratégie nationale de protection de l’enfant (Snpe), comme l’a rappelé le 6 août 2015, lors de la Revue du secteur de la protection de l’enfant, le Magistrat Mame Ngor Diouf, en service à la Cape.

Le diagnostic fait état de l’existence d’un cadre juridique « largement protecteur, globalement correct » (ratification de la quasi-totalité des instruments juridiques régionaux et internationaux relatifs aux droits de l’enfant, constitutionnalisation des droits de l’enfant et renforcement progressif et continu du cadre législatif et réglementaire) mais « très méconnu et faiblement appliqué ».

Autant dire que le défi de la protection de l’Enfant est énorme. En témoigne l’ampleur de la mendicité des enfants, la persistance des violences et abus sur eux, l’invisibilité de milliers d’enfants non ou mal déclarés à l’état civil, le taux élevé de déperdition scolaire, le faible accès des enfants aux soins de santé primaires, etc.

L’autonomisation de la femme doit rester aussi une sur-priorité. Elle rencontre de nombreux écueils dans la vie quotidienne : insuffisance de financements, faible accès à la terre, à des soins de santé de qualité, à l’alphabétisation (pour les femmes), à la scolarisation, fort taux de mariages et grossesses précoces (pour les filles), etc.

Pour inverser la tendance, le gouvernement doit mettre l’accent sur la santé maternelle et infantile, l’allègement des travaux domestiques et la scolarisation des filles, base de tout épanouissement. Car comme l’a dit l’Unesco, « éduquer une fille, c’est éduquer la société ».

 

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.