banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

4ème édition du Forum sur la Paix et la Sécurité : Macky Sall préconise une riposte « solidaire et globale » contre le terrorisme

14 Nov 2017
337 times

Pour sa 4ème édition, le Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité qui s’est ouvert, hier, met le focus sur la recherche de solutions intégrées aux défis sécuritaires de l’Afrique. Dans cette quête d’efficacité et d’efficience dans le combat contre le terrorisme, le président Macky Sall a jugé nécessaire de privilégier la riposte militaire solidaire et globale, en plus des solutions économiques.

C’est révolu l’époque où des hauts gradés de l’armée s’enfermaient et discutaient, autour d’une carte, de stratégie militaire et de sécurité. Autre temps, autre mœurs. Aujourd’hui, les menaces majeures et émergentes de toutes sortes appellent une approche intégrée et concertée. C’est ce qui explique sans doute la diversité des profils dans l’aréopage de participants qui prennent part au 4ème Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité en Afrique.

A travers le thème « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées », l’édition de cette année, qui s’est ouverte, hier, met en exergue la nécessité d’une approche globale et inclusive combinant les aspects militaire, financier, éducatif et culturel de la lutte contre le terrorisme et autres formes d’insécurité. Plus spécifiquement, cette rencontre de haut niveau aborde des questions liées à la gouvernance sécuritaire, aux impacts du changement climatique, à la sécurité maritime et à la responsabilité du Secteur privé dans le domaine de la sécurité. Pour débattre de ces questions hautement stratégiques dans la préservation de la paix et de la sécurité, le président Macky Sall avait, à ses côtés, dans la salle des Congrès du Cicad, ses homologues du Mali, Ibrahima Boubacar Keita, du Rwanda Paul Kagamé, en plus du Premier ministre du Tchad Pahimi Padaké Albert, du ministre français des Armées Florence Parly, du président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki Mahamat et du représentant du Japon M. Sato. Et le chef de l’État du Sénégal n’y est pas allé par quatre chemins. Le ton ferme, il a soutenu que la première action contre les groupes terroristes doit être la riposte militaire. « On ne peut pas régler le problème dans le Sahel avec des fleurs. La solution est d’abord d’ordre militaire. On ne peut pas laisser le champ libre à des forces dont le seul objectif est de semer la mort et le chaos », a-t-il martelé. Cependant, il précise que cette riposte doit être « solidaire et « globale » pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes ». Le président Macky Sall admet que la recherche de solutions intégrées face aux défis sécuritaires actuels de l’Afrique bute sur des défis à la fois nombreux et complexes. Fort de cela, il estime que leur prise en charge efficace nécessite des réponses diverses et complémentaires.

Mais pour que cette riposte soit efficace et cohérente, Macky Sall pense qu’il faut des forces de défense et de sécurité suffisamment formées, entraînées, équipées et dotées de mandats clairs et robustes. A propos de mandat, le président de la République estime que les missions classiques de maintien de la paix ne sont plus adaptées. Il en veut pour preuve le cas de la Minusma au Mali dont les Casques bleus subissent des attaques mortelles qui ont fini d’en faire la mission la plus meurtrière de l’histoire des Casques bleus des Nations unies. Pour lui donc, l’heure est venue de repenser sérieusement la doctrine du maintien de la paix du système des Nations Unies. « On ne peut maintenir la paix là où elle n’existe pas. Il faut plutôt la rétablir en combattant les groupes dont la violence est le seul mode d’action », a-t-il souligné avec force.

La question du renseignement et de sa coordination sont aussi indispensables aux yeux du président de la République pour faire face aux menaces sécuritaires. Il en est tellement convaincu que, dit-il, « lorsque la bataille du renseignement est perdue, le combat contre l’insécurité et le terrorisme est perdu d’avance ». Au-delà des professionnels, le renseignement doit être l’affaire aussi des citoyens qu’il invite à être plus vigilants et d’avoir un comportement patriotique.

Elhadji Ibrahima THIAM, Amadou DIOP et Oumar KANDE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.