banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Déclaration de Politique générale : Réactions... Réactions... Réactions... (suite)

07 Déc 2017
270 times
ME ASSANE DIOMA NDIAYE : « LES PROPOS DES DÉPUTÉS SONT ASSUJETTIS À LEUR APPARTENANCE POLITIQUE »
Suite à la Déclaration de politique générale du Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, Me Assane Dioma Ndiaye, président de la Ligue sénégalaise des droits humains, relève   « deux critères de comparaison ». « Je veux  d’abord évoquer les députés de la majorité qui  consacrent le plus clair de leur temps de parole à faire les éloges du pouvoir en place. Dans leurs discours, nous vivons dans le meilleur des mondes ; tout est bien, tout est beau. C’est en fin de propos qu’ils essayent d’évoquer les préoccupations des populations de leurs localités.  Ils se font malheureusement rattraper par le temps lorsqu’ils se mettent à invoquer ces problèmes », constate-t-il. Or, selon le membre de la société civile, « la mission du député, quelque soit son camp, c’est de mettre en avant les points de préoccupations pour ainsi inciter les gouvernants à y apporter des améliorations », défend Me Ndiaye. Du côté de l’opposition, il dit noter l’arrivée de fortes personnalités, telles que Ousmane Sonko, Dethié Fall ou encore le Pr  Elhadji  Sall.  « Ils ont affiché une réelle volonté de mettre en avant les points qui ne marchent pas. Ce qui est éloquent, c’est que ce type de députés s’appuie souvent sur des éléments pour étayer leur propos », salue-t-il. Ce qui peut laisser présager, à son avis, la présence « d’un nouveau type de député ». Assane Dioma Ndiaye dit regretter que les propos des députés soient assujettis  à  leur  appartenance politique.

O. BA


MOUNDIAYE CISSE DE L'ONG 3D : « DES ÉCHANGES PERTINENTS ANIMÉS PAR DES PARLEMENTAIRES AU PROFIL INTÉRESSANT »
Moundiaye Cissé, directeur exécutif de l'Ong Décentralisation, droits humains et développement local (3d), relève des « échanges  pertinents animés la plupart du temps par des parlementaires au profil intéressant ». Il y a, selon lui, des députés qui ont su poser des débats de fond. Dans cette perspective, il cite Ousmane Sonko, Seydou Diouf ou encore Abdoulaye Makhtar Diop.  Toutefois, souligne-t-il, les « députés politiques » n’ont pas voulu jouer les derniers rôles. Selon leur appartenance politique, ils ont fustigé ou apprécié. Ce qui, tout de même, demeure compréhensible à son jugement. « L’Assemblée nationale constitue le reflet de la société et de la démocratie. Il est, dès lors, compréhensible d’y retrouver toutes sortes de profils de député », indique M. Cissé. Nonobstant, le directeur exécutif de l'Ong 3d insiste sur la « nécessité de penser aux populations qui ne maitrisent pas forcément la langue officielle ».
 
O. BA


AÏSSATA TALL SALL, DEPUTE NON-INSCRIT : « NOUS DEVONS CHANGER DE PARADIGME »
Sur la question de la dette du Sénégal, le député Aïssata Tall Sall a indiqué que le problème ne réside pas dans soutenabilité ou de dire que nous avons la capacité de nous endetter ; et nous le faisons ». « Non, ce n’est pas là où se trouve le débat », regrette Mme Sall. « Le débat, selon elle, c’est de savoir les motifs, la finalité et la portée de cet endettement sur les générations à venir ». Elle reste d’avis que le gouvernement doit « changer « de paradigme par rapport à la dette ». « A chaque fois qu’on parle de la dette, le gouvernement monte sur ses grands chevaux et nous dit que nous avons la capacité de nous endetter en se fondant sur les arguments des partenaires techniques et financiers », se désole le député. Selon elle, le projet présenté par le Premier ministre « est bon ; l’ambition est bonne ; mais nous attendons la mise en œuvre ». « Le Pudc, Puma, Promovilles, ce sont de belles visions ; mais il faut agir », a-t-elle apprécié. « Ce que nous (les régions de la périphérie) voulons c’est que les disparités entre elles et les grandes régions du centre (Dakar, Thiès, Kaolack) soient combattues et convaincues. Voilà ce que nous attendons du gouvernement », a-t-elle dit.

S. D. SY

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.