banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Serigne Mountakha Mbacké, le Khalife de la continuité

11 Jan 2018
273 times

Si Serigne Mouhamadou Lamine Bara Falillou a inauguré l’ère des petits-fils khalifes, Serigne Sidy Mokhtar était surnommé le « Khalife de la renaissance », en référence au titre de l’ouvrage écrit sur lui par son neveu, porte-parole permanent et assistant personnel, Serigne Cheikh Thioro Mbacké. Serigne Mountakha Mbacké Bassirou, lui, pourrait être considéré comme le Khalife de la continuité.

En fait, il était présent dans la sphère décisionnelle de Touba depuis qu’il occupe le titre de Khalife de la concession paternelle de « Darou Minam », fief de la famille de son père, Serigne Bassirou Mbacké ibn Cheikh Ahmadou Bamba. La tâche ne sera pas donc difficile, eu égard à sa grande proximité avec ses frères qui l’ont devancé à la tête de la communauté mouride, Serigne Mouhamadou Lamine Bara Falillou et Serigne Sidy Mokhtar Mbacké. Ces derniers avaient fait de lui un proche collaborateur, un confident et homme de confiance. Aussi a-t-il été au cœur du pouvoir à Touba ces dernières années.

Dans la ville sainte et dans les principales concessions familiales de la famille de Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Mountakha a fini de faire l’unanimité autour de sa personne. D’abord, par sa piété et sa simplicité,puis par son grand sens des relations familiales. Une chose facilitée certainement par la place qu’occupe son défunt père, Serigne Bassirou, dans la marche du mouridisme. Quatrième fils de Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Bassirou Mbacké est né peu de temps après le départ de son père en exil en 1895. Ainsi, il ne l’a vu qu’à son retour. Cela n’affectera guère leur relation, car Serigne Bassirou a été le fils qui aura le plus passé de temps avec Cheikh Ahmadou Bamba à son retour d’exil et dans ses différents lieux de résidence surveillée dont Diourbel et Thièyene Djolof. Une proximité qui a renforcé son engagement au service du mouridisme et ses excellentes relations avec tous ses frères. Une proximité qui lui a donné aussi la légitimé de produire l’une des biographies les plus connues de Cheikh Ahmadou Bamba : « Les bienfaits de l’Eternel ». Un ouvrage qui, comme celui d’un autre disciple et contemporain de Cheikh Ahmadou Bamba, « L’Abreuvement du commensal dans la douce source d’amour du Serviteur » de Serigne Mouhamadou Lamine Diop « Dagana », fait partie des livres les plus utilisés par ceux qui font des recherches sur la vie et l’œuvre de Serigne Touba.

Adoration de Dieu et culte du travail
C’est cet héritage spirituel, intellectuel et relationnel laissé par son père que Serigne Mountakha perpétue depuis 2007, quand il a succédé à son grand-frère, Serigne Moustapha Bassirou, à la tête de la concession familiale de « Darou Minam ». Cette famille a aussi en charge la gestion de la ville de Porokhane où est enterrée Mame Diarra Bousso, la mère du fondateur du mouridisme. Serigne Mountakha n’aura pas donc beaucoup à apprendre en sa qualité de Khalife général des mourides, tant sa vie a été moulée dans les préceptes du mouridisme. Rien aussi dans sa démarche ne va différer de celle de son prédécesseur, Serigne Sidy Mokhtar, c’est-à-dire l’adoration de Dieu et le culte du travail, conformément aux enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba.

Et ce, même dans le choix des hommes qui vont l’accompagner. Il va sans doute suivre les pas de Serigne Sidy Mokhtar Mbacké qui avait instauré un partage des responsabilités et un savant dosage en faisant appel à toutes les familles religieuses de Touba pour la gestion des affaires de la cité religieuse. Très lié à l’actuel porte-parole, Cheikh Bassirou Abdou Khadre Mbacké, qui porte d’ailleurs le nom de son père, Serigne Mountakha a, dit-on à Touba, contribué à sa reconduction comme porte-parole et président du Comité d’organisation du Magal à l’accession au khalifat de Serigne Sidy Mokhtar. C’est dire qu’à Touba les hommes passent et l’institution qu’est le mouridisme demeure davantage.

Oumar NDIAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.