sources vecto FR 5 page 001

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

En lice pour les élections législatives du 30 juillet, la Convergence libérale patriotique (Clp/Jamm Ji) est d’avis que le Sénégal a besoin d’une « force politique patriotique qui puisse défendre la République dans l’hémicycle en ayant comme leitmotiv l’objectivité, la rigueur et la transparence ».

La Convergence libérale patriotique (Clp/Jamm Ji) veut défendre les valeurs de la République à l’Assemblée nationale. En lice pour les législatives du 30 juillet, son leader, Serigne Mbacké Ndiaye promet de faire des propositions visant à renforcer la démocratie sénégalaise. « Nous proposerons la suppression des salaires des députés pour les remplacer par des indemnités de session et un mandat présidentiel de 7 ans non renouvelable », a déclaré Serigne Mbacké Ndiaye. Le leader de Clp propose aussi de ramener le nombre de députés à 100 dont 20 représentants des Sénégalais de l’extérieur. Il veut aussi que la liste nationale soit supprimée et que les députés soient élus au scrutin uninominal à deux tours.

Pour M. Ndiaye, le Sénégal a besoin d’une nouvelle option politique qui se donne pour objectif ultime l’épanouissement des Sénégalais dans tous les secteurs de la vie. « Le pays a besoin de la conjugaison des efforts de tous les Sénégalais qui sont déterminés à se battre pour un Sénégal de paix et de prospérité », a-t-il dit. « Il manque dans l’arène politique sénégalaise un mouvement politique patriotique clairement et profondément investi dans les valeurs sénégalaises de la paix, du dialogue et de la fraternité pour un ancrage achevé de notre pays à l’épanouissement économique », a souligné le leader de la Clp.

Serigne Mbacké Ndiaye entend aussi défendre « la prise en compte et le soutien du combat des hôteliers du Sénégal, la prise en charge du combat de la plateforme pour la défense de l’environnement et la réappropriation du littoral, un fort plaidoyer pour la mise en place d’un observatoire de l’enfance pour la protection et le suivi de l’enfance au Sénégal ». Dans le secteur touristique, la coalition dirigée par Serigne Mbacké Ndiaye plaide pour une révision de la convention hôtelière et des industries alimentaires. Elle promet aussi d’œuvrer pour le règlement définitif des conflits permanents avec les voisins du Sénégal dans le secteur de la pêche. A ce titre, il entend mener des missions de bons offices pour faciliter un terrain d’entente entre les pêcheurs sénégalais et les autorités mauritaniennes.

Revenant sur les tensions politiques notées à quelques jours du démarrage de la campagne, Serigne Mbacké Ndiaye a appelé les acteurs politiques au sens des responsabilités. Il a aussi écarté toute possibilité de cohabitation. « C’est le président de la République qui définit la politique de la nation. Le Premier ministre doit donc exécuter la politique définie par le président. Il ne peut y avoir de cohabitation », a dit M. Ndiaye.

Babacar DIONE

Pour plus d’équilibre et d’équité, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) rappelle aux responsables des médias que leurs collaborateurs investis sur les listes pour les législatives doivent s’abstenir d’utiliser leurs émissions comme moyens de propagande, à compter d’hier et ce, jusqu’à la fin du processus électoral. Le code électoral oblige les médias qui traitent des élections législatives à respecter rigoureusement les règles d’équité et d’équilibre entre les candidats (articles L.61 et LO.125), souligne le Cnra. Selon la loi n° 2006-04 du 04 janvier 2006 portant création, le Cnra dispose, en son article 8, que l’organe de régulation fixe les règles concernant les conditions de production, de programmation et de diffusion des émissions réglementées des médias audiovisuels pendant les campagnes électorales.

Le Cnra, comptant sur le sens de la responsabilité et sur l’attachement des éditeurs au respect des règles d’équité et d’équilibre, les appelle à faire respecter scrupuleusement cette recommandation.

El. H. A. T.

Par Arrêté n° 2017- 1046 du 15 juin 2017, le Premier ministre a nommé Monsieur Jean Pierre Senghor, ingénieur agroéconomiste, Secrétaire exécutif du Conseil national de la Sécurité alimentaire, en remplacement de Monsieur Ali Mohamed dit Séga Camara. Le nouveau patron du Conseil a été coordonnateur du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) puis ministre conseiller à la présidence de la République.

Le Khalife de la famille Barro, Thierno Cheikh Ahmed Tidiane Barro, a remercié le président de la République pour sa bienveillance et sa gratitude. Selon lui, la reconstruction de cette mosquée est née de la propre initiative de Macky Sall. « Nous n’avons jamais sollicité la réhabilitation de la mosquée ni écrit de lettre pour cela. C’est lui-même qui l’a voulu. C’est après une édition du Daaka de Médina Gounass qu’il a demandé que le plan de la mosquée lui soit envoyé. On l’a fait et c’est par la suite que les travaux ont démarré. Pour ce geste, nous lui en serons à jamais reconnaissants », a dit le Khalife.

La considération de Macky Sall pour cette famille, a-t-il dit, ne souffre d’aucun doute. « Il l’a dit tout haut, l’a démontré et continue de le démontrer. Nous sommes conscients de cela et c’est pour cela que nous ne cesserons de prier pour lui et de lui témoigner toute notre gratitude, notre reconnaissance. Car Thierno Mansour Barro disait que si un homme te considère, il faudrait en faire autant ».

Pour Thierno Cheikh Ahmed Tidiane Barro, le président de la République a un calendrier très chargé et pouvait se faire représenter, mais il a tenu à venir lui-même, accompagné des membres de son gouvernement. « Cela dénote de tout l’intérêt qu’il accorde à la famille de feu Thierno Mansour Barro », s’est-il félicité. Les travaux de la nouvelle mosquée ont duré un peu plus de deux ans. Ce joyau architectural, composé d’un rez-de-chaussée et d’un niveau supérieur, est bâti sur une superficie de 350, 41 m2.

Le rez-de-chaussée couvre une superficie de 165 mètres carrés pour une capacité de 292 personnes. Pour le niveau supérieur, la surface est de 186, 15 mètres carrés pour une capacité de 285 personnes soit un total de 350, 41 mètres carrés et une capacité totale de 537 fidèles. Cette nouvelle mosquée se distingue par son minaret de 25 mètres de hauteur et de sa coupole de 15 mètres. Elle dispose aussi d’une sonorisation moderne de haute portée permettant aux fidèles d’entendre l’appel à la prière, et d’une rampe d’accès pour les handicapés.

S. O. FALL et A. S. NDIAYE

Le président de la République et sa délégation ont pris part à la prière dirigée par le khalife qui, pour l’occasion, supplée à l’imam de la grande mosquée, Chérif Mouhamadou Lamine Aïdara. Thierno Cheikh Ahmed Tidiane Barro a ainsi formulé des bénédictions et des prières pour le président Macky Sall pour ses nombreuses actions et initiatives. Il a aussi prié pour un bon hivernage porteur d’espoir, mais aussi pour des élections législatives apaisées. Il a exhorté les croyants à l’unité et à éviter tout ce qui est de nature à porter atteinte à la cohésion sociale. Quant à El Hadji Malick Barro, il a renouvelé tout l’engagement et le soutien de la famille de feu Thierno Mansour Barro à Macky Sall. « En venant chez feu Thierno Mansour Barro, Macky Sall est venu chez lui, dans sa propre famille, sa propre maison, car il est des nôtres », a-t-il dit en saluant la présence de tous les foyers religieux, de la famille de Thierno Amadou Tidiane Bâ de Médina Gounass à celle de Thierno Amadou Boyinadji entre autres. « Sa venue coïncide avec le ramadan et les préparatifs de la fête, sinon ce lieu refuserait de monde, parce que le travail qu’il a fait, il l’a fait pour tous les croyants, tous les fidèles musulmans », a-t-il laissé entendre. « Nous prions pour que le Tout-Puissant le guide encore et l’accompagne dans la réussite de sa noble mission, et la concrétisation de ses projets pour les familles religieuses, et dans les autres secteurs d’activité au grand profit des populations », a dit El Hadji Malick Barro.

S. O. FALL et A. S. NDIAYE

Le président de la République s’est rendu au chevet de la famille d'un ancien et vieux militant de son parti. Il s'agit du vieux Mbor Sow, un militant de première heure de l'Apr décédé le 12 juin dernier. 

Macky Sall a rappelé les liens qu'il entretenait avec le défunt. Ce dernier, dit-on, l'a beaucoup soutenu dans sa conquête du pouvoir. Le chef de l'État a ainsi présenté ses sincères condoléances à toute sa famille tout en lui assurant de son inconditionnel soutien.

Le porte-parole de la famille à remercié le président Macky Sall pour avoir effectué le déplacement. Selon Djiby Thiombane, le seul fait d'avoir envoyé son directeur de cabinet, le ministre Oumar Youm, témoigne largement de l'intérêt qu'il accorde au défunt. "Si le regretté Mbor Sow n'a pas eu de maison ni de voiture, c'est à cause de la politique et il s'est engagé et a soutenu le président Sall jusqu'à sa mort", a-t-il fait savoir.

S. O. FALL et A. S. NDIAYE

C’est dans une ambiance de pure dévotion que le président Macky Sall a été accueilli par le Khalife Thierno Cheikh Ahmed Tidiane Barro et quelques membres de la famille, dont Thierno Malick et Thierno Sidy Ahmet Barro.

Moment de joie marqué que le président de la République a mis à profit pour échanger, dans la convivialité, avec ses hôtes. Macky Sall a remercié le Tout-Puissant de lui avoir permis de concrétiser ce vœu qu’il avait nourri avant même son accession au pouvoir. « C’était juste un projet et Dieu nous a aidé à le concrétiser. Nous l’en remercions infiniment », a dit le président Macky Sall en assurant à toute la famille de Thierno Mansour Barro son soutien. « Quand on est à la tête d’un État, il faut prendre en considération toutes les couches et faire en sorte que les préoccupations de chacun soient prises en compte. La religion ne doit pas être laissée en rade », a fait savoir Macky Sall. C’est ce qui explique, selon lui, son soutien aux familles religieuses à travers le Programme spécial pour les sites religieux qui reflète sa volonté d’offrir des infrastructures de qualité aux cités religieuses. « Nous sommes un pays à majorité musulmans, mais il y a aussi des chrétiens. C’est pour cela que nous veillons à ce que chacun sente les efforts du gouvernement dans la prise en compte de ses aspirations ».

Pour le chef de l’Etat, la construction de maisons de culte contribue fortement au rayonnement de l’Islam. « Dieu qui nous a donné les moyens d'adopter cette démarche qui consiste à accompagner les familles religieuses et autres fidèles dans leurs croyances et nous comptions poursuivre dans cette dynamique », a-t-il assuré. Car, note-t-il, « l’État ne peut pas aller sans la religion ». Pour le président Macky Sall, « toutes ces réalisations entrent dans le Plan Sénégal émergent qui accorde une place importante à la religion ». L’État, a-t-il dit, va persévérer et poursuivre sur cette lancée pour assurer le développement intégral du Sénégal au grand bénéfice des populations.

S. O. FALL et A. S. NDIAYE

Depuis son effondrement en 2008, la reconstruction de la grande mosquée de Mbour constitue un casse-tête. Hier, le président Macky Sall qui a, jusque-là, contribué à hauteur d’une trentaine de millions de FCfa, s’est engagé à achever les travaux. 

Le chef de l’Etat s’est engagé à achever les travaux de la grande mosquée de Mbour qui sont aujourd’hui à la traine, malgré les efforts de l’association Solidarité mbouroise qui a initié des randonnées pédestres pour mettre à contribution les populations et bonnes volontés. Cette annonce du chef de l’État vient donc soulager les populations mbouroises qui peinaient à financer l’achèvement des travaux de leur lieu de culte. Construite en 1926, la grande mosquée, bâtie sur titre foncier au nom de la collectivité musulmane de Mbour, s’est effondrée en décembre 2008. Sur la base des recommandations des experts, il a été décidé, de manière consensuelle, de procéder à sa démolition et d’en construire une autre. Le budget du nouvel édifice en deux niveaux avec une architecture moderne et une capacité de 10.000 personnes est estimé à un milliard de FCfa. Plusieurs bonnes volontés, dont le chef de l’État, Macky Sall, avaient apporté leur soutien pour sa réhabilitation.

S. O. FALL et A. S. NDIAYE

La réhabilitation de la mosquée de feu Thierno Mansour Barro était un vœu du président Macky Sall bien avant son arrivée au pouvoir. Son vœu s’est réalisé et hier, il a inauguré ce joyau, au grand bonheur de la famille du défunt marabout. D’un coût de près de 200 millions de FCfa, la nouvelle mosquée peut contenir 537 personnes contre 90 seulement pour l’ancienne. Le président de la République a réaffirmé son ambition de soutenir les cités religieuses du pays.

Des milliers de personnes ont convergé, hier, à la grande mosquée de Thierno Mansour Barro et ont pu accomplir leur prière dans ce lieu de culte qui a été complètement réhabilité. Cette infrastructure, dont les travaux ont débuté il y a deux ans, a pu être réalisée grâce à la générosité du chef de l’État, Macky Sall. Le président Macky Sall a rappelé, hier, les efforts de l’État dans la construction de mosquées au Sénégal. C’est le cas de la mosquée de Tambacounda qui a été inaugurée en octobre 2016 lors de sa tournée économique dans la région orientale. « Il y a aussi celle de Pikine, en chantier, tout comme celle de Thierno Sileymani Baal, de Kolda et beaucoup d’autres encore. L’État est en train de faire des efforts dans la construction de mosquées », a dit le président Macky Sall.

S. O. FALL et A. S. NDIAYE

Dans une déclaration, le Parti socialiste souligne qu’il a décidé souverainement et démocratiquement de participer aux prochaines élections législatives du 30 juillet 2017, dans la coalition « Bennoo Bokk Yaakaar », conformément à la volonté très largement exprimée par les militants, lors des consultations organisées dans les coordinations en application des dispositions de la circulaire Sg/Ps du 2 août 2016.

« Au-delà de son caractère légitime incontestable que lui ont conféré lesdites consultations à la base, ce choix traduit, par ailleurs, notre fidélité aux engagements souscrits, au lendemain du second tour de l’élection présidentielle de 2012, à l’origine de la création de la coalition « Bennoo Bokk Yaakaar », ajoute le document. Pour le Ps, « la décision de poursuivre ce compagnonnage relève, en ce qui nous concerne, d’une démarche politique cohérente et responsable que nous avons tous le devoir militant d’assumer pleinement et solidairement, à l’occasion des prochaines élections législatives, avec l’ensemble des autres composantes de la coalition ».

Comme on peut le constater, au terme des opérations d’investitures, rappelle le document, des responsables du parti ont délibérément choisi, en violation des règles de démocratie et de discipline interne, de défier le parti et de ramer à contrecourant des décisions prises à une large majorité, en constituant des listes concurrentes à celles de la coalition « Bennoo Bokk Yaakaar », en se portant candidats sur de telles listes ou en assumant une campagne électorale ouverte en faveur de ces listes.

El. H. A. T.

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.