banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Après quatre ans de mise en œuvre, les résultats de l’Initiative 4R jugés satisfaisants

21 Sep 2016
1706 times

Lancée en novembre 2012, l’Initiative en faveur de la résilience rurale (4R) est le fruit d’un partenariat stratégique entre le Programme alimentaire mondial (Pam), Oxfam et d’autres Ong. Son objectif était de renforcer la résilience rurale à travers l’augmentation de la sécurité alimentaire et les moyens d’existence et l’adaptation aux risques des changements climatiques. Grâce à la combinaison de quatre stratégies de gestion des risques -gestion améliorée des ressources naturelles, assurance, microcrédit et épargne-, la phase pilote de l’initiative 4R a touché 500 participants dans la commune de Koussanar en 2013. En 2014, les interventions sont étendues à 9 autres communes de Tambacounda et 6 communes de Kolda avec environ 6.000 participants. 4R a poursuivi son expansion vers la région de Kaffrine en 2015 avec 12.000 participants. En 2016, cette dynamique s’est consolidée dans les trois régions en atteignant 17.000 participants. Après quatre ans de mise en œuvre, les parties prenantes se sont retrouvées, hier, au cours d’un atelier pour faire le bilan de l’initiative. Présidant la cérémonie d’ouverture de la rencontre, le Conseiller spécial en agriculture du Premier ministre, Fallou Dièye, a réaffirmé l’intérêt que le gouvernement accorde à l’initiative 4R du fait de ses résultats probants et de son impact remarquable sur les conditions de vie des communautés dans les régions d’intervention. « Cette initiative est une contribution essentielle pour l’atteinte de nos objectifs d’autosuffisance alimentaire comme en atteste la valorisation de plus de 800 hectares pour la culture du riz », a affirmé M. Dièye, soulignant que les quatre composantes de 4R sont en cohérence avec l’axe 2 du Plan Sénégal émergent (Pse) : « capital humain, protection sociale et développement durable ». Selon lui, cet atelier-bilan devra servir de plateforme aux parties prenantes pour échanger sur les orientations idoines afin de passer à la mise à l’échelle des acquis de l’initiative 4R. « Il devra aussi permettre la formulation de propositions consensuelles et la mise en place d’une plateforme nationale de dialogue et de coopération entre les institutions municipales, étatiques et les organisations de la société civile pour une meilleure prise en charge de la résilience rurale dans les budgets communaux et plus globalement dans les politiques publiques de développement », a-t-il dit.

« Appel citoyen »
Le directeur régional du Pam, Abdou Dieng, a indiqué que cette journée de réflexion constitue une occasion pour « apprendre des succès mais aussi identifier des défis de l’approche 4R ». « Ces enseignements permettront également de définir de nouvelles orientations pour la mise à l’échelle de la 4R en vue de contribuer à une meilleure prise en charge des besoins des populations ciblées à travers tout le pays », a-t-il poursuivi. M. Dieng a affirmé que l’approche intégrée de gestion des risques liée aux changements climatiques promue par 4R a considérablement renforcé la résilience des communautés vulnérables. C’est pourquoi, il a plaidé pour une meilleure intégration de cette « approche innovante » dans les stratégies et politiques nationales de protection sociale afin de pérenniser les acquis. Il a invité aussi toutes les parties prenantes « à se mobiliser en faveur des communautés et des petits exploitants familiaux pour que la résilience rurale soit une réalité face aux chocs climatiques récurrents ». Selon lui, le Pam, Oxfam et leurs partenaires partagent la conviction que des mesures de protection sociale incluant l’assurance agricole indicielle et les mécanismes d’autonomisation des femmes sont la voie pour réduire la pauvreté et l’insécurité alimentaire sous toutes ses formes. Pour la directrice Pays Oxfam, Amy Glass, l’atelier-bilan est un « appel citoyen » aux autorités gouvernementales pour la mise sur pied d’un dispositif de suivi destiné à appuyer les initiatives locales et l’harmonisation des interventions. S’agissant de la composante « Epargne-crédit » qui a mobilisé 743 groupements dont 73 % de femmes, elle a indiqué que celle-ci a généré un cumul de plus de 113 millions de FCfa. Amy Glass a ajouté que les partenaires comptent sur l’engagement des pouvoirs publics pour que les budgets municipaux et nationaux reflètent et accompagnent toutes les interventions en lien avec la sécurité alimentaire, la protection sociale, pour le développement des populations rurales vulnérables.

Souleymane Diam SY

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.