banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Financement du Ter et du Palam 2 : La Bid accorde 211 milliards de FCfa au Sénégal

29 Sep 2016
2878 times

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ et le président de la Banque islamique de développement (Bid), Ahmad Mohamed Ali AL-Madani ont signé, hier, à Djeddah, des accords de financement pour la réalisation du Train express régional Dakar-Aibd et le Palam 2 pour 19.500.000 d’euros, soit près de 211 milliards de FCfa.

La Banque islamique de développement (Bid) a accordé, hier, un important financement pour la réalisation du Train express régional et le Palam 2 (Programme d’alphabétisation et d’apprentissage des métiers pour la Lutte contre la pauvreté), annonce un communiqué du ministère de l’Economie et des Finances. L’accord de financement a été signé, à Djeddah, par Amadou Bâ, ministre de l’Economie, des Finances et du Plan et le président de la Bid, Ahmad Mohamed Ali Al-Madani. Selon M. Bâ, ces conventions de financement sont au cœur du dispositif de mise en œuvre du Plan Sénégal émergent. D’abord le Train expresse régional pour lequel la Bid apporte un financement de 300 millions d’euros, soit environ 197 milliards de FCfa, contribuera à la croissance économique du Sénégal, conformément aux axes définis dans le Pse. «Si ce projet a pris forme et a vu le jour, c’est parce que vous avez cru au président Macky Sall qui, à l’occasion d’une audience, il y a juste un an, vous a soumis la requête de financement y relative et vous avez su user de toute votre influence et de toutes vos prérogatives pour actionner vos services compétents », a rappelé M. Bâ. Il se dit heureux de constater que, par un levier d’entrainement du Groupe de la Bid, les autres partenaires de ce projet, en particulier la Banque africaine de développement et l’Agence française de développement, se sont résolus à apporter leurs contributions respectives qui ont permis de boucler le financement.

Sénégal, premier partenaire de la Bid
Le Palam 2, financé également par la Bid, à hauteur de 19,5 millions d’euros, soit environ 12 milliards de FCfa, permettra, selon Amadou Bâ, de contribuer, à une plus grande échelle, à la réduction de la pauvreté des populations rurales féminines en priorité, par l’accès à une alphabétisation fonctionnelle centrée sur les compétences, l’accès aux services sociaux de base et de micro finance, favorisant l’autonomisation des femmes et leur auto-développement. Cette deuxième phase couvrira 300 villages des régions de Thiès, Kaolack et Fatick, en plus des deux régions de la phase pilote à savoir Kaffrine et Diourbel. Le ministre de l’Economie et des Finances a exprimé, au président de la Bid, la satisfaction du président Macky Sall pour le dynamisme affiché par la coopération entre cette institution et le Sénégal. Selon Amadou Bâ, plusieurs faits marquants et symboliques justifient cette satisfaction du chef de l’Etat. Il a énuméré quatre remarques importantes attachées à la signature de ces deux conventions.

Premièrement, explique-t-il, grâce à ces deux financements, et avec un cumul d’approbations de plus de 2,45 milliards de dollars américains, soit environ 1.409 milliards de FCfa, le Sénégal s’affiche comme le premier pays partenaire du Groupe de la Bid en Afrique subsaharienne. La deuxième remarque, selon le ministre des Finances, est relative au fait que le montant du financement pour le Ter est de loin le plus élevé jamais approuvé par cette institution en faveur d’un pays membre en Afrique Sub-saharienne.
Troisièmement, lors de la 7ème réunion du Groupe consultatif pour le financement du gap du Plan d’actions prioritaires (Pap) 2014-2018 du Pse, l’institution s’était engagée pour un financement de 1,1 milliard de dollars, ce qui l’avait positionné comme le premier bailleur sur le plan des annonces de financement lors de cette importante rencontre. «La quatrième remarque est relative au fait que, depuis l’avènement de Macky Sall au pouvoir, les approbations faites par la Bid pour le Sénégal ont dépassé celles faites en faveur de notre pays du 1er janvier 1976 à mars 2012.

En effet, d’avril 2012 à maintenant, les ressources mises à la disposition du Sénégal, en termes d’approbations, par la Bid sont de 1,342 milliard de dollars, soit environ 772 milliards de FCfa, alors que pour la période de 1976 à mars 2012, elles sont de 1,108 milliard de dollars, soit environ 637 milliards de FCfa », a indiqué Amadou Bâ.

Présidence de la Bid : Après 41 ans de service, Ahmad Mohamed Ali Al-Madani se retire
A la tête de la Banque islamique de développement (Bid) depuis sa création en 1975, Ahmad Mohamed Ali Al-Madani quitte l’institution. Il est remplacé par Dr Bandar AL-Hajjar. M. Ali est né à El-MadinahEl-Mounaouarah, en Arabie saoudite, en 1934, où il a fait ses études primaires et secondaires. Il est titulaire d’une licence en commerce et d’un diplôme de droit de l'Université du Caire. En 1962, il obtient une maîtrise en administration publique de l'Université du Michigan, Ann Arbor, suivi d’un doctorat dans la même discipline en 1967 de l'Université de New York. De 1958 à 1959, M. Ali a occupé le poste de directeur chargé du développement de l’éducation et des ressources humaines à l’Institut scientifique et islamique, à Aden au Yémen, avant de rentrer en Arabie Saoudite pour occuper le poste de recteur par intérim de l'Université du Roi Abdul Aziz de 1967 à 1972. En reconnaissance de sa contribution au développement des ressources humaines, il fut nommé en 1972 ministre délégué chargé de l’Éducation, poste qu’il occupera pendant trois ans. Lorsque les pays membres de l'Oci décidèrent de lancer la Bid, M. Ali fut choisi sur proposition de feu le Roi Fayçal Bin Abdul Aziz, comme premier président de l’institution. 

Aliou KANDE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.