banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Grâce à un programme de la Banque mondiale : 40 000 agriculteurs sénégalais assurés

05 Déc 2017
575 times

Le programme Global Index Insurance Facility (Giif) ou le programme Mécanisme mondial pour l’assurance agricole a permis d’assurer 1,8 million d’agriculteurs dans le continent africain, dont 40 000 producteurs agricoles au Sénégal, a déclaré, hier, l’économiste principal pour le Sénégal, Paolo Zacchia, à l’ouverture de la conférence organisée par son institution à Dakar.

Le Groupe de la Banque mondiale, en partenariat avec le Mécanisme mondial pour l’assurance agricole (Global Index Insurance Facility - Giif), organise, depuis hier, à Dakar, une conférence en vue de renforcer son soutien au développement de l’assurance agricole indicielle. Cette assurance agricole indicielle est perçue par les initiateurs de cette rencontre comme un instrument financier de plus en plus utilisé pour faciliter l’accès au crédit et renforcer la résilience financière du monde rural face aux catastrophes naturelles et risques climatiques. Cette rencontre, dont le thème porte sur « Expériences et Avenir de l’Assurance Agricole », a regroupé quelque 200 experts internationaux, praticiens des secteurs public et privé de l’assurance agricole venus de plusieurs pays d’Afrique. Le principe de l’assurance indicielle (ou « assurance paramétrique ») consiste, selon directrice du programme Giif, Fatou Assah, à verser des indemnités selon un indice prédéfini pour compenser la perte d’actifs et d’investissements résultant de phénomènes météorologiques ou d’autres catastrophes naturelles. Quant à l’assurance traditionnelle, en revanche, elle repose sur l’évaluation des dommages effectifs. Pour le cas de l’indemnisation des produits d’assurance indicielle, elle est plus rapide et transparente comparée à celles des assurances traditionnelles. Pour Mme Assah, le Giif est un programme du Groupe de la Banque mondiale qui facilite l’accès au financement pour les petits exploitants agricoles, les micro-entrepreneurs et les institutions de microfinance grâce aux solutions de transfert de risques catastrophiques et à l’assurance indicielle dans les pays en développement. Il est financé par l’Union européenne/Afrique Caraïbes pacifique (Acp), les gouvernements de l’Allemagne, du Japon et des Pays-Bas. Ce programme a facilité plus de 1,8 million de contrats, couvrant environ 7 millions de personnes, principalement en Afrique subsaharienne, en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Renforcer la résilience financière
Pour le représentant de la Banque mondiale au Sénégal et par ailleurs l’économiste principal pour le Sénégal, Paolo Zacchia, cet événement organisé par le programme de la Banque mondiale, est une opportunité de partage d’expériences et de rencontre avec les praticiens du secteur des assurances. L’assurance indicielle peut renforcer la résilience financière du monde rural face aux catastrophes naturelles et aux risques climatiques. Ainsi, a-t-il noté, le programme Giif a permis d’assurer 1,8 million d’agriculteurs dans le continent africain, dont 40.000 producteurs agricoles au Sénégal.

Pour sa part, le représentant du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural et par ailleurs Secrétaire général de l’Isra, Mbaye Diop, a noté que l’agriculture constitue le secteur qui doit porter la croissance économique du Sénégal dans le cadre du Pse défini par le président de la République Macky Sall. Et c’est pourquoi, a-t-il expliqué, face à sa forte dépendance aux aléas climatiques et aux catastrophes naturelles, l’Etat du Sénégal a mis en place, depuis juillet 2008, un mécanisme de transfert de risques climatiques dans le secteur de l’agriculture, en créant la Caisse nationale d’assurance agricole du Sénégal (Cnaas). « L’engagement du gouvernement à subventionner les risques à hauteur de 50% traduit certainement la volonté du gouvernement à soutenir les activités agricoles, source de revenus de près de 60 % de la population sénégalaise, constituée en majorité de petits producteurs », a-t-il déclaré. Il a également assuré que l’Etat du Sénégal continuera à accompagner cette dynamique qui tend à protéger les agriculteurs contre les risques climatiques.

Mamadou SY

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.