banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Renforcement des capacités en épidémiologie : La Fao outille des vétérinaires d’Afrique subsaharienne à Dakar

06 Déc 2017
779 times

Pour une meilleure santé animale, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao) a lancé, hier à Dakar, un atelier régional de renforcement des capacités en épidémiologie des pays bénéficiaires du Programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale (Passm). Près de 15 pays africains ont envoyé leurs vétérinaires pour une cette formation de Dakar.

Compte tenu du fait que 60% des maladies infectieuses connues sont d’origine animale, de même que 75% des maladies humaines émergentes, les vétérinaires qui sont les premiers agents sanitaires de terrain doivent être mieux préparés pour une surveillance et une riposte sanitaire efficace. C’est ainsi que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), en collaboration avec l’Usaid, organise, les 05 et 06 décembre à Dakar, un atelier régional sur le renforcement des capacités en épidémiologie des pays bénéficiaires du Programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale (Passm) en Afrique. Cet atelier a réuni plus de 80 participants dont des représentants de services vétérinaires des pays cibles en Afrique subsaharienne, notamment le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Libéria, le Mali, l’Ouganda, la Rdc, le Sénégal, la Sierra Leone et la Tanzanie.

La première conseillère de l’Ambassade des Etats-Unis au Sénégal, Martina Boustani, a indiqué qu’avec cette formation, on franchit une étape de plus pour nous assurer que le monde est mieux préparé à la prévention, à la détection et à la réponse face aux menaces sanitaires. «Ces menaces sont réelles et comme nous l’avons vu avec Ebola, elles peuvent avoir des conséquences dévastatrices sur les populations et les pays touchés», soutient la première conseillère de l’ambassade des Etats-Unis. Martina Boustani soutient que l’un des éléments clefs du programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale est l’approche «Une Seule Santé», dans laquelle la santé humaine est liée à la santé des animaux et à la santé de l’environnement. Mme Boustani de prévenir toutefois que « nous n’atteindrons pas les objectifs d’une seule santé si nous ne faisons pas les mêmes progrès par rapport à notre état de préparation vétérinaire et environnementale ». De ce fait, elle demande aux différents secteurs de travailler ensemble en développant l’épidémiologie de terrain, qui est souvent en première ligne de la défense et de la réponse.

Approche «Une Seule Santé»
Dans ce sens, elle rappelle que le gouvernement des Etats-Unis accorde la plus haute importance au Pssm. Ce pays a investi 45 millions de dollars, environs 25 milliards de francs Cfa, dans ce domaine pour le continent africain car, selon la représentante de l’ambassade des Etats-Unis, «en cette époque de voyages, d’échanges et de commerce international, nous sommes tous pareillement exposés». Même avis chez le représentant de la Fao au Sénégal, Reda Lebtahi, qui est convaincu que le renforcement des capacités en épidémiologie dans le domaine de la santé animale est un objectif exprimé par les partenaires du Passm. Selon M. Lebtahi, la formation en épidémiologie de terrain a pour but de fournir aux organismes gouvernementaux des épidémiologistes vétérinaires de terrain capables de mener une surveillance efficace en temps opportun et de répondre aux épidémies de maladies animales infectieuses et transfrontalières existantes, émergentes et ré-émergentes en utilisant l’approche une seule santé. «Les programmes de formation en épidémiologie de terrain pour les vétérinaires mettent l’accent sur une approche multidisciplinaire et multisectorielle et permettant par exemple de prévenir, de détecter, de riposter et de prendre efficacement en charge les zoonoses et les maladies transfrontalières à fort impact tels que la grippe aviaire, la maladie à virus Ebola ou la fièvre de la vallée du Rift», explique le représentant de la Fao au Sénégal.

Oumar KANDE

SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE AU SENEGAL : PLUS DE 400 AGENTS DE MÉDECINE VÉTÉRINAIRE FORMÉS EN 2017
Présidant la cérémonie d’ouverture, le directeur de Cabinet du ministre de l’Elevage, Cheikh Tidiane Diop, a félicité la Fao, l’Usaid et les partenaires pour cette formation régionale. Pour lui, dans un contexte de globalisation et des échanges, les risques sanitaires sont là pour les animaux et les hommes. Cheikh Tidiane Diop pense que pour réduire l’incidence de ces menaces biologiques, la surveillance, la prévention et le contrôle des maladies à fort impact sanitaire et économique, à l’interface homme-animal-environnement, s’avèrent nécessaire. Le directeur de cabinet du ministre de l’Elevage d’informer qu’en 2017, le Sénégal a formé 256 agents dont 83 avec l’appui de la Fao sur l’épidémio-surveillance intégrée des zoonoses et le rapportage électronique à travers l’application VGtropics, à l’intention des agents de la santé de l’élevage, de l’environnement à Kaolack, Kolda et Ziguinchor ; 93 autres agents ont été formés par le projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel dans la zone d’emprise et 80 par le programme de renforcement de la protection zoo-sanitaire. Par ailleurs, 11 docteurs vétérinaires et 6 ingénieurs des travaux d’élevage ont déjà suivi la formation en épidémiologie de terrain. Ce qui fait dire à M. Diop que le ministère de l’Elevage est déjà engagé dans l’approche «Une seule santé».

O. KANDE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.