banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Pôles urbains de Diamniadio : Les jeunes de Diamniadio invités à se former pour profiter des emplois

02 Jan 2018
473 times
Seydou Sy Sall, délégué général à la promotion des Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose Seydou Sy Sall, délégué général à la promotion des Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose Photo d'archives

La Délégation générale à la promotion des Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Dgpu) a organisé, samedi, au centre socioculturel de Diamniadio, un panel sur le thème : « L’employabilité des jeunes de Diamniadio et des communes environnantes ».

C’est un sempiternel débat, une réclame au fronton des revendications des jeunes à la recherche du travail. A chaque fois qu’une industrie, une entreprise ou une société pourvoyeuse d’emplois s’installe sur un terroir, les populations autochtones exigent, parfois avec force manifestations, leur part…d’emplois. Diamniadio et les communes environnantes ne dérogent pas à cette règle.

Depuis que cette localité est érigée en pôle urbain où poussent des chantiers comme des champignons, sa jeunesse réclame une discrimination positive dans les embauches. Une revendication légitime mais qui souffre, parfois, d’une tare : le manque de formation et de qualification pour les emplois disponibles. Le panel organisé, samedi, par la Délégation générale à la promotion des pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Dgpu), au centre socioculturel de la localité en partenariat avec le Rassemblement des élèves et étudiants de Diamniadio (Reed) et l’Université Amadou Makhtar Mbow, a permis de poser le débat et d’esquisser des pistes de solutions pour une meilleure prise en charge de la question de l’employabilité des jeunes de la zone et de ses environs.

Le problème du chômage des jeunes étant un problème national, Moussa Dabo, président du Reed, est d’avis que c’est au niveau local qu’il faut d’abord agir pour résoudre cette équation. Une manière pour lui d’inciter les développeurs et les porteurs de projets du Pôle urbain présents à cette rencontre de ne pas oublier les jeunes de Diamniadio dans leur politique de recrutement.

Son camarade, représentant les jeunes au conseil municipal fait chorus tout en soutenant que les jeunes de cette localité nourrissent beaucoup d’espoir de trouver du travail dans le Pôle urbain.

En plus de l’emploi, Pape Moussa Bâ a exprimé, comme doléances, l’érection d’un stade multifonctionnel et d’un jardin public. Quant à Abdou Sow, président du Conseil départemental de Rufisque dont dépend Diamniadio, il demande aux développeurs de ne pas se focaliser seulement sur la commune de Diamniadio et de prendre en compte les préoccupations de l’ensemble des jeunes des différentes communes de la vieille ville. Le maire de Diamniadio, Elhadji Moulaye Guèye a abondé dans le même sens en appelant tous les jeunes du département de Rufisque à saisir l’opportunité qu’est le Pôle urbain pour se former et y décrocher des emplois.

Répondre au profit des emplois
Formation; le mot est lâché. Si tous les panélistes sont d’avis qu’il est normal que les jeunes du territoire d’accueil d’un projet, d’une industrie, d’une entreprise soient embauchés, mais encore faudrait-il qu’ils répondent au profil des emplois proposés. Dans son intervention, Seydou Sy Sall, délégué général à la promotion des Pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose, a insisté sur cet aspect. «Tous les territoires recèlent un potentiel, mais pour l’exploiter, il faut avoir de la qualification. Un maximum de jeunes de Diamniadio et des communes environnantes peuvent travailler dans le pôle urbain, mais la meilleure voie pour y arriver c’est d’être formé et d’être qualifié», a-t-il déclaré dans une salle qui a refusé du monde. D’ailleurs, «ces jeunes ont tout intérêt à aller se former parce que le Pôle urbain, après la phase d’installation des infrastructures entre 2014-2019, va entrer de plain-pied dans la phase d’exploitation qui propose encore beaucoup plus d’emplois», a-t-il ajouté.

Et pour se former, les jeunes de Diamniadio qui n’ont pas encore de qualification n’auront pas besoin d’aller chercher très loin. Dans le nouveau Pôle urbain, l’Université Amadou Makhtar Mbow, en construction et entièrement dédiée aux métiers et à la valorisation des acquis de l’expérience et l’Institut supérieur de l’enseignement professionnel de Diamniadio (Isep) vont leur apporter l’accompagnement nécessaire. « L’histoire est en train de s’écrire sous nos yeux, il faut nous adapter pour une meilleure insertion des jeunes. Le préalable à toute embauche, c’est la formation, donc avant de parler d’emploi, il faut d’abord être qualifié. Et c’est cela que nous offrons à nos étudiants. Non seulement nous allons les former, mais nous allons les accompagner pour leur insertion», a assuré Ibrahima Cissé, coordonnateur scientifique adjoint de l’Université Amadou Moctar Mbow de Diamniadio. Le professeur Oumar Niang, directeur de l’Isep de Diamniadio, a abondé dans le même sens.

Accompagnement de l’Isep
Privilégiant la formation professionnelle de masse dans les métiers de l’automobile et des Tic, l’Isep de Diamniadio créera, en parallèle, des «usines-écoles» où il y aura des centres de prestation de services qui permettrons d’absorber le surplus de diplômés. «L’Isep est une alternative à l’enseignement classique. Nous avons une posture de coach et revalorisation des compétences», a-t-il dit.

Directeur général de l’Office national de la formation professionnel (Onfp), Sanoussi Diakité s’est voulu on ne peut plus clair sur la question. Il soutient qu’on «ne décrète pas l’emploi, on s’y conforme». Selon lui, on ne peut parler de discrimination positive que lorsqu’il y a compétences égales. «Ce n’est pas parce qu’on habite à Diamniadio qu’on doit être forcément recruté par les entreprises installées sur le Pôle urbain. L’entreprise cherche d’abord la compétitivité et la rentabilité et pour ce faire, elle cherche les meilleurs profils», a-t-il soutenu, appelant à développer, dès maintenant, le processus qui permettra aux jeunes d’entrer dans le rouage qui mène à l’emploi. «Il faut un dialogue dynamique, constructif et non statique. Comme il l’a fait à Diogo avec l’usine Gco, à Foundiougne avec le port, avec Matam avec les phosphates de Ndendory, l’Onfp peut proposer un dispositif efficace pour régler le problème de la qualification des jeunes», a-t-il ajouté. Sanoussi Diakité de rappeler qu’au Sénégal, l’emploi, c’est d’abord de l’auto-emploi, c’est-à-dire que seuls 15 % des emplois sont salariés, les 85 % restants travaillent pour leur propre compte.

En attendant que la question lancinante de l’adéquation formation/emploi soit résolue dans sa globalité, certains développeurs installés sur la plateforme de Diamniadio ont offert quelques postes aux jeunes de la localité. Getran a mis à leur disposition huit postes de plombiers, neuf postes pour les Voiries et réseaux divers (Vrd), deux postes pour les travaux de gros œuvres et trente postes pour la construction d’un hôtel. De son côté, Envol Immo a décidé d’apporter aux jeunes de Diamniadio un appui en formation d’un montant de 5 millions de FCfa, vingt postes de stage et deux postes d’embauche. Alors que l’Ecole supérieure des travaux publics de Diamniadio a offert deux bourses pour une formation de cinq ans en Génie civil.

Elhadji Ibrahima THIAM

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.