banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Macky Sall : « L’expérience japonaise doit être une source d’inspiration pour le Sénégal »

10 Jan 2018
873 times
Macky Sall : « L’expérience japonaise doit être une source d’inspiration pour le Sénégal » Crédit photo : Présidence de la République du Sénégal

Il est bien d’avoir des infrastructures, mais encore faudrait-il que celles-ci soient de qualité à même de soutenir une croissance inclusive et durable. Cette problématique était le fil conducteur de la conférence sur l’infrastructure de qualité co-organisée par le Sénégal et le Japon et qui s’est tenue, hier, sous la présidence du chef de l’Etat, Macky Sall.

Comme la plupart des pays africains, le Sénégal, malgré ses efforts, fait encore face à un déficit d’infrastructures. Si celles existantes ne sont pas de haute qualité, il sera difficile de résorber le gap et d’assurer de meilleures performances économiques. La conférence sur l’infrastructure de haute qualité organisée, hier, par le gouvernement du Sénégal et le Japon a permis de poser le débat sur l’importance de la réalisation d’ouvrages fiables, durables pour une croissance plus inclusive. Présidée par le chef de l’Etat Macky Sall en présence du ministre d’Etat japonais en charge des Infrastructures, Takao Makino, de représentants d’une vingtaine d’entreprises japonaises et du secteur privé sénégalais, cette rencontre a permis de mettre en lumière les enjeux stratégiques et les contraintes notamment financières liées à la réalisation de projets d’infrastructures structurantes pour l’émergence et le développement.

Le président Macky Sall estime que des infrastructures de haute qualité, c’est-à-dire intelligentes, intégrées, adaptées et modernes sont nécessaires pour soutenir la productivité, entretenir la croissance et relever le défi du développement. « Cela interroge notre capacité à réaliser de telles infrastructures conformes aux meilleurs standards internationaux dans le respect des normes environnementales et sociales les plus exigeantes. A cet égard, ce forum constitue un cadre approprié pour réfléchir sur les défis liés à la mise en place et à la gestion de réseaux d’infrastructures de qualité hiérarchisés et adaptés à nos besoins actuels et futurs», a-t-il soutenu.

D’où l’importance de la planification, des choix des technologies, de la maîtrise des délais de réalisation, de l’optimisation des coûts mais surtout de l’entretien et de la maintenance.

A ce propos, a rappelé le chef de l’Etat, l’Afrique a pris des initiatives fortes pour intensifier le rythme de réalisation des infrastructures à travers le Nepad, notamment au sortir du sommet de Dakar sur le financement des infrastructures.

L’Afrique, un continent à construire
Dans un continent qui s’étale sur 30 millions de km2 dont les besoins de financement dans le domaine des infrastructures sont estimés à 93 milliards de dollars par an, le président Macky Sall est d’avis que le savoir-faire et l’expérience japonais seraient bénéfiques. La tâche est immense, il faut des partenariats pour venir à bout de ce vide infrastructurel, de cette absence d’infrastructures ferroviaires, portuaires, aéroportuaires, autoroutières, routières sur l’ensemble du continent. L’expérience japonaise doit être une source d’inspiration pour le Sénégal et pour tout l’Afrique », a-t-il déclaré.

Le Sénégal qui, a-t-il précisé, est déjà engagé dans une « politique hardie » de développement d’infrastructures structurantes et d’équipements de base à travers, entre autres, la construction d’un réseau autoroutier, la réalisation du Train express régional, le projet de train Dakar-Tamba, les travaux de renforcement de la production d’énergie, le développement d’infrastructures portuaires avec le terminal minéralier, pétrolier et vraquier de Bargny-Sendou, le port multifonctionnel de Ndayane et le terminal d’hydrocarbure de Dakhonga à Fatick, sans oublier les grands chantiers engagés dans l’hydraulique, de l’enseignement supérieur…

Elhadji Ibrahima THIAM

BAIDY AGNE, PORTE-PAROLE DU PATRONAT : « IL EST IMPORTANT DE S’ENRICHIR MUTUELLEMENT »
Baydi Agne ConfLes secteurs privés sénégalais et japonais ont partagé leurs expériences dans le développement et la gestion des infrastructures. Ils ont noué des partenariats. Un enrichissement mutuel dont s’est félicité Baidy Agne, le président du Conseil national du patronat (Cnp), qui a parlé au nom du secteur privé sénégalais.

« Il est important de s’enrichir mutuellement. Car, de nos jours, la réalisation d’infrastructures de haute qualité avec des entreprises performantes, dotées de moyens humains et matériels appropriés dans le respect des normes et des règles de l’art est une exigence », a-t-il dit.

M. Agne a souligné que le Sénégal fournit un effort soutenu d’investissements publics et privés dans des activités connexes et indispensables à toute infrastructure de haute qualité. Il a cité la formation initiale et continue dans des écoles d’ingénieur de conception et de réalisation de Btp, le contrôle technique à travers des bureaux et laboratoires répondant aux normes internationales, des plateformes numériques dotées de services à haute valeur ajoutée. Sans compter les directives présidentielles pour la mise en place d’un cadre règlementaire et juridique favorable à la réalisation d’ouvrages de haute qualité.

Des actions qui ont « profondément modernisé la gouvernance des infrastructures et leur schéma de financement contractuel » dont se réjouissent, selon Baidy Agne, les professionnels du Btp.

Il a invité le Japon à accorder une priorité d’investissement au Sénégal.« Le Sénégal est attractif sur le plan des investissements privés nationaux et étrangers. Toutes les conditions favorables sont réunies : paix sociale, performances macroéconomiques, stabilité politique, sécurisation juridique et judiciaire de l’investissement privé. Venez construire avec nous le Sénégal du futur », a-t-il lancé, au secteur privé japonais.

Elh. I. THIAM

CONFERENCE SUR L’INFRASTRUCTURE DE QUALITE : LE JAPON ENGAGÉ À SOUTENIR LE SÉNÉGAL
Conf Infrast Jpn SnLe Japon avec qui le Sénégal entretient un partenariat fécond a pris la pleine mesure de la dynamique de transformation en cours au Sénégal et en Afrique. Au sortir de la Ticad 6 à Nairobi en 2016, le Premier ministre nippon avait réaffirmé son engagement en faveur du développement des infrastructures de qualité sur le continent. Pour le Sénégal, cet engagement du pays du Soleil Levant commence à trouver un début de concrétisation à travers le mémorandum de coopération signé entre le ministre des Infrastructures Abdoulaye Daouda Diallo et son homologue japonais, Takao Makino.Ce document définit les voies et moyens de promouvoir un investissement d’infrastructures de qualité, de poursuivre les relations de coopération dans ce domaine par le partage de nouvelles connaissances et d’expériences et de promouvoir le développement des infrastructures au Sénégal.

M. Makino a insisté sur l’intérêt d’avoir des infrastructures de qualité qui, selon lui, sur le long terme, sont beaucoup moins chers. « Le Sénégal connaît aussi bien une croissance économique que démographique. Donc, il y a un besoin en infrastructures pour atténuer le problème de la congestion et aménager le cadre de vie. Pour ce faire, il faut insister sur la qualité des ouvrages. En effet, une infrastructure de qualité offre des installations faciles à utiliser, durables et respectueuses de l’environnement, tout en permettant de pouvoir anticiper et réduire les méfaits des catastrophes naturels », a dit M. Makino. Et d’ajouter que ce qui est le plus important dans les relations entre le Japon et ses pays partenaires, ce n’est pas la haute technologie qu’il leur apporte, mais l’esprit de sincérité avec lequel les entreprises japonaises travaillent.

Le président de l’Association pour le développement des infrastructures en Afrique (Jaida) qui regroupe 160 entreprises japonaises de divers secteurs, Yoichi Miyamoto fait chorus, soulignant que, dans le domaine des infrastructures, les défis sont nombreux en Afrique et que le Sénégal, en tant que pays stable sur le plan politique et social avec une croissance économique dynamique, a un rôle fondamental à jouer. D’où l’intérêt que lui portent la vingtaine d’entreprises japonaises qui ont fait le déplacement. Il estime que la formation est un aspect très important dans la réalisation des infrastructures de haute qualité. C’est pour cette raison, a-t-il expliqué, que les entreprises japonaises, à chaque fois qu’elles interviennent à l’étranger, s’efforcent de transmettre leurs connaissances et leurs technologies à leurs collaborateurs du pays d’accueil. « C’est un principe qui nous est cher. Nous renforçons la capacité des gens avec qui nous travaillons, nous participons ainsi à leur formation », a dit M. Miyamoto.

Elh. I. THIAM

Last modified on mercredi, 10 janvier 2018 15:30
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.