banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Amélioration du réseau de transport : 34 milliards de l’Afd à la Senelec

06 Juil 2018
1182 times

L’Agence française de développement (Afd) a octroyé 34,4 milliards de FCfa à l’Etat du Sénégal pour le renforcement et la modernisation des réseaux de transport énergique de la Senelec. Ce concours financier s’inscrit dans la mise en œuvre du programme Smartgrid.

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Bâ et la directrice de l’Afd au Sénégal ont signé, hier, une convention de financement de 34,4 milliards de FCfa destinée à la mise en œuvre du programme Smartgrid. Selon le ministre, ce programme vise à améliorer la compétitivité énergétique du Sénégal, ainsi que les conditions de vie des populations grâce à la sécurisation de l’approvisionnement en électricité. Le programme Smartgrid, ajoute Amadou Bâ, permettra de renforcer et de moderniser les réseaux de transport, afin de prendre en compte les capacités de production énergétique de la Société nationale d'électricité du Sénégal (Senelec) et de réduire les pertes inhérentes au transport d’énergie. Le programme permettra également d’augmenter la part d’énergie renouvelable dans la production énergétique du pays, conformément aux orientations de l’Etat qui a fait du mix énergétique un axe majeur de la gouvernance du secteur.

Yazid Bensaid, directeur du département Afrique subsaharienne de l’Afd, précise que ce programme d’un montant total de 52,4 millions d’euros, soit 34,4 milliards de FCfa sera financé par un prêt de l’Afd de 45 millions d’euros et une subvention sur fonds délégué de la Commission européenne de 6,65 millions d’euros à l’Etat du Sénégal. Tous ces financements, dit-il, seront mis à la disposition de la Senelec. Ce projet bénéficie également d’une subvention additionnelle de l’Union européenne de 760.000 euros. De l’avis de M. Bensaid, le Sénégal peut se féliciter d’avoir atteint un objectif de 21 % d’énergie renouvelable, grâce à une politique volontariste du développement de la production hydroélectrique et du solaire ; une politique à laquelle contribue le groupe Afd notamment à travers deux centrales solaires de 60MW.

Financement d’une étude sur le stockage électrique
Le gouvernement affiche un objectif plus ambitieux de 30 % de capacité d’énergies renouvelables à l’horizon 2019 grâce au développement de nouveaux projets solaires et éoliens. M. Bensaid note que le Sénégal est un pays pionnier en Afrique dans le développement de son potentiel solaire. Toutefois, il estime que l’intermittence de la production solaire et éolienne reste un réel défi pour le réseau électrique et pour la Senelec. D’où la nécessité, dit-il, d’assurer la continuité de l’équilibre entre consommation et production d’électricité.

Le directeur du département Afrique subsaharienne de l’Afd soutient que, sans l’amélioration de l’intelligence de ses réseaux électriques et sans le renforcement des réseaux de transport, le potentiel des énergies renouvelables construit et à venir risque de « ne pas pouvoir être exploité à 100 % de ses capacités ». Consciente des enjeux, la Senelec a mis la priorité sur les programmes d’investissements sur le réseau de transport et l’ajout d’intelligence dans le réseau, une solution que l’on appelle Smartgrid qui reste déterminante pour le réseau électrique du Sénégal. L’Afd va également financer une étude stratégique sur le stockage d’électricité qui permettra à moyen et long terme d’améliorer encore le potentiel d‘intégration des énergies renouvelables. Le gouvernement du Sénégal s’est fixé également comme objectif un accès universel à l’énergie d’ici 2025. Cécil Tassin-Pelzer, premier conseiller-chef de l’Union européenne pour la coopération entre le Sénégal et la Gambie, souligne que l’énergie est l’un des secteurs prioritaires de la coopération entre l’Ue et le Sénégal. « Dans nos programmations des années à venir, nous avons un montant de 20 millions d’euros pour l’électrification rurale. L’accès à l’énergie pour tous fait partie des priorités de l’Ue », rappelle Mme Pelzer.

Abdou DIAW

CHRISTOPHE BIGOT, AMBASSADEUR DE FRANCE AU SÉNÉGAL : « LE PLAN SMARTGRID AURA UN EFFET POSITIF SUR LE RÉSEAU DE TRANSPORT »
L’ambassadeur de France au Sénégal, Christophe Bigot, estime que le plan Smartgrid aura un effet positif sur le réseau de transport et permettra au Sénégal de conforter sa place dans le groupe des pays ayant atteint puis dépassé les exigences fixées par la Cop21 en mix énergétique. Il souligne que plus de 20% de sa production électrique viennent des ressources autres que fossiles. Selon lui, Smartgrid permet d’avoir un réseau de transport électrique intelligent. « Puisque l’on se base sur la production éolienne et solaire, on ne peut pas compter sur cette production de manière permanente. Il est donc important d’avoir un réseau capable d’absorber ces différences de production qui peuvent être brutales », affirme M. Bigot. La deuxième raison d’avoir ce réseau intelligent, dit-il, est d’être en mesure de répondre aux besoins en zone rurale. « Quand je me rends sur le terrain, que ce soit à Goudiry, Bakel, Kédougou, Kolda, Sédhiou ou à Linguère, je vois à quel point le manque d‘électricité est un handicap crucial pour les populations (...) », confie-t-il.

A. DIAW

UNE PRODUCTION DE 500 KW D’ÉNERGIE SOLAIRE POUR L’ÎLE DE GORÉE
Dans ce programme Smartgrid, la Senelec compte apporter une capacité de 500 KW à l’île de Gorée pour améliore davantage la disponibilité de l’électricité. « Nous avions pris l’engagement de faire de Gorée une île verte qui consiste à arrêter d’alimenter cette localité à partir de l’énergie fossile. Si les études en cours le confirment, il a été inscrit dans ce projet de doter l’île d’une capacité de 500KW provenant de l’énergie solaire », a indiqué Mouhamadou Makhtar Cissé, le directeur général de la Senelec. Il ajoute que ce financement de l’Afd permettra d’améliorer le système de transport et de distribution, rendra le réseau plus résilient pour intégrer la problématique de l’intermittence.

A. DIAW

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.