banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Société & Faits divers (1450)

La phase finale du procès de l’ancien président tchadien sera entamée ce matin à Dakar. Les juges vont démarrer l’examen des appels de la défense de Hissène Habré et de la partie civile.

Le procès en appel d’Hissène Habré démarre aujourd’hui à Dakar. Les avocats de l’ancien président tchadien ont fait appel du verdict de la Chambre africaine extraordinaire (Cae) d’assises sur la base de ce qu’ils considèrent comme des erreurs de fait et de droit. Ils avancent aussi que la défense n’a pas pu consulter la copie du jugement intégral avant la date à laquelle elle devrait interjeter appel. La Cae examinera également un appel concernant les réparations accordées aux victimes car les parties civiles estiment que des erreurs ont été commises au moment d’établir les critères d’éligibilité. Mais pour l’audience de ce matin, le président de la Chambre d’assises d’appel présentera son rapport introductif. Ensuite, les conseils de M. Habré feront des observations.

Les juges ont été nommés par la présidente de la Commission de l’Union africaine (Ua). Ainsi, le Malien Wafi Ougadèye, présidera la Chambre. Comme juges titulaires, il y aura les Sénégalais Matar Ndiaye et Bara Guèye. Amadou Tidiane Sy sera le juge suppléant. Ils ont sept mois -du 1er octobre 2016 au 30 avril 2017-pour vider définitivement cette affaire. Jugé pour crimes de guerre, actes de tortures et crimes contre l’humanité, Hissène Habré a été condamné le 30 mai 2016, à la prison à perpétuité, plus une amende comprise entre 15 et 20 millions de FCfa à payer à chaque victime.

Une centaine de témoins et experts se sont relayés devant le président de la Chambre africaine extraordinaire d’assises, le burkinabé Gberdao Gustave Kam et ses assesseurs, pour charger l’ancien homme fort de N’djaména. Refusant de comparaître le jour de l’ouverture du procès, Hissène Habré a été porté par les Eléments pénitentiaires d’intervention (Epi), amené de force devant les juges et maintenu sur sa chaise toute la matinée. L’image avait choqué certains de ses souteneurs ainsi que ses trois avocats commis d’office par les Chambres africaines extraordinaires (Cae) pour sa défense. Caché derrière ses lunettes fumées aux montures dorées et bien enturbanné, Hissène Habré a adopté, le long du procès, la stratégie du silence. Les Cae ont été créées en 2012 en vertu d’un accord entre l’Union africaine (Ua) et le gouvernement du Sénégal.

Ndiol Maka SECK

Samedi 7 janvier 2017, au Théâtre national Daniel Sorano, le journal Le Soleil a organisé un arbre de Noël pour les enfants de son personnel dans une ambiance bien festive.

Ce samedi matin, Madame Top Sèye s’est réveillée plus tôt que d’habitude. Chef du département recouvrement du Groupe Le Soleil, elle est sur pied dès 6h du matin. Pour l’arbre de Noël du quotidien national, elle s’est aussi empressée de préparer ses deux enfants qui vont l’accompagner au Théâtre national Daniel Sorano, cadre de la fête. D’ordinaire, cette maman profite d’un sommeil réparateur les week-ends, elle doit bouleverser son agenda. Présidente de la commission d’organisation de la manifestation, elle a la lourde charge de faire plaisir à tous. Pour ce faire elle a dû « oser » appeler de bonne heure les artistes qui doivent faire le bonheur des mômes. Avec l’aide de Maty Thiom, assistante au Ressources Humaines, Marième Kane et M. Sall du service approvisionnement, Nafissatou Seck, assistante du coordonnateur général des rédactions et Amy Faye de la comptabilité, elle a pu décrocher du lourd pour le spectacle : Viviane, Pape Diouf, Salam Diallo, Carlou D, le ballet national La Linguère et le comique Ndiaye ont tous répondu favorablement « et sans cachet » à l’appel du Soleil. « Ils m’ont tous facilité la tâche et se sont sacrifiés pour venir faire plaisir à nos enfants », dira-t-elle.

Ce samedi était aussi une journée particulière pour Maïmouna Diouf. Cette infographiste qui cumule plus de 23 ans de service au journal Le Soleil a dû aussi aider sa petite famille à prendre part à ce rendez-vous aux allures joyeuses que la direction du journal compte désormais pérenniser. D’ailleurs Maïmouna Diouf, toute heureuse en a profité pour dire « merci au directeur général et à l’ensemble du personnel pour avoir pensé à nous faire plaisir à travers cette fête pour nos enfants ».

Ambiance bon enfant
Carlou DDevant l’entrée du théâtre, taxis et véhicules particuliers déversent de petits groupes d’enfants, tous joyeux et sur leur 31, aux bras de leurs parents. A l’accueil, de charmantes demoiselles proposent pour petits et grands divers objets gonflables. Sur la scène de l’immense salle, le sapin de Noël richement décoré fait plaisir à contempler. Quelques enfants à l’air impatient, entonnent déjà la fameuse chanson du « petit papa Noël « qu’ils espèrent voir descendre du ciel avec sa hotte remplie de cadeaux. Mais pour le moment, le père Noël qui s’offre à leurs yeux distribue des friandises et les invite à danser au son du mbalakh distillé par un DJ. Très amusés, ils ont couru dans tous les sens, rattrapés qu’ils seront, par moments, par leurs parents.

Une petite trêve est tout de même observée à l'arrivée du maître de cérémonie qui annonce le programme de la matinée. En même temps que s’écartent les rideaux géants de la scène, les enfants s’émerveillent devant la grande table qui attend d’être vidée de ses nombreux cadeaux. L’heure du discours approche. La salle est plus calme. Le directeur général au premier rang se lève et gravit les quelques marches qui le séparent de la scène. Impeccable dans son costume cravate, M. Cheikh Thiam rejoint le pupitre et s’adresse aux enfants. « C’est votre fête. Nous sommes dans une profession où on fonctionne 24h/24. Nous nous excusons de ne pouvoir être toujours là avec vous comme nous l’aurions souhaité », dit-il avant d’exhorter son jeune auditoire à « beaucoup travailler à l’école pour le plaisir des parents ». Cogna Diakhaté, porte-parole des enfants prendra plus tard la place du DG pour adresser des remerciements aux parents pour l’organisation de l’arbre de Noël après la colonie de vacances.

Pape Diouf fait danser le Directeur général
VivianePremière sur la scène, la troupe nationale La Linguère offre une jolie chorégraphie bien appréciée par le public. Salam Diallo se charge alors de faire monter davantage l’ambiance. Bientôt tous les petits le rejoignent sur scène et s’agitent dans tous les sens. Par moment, l’artiste se transforme en professeur et sert à ses compagnons de petites interrogations qui laissent les parents hilares. On pourrait en rester là mais le programme va plus loin. Pape Diouf, leader de la Génération consciente, fait monter la température de Sorano. Entouré de tous les mômes, il réussira à voler au directeur général quelques pas de danse bien esquissés avec son fameux tube « Malaw ».

Pluie de cadeaux pour les enfants
L’ambiance retombe après la prestation de Pape Diouf. On reprend son souffle et place au moment le plus attendu par les mômes : la distribution des cadeaux qui attendent au fond ses destinataires. Le vieux bonhomme, tout de rouge vêtu avec une barbe bien blanche, gravit les marches menant sur l’estrade. Il est rejoint par le Directeur général Cheikh Thiam qui l’aide dans la distribution des présents. Souriants, les petits se relayent sur l’estrade. Une petite photo pour immortaliser le moment et ils regagnent leurs parents, sourire aux lèvres. Ils ont été sages et travailleurs à l’école et ils ont été récompensés dans leurs efforts. Le patron du journal sera suppléé par Ibrahima Mbodj, coordonnateur des rédactions, M. Ly chargé des ressources humaines et d’autres responsables de département.

Il revenait à Viviane Chidid de clôturer la série des playbacks après Carlou D. Très appréciée par le public, sa chanson « No stress » a fait bouger les plus timides. Ce tube est imparable. La preuve, un peu avant, une jeune fille l’a quasiment interprété à la place de la chanteuse du Djoloff band. « Je ne saurais rater cette fête destinée aux enfants à qui je demande de bien travailler à l’école. Merci de m’avoir associée à ce moment de bonheur », confie Viviane qui a enthousiasmé toute la salle où des générations étaient mélangées. Entre-temps l’ambiance s’était calmée pour que le père Noël aide les responsables du journal à distribuer les cadeaux aux enfants. Avant de se quitter, la fête s’est poursuivie au premier étage du Théâtre où un cocktail a été servi.

@lesoleilonline

La 3e édition du Concours de saut international de l’Amitié (Csia) est prévue aujourd’hui et demain sur la carrière du domaine forestier de Petit Mbao. Elle sera organisée par le Racing club de Dakar (Rcd). Cette compétition entre dans le cadre des activités multilatérales entre cavaliers et structures d’organisation d’événements spéciaux. Après la venue de Marocains, Algériens, Tunisiens, Français et Ivoiriens lors des deux premières éditions, l’étape de ce week-end verra la participation d’athlètes néerlandais et de la Rd Congo. 

L’objectif est d’assurer une meilleure visibilité dont ce sport a tant besoin. « Cet événement sportif va permettre à nos cavaliers de se challenger avec d’autres athlètes évoluant sous d’autres cieux avec un standard plus élevé », peut-on lire dans le communiqué qui nous est parvenu. Il faut dire que la plupart des cavaliers étrangers attendus à ce banquet équestre évoluent sur une hauteur d’un mètre 40 centimètres (1m40) ; alors qu’au Sénégal, le Top Level est d’1m30 (Nationale élite) et rares sont les couples qui le disputent.

Le Grand Prix est doté d’une récompense de 1.000 euros (650.000 FCfa) pour le vainqueur se disputera en Nationale 1 (1m20) qui aura lieu dimanche avec deux manches identiques au menu et un éventuel barrage en cas d’égalité de couples. Une vingtaine de couples seront en lice dont les cavaliers les plus futés du Sénégal. Ce Csia a été remporté lors de son édition inaugurale par Mohamed Kazoun dit «Hamoudy» puis en 2016 par Gora Seck, deux cavaliers issus du Racing club de Dakar (Rcd).

D. SARR

Le tribunal de Kolda vient de condamner trois Agents pour la sécurité de proximité (Asp) et un pisteur des Eaux et Forêts à 2 ans de prison ferme et une amende de 700. 000 FCfa.

Trois Agents pour la sécurité de proximité (Asp) et un pisteur des Eaux et Forêts, tous en service dans la commune de Fafacourou, dans le département de Médina Yoro Foulah, viennent d’écoper de 2 ans d’emprisonnement ferme. Ils vont  également payer une amende de 700.000 FCfa à la partie civile. Ils ont été reconnus coupables des délits d’association de malfaiteurs, d’usurpation de fonction et d’extorsion de fonds par le tribunal de Kolda.  

Mamadou Aliou Diallo, ancien pisteur des Eaux et Forêts, et ses trois co-accusés avaient pris l’initiative d’organiser une mission spéciale de protection de la forêt sans l’autorisation de l’administration forestière. Pour mener à bien son plan, l’ancien pisteur et cerveau de la bande, avait contacté les trois Asp, en l’occurrence Alkaly Seydi, Mamadou Diao et Youssoufou Diao, pour les informer de son initiative. Les quatre complices décidèrent alors de sillonner le massif forestier de Fafacourou pour débusquer les trafiquants qui se livraient à la coupe abusive de bois pour les faire chanter.

Leur stratégie s’est d’ailleurs avérée payante puisqu’ils ont réussi à empocher d’importantes sommes d’argent sur les trafiquants et leurs acolytes. Personne ne sait le montant exact des transactions qui leur ont été versées. Mais, les aveux de Mamadou Aliou Diallo, qui a reconnu devant la barre avoir reçu, à lui seul, plus de 5 millions de FCfa, donnent une idée sur l’importance des montants indument perçu. Les méthodes expéditives des quatre individus ont fini par exaspérer les villageois qui, le 2 novembre dernier, ont déposé une plainte à la brigade de gendarmerie de Kolda. Ils furent aussitôt arrêtés et mis en prison.  

Mamadou Aliou DIALLO

Dans le cadre des festivités de fin d’année, la direction générale de la Sspp « Le Soleil » organise,  aujourd’hui,  à l’intention des enfants de son personnel, un Arbre de Noël. Cette cérémonie aura lieu sous la présidence d’honneur du ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, et la présidence effective du directeur général du « Soleil » Cheikh Thiam. Elle verra la participation d’artistes musiciens de renom comme Viviane Chidid, Pape Diouf, Carlou-D, Salam Diallo, etc. Le micro central sera assuré par Boubacar Diallo, connu sous le nom de Dj Boub’s, animateur au Groupe futurs médias.

Nd. M.SECK

Nous avons reçu ce communiqué du Serigne Cheikh Thioro Bassirou Mbacké, porte-parole permanent de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, khalige général des Mourides que nous publions in-extenso.

Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké, khalife général des Mourides porte à la connaissance de tous les talibés qu’il n’est pas au courant et qu’il n’a pas recommandé le versement de « adiya » dans un quelconque compte ouvert dans une banque de la place.

Le khalife général des Mourides loue les actes de tous les jours des talibés qui font parvenir leur « adiya » tous les jours et prie le Tout-Puissant de les assister dans leurs activités quotidiennes.

Fait à Touba le Vendredi 06 Janvier 2016
Communiqué transmis par Serigne Cheikh Thioro Bassirou Mbacké,
Porte-parole permanent de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké

Khadim Diop n’a pas perdu du temps pour annoncer les couleurs. Dès son installation hier, le natif de Ngaye-Mékhé a exprimé son vœu de travailler pour approfondir la citoyenneté des jeunes mais aussi pour créer des richesses contribuant ainsi à la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse).

Le nouveau président du Conseil national de la jeunesse (Cnj) a été installé hier dans ses nouvelles fonctions. Khadim Diop compte placer son mandat sous le signe de la citoyenneté et de la création de richesses pour faire contribuer le Cnj à la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse).  Le successeur d’Aliou Sow a, tout de suite après son installation, annoncé ses sept axes prioritaires, ses sept démarches de rupture et ses sept stratégies pour réaliser ses objectifs. Selon lui, le président sortant lui a laissé une plateforme attractive. « Nous rendons un grand hommage à un homme généreux, je veux nommer Me Aliou Sow », a-t-il témoigné. Après avoir tiré un bilan « satisfaisant » de ses années à la tête de cette plateforme des jeunes du Sénégal, le président sortant a félicité son successeur et lui a indiqué un certain nombre de pistes. « Vous avez beaucoup de défis à relever. Vous devez renforcer les moyens d’intervention de la plateforme, son administration mais aussi ses ressources humaines. Mais en s’armant d’engagement et de conviction, je n’ai aucun doute que vous allez relever tous les défis », a encouragé Me Aliou Sow.

La trentaine, le nouveau président du Conseil national de la jeunesse est un pur produit du mouvement association au sein duquel il a milité depuis plusieurs années. Ainsi, il a été secouriste de la Croix-Rouge entre 2001 et 2002, puis chef de district des pionniers de Ngaye-Mékhé et moniteurs des collectivités éducatives. Adulé dans son terroir, Khadim Diop a été, en 2008, président du Conseil communal de Ngaye-Mékhé, puis réélu en 2015. En 2016, M. Diop franchit un palier en accédant à la tête du Conseil départemental de la jeunesse de Tivaouane, puis aux commandes du Conseil régional de Thiès avec 100% des voix. Il est aussi coordinateur Pays/Sénégal du Réseau des experts en politique de jeunesse (Afrinype). Sur le plan professionnel, Khadim Diop est un spécialiste en gestion des projets, de développement et des organisations. Il est aussi spécialiste en audit, suivi et évaluation des projets. Manager de sport de la Fifa, Khadim Diop est coordinateur des projets et des programmes spéciaux d’une société basée à Dakar.

Ndiol Maka SECK

La police de Guédiawaye a mis la main sur deux individus surpris à la plage de Malibou avec un jeune homme atteint de la maladie de la trisomie. Même s'il est prématuré, pour l'heure, d’établir de manière formelle le délit lié à une pratique de sacrifice humain contre les deux personnes, les proches du déficient mental croient dur comme fer que P.Th. était sur le point d’être sacrifié par ce duo.

N’eût été l’intervention des éléments de la Brigade de recherches du commissariat central de Guédiawaye, le pire allait peut-être se produire. En effet, selon un communiqué de la police, dans la nuit du 2 au 3 janvier 2017, après une patrouille, ces hommes en tenue ont conduit et mis à la disposition de la permanence deux individus suspects, lesquels ont été identifiés comme étant I. Fall, chauffeur, domicilié à Guédiawaye, sans autres précisions, et A. Thiam se disant lui, footballeur. Ces derniers ont été surpris à la plage de Malibu vers 2 heures en train d’envelopper dans du linge blanc appelé « percal » d’environ trois mètres et 14 noix de colas dont sept de couleur blanche et sept autres de couleur rouge, un enfant de sexe masculin atteint de trisomie 21 et incapable de décliner son identité. Selon la police, I. Fall et A. Thiam avaient déjà réussi à ligoter les poings et pieds de l’enfant lorsque les agents ont surgi devant eux. C’est ainsi qu’ils ont été arrêtés et conduits au commissariat.

Interrogés sur leur acte, les mis en cause ont déclaré « faire une blague » à leur victime. Ils avaient effectué ce déplacement à bord d’un véhicule de marque Toyota de couleur grise.Cette affaire fait grand bruit dans la banlieue où chacun tente de comprendre à sa manière les véritables motivations de ces deux individus arrêtés par la police de Guédiawaye. Une bonne partie de la population parle déjà d’une tentative avortée de sacrifice humain, compte tenu des objets qui ont été découverts auprès de ce duo.
D’autres par contre, se montrent prudents, en convoquant l’absence d’arme destinée à des pratiques de sacrifices humains sur les deux mis en cause.

Cependant, les proches de P.Th. en sont arrivés à la conclusion que le jeune malade mental était sur le point de faire l’objet d’un sacrifice humain et qu’il n’a dû sa survie qu’à l’irruption des policiers ayant obligé les malfaiteurs à s’enfuir. « Nous avons passé toute la nuit à rechercher P.Th. qui, somme toute, a l’habitude de sillonner les rues de la localité », a indiqué P.K, oncle du mongolien. Ce dernier en veut pour preuve le fait que P.Th. se soit retrouvé avec les pieds et les mains ligotés. « Il n’y a aucune autre explication plausible des intentions des deux individus arrêtés si c’est qu’ils étaient animés par la volonté ferme d’abréger la vie de P.Th. », conclut son oncle. Une enquête est ouverte.

Ndiol Maka SECK
et Abdou DIOP

Les journées se suivent et se ressemblent pour Bamba Fall et Cie qui n’ont toujours pas été édifiés sur leur sort après trois jours de garde à vue à la police. L’édile de la Médina et huit de ses acolytes, poursuivis dans le cadre du saccage des locaux du Parti socialiste le 5 mars dernier, font l’objet d’un troisième retour de parquet.

Hier, la demande de liberté provisoire demandée par les avocats de la défense a été rejetée par le doyen des juges du Premier cabinet, Samba Fall. L’avocat Me El Hadj Diouf, qui vient de s’ajouter à ce pool d’avocats constitué de Mes Aïssata Tall Sall, Demba Ciré Bathily, Ciré Clédor Ly entre autres, a dénoncé une violation des lois de leurs clients. Selon lui, le doyen des juges n’a pas voulu donné la parole à la défense qui a voulu faire appel à la nouvelle loi communautaire. Selon lui, l’article 7 du Règlement 5 de l’Uemoa dans le cadre du droit positif intégré à l’Assemblée nationale conduirait à une liberté provisoire de ses neuf clients. L’avocat dénonce, par ailleurs, la façon dont se déroulent les évènements. « C’est une affaire purement politique. Je ne peux pas comprendre pourquoi seuls les politiques sont inculpés alors qu’il fallait penser aux nervis », a-t-il protesté.

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, par ailleurs membre du Parti socialiste, venu soutenir ses camarades de parti, n’a pas voulu se prononcer devant la presse. Il a préféré s’adresser aux militants et autres inconditionnels venus en masse, les invitant à retourner calmement chez eux. En attendant un nouveau face à face avec le doyen des juges prévu lundi prochain, le maire Bamba Fall et huit autres inculpés socialistes devront passer le week-end dans les caves du commissariat central de Dakar. Pour rappel, six chefs d’inculpation ont été retenus contre ces présumés malfaiteurs, notamment la tentative d’assassinat, injures publiques, violences et voies de faits, coups et blessures volontaires, destruction de biens appartenant à autrui et menace de mort.

 

Aliou FAYE (stagiaire)

Beaucoup de leurs proches attendaient un mandat de dépôt ou un placement sous contrôle judiciaire. Mais, c’est finalement un deuxième retour de parquet pour Bamba Fall et Cie cités dans l’affaire du saccage de la maison du Parti socialiste le 5 mars dernier 2016. En effet, après plusieurs heures d’audition devant le doyen des juges, chargé du dossier des présumés auteurs du saccage transmis par le procureur de la République, le magistrat a décidé de remettre le maire de la Médina, Bamba Fall, ainsi que ses huit autres camarades au parquet. Trois avocats ont été constitués par le maire de la Médina et ses co-accusés. Ce sont Me Demba Ciré Bathily, Ciré Clédor Ly et Me Aissata Tall Sall.

S’exprimant sur les ondes d’une radio, Me Sall soutient « qu’on va vers une longue instruction ». En attendant, l’édile de la Médina et ses acolytes devront encore faire face au doyen des juges, aujourd’hui, pour être édifiés de leur sort. Le maître des poursuites peut demander l’ouverture d’une information judiciaire et, au besoin, le placement sous mandat de dépôt ou sous contrôle judiciaire de Bamba Fall et de ses co-accusés.

Aliou FAYE (stagiaire)

La Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpsn) participe à la réussite de la 53e édition de la ziarra dédiée à Thierno Mountaga Daha Tall en remettant, mercredi, une importante quantité de riz au khalife général de la famille omarienne.

Dr Anta Sarr Diacko, à la tête d’une importante délégation, était, mercredi, à Louga, sur instruction du président de la République, pour apporter un soutien à Thierno Bachir Tall, khalife général de la famille omarienne. Elle a remis une importante quantité de riz au chef religieux. Une manière de participer à la réussite de la 53e édition de la ziarra de Thierno Mountaga Daha Tall prévue aujourd’hui et demain dans la capitale du Ndiambour.

« Comme nous l’avons fait dans les autres familles religieuses, nous sommes ici pour apporter un appui de la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpsn), conformément aux instructions données par le président de la République », a expliqué la Déléguée générale, reçue par le khalife général. Dr Anta Sarr Diacko a précisé que l’opération entre dans le cadre bien déterminé du soutien que l’Etat apporte aux familles religieuses.

Dans son propos, le khalife de la famille omarienne a vivement salué cet appui. Thierno Bachir Talla a partagé sa satisfaction. Je suis sûr, a-t-il dit, que les engagements pris par l’Etat pour la réussite de l’événement, prévu les 6 et 7 janvier dans la capitale du Ndiambour, seront tous respectés. « Nous vous demandons de transmettre au président de la République mon sentiment de satisfaction », a dit Thierno Bachir Tall qui a aussi magnifié le « travail remarquable » abattu par le gouverneur, le préfet et tous les services déconcentrés de l’Etat.

« Tout le monde a travaillé et continue de travailler pour que les besoins, exprimés par le comité d’organisation, soient satisfaits. C’est l’occasion pour moi de les remercier et de prier pour eux et pour le Sénégal », s’est exprimé Thierno Bachir Tall qui a également formulé des prières pour un Sénégal dans la paix et la prospérité.

Abdoulaye DIALLO

 

L’année 2016 s’en est allée, emportant sa grille d’évènements. Dans l`euphorie et sous l’effet enthousiaste d’une capitale qui, il y a une semaine, arborait un  nouveau visage reluisant de fête avec un marché de jouets, de poulets et de pâtisseries bien fourni, il ne reste que des messages lumineux conçus à l’aide d’une combinaison de guirlandes et de mini lampes, accrochés à l’entrée des villes, aux carrefours, dans les places symboles, devant les vitrines, etc. pour témoigner de la beauté des fêtes de fin d’année.

Comme les fêtes de la Korité, de la Tabaski et de  Pâques, Noël et Saint la Sylvestre sont passées, dépouillant les ménages sénégalais de leurs liquidités. Des portefeuilles moins garnis dans une capitale aussi chère comme Dakar, il y a de quoi retenir le souffle pour les ménages. En effet, l’atmosphère de fête s’est aussitôt substituée à celle d’une ville aux activités qui tournent au ralenti. En cet après-midi de mercredi en début d’année 2017, point d’embouteillage. Ça roule sur presque toutes les rues de Dakar. Yarakh, une zone réputée des congestions routières, affiche le vide. Peu de taxis parmi la pléthore qui sillonnent les différentes artères  de la ville.

Est-ce l’effet de la pause des après-midis où sous les arbres touffus des garages spontanés comme fixes, les chauffeurs se livrent aux jeux de cartes avec, à côté, une cafetière de thé qui bout à cent degrés ? Mamadou Thior infirme. Stationné devant la mairie de Grand-Yoff, il s’apprête à reprendre le volant après sa séance de prières. Ce quadragénaire soutient que les fêtes de fin d’année ont eu des impacts sur l’activité des routiers. En bon talibé, il jure au nom de son marabout que depuis l’aube, il n’a pu récolter dans sa « chasse » de clients que 15.000 FCfa. « En plus de la rareté des clients, la fête a même impacté le prix du transport. Là où le client payait 1.000 FCfa, maintenant on te propose 800 FCfa », renseigne M. Thior.

Est-ce les plaintes d’un Sénégalais habitué à la métaphore « Deuk bi da fa metti » (Les temps sont durs) ? A en croire un autre taximan garé à une encablure, c’est non. De retour de transport de son premier client, il embouche la même trompette. « On a pas besoin d’être un grand observateur pour se rendre compte qu’il n’y a plus d’argent dans cette ville après les fêtes de fin d’année. D’ailleurs, c’est une tradition. Nous, en tant que vieux conducteurs, on s’y attend car la situation est toujours ainsi », met-il dans l’ordre naturel des choses. Si le marché du transport est atteint, celui des denrées de première nécessité n’est pas épargné.

Un marché quasi déserté par les clients, on rompt avec les bousculades des matins et des soirs de fin du mois où salariés et ou leurs épouses viennent, après un passage au guichet d’une banque, se remplir les réfrigérateurs. Dans ce vide où les alléchantes propositions de rabatteurs se mêlent aux appels mélodieux des vendeurs, les tombées de recettes ne sont pas encore au rendez-vous. Des mouches qui répondent aux sirènes des odeurs nauséabondes des poissons secs et frais mais aussi des tas d’ordures spontanés. Un chasse-mouche à la main, devant sa table, il soutient que c’est la chaleur qui retient les clients. « Ils viennent vers 18 heures pour s’approvisionner en condiments et autres. En effet, les après-midi ne sont pas des heures de pointe », relativise ce vendeur qui informe que le peu de changement noté concerne plus les prix des denrées. « Le kilo de l’oignon comme celui de la pomme de terre a été revu à la baisse. De 400 et 450 FCfa, il est passé, respectivement, à 350 et 400 FCfa », renseigne ce dernier. Selon Sidy Djigo, un autre commerçant, le Sénégal étant un pays pauvre, les familles vivent au quotidien. L’impact des fêtes sur les denrées de première nécessité, en particulier alimentaires, n’est pas toujours considérable.

Derrière son comptoir de son alimentation générale où les pots de maïs, de cornichon, de moutarde, de salade de fruits entre autres y rivalisent de saveur, il continue d’écouler ses articles à forte composante de produits alimentaires. « Hier, j’ai vendu 18 poulets. Aujourd’hui, plus », révèle M. Djigo. En tout cas, c’est un mercredi particulier à Dakar. Des rues, des ruelles presque désertes. Même la lune est allée se cacher sous la dictée d’une éclipse. Est-ce les raisons de cette fluidité. L’homme peureux s’est-il isolé pour supplier Dieu de la libérer ? Et s’il la faisait tourner encore et encore pour accélérer les jours d’approche de la prochaine fin du mois. Cependant, jeunesse féminine ne sent point la conjoncture. Après la Saint-Sylvestre, moment des grands bénéfices pour les restaurants et les boîtes de nuit, les deux étudiantes sont dans les préparatifs d’un mariage. Dans ce coin des bonnes affaires de Liberté VI, elles cherchent des chaussures à leurs pointures. En attendant, elles font, toutes heureuses, l’inventaire de leurs fêtes de fin d’année.

Marame Coumba SECK

Colobane est l’un des plus célèbres marchés de Dakar. Mais, au lendemain des fêtes de fin d’année, les activités y tournent au ralenti. Les vendeurs peinent à écouler ce qui reste de leur stock pendant que les acheteurs habituels, en quête d’argent pour subvenir à leurs besoins, se transforment en vendeurs.

Colobane. L’un des marchés les plus célèbres de Dakar, connu pour ses ambiances festives et sonores, est inanimé. Lendemain des fêtes de fin d’année oblige. Ici, l’ambiance est morose en cette journée du mercredi 4 janvier 2017. Seuls les bruits des moteurs des véhicules animent ce haut lieu d’échanges, déserté par une partie de ses visiteurs habituels. Face à ce décor inhabituel, les commerçants accusent le coup. Des clins d’œil ça et là, des sifflements comme pour attirer les quelques passants qui ont emprunté le trottoir qui mène au rond-point, mais en vain. Babacar Diop est l’un des rares vendeurs à avoir décroché un client.

Ce jeune marchand ambulant, enveloppé dans son pull-over, sac au dos et deux jeans « kaki » à la main, n’a connu cela que deux fois depuis le début de la journée. Mais, il ne faut pas trop vite s’alarmer puisqu’après quelques minutes de marchandage avec un élève de passage, les deux parties n’ont pas pu trouver accord. « Il (le commerçant) m’a proposé 2.500 FCfa comme dernier prix alors que je n’ai que 1.500 FCfa en poche », révèle Pape Camara, élève au Lycée Blaise Diagne. Laisser filer cette chance serait un gâchis, juge Babacar qui rejoint l’élève pour se contenter du prix payé par Pape.

« Son prix ne m’arrange pas, mais je n’ai pas le choix », confie le jeune commerçant. Selon lui, cette situation est expliquée par la succession des fêtes de fin d’année. « Nous nous attendions à cela puisque chaque année, à pareille période, nous rencontrons d’énormes difficultés à écouler nos produits. Un problème d’argent est à l’origine de tout cela », poursuit-il. Non loin de là, El Hadj Kébé, la cinquantaine, enfermé dans son magasin spécialisé dans la vente des sacs à dos et maillots, embouche la même trompette. « Depuis le 1er janvier, j’ouvre mon magasin à 11h puisque venir à 8h voire 9h ne sert à rien. Vous voyez, depuis ce matin, je n’ai vendu aucun produit », se désole ce commerçant établi au marché de Colobane depuis 15 ans.

Quand les acheteurs se convertissent en vendeurs
En temps normal, ce sont les clients qui viennent acheter chez les vendeurs. Mais aujourd’hui, après les fêtes de fin d’année, la donne a complètement changé. A la Rue 14 X Niangor où est née la vente de la friperie, quelques prestataires, clients et vendeurs, disputent la chaussée avec les transports en commun et autres. En cette période de basse température, les vêtements lourds sont les plus recherchés. Mais, le plus frappant ici, c’est que les vendeurs sont plus importants que les acheteurs. Et Victor Dione ne nous dira pas le contraire. Venu de Thiès, il a dépensé tout son portefeuille pendant les fêtes. Il est à Colobane pour « vendre des pulls de luxe venant d’Europe afin de payer (son) loyer ».

« J’étais emporté par la folie des fêtes, raison pour laquelle j’ai dépensé presque tout mon argent. Vous savez, chez nous, les fêtes de fin d’année sont très importantes. On m’a envoyé ces habits, que j’ai rarement portés, depuis la France. Mais, je dois les vendre pour m’en sortir », explique ce natif de Thiès qui est prêt à céder les pièces à 10.000 FCfa.
Même les librairies « par terre »

impossible de les rater. Sur les trottoirs de ce lieu mythique non loin du Parc « Daal », ils ont pris leur quartier. Dégourdis et agressifs comme d’habitude, les vendeurs de livres d’occasion ou librairies « par terre » observent des va-et-vient des passants munis d’un sac, surtout les élèves ou étudiants qui viennent souvent vendre leurs manuels scolaires. Parmi eux, Assane Sylla, trouvé à côté de quelques gros cartons remplis de livres. Au moment de se confier à nous, deux élèves en uniforme s’arrêtent devant lui, chacun sort un manuel. « Que puis-je faire pour vous ? », demande Assane.

« Nous voulons vendre nos livres », répondent les deux élèves. « 1.500 FCfa pour chaque manuel si vous voulez », propose le vendeur. « Ok c’est bon. Donne l’argent », dit l’un des jeunes, le sourire aux lèvres. « Ces temps-ci, j’achète plus que je vends. C’est normal puisqu’en cette période, les élèves ont besoin d’argent. Ils sont obligés de vendre leurs livres inscrits au programme de l’année scolaire écoulée », conclut Assane Sylla.

Aliou FAYE (stagiaire)

L’eau de qualité et en quantité suffisante est désormais accessible dans des zones difficiles d’accès. Les villages de Sakor, de Baback, des îles du Saloum ont traversé les périodes d’incertitudes liées à l’occurrence des pénuries d’eau. La disponibilité de cette ressource vitale suscite tous les espoirs.

L’eau coule dans des zones difficiles d’accès. L’Office des Forages Ruraux (OFOR) a levé les barrières géographiques pour desservir, les zones reculées, des localités perdues entre les bolongs et les marécageuses, comme Sakhor, dans l’arrondissement de Fimela. L’argument de l’éloignement géographique ne tient plus. L’eau partout et pour toutes les couches de la population se décline par la disponibilité des services. La preuve, dans les îles de Mar, à Fimela, l’eau n’est plus une denrée rare. Pourtant il y a quelques années, c’était la croix et la bannière pour disposer d’une goutte d’eau. Entre hier et aujourd’hui, beaucoup d’eaux ont coulé dans ces localités. Les résidents poussent un ouf de soulagement qui ne noie pas les périodes de labeur, de corvée. « Auparavant, avant 8 heures, vous ne pouvez pas avoir de l’eau. Actuellement, les populations ont en permanence le liquide précieux, même dans des îles de Mar, cette ressource est disponible », confirme le directeur de Société d’Exploitation d’Ouvrages Hydrauliques (SEOH), lors de la visite de la Délégation de la Banque Mondiale qui a mesuré les impacts de la mise en œuvre de la délégation de service public de l’eau. Le forage de Yayem de 650 mètres cubes injecte un apport non négligeable dans le réseau .La disponibilité aiguise les appétits. A Fimela, chaque ménage veut son robinet. Cette doléance rappelle à bien des égards la vision de l’OFOR : « Un Foyer, un point d’eau potable ». Ce n’est pas une utopie. C’est dans l’ordre du possible. Cette vision se matérialise dans les îles du Saloum. Pour la première fois depuis les indépendances, des milliers d’insulaires ont désormais le droit de boire une eau de qualité de manière permanente. Aucun n’insulaire l’aurait cru avant la concrétisation d’un projet qui ressemblait à faire déplacer les montagnes : l’approvisionnement des îles du Delta du Saloum à partir du continent.

100.000 personnes auront accès à l’eau potable
EauLe 16 décembre 2016, le Ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye a procédé à l’inauguration du système d’adduction d’eau potable de Bassoul. Les îles de Djirnda, Ngadior, Baout, Vélingara, Moundé, Niodior, Dionewar, Diogane, Bassar, Thialane, Diamniadio et Bassoul sortent d’un long stress hydrique, nous pouvons même dire d’une détresse hydrique. Ce n’est pas un abus de langage. Ces insulaires avaient toutes les peines du monde pour avoir de l’eau. Les femmes risquaient leur vie à travers les bolongs pour aller à la recherche de la source de vie : l’eau. En réalité leur vie n’était pas une vie. Au total plus de 100.000 personnes auront désormais une eau de qualité en quantité suffisante. Le rêve se réalise. Dans des îles ont parle d’une révolution à juste raison. « C’est un ouf de soulagement pour les habitants de Bassoul. Les femmes parcourraient une trentaine de kilomètres avec des pirogues pour aller acheter de l’eau à Toubacouta où le bidon est revendu à 600 francs Cfa. Aujourd’hui, elles ont de l’eau chez elles. Ce projet aura beaucoup d’impacts socio-économiques à Bassoul. ‘Nous sommes en train de vivre une révolution dans des îles », a laissé entendre le maire de la commune, El Hadj Ndong.

Le raccordement des îles traduit la volonté du Président de la République, son Excellence, Macky Sall de restaurer l’équité, la justice sociale. L’accès à l’eau potable ne doit pas être réservé à une catégorie de la population.

La réparation d’une injustice
Ce principe d’équité a rappelé par le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye lors de la cérémonie d’inauguration des ouvrages qui a enregistré une forte mobilisation des populations. « Cette eau vient du Plateau de Tassète, dans la région de Thiès. Et au-delà des défis techniques et technologiques, c’est une volonté qui découle de l’engagement du chef de l’État, Macky Sall, à fournir l’eau potable à l’ensemble des populations du Sénégal », a laissé entendre le ministre qui a également déclaré : « C’est un projet d’un budget global d’environ 4,6 milliards de FCfa. Et le Président de la République nous a assignés comme objectif d’atteindre l’universalité en termes d’accès à l’eau potable. Présentement, nous en sommes à un taux de 92 % d’accès et pensons atteindre les 100 % d’ici trois ou quatre ans. C’est dire donc que le Président Macky Sall souhaite, dans les meilleurs délais, apporter des réponses adéquates par rapport aux préoccupations des populations », avait assuré Mansour Faye. Faudrait-il le rappeler que le transfert d’eau des zones qui ont une nappe riche vers celles où elles sont pauvres ont permis à des milliers de Sénégalais dans d’autres localités de Tambacounda, de Kédougou, d’étancher leur soif.

Magal de Touba : Le défi de l’approvisionnement en eau à nouveau relevé
ToubaAprès l’édition de 2015, l’OFOR a assuré l’approvisionnement en eau durant le Magal de Touba en 2016. Le dispositif mis en place pour couvrir les besoins en eau de Touba durant le Magal a bien fonctionné en dépit de quelques perturbations dans la distribution. Ce bilan globalement satisfaisant est le fruit d’un travail collectif avec le comité d’initiative du Magal de Touba et Mahou Rahmati. Aujourd’hui, l’OFOR se projette dans l’avenir. La recherche de solutions durables est inscrite sur l’agenda de l’OFOR.

Rappelons que l’OFOR s'est aussi donné comme mission de détecter et de réparer  221 fuites entre la période du 1er septembre au 13 novembre 2016, ainsi que le traitement par le chlore de toute la production d’eau, y compris les réservoirs de stockage d’une capacité de 16 800 m3 et la remise en état des cinq (5) réservoirs de stockage, de bâches et motopompes, et des systèmes de chloration.

L'Office des Forages Ruraux  avait tablé sur une production journalière supérieure à celle de l'année dernière de près de 100 000 m3 contre 92 000 m3/j.

2017, année de la concrétisation de la révolution de l’hydraulique rurale : 251 forages prévus 
L’eau potable sera davantage accessible aux populations du monde rural. Le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, va dérouler un programme d’une grande envergure de construction de 251 forages, de 181 châteaux d’eau, de plus 1000 kilomètres de réseau et 900 bornes fontaines. Ce projet financé par Eximbank China aura tout son poids sur la réalisation des objectifs du PSE notamment dans les secteurs de l’élevage et de l’agriculture. C’est une belle perspective qui s’ouvre pour des milliers de personnes qui sont dans les zones rurales.

Le cap de la préservation des performances sera maintenu. Le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement à travers l’Office des Forages Ruraux (OFOR) va dérouler en 2017 un programme d’une grande envergure de construction de 251 forages, de 181 châteaux d’eau, de plus de 1.000 kilomètres de réseau et de 900 bornes fontaines sur une année. C’est une grande première depuis les indépendances du Sénégal. Ce projet d’un coût global de 50 milliards de francs Cfa financé par Eximbank China va concourir à l’accélération de la marche vers la couverture universelle. C’est un bond en avant que nous allons faire dans la réponse des couvertures des besoins des Sénégalais. Mais il ne s’agira pas seulement de satisfaire la demande, mais également de rapprocher les ménages des points d’eau. ‘Ce programme va considérablement soulager les femmes et les enfants des corvées d’eau », explique le Directeur Général de l’OFOR, Lansana Gagny Sakho. A vrai dire, c’est un important programme du Président de la République, Son Excellence, Macky Sall qui a pour finalité d’apporter des solutions durables et viables aux problèmes d’accès à l’eau dans le monde rural. L’eau pour les différents usages, la consommation humaine, l’élevage et l’agriculture sera plus disponible. C’est dans ce sens que ce projet aura tout son poids dans la réalisation de certains objectifs du Plan Sénégal Emergent (PSE). « L’élevage et l’agriculture font partie des piliers essentiels du Programme Sénégal Emergent (PSE). Aujourd’hui il y a une cohérence globale dans la prise en charge de cette problématique.

Aujourd’hui, le Directeur Général pense que le grand défi après la mise en œuvre de ce projet, c’est l’exploitation. Tout compte fait le projet est en parfaite cohérence avec la reforme de l’hydraulique rurale qui se traduit pas la mise en place des délégations de service public en milieu rural et la marche vers les Objectifs du Développement Durable (ODD).

Iles de la Basse Casamance : Un programme de 6 milliards de F CFA pour desservir plusieurs centaines de milliers de personnes
ForagesLe gouvernement du Sénégal à travers le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement a décroché un accorde de financement de 10 millions de dollars soit environ 5 milliards de francs Cfa auprès de la Banque Arabe pour le Développement Economique de l’Afrique (BADEA). C’était en marge des Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international en octobre 2016. Cette enveloppe servira à la réalisation des systèmes d’adduction d’eau potable pour les populations de la Basse Casamance notamment les insulaires.

L’accord signé par le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye et les représentants de l’Institution financière contribuera à démocratiser davantage l’accès à cette ressource vitale pour les habitants des îles de la Basse Casamance. Il est attendu la réalisation des ouvrages hydrauliques dans une trentaine de villages de la région de Ziguinchor. Il est également prévu la construction de 5 Systèmes d’adduction d’eau multi-villages indépendants. C’est donc un nouveau jour qui se lèvera sur plusieurs îles de la Basse Casamance et sur des villages qui sont sur la terre ferme. Plusieurs centaines de milliers de personnes auront une eau de qualité. « Les populations des zones insulaires de la Basse Casamance consomment une eau saumâtre et excessivement fluorée. Elles sont par conséquent exposées à de réelles problématiques de santé publique sans compter le goût particulièrement désagréable du liquide », indique une note de l’OFOR qui assurera la maîtrise d’ouvrages du projet.

Médina Gounass : Le transfert d’eau pour régler définitivement les problèmes
Le projet entre en droite ligne avec la politique de modernisation des cités religieuses de son Excellence le Président Macky SALL. Ce projet d’un montant de 600.000.000 F CFA permettra de régler les problèmes d’approvisionnement en eau de la cité religieuse par un transfert d’eau à partir du fleuve Gambie.

Transfert d’eau à Kaolack et à Kaffrine : 1.500.000 personnes seront touchées
Un pari sur l’avenir. L’OFOR ambitionne de sortir des terroirs et de concrétiser ce projet de transfert d’eau dans les régions de Kaolack et de Kaffrine. Ce programme permettra de soulager plus de 1.500.000 personnes affectées par les problèmes de fluor et de salinité dans ces régions. « Il ne s’agit pas de rêve mais d’un regard positif vers le futur qui marquera, pour l’éternité, le septennat de son Excellence le Président Macky SALL », assure le Directeur Général de l’OFOR, pour qui : « 2017 sera l’année de la concrétisation de cette formidable révolution de l’hydraulique rurale ».

En matière de sécurisation des personnes et des frontières, l’État fait le nécessaire. C’est l’avis du gouverneur de Matam, Oumar Mamadou Baldé. Selon le chef de l’exécutif régional, les chefs religieux sont en train de jouer leur partition dans la sensibilisation des populations.

« Les chefs religieux sont des alliés stratégiques. Dans leurs prêches, ils insistent auprès des populations et des talibés pour ne pas qu’ils prêtent leurs oreilles à des bouches et des paroles qu’il ne faut pas, pour que nous restions dans notre Islam qui est un Islam particulier, socialisé, qui promeut la paix, la solidarité et qui bannit la violence », indique-t-il. Pour le gouverneur de Matam, les autorités, au niveau supérieur, ont intérêt à davantage accorder de l’importance à ces figures religieuses qui, à son avis, peuvent permettre de faire face à ce phénomène qu’est le terrorisme.

« Si nous avons la chance d’avoir des populations qui vont rester scotchées à notre Islam, d’avoir des marabouts qui indiquent aux talibés la voie à suivre pour avoir le Bon Dieu et pour être aux côtés de son Prophète, ça vient en renfort à ce que l’État fait en terme de sécurité, de moyens logistiques. Je tiens à ce que nous puissions ressortir l’implication décisive des chefs religieux aux côtés de l’autorité pour la sensibilisation afin que nos populations ne soient pas déviées », soutient-il. La région de Matam compte beaucoup de figures religieuses emblématiques qui ont une envergure internationale. Il s’agit, selon M. Baldé, de Thierno Mouhamadou Samassa qui est, aujourd’hui, « un modèle dans la diffusion de la philosophie islamique et la formation des jeunes âmes dans le cadre de notre religion, mais aussi un modèle de développement à travers ses énormes champs où les talibés, après l’apprentissage du Coran, viennent apprendre la pratique de l’agriculture qui pourra leur assurer une autonomie et une dignité ». Il y a aussi, ajoute le gouverneur, l’autre grande figure religieuse qu’est Thierno Aliou Thiam. « À Ourossogui où il est installé, des milliers de talibés sont encadrés entre le « daara » où ils apprennent et le champ où ils pratiquent l’agriculture. Le Sénégal a besoin de cela et si on avait des modèles de ce type, nous n’aurions pas beaucoup de difficultés », explique-t-il.

« Les enfants sont éduqués à leurs valeurs fondamentales religieuses, mais aussi ils sont encadrés pour l’apprentissage d’un métier agricole qui va leur permettre d’assurer leur dignité ». Il s’y ajoute la figure emblématique de Doumga Ouro Alfa, Thierno Mamadou Lamine Ly qui est, selon le gouverneur, un exemple d’homme véridique, un grand soufi. « C’est un homme dont toute la vie est centrée autour de l’Islam et du prophète. Il est allé jusqu’à refuser de diriger la prière mortuaire de l’un de ses proches pour ne l’avoir jamais vu prier. Ces personnes-là vivent le vrai Islam », assure le gouverneur.

Avec toutes ces grandes figures religieuses, informe le gouverneur Baldé, la région de Matam occupe une place centrale dans la religion. Chacun de ces érudits s’adonne à l’enseignement du Coran et des sciences islamiques ; ce qui a fait de Matam un véritable centre d’enseignement. « Avec le nombre de fois que le nom de Dieu est cité ici, que le Coran est récité ici, je ne suis pas sûr que nous ayons une région similaire au Sénégal », fait-il savoir. Pour le gouverneur, « le Fouta est d’abord religieux, il est ensuite religieux, il est enfin religieux ». Et cette situation, estime-t-il, contribue fortement à la stabilité sociale. « La stabilité socio-économique, ce n’est pas simplement le mérite du gouverneur. Il y a aussi l’accompagnement des chefs religieux », reconnaît Oumar Mamadou Baldé.

S.O. FALL et C. A. AMATH

En marge de la conférence de presse, le président du Conseil supérieur islamique du Sénégal s’est prononcé sur la situation en Gambie. Selon Ahmed Iyane Thiam, ce qui se passe dans ce pays est très maladroite. « Il faut que cette situation soit corrigée le plus vite possible », a-t-il déclaré. A l’en croire, si Yaya Jammeh a d’abord reconnu sa défaite avant d’y revenir, ce n’est pas du fait du hasard, il y a la main invisible de Dieu. 

« Si au départ il n’avait rien dit, il y aurait certes beaucoup de bruits, mais on n’allait pas en arriver à cette situation. C’est Dieu qui a fait en sorte qu’il ait reconnu sa défaite. Maintenant, il doit préserver la paix, conformément aux recommandations de l’Islam en acceptant la volonté du peuple gambien », a conseillé le président du Conseil supérieur islamique.

Nd.M. SECK et R. BA (stagiaire)

Pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens sur les routes, les services de l’Etat travaillent sur une réforme des transports routiers qui a fait l’objet d’un atelier à Tambacounda où il a été dénombré, en 2016, 260 accidents causant 83 décès et 505 blessés.

La réforme des transports routiers était au centre des discussions à Tambacounda où un atelier de travail a été organisé à l’intention des acteurs locaux du transport et des services de sécurité. Présidé par le gouverneur de la région de Tambacounda, Bouya Amar, cette rencontre a permis d’informer les responsables du secteur des transports routiers sur les nouvelles réformes préconisées par les services de l’Etat pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens. La réforme porte sur la gestion des titres de transport, avec la numérisation des documents de transport – permis, cartes grises – qui ne pourront plus être contrefaits, le Code de la route, l’installation de radars et autres appareils de vitesse le long des routes.

Le gouverneur, Elhadji Bouya Amar, a indiqué que la gendarmerie a relevé que 260 accidents ont été dénombrés durant l’année 2016, compte non tenu du mois de décembre, causant 83 décès et 505 blessés, sur un linéaire de 120 kilomètres. Pour le gouverneur de Tambacounda, la psychose règne sur la route qui, au niveau de Tambacounda, représente 95% du trafic voyageur. A l’en croire, les hôpitaux commencent à souffrir des coûts énormes de la prise en charge des blessés. Poursuivant, Elhadj Bouya Amar a signalé que « les chauffeurs font preuve d’une indiscipline notoire, ce qui doit pousser à l’application de la loi ». Il a appelé de ses vœux la mise en œuvre des réformes, estimant que la sensibilisation n’a visiblement « aucun impact sur la mentalité des conducteurs ».

Tolérance zéro
Pour sa part, le directeur des Transports routiers, Cheikh Omar Gaye, a fait remarquer une recrudescence des accidents de la route ces temps-ci, avec leur lot de morts. Il a relevé que depuis le Magal de Touba, 63 décès ont été enregistrés à travers le pays du fait d’accidents de la route. Ce qui, a-t-il rapporté, a poussé le président de la République à appeler l’administration des transports à faire preuve de rigueur dans la délivrance des permis de conduire mais aussi à inviter les forces de sécurité à une "tolérance zéro" vis-à-vis de certains comportements sur la route. Selon lui, après les efforts de l’Etat en termes d’infrastructures routières, de renouvellement du parc automobile et autres activités menées pour la généralisation des centres modernes de contrôle routier, il convient de s’attaquer au facteur humain qui représente 93% des causes d’accident.

« Il faut agir sur l’homme par des actions de formation, de sensibilisation et d’éducation mais aussi par l’application de la loi », a dit M. Gaye. Il a révélé, en outre, que les travaux sur la mise en œuvre des permis à points sont très avancés. Le directeur des Transports routiers a également précisé que cette réforme des transports routiers ne concerne pas les seuls acteurs du transport en commun, qui ne représentent que 30% des titulaires de permis de conduire.

Pape Demba SIDIBE

Des membres de la famille d’El Hadji Daouda Dia, un défunt notable du département de Linguère (nord), ont célébré leur 101e "gamou" (pèlerinage musulman) annuel, dimanche, à Mbeuleukhé.

La fête religieuse s’est déroulée devant la principale mosquée de la commune de Mbeuleukhé, en présence de fidèles, de membres de plusieurs "dahira" (association de fidèles) et de nombreux "talibé" (disciples) venus d’horizons divers. Des élus du département de Linguère, dont des membres du Conseil économique, social et environnemental, ont participé au "gamou" organisé par la famille Dia. "La particularité de ce « gamou », c’est que nous en sommes à la 101e édition, ce qui veut dire que nous avons bouclé un centenaire pour entamer un autre. Les « dahira » et les « moukhadam » (dignitaires) ont répondu massivement à cet appel (…) Cela démontre l’attachement et le respect que les Djoloff-Djoloff vouent à la famille Dia", a dit Aliou Dia, porte-parole et membre de la famille, par ailleurs membre du Haut Conseil des collectivités territoriales. Il a par ailleurs réclamé le bitumage par l’Etat de la route entre Dahra et Mbeuleukhé (40 kilomètres). "Tant que cette route n’est pas bitumée, nous continuerons à revendiquer. Elle fait partie des routes les plus empruntées du département. (…) Il n’y a pas de raison qu’elle reste encore en latérite", a soutenu Aliou Dia.

Feu El Hadji Daouda Dia a appris le Coran auprès de son père Matar, né en 1875 et décédé le 26 décembre 1949, selon ses descendants. Il a été remplacé par son fils ainé, El Hadji Mouhamadou Dia, de 1949 à 1967. Cette famille maraboutique est dirigée de 1967 à nos jours par El Hadji Moussa Dia, le jeune frère d’El Hadji Mouhamadou.

APS

Horreur à Guinaw Rails sud où le cadavre d'un jeune homme a été retrouvé pendu à une corde accroché à la toiture de sa chambre. Pendant que tout le quartier parle déjà de suicide, c'est la prudence qui est de mise du côté de la police qui se limite pour le moment à relever une mort par pendaison. Elle a ouvert une enquête pour élucider les circonstances du drame. 

Cette histoire cristallise les attentions à Guinaw Rails sud. Agé de 35 ans environ, le jeune J. M. Dior était employé dans une usine de fabrication de mèches. Il vivait en harmonie avec les membres de sa famille qui, somme toute, restaient parfois deux à trois jours sans les nouvelles de ce jeune homme qui s'absentait de la maison pour des raisons que personne ne connaissait. C'est la raison pour laquelle, lorsque la famille a constaté l'absence de ce jeune homme, elle ne s'est pas faite de soucis outre mesure compte tenu du fait qu'il lui arrivait de découcher.

Le 1er décembre dernier, une odeur infecte embaume l'intérieur de la maison, obligeant la maisonnée à se mettre à chercher l'origine de cette odeur pestilentielle. Les membres de la famille réalisent subitement que cette mauvaise odeur provenait de la chambre de J. M. Dior qu'ils n'ont pas vu depuis au moins 24 heures. Ils frappent à la porte et constatent que personne n'a réagi de l'intérieur. C'est à partir de ce moment que la famille a eu l'idée de défoncer la porte de la chambre. A la stupeur générale, ils découvrent le corps inerte de J. M. Dior pendu à l'aide d'une corde attachée autour de son cou.

A côté du corps pendu, se trouve une chaise en plastique renversée. Ce qui a fait croire à quelques membres de la famille qu'il s'agit d'un suicide et non d'un meurtre maquillé comme le pensent d'autres proches de la victime. La police de Guinaw Rails à ouvert une enquête pour lever le mystère sur le mobile de ce drame.

Abdou DIOP

Le 7e khalife de Guédé, Serigne Thierno Bousso, a été rappelé à Dieu hier à Dakar. Son inhumation a eu lieu le même jour à Touba. Son successeur est Serigne Oumar Bousso.

La communauté mouride est en deuil. Serigne Thierno Bousso Moulaye, le 7e khalife de la famille Bousso de Guédé Bousso, s’est éteint hier, à Dakar, à l’âge de 79 ans. Il a été inhumé le même jour à Touba. Serigne Thierno Bousso est un fils de Serigne Moulaye Bousso, 2ème khalife de Serigne Mbacké Bousso. Il était le deuxième petit-fils à accéder au khalifat. Le saint homme s’était pleinement investi dans la finition de la résidence Serigne Mbacké Bousso mais aussi dans la construction de la grande mosquée de Guédé.

Son œuvre sera poursuivie par Serigne Oumar Bousso, fils de Serigne Abdou Khadre Bousso, descendant de Serigne Mbacké Bousso. Les Boussobé jouissent d’un grand respect et d’une grande estime dans la confrérie mouride. Liés par le sang avec la famille Mbacké, ils sont surtout connus pour être de grands érudits. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont la gestion de l’imamat de la grande mosquée de Touba. Ils sont également considérés comme de fins lettrés, des détenteurs du savoir.

A Guédé Bousso, juste à côté de la mosquée, se trouve quelque chose qui ressemble à un puits. Surplombé d’un tube noir, cet édifice est montré à tout visiteur qui débarque dans ce quartier de Touba et qui voudrait en savoir sur la vie et l’œuvre de Serigne Mbacké Bousso. Cet endroit est le fruit d’une trentaine d’année de recherches sur les heures de prières. « Durant 33 ans, Serigne Mbacké Bousso a observé le soleil de son lever à son coucher pour déterminer les heures de prières. Il a ainsi produit un cadre des horaires de chaque prière.

C’est une horloge merveilleuse qui s’appuie sur les ombres pour la détermination des heures. C’est une importante découverte », avait expliqué Serigne Sidi Moulaye  Bousso du Centre recherche de Guédé Bousso à une équipe du « Soleil » en 2011. Serigne Mbacké Bousso est également auteur de productions multiples dans différents autres domaines. Ajoutons à ceci des questions et des réponses sommaires à des questions de Fiqh, d’exégèse, de soufisme, de logique, de métrique, de rhétorique et d’astrologie.

Ndiol Maka SECK

En visite à Thiès dans le cadre de la campagne de sensibilisation sur les nouvelles réformes dans le secteur du transport, en droite ligne des recommandations du chef de l’Etat pour éradiquer les nombreux accidents de la route, le directeur de Transports terrestres, Cheikh Oumar Gaye, a invité les conducteurs de véhicules particuliers et de motos Jakarta à se conformer à la réglementation en vigueur. 

Le constat est que ces véhicules et vélomoteurs mènent une concurrence déloyale aux acteurs professionnels dans le secteur des transports urbains et interurbains. Le directeur des Transports terrestres, Cheikh Oumar Gaye, a estimé que « pour ce qui concerne les vélomoteurs qui s’adonnent au transport de personnes surtout en zone urbaine, la plupart des jeunes conducteurs ne disposent même pas du permis de conduire catégorie B tel que l’exige le Code de la route. Aussi, leurs engins ne sont pas assurés et n’ont pas de carte grise. Ce qui n’est pas compatible à la réglementation dans le transport urbain réservé exclusivement aux taxis et minibus en règle ».

D’ailleurs, pour le cas des motos Jakarta, « un processus de remplacement par des modes de transport par des tricycles est à l’étude », a indiqué Cheikh Oumar Gaye qui a également évoqué le cas « des véhicules particuliers de plus en plus nombreux à se lancer dans le transport interurbain ». Selon lui, les conducteurs de ces véhicules dont la plupart ont des marques Dacia ont ainsi installé une véritable concurrence déloyale dans le transport interurbain mettant du coup en péril les intérêts des acteurs professionnels organisés dans les gares routières. De nombreux usagers préfèrent emprunter ces véhicules entre nos différentes villes ».

Quand bien même, certains disposent d’une assurance et d’une carte grise, ce sont par contre des pièces qui ne sont requises pour ce mode de transport. Et Cheikh Oumar Gaye d’être catégorique : « Nous allons prendre des mesures allant dans le sens d’assainir ce secteur des transports urbains et interurbains. Nous invitons d’ores et déjà ces catégories de conducteurs à se conformer à la réglementation. Et cela, j’en fais un combat personnel pour répondre aux préoccupations du président Macky Sall sur les nombreuses victimes enregistrées sur nos routes, suite à des accidents qui sont causés, le plus souvent, par le facteur humain ».

Cheikh Oumar Gaye ne s’oppose pas à ce que des jeunes qui veulent travailler se lancent dans le secteur des transports. « Nous ne sommes pas contre. Mais, le secteur aussi a ses règles qu’il faut respecter pour pouvoir y exercer sans problème. C’est disposer du permis B, de l’assurance et de la carte grise et de l’immatriculation, surtout des motos Jakarta », a-t-il énuméré.

Mohamadou SAGNE

L’édition 2016 du grand Magal de Touba avait une touche particulière pour le mouvement Hizbut Tarqqiyah né à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar en 1976 et regroupant les étudiants mourides. Le Magal 2016 a marqué ses 40 ans d’existence. Youssou Diop, son secrétaire général, revient ici sur la vie de cette institution.

Le Magal 2016 a coïncidé avec les 40 ans de votre existence. Quelle est la symbolique ?
Nous avons été toujours fidèles à notre vocation première qui est de servir Cheikh Ahmadou Bamba. Et nous l’avons fait pendant ces 40 ans. Depuis le campus universitaire, une institution avait été créée et s’était engagée à œuvrer pour un Magal de toutes les bénédictions. C’est un système de valeurs qui traduit l’expérience d’un homme de Dieu qui a sacrifié toute sa vie au service de l’Islam. Serigne Touba avait recommandé que chacun vienne communier avec lui dans l’action de grâce. La communion se fait d’abord avec des actions dévotes, c’est-à-dire la lecture du Saint Coran, les panégyriques du Prophète (Psl), mais également dans la réjouissance avec les hôtes.
Ce quarantenaire confirme que le Hizbut Tarqqiyah a toujours été au service de Cheikh Ahmadou Bamba. Nous avons insisté sur un aspect assez important. Certes il y a les plats succulents et des réjouissances pour les hôtes, mais il y a une nourriture spirituelle que l’on sert aux fidèles. Tout cela, c’est pour marquer ce temps fort du Magal, le 18 Safar qui symbolise le départ de Cheikh Ahmadou Bamba en exil. Aussi, nous tentons de créer de l’émotion en revenant sur les différentes étapes de l’itinéraire de Cheikh Ahmadou Bamba.

Vous voulez dire que c’était l’innovation de ce Magal de cette année pour le mouvement Hizbut Tarqqiyah ?
C’est une grande innovation, mais ce n’est pas uniquement une innovation de Hizbut Tarqqiyah. Nous l’avons fait ici, parce que c’est une manière de rendre grâce et nous avons utilisé le prétexte des 40 ans de Hizbut Tarqqiyah pour développer cet aspect. Le deuxième khalife de Cheikh Ahmadou Bamba, Serigne Fallou, disait que les Mourides doivent célébrer le Magal comme les Occidentaux quand ils magnifient leurs victoires et autres grandes conquêtes. C’était donc une orientation stratégique pour nous montrer que nous ne devons pas rester chez nous pour manger et boire seulement.

Nous devons plutôt créer une communion et penser à des stratégies qui permettent à tous ceux qui viennent de ne pas rentrer bredouilles. L’émotion a envahi les fidèles du fait des enfants qui ont expliqué le séjour de Cheikh Ahmadou Bamba à Mbacké Bari, les causes contingentes qui ont été à la base de l’exil au Gabon. Aussi, ont-ils parlé des épreuves que Serigne Touba a endurées à Saint-Louis, à Dakar et au Gabon. Enfin, ont-ils mis en exergue sa patience, sa foi, sa piété et le service rendu à l’humanité.

En 40 ans d’existence, quelle a été la contribution de Hizbut Tarqqiya dans le développement du Mouridisme ?
Cette contribution ne saura jamais traduire ce que nous ressentons pour Serigne Touba. Nous le faisons avec humilité, mais cela reste un investissement sans réserve. Nous avons investi tout ce que nous possédons pour donner un éclat à cette organisation dans le cadre de la mobilisation des moyens et de la logistique. Même pour ce qui est du cadre audiovisuel, Al Mouridiyyah (la télévision créée par le mouvement) s’est dotée de moyens très importants. Par exemple, nous avons filmé avec des drones afin de montrer la mobilisation et la ferveur qu’il y a pendant le Magal.

Avant cela, nous avons mobilisé des ressources pour aller voir le khalife et lui remettre nos dons pieux en termes de bœufs, de moutons, de chèvres ainsi que des valises remplies de belles choses pour lui témoigner encore notre fidélité et notre engagement. Nous avons aussi accueilli des délégations de Burkinabés, d’Ivoiriens et de Gabonais partageant nos valeurs. Ils étaient avec nous pendant les grandes journées culturelles Cheikh Ahmadou Bamba. Cela prouve encore que Cheikh Ahmadou Bamba appartient à toute l’humanité.

Dans la vie d’un homme ou d’un mouvement, 40 ans c’est symbolique. Est-ce que Hizbut Tarqqiyah va changer d’orientation ?
Nous ne changerons jamais d’orientation. Nous allons plutôt consolider les acquis. 40 ans est un bel âge, celui de la maturité. 40 ans, c’est une forme de confirmation qui montre que Hizbut Tarqqiyah n’est plus une petite organisation. Au début, nous étions des étudiants. Nous ne pouvions même pas lire correctement en arabe les « Xassaides » de Cheikh Ahmadou Bamba. Nous les lisions à partir d’une transcription latine. Le secours providentiel de Dieu a fait de Cheikh Ahmadou Bamba notre référence.

A partir de 1981, quand l’institution Hizbut Tarqqiyah a été créée, nous avons eu notre premier siège à la Sicap Rue 10. Aujourd’hui, cette œuvre de civilisation est devenue non seulement une institution à Touba, mais des institutions disséminées un peu partout à travers le monde. Ces différentes entités ont comme référentiel le système de valeurs de Cheikh Ahmadou Bamba. Dans ces institutions, nous gèrons des espaces culturels avec plusieurs activités qui permettent  aux femmes, par exemple, de vivre les enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba.

Les enfants sont également encadrés dans des espaces culturels dédiés, avec des programmes au plan éducatif et social. Hizbut Tarqqiyah est une institution avec des personnes qui sont dans tous les secteurs de l’économie du Sénégal : agro-business, agriculture, industrie, informel, etc. Bref, nous sommes des Sénégalais fidèles au système de valeurs de Cheikh Ahmadou Bamba.

Propos recueillis par Maguette NDONG et Mamadou DIEYE

La Gendarmerie nationale vient de se manifester encore une fois de fort belle manière. Elle vient de saisir 500 kg de chanvre indien.
La saisie s’est faite la semaine écoulée. C’était dans le cadre d’une opération coordonnée par la Section de recherches de Dakar, informe un communiqué de la direction de la communication de la Gendarmerie. Selon le document, « tout a commencé avec un signalement faisant état de la recrudescence de l’importation d’importantes quantités de « brown », qualité la plus prisée par les consommateurs de résine de cannabis, à partir du Mali, en utilisant les camions gros porteurs qui empruntent le corridor Dakar-Bamako ». C’est alors que les gendarmes ont mis en branle tous les moyens de renseignement et de surveillance nécessaires pour venir à bout de ce trafic. Très rapidement, la stratégie se révèle payante, dit-on du côté de la Maréchaussée.

En effet, « une première prise est effectuée par la brigade de Keur Massar, le 05 octobre 2016. Suite à l’exploitation des informations recueillies, d’autres cibles ont été identifiées. Parmi celles-ci on note un camion dont le chauffeur a camouflé une grande quantité de chanvre indien dans les roues de secours montés sur les quatrièmes essieux ». D’après le Commandant Issa Diack, coordonnateur de l’opération «la section de recherches a mis en place un dispositif de surveillance pour jalonner le véhicule de son entrée sur le territoire national jusqu’à son arrivée à Dakar. »

La mise en œuvre des moyens d’observation aérienne nouvellement acquis par le Haut Commandement de la Gendarmerie a été « décisive pour la surveillance et le suivi des mouvements des malfaiteurs ». Le camion est finalement intercepté à Pikine. Le conducteur et ses accompagnants sont aussitôt interpellés et conduits à la Gendarmerie. Le chef de la Section de recherches note que « plus que la quantité saisie, c’est l’ingéniosité du modus operandi utilisée par les malfaiteurs qui est frappant. En effet, le chanvre indien était dissimulé à l’intérieur de pneus de secours inséré dans leurs compartiments habituels. Chaque pneu pouvant prendre jusqu’à 40 kg de drogue. »  Cette saisie, selon la gendarmerie, constitue « un signal fort » que les forces de sécurité et de défense lance aux trafiquants pour leur faire comprendre qu’aucun moyen ne sera de trop pour leur barrer la route.

D. MANE

Plusieurs blessés et des millions de FCfa emportés par des coupeurs de route, tel est le triste bilan enregistré suite à une série de cambriolages à Payar, une localité située à 53 km de Koupentoum et à plus de 100 km de Ranérou. Les cambriolages ont repris de plus belle dans cette partie centre du pays. Pour ce dernier forfait, des adolescentes sont portées disparues, ce qui donne au feuilleton une nouvelle ampleur. D’ailleurs, le maire de Payar, Talla Sow, face à la presse, a sollicité l’ouverture d’une brigade de gendarmerie. Au mois de juillet dernier, des faits similaires se sont produits dans la même zone occasionnant les mêmes dégâts. Et ce sont les commerçants en provenance des marchés hebdomadaires qui payent le prix de ces braquages. P. D. SIDIBE

…Plusieurs commerçants dépouillés à Vélingara Ferlo
Des malfaiteurs armés jusqu’aux dents ont tabassé des clients qui revenaient du marché hebdomadaire de Koumpentoum. Ils ont intercepté  4 véhicules de transport en commun, avant de dicter leur loi aux clients qui étaient à bord.

Une importante somme d’argent et des marchandises ont  été  dérobées  par des malfaiteurs armés jusqu’aux dents. L’attaque a eu lieu à Ngonor, une localité située dans  la commune de Vélingara Ferlo. Pour réussir ce  forfait, les assaillants ont muri un plan qui consistait à crever les pneus des véhicules afin de les immobiliser. En file indienne, les voyageurs ont été battus à coups de coupe-coupe et dépouillés d’importantes sommes d’argent.

Les  plus  chanceux ont réussi à se fondre dans la nature. Après avoir arrêté une cinquième voiture, les malfaiteurs ont pris la clé des champs pour éviter les filets des gendarmes. Les blessés  ont été évacués d’urgence au poste de santé de Mbem-Mbem, pour recevoir les premiers soins. Mis au parfum, les gendarmes et le maire de la commune de Vélingara Ferlo, Cheikh Mamadou Sow, se sont rendus sur les lieux de l’attaque.

Masse NDIAYE

En présence des autorités administratives, coutumières et autres, le médiateur de la République a installé Omar Thioye, son correspondant régional à Saint-Louis. Une occasion pour Me Alioune Badara Cissé d’appeler l’Etat et les organisations syndicales à une trêve sociale.

Lors de cette cérémonie, Me Alioune Badara Cissé a rappelé que la manifestation s’inscrivait dans la politique de la Médiature d’installer les correspondants régionaux à Louga, Saint-Louis et Matam. Cela s’est fait, selon lui, en collaboration avec le programme révisé de la coopération entre le Luxembourg et le Sénégal appelé Pic III Sen 029 qui « vise à améliorer la qualité des services publics rendus aux citoyens ». Dans cette même logique, le médiateur de la République a rappelé l’importance du dialogue dans notre pays. C’est dans ce sens qu’il a préconisé « une trêve sociale qui ne doit pas être imposée. L’Etat ne doit pas rester sourd. Il faut un dialogue inclusif. Et je pense que les syndicalistes de tous bords vont, avec les autorités, trouver la meilleure formule pour le pays ». Me Alioune Badara Cissé a salué le travail abattu par le correspondant régional sortant, Maléotane Diouf, qui « fut excellent durant ses 12 années de service et doit passer le témoin sous le poids de l’âge », avant de dire son « espoir de voir Omar Thioye, directeur d’école à Guet Ndar, faire un bon travail ».

Pour Me Alioune Badara Cissé, il faudra profiter de sa compétence car les conflits doivent être d’abord posés ici à Saint-Louis. « C’est quand il n’y a pas de solution locale qu’on devra se référer au niveau supra », a dit Me Cissé qui a évoqué « les solutions trouvées localement lors de la crise à l’hôpital régional de Saint-Louis et à l’Ugb après 4 mois de grève ». Pour rappel, le travail du correspondant régional du médiateur consiste à recueillir toutes les doléances et réclamations, à les mettre en forme avant d’essayer d’y apporter une solution.

A. M. NDAW

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.