banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Approfondissement de l’Acte 3 : Le maire de Latmingué sollicite plus de compétences et de ressources

03 Jan 2017
570 times

Le maire de la commune de Latmingué, dans le département de Kaolack, a prôné, samedi dernier, un approfondissement de la politique de décentralisation au Sénégal, à travers notamment d’autres transferts de compétences et de ressources financières. Selon le Dr Macoumba Diouf, des secteurs comme l’agriculture, l’élevage, l’hydraulique rurale  ou le tourisme devraient revenir aux collectivités locales. Il intervenait en marge d’un tournoi de football dont il est parrain.  

Plus de deux ans après sa mise en place, la réforme de la politique de décentralisation au Sénégal, communément appelée Acte 3, jouit d’un préjugé très favorable de la part des principaux acteurs : les maires. Ces derniers, à l’instar de l’édile de Latmingué, dans le département de Kaolack, voudraient néanmoins un élargissement du champ de leurs compétences pour mieux avoir une maitrise du développement local. «  L’Acte 3 de la décentralisation, de manière générale, est bien perçu de la part des maires, notamment en ce qu’il instaure des communes de plein exercice sur la totalité du territoire. Toutefois, nous estimons qu’il est temps de renforcer les compétences dévolues aux maires pour leur permettre de mieux peser sur le développement à la base dont certains aspects fondamentaux relèvent toujours du pouvoir central ² », a estimé le premier magistrat de Latmingué, anticipant sur les attentes des élus locaux à l’occasion du message du Nouvel An du chef de l’Etat, Macky Sall.

Se voulant beaucoup plus précis, le Dr Macoumba Diouf a cité l’agriculture, l’élevage, l’hydraulique rurale et le tourisme comme des domaines susceptibles de faire l’objet de transferts aux exécutifs locaux. « En plus de transférer lesdites compétences, l’Etat devrait renforcer les flux financiers en direction des collectivités locales, d’autant plus que, comme l’a reconnu le président de la République, il y a, aujourd’hui, à la tête des communes, de vrais managers capables de diriger des départements ministériels. Il y a un nivellement par le haut au niveau des personnes ressources élues dans les différentes mairies du pays  »,  a justifié le directeur national de l’Horticulture. Prenant l’exemple de l’Office des forages ruraux (Ofor), il a soutenu que l’hydraulique rurale, par son caractère stratégique en milieu rural, doit leur revenir pour plus de cohérence dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse). « En milieu rural, les communes qui y sont implantées ont la responsabilité de la mise en œuvre efficiente du Pse. Sous ce rapport, un élargissement de nos compétences et un renforcement de nos ressources ne seraient pas superflus  », a  argué l’élu local en marge de la finale de l’édition 2016 d’un tournoi de la Zone 5 B de Kaolack dont il est le parrain. Il avait à ses côtés les maires du Pôle territoire Sine-Saloum, conduits par le président Omar Bâ, et plusieurs parlementaires de la région de Kaolack. 

Elimane FALL

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.