banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Appui à la petite irrigation locale : Koulor plaide pour la réalisation d’un mini forage au profit des femmes

10 Jan 2017
644 times

Les femmes de Koulor, localité située dans le département de Goudiry, à une cinquantaine de kilomètres de Tambacounda, sont aux anges après avoir procédé à la récolte des poissons ensemencés dans leur périmètre piscicole.

Grâce à l’appui du Programme d’appui à la petite irrigation locale (Papil), de l’Agence nationale de l’aquaculture (Ana) et aux conseils de l’Ancar, les braves dames ont pu obtenir, pour cette récolte (la énième du genre cette année), quelque 500 kg de poissons qu’elles commercialisent dans la commune et les localités environnantes.
Les femmes de la commune de Koulor s’activent dans la pisciculture. Grâce au projet Papil qui leur a permis la réalisation d’un bassin et à l’Ana qui les accompagne et les suit dans la mise en œuvre, la localité, bien que ne disposant pas de cours d’eau, a tout de même du poisson frais.

Selbé Diouf, la présidente du groupement des femmes, s’en félicite et informe qu’elles mangent du poisson frais et en vendent dans la commune et les localités environnantes. A l’en croire, cette activité leur permet de subvenir à leurs besoins et participe grandement à la lutte contre la malnutrition dans la zone. Poursuivant, Mme Diouf indique : « Nous, les femmes, avons un jardin maraîcher qui produit bien. Maintenant, avec la pisciculture, nous avons du poisson. Voilà, à notre avis, des avancées louables au grand bénéfice des populations ». Outre ce qu’elles en prélèvent pour leurs repas, elle se réjouit aussi du fait que l’activité leur permet d’avoir des revenus pour mieux subvenir à leurs besoins, car les poissons sont commercialisés à 1.500 FCfa le kilogramme. « Et les gens en raffolent », assure-t-elle. Aujourd’hui, les femmes du village trouvent, à travers la pisciculture, une réelle source de devises.

Après chaque récolte, le poisson coule à flots dans la commune où les populations ont pris goût de ce que nous produisons », se félicite la présidente du groupement des femmes.

Autosuffisance en poissons
Malgré ces résultats, elles rencontrent des difficultés. « Nous faisons face à beaucoup de problèmes dont les solutions contribueraient grandement à l’amélioration de la qualité des poissons produits », affirme Selbé Diouf. Entre autres difficultés, elle cite l’approvisionnement en eau du bassin. « Le seul puits dont nous disposons ne peut alimenter le bassin. Si on nous aidait à avoir un mini forage dans le périmètre, nul besoin de dire que la commune sera autosuffisante en poissons, mais aussi en légumes et autres condiments nécessaires à la cuisson », clame-t-elle tout en jetant un regard d’espoir vers le Programme d’urgence communautaire (Pudc).

« La récolte est bonne », atteste Bakary Biaye, le chef d’antenne Est de l’Ana qui accompagne, avec l’Ancar, ces femmes. Cependant, il laisse entendre que si les poissons avaient été correctement alimentés, leurs poids seraient encore beaucoup plus importants. M. Biaye soutient qu’en un certain moment, les femmes avaient des difficultés pour trouver la nourriture nécessaire à la croissance des poissons. « C’est pourquoi, pour cette récolte, les femmes du Gie « Takku Ligguey » ont obtenu 500 kg », dit-il.

Parlant toujours de la récolte, il fait savoir qu’elle se fera progressivement, selon les besoins du marché. Et à chaque fois que de besoin, précise Bakary Biaye, il sera procédé à une pêche et les poissons seront vendus sur place ou dans les autres localités de la commune. Il se réjouit aussi du fait que les autorités de la région s’intéressent à la production des femmes. Selon lui, partout dans la région, des commandes sont envoyées aux dames. «C’est un réel motif de satisfaction », s’enorgueillit le patron de l’Ana dans la zone Est, plaidant également pour la réalisation d’un mini forage en faveur des femmes, éreintées par l’approvisionnement en eau du bassin.

Pape Demba SIDIBE

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.