banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Forum de Saint-Louis : Des échanges riches sur l’apport de l’Afrique au monde

27 Nov 2017
1700 times

Saint-Louis accueille, du 25 au 28 décembre 2017, des universitaires, des économistes, des financiers et des acteurs culturels venus d’horizons divers. Ce, dans le cadre du « Forum de Saint-Louis » sur la thématique « l’Afrique pour un monde repensé ».

Samedi dernier, une belle frénésie a régné dans la ville de Saint-Louis avec des animations le long du Quai Henry Jay, jusqu’au bout de la partie sud de l’île où des espaces ont été aménagés pour les artistes. Cette fièvre qui a précédé l’ouverture du Forum de Saint-Louis rappelle le « takussanu Ndar » où, de tradition à Saint-Louis, les populations, joliment habillées, se pavanaient en ville. C’est pourquoi le maire Mansour Faye a dit toute sa joie d’accueillir le gratin des intellectuels venus du continent et d’ailleurs. Pour lui, « Saint-Louis est la ville des premières en étant la  première capitale de l'Aof (Afrique occidentale française) et aussi la localité à accueillir le premier forum de cette nature au Sénégal ». Et toute la soirée, il a régné une belle ambiance dans les rues de la ville, avec des défilés de mode, des vernissages et expositions.

Hier, lors de la cérémonie d’ouverture, au Quai des Arts, dans un tableau accompagné d’enfants et d’une conteuse, le  koriste Ablaye Cissokho s’est interrogé sur les notions de partage, de devenir, d’ouverture et de tolérance. Après cette prestation teintée de questionnement,  Romuald Hazoumé, plasticien béninois, s’est proposé de répondre aux enfants si interrogateurs sur leur avenir. L’artiste Hazoumé a ainsi déclamé : « Hier, je ne savais pas où j'allais, mais je savais d'où je venais. Et aujourd'hui, je sais où je vais : je vais en Afrique ».

Vivre ensemble
Les travaux du forum ont été ouverts avec un premier panel sous la direction du journaliste Zyad Limam,  de Mansour Kama, président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes), et des anciens ministres Amadou Kane du Sénégal et Jean Louis Billon de la Côte d'Ivoire. Ces derniers se sont interrogés  sur  « Société de demain : repenser le vivre-ensemble ».

Si, pour Amadou Kane le vivre ensemble, c’est d'abord de ne pas avoir peur de l'autre, ensuite de ne pas se croire dépositaire des valeurs universelles, Jean Louis Billo pense, lui, que cette notion englobe aussi une dimension de partage des richesses dans le monde. Vivre ensemble, c'est bien, mais  « ce qu’il faut, c'est vivre décemment et de manière équitable », a affirmé ce dernier.

La position de Mansour Kama quant à la définition de ce concept a semblé à la fois ambigüe et claire. Il a utilisé  le concept d’utopie en le plaçant sous un prisme de désirable et de complètement accessible. A partir de là, a-t-il soutenu, le vivre ensemble devient une utopie désirable et parfaitement réalisable. Durant cette matinée,  Felwine Sarr, universitaire, compositeur, économiste et écrivain sénégalais, et Fleur Pellerin, magistrate à la Cour des comptes et ancien ministre de la Culture et de la Communication de la France, ont ébloui l’assistance en échangeant autour de la notion « Repenser le vivre ensemble ».

Repenser la cohabitation avec l’autre
Sous la houlette du Franco-sénégalais  Pap'Amadou Ngom (Pdg des systèmes et des Hommes,  une entreprise de services informatiques qui emploie près de 200 consultants et ingénieurs en France, en Suisse et en Inde), les deux protagonistes ont proposé un débat de haute facture.

Pour Felwine Sarr, on évoque, avec désolation, les actes de l’Homme qui ont participé actuellement à « détériorer la qualité de la relationnelle ». Tandis que Fleur Pellerin a rappelé qu’il est important de se demander quand est-ce que la relation des hommes a été meilleure. A son avis, « les exigences sont maintenant comparées au passé et plus croissantes ». « Ce qui pose, selon elle, un problème d’équité et d’égalité ». «  Et je ne pense pas que nos relations soient moins bonnes au 17ème ou 18ème  siècle qu’actuellement », a assuré Mme Pellerin. S’agissant de la gouvernance, le Pr Sarr a souligné qu’il faut « repenser la forme de notre désir de démocratie pour en respecter l’essence, avec la participation du plus grand nombre. Car c’est l’intelligence collective qui crée le contrat social inclusif ».

De son côté, Fleur Pellerin est revenue sur l’accroissement des crises que connaissent les institutions. Aujourd’hui, a-t-elle expliqué, « ces crises sont à un niveau jamais égalé avec des populations qui défient les institutions ; ce qui donne naturellement naissance au populisme et à la démagogie qui permettent à ceux qui ont des discours radicaux de prospérer ».

A. M. NDAW

Les participants ont réfléchi sur le financement de la santé    
L’Initiative  de la Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse) Sénégal a aussi organisé, samedi, au Quai des Arts, la 9ème édition du «Forum sur la Rse au Sénégal» sur le thème :
« Les enjeux de la Rse dans la prise en charge de la Couverture maladie universelle de la région de Saint-Louis », sous le co-parrainage du ministère de la Santé et de l’Action sociale et de l’Alliance du secteur privé pour la santé (Asps). Cette activité, bien coordonnée par le président de l’Initiative Rse Sénégal, Philippe Barry, s’est déroulée en prélude à l’organisation du « Forum de Saint Louis ».  A l’initiative d’un groupement d’acteurs du secteur privé de la santé, constitués du Laboratoire Bio 24, Sos médecin Sénégal et l’entreprise sociale « Nest For All, » deux panels ont permis de réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre pour enrichir le document de Stratégie nationale du financement de la santé. Un large débat, enrichissant et fructueux, a porté essentiellement sur « des soins de qualité pour tous, les responsabilités et opportunités du partenariat public-privé des acteurs de la santé ». L’importance de l’engagement communautaire des acteurs de la santé et des entreprises dans le domaine de la santé a été aussi évoquée.  Une remise de trophée à des entreprises engagées dans la Rse à travers la publication de rapports Rse conformes à la norme internationale sur la Rse a marqué ce forum sur la Rse.
 
Des partenariats signés
Un acte de partenariat a été conclu et signé par le président du « Forum de Saint-Louis », Amadou Diaw, et le président de l’Initiative Rse Sénégal, Philippe Barry. Ce qui a permis d’organiser ces deux événements qui ont enregistré un succès éclatant dans la vielle ville. Selon M. Ndiaw, cette rencontre est le rendez-vous  de la créativité et de l’engagement social en Afrique. Il a justifié cela par le fait que le « Forum de Saint-Louis » est un évènement unique qui place le continent africain et ses villes secondaires au cœur d’une dynamique nouvelle.

La responsabilité sociale d’entreprise jouant de plus en plus un rôle important dans le développement durable des villes secondaires, il était important pour les initiateurs de ces deux évènements d’associer l’Afrique, le  Sénégal en particulier, les ressources et expertises scientifiques dans cette rencontre.

Mbagnik Kharachi DIAGNE

Last modified on lundi, 27 novembre 2017 16:22
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.