banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Boundou : Les femmes reprennent la culture du fonio

09 Fév 2018
457 times

Les femmes de Diana confinées dans le Boundou, à l’instar des 80 localités du tiers sud de la zone de production du fonio, viennent de recevoir une machine à décortiquer. C’est grâce au programme financé à hauteur de 300 millions de FCfa par le projet sous-régional Waapp, par l’intermédiaire du Fnraa qui soutient cette initiative du Réseau des acteurs de la filière Fonio (Raff).

C’est à un retour à cette spéculation aux vertus nutritives et thérapeutiques, dont la pénibilité du dépiautage a été un frein à sa production à grande échelle, qui est prôné. Pour l’inventeur de la machine Sanoussi Diakité, il faut diversifier les cultures, multiplier les richesses et atteindre l’autosuffisance. Diana, aux confins du Boundou, est séduite par la démonstration de décorticage de cette céréale bien connue par les populations. Ici, selon Fanta Souaré, présidente régionale du Réseau des acteurs de la filière fonio (Raff), tout comme la présidente locale Coumba Gagigo, on connaît bien ses vertus nutritives et thérapeutiques pour les enfants et les femmes enceintes. Les hommes âgés y trouvent également leur salut. Elles ont exulté et étalé la spéculation sous toutes ses facettes. La menace positive avec la forte demande des Américains a été prise comme un défi pour la présidente régionale du Réseau des acteurs de la filière fonio (Raff) et elle réclame un programme spécial comme pour le riz, le maïs et le mil afin de faire reculer les barrières de la pauvreté et créer de l’emploi. Toutes les contraintes qui confinaient la production de fonio à la place de culture cultuelle et culturelle sont en train d’être levées avec la recherche, affirme Lucien Ndecky, coordinateur de la zone Est de Tambacounda et la Haute Casamance. Il est aussi question de l’utilisation de machines de dernière génération et des machines à décortiquer le fonio pour améliorer le processus de culture et de transformation. Des techniciens ont été formés pour mieux gérer l’outil. Le projet de diffusion à grande échelle d’une durée de trois ans a été financé à hauteur de 300 millions de FCfa par le projet sous-régional Waapp, par l’intermédiaire du Fnraa, ajoute Lucien Ndecky. C’est dans ce cadre que la machine à décortiquer le fonio qui permet de réduire la pénibilité de la transformation sera diffusée dans 80 collectivités locales des régions de Tambacounda, de Kédougou, de Kolda et de Sédhiou, qui demeurent des zones traditionnelles de production de cette céréale. La pénibilité du travail manuel de transformation est un des principaux obstacles à la promotion du fonio. L’identification des 80 localités bénéficiaires a été faite par l’Ancar en fonction de leur niveau de production de fonio, de la présence d’une organisation ou d’un groupement, d’infrastructures socio-économiques, de la taille de la population et de la capacité à polariser d’autres localités. La région de Tambacounda s’est vue affecter 18 machines.

Alternative pour le développement agricole
« Nous voulons que la machine soit le début d’une entreprise rurale », a dit l’inventeur de cette machine, Sanoussi Diakité, coordonnateur principal du Projet à grande diffusion de la machine, par ailleurs directeur de l’Office national de formation professionnelle (Onfp) devant une assistance enthousiaste. Le coordonnateur du Raff, M. Diakhité croit dur comme fer qu’en termes de sécurité alimentaire, de nutrition, d’amélioration des revenus des ruraux et d’échanges humains culturels à l’échelle nationale et internationale, le fonio va jouer un rôle déterminant. La production au Sénégal est en dent de scie avec près de 1.500 tonnes par an qui sont mises sur le marché et cultivées dans le bassin oriental du pays dans les régions de Tambacounda, de Sédhiou, de Kolda et de Kédougou. Pour répondre à l’exigence du fonio qui est la céréale du futur, la première étape consiste à renter dans le marché mondial. C’est pourquoi il est question de doper aujourd’hui la production, affirme M. Diakhité. « Il suffit d’améliorer le dispositif car les acteurs sont là, les terres sont disponibles et le marché monte crescendo. Le semis à la volée, le fauchage collectif, le battage et le lavage sont très exigeants. Maintenant toute la technologie déjà expérimentée existe et elle est de dernière génération. La production peut aller jusqu’à 10.000 tonnes. Le Mali est à 21.000 tonnes ; le double pour le Burkina Faso. Les acteurs pensent que le fonio peut être une culture d’alternative pour le développement agricole avec le prix au kilogramme qui peut atteindre 1.500 FCfa à Dakar et Tambacounda et à 1.200 FCfa voire même 1.000 FCfa en gros à Kédougou », soutient l’inventeur de la machine.

Alkaly Sao de Makacoulibantang, au nom des acteurs, a souligné que les Américains commencent à s’intéresser au fonio qui est cultivé dans 16 pays africains. L’année dernière, 80 tonnes ont pris le chemin du pays de l’Oncle Sam. Le riz a été introduit et imposé au Sénégal. Il est tant, selon ce dernier, que l’Etat du Sénégal mette en place un programme spécial pour le fonio comme pour le riz et le maïs.

Pape Demba SIDIBE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.