banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

3eme édition du festival ciné droit libre : « Hissène Habré, une tragédie tchadienne » projeté en ouverture

21 Sep 2016
1348 times
3eme édition du festival ciné droit libre : « Hissène Habré, une tragédie tchadienne » projeté en ouverture Mahamat Haroun Saleh, réalisateur..

La troisième édition du Festival ciné droit libre (Cdl) s’ouvre ce soir à l’Institut français Léopold Senghor de Dakar. Prévue jusqu’au 24 septembre, l’édition de cette année sera ouverte par la projection du film « Hissène Habré, une tragédie tchadienne » du réalisateur tchadien Mahamat Haroun Saleh.

Le film « Hissène Habré, une tragédie tchadienne » du réalisateur tchadien Mahamat Haroun Saleh, Prix du jury lors du festival de Cannes de 2010, sera à l’honneur, ce soir, à l’Institut français Léopold Sédar Senghor de Dakar. Ce film, qui replonge dans la terreur des répressions commises sous le règne du président Habré, sera projeté en lever de rideau de la troisième édition du Festival ciné droit libre (Cdl) et en présence de son réalisateur. L’originalité de ce film, ce n’est point parce qu’il donne la parole aux victimes, mais le fait qu’il soit tourné par un Tchadien en « abordant des aspects qui n’ont jamais été montrés jusqu’ici par d’autres réalisateurs ». D’une durée de 89 minutes, « Hissène Habré, une tragédie tchadienne » est réalisé en 2016 avec l’appui de la télévision Arte et de TV5 monde.

La troisième édition du Festival Cdl va accueillir 16 films avec une dizaine d’invités venus de la Côte d’Ivoire, du Nigéria et du Burkina Faso. Le Camp pénal de liberté 6, l’Institut français, la Maison de la culture Douta Seck et le G Hip Hop de Guédiawaye sont les principaux sites qui ont été choisis pour abriter cet évènement inscrit désormais dans l’agenda culturel sénégalais. « Droit de vivre : luttons contre l’extrémisme violent » est le thème de l’édition 2016 dont le parrain est Alioune Tine, directeur régional d’Amnesty international. Pour Luc Damiba, un des coordonnateurs du Ciné droit libre, il s’agit d’un thème d’actualité en rapport avec les scènes de violence qui hantent « notre » sous-région. « Il y a des attaques régulières dans nos pays. Je pense qu’il faut se liguer contre l’extrémisme violent et cette nouvelle manière de vivre qu’on nous impose », a-t-il expliqué. Selon lui, le cinéma doit aider à conscientiser les populations devant cette montée en puissance de la violence. Cela, en utilisant l’art comme une arme de sensibilisation et de lutte contre le terrorisme et de toutes les formes de radicalisme en Afrique et dans le reste du monde.

Le Festival Cdl est consacré aux films sur les droits humains et la liberté d’expression en Afrique. Il s’agit d’un espace d’expression pour poser des débats sur les gouvernances politiques dans le continent. C’est également, a rappelé Didier Awadi du Studio Sankara, un est des initiateurs de ce festival, une plateforme de défense des droits de l’Homme et des expressions libres. Ce faisant, des films sur les grands héros africains seront également proposés gratuitement au public.

D’après « Fou Malade » de G Hip Hop, Ciné droit libre donne l’occasion à la population de voir, à travers des projections populaires, des films dont elles n’avaient pas accès. Les débats après projections permettent aux différents acteurs de la société civile et aux artistes de débattre avec ces populations sur les enjeux majeurs auxquels fait face le continent et de proposer des solutions.

Ibrahima BA

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.