banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Fanal de Saint-Louis : La 18ème édition axée sur la sauvegarde du patrimoine

05 Jan 2017
248 times

A l’occasion de la fête de la Saint Sylvestre, les populations de la ville de Saint-Louis ont encore eu droit à un événement culturel typiquement local qui se déroule, chaque année, sur la place Faidherbe durant la dernière semaine de décembre. Il s’agit du Fanal de Saint-Louis dont le thème, cette année, était « L’émergence ». Tous les artistes qui se sont produits ont plaidé, à travers leurs belles prestations, pour la sauvegarde de l’architecture de la ville de Saint-Louis qui risque d’être inscrite par l’Unesco sur la liste du patrimoine en péril si rien n’est fait pour la réhabiliter.

Les populations de la vieille cité et leurs illustres hôtes et autres invités de marque ont admiré, samedi dernier, la belle parade des différents fanaux de l’île de Ndar, du faubourg de Sor et de la Langue de Barbarie. Un nombreux public en délire a fait corps avec ces véritables œuvres d’art qui ont pu retracer les sémantiques de l’émergence. Des moissonneuses-batteuses, des pirogues et autres symboles vivants de l’économie de la région Nord et des réalisations du président Macky Sall enregistrées dans le cadre de la mise en œuvre du Pse, du Pnar, du Pracas, du Pudc, etc., ont été mis en exergue à travers ce beau défilé du Fanal.

Un défilé nocturne qui a encore impressionné les touristes, vacanciers et autres visiteurs qui ont pu découvrir, en même temps, notre culture. C’était en présence du ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, par ailleurs maire de Saint-Louis, de l’adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, Babacar Bâ, de Mme Oumou Sy, styliste et costumière de film, etc. Cette année encore, grâce à Mme Marie Madeleine Diallo, fondatrice de « Jalloré productions », qui a pu relever avec brio les défis de l’organisation de la 18ème édition du Fanal de Saint-Louis, le nombreux public massé aux alentours de la Gouvernance et des immeubles Rogniat, a pu admirer ces images sublimes, le trousseau vestimentaire exceptionnel des Signares. Pour les besoins de la fête, Mme Oumou Sy a mis à la disposition des organisateurs plus de 200 costumes Le maire Mansour Faye a apporté une contribution financière importante qui a été bien appréciée par les responsables de « Jalloré productions ».

Malgré un froid de canard, les Saint-Louisiens nostalgiques ont communié avec leurs hôtes dans la joie et l’allégresse. Des instants magiques, un spectacle sons et lumières, des déguisements atypiques… Les vocables ne manquent pas pour illustrer ce que nous avons vécu sur cette mythique et mystique place Faidherbe. Point de convergence culturelle qui disqualifie les appartenances religieuses, politiques et ethniques au profit d’un besoin commun. C’est une lapalissade de dire que le fanal est à Saint-Louis ce qu’est le carnaval à Rio. Pour Mansour Faye, le fanal est une identité culturelle de la ville et fait partie du patrimoine, au même titre que d’autres événements comme les régates et le festival de jazz, « il faut tout mettre en œuvre pour associer à l’organisation annuelle de ce fanal tous les partenaires de Saint-Louis », a-t-il soutenu. Dans le même sens, d’autres intervenants ont rendu un vibrant hommage à Marie Madeleine Diallo qui, malgré les difficultés auxquelles elle est confrontée chaque année pour organiser ce fanal, arrive à maintenir le programme.

Communion
A 23 heures, l’animation était au beau fixe. Les populations ont eu droit à de beaux moments de communion avec les vacanciers et autres invités. Les retrouvailles entre parents, amis, voisins et sympathisants ont été fort délirantes. On n’avait pas où mettre les pieds. Car, tout le monde tenait vaille que vaille à admirer ces véritables ouvrages charpentés, représentant des bâtisses de la ville de Mame Coumba Bang (génie tutélaire des eaux) et pouvant atteindre 5 mètres de haut. Des ouvrages recouverts de papier peint aux couleurs vives. Une acuité de couleurs qui illumine cette place symbolique, cet endroit idyllique et paradisiaque, témoin des hauts faits de l’histoire de l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française.

Illuminés de l’intérieur par des chandelles, ces fanaux sont accompagnés de jeunes Signares, fières, qui éprouvent le plaisir à déambuler sur cette place exiguë avec une démarche de pintade. Un défilé accompagné de chants traditionnels, du rythme endiablé des percussions.

« Takussanu-Ndar »
Elégamment revêtues de tenues de Signares, qui font revivre le passé de l’ancienne cité coloniale, ces jeunes filles en extravagante rivalisent d’ardeur, de talent et d’ingéniosité. Elles déploient devant les autorités administratives, municipales, coutumières, religieuses, les notables, les sommités du monde culturel et artistique, toute leur exubérance, leur charme.

Cortège de lumières, le fanal est l’une des fêtes les plus spectaculaires du Sénégal, née au sud de l’île de Ndar communément appelé Sindoné et longtemps considéré comme un patrimoine universel à l’époque où les Signares, se rendant à la messe de minuit, étaient précédées par des appareils et autres porteurs de lampions, chefs-d’œuvre éphémères confectionnés pour l’occasion. Le Fanal de cette année a démarré ses activités par un « Takussanu-Ndar » qui a permis de sillonner les rues, ruelles et artères de l’ancienne capitale de l’Afrique occidentale française. Cette année, l’événement a été marqué par un grand défilé de mode et de coiffure avec la grande styliste Oumou Sy et ses élèves.

Pour cette édition, la sortie du fanal a été accompagnée d’un spectacle de sons et lumières, basé sur le thème « L’émergence » et qui a permis aux populations de revivre la belle histoire des Signares de Saint-Louis et de se projeter sur l’avenir, les ambitions et les potentialités de leur ville natale.

Mb. K. DIAGNE et A. M. NDAW

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.