banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Donation d’Henry Barbier : La collection d’Eiffage s’enrichit de 60 œuvres d’artistes sénégalais

07 Jan 2017
541 times

Le collectionneur d’art, Henry Barbier, a fait donation de 60 œuvres d’artistes sénégalais à la Fondation Eiffage Sénégal. La cérémonie s’est déroulée, jeudi, au siège de l’entreprise en Btp.

Présente au Sénégal depuis 90 ans dans les Btp, la société Eiffage ne pense pas seulement au gain. Elle participe aussi à la conservation du patrimoine culturel. C’est ainsi que la collection Eiffage s’est enrichie d’une donation de 60 œuvres d’artistes plasticiens sénégalais de la part du collectionneur Henry Barbier. Dans une ambiance familiale, le Pdg d’Eiffage Sénégal, Gérard Sénac, a offert une soirée à l’occasion de cette donation. C’était sous la présidence du directeur de cabinet du ministre de la Culture et de la Communication, Rémi Sagna, devant des artistes plasticiens, de galeristes, des amis de la culture. Occasion de rendre un hommage fort à H. Barbier. Il a passé plusieurs décennies à Dakar et a connu plusieurs artistes.

« Ma fierté et la fierté des collaborateurs d’Eiffage est que la Fondation Eiffage s’est enrichie de toiles qui ont été remises gracieusement par Henry Barbier », s’est réjoui G. Sénac soulignant que Barbier a été séduit par l’engagement d’Eiffage depuis une vingtaine d’années à se passionner de la culture, l’art contemporain. « L’entreprise est fière parce qu’elle accueille de grands noms de la peinture sénégalaise comme Ibrahima Kébé, Amadou Seck, Seyni Mbaye, a déclaré le Pdg d’Eiffage Sénégal. Avec Barbier, nous préparons le futur et que s’il venait à disparaître, Eiffage pourrait s’enrichir d’une collection se trouvant à Bordeaux ». Selon Sénac, il est important de souligner qu’une société privée qui vient de fêter ses 90 ans au Sénégal n’a pas pensé qu’à gagner de l’argent pour ses actionnaires européens. Elle a pensé à conserver le patrimoine.

« Un acte noble »
Prenant la parole au nom du ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, le directeur de cabinet, Rémi Sagna, a estimé que la cérémonie de donation relève d’ « une double dimension à la fois symbolique et artistique ». Au regard de R. Sagna, « en réalisant cet acte noble, Henry Barbier consacre non seulement son attachement au Sénégal après 60 ans de vie mais surtout son engagement dans la production artistique en devenant l’un des premiers plus grands collectionneurs de la peinture sénégalaise ». Avec une discrétion légendaire, a rappelé le directeur de cabinet du ministre de la Culture et la Communication, dans les années 1980, M. Barbier parcourait la totalité des galeries et expositions. « Cela lui a permis de déceler dans les œuvres de nos plasticiens, cette maîtrise des canaux de la beauté dans ses aspects formels », a souligné R. Sagna.

Aux yeux du critique d’art Sylvain Sankalé, « quand bien même Henry Barbier n’aurait été qu’un acheteur, c’était déjà très important, car les artistes, dont certains étaient dans un état proche de la misère, savaient trouver auprès de lui une oreille attentive, pour écouter leurs doléances, partager leurs doutes et leur apporter un secours financier qui n’était pas nécessairement lié à l’acquisition immédiate d’une toile ».

R. Sagna s’est également appesanti sur la valeur artistique des œuvres cédées au Groupe Eiffage avec de grands noms : Seyni Mbaye, Ibrahima Kébé, Mbaye Diop, Iba Ndiaye, Kré Mbaye, Amadou Seck, Amadou Ba, Ibrahima Koné, entre autres. « Ces artistes, avec qui le Sénégal s’enorgueillit, aujourd’hui, ont avec finesse et dextérité démontré tout leur talent et leur savoir-faire pour laisser à la postérité des chefs-d’œuvres d’une valeur inestimable », a relevé Rémi Sagna. Il a exprimé toute la reconnaissance de la communauté artistique envers Eiffage pour la conservation du patrimoine sénégalais. « Au-delà de l’enrichissement du patrimoine artistique de l’institution, c’est une mémoire de notre vécu artistique, culturel qu’il restitue à la veille de l’ouverture du Musée des civilisations noires », s’est félicité le directeur de cabinet voyant en Eiffage une entreprise citoyenne participant à l’émergence du Sénégal.

E. Massiga FAYE

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.