banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Momo Dieng, fils de Ndiouga Dieng : La relève prometteuse d’une lignée de chanteurs

15 Avr 2017
1359 times

Le jeune chanteur Momo Dieng a sorti en mars son premier album composé de huit titres, nommé « Lang Gui ». Un disque qui n’a pas mis du temps pour prendre ses marques et lui dessiner une voie dans la musique sénégalaise. Issu d’une famille d’artistes, Momo fils de feu Ndiouga Dieng du Baobab Orchestra, n’en est pas moins déterminé à se frayer sa propre trajectoire.

Au sein de sa famille, la musique est une affaire de générations. Sa grand-mère Ndèye Ngom Bambilor était une célèbre cantatrice, le talent de son père, El hadji Ndiouga Dieng de l’Orchestra Baobab de Dakar, reconnu partout, et son grand-frère Alpha Dieng s’est affirmé sur la scène musicale sénégalaise.

Momo Dieng n’a fait alors que suivre la voie tracée par ses glorieux prédécesseurs qui se trouvent également être ses proches parents. Dans un milieu où la musique avait véritablement droit de cité, il lui était très difficile, voire impossible d’échapper au virus, lequel l’aurait piqué « depuis sa plus tendre enfance », se rappelle-t-il. En effet, il n’a que treize ans, lorsqu’il se met à assurer des chœurs pour son grand frère Alpha Dieng. « Le déclic est intervenu un jour particulier. Alpha qui devait animer une soirée, est venu très en retard. J’ai pris les devants en attendant son arrivée », raconte-t-il. Le jeunot gratifiera le public venu nombreux ce soir- là, d’un show digne de ce nom. Il sortira fier de sa prestation. Le feedback des mélomanes aidant, il prend dès lors la décision d’embrasser une carrière musicale. Nous sommes en 2008.

Né en 1993 à Bargny, Momo Dieng se définit comme artiste, auteur et compositeur. C’est à l’École des Arts qu’il apprend à jouer des instruments comme la guitare. D’ailleurs, c’est durant sa formation qu’il rencontre la plupart des membres de son groupe actuel. Une bande d’amis donc, qui s’est réuni pour faire carrière. Les différents membres de son orchestre évoluent ensemble depuis lors. Ce qui leur permet de confectionner pas mal de morceaux à travers les multiples prestations gratifiées à leurs différents publics. Depuis la sortie de son premier album « Lang Gui », le mois dernier, l’artiste se dit très solliciter.

Momo le dit clairement, s’il a embrassé une carrière musicale, c’est parce qu’il veut se tracer son propre chemin. Il n’est pas forcément dans les schémas de porter le legs de son père, lequel, dit-il, a fait ses preuves. C’est d’ailleurs ce qui l’a amené à aller se former dans une école de musique.

« La musique constitue une passion pour nous, relève-t-il ». Depuis la sortie de son album, il bénéficie déjà de plus d’un million de vues sur le Net. Dans cette production, plusieurs thèmes sont abordés. Son public, dit-il, est essentiellement composé de femmes. Derrière ce jeune garçon longiligne se cache, en réalité, une véritable bête de scène. L’artiste a, deux années durant, assuré la première partie du Grand Bal de Youssou Ndour au Cices. « L’objectif dans ce premier album est d’abord d’asseoir une bonne assise au Sénégal. Il sera naturellement ensuite question de s’ouvrir au monde », dit-il.

A 23 ans, Momo Dieng veut s’imposer comme un artiste au succès le plus retentissant de la nouvelle scène musicale sénégalaise. Par ces temps, plus un seul Dj ne se prive du tube du jeune artiste. Sa voix suave et cristalline, ses rythmiques épurées panachant Mbalax et autres sonorités font danser les foules. Son style de dandy, aussi élégant dans un jean slim que dans un costume de marque ou un boubou traditionnel, fait craquer les jeunes femmes et lui vaut les éloges. L’enfant de Bargny veut se hisser avec grâce au rang d’icône d’une jeunesse sénégalaise urbaine et décomplexée par rapport à un ailleurs qui ne le fait plus rêver.

O. BA

Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.