banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Festival international de Tan-Tan (Maroc) : Le Sénégal à l’honneur à la 13ème édition

17 Mai 2017
104 times

Le Festival international (Moussem) de Tan-Tan (Maroc) a distingué le Sénégal comme pays invité d’honneur. La 13ème édition, qui s’est déroulée du 5 au 10 mai, a concrétisé les similitudes culturelle et patrimoniale qui lient les deux pays. La délégation officielle sénégalaise était conduite par le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Birane Niang.

Un site sorti de nulle part. Au confluent de la mer et du désert, Tan-Tan (Royaume du Maroc), à 331 km au sud de la ville d’Agadir, offre un décor de rêve. Au coucher du soleil, des perles de vagues viennent lécher la terre ferme d’Oued Chbika. Le panorama en fait un lieu de réflexion, d’inspiration, d’amitié. Un territoire de patrimoine. Ce qui donne à la 13ème édition (du 5 au 10 mai) de ce Festival international, un cachet particulier sous le thème : « Le Moussem de Tan-Tan : Un patrimoine culturel en partage entre le Maroc et l’Afrique ». Sous l’impulsion de la Fondation Almouggar et sur instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Sénégal était le pays invité d’honneur.

La délégation officielle sénégalaise était conduite par le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, Birane Niang. Il avait à ses côtés le conseiller spécial du président de la République pour la Culture, Pr Hamidou Dia, le directeur des Arts, Abdoulaye Koundoul, l’administrateur du Monument de la Renaissance africaine, Abdoulaye Racine Senghor, le directeur général des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs de Thiès (Msad), Aloyse Ndam Diouf, et quelques chefs de service du ministère. Outre les officiels, la délégation comprenait également des artistes et exposants. Il s’agit de la célèbre troupe Yeela d’Ouleye Lama qui a fait sensation et les Msad de Thiès qui ont présenté quelques tapisseries.

Economie culturelle
L’évocation des artisans et artistes composant cette délégation a donné l’occasion à Birane Niang de louer les efforts faits par les autorités marocaines pour réussir « un mariage fécond entre une créativité artistique et artisanale millénaire et un génie industriel ». Une belle manière, selon le secrétaire général du ministère de la Culture et de la Communication, de promouvoir les industries créatives et culturelles, un sujet qui ne saurait laisser indifférent le parterre d’investisseurs ici présents.  Il s’exprimait à la cérémonie d’ouverture de la Green Invest Conference sur les opportunités d’investissement dans la région. « L’économie culturelle, en effet, est le fruit d’une synergie entre le monde de la culture et celui de l’entreprise. Au Sénégal, le modèle porté par les Manufactures des arts décoratifs, que nous avons lancé à la conquête du monde, servira à un ensemencement systématique du vaste champ de la création et de la créativité visuelle », a estimé Birane Niang relevant que « l’expérience et le génie marocains et de pays amis seront sollicités pour un partenariat exemplaire ».

Au regard du secrétaire général, « cette démarche féconde du Maroc, qui confère à ses biens et services un label esthétique et utilitaire, doit constituer une source d’inspiration pour tous ». Il a rappelé que le Sénégal a pris le parti d’établir une passerelle entre, d’une part, les artistes et, d’autre part, les artisans, agriculteurs et autres producteurs pour que tout ce qui est Sénégalais soit présenté partout dans le monde dans un contenant lui-même sénégalais. Ce mouvement général est porté par le Plan Sénégal émergent (Pse) qui constitue le cadre de référence, tous secteurs confondus, pour assurer à l’horizon 2035, un développement harmonieux. Birane Niang a saisi l’occasion pour inviter tous les investisseurs présents à Tan-Tan à venir au Sénégal qui présente de nombreux atouts : sa position géographique, sa stabilité politique, un environnement juridique favorable, d’importantes ressources naturelles et le nouveau pôle urbain de Diamniadio qui est une zone franche industrielle dotée d’une plateforme incitative.

Un carrefour qui célèbre la diversité culturelle
Le Moussem de Tan-Tan avait du charme à revendre. A la Place de la paix et de la tolérance, la cérémonie officielle d’ouverture de la 13ème édition a été rythmée par un spectacle riche en couleurs.

Dans un élan très poétique, des vers ont été déclamés. Le but, réveiller une mémoire collective et transporter la beauté du site. De quoi « célébrer le Sénégal comme un partenaire dynamique et vital », s’est réjoui le président de la Fondation Almougaar, Mohammed Fadel Benyaich.

A l’occasion, il a remis au goût du jour les racines africaines du Maroc, en témoigne le discours du Roi Mohammed VI à Dakar le 6 novembre 2016, lors de la célébration du 41ème anniversaire de la Marche verte en considération de la profondeur des liens fraternels, spirituels et humains qui unissent le Maroc et le Sénégal et le retour du royaume chérifien à l’Union africaine.

Cela confère au festival toute sa légitimité. Sur place, cela donne un spectacle savamment orchestré, mettant en lumière un Islam de paix et de tolérance. Sur d’autres tableaux, le mode de vie traditionnelle, marqué par le nomadisme, est mis en avant. Le bédouin avec son chameau est à la quête du pâturage dans un environnement désertique. Pendant ce temps, les enfants sont à l’école coranique. Du côté de la gente féminine, même étant au foyer, la femme joue un rôle essentiel dans cette société sahraouie.

L’hospitalité, la générosité font sens dans ce milieu. Elle s’est déclinée dans un brassage culturel illustré à merveille par la présence de la Nouvelle Calédonie représentée au travers d’une performance en chant, danse kanak, autour du rituel de l’igname, un sacré. La musique andalouse était également de la partie avec des artistes espagnols.

Autre temps fort du festival, c’est également la parade de Tan-Tan qui a vu défiler différentes instances participantes aux côtés des troupes traditionnelles régionales et des pays hôtes. Les soirs, sur le bivouac d’Oued Chbika, les festivités se sont prolongées autour d’un dîner avec en prime une animation artistique aux sonorités éclectiques. Marocains, Sénégalais et Espagnols se sont relayés sur scène avant d’offrir un bouquet final au doux parfum de la fraternité.

E. M. F.

Last modified on mercredi, 17 mai 2017 13:46
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.