banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Design, conditions de travail... : Sursaut de l’artisanat à Rufisque

05 Sep 2017
541 times

Le secteur de l’artisanat connaît un sursaut à Rufisque. Regroupés au sein de l’antenne locale de la Chambre des métiers, les artisans ont assaini le secteur, portant le cap vers une forme d’organisation garante de meilleures conditions de travail et d’un travail de qualité notamment en matière de design.

C’est le calme des jours fériés au village artisanal de Rufisque. Pourtant, c’est un jour de travail. La plupart des artisans, sans doute lassés par les tracas de la Tabaski, ne sont pas venus. Mais Mamadou Sène est bien présent. Assis sur une chaise en rônier, le premier vice-président de l’antenne départementale de la Chambre des métiers de Rufisque déclare sa satisfaction par rapport à la nouvelle forme d’organisation du secteur : « Nous sommes désormais bien organisés. Les 120 corps de métiers qui constituent le secteur sont répartis en trois sections qui se distinguent par une carte professionnelle propre à chacune. La carte verte sert à identifier ceux qui interviennent dans la production comme les tailleurs, boulangers, cordonniers, etc. Les plombiers ou les électriciens qui, eux par exemple, s’activent dans le domaine des services, ont une carte jaune. Et la carte bleue revient à ceux dont l’art est la spécialité, à savoir les sculpteurs, maroquiniers, teinturiers et autres ».

Même si la liste n’est pas exhaustive, « cette forme d’organisation permet d’assainir le secteur et de savoir qui fait quoi », précise-t-il.

La Chambre des métiers est une institution à caractère professionnel qui dépend de la Direction de l’artisanat qui, elle, est sous tutelle du ministère de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat. Pour être reconnu, l’artisan doit se faire recenser au niveau de l’antenne régionale ou du relai départemental de sa localité. « Chaque région a une chambre consulaire. Mais pour assurer la proximité, des relais sont ouverts à l’échelle départementale. Ainsi, les artisans peuvent s’inscrire plus facilement dans la base de données et bénéficier des avantages », ajoute M. Sène en ouvrant une chemise contenant un ensemble de documents.

Tout en poursuivant ses explications, il tire un des documents et remet ses lunettes. Selon lui, cette organisation permet de professionnaliser davantage le secteur afin de rendre possible l’accès aux crédits mis en place par l’Etat. « Suite au plaidoyer des artisans, l’Etat a mis à la disposition des artisans une ligne de crédits plus accessible. Il s’agit d’un fonds global de 3 milliards de FCfa dont une première tranche de 300 millions est logée à l’Alliance de crédit et d’épargne pour la production (Acep) », déclare-t-il.

Par ailleurs, il se félicite de cette initiative qui, pense-t-il, vient booster le secteur en donnant aux artisans l’opportunité d’accéder à des financements intéressants. « L’assiette des crédits varie entre 150.000 et 5.000.000 de FCfa, pour un taux d’intérêt de 3,75% seulement. Et le plus intéressant, c’est que c’est sans garantie ni apport personnel, et remboursable au bout de 2 ans », éclaire-t-il.

Un financement bien encadré
Après une brève interruption pour échanger avec un ami de passage, Mamadou Sène ajoute que pour mieux encadrer les artisans, l’antenne départementale de Rufisque a noué, par le biais de l’Acep, un partenariat avec Delta Consulting, un cabinet de consultance dont ils sont heureux d’accueillir un relai au village artisanal de Rufisque. « L’équipe de Delta Consulting ici présente aide dans le montage financier des projets des artisans demandeurs », développe-t-il en montrant du doigt le bureau. « Vous savez, il faut encadrer et sécuriser le financement afin que le remboursement puisse se dérouler correctement et à terme échu et que d’autres puissent, eux aussi, bénéficier des prêts », poursuit-il en nous invitant dans le bureau pour nous présenter Cheikh El Valid Fall, directeur général de Delta Consulting.

« Nous avons été agréés par la Chambre des métiers pour accompagner les artisans qui le souhaitent dans la confection d’un projet à soumettre, pour financement, au ministère de l’Artisanat sur une ligne de crédits qui leur a été ouverte au niveau de l’Acep, la structure financière de domiciliation », confirme celui-ci, avant de nous demander, sur un ton blagueur, d’ajouter à nos investigations « le fait qu’au Sénégal, après la Tabaski, les gens préfèrent rester chez eux plutôt que venir au travail », faisant allusion à l’absence d’un de ses collaborateurs. Ce qui explique sa présence à Rufisque plutôt qu’à Dakar.

Moussa SONKO (stagiaire)

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.