banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Projection de « Lombraz Kann » à Aula Cervantes : La vie des petites gens à l’épreuve de la mondialisation

08 Sep 2017
365 times

La médiathèque de l’Institut culturel Aula Cervantès de Dakar a accueilli, mardi dernier, la projection du film « Lombraz Kann ». Ce long-métrage met en scène la brusque métamorphose du quotidien et la désillusion d’ouvriers et villageois mauriciens qui assistent au pillage de leurs terres.

Outre les scènes du drame de 01 heure 28 minutes, le vidéoprojecteur affichait sur le mur des séquences empreintes d’émotions et convoquant un fort humanisme. Marco, Bissoon et leurs amis et collègues se voient impuissamment confisquer leurs terres natales et de labeur. Une spoliation perpétrée par une firme qui veut transformer les vastes plantations de cannes à sucre et le village en un terrain de golf et un chantier immobilier de luxe. Une situation rocambolesque qui tourmente au plus haut point les paysans qui cherchent douloureusement à se reprendre.

Bissoon noie son spleen dans l’alcool, Marco nourrit le rêve de la périlleuse émigration, l’un d’eux commet de petits larcins pour vivoter, un autre cumule les échecs dans la vente d’articles locaux aux touristes. Un groupe de dépités qui vivent les effets dévastateurs de la mondialisation « à l’ombre de la canne » (traduction du titre du film), dans les Îles Maurice. Un film fidèle en son genre, avec des acteurs chinois, mauriciens, français et indiens, qui reste captivant quoiqu’il soit diffusé en créole et sous-titré en espagnol.

Le long-métrage est diffusé dans le cadre du partenariat entre l’Agence espagnole de coopération et le Festival de cinéma africain de Tarifa duquel il est choisi les meilleurs films pour des projections hebdomadaires à l’Institut Aula Cervantès.

« Le mal n’est pas qu’africain »
Alessandra Gil, manager culturel à l’Ambassade d’Espagne à Dakar, justifie le choix de « Lombraz Kann » par sa thématique transversale. Elle signifie que le pillage des ressources et la spoliation, avec la constante invasion des multinationales, causent aujourd’hui des problèmes partout dans le monde. Justement, cet angle rejoint la politique culturelle de l’Ambassade, que l’entité applique via l’Institut Aula Cervantès.

L’institut met le focus sur les réalités conjoncturelles des Africains en le portant en relief avec celles de l’Espagne dont il cherche à vulgariser la culture.

« Nous essayons au mieux de forcer les liens entre notre pays, l’Espagne, et le Sénégal », explique Alessandra Gil. L’attachée culturelle note aussi que le Centre participe à la promotion des acteurs culturels locaux.

En ce sens, il y a eu l’organisation de concerts mensuels où étaient présentés des talents sénégalais et des ateliers de photographie au profit de jeunes Sénégalais.

L’Institut Aula Cervantès est un peu à l’image de l’Institut français, à la différence que toutes les activités du Centre culturel espagnol sont gratuites et à but non lucratif. Il fait également partie intégrante de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Alessandra Gil précise qu’ils n’ont pas non plus autant de pouvoir et de moyens que l’Institut français pour tenir certaines manifestations d’envergure.
Néanmoins, ils essayent par leurs activités de toucher le maximum de personnes, notamment les étudiants. Toutefois, le public tarde toujours à répondre présent, et c’est là aussi une des raisons de la gratuité des activités.

Mamadou Oumar KAMARA
(stagiaire)

Last modified on samedi, 09 septembre 2017 17:39
Rate this item
(0 votes)

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.