banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Emplois dans le secteur des Tic : Les atouts et faiblesses du numérique passés au crible

06 Déc 2017
429 times
Dans la Stratégie Sénégal numérique 2025, il est prévu la création de 3. 000 emplois qualifiés et 35.000 emplois directs et 100.000 indirects Dans la Stratégie Sénégal numérique 2025, il est prévu la création de 3. 000 emplois qualifiés et 35.000 emplois directs et 100.000 indirects

La sixième édition du cycle de conférences « Les Mardis du Numérique » a été une occasion, hier, pour les experts, de s’interroger sur la place du digital dans la création d’emplois. Si le secteur des Technologies de l’information et de la communication (Tic) a contribué à la création de nouveaux postes, il demeure néanmoins un moyen de réduction d’emplois au sein des entreprises s’inscrivant dans un impératif de transformation numérique, surtout dans les pays en voie de développement.

L’impact des nouvelles Technologies de l’information et de la communication (Tic) sur le marché du travail est réel. Une étude, parue en 2017, fait état de moins de 10% des emplois menacés en France par « la robotique, l’intelligence artificielle et les technologies liées à l’Internet ». Dans les pays en voie de développement comme le Sénégal, certains emplois ne sont pas épargnés par cette logique de transformation imposée par l’urgence de la compétitivité en milieu d’entreprise. Laquelle a été activée par les bouleversements que le numérique a fini d’engendrer.

Pour Ibrahima Nour Eddine Diagne, président de « African performance institut » (Api), une certaine catégorie d’emplois est, aujourd’hui, transposable, à travers les nouvelles technologies. Toutefois, a-t-il noté, s’il y a de nouvelles opportunités créées autour de petites entreprises qui finissent par avoir une croissance exponentielle par rapport aux nouveaux besoins de service dans certains pays, au Sénégal, l’enjeu est différent.

« Ici, nous n’avons pas beaucoup d’entreprises qui sont de très grosses employeuses. Elles sont soumises à l’impératif de transformation digitale, laquelle se traduit soit par une réduction des recrutements, soit par une diminution des effectifs », a souligné M. Diagne, précisant que parallèlement, il y a derrière une économie faite autour de leur écosystème qui va émerger. En décidant de s’inscrire dans cette sphère d’automatisme, les entreprises font appel, de moins en moins, à la force humaine. Une situation qui peut susciter une certaine appréhension chez les milliers de jeunes devant intégrer le marché de l’emploi, chaque année.

Anticiper la transformation digitale
« Le danger est, aujourd’hui, autour des jeunes qui recherchent de l’emploi parce qu’ils doivent être dans une logique pour avoir des compétences afin de se maintenir dans les évolutions numériques », a avancé Ibrahima Nour Eddine Diagne.

Par ailleurs, il a tenu à rassurer sur le fait que certains emplois ne sont pas actuellement immédiatement menacés. En effet, les professions touchant « les besoins vitaux seront transformées plus lentement ». Par contre, « dans l’industrie des services, il y aura forcément des bouleversements dans la manière de produire, de transformer et de consommer », a-t-il expliqué. C’est pourquoi, selon lui, ces secteurs doivent impérativement anticiper leur transformation digitale ou disparaitre. « Aujourd’hui, le défi est de maintenir les entreprises en vie et de garantir leur croissance afin de pouvoir garder l’emploi. L’entreprise va se robotiser parce qu’elle doit être compétitive pour survivre et optimiser son coût. C’est un mouvement qu’on ne peut pas retenir. L’enjeu, aujourd’hui, est de voir les nouvelles opportunités d’emplois qui doivent exister », a-t-il relevé, ajoutant que le rôle d’un Etat est de soutenir l’émergence de ces entreprises.

Gorgui Ndiaye, secrétaire général du ministère de l’Emploi, de l’Insertion professionnelle et de l’Intensification de la main d’œuvre a indiqué que les Tic constituent un point d’ancrage pour la création d’emplois et de richesse dans notre pays. « Le numérique est une niche de création d’emplois. Il s’agit d’un secteur déterminant dans le développement économique et social », a-t-il informé. A l’en croire, au Sénégal, les perspectives d’emplois dans le secteur du numérique sont favorables. Et dans la Stratégie Sénégal numérique 2025, il est prévu la création de 3. 000 emplois qualifiés et 35.000 emplois directs et 100.000 indirects, à travers la mise en place du Parc des technologies numériques de Diamniadio.

Ibrahima BA

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.