banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Recueil « Poésie en circulation » : Nancy Diouf confie ses sentiments sur la famille, l’amitié, l’art, etc.

08 Jan 2018
593 times

Nancy Anne-Marie Rita Diouf, agent à la retraite de la Direction de l’éducation préscolaire (Deps), a publié son deuxième recueil de poèmes intitulé « Poésie en circulation ». Dans cet ouvrage, l’auteur a décrit dans un style musical ses sentiments par rapport à la famille, l’amitié, l’environnement, l’art, etc.

« Poésie en circulation ». C’est le titre du deuxième recueil de poèmes de 125 pages publié par Nancy Anne-Marie Diouf. La cérémonie de dédicace de l’ouvrage s’est tenue, samedi dernier, dans les locaux de L’Harmattan Sénégal. Dans ce recueil de poèmes, Nancy Diouf décrit ses sentiments, sa vie, en partageant ses expériences professionnelles. Femme musulmane qui manie très bien la guitare et maîtrise les chansons chorales chrétiennes, elle a déclamé dans ses poèmes ses sentiments par rapport à la famille en dédiant un poème spécial à sa grand-mère et à « sa belle et bonne maman », mais aussi à l’amitié sincère, à l’environnement, à l’art, à la paix.

D’ailleurs, Nancy Diouf est convaincue que « la culture est une arme de la paix ». Dans ce recueil de poèmes, elle couche aussi sur papier des souvenirs de jeunesse, des moments vécus avec les expériences dans sa profession au service des enfants.

« C’est ce que j’ai essayé de peindre en tableau à travers des vers poétiques. J’ai grandi avec la poésie parce que ma tante adoptive me donnait des textes poétiques que je devais réciter et elle m’encourageait. J’ai commencé en créant quelques poèmes, des chansons pour les enfants », se souvient-t-elle. « Poésie en circulation » est son deuxième recueil publié après « Chansons de cœur », même si Nancy confesse qu’elle a écrit, au total, dix manuscrits.

Procédant à la présentation de l’auteur, son grand frère, l’économiste Ndiogou Wack Diouf, soutient que cette dernière, toujours très douce, ne pouvait que faire des productions poétiques. Née à Kaolack en 1954, Nancy Anne-Marie Rita Diouf fut aide bibliothécaire pendant une année à la Chambre de commerce de Dakar.  L’amour des enfants fait qu’après avoir passé le concours d’enseignement technique féminin, elle est passée éducatrice du préscolaire avec comme spécialité l’éducation artistique à maîtresse d’application dans les classes du préscolaire.

Amour des enfants
Mme Diouf a été ainsi directrice d’établissement du préscolaire pendant 25 ans puis est passée à la Direction de l’éducation préscolaire (Deps) où elle a pris sa retraite. Celle qui est enthousiasmée par l’art a décidé, après sa mission éducative, de vivre sa passion.

Confortant les nombreux témoignages, le directeur de L’Harmattan Sénégal, Abdoulaye Diallo, confie que l’auteur est une femme engagée qui s’est battue pour la parution de son ouvrage malgré les difficultés liées aux exigences des maisons d’édition. « Elle avait écrit ses poèmes sur un cahier d’écolier, mais elle s’est accrochée pendant tout le temps, a été persévérante dans l’effort pour sortir ce recueil », témoigne Abdoulaye Diallo.  

L’écrivain Cheikh Aliou Ndao a, lui, soutenu que Nancy Diouf s’est beaucoup cultivée pour réussir ses œuvres car la poésie n’est pas facile, d’autant plus qu’on travaille avec une langue qui n’est pas la nôtre. « La poésie est mystérieuse et il faut des sensations pour la réussir. Ce n’est pas elle qui a choisi la poésie mais la poésie qui l’a choisie », affirme M. Ndao.

Magueye Touré, directeur de la Francophonie, représentant le ministre de l’Intégration africaine du Nepad et de la Francophonie, Mbagnick Ndiaye, à la cérémonie, a salué le fait qu’il y a de plus en plus de publications au Sénégal avec le problème de l’édition qui est en voie d’être réglé. « L’auteur est un écrivain maintenant confirmé. On sent que c’est quelqu’un qui a l’art dans le sang parce qu’on n’improvise pas la poésie. Quand on écrit de la poésie, il y a au  fond une prédisposition à cela », indique le directeur de la Francophonie qui encourage les femmes à publier davantage. M. Touré  indique ainsi que la Direction du livre du ministère de la Culture soutient beaucoup les auteurs avec le Fonds d’aide à l’édition.  

En outre, pour amener les jeunes à lire et ainsi améliorer les revenus des éditeurs, Magueye Touré demande de faire aimer aux enfants la lecture dès le bas-âge. « Il faut éviter d’opposer les outils modernes à la lecture. On peut être un usager familier des outils de communication modernes et être un grand lecteur ; il faut  simplement qu’on cultive dès l’enfance le goût de la lecture qui est la meilleure des formations », laisse entendre Magueye Touré.  

Oumar KANDE

 

Last modified on lundi, 08 janvier 2018 14:35
Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.