banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Ndèye Binta Goudiaby, actrice-réalisatrice : «Le cinéma peut représenter le Sénégal dignement»

13 Jan 2018
1364 times

Actrice, réalisatrice, résidant en Californie (Usa), Ndèye Binta Goudiaby séjourne actuellement au Sénégal pour présenter son film « Niema » produit par le label Casa film production. Inspirée d’une histoire réelle, cette œuvre sera présentée en avant-première aujourd’hui, à 17h00, à la salle Canal Olympia Teranga de Dakar. Dans cet entretien accordé au journal « Le Soleil », celle qui se définit comme une Sénégambienne, évoque son travail cinématographique mais également son engagement social pour le développement de sa Casamance natale.

« NIEMA, UNE ŒUVRE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES »
« Niema est film inspiré d’une histoire réelle produit par le label Casa film production. Pour les besoins de cette réalisation, j’ai fait appel, à 95%, à des actrices et acteurs résidant en Casamance, aux côtés d’autres venus de la Gambie, du Liberia, de la Sierra Léone, de la Côte d’Ivoire, des Etats-Unis. Niema est un plaidoyer pour l’arrêt des violences faites aux femmes, particulièrement celles employées comme domestiques. Il est important de comprendre qu’elles sont des femmes qui méritent respect et considération. Le film a été tourné entre Ziguinchor, Cap Skirring et Bignona. Pour le tournage, une équipe technique est venue du Nigeria (Vivi Production) pour former les acteurs. »

« CARRIERE DANS LE CINEMA »
« J’ai quitté le Sénégal en 2000. Depuis, je visite le pays trois fois dans l’année. Je descends sur le terrain pour sensibiliser sur l’importance de cultiver et préserver la paix. Résidant actuellement en Californie, je suis une Sénégambienne de par un père Sénégalais et une mère Gambienne. J’ai grandi entre Bignona et la Gambie. Cela m’a valu d’être « Miss Waw » en Gambie, Miss Ziguinchor et dauphine Miss Sénégal en 1998. Je suis également lauréate du Prix des meilleurs actrices/acteurs du film Missing Link et aujourd’hui, ambassadrice de Sos Casamance pour le retour d’une paix définitive.

ACTRICE- REALISATRICE
« Je cumule aussi bien mon travail d’actrice que de réalisatrice. Dans le même temps, je suis ambassadrice de la paix et du développement de la Casamance dans le cadre des activités de ma fondation, « Djibonket ». J’estime qu’on peut bien allier le travail d’actrice et de réalisatrice d’autant plus que j’ai été formée par Sembène Ousmane. Casa film production constitue un héritage du défunt cinéaste. Il a joué un rôle central dans le développement du 7ème art dans notre pays, en Afrique. Il est essentiel de restaurer l’héritage de Sembène Ousmane. Le cinéma peut représenter le Sénégal dignement. Actuellement, je suis très inspirée par le personnage de Maïmouna qui joue dans la série « Dinama nex ». A la différence de ceux qui font dans le comique, elle excelle dans le cinéma. J’ai commencé comme actrice par Nollywood en 2008 en travaillant avec quelques structures. Chemin faisant, nous sommes arrivés à mettre sur pied Nollywood Usa à l’image des Nollywood Nigeria, Canada, Grande Bretagne. Je n’ai jamais mis les pieds au Nigeria. Toutes les séquences dans lesquelles je joue sont tournées aux Etats-Unis. Je ne crois pas que cela soit nécessaire de se déplacer jusque là-bas pour tourner des films. Nous sommes capables de tourner les séquences demandées. Que l’on soit au Sénégal ou aux Etats-Unis. C’est pourquoi, lorsque j’ai sorti le teaser de « Niema », les gens pensaient que c’était au Nigeria. Ce qui n’était pas le cas. Du fait de l’instabilité, il est important de relever que, pour une première fois, un film est tourné en Casamance. Cela aide des jeunes qui n’ont jamais connu le cinéma à comprendre comment on fabrique une œuvre cinématographique. Dans le contexte actuel assez tendu, la présentation du film à Ziguinchor participera à apaiser la tension. Les populations sauront que quelque chose a été fait en Casamance. »

« AMBASSADRICE DE LA PAIX »
« En tant qu’ambassadrice pour la paix mondiale, mon ambition est de voir les peuples, les populations du Sénégal, de la Gambie vivre dans une bonne entente, dans la cordialité. Même s’il arrive qu’il y ait un différend, les gens ne doivent point recourir à la violence.

Le dialogue, la recherche de la paix doivent guider à surmonter une pareille situation. Je regrette profondément ce qui se passe actuellement en Casamance. Il est déplorable de voir 14 personnes, dont la plupart des jeunes, se faire tuer alors qu’elles ne cherchaient qu’à gagner leur vie dans la dignité. Je suis choquée devant une telle horreur. Mon souhait est de voir chaque individu devenir un ambassadeur de la paix. Il est également important de relever que ce n’est pas par la violence que l’on règlera le phénomène. Le fait d’œuvrer pour la paix n’est jamais un travail vain. Il faut toujours agir avec lucidité, sérénité. Cela finit toujours par payer. »

ENGAGEMENT SOCIAL
« Chaque année, je me rends en Casamance dans le cadre des activités de ma fondation « Djibonket ». En plus du soutien que j’apporte dans les structures sanitaires, je travaille pour la scolarisation des enfants. Pour cela, je me suis toujours battue avec mes propres moyens. Ma conviction est que je ne dois pas attendre que le gouvernement fasse quelque chose. Chacun doit apporter sa pierre, sa part, pour construire et assurer le développement socio-économique de notre pays. Personne ne le fera à notre place. C’est la raison pour laquelle j’ai tourné le film « Niema » dans le village de Tébi (à 5 km du département de Bignona, jadis site de reclassement pour lépreux). Je suis contre la stigmatisation. Ainsi, pour impulser le développement de Tébi, une partie des recettes de « Niema » sera versée au village. Il est essentiel de savoir que ce sont leurs ascendants qui étaient des lépreux. Aujourd’hui, la descendance est composée de jeunes bien-portant, intelligents et qui étudient. Il ne faut pas prendre une partie pour le tout. Les populations de Tébi ne méritent pas d’être abandonnées. »

PROJETS POUR LE CINEMA
« Chaque deux années, Casa film production sort une œuvre. Nous avons en perspective les Casa film awards. L’événement va démarrer en 2019. Actuellement, le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, nous a octroyé un terrain. Le site servira de cadre, de décor pour tourner des scènes de films. Nous n’aurons plus besoin d’aller chercher ailleurs pour les réalisations. Nous aurons notre propre siège. Cela participera à la relance du 7ème art au Sénégal. Le cinéma symbolise beaucoup pour un pays. C’est au travers de ce canal que les Etats-Unis ont fait connaître leurs pays. C’est fondamental. Le Sénégal regorge de beaucoup d’histoires, mais elles sont peu valorisées. »

• Recueillis par Omar DIOUF et E. M. FAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.