banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Deuxième édition du Festival de l’Inde au Sénégal : La danse indienne à l’honneur à Sorano

09 Fév 2018
199 times

La deuxième édition du festival de l’Inde « Tiranga 2.0 » a été ouverte jeudi dernier au théâtre national Daniel Sorano. Jusqu’au 25 février 2018, des groupes de danses indiennes vont s’y produire.

La salle de spectacle du théâtre national Daniel Sorano est obscure. Seule la scène, où les danseurs doivent assurer leurs chorégraphies, est peu éclairée. N’était-ce la musique indienne en fond sonore, rien ne présageait qu’un événement devait s’y dérouler dans la soirée du 1er février 2018. Pourtant, l’ambassade de l’Inde au Sénégal y organise son festival dénommée « Tiranga 2.0 ».

Les spectateurs, venus assister à l’ouverture de cette édition, utilisent la lumière de leurs téléphones mobiles pour retrouver des places. Une manière d’attirer le public à se concentrer sur le beau spectacle qui doit se dérouler sous leurs yeux. La danse indienne est à l’honneur. Des chorégraphes à l’allure frêle assurent le spectacle. Seules les danseuses sont visibles dans ce temple de la culture. Au nombre de quatre, les premières sur scène dansent le Bharata natyam. Cette interprétation, selon le maitre de cérémonie, est une danse technique qui était pratiquée dans les temples de chibas au Sud de l’Inde. Le Bharata natyam est un mélange de danse classique et d’art martial. De belles sonorités alliant musique, poésie et littérature accompagnent les danseuses. Grâce à la souplesse de leur corps, ces dernières ont assuré un beau spectacle avant de céder la place à un autre groupe qui devait mettre en exergue une autre danse indienne : le Pitambara. Ici, les chorégraphes font des rotations sur scène, plient les poignets de leurs mains, les replient, puis utilisent leurs pieds. Les danseuses commencent lentement leur rythme tout en l’accélérant au fur et à mesure que la musique avance. Les quatre danseuses seront succédées sur scène par d’autres.

Pour exécuter la danse du Manipuri, elles portent des robes sur lesquelles sont attachées de petits miroirs, ressemblant ainsi à des paonnes avec leurs beaux plumages. Leurs mouvements sont accompagnés d’expressions faciales. Le dernier spectacle de la cérémonie d’ouverture de la 2ème édition du festival de l’Inde « Tiranga 2.0 » a été assuré par des danseuses de Morouli. Une danse spectaculaire qui a terminé sous les ovations du public venu nombreux assister à cette expression culturelle de l’Inde.

L’ambassadeur de l’Inde au Sénégal, Rajeev Kumar, a magnifié l’intérêt que beaucoup de Sénégalais accordent à la culture indienne. Selon le diplomate, à son arrivée au Sénégal, en 2016, il a constaté que « tout le monde, ici, aime Bollywood, les séries indiennes, la musique indienne ». Pour permettre à ces mélomanes d’avoir un cadre pour suivre cette culture, l’ambassadeur a décidé d’organiser le festival de l’Inde appelé « Tiranga 2.0 ». « Tiranga », a-t-il expliqué, est le nom du drapeau national. Au Sénégal, la « Téranga » renvoi à l’hospitalité. La première édition de ce festival s’est déroulée en 2017. Jusqu’au 25 février 2018, des groupes de danses indiennes basés à Pikine et à Kaolack vont se produire au théâtre national Daniel Sorano.

Aliou Ngamby NDIAYE

Rate this item
(0 votes)

Related items


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.