banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Art visuel : Des enfants du Centre Guindi réalisent une fresque pour l’Unicef

09 Fév 2018
660 times

Les enfants du Centre Guindi, sous l’encadrement de l’artiste plasticien Kalidou Kassé, ont réalisé une fresque pour le compte du bureau du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Le dévoilement a eu lieu mercredi dans les locaux de l’institution.

Des mines radieuses témoignant un bonheur spontané, une tranquillité naturelle laissant apparaitre une certaine fierté dans la tâche accomplie… La vingtaine d’enfants présents dans les locaux du Bureau régional de l’Unicef apprécient, à sa juste valeur, le travail réalisé sous la supervision de l’artiste plasticien Kalidou Kassé. Issus tous du Centre de réinsertion des enfants de la rue appelé Guindi, ces potaches, sous l’initiative du Bureau du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), ont travaillé à la réalisation d’une fresque pour le compte de cette institution internationale.

Ainsi, au-delà de la volonté d’initier ces enfants à la peinture, ce travail revêt tout un symbole. Comme l’a indiqué la représentante de l’Unicef au Sénégal, il s’agit d’une manière de rappeler aux agents de l’institution leur travail de tous les jours consistant à la protection des droits des enfants ainsi qu’à leur bien-être. Cette fresque, a également a noté Laylee Moshiri, est une opportunité de laisser aux enfants le choix de s’exprimer et de participer, de manière symbolique, à la vie à l’intérieur de cet édifice où des décisions allant dans le sens d’améliorer leurs conditions de vie sont au centre des préoccupations.

D’une dimension de 3x1,2 m, le tableau plonge dans l’univers des mômes. Ici, les images, griffonnées au bout de la toile, reflètent les préoccupations de ces gamins très tôt arrachés à la chaleur du foyer. Les représentations de maisons y sonnent comme un leitmotiv. Il en est de même pour ce qui est des scènes amicales, des aires de jeu et certaines plantes décorant l’environnement quotidien.

L’artiste plasticien Kalidou Kassé, qui a assuré l’encadrement, a parlé d’une « démarche qui valorise les enfants ». Il a rappelé l’instant de bonheur qu’il a eu à partager avec ces derniers au bout de deux jours d’atelier. M. Kassé qui a fait part de sa disponibilité d’offrir, tous les mois, une journée sociale au Centre Guindi a plaidé pour le soutien de ce lieu de réinsertion. « Ces enfants, ce sont ceux de l’Afrique. Nous devons voir comment les aider à retrouver un peu de chaleur dans nos familles », a-t-il laissé entendre. Toutefois, pour y arriver, a souligné M. Kassé, chacun doit s’investir afin d’arriver à une résolution définitive du problème des enfants de la rue.

Le rapport entre l’artiste plasticien et les enfants de la rue ne date pas d’aujourd’hui. Le « Pinceau du Sahel », irrité par la situation alarmante des enfants « talibé », a nourri, en 2012, dans le cadre du projet « Thiès en couleurs », l’ingénieuse idée d’apporter une solution aux enfants mendiants qui empruntent, chaque jour, les rues en quête de pitance. C’est dans cette optique qu’il a choisi de travailler pour l’insertion et la formation professionnelle de cette couche déboussolée dont l’avenir reste incertain.

Ibrahima BA

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.