banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Emmanuelle Bastide, journaliste à Rfi : La voisine des ondes…

12 Fév 2018
376 times

Présentatrice de l’émission « 7 milliards de voisins » sur Radio France internationale, Emmanuelle Bastide est une voix reconnue de cette radio qui compte une grande partie de ses auditeurs en Afrique subsaharienne. A Rfi depuis une vingtaine d’années, elle parcourt l’Afrique et le monde en cherchant à croiser les modes de vie du Nord et du Sud.  

C’est toujours comme cela avec les hommes et femmes de radio. On imagine leurs visages derrière leurs voix, surtout quand c’est une voix d’une radio aussi écoutée en Afrique comme Radio France internationale. Emettant à Paris, Rfi trouve une grande partie de son audimat dans les capitales africaines comme Dakar, Abidjan, Ouaga ou Bamako. Dans les couloirs d’un hôtel dakarois qui accueille le gotha mondial de l’éducation pour les besoins de la grande Conférence du Partenariat mondial pour l’éducation, Emmanuelle Bastide se distingue par sa longue silhouette. Pas besoin, cette fois-ci, de sa voix pour la reconnaître au milieu de la pause-café. Emmanuelle Bastide est presque  notre voisine de tous les jours. Elle tient compagnie aux auditeurs africains de Rfi, tous les jours, avec son émission au nom évocateur de « 7 milliards de voisins ». Comme si notre planète est devenue un village où tout le monde communique comme le prédisait le Canadien Marshall McLuhan. La radio qui a devancé ces médias appelés « nouveaux », car assurant une raie d’interconnexion du monde, permet aussi de se faire entendre ou d’être écouter partout dans le monde. A Rfi depuis une vingtaine d’années, Emmanuelle Bastide, avec sa voix, est familière aux auditeurs africains de cette radio qui se dit « mondiale ».

Conceptrice de l’émission « 7 milliards de voisins » qu’elle présente depuis huit ans, elle a voulu, avec ce moment de radio, montrer que nous sommes tous voisins. « Je l’ai créée quand nous étions 7 milliards d’habitants dans le monde. Aujourd’hui, nous sommes 7 milliards et demi. J’ai choisi le terme  « 7 milliards de voisins » parce que  c’est une notion de grandeur et de proximité. C’était aussi une manière de voir comment nous sommes tous  différents et en même proches, et nous  terminerons tous de la même manière, en poussière », dit-elle. Très importante dans la grille de programme de Rfi, l’émission  « 7 milliards de voisins » traite des questions sociétales et des problématiques de développement dans le monde avec surtout un partage d’expérience entre les 7 milliards et demi de voisins de la planète. L’éducation, évidement, occupe une place importante dans cette émission  où, une fois par semaine, elle est traitée, de manière spécifique, par Emmanuelle Bastide et ses invités. Pas adepte du journalisme assis avec seulement la présentation, Emmanuelle Bastide aime aller au contact des faits, du terrain comme elle le dit.

 « Il faut aimer l’Afrique pour travailler à Rfi »
« J’aimais beaucoup aller  sur le terrain même si j’y vais moins maintenant. J’aime  voir les élèves et les enseignants dans les lycées, les écoles, les universités, dans  beaucoup de pays sur le continent africain. Voir aussi  les différences culturelles. Comme  par exemple, pourquoi en Côte d’Ivoire on est attaché à l’uniforme dans les écoles, alors que ce n’est pas le cas au Sénégal ».

 Rfi ou Radio France comme on le surnomme, n’est de France que par le nom. Ses excroissances sont à trouver surtout en Afrique subsaharienne avec des chiffres qui parlent d’elles même. Plus de 80 % d’auditeurs de Rfi sont en Afrique au sud du Sahara. De là à penser que Rfi est une radio africaine, il y a pas beaucoup d’ondes à franchir. C’est peut-être pour cela que « la radio mondiale » est considérée par certains, à tort ou à raison, comme un élément de la politique étrangère de la France. Qu’importe, mais à Rfi, c’est le pouls de l’Afrique qui y est ausculté et souvent aussi, c’est Rfi qui fait battre le pouls de l’Afrique. Même si elle n’a pas d’expérience africaine comme correspondant de Rfi dans un pays du continent, Emmanuelle Bastide connaît bien l’Afrique pour l’avoir parcouru et continue de la parcourir  depuis une vingtaine d’années. Des voyages qui ont renforcé davantage son intérêt pour le continent et son évolution. D’ailleurs, travailler à Rfi suppose, selon elle, aimer l’Afrique. « Si on n’aime pas l’Afrique à Rfi, il faut changer de radio.  Si on travaille à Rfi, il faut aimer l’Afrique. C’est ma devise.  Quand on travaille à Rfi, il faut s’intéresser à l’Afrique, à ses problématiques, à ses défis.  Même si cela peut parfois être décourageant, il faut vraiment nourrir un intérêt intellectuel sur la façon dont le continent construit son avenir ». Précision de taille. Alors, comment la journaliste de Rfi qui parcourt l’Afrique depuis une vingtaine d’années voit-elle l’évolution du continent ? « En 20 ans de voyage, je vois que l’Afrique change trop vite, très vite même.  Quand je commençais à travailler sur l’Afrique, l’Afrique se sentait dans un ghetto où les Africains étaient exclus du jeu mondial. Aujourd’hui, l’Afrique est dans la mondialisation, mais il faut le souligner avec beaucoup  de gens sur le bord de la route ». Jugement sincère d’un témoin, même si c’est de loin. Des propos qui sont aussi loin de l’afro-scepticisme de rigueur dans certains milieux médiatiques français… 

Par Oumar NDIAYE

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.