banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Actualités Internationales (1299)

AFP - Nouvelles révélations, des policiers à l'Assemblée nationale, tempêtes de critiques ou plaidoyers en sa faveur... la campagne du candidat de la droite, François Fillon, s'enlise jour après jour dans les soupçons d'emploi fictif visant son épouse, Penelope, à 82 jours de la présidentielle française.

L'hebdomadaire satirique le Canard Enchaîné chiffre désormais à plus de 900.000 euros bruts les salaires perçus par Penelope Fillon - soit près du double du montant précédemment annoncé- comme assistante parlementaire et comme collaboratrice d'une revue littéraire. Auxquels s'ajoutent plus 84.000 euros perçus par deux de leurs enfants, salariés comme assistants pendant qu'ils étaient étudiants. L'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012) assure n'avoir "rien à cacher" avec son épouse.

Selon plusieurs sources parlementaires, hier, les enquêteurs se sont rendus dans le bureau de François Fillon à l'Assemblée nationale dans le cadre des investigations ouvertes par la justice.

Ce nouvel épisode, particulièrement rare - il n'y a eu que six demandes de perquisitions à l'Assemblée depuis 1958 - s'inscrit dans le cadre d'une affaire dévastatrice pour François Fillon, triomphalement désigné, le 27 novembre dernier, comme candidat de la droite française à l'issue d'une primaire ouverte.

A l'époque, cet homme de 62 ans menait campagne sur le thème de l'austérité et de la probité et figurait parmi les grands favoris de la présidentielle d'avril-mai. Le chef de file des députés du parti conservateur Les Républicains (Lr), Christian Jacob, a employé le terme de "perquisition" devant des médias. Des sources proches de l'enquête ont parlé d'une remise de documents plutôt que d'une perquisition. Les enquêteurs cherchent à déterminer si Penelope Fillon a effectivement exercé une activité réelle quand elle percevait des salaires d'assistante parlementaire au côté de son mari, puis de son suppléant. Selon l'avocat du couple, Me Antonin Levy, le couple a apporté, lundi, "des explications longues, fournies, multiples et convaincantes sur la réalité du travail" lors de son audition par les policiers chargés de l'enquête.

Selon l'avocat, elle faisait "l'interface au quotidien" entre le député et ses électeurs, depuis son domicile dans la Sarthe (ouest). Son travail consistait notamment à l'aider, "préparer avec lui ses discours", les relire, "lui faire remonter la voix du terrain", a-t-il dit lundi soir à la télévision Bfm.

AFP - La mobilisation contre le décret anti-immigration ne s'apaise pas : après les manifestations et l'indignation dans nombre de capitales, le président américain Donald Trump est confronté à une fronde au sein de l'appareil d'Etat, à laquelle il a choisi de répondre avec fermeté. Après avoir limogé, avec fracas, lundi soir, la ministre par intérim de la Justice, le président républicain s'en est pris, hier, avec véhémence, à ses opposants démocrates au Congrès, les accusant de paralyser le fonctionnement gouvernemental en tardant à confirmer ses candidats."Il devraient avoir honte ! Pas surprenant que (Washington) D.C. ne fonctionne pas !" a-t-il tweeté avec la volonté évidente de galvaniser sa base électorale. Décision rarissime lors de la mise en place d'une nouvelle équipe à la Maison Blanche, Sally Yates, une fonctionnaire de l'ancienne administration Obama qui assurait l'intérim du ministre de la Justice, avait ordonné aux procureurs de ne pas défendre le décret du nouveau président, mettant en doute sa légalité.Dans un communiqué au ton inhabituellement vindicatif, la Maison Blanche a écarté cette dernière, accusée d'être "très faible sur l'immigration illégale" et d'avoir "trahi" son ministère.Son successeur, Dana Boente, a immédiatement donné ordre aux salariés du département de la Justice "de faire leur devoir" et de "défendre les ordres légaux de notre président".
La Maison Blanche défend son décret au nom de la nécessité d'empêcher l'entrée aux Etats-Unis de "terroristes islamiques radicaux". "Cela n'a rien à voir avec la religion.

AFP - Le procès de dix Ivoiriens, la plupart des militaires, accusés d'enlèvement et d'assassinats de quatre hommes, dont deux Français, en 2011, en pleine crise post-électorale, à peine ouvert hier à Abidjan, a été reporté au 21 février.

"La Cour, après en avoir délibéré (...), décide de renvoyer cette affaire au 21 février", a déclaré son président, le juge Mourlaye Cisseko, évoquant "des difficultés sérieuses".
M. Cisseko a fait état de l'absence de cinq accusés sur dix "pour des raison matérielles, ces personnes ne sont pas assistées par des avocats".
Le procès avait débuté avec plus de trois heures de retard au palais de justice de Yopougon, un quartier d'Abidjan.
 Les avocats français des familles des victimes, les bâtonniers Pierre Olivier Sur et Clémence Witt, étaient présents."Au bout de cinq ans, il est inadmissible que cette affaire ne soit pas jugée", s'est emporté Me Pierre Olivier Sur, arrivé la veille à Abidjan."Espérons que l'affaire viendra dans un mois. Je nous revois repartir peut-être pour un autre délai. Alors, il faut que les choses cessent, il faut que le parquet général et le président fassent preuve d'autorité", a-t-il martelé."L'organisation de la Cour d'assises a été bâclée et ça pose d'énormes problèmes", a critiqué, de son côté, Me Ange Rodrigue Dadjé, l'un des avocats de la défense.   "On se retrouve avec des accusés qui ne sont pas présents. Le plus grave, c'est qu'un des accusés qui fait partie des ravisseurs du Novotel est en liberté provisoire depuis le début de l'instruction.Je trouve ça extrêmement curieux", a-t-il souligné.Le directeur de l'hôtel Novotel d'Abidjan, Stéphane Frantz Di Rippel, Yves Lambelin, directeur général de Sifca, plus grand groupe agro-industriel ivoirien et figure du patronat local, son assistant béninois, Raoul Adeossi, et le Malaisien Chelliah Pandian, directeur général de Sania, filiale de Sifca, avaient été enlevés par un commando militaire, le 4 avril 2011, dans Abidjan, pendant les combats. Ils avaient été torturés et tués, selon le nouveau gouvernement.

La force déployée en Gambie par la Communauté économiques des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) a saisi des armes et munitions découvertes dans un domicile privé de l'ex-président Yahya Jammeh, a annoncé, hier, à la presse, son chef, le général François Ndiaye.

Le général François Ndiaye, commandant de la Mission de la Cedeao en Gambie (Micega), a, par ailleurs, fait état de l'arrestation, au Sénégal, du chef d'une unité d'élite de l'armée gambienne, le général Bora Colley, sans donner de détails. Cette arrestation a été évoquée, la semaine dernière, par le porte-parole de la police sénégalaise, Henry Boumy Ciss, selon lequel le général Colley a été appréhendé, le 25 janvier, "par les policiers du poste frontalier de contrôle de Mpack (en Casamance,) alors qu'il tentait de rejoindre la Guinée-Bissau", limitrophe de cette localité. "Il a été aussitôt mis à la disposition" de l'armée basée à Ziguinchor, une des principales villes de la Casamance, a-t-il dit vendredi.

Le général François Ndiaye a aussi évoqué les arrestations de quatre membres de la garde personnelle de Mme Jammeh, l'ayant accompagnée en exil et qui tentaient de revenir en Gambie. Ils ont été interpellés dans la ville de Karang, frontalière de la Gambie, et étaient détenus hier à Dakar. Il a décliné tout détail sur ces opérations. Selon le chef de la Micega, des armes et munitions ont été saisies dans une maison appartenant à M. Jammeh dans son village natal de Kanilai, dans l'ouest du pays, à environ 100 km à l'est de Banjul, refusant toutefois de préciser leur quantité et le jour de leur découverte. "Toutes les armes et munitions sont maintenant sous la garde de la Cedeao. Donc, rien ne se passera là-bas (à Kanilai). La situation est sous contrôle", a-t-il déclaré, soulignant que "les forces armées gambiennes ont été très coopératives" avec les troupes de la Cedeao. Les forces de la Cedeao ont été mobilisées pour contraindre Yahya Jammeh à céder le pouvoir à Adama Barrow, vainqueur de l'élection présidentielle du 1er décembre.

AFP 

L’Union africaine a décidé, hier, de réintégrer le Maroc après plus de 30 ans d'absence, en dépit de fortes réticences de poids lourds du continent liées à la question du Sahara occidental.

Au terme d'un débat à la fois tendu et émotionnel, selon des témoins, 39 des 54 Etats membres se sont dits favorables au retour du royaume chérifien dans l'organisation. "A partir du moment où le Maroc n'a pas posé de conditions à son retour, nous le prenons au mot et on accepte que le Maroc soit admis à l'Union africaine", a réagi le ministre des Affaires étrangères de la République sahraouie, Mohamed Salem Ould Salek.

Le Maroc avait quitté l'Ua en 1984 pour protester contre l'admission de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) proclamée par le Front Polisario au Sahara occidental, un territoire que Rabat considère comme sien.

Le Front Polisario réclame, de son côté, un référendum d'autodétermination et, veut croire M. Salek, le Maroc pourrait désormais être soumis à une pression plus importante de ses pairs.
"A présent, (si) le Maroc bloque, il sera questionné par les chefs d'Etat : Pourquoi avez-vous peur du référendum? Pourquoi ne laissez-vous pas les Sahraouis choisir librement leur futur ?" a ajouté M. Salek.

Les délégués qui ont assisté aux débats ont décrit des échanges animés, sans langue de bois, avec notamment l'opposition de puissances régionales comme l'Afrique du Sud et l'Algérie, soutiens de longue date de la Rasd.

"Plus de 39 pays sur les 54 de notre organisation ont donné leur onction pour le retour du Maroc", a déclaré le président Macky Sall. "Même si la question du Sahara occidental reste une question posée, (...) en famille, on peut continuer à trouver des solutions. L'admission est faite, et c'est le plus important. Aujourd'hui, le Maroc est membre intégrant de l'Union africaine".Avant la question marocaine, les chefs d'Etat avaient élu, pour un mandat de quatre ans, après sept tours de scrutin, le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat, 56 ans, à la tête de la Commission, le bras exécutif de l'Ua.Également ancien Premier ministre de son pays, il succède à la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, saluée notamment pour avoir mis la question des droits des femmes au cœur des préoccupations de l'Ua, mais critiquée pour son bilan en termes de paix et sécurité. Le président tchadien Idriss Déby Itno est ainsi parvenu à placer un homme de confiance à la tête de l'exécutif continental, le jour même où il a cédé la présidence tournante de l'Ua, qu'il occupait depuis un an, à son homologue guinéen Alpha Condé.

Ce dernier a appelé ses homologues à mettre en application sans tarder une série de recommandations du président rwandais Paul Kagame visant à améliorer l'efficacité d'une organisation souvent décriée pour sa lourdeur et son inertie.M. Kagame a notamment critiqué "l'échec chronique de l'Ua à aller au bout de ses décisions", accentuant "la perception que l'Ua n'est pas pertinente pour les Africains". Enfin, les récentes mesures anti-immigration du président américain Donald Trump ont fait des remous parmi les participants du sommet.  "Il est clair qu'au niveau mondial nous entrons dans une période de turbulences. Le pays même où nos peuples ont été emmenés comme esclaves a décidé d'interdire les réfugiés (originaires) de certains de nos pays", a déclaré Mme Zuma.

"Qu'allons-nous faire à ce sujet ? Assurément, c'est là un des plus grands défis et un des plus grands tests pour notre unité et notre solidarité", a-t-elle ajouté.

AFP

AFP - Le ministre de la Justice de l'Etat de Washington (nord-ouest) a déposé, hier, une plainte demandant l'arrêt immédiat de l'application du décret sur l'immigration de Donald Trump, qu'il considère contraire à la Constitution.
"Personne n'est au-dessus de la loi, pas même le président", a déclaré le ministre démocrate Bob Ferguson lors d'une conférence de presse. "Et au tribunal, ce n'est pas toujours celui qui parle le plus fort qui l'emporte. C'est la Constitution". La plainte de M. Ferguson, la première du genre, cible le nouveau président américain ainsi que de hauts responsables de l'administration, notamment au département de la Sécurité intérieure. Le décret, annoncé vendredi, prévoit des contrôles renforcés aux frontières, destinés à stopper l'entrée éventuelle de "terroristes islamiques radicaux", et interdit l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays à majorité musulmane.Cette interdiction, accueillie avec indignation aux Etats-Unis et dans le monde entier, sépare des familles "et sape l'intérêt souverain de Washington à rester un endroit accueillant pour les immigrés et les réfugiés", a pointé M. Ferguson.
Plusieurs grandes entreprises basées dans l'Etat de Washington, dont Amazon et Expedia, ont joint des déclarations à la plainte expliquant les conséquences du décret sur leurs opérations et leurs employés.
"Jusqu'à ce que le Congrès mette l'administration devant ses responsabilités pour les traumatismes moraux et juridiques évidents subis par des personnes innocentes et qui entrent dans notre pays en respectant la loi, il appartient aux Etats de protéger et de mettre en avant les droits des gens qui résident à l'intérieur de nos frontières", a aussi noté le gouverneur démocrate de l'Etat de Washington, Jay Inslee, lors de la même conférence de presse.

 

Six personnes ont été tuées et huit autres blessées dimanche 29 janvier, dans la soirée (heure locale) au cours d'une fusillade au Centre culturel islamique de la ville de Québec (CCIQ), province francophone à l'est du Canada. Un périmètre de sécurité a été établi, tandis que deux suspects ont été appréhendés. L'un des deux a appelé la police pour se rendre, a indiqué lundi Denis Turcotte, inspecteur de la police de Québec.

Cliquez ici pour lire la suite

Sources : Rfi

"Le Soleil Online" en partenariat avec France Médias Monde

AFP - Les fonctionnaires ivoiriens, en grève depuis le 9 janvier pour une revalorisation salariale, ont suspendu, "pour un mois", leur mouvement et appelé à la reprise du travail lundi prochain, a-t-on appris, hier, de sources syndicales.

Réunie en assemblée générale, la plateforme qui regroupe une cinquantaine de syndicats de fonctionnaires, à l’origine de la protestation, a "décidé de suspendre, pour un mois, son mot d'ordre de grève afin de donner une chance aux discussions à venir", a-t-elle annoncé dans un communiqué transmis à l'Afp. Les organisations syndicales "invitent par conséquent les fonctionnaires (...) à reprendre le travail dès lundi 30 janvier 2017", poursuit le texte.

Toutefois, les fonctionnaires ont marqué leur "insatisfaction concernant le paiement des stocks d'arriérés d'un montant global de 243 milliards de FCfa (environ 371 millions d'euros) pour près de 130.000 travailleurs, soit près 80 % de l'effectif de la fonction publique". Ils "invitent instamment le gouvernement à faire des propositions de paiement de ce stock pour éviter un autre mouvement de protestation". "Nous sommes tombés d'accord (...) nous avons obtenu satisfaction sur cinq des six points de revendications", avait auparavant déclaré à l'Afp Théodore Gnagna Zadi, président de la plateforme.

M. Zadi qui avait eu une rencontre, jeudi, avec le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, a fait état d'"avancées inespérées" dans les discussions, notamment sur la question des retraites. Les grévistes demandent des augmentations de salaires, le paiement de certains arriérés de primes et protestent contre une réforme des retraites intervenue en 2012 et dont les premiers effets se font sentir en 2016, avec la mise à la retraite de fonctionnaires touchés par la loi.

AFP - L'homme fort de la droite française François Fillon bataillait hier pour préserver ses chances à la présidentielle en cherchant à lever les soupçons d'emploi fictif visant son épouse, une retentissante affaire qui éclipse la primaire socialiste dans sa dernière ligne droite.

Depuis plusieurs jours, l'affaire baptisée "Penelopegate" enflamme les réseaux sociaux et la classe politique tandis que l'équipe de campagne du candidat fait bloc pour déminer la situation avant un meeting de leur champion à Paris demain.Alors que son mari a fait de l'intégrité en politique un thème phare de sa campagne, Penelope Fillon est soupçonnée d'avoir été rémunérée à hauteur de 500.000 euros sur près de dix ans pour un travail jamais effectué. Cette accusation mercredi de l'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné - poil à gratter de la politique française - est "abjecte", s'est insurgé François Fillon, venu clamer jeudi soir à la télévision son "dégoût".

La justice française a néanmoins ouvert une enquête sur les salaires d'assistante parlementaire versés à Penelope Fillon par son mari - alors député - puis par le suppléant de ce dernier, entre 1998 et 2007. A trois mois du premier tour de la présidentielle, le scandale est hautement embarrassant pour le candidat de la droite, présenté jusqu'ici dans tous les sondages comme favori, au coude à coude avec la cheffe de file de l'extrême droite Marine Le Pen. Car Penelope Fillon, mère de cinq enfants, s'était jusqu'alors toujours présentée comme une femme au foyer, une "paysanne" aimant passer du temps dans son château de Beauce (ouest). "Ma femme travaille avec moi depuis toujours", s'est défendu François Fillon. Elle a "corrigé mes discours", elle "a reçu d'innombrables personnes qui voulaient me voir et que je ne pouvais pas voir", "m'a représenté dans des manifestations et des associations" et fait "la synthèse de la presse", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il avait aussi confié des missions ponctuelles à deux de ses enfants. Cette explication, livrée "avec force et solidité" selon la députée de droite Nathalie Kosciusko-Morizet, semble peiner à convaincre de nombreux Français, échaudés par plusieurs scandales passés.

AFP - Quelque 1.500 Mauriciens ont manifesté à l'appel de l'opposition hier dans Port-Louis contre la nomination de Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre suite à la démission de son père, dénonçant une succession de type monarchique et réclamant de nouvelles élections. Pravind Jugnauth a été nommé Premier ministre lundi à la suite de la démission de son père, Sir Anerood Jugnauth, 86 ans, avant la fin de son mandat prévue en 2019.
 Il a été désigné à ce poste par la présidente en tant que chef du Mouvement socialiste mauricien (MSM), le principal parti de la coalition au pouvoir.  Mais sa désignation suscite un fort rejet de l'opposition, qui dénonce une transmission du pouvoir par héritage familial, et a d'ailleurs boycotté sa prestation de serment. "La foule a envoyé un message clair au gouvernement: donnez-nous les élections partielles et les élections générales", a déclaré le leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval, s'adressant aux manifestants qui ont défilé pacifiquement pendant une heure à proximité du siège du gouvernement.   Vêtus de noir pour symboliser le "deuil de la démocratie", ils scandaient des slogans tels que "Deal Papa-piti nou palé" (Nous ne voulons pas de l'accord père-fils) et brandissaient des pancartes noires avec, écrits en blanc, les messages: "Constitution pas payasson (sic)" ou "Non à la monarchie".

La tension est encore montée d'un cran, hier, entre le président mexicain et son homologue américain, Donald Trump, avec l'annulation de la visite Pena Nieto à Washington, en pleine discorde sur le mur à la frontière et le traité Alena.

"Ce matin, j'ai informé la Maison blanche que je n'assisterai pas à la réunion de travail programmé, mardi prochain, avec @Potus", a écrit Pena Nieto dans un message sur Twitter.

Une réponse au tweet cinglant du président Trump à cinq jours d'une rencontre prévue entre les deux dirigeants à la Maison blanche : "Si le Mexique n'est pas prêt à payer le mur, qui est vraiment nécessaire, ce serait mieux d'annuler la rencontre à venir". Donald Trump a signé, mercredi, un décret donnant le coup d'envoi, largement symbolique à ce stade, à ce projet de construction d'un mur le long de l'immense frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, sa promesse de campagne la plus emblématique.

Pena Nieto avait condamné, la veille, la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui, depuis des années, "au lieu de nous unir, nous divise". "Nous chercherons une autre date pour organiser quelque chose à l'avenir. Nous allons maintenir les lignes de communication ouvertes", a tempéré le porte-parole de la Maison blanche, Sean Spicer, après l'annonce de l'annulation.

"Le Mexique réitère sa volonté de travailler avec les Etats-Unis pour parvenir à des accords bénéfiques pour les deux nations", a, de son côté, écrit le président mexicain dans un autre message sur Twitter. Car les deux pays doivent également discuter du traité de libre-échange Aléna signé entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada. Un sujet également au cœur des tensions entre Washington et Mexico depuis que Trump a menacé, la semaine dernière, de quitter s'il n'obtenait pas un "accord équitable".

Concernant l'immigration que Donald Trump a promis de combattre, il a déjà signé un autre décret, mercredi, pour appliquer plus sévèrement la législation. Il prévoit aussi de réduire les financements fédéraux de Washington pour les quelque 200 "villes sanctuaires" aux Etats-Unis qui accueillent depuis des décennies des immigrés clandestins.

AFP

La Suisse a interpellé, hier, un ancien ministre de l'Intérieur de Gambie, Ousman Sonko, soupçonné de tortures et exécutions sous le régime de l'ex-président Yahya Jammeh.

"Il a été interpellé. Il sera entendu prochainement", a indiqué à l'Afp le porte-parole du procureur du canton de Berne, Amaël Gschwind. L'opération de police s'est déroulée dans la région de la capitale suisse (centre), où Ousman Sonko a déposé une demande d'asile en novembre dernier, soit près de deux mois après avoir été limogé de son poste de ministre qu'il occupait depuis 2006. En septembre dernier, M. Sonko avait également tenté d'obtenir l'asile en Suède, quelques jours après son limogeage.  Son interpellation en Suisse fait suite à une "dénonciation pénale" déposée par l'organisation non gouvernementale Trial International, basée à Genève et luttant contre l'impunité dans le monde. "En tant que responsable des lieux de détentions, M. Sonko ne pouvait ignorer les tortures qui s'y pratiquaient à grande échelle contre les dissidents politiques, journalistes et défenseurs des droits humains", a déclaré Bénédict de Moerloose, responsable du département Droit pénal et enquêtes de l'Ong. Selon Trial International, M. Sonko est entré sur le territoire suisse le 10 novembre 2016. Le Secrétariat d'Etat aux migrations a confirmé, hier à l'Afp, avoir reçu une demande d'asile. Avant de diriger le ministère de l'Intérieur, Ousman Sonko occupait le poste d'inspecteur général de la police gambienne. Et avant ça, il était commandant du premier bataillon d'infanterie de l'armée gambienne.

AFP

Les deux finalistes de la primaire socialiste de dimanche, Manuel Valls et Benoît Hamon, ont exposé posément, mercredi soir, lors d'un débat télévisé, leurs profondes divergences, autour du travail ou de la laïcité, à trois mois d'une présidentielle dominée par la droite et l'extrême droite. Le vainqueur, quel qu'il soit dimanche, à l'issue du second tour, arriverait en queue de peloton au premier tour de l'élection présidentielle, loin derrière la candidate de l'extrême droite, Marine Le Pen, et le conservateur François Fillon, mais aussi derrière l'ex-ministre de gauche repositionné au centre, Emmanuel Macron, et le tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, selon les sondages. Pour la primaire, l'ancien Premier ministre Manuel Valls, qui incarne l'aile droite du Ps, part avec un net désavantage face à son ancien ministre de l'Education : cet outsider issu de l'aile gauche du parti, très critique sur sa politique libérale, l'a devancé de cinq points (36 % contre 31 % des voix) au premier tour de la primaire dimanche dernier. Son avance est confortée par des ralliements.

Entre les deux prétendants, le débat a été courtois et technique, mercredi soir, alors que le ton n'avait cessé de monter ces derniers jours, aggravant la fracture au sein d'un parti qui sort affaibli du mandat de l'impopulaire François Hollande, avec un chômage endémique et un durcissement sécuritaire après une vague d'attentats sans précédent. Les deux hommes, qui se tutoyaient, se sont parlé avec respect, sans attaques personnelles. "Un débat pointu, pas un pugilat", a commenté l'éditorialiste Michaël Darmon. Révélation de la campagne de la primaire devenu favori, Benoît Hamon, 49 ans, a assuré qu'il souhaitait proposer aux Français un "futur désirable" et qu'il fallait que la gauche "tourne le dos à l'ordre ancien, à ces solutions qui ne marchaient pas hier et qui ne marcheront pas demain". Manuel Valls, 54 ans, qui avait déjà appelé les électeurs à choisir entre "la défaite assurée" s'ils désignent son concurrent et "la victoire possible" avec lui, a demandé à "ne pas créer d'illusion". "Il ne s'agit pas seulement de faire rêver, il faut être crédible", a-t-il martelé.

AFP

L'opposant et ex-Premier ministre soudanais Sadek al-Mahdi dont le gouvernement a été renversé par l'actuel président, Omar el-Béchir, est rentré, hier, à Khartoum, après près de 30 mois d'exil, a annoncé son parti, Oumma.

Sadek al-Mahdi, un opposant historique, est "arrivé à l'aéroport de Khartoum", a déclaré à la presse sa fille Meriam, vice-présidente de l'Oumma. Elle a déploré toutefois que les autorités aient empêché 25 de ses partisans d'entrer à l'aéroport pour l'accueillir. L'Oumma (Nation), la principale formation de l'opposition au Soudan, a indiqué que l'opposant s'adresserait plus tard à ses partisans à Omdourman, près de la capitale soudanaise. Aucune indication n'a été dans l'immédiat sur les raisons ou les conditions de son retour au pays.

M. Mahdi a été Premier ministre du Soudan à deux reprises -de juillet 1966 à mai 1967 puis de mai 1986 au 30 juin 1989-, avant d'être renversé par le général Béchir avec lequel les relations ont depuis été tendues. Il avait quitté le Soudan en août 2014 après avoir été emprisonné pour avoir accusé une unité paramilitaire d'exactions contre des civils au Darfour, une région de l'ouest du Soudan meurtrie par les violences. Son arrestation avait entraîné d'importantes manifestations appelant à la chute du gouvernement. Celles-ci avaient été violemment dispersées par les forces de l'ordre, suscitant l'inquiétude de plusieurs pays. M. Mahdi avait été libéré un mois plus tard sur instruction du chef de l'Etat.

AFP

Le Niger, le Burkina Faso et le Mali ont décidé, à Niamey, de mettre sur pied une force pour lutter contre l'insécurité dans la zone du Liptako-Gourma à cheval sur leurs trois frontières, "en passe de devenir un sanctuaire de groupes terroristes".

La création de la Force multinationale de sécurisation du Liptako-Gourma (Fms/Lg) a été décidée par les présidents du Niger, Mahamadou Issoufou, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso et Modibo Keïta, le Premier ministre du Mali, à l'issue d'un sommet de l'Autorité du Liptako-Gourma (Alg), une institution créée en 1970 pour développer cette zone qui abrite 45 % de la population totale des trois Etats.

"Nous avons décidé (...) de la mutualisation de nos moyens de renseignements et de nos capacités (militaires) opérationnelles pour faire face à la situation sécuritaire dans cette zone" du Liptako-Gourma, vaste de 370.000 km2 et située à cheval sur les trois Etats, a déclaré le président nigérien Mahamadou Issoufou. "La région du Liptako, jadis havre de paix, est en passe de devenir un sanctuaire de groupes terroristes et de criminels de tous genres", s'alarme le communiqué final du sommet. "Malgré les efforts déployés par les Etats membres, en relation avec la communauté internationale (...) la situation sécuritaire demeure volatile et préoccupante" dans la zone, insiste-t-on dans le document. La nouvelle force est à l'image de la Force multinationale mixte créée par le Niger, le Nigeria, le Tchad et le Cameroun qui combat depuis 2015 le groupe islamiste armé Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad, a expliqué le président Issoufou.

"La Force multinationale mixte a beaucoup affaibli Boko Haram", et "il n'y a pas de raison qu'on ne s'en inspire pas au niveau des trois frontières qui concernent le Burkina Faso, le Mali et le Niger", a-t-il justifié.

L'Autorité du Liptako-Gourma a pour mission la mise en valeur des riches ressources minières, énergétiques, hydrauliques, agricoles et pastorales dont regorge la zone enclavée. Le président nigérien, dont les forces de sécurité ont été frappées à plusieurs reprises par des groupes jihadistes venus du Mali, a souvent demandé "un mandat plus offensif" pour la force onusienne dans ce pays voisin.

AFP

Le président américain Donald Trump s'apprête à signer, hier, des décrets limitant l'immigration et à prendre de premières mesures pour bâtir un mur entreles Etats-Unis et le Mexique, s'attaquant à l'un de ses grands thèmes de campagne.

Cinq jours seulement après sa prise de fonction, le président américain doit se rendre dans l'après-midi au ministère de la Sécurité intérieure, a indiqué la Maison Blanche, et mettre en œuvre une série de mesures de restriction de l'immigration.  "Grand jour prévu demain sur la sécurité nationale. Parmi beaucoup d'autres choses, nous allons construire le mur!", a twitté Donald Trump mardi soir sur cette question hautement polémique qui a été l'un de ses grands sujets de sa campagne électorale. Il s'était engagé à expulser les clandestins délinquants des Etats-Unis et à ériger un mur à la frontière de 3.200 km, poreuse, entre les Etats-Unis et le Mexique, menaçant de le faire financer en ponctionnant les 25 milliards de dollars que les migrants mexicains envoient chaque année à leur famille.

Des experts ont émis de sérieux doutes sur l'efficacité, le coût exorbitant et les risques d'avalanches de procédures légales d'une telle mesure, véritable cheval de bataille de la droite et l'extrême droite, socle électoral de Donald Trump.  Même le ministre de la Sécurité intérieure, l'ancien général John Kelly, a indiqué, lors de sa récente audition en vue de son investiture, que le mur frontalier "pourrait ne pas être construit de sitôt".

Le Mexique a pour sa part dessiné les lignes rouges à ne pas franchir lors de ses discussions avec l'administration Trump qui débutent ce mercredi à Washington et ne s'annoncent pas sous les meilleurs auspices. Mexico a en effet menacé de quitter la table des négociations et de rompre l'accord de libre-échange Aléna (USA, Canada et Mexique) que Donald Trump souhaite renégocier.

"Il y a des lignes rouges très claires qui doivent être dessinées dès le début", a averti mardi le ministre mexicain de l'Economie Ildefonso Guajardo, avant une rencontre avec les responsables américains, hier et aujourd’hui, au côté du ministre mexicain des Affaires Etrangères, Luis Videgaray.A la question de savoir si la délégation mexicaine quitterait les discussions si le sujet du mur et des envois de fonds des migrants mexicains étaient mis sur la table, M. Guadajardo a répondu sur la chaîne Televisa:  "Absolument."

Cette première réunion USA-Mexique vise à préparer la rencontre entre le nouveau président américain et son homologue mexicain Enrique Peña Nieto, le 31 janvier à Washington. Donald Trump veut aussi interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis, et notamment de Syriens.

AFP

Le gouvernement ivoirien a appelé, hier, les fonctionnaires, en grève depuis le 9 janvier, à mettre fin à leur mouvement, menaçant de le déclarer "illégal" et de prendre des mesures appropriées.

Le porte-parole du gouvernement, par ailleurs ministre de la Communication, Bruno Nabagné Koné, a affirmé que "les absences au poste de travail, particulièrement dans les secteurs de l'éducation, seront illégales", alors que la grève est censée s'achever vendredi. "Le gouvernement demande à tout le monde de reprendre le travail (...) Si le travail n'est pas repris, le gouvernement prendra acte de la rupture des négociations et ramènera toutes les parties aux textes de loi", a menacé M. Koné.

Les négociations entre les syndicats et un comité de dialogue social de la fonction publique, qui se poursuivaient hier, sont celles de la "dernière chance", a-t-il rappelé, soulignant que l’Etat "est à la limite de ce qui peut être fait". Les grévistes demandent des augmentations de salaires, le paiement de certains arriérés de primes, et protestent contre une réforme des retraites intervenue en 2012 et dont les premiers effets se font sentir en 2016, avec la mise à la retraite de fonctionnaires touchés par la loi. Cette réforme fait passer l'âge de la retraite de 55 à 60 ans, voire 65 ans pour les grades les plus élevés. Les cotisations augmentent de 6 à 8,33 % du salaire, alors que les pensions ont été réduites de 30 à 50%.

Hier, les évêques catholiques ivoiriens se sont déclarés "inquiets" face aux remous sociaux dans le pays, dénonçant un "climat délétère qui risque de compromettre gravement tous les acquis enregistrés".

AFP

L'élection du président somalien par le Parlement, déjà maintes fois reportée, a été fixée au 8 février, a annoncé, hier, la Commission électorale de ce pays.

Le nouveau président somalien doit être choisi par les 275 députés et 72 sénateurs nouvellement élus au terme d'un processus électoral complexe construit autour du système clanique régissant la politique somalienne, et entaché de nombreuses accusations de corruption et de trucage.

Selon le calendrier publié par la Commission électorale et signé par son président, Abdirahman Duale Beyle, les prétendants au poste de chef de l’État ont jusqu'au 29 janvier pour officialiser leur candidature. Ils s'exprimeront du 2 au 5 février devant le Parlement, qui sera ensuite chargé d'élire le président le 8 février.

L'élection du président devait initialement avoir lieu en août, mais elle a ensuite été plusieurs fois repoussée. La date du 8 février est toutefois la première annoncée depuis la prestation de serment des nouveaux parlementaires fin décembre.

Le suffrage universel avait été promis aux Somaliens. Mais, cet engagement a été abandonné en 2015 en raison de luttes intestines et de tergiversations politiques combinées à une insécurité chronique due principalement aux islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda, qui contrôlent de larges zones rurales et frappent régulièrement Mogadiscio. Quelque 14.000 électeurs délégués - sur les 12 millions de Somaliens - ont voté entre octobre et décembre 2016 pour élire les 275 députés, parmi des candidats généralement choisis à l'avance par consensus et représentant chaque clan ou sous-clan.  Il s'agit cependant d'une avancée démocratique par rapport aux élections de 2012 où seulement 135 "elders" (notables) avaient désigné l'ensemble des députés.

La dernière élection véritablement démocratique en Somalie remonte à presque 50 ans, en 1969. L'instauration du suffrage universel est désormais planifiée pour la prochaine élection en 2020.  La Somalie, privée de véritable Etat central depuis la chute de l'autocrate Siad Barre, en 1991, est depuis plongée dans le chaos et la violence entretenus par milices claniques, gangs criminels et groupes islamistes.

AFP

Quatre jeunes proches de l'opposition au Gabon ont été inculpés hier pour "trouble à l'ordre public" après avoir été interpellés il y a une semaine en marge d'une manifestation contestant l'accueil de la Coupe d'Afrique des Nations de football, a-t-on appris de source judiciaire.

Ils ont passé une semaine en détention provisoire après avoir été arrêtées mercredi dernier à Libreville lors d'une manifestation.

"Il leur est reproché d'avoir initié une campagne de boycott de la Can-2017 qui se joue actuellement au Gabon et dont le monde entier constate que la majorité des Gabonais n'en veut pas", écrit dans un communiqué le mouvement Rassemblement héritage et modernité, qui exigeait leur "libération sans délais". Une partie de la société civile a appelé au boycott de la CAN organisé au Gabon jusqu'au 5 février. Cette frange de la société civile est proche de l'opposant Jean Ping, le rival d'Ali Bongo qui conteste toujours sa réélection lors de l'élection du 27 août dernier, se proclamant lui-même le "président élu".

AFP

La France a jugé, hier, "très préoccupantes" les nouvelles constructions de logements annoncées par Israël en Cisjordanie occupée, en notant qu'elles équivalaient déjà presque au total de celles décidées en 2016

"Nous condamnons ces nouveaux développements qui sont contraires au droit international et constituent un signal très préoccupant", a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal. Les autorités israéliennes ont approuvé, mardi, la construction de plus de 2.500 logements dans les colonies de Cisjordanie, après celle de 566 unités, dimanche, dans les quartiers de colonisation de Jérusalem-Est.

"Cela représente donc, en quelques jours, presque autant de logements dans les colonies que tous ceux qui ont fait l'objet d'annonces en 2016", a souligné Romain Nadal dans un communiqué.  Paris avait déjà protesté, lundi, contre la construction de centaines de logements à Jérusalem-Est, en soulignant que "la colonisation constitue une menace grave pour la solution à deux Etats" israélien et palestinien.  Israël a annoncé ces programmes de logements, les plus importants du genre depuis des années, avec en toile de fond un nouveau contexte politique à Washington avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, a priori plus favorable au gouvernement de Benjamin Netanyahu.  Les colonies, c'est-à-dire les implantations civiles israéliennes dans les Territoires palestiniens occupés, sont illégales au regard du droit international.

Une grande partie de la communauté internationale les considère comme un obstacle majeur à la paix entre Israéliens et Palestiniens, toujours insaisissable après des décennies. Cette opposition a donné lieu, le 23 décembre, à l'adoption, par l'Onu, d'une résolution condamnant la colonisation, rendue possible par la décision exceptionnelle de l'administration Obama de ne pas opposer son veto.

AFP

L'ex-président Yahya Jammeh sera autorisé à garder en exil sa collection de 13 automobiles de luxe qui doit être transportée par avion cargo en Guinée équatoriale, a indiqué, hier, un porte-parole du nouveau président Adama Barrow.

Le porte-parole de Barrow a confirmé à l'Afp qu'un accord avait été passé pour faciliter son départ, samedi, après l'impasse dans laquelle la Gambie a été plongée, en raison de son refus de reconnaitre la victoire électorale de Barrow.

"Ce qui est très clair, c'est que des arrangements ont été passés et que le gouvernement était favorable au départ de l'ex-président Jammeh et, par conséquent, prêt à le laisser partir avec tous ses biens au lieu de vérifier le détail de ses possessions", a précisé le porte-parole Halifa Sallah à l'Afp.

Un responsable de l'aéroport, témoin des préparatifs, samedi soir, du départ de Jammeh de Gambie, a affirmé que "deux Rolls Royce et une (Mercedes) Benz" avaient été chargés sur un avion cargo tchadien, tandis que les autres véhicules étaient en attente de chargement. Le porte-parole a indiqué que la décision vise également à réduire la possibilité d'éventuelles visites en Gambie de Jammeh. "Il est parti avec tous ses biens de façon à ne pas avoir à aller et venir pour les récupérer", a ajouté Sallah.

Un autre porte-parole de Barrow avait fait allusion, dimanche, avec colère, à la collection de voitures de Jammeh, mais n'avait pas précisé que le nouveau président gambien avait accepté qu'il les emmène avec lui. Environ "dix voitures" étaient encore, hier, en attente de transport, dont une Bentley, des Land Rovers, une Mini Cooper rouge et une autre Mercedes, selon des diplomates.

"Aucune instruction, ni aucun ordre n'a été donné par le nouveau gouvernement pour arrêter le chargement de véhicules", a précisé une source à l'aéroport, racontant que l'entourage de Jammeh avait hésité au moment du départ, samedi, entre deux Bentleys ou trois voitures plus petites, pour choisir finalement la Mercedes et les Rolls Royce.

Les Gambiens, qui vivent avec moins de deux dollars par jour, ont, par ailleurs, appris que Jammeh a pratiquement vidé les coffres du pays, en emportant avec lui quelque 11 millions de dollars.

AFP 

Un Casque bleu de l'Onu au Mali a été tué et deux autres grièvement blessés, lundi, dans une attaque au mortier contre leur camp d'Aguelhok (nord-est), près de la frontière algérienne, a annoncé, hier, la Mission des Nations unies (Minusma).  "Hier (lundi), en fin d'après-midi, plusieurs tirs de mortier ont visé le camp de la Minusma à Aguelhok", a précisé la force de l'Onu dans un communiqué, ajoutant que l'attaque "a coûté la vie à un Casque bleu et en a grièvement blessé deux autres".  Le texte ne mentionne pas leur nationalité, mais la grande majorité des troupes de l'Onu à Aguelhok appartiennent au contingent tchadien.  "Les attaques perpétrées contre la Minusma n'affaibliront pas la détermination de la mission à appliquer pleinement son mandat de soutien aux efforts du gouvernement malien, des parties signataires de l'accord de paix et du peuple malien pour parvenir à une paix et une stabilité durables".

Déployée depuis juillet 2013, la Minusma est la mission de maintien de la paix de l'Onu la plus coûteuse en vies humaines depuis la Somalie, en 1993-1995, avec plus de 70 Casques bleus tués en opération. Le Conseil de sécurité de l'Onu, réuni la semaine dernière pour discuter de la situation au Mali, a estimé que "les retards continuels menacent la viabilité de l'accord" de paix signé en mai-juin 2015. "En l'absence d'autorité étatique et des arrangements intérimaires, le phénomène terroriste prend des proportions de plus en plus inquiétantes au nord et au centre du Mali", a déploré, le 18 janvier, le chef des opérations de maintien de la paix de l'Onu, Hervé Ladsous.

"Si la situation sécuritaire continue à se détériorer ainsi, il n'y aura plus de paix à maintenir au Mali", a-t-il prévenu.

AFP 

La grève des fonctionnaires ivoiriens, déclenchée depuis le 9 janvier, s'est poursuivie hier, les protestataires souhaitant une rencontre avec le président Alassane Ouattara, en vue "de décanter la situation bloquée". "Nous attendons une rencontre avec le président (Alassane Ouattara) ou au moins son vice-président (Daniel Kablan Duncan) afin d'établir un dialogue direct qui pourrait décanter la situation", a déclaré à l'Afp Théodore Gnagna Zadi, président de la plateforme qui regroupe une cinquantaine de syndicats de fonctionnaires. Pour lui, "le président (Ouattara) ne s'est jamais prononcé sur la situation, et cela est perçu comme un mépris. Il faut qu'il dise quelque chose, vu l'état de la situation".

"Pour l'instant, tout est bloqué et le mouvement s'est renforcé sur le terrain", a-t-il ajouté. M. Zadi s'exprimait, hier en fin d'après-midi, avant l'ouverture de nouvelles négociations entre les syndicats et un comité de dialogue social de la fonction publique.

AFP 

L'Onu a dénoncé, hier, les récentes initiatives israéliennes pour accélérer la colonisation dans les Territoires palestiniens occupés, soulignant que ces "actions unilatérales" font obstacle à une solution à deux Etats. "Pour le secrétaire général (Antonio Guterres), il n'y a pas d'alternative à une solution à deux Etats", a déclaré le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric.

"A cet égard, a-t-il ajouté, toute décision unilatérale qui peut faire obstacle à l'objectif des deux Etats inquiète fortement le secrétaire général". M. Dujarric a réaffirmé que la position de l'Onu sur la construction de logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est "n'avait pas changé". "Nous incluons cela dans la catégorie des actions unilatérales", a-t-il indiqué.

AFP 

Dans toute la Gambie, les militaires africains venus forcer Yahya Jammeh à partir sont accueillis en sauveurs. Mais, dans son village natal de Kanilai, desservi successivement par une route au nom de son épouse, puis au sien, les habitants remâchent leur amertume.

Les portraits géants de Yahya Jammeh, en boubou et chéchia blancs, un chapelet à la main et le visage fendu d'un large sourire, accueillent toujours les visiteurs à l'entrée du village, tout proche de la région sénégalaise de Casamance (sud). "Dieu lui avait donné le pouvoir, Dieu le lui a repris", philosophe un jeune, parmi un petit groupe assis sous le préau d'un bâtiment et manifestement réticent à une discussion sur l'enfant du pays, parti en exil samedi soir.

Une femme, visiblement en colère, crache des imprécations dans une langue locale. L'atmosphère devient pesante, les visages visiblement hostiles à la présence de journalistes étrangers. Comprenant qu'elle n'est pas la bienvenue, l'équipe de l'Afp écourte sa visite.Dans ce village reculé entouré d'une dense végétation, d'arbres géants et de palmiers à huile, à une centaine de kilomètres à l'est de la capitale, Banjul, Yahya Jammeh a fait construire un imposant palais, plusieurs enceintes sportives, un hôtel et même un zoo.

La vaste demeure, au portail en fer, est surmontée d'un mirador. De l'extérieur, on aperçoit un édifice en forme d'arc de triomphe. Accès et prises de vues interdits, prévient courtoisement, mais fermement un responsable de la sécurité, qui conseille d'aller plutôt parler aux habitants

- 'On a tiré sur Kanilai' -
Le portail s'ouvre, puis se referme pour laisser passer deux camions chargés de moutons et de bœufs. Sur une portière, on peut lire : "en Yahya Jammeh nous croyons" ou encore "les fermes familiales de Kanilai", ses propriétés personnelles. "Ce sont des bêtes qui vont dans sa ferme", souffle doucement un garde selon lequel des membres de la famille de l'ancien président, qu'il n'a pas identifiés, se trouvent à l'intérieur.
Après 22 ans au pouvoir, Yahya Jammeh a quitté Banjul pour la Guinée équatoriale en compagnie de membres de sa famille et de son entourage, ainsi que de nombreuses possessions. Les biens qu'il n'a pu emporter, comme les troupeaux, ont été mis en lieu sûr.

Ce départ a marqué le dénouement de six semaines d'une crise provoquée par son refus d'accepter les résultats de l'élection présidentielle du 1er décembre, remportée par l'opposant Adama Barrow, qu'il avait pourtant félicité pour sa victoire le lendemain du vote, à la surprise générale.
Dans un appel téléphonique à M. Barrow, enregistré et télévisé, il évoquait alors en plaisantant une possible reconversion dans l'agriculture à Kanilai. C'est finalement sous la menace d'une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), déclenchée le 19 janvier à partir du Sénégal, et après une ultime médiation des présidents mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et guinéen Alpha Condé, qu'il s'est résolu à céder le pouvoir. Une obstination qui a valu à son village natal d'être l'une des premières cibles de l'opération, suspendue au bout de quelques heures pour permettre la médiation. "On a tiré sur Kanilai, je me demande pourquoi", confie un des rares habitants ouvertement critiques de Yahya Jammeh, estimant injuste de devoir payer pour ses actes.

"Ce sont des maisons de pauvres. Yahya Jammeh n'a rien fait ici", affirme-t-il, montrant les boutiques et les maisons en pisé au toit en zinc qui jalonnent la voie conduisant au palais."Nous sommes des soldats. Nous travaillons pour la nation et non pour Yahya Jammeh", assure un garde qui, lui, est reconnaissant de certains progrès, comme la construction de routes ou le passage de la télévision gambienne du noir et blanc à la couleur.

Plus au nord, dans la localité frontalière de Farafegny, où les militaires sénégalais de la force ouest-africaine ont été salués par des vivats, dans le poste de police, une agente fait place nette. Elle retourne à l'envers une photo de Yahya Jammeh déposée au fond d'une caisse et décroche du mur un calendrier à son effigie pour lui faire connaître le même sort.

Malick Rokhy BA (AFP)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.