banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Election des sans parti : La France suit le mouvement

10 Mai 2017
321 times

Si sur beaucoup de points la France est en déclin comme avec la fin du quasi monopole de la coopération économique, de la collaboration militaire et diplomatique avec ses anciennes colonies en Afrique (concurrence de la Chine, par exemple), le pays de Marianne continue à s’autoglorifier sur ses attributs. A Paris, il n’est pas rare d’entendre dire que « la France est le plus beau pays au monde », qu’elle a « la meilleure gastronomie » ou que « l’avenue des Champs Elysées est la plus belle sur terre ». C’est un des syndromes du nombrilisme d’un pays qui aurait « inventé les droits de l’Homme ». L’élection d’Emmanuel Macron est désormais à caser dans ce rayon des réussites françaises à donner en exemple au monde.

C’est vrai qu’avec ses yeux bleus sur sa « babyface », sa démarche empruntée d’un mannequin à son premier de fashion week, un président trentenaire (39 ans) donne un coup de vieux à un paysage politique mondial souvent d’un autre âge. Il faut reconnaître que la France a appliqué ce qu’elle a appelé « le dégagisme » : entre fin novembre et début décembre 2016, on a assisté à la mort politique de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé (éliminés de la primaire de la droite et du centre) et du renoncement de François Hollande. Un ancien président, un ancien Premier ministre et un président en fin de mandat isolé de tout. Excusez du peu. Cette capacité de renouvellement place la France dans un mouvement général qui honnit les partis politiques traditionnels.

Pour une fois, la France n’invente pas un mouvement, mais s’inscrit dans un phénomène existant comme l’élection d’un président américain (Trump) sans parti, moins le populisme. A terme, en France, on s’achemine vers quatre tendances politiques : l’extrême gauche avec Mélenchon à la tête (comme Podemos, en Espagne) ; l’extrême droite du clan Le Pen qui va certainement changer le nom Front national, connoté négativement ; les conservateurs avec le parti Les Républicains ; et, enfin, une fédération des réformistes progressistes (Macron et des gens du Ps). L’élection de Macron s’inscrit également dans le fait qu’il y a un repère historique politique en France presque tous les 30 ans. Sous la Vème République, il y a eu 1958 avec De Gaulle, 1981 avec l’arrivée de Mitterrand et donc, 2017. Des repères, mais pas de rupture. Ces derniers accompagnent l’abandon des idéologies qui peuvent être le populisme, le progressisme, la socio démocratie. L’exception se situe dans la non survivance sur l’espace public du Marxisme. La France est dans la continuation d’une mutation générationnelle forte entamée dans certains pays.

De notre envoyé spécial à Paris, Moussa DIOP

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.