banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Mutinerie en Côte d’Ivoire : L’armée intervient

15 Mai 2017
560 times

La mutinerie de soldats en Côte d’Ivoire, déclenchée depuis vendredi pour obtenir des primes, a provoqué la mort d’un homme blessé par balle à Bouaké, grande ville du centre toujours contrôlée, hier, par les militaires en colère qui tiennent aussi Korhogo.

Un premier bilan fait aussi état d’une vingtaine de blessés, dont six par balle, depuis ce nouveau mouvement de grogne de 100 à 300 soldats, qui fait suite à une précédente mutinerie en janvier. L’homme, gravement blessé par balle, samedi, à Bouaké, est décédé hier au Centre hospitalier universitaire, a annoncé sa famille.

«Issouf Diawara (...) est finalement mort des suites de ses blessures par balle. Je suis un homme effondré. Sachez que je suis seul aujourd’hui après la mort de mon grand frère», a affirmé à l’Afp son jeune frère, Souleymane Diawara. La victime avait été atteinte d’une balle tirée par des soldats mutinés qui s’étaient rendus au siège d’anciens rebelles non intégrés dans l’armée, appelés les «démobilisés», qui avaient eux mêmes réclamé des primes lundi, selon des témoignages.

«Une opération militaire est en cours pour rétablir l’ordre» contre «certains militaires récalcitrants qui continuent de désobéir», a déclaré le chef d’état-major des armées ivoiriennes, le général Sékou Touré, dans une déclaration transmise à l’Afp.

Le patron de l’armée a déploré «l’usage d’armes à feu contre les populations civiles excédées par leurs [les mutins] agissements, des pillages et rackets systématiques...», soulignant des «actes d’une extrême gravité, contraires à la mission de protection assignée aux forces armées».

Les mutins, qui demandent le versement de reliquats de primes, tiraient en l’air, hier, à Bouaké, pour empêcher la population de sortir de chez elle. Ils patrouillaient dans les quartiers, passant parfois à tabac des habitants, selon des témoins. Hier soir, à Bouaké, les mutins contrôlaient toujours les corridors Nord et Sud situés sur le principal axe routier du pays qui relie la capitale économique, Abidjan, au nord et au Burkina Faso.

AFP

 

Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.