banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Point de Mire : La transgression (Par Dié Maty Fall)

16 Mai 2017
526 times

En nommant une personnalité de droite proche d’Alain Juppé, le nouveau président de la République a choisi la transgression et opéré un choix stratégique en direction des législatives de juin prochain. En effet, le profil d’Édouard Philippe, énarque de 46 ans, ouvre à Emmanuel Macron la perspective d’obtenir une majorité aux élections législatives. Pour la bataille des législatives, M. Philippe présente l’avantage de posséder de solides réseaux et une connaissance des rouages des partis politiques. Car en tant que directeur général de l’Ump, il a participé, entre 2002 et 2004, à la fondation du grand parti de droite. Mais, sa nomination va surtout déstabiliser le parti des Républicains, encore groggy après la défaite subie au premier tour de la présidentielle. Emmanuel Macron avait lui-même exposé sa stratégie pour capter l’électorat de droite : «Je cherche à les déstabiliser en leur ouvrant les bras pour que le coût de la rupture soit de leurs côtés.» Macron mise sur une explosion des Républicains comme du Parti socialiste afin d’obtenir, en juin, une majorité parlementaire. Une stratégie qui a déjà produit ses premiers effets, hier, avec l’appel de 24 (chiffre au moment où nous écrivions) élus de droite et du centre à «répondre à la main tendue par le président de la République», après la nomination d’Édouard Philippe au poste de Premier ministre.

Issus des Républicains et de l’Udi, des maires et des députés reconnus, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean Louis Borloo, Gérald Darmanin, Christian Estrosi, Thierry Solère, entre autres, ont appelé leur famille politique de droite et du centre à prendre la mesure de la transformation qui est en train de s’opérer en France. Celle d’un président de la République qui transgresse aussi allègrement le fameux clivage droite-gauche de la Vème République, en faisant appel à un Premier ministre de droite et qui privilégie l’intérêt général plutôt que partisan. Il est vrai qu’Emmanuel Macron a transgressé toutes les règles et les schémas classiques de la société : jamais été élu et sans parti, ne devant sa brève ascension politique qu’à son mouvement «En Marche !» créé il y a juste un an. Un président de la République transgressif et pragmatique, loin du parcours politique classique et revendiquant l’indépendance d’un homme neuf et inclusif.

Le choix d’un Premier ministre de droite relève de cette démarche neuve et atypique, qui choisit à la France ce qu’elle a de meilleur, hors des chapelles. Mais, c’est aussi un choix qui déstabilise la droite classique, les Républicains et l’Udi, dans la perspective des législatives de juin. Celle-ci est d’ailleurs déjà passablement ébranlée, car au moment où les 24 élus de droite demandent à leur famille de se montrer à la hauteur de la situation du pays et de l’attente des Français qui, comme Macron, privilégient l’intérêt général aux égoïsmes partisans, la droite balance entre satisfaction et méfiance, entre réalisme et menaces d’exclusion, manœuvres de politique politicienne et craintes. La transformation politique et le volontarisme entrepris par Emmanuel Macron exigent, en effet, de la part de la classe politique de se mettre, très vite, au diapason de la société française et de son profond désir de changement politique et sociétal. Un changement qui prend les partis traditionnels de court.

Cependant, fidèle à sa cohérence et à son indépendance d’esprit, Emmanuel Macron a respecté les critères qu’il avait fixés pendant la présidentielle pour le profil idéal de son Premier ministre. Renouvellement, compétence, loyauté, expérience parlementaire, Édouard Philippe correspond au profil défini. Les deux hommes se connaissent et s’apprécient, même s’ils ne viennent pas du même camp. Tout comme Macron, Philippe est un homme nuancé et modéré, qui a déjà montré sa capacité à dépasser le clivage gauche-droite, en ayant milité au Ps et soutenu Rocard quand il était étudiant. Et gage de future bonne collaboration, le nouveau Premier ministre connaît bien également le nouveau secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, tous les deux étaient au sein des jeunes rocardiens. La nomination de Philippe sonne le signal de la recomposition politique et de la fin du clivage gauche-droite. Ce n’est pas non plus un choix exempt de calcul, car il permet à Macron de contrebalancer son image d’ancien ministre d’un gouvernement socialiste et d’héritier d’Hollande.

 

Last modified on mardi, 16 mai 2017 13:16
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.