banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Congrès du Rdr en Côte d’Ivoire : Soro regrette de ne pas avoir été « associé »

09 Sep 2017
360 times

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne et ex-chef de la rébellion, Guillaume Soro, a déclaré hier dans un communiqué qu’il regrettait de ne pas avoir été «associé» au congrès du parti du président Alassane Ouattara.

Ce communiqué est «un refus poli» d’assister au congrès du Rassemblement des républicains (Rdr) qui s’ouvre samedi, a commenté auprès de l’Afp un proche de cet homme-clé de la vie politique ivoirienne et probable candidat à la succession de M. Ouattara en 2020. «En ma qualité de militant et d’élu de cette formation (...) bien qu’ayant été président du Conseil politique de la campagne du président en 2015, député, élu sous la bannière du Rdr, président de l’Assemblée nationale sur proposition du Rdr, et enfin membre du Haut conseil politique du Rdr, je n’ai à aucun moment été associé aux travaux préparatoires du congrès», affirme-t-il, insistant sur son appartenance au mouvement.
«Dans le contexte actuel fait de frictions, de suspicions et où des lignes de fractures évidentes sont apparues au sein de notre famille politique, qui peut décliner l’impérieuse nécessité de rassemblement de tous ?», lance-t-il.
Officiellement, l’ancien Premier ministre n’a pas encore déclaré ses intentions, mais ses relations avec le clan présidentiel alimentent tous les fantasmes et rumeurs depuis des mois.

Certains partisans du président l’accusent de vouloir déstabiliser le gouvernement et de comploter contre des rivaux potentiels, voyant même sa main derrière les mutineries qui ont ébranlé la Côte d’Ivoire depuis le début de l’année.
D’un autre côté, ses partisans estiment qu’il est victime d’une chasse aux sorcières alors qu’il a «toujours oeuvré» dans le sens du «bien commun».  «Fort heureusement, ce n’est qu’un congrès, d’autres congrès ordinaires se tiendront immanquablement. Des congrès extraordinaires pourraient, en cas de besoin, avoir lieu. J’imagine donc qu’à tout moment, de nouvelles occasions pourraient m’être offertes de contribuer significativement à la vie du parti», ajoute-t-il.

«Je me tiens d’ores et déjà à la disposition de la future direction du parti (...) en vue d’aborder dans l’unité et dans l’union les échéances futures», conclut-il. En aout, des partisans de Soro ont créé un nouveau mouvement, l’Amicale des Forces Nouvelles (Afn), réfutant toutefois créer un parti portant le nom de l’ex-rébellion en vue de la présidentielle.


Les proches de Gbagbo réfutent l’accusation de complot
Des «frondeurs» du Front Populaire Ivoirien (Fpi), le parti fondé par l’ancien président Laurent Gbagbo, ont vigoureusement réfuté hier les accusations de complot lancées par le gouvernement contre deux proches de l’ex-président, ironisant sur la «panique» du pouvoir.

Annonçant jeudi les résultats des enquêtes sur une série d’attaques contre des postes de police et de gendarmerie perpétrées ces derniers mois, le ministre ivoirien de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, a qualifié d’»instigateurs» d’un «projet de déstabilisation» Pickas Damana, vice-président du Fpi, parti de M. Gbagbo, et Stéphane Kipré, gendre de l’ancien chef de l’Etat. «Je réfute ces accusations», a déclaré le secrétaire général adjoint du Fpi, Boubakar Koné, lors d’une conférence de presse à Abidjan, qualifiant de «loufoque» la «prétendue enquête» du ministre de l’Intérieur. 

Le pouvoir du président Alassane Ouattara «panique» parce qu’il a «peur de perdre les prochaines élections» en 2020, a jugé M. Koné. «Le pouvoir est devenu fébrile», «il règne par la terreur», a-t-il dit, soulignant que deux anciens ministres du régime Gbagbo sont toujours en prison. Stéphane Kipré, fondateur du parti Union des nouvelles générations, et Pickas Damana, connu pour avoir déchiré devant les caméras les résultats de l’élection présidentielle de 2010 défavorables à son champion, sont tous deux en exil hors de Côte d’Ivoire. «Le Fpi a fait le choix du jeu démocratique. Si on l’y oblige, il pourrait changer de ligne et riposter aux violences» qui lui sont faites, a menacé Boubakar Koné, «on n’acceptera pas cela plus longtemps.    

AFP

Last modified on samedi, 09 septembre 2017 14:19
Rate this item
(0 votes)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.