banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Iran-Arabie saoudite ou la sourde rivalité

28 Déc 2017
1377 times

Poids lourds économiques et politiques du Moyen-Orient séparés par l’étroit Golfe Persique, l’Arabie saoudite et l’Iran ont toujours entretenu de vieilles relations de rivalité entre Perses et Arabes, devenues rivalité entre musulmans chiites et sunnites et qui se sont continuellement envenimées pour se transformer en une hostilité de plus en plus ouverte depuis la révolution islamiste iranienne de février 1979. La quête de zone d’influence politique et confessionnelle des deux théocraties depuis cette révolution n’a pas du tout arrangé les relations sous la férule des Américains qui n’entendent pas perdre pied dans cette région stratégique pour les hydrocarbures et la surveillance de la région du Golfe Persique.

Profonde frustation
La République islamique d’Iran instaurée, son guide, l’Ayatollah Khomeiny, est vite accusé par des pays sunnites du Golfe, sous la conduite de l’Arabie saoudite, de vouloir «exporter» sa révolution. La région du Moyen-Orient semble un terrain propice, car les masses populaires arabes, par cette rupture spectaculaire avec un régime pro-occidental, sous la bannière de l’Islam, pensent détenir un moyen politique de réhabiliter le monde arabe qui vit une profonde frustration depuis la création de l’Etat d’Israël sous le parrainage des Occidentaux et le départ en exil de milliers de Palestiniens. La première tentative de contrecarrer la contagion a été donnée par Saddam Hussein qui, pour protéger son régime contre un soulèvement de sa majorité chiite, sous l’impulsion de l’Iran, prend les devants et entre en guerre contre Téhéran. Une guerre de huit ans qui ralentit la marche, mais pas le progrès chiite. L’Iran parvenant, malgré le conflit, à apporter son soutien financier et armé à tous les groupes chiites de la région : du Hezbollah au Liban à ceux du Koweït en passant par Bahreïn, le Yémen.

Les pays arabes sunnites de la région renforcent leur bloc et soutiennent massivement Saddam Hussein dans la guerre contre l’Iran. Ryad et les régimes sunnites de la région vont soutenir financièrement le régime de Saddam Hussein. Et pour mieux renforcer l’unité sunnite face aux chiites, ils mettent sur pied, en 1981, le Conseil de Coopération du Golfe.

Cette facette de la profonde rivalité opposant l’Arabie saoudite à l’Iran va éclater au grand jour en juillet 1987, alors que l’attention de tous les musulmans du monde est braquée sur le pèlerinage annuel à la Mecque. Les pèlerins iraniens initient une marche pour dénoncer l’Occident de façon générale, particulièrement les Etats-Unis qualifiés de «Grand Satan». Les forces de l’ordre saoudiennes répriment lourdement la manifestation et tuent plus de quatre cents Iraniens.

En représailles, une foule déchainée pille les ambassades saoudienne et koweïtienne à Téhéran. Les deux voisins ennemis entrent en brouille pour longtemps. C’est en 1997, après l’élection du Président modéré Mohammad Khatami, puis sa visite, en 1999, en Arabie saoudite, que la situation entre les deux pays semble s’apaiser.

Encerclement
D’une part, l’accord obtenu par les Occidentaux sur la question du nucléaire iranien, la levée progressive des sanctions et la perspective d’un retour de Téhéran sur l’échiquier diplomatique sous-régional et international ne réjouissent pas Ryad qui devra composer, de nouveau, avec son éternel rival pour le contrôle du Proche-Orient. D'autre part, l’Iran, qui revient sur le plan diplomatique avec le sentiment d’un piège sunnite qui se referme sur lui avec l’organisation de l’Etat islamique à l’ouest et celle des Talibans à l’est, se montre intraitable et soutient à fond ses partisans chiites. Du côté de Riyad, l’on reste convaincu que Téhéran, qui a aidé ses alliés à dominer déjà au Liban, en Syrie, en Irak et sur la moitié du Yémen, est engagé dans une vaste entreprise d’affaiblissement des Sunnites et finalement d’encerclement du monde arabe.

L’arrivée de Donald Trump qui renoue avec l’appui inconditionnel des Etats-Unis à l’Arabie saoudite et ses alliés du Golfe n’est pas de nature à créer un climat d’entente et de retrouvailles entre les deux géants du Golfe Persique.

Alassane Diawara

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.