banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Processus de réconciliation au Mali : Le Président IBK annonce une loi d’entente nationale

02 Jan 2018
290 times

Le gouvernement malien va proposer une loi «d’entente nationale» exemptant de poursuites «tous ceux impliqués dans une rébellion armée», à condition qu’ils n’aient «pas de sang sur les mains», a annoncé le président Ibrahim Boubacar Keïta dans son message de fin d’année.

Pour «mettre fin à certaines supputations» sur un éventuel report des scrutins prévus en 2018, le chef de l’Etat a réitéré «l’assurance que toutes les élections - et plus particulièrement la présidentielle et les législatives – se tiendront dans le respect des délais constitutionnels», sans dire s’il serait candidat. «Je suis à la tâche, je travaille, et j’assume parfaitement la difficulté d’hériter d’un pays que certains avaient plongé dans le chaos et voulaient détruire», a-t-il simplement déclaré, qualifiant l’année à venir de «cruciale» pour le Mali. Son message, dans la nuit de dimanche à hier, est intervenu peu après la désignation d’un nouveau gouvernement et le retour, au Mali, de son prédécesseur, Amadou Toumani Touré (2002-2012), après cinq ans d’exil au Sénégal. Le président Keïta a dit s’inspirer de la «charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale» qui lui a été remise le 20 juin, deux ans jour pour jour, après la signature de l’accord de paix au Mali, par l’ex-rébellion à dominante touareg du nord du pays. Pour «conforter la réconciliation nationale», cette charte «propose des mesures spéciales de cessation de poursuite ou d’amnistie en faveur de certains acteurs de la rébellion armée de 2012», a-t-il indiqué. «Le projet de loi sur l’entente nationale» qui sera présenté «dans les semaines à venir» prévoira donc «l’exonération des poursuites de tous ceux qui sont impliqués dans une rébellion armée mais qui n’ont pas de sang sur les mains», a-t-il ajouté. Il comportera également «des mesures d’apaisement après l’accélération des procédures en cours et les réparations accordées aux victimes reconnues», ainsi qu’un «programme de réinsertion pour tous ceux qui déposeront les armes et s’engageront publiquement à renoncer à la violence», a affirmé le chef de l’Etat.

Mais, il «ne constitue ni une prime à l’impunité, ni un aveu de faiblesse, encore moins un déni du droit des victimes», a-t-il assuré, soulignant que d’autres pays confrontés aux mêmes phénomènes «ont pratiqué une démarche similaire», en référence notamment à la loi de «concorde civile» en Algérie voisine. «Il offre une possibilité de réinsertion à ceux qui se sont laissés entraîner dans la contestation armée, mais qui n’ont pas commis l’inacceptable et qui manifestent un repentir sincère», a-t-il expliqué.

Estimant qu’il n’existait pas de «solutions purement sécuritaires», M. Keïta a appelé les Maliens à faire preuve «d’objectivité pour comprendre comment certains antagonismes ont prospéré jusqu’à mettre à mal des cohabitations multiséculaires».

AFP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.