Print this page

Iran : Khamenei sort du silence et accuse les « ennemis » du pays

03 Jan 2018
587 times

Le guide suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, a brisé son silence, hier, et accusé les «ennemis» de l’Iran de porter atteinte au régime, au sixième jour d’un mouvement de contestation marqué par des violences meurtrières et des centaines d’arrestations. Le président américain Donald Trump s’est, pour sa part, réjoui que «les Iraniens agissent, enfin, contre le régime iranien brutal et corrompu», dans le dernier des nombreux tweets qu’il a déjà rédigés sur ces manifestations et qui lui ont valu les foudres des autorités iraniennes.

Au total, 21 personnes, dont neuf dans la nuit de lundi à hier, ont été tuées depuis le début des rassemblements, le 28 décembre, à Machhad (nord-est), contre les difficultés économiques et le pouvoir et qui se sont rapidement propagés à l’ensemble de l’Iran.

Les autorités ont déployé des forces de sécurité supplémentaires pour faire face à ce mouvement antigouvernemental qui ne paraît pas être particulièrement structuré, notamment à sa tête.Dans sa première déclaration depuis le début des «événements», l’Ayatollah Khamenei a assuré à la télévision d’Etat que «les ennemis (de l’Iran) s’étaient unis en utilisant leurs moyens, leur argent, leurs armes (...) et leurs services de sécurité pour créer des problèmes au régime islamique».

Ils n’attendent qu’»une occasion pour s’infiltrer et porter des coups au peuple iranien», a-t-il dit, sans élaborer sur ces «ennemis».

Pour Donald Trump, qui s’en prend régulièrement à l’Iran, bête noire de Washington, les Iraniens ont «faim de nourriture et de liberté», et leurs protestations montrent que «le temps du changement» est venu dans le pays.

«Au lieu de perdre son temps en envoyant des tweets inutiles et insultants, [M. Trump] ferait mieux de s’occuper des problèmes intérieurs de son pays», a réagi, hier, un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères cité par les médias.

Le principal groupe réformateur, présidé par l’ex-président Mohammad Khatami, a condamné les violences des derniers jours et la «profonde duperie» des Etats-Unis qui ont soutenu les manifestations, dans un communiqué publié par les médias.

(AFP)

Rate this item
(0 votes)