banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

La Rdc révise son code minier pour tirer profit du boom du cobalt

12 Jan 2018
741 times

La République démocratique du Congo, qui regorge de matières premières, s'apprête à réviser son code minier jugé trop favorable aux capitaux étrangers, pour que son économie profite aussi de l'envolée des cours du cobalt et du cuivre.

Le boom mondial des batteries de smartphones et de voitures électriques a provoqué une flambée des prix du cobalt à 75.000 dollars la tonne (+127% en un an). Et le pays est le premier producteur mondial.

La Rdc est aussi le premier producteur africain de cuivre, qui s'échange sur le marché des métaux à Londres à plus de 7.000 dollars la tonne pour la première fois depuis trois ans et demi. La production congolaise de cuivre a explosé de 27.000 tonnes en 2002 à plus de 1 million de tonnes en 2016, selon le préambule du nouveau code minier. Du Katanga (sud-est) aux régions du Kivu (est) en passant par le Kasaï (centre), le sous-sol offre aussi à l'économie mondiale de l'or, du diamant, du coltan... L'ex-Zaïre est souvent comparé à un "scandale" d'abondance géologique qui côtoie un autre scandale, la pauvreté d'une grande partie de ses 80 millions d'habitants.

Après bien des péripéties, le gouvernement congolais a présenté en décembre au Parlement une révision du code minier datant de 2002 pour "faire des mines un véritable moteur de développement du pays", a déclaré le ministre des Mines, Martin Kabwelulu, chargé du dossier depuis février 2007.

"L'ancien code de 2002 se voulait attractif pour les investisseurs parce que nous étions dans une situation de guerre", explique à l'Afp Henri Muhiya, du très influent épiscopat congolais. Une référence aux conflits qui ont ravagé la Rdc de 1997 à 2003, notamment les régions minières de l'est.

"Nous nous sommes rendus compte que les investisseurs sont effectivement venus, mais que les bénéfices n'ont pas été répartis de façon équilibrée entre eux et le pays. On va essayer d'équilibrer", ajoute le secrétaire de la commission "ressources naturelles" de la conférence épiscopale, qui a amendé le texte.

AFP

Rate this item
(0 votes)


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.