banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2232)

Sport

La République démocratique du Congo bat le Maroc et s’empare de la tête du groupe C de la Can 2017 basé à Oyem. Les Congolais se sont imposés sur la plus petite des marques face aux Lions de l’Atlas grâce à une réalisation de Junior Kabananga à la 55e minute. La RDC qui a fini la rencontre à 10 après l’expulsion de Lomalisa Mutambala, a contenu les assauts des Marocains, malgré les 6 minutes de temps additionnels.

Les résultats du jour :
Côte d’Ivoire 0-0 Togo
RD Congo 1-0 Maroc

@lesoleilonline

Last modified on lundi, 16 janvier 2017 21:10

Championne d’Afrique en titre, la Côte d'Ivoire a été tenue en échec ce lundi face au Togo (0-0) pour son entrée en lice dans la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations Gabon 2017. Dans cette rencontre, les Ivoiriens se sont montrés plus offensifs mais ont laissé des espaces en contre pour des Togolais. Ces derniers qui comptaient énormément sur leur attaquant vedette Emmanuel Adébayor, sans club, se contentent du partage de point dans ce premier match du groupe C.

@lesoleilonline

Last modified on lundi, 16 janvier 2017 18:28

« Le mérite de cette victoire revient aux joueurs. Ils ont été braves, des combattants face à une belle équipe de Tunisie. On a marqué 2 buts sur balle arrêtée et c’est important dans ce genre de compétition. On a réussi une bonne première mi-temps, même si après la pause c’était plus difficile. Je suis satisfait de cette victoire puisque c’est important de gagner d’entrée.

Mon objectif dans ce match, comme toujours, c’est de gagner ; pas de dominer. La Tunisie nous a dominés, mais nous avons gagné. C’est une équipe avec beaucoup de joueurs de qualité.

Par moments, nous avons très mal défendu. Il faut une bonne assise défensive pour aller loin dans ce genre de compétition. La finalité des remplacements, c’est de chercher comment faire pour gagner, pas pour faire plaisir ».
Recueillis par B. K. N.

Jusqu’à hier, le Sénégal n’avait mieux fait face à la Tunisie, en phase finale de Can, que match nul (3 fois). L’autre fois, c’était une défaite en quart de finale de l’édition … tunisienne en 2004, « dans le brouillard de Radès » (1 – 0). De quoi faire passer les Aigles de Carthage pour les bêtes noires des Lions. Mais comme tout a une fin, et puisque tout finit par arriver à qui sait se donner les moyens de ses ambitions, le Sénégal a réussi hier à prendre le dessus sur l’un de ses cauchemars en Afrique. Et de la plus belle des manières ! Même si dans le jeu, ce n’était pas rose. Heureusement que dans la cage sénégalaise, il y avait un Abdoulaye Diallo qui a sauvé trois face-à-face avec les Tunisiens. Sinon, comme l’a dit le coach sénégalais Aliou Cissé après le match, « la finalité c’est de gagner ». Et ses garçons l’ont fait. Là où des générations pas forcément moins talentueuses avaient échoué, eux ont réussi le coup parfait.

Le jeu intérieur

16 Jan 2017
25 times

La Can, une vraie chance pour les situations politiques intérieures ? Ils sont nombreux, ces pays participant à la Can avec des situations intérieures tendues marquées par des troubles socio-politiques. Alors la Coupe d’Afrique comme anesthésie pour baisser la tension intérieure ? Que ce soit le pays organisateur, le Gabon, ou le champion en titre, la Côte d’Ivoire, ou encore la République démocratique du Congo et même la Guinée-Bissau, ces nations espèrent que cette compétition pourra, le temps d’un mois, faire oublier ou taire les dissensions politiques et sociales. C’est là, une force du football, capable de créer des oppositions, qui rassemble tout un pays, un continent.

Le Gabon, organisateur de cette Can, est, sans doute, le pays qui s’attend le plus à des retombées…..politiques de la compétition. Se déroulant dans une période politique particulière, c’est-à-dire post-électorale, la Can a cristallisé toutes les attentions dans ce pays, du côté du pouvoir comme de l’opposition. Chacune des parties essayant de tirer profit d’une déconvenue de l’autre. Si pour la cérémonie d’ouverture, il n’y avait pas eu grand monde au Stade de l’Amitié de Libreville, laissant penser à une réussite du boycott lancé par l’opposition, la ferveur qu’il y a eu lors du but de Pierre-Emerick Aubameyang montre que le football pourrait reléguer au second plan la crise qui sévit dans ce pays. Dans la politique africaine, le football n’est jamais hors-jeu et vice versa. Mais, attention à un retour de bâtons. Cette Can n’est qu’une anesthésie qui panse la plaie mais ne la guérit pas totalement. En cas de victoire finale, il y a un gain politique à récupérer. Mais en cas de déconvenue, ce sera un mot de plus sur les maux des pays concernés.

Ainsi, c’est qu’après la compétition qu’on saura si la fracture politique et sociale est totalement refermée……

Par Oumar NDIAYE

Comme l’on lui demandait après la victoire sénégalaise si c’était rassurant pour une équipe de voir son gardien de but désigné « homme du match », Abdoulaye Diallo a répliqué qu’une équipe « doit pouvoir compter sur son portier comme sur tous ses autres joueurs ». Et hier, il a légitimement été désigné Homme du match, tant le gardien de but de Rizespor Kulubü (Turquie) a été déterminant. A 2 – 0 et par 3 fois, il a mis en échec les avants tunisiens alors qu’une réduction du score aurait totalement changé le cours du match. Selon son coach, il « n’a pas eu grand-chose à faire lors des éliminatoires. Mais face à la Tunisie, il a été à la hauteur. Contrairement aux quatre défenseurs qui ont commis beaucoup d’erreurs ».

Un bon gardien de but, c’est parfois aussi de la baraka. Et hier Abdoulaye Diallo en a eu plus qu’à son tour. Les rares fois où il a été pris à défaut, ses montants l’ont sauvé. En plus, les attaquants tunisiens ont fait d’une maladresse rare. Il était écrit que le Sénégal mettrait fin hier à sa série noire face aux Aigles de Carthage. Si Sadio Mané et Kara, les deux buteurs du jour y ont grandement contribué, Abdoulaye Diallo y a été pour beaucoup pour avoir gardé inviolées ses cages.

B. K. N.

Le « ballon d’or » africain 2016, l’Algérien Riyad Mahrez, avait face à lui, hier à Franceville, l’un des tout meilleurs africains évoluant sur le continent, le Zimbabwéen Khama Billat (Mamelodi Sundowns) qui a fini sur le podium continental. Cela ne pouvait donc que faire des étincelles. Si l’Algérien a été assez discret dans le jeu, il a été cependant déterminant au score pour avoir frappé d’entrée et clôturé la marque, sortant son équipe d’une bien mauvaise passe.

Confirmant du coup sa consécration de l’année dernière, même si actuellement avec son club de Leicester, ce n’est plus la grande forme. Quant au Zimbabwéen, il a été étincelant, donnant le tournis à ses vis-à-vis à chacun de ses départs balle au pied et mettant plus d’une fois au supplice Mbolhi, le portier algérien. Mais comme presque tous ses coéquipiers, il a perdu des ballons précieux. Notamment ce qui aurait pu être la balle de 3 – 1, s’il n’avait pas oublié de servir Mahachi, idéalement démarqué face aux buts adverses. Et c’est sur le contre que l’Algérie a égalisé grâce à … Mahrez.

B. K. N.

Last modified on lundi, 16 janvier 2017 11:45

Les « grands » à la peine

16 Jan 2017
21 times

Le Gabon, pays hôte de la 31ème édition de la Can qui se fait chahuter d’entrée par le « grand commençant », la Guinée Bissau qui disputait là son tout premier match en phase finale. Et dans la même poule A domiciliée à Libreville, le Cameroun qui s’en tire à plutôt bon compte contre un Burkina Faso qui a fini très fort la partie. Puis hier, à Franceville, l’Algérie favorite au sacre comme presque toujours qui ne sauve le point du nul qu’à 9 mn du terme d’une partie que le Zimbabwe, Petit Poucet du Groupe B, a jouée sans complexe aucun ! Décidément, cette Can marche d’entrée sur la tête. Tous les « grands » ont peiné pour s’en sortir avec … un nul. On avait dit avant le début de la compétition qu’elle serait ouverte comme elle ne l’avait plus été depuis plusieurs éditions. Les premiers matches ont confirmé cet a priori.

  Qu’en sera-t-il à compter d’aujourd’hui avec l’entrée en lice à Oyem du Groupe C ? On va bientôt le savoir. En tout cas, au vu de ce qui s’est jusqu’ici passé, la Côte d’Ivoire, championne d’Afrique en titre, a intérêt à surveiller ses arrières. Car, face à elle, se dressera le Togo d’Emmanuel Adebayor, qualifié in extremis à cette compétition et qui entend brouiller les cartes en attendant de jouer les premiers rôles, dans deux ans au Cameroun. C’est, en effet, l’échéance que s’est fixée son coach Claude Le Roy, pour « boucler la boucle africaine, là où l’aventure avait commencé », en 1986. Idem pour la Rd Congo, troisième il y a deux ans en Guinée équatoriale et qui devra se méfier des Lions de l’Atlas marocains emmenés par le nouveau « Sorcier blanc », Hervé Renard, qui concourt pour un inédit troisième titre continental avec 3 équipes différentes (après la Zambie en 2012 et la Côte d’ivoire en 2015).

B. K. N.

Last modified on lundi, 16 janvier 2017 11:45

C’est un président de la Fsf très content qui a salué la victoire des Lions, hier face aux Aigles de Carthage. « Nous avons battu la Tunisie à la Tunisienne », a-t-il déclaré en référence au réalisme dont ont fait preuve les joueurs d’Aliou Cissé. « D’habitude, les Tunisiens nous posent beaucoup de problèmes. Même quand on les dominait, ils arrivaient à s’en sortir ». Hier donc, la boule a tourné. Sans avoir été dominateurs, les Lions ont fini par avoir le dernier mot. En marquant 2 buts comme c’est devenu presqu’une habitude, et surtout en ne concédant pas de but. « Ce qui n’arrivait pas aussi souvent », selon le président Me Augustin Senghor.

  C’est la preuve, selon le président de la FSF, que cette équipe est en train de franchir un cap et a ainsi confirmé la tendance enclenchée depuis quelques deux ans. L’équipe a, par exemple, su « sauvegarder l’essentiel dans les moments difficiles de ce match ». Ce qui lui fait dire qu’elle est en net progression. Mais, « il faut oublier ce match et penser aux deux prochains », contre le Zimbabwe et face à l’Algérie qui se sont neutralisés (2-2) hier. L’objectif, plus que jamais, d’après Me Senghor, « c’est de disputer les quarts de finale. Ce que le Sénégal n’a plus fait depuis plus de 10 ans », en 2006 en Egypte. Cependant, la suite promet d’être aussi difficile que cette entrée en matière. « Les équipes qu’on considérait comme les cendrillons sont là et bien là. Il y a un nivellement de valeurs » tel que rien n’est acquis d’avance. Heureusement que, côté sénégalais, « il y a une génération de joueurs qui veut montrer ce qu’elle vaut ». Sur ce qu’ils ont montré hier, il y a de la place pour réussir quelque chose de bien, même si tout n’a pas été parfait.

B. K. N.

Last modified on lundi, 16 janvier 2017 11:44

Elle était attendue, la réaction du président de la République. Insensible à la belle victoire des Lions, hier, aux dépens des Aigles de Carthage, Macky Sall a commencé à jubiler à la pause.

« Je voudrais féliciter l’équipe nationale, les Lions de la Téranga, pour cette formidable première mi-temps qui a été palpitante avec quelques sueurs (froides) dans les cinq premières minutes, mais très vite, l’équipe s’est retrouvée grâce au premier but de Sadio Mané et celui de Kara Mbodj », a commenté le premier des Sénégalais à la mi-temps.

Autant dire que le président Macky Sall a vécu le match sous haute tension comme nombre de Sénégalais. Dans tous les cas, ce bon départ des Lions lui permet de croire qu’ils sont « bien partis » dans cette compétition.

Car « gagner ce match augure d’une belle participation et tout pourrait être permis. Nous espérons que les joueurs vont nous donner la joie attendue par les populations sénégalaises depuis toujours. Surtout bonne chance, nous sommes avec vous. Allez les Lions ! »

Last modified on lundi, 16 janvier 2017 11:43

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.