banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2810)

Sport

Paris - Comme tout le monde, Aliou Cissé a regretté la tournure prise par le match entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire arrêté à trois minutes de la fin du temps réglementaire après que des supporters ivoiriens sont entrés sur le terrain pour manifester leur joie. L’entraîneur de l’équipe nationale pense que le football africain n’a pas besoin de ce genre d’actes qu’on qualifierait de hooliganisme. Dans un autre registre, il s’est dit globalement satisfait de la prestation de ses poulains.

« Coach votre réaction vu la tournure du match ?
On a eu la possibilité de pouvoir jouer en Europe dans un très bon stade où il y avait du monde. C’était la fête du football africain entre deux grandes nations du football. Que le match ait fini de cette manière c’est quand même regrettable, mais ce n’est pas la première fois qu’on assiste à une telle situation. Je ne comprends pas les raisons. Peut-être que le stade Charlety est difficile à gérer sur le plan de la sécurité et même pour la sécurité des joueurs. C’est quand même regrettable, le football africain n’a pas besoin de ça. Franchement, si nous voulons qu’on nous respecte, c’est à nous aussi de donner le bon exemple.

Et comment jugez-vous le contenu du match ?
Le contenu n’a pas été mauvais. Je crois qu’on a pu avoir pas mal d’opportunités. On aurait d’ailleurs pu avoir un ou deux penalty. On a même marqué un but qui, à mon avis, est valable. Je crois que notre fil conducteur est bon. Nous sommes dans une bonne dynamique depuis la Can. Maintenant ce que je regrette, ce sont ces erreurs individuelles qu’il faut éviter. Sur les deux matchs, il y en a eues et je crois qu’à l’avenir, il faut éviter cela. La satisfaction vient surtout du collectif. Je suis satisfait de la prestation des jeunes, d’Adama Mbengue, de Moussa Wagué, etc. Je crois que c’est une génération qui devrait normalement venir taper à la porte de l’équipe nationale.

Comment appréhendez-vous la suite ?
Il n’y a pas à appréhender quelque chose, nous avons de plus en plus des certitudes dans notre jeu. Nous sommes en train de mettre en place un football intéressant et je pense qu’on peut davantage marquer des buts par rapport aux situations et par rapport aux opportunités qu’on se crée. Nous savons que nous allons vers une échéance décisive, à savoir la double confrontation contre le Burkina Faso, et je crois que c’est un rendez-vous pas seulement pour l’équipe du Sénégal. C’est le rendez-vous pour tout le Sénégal et nous sommes tous concentrés dans l’espoir d’aller à la Coupe du monde. Nous voulons tous y aller parce que nous savons qu’en y allant, le football sénégalais peut avoir beaucoup de retombées positives. Ne pas y aller serait véritablement une grosse déception ».

Réalisé par Diégane SARR (envoyé spécial)

C’est peut-être tôt de tirer la sonnette d’alarme, mais dans certains clubs, l’heure est déjà grave. C’est le cas chez les ambitieux Académiciens de Diambars, en panne d’inspiration à mi-parcours, mais aussi à Ouakam et à St-Louis où l’Uso et la Linguère sont en alerte. Et si la situation est critique dans ces trois clubs, ce n’est pas le cas à Guédiawaye où le club local (le Gfc) a retrouvé le podium,malgré le divorce d’avec son ancien coach, Youssouf Dabo qui peine à prouver son expertise sur le banc du Stade de Mbour. 

Diambars en panne !
Qui n’avance pas, recule ! C’est le cas de Diambars qui perd du terrain dans la course au titre. Deux défaites consécutives après le virage, c’est le bilan alarmant des Académiciens de Saly Portudal. Après avoir cédé face au Diaraf (1-2) à Demba Diop, Diambars n’a pu rebondir à domicile dans le derby local contre Mbour PC. Des Pélicans mbourois qui, en fait, confirment leur redressement en cours. En effet, contrairement à Diambars, les Pélicans de Mbour PC ont réussi le plein de points, réalisant une bonne ascension. Ils sont désormais au milieu de la classe à la portée de Diambars, en panne. En revanche, Teungueth Fc qui était dans la même situation de détresse s’est bien relancé. Auteur du plein de points lors des deux dernières journées, le club de Rufisque est sur la bonne voie de redressement après une longue chute libre. L’opération de secours est donc en bonne voie. C’est le contraire à Ouakam et Gorée où rien ne va plus.

Alerte rouge à Ouakam et St-Louis !
Malgré le changement opéré sur son banc, le déclic tarde encore à l’Us Ouakam. Joseph Senghor a de la peine à faire oublier l’enfant du club, Al Ousseynou Sène, qui s’est cassé les dents comme coach du club Lébou. Certes le nouvel entraîneur des Ouakamois est parvenu à arrêter la saignée, mais il n’arrive pas à extirper le club du bourbier. Les clignotants sont encore au rouge vif. Le Ndiambour a aussi retrouvé son climat de doute après une courte période d’espoir. Ses voisins du Nord renouent aussi avec le doute. Comme à l’aller, la Linguère a engagé la phase retour avec deux défaites consécutives. Pire, l’équipe saint-louisienne a concédé 6 buts en deux matches. Après l’humiliation subie à domicile (2-4) contre Teungueth Fc, elle n’a pu se redresser (0-2) à Deni Birame Ndao face à Génération Foot. Inquiétant ! A ce rythme, ce sont les jours du technicien portugais Victor Salado qui sont comptés.

Youssouf Dabo se fait oublier à Guédiawaye
Il passait pourtant pour l’auteur des bonnes performances de Guédiawaye Fc. Mais au constat, c’est apparemment le contraire qui est en train de se produire. Poussé à la sortie après la Can 2017 pour une « absence non autorisée » d’après les autorités du club, après avoir pourtant réussi d’excellents résultats (4 victoires consécutives entre la 7e et 10e journée), l’ancien technicien du Gfc, désormais sur le banc du Stade de Mbour, a de la peine a confirmer avec son nouveau club. Pendant ce temps, son ancien club, le Gfc carbure sans lui. En attendant de connaître le sort de son match en moins (contre le Casa Sports), le club de la banlieue dakaroise occupe la 3e place du podium. Désormais à la hauteur du Diaraf, le Gfc peut prétendre à la place de dauphin. Tout comme le Casa Sports qui s’est aussitôt relevé de son premier faux-pas à domicile, il y a une semaine (0-1) au profit de Génération Foot qui a réussi à prendre sa revanche. A l’aller, le Casa avait, en effet, dompté les Grenats à domicile (2-1) lors de la 1ère journée en début novembre.

Ansoumana SAMBOU

Surprise par la Guinée puis malmenée par le Mali, l’équipe nationale masculine de basket du Sénégal n’avait pu battre que le Cap-Vert à Bamako lors de la première manche du tournoi de la Zone 2 qualificatif à l’Afrobasket « Congo 2017 ». Si bien qu’au moment d’aborder la seconde manche, vendredi dernier sur leur parquet de Marius Ndiaye, les « Lions » étaient bons derniers. Trois jours plus tard, ils ont fini tout en haut du classement des deux manches jumelées, grâce à leurs trois victoires en autant de sorties à Dakar. C’était à croire que l’air du pays a fait beaucoup de bien aux garçons du coach Dame Diouf. Et d’après le Dtn du basket sénégalais, Maguette Diop, plusieurs facteurs sont à la base de cette métamorphose. « D’abord au plan mental, il a fallu réarmer les joueurs qui étaient revenus psychologiquement diminués de l’expédition malienne. Il a fallu les gonfler à bloc », a-t-il noté.

« Ensuite, au niveau de l’effectif, l’apport des « cadres » a été déterminant », a-t-il ajouté. Selon Maguette Diop, en effet, « l’arrivée de Xane d’Almeida à la mène a offert beaucoup de possibilités avec notamment Lamine Sambe qui a évolué en 2 pour être beaucoup plus offensif ». En plus, le capitaine Malèye Ndoye « a stabilisé le jeu ». Et chez les intérieurs, « Moïse Diamé a été d’un apport extraordinaire ». Outre ces apports individuels, le Dtn du basket sénégalais a trouvé que « collectivement l’équipe de Dakar avait une meilleure assise que celle de Bamako ; Xane, Malèye et Lamine ont compris la façon de jouer de l’équipe et ont tiré le groupe vers le haut ». Last but not least, Maguette Diop a relevé le « précieux apport du public de Marius Ndiaye qui y a cru et qui a collé à son équipe de bout en bout ». Au sortir de ce tournoi en deux phases qui a qualifié le Sénégal, premier et le Mali, deuxième, Maguette Diop a cependant tenu à préciser que si c’était plus ou moins la bouteille à l’encre, chaque équipe pouvant battre chaque équipe, c’est parce qu’aucune n’a peut-être déplacé son meilleur effectif. « On ne peut objectivement pas juger le niveau des équipes à l’aune des rencontres de Bamako et de Dakar », a-t-il soutenu avec comme illustration le changement en bien opéré dans l’équipe du Sénégal en une semaine.

Or, même si elle s’en approche, ce n’était pas tout à fait la meilleure équipe sénégalaise du moment. Le Cap-Vert aussi a joué à Dakar sans l’un de ses meilleurs éléments à Bamako. C’est pourquoi il s’est félicité des nouvelles dispositions de Fiba – Afrique selon lesquelles de 2017 à 2021, « les équipes nationales disputeront régulièrement des matches à domicile et à l’extérieur afin de se qualifier pour la coupe du monde de basket Fiba 2019 et la Fiba Afrobasket Cup 2021 », comme l’on peut le lire sur un document rendu public par l’instance dirigeante du basket mondial. « Cela devrait changer beaucoup de choses, puisqu’il y aura des fenêtres ouvertes à tous les joueurs, sauf ceux évoluant en Nba, qui pourront être libérés », selon Maguette Diop qui ajoute même que la Fiba est en train de voir comment faire libérer les pensionnaires du championnat nord-américain de basket.

Pour l’heure, le Sénégal savoure sa qualification avec dans sa mire l’Afrobasket du mois d’août à Brazzaville. « Notre objectif sera la victoire finale », a clairement asséné le Dtn Diop. D’autant que cela fait 20 ans le sacre des « Lions » à Marius Ndiaye, que le Sénégal n’a plus décroché le titre en garçons. Pour cela, la Fsbb et le ministère des Sports vont travailler ensemble pour « avoir une très bonne préparation et pour disposer de notre meilleure équipe possible ».

Maguette Diop est convaincu que si ces deux préalables sont réunis, le Sénégal pourra retrouver le toit de l’Afrique. 4ème en Tunisie, il y a deux ans derrière le Nigeria, l’Angola et la Tunisie, le Sénégal a fixé à son coach espagnol Porfirio De Diego cette troisième étape à franchir. Car avant, il y avait le tournoi de qualification olympique (Tqo) disputé à Manille (Philippines), puis ce tournoi de la Zone 2. Il reste maintenant le gros lot. « Le tournoi final ne sera pas facile, mais nous avons les moyens de le remporter », a clamé haut et fort Maguette Diop.

B. K. N.

Ahmad, le nouveau président de la Caf a pris fonctions samedi dernier au siège de l’institution au Caire en Egypte. Et les premiers mouvements sont à signaler. Hicham El Amrani, secrétaire général de l’organisation depuis 8 ans, a remis sa démission dimanche au nouvel homme fort de la Caf. « Ces huit dernières années ont été merveilleuses, gratifiantes et me laisseront des souvenirs impérissables. La Caf fera toujours partie de mon cœur, et le football africain me sera pour toujours très cher », lit-on dans la note envoyée à toutes les associations membres. El Amrani, 37 ans, poursuit : « Je remercie vivement le président sortant M. Hayatou et son Comité exécutif pour le soutien et la confiance dont j’ai pu bénéficier, et je remercie infiniment l’ensemble de l’administration de la Caf. Sans mes collègues, aucune réalisation n’aurait pu voir le jour. Je suis fier d’eux, ils sont et resteront ma deuxième famille. J’en profite aussi pour souhaiter au président de la Caf M. Ahmad ainsi qu’aux nouveaux membres du Comité exécutif tout le succès pour le futur, avec l’espoir que le football africain continuera d’atteindre de nouveaux sommets ». La démission du Marocain a été acceptée par Ahmad, lequel a déjà confié l’intérim du Secrétariat général à l’Egyptien Essam Ahmed, « et ce jusqu’à nouvel ordre », indique le site officiel de la Caf.

Le coup d’envoi de la nouvelle saison de handball a été donné ce week-end. Une entame de saison marquée par la défaite concédée d’entrée par le champion sortant chez les hommes, l’Asfa. Pour leur part, les dames sont encore attendues car une seule des quatre rencontres de la journée a été disputée.

C’est une journée amputée pour le moment de trois rencontres chez les dames qui a donné le ton de la nouvelle saison de handball. En effet, le championnat national élite de la petite sphère débutait ce week-end avec une seule rencontre disputée chez les dames. Un match qui a eu pour cadre le Cdeps de Mbour où El Hadj Badiane a accueilli et battu le Diamono de Guédiawaye par 20 à 13.

Une belle victoire de l’équipe locale qui lui permet de prendre la tête du classement en attendant les trois autres rencontres. Et l’on suivra avec intérêt celle qui mettra aux prises les deux derniers champions du Sénégal: le Saltigué et Diisoo, sacrés respectivement en 2015 et 2016. Les deux autres matchs opposeront l’UGB au Duc à Saint-Louis d’une part et de l’autre, la Renaissance de Tivaouane au promu Kaolack.

Contrairement aux dames, les hommes étaient bien au rendez-vous de la première journée. Une demi-surprise a été observée au stadium Lat Dior de Thiès où le champion en titre a été dominé par l’équipe locale. En effet, comme lors de la finale de la Coupe nationale qui a opposé les deux formations en août dernier, l’Us Rail a battu l’Asfa sur la marque de 26 à 25. Les Militaires voient donc leurs principaux concurrents prendre un premier avantage sur eux.

En particulier les «Bleu et blanc» de la Jeanne d’Arc qui sont allés battre le Stade de Mbour par 32 à 21. La «Vieille Dame» désormais entrainée par Pape Ibnou Mouhamed Sarr affiche d’entrée ses ambitions de titre, cette saison. Comme la JA, l’Olympique de Diourbel s’est également imposé en déplacement ; l’équipe du Baol est rentrée victorieuse de son voyage à Dakar où elle a battu l’Us Gorée par 40 à 33. Ce qui en fait la meilleure attaque de ce début de saison. Le quatrième match de la journée n’a pas connu de vainqueur ; le Diaraf, promu cette saison et le Duc n’ont pas faire mieux que match nul (32-32).

Ousseynou POUYE

La 6e journée hippique de la saison a vécu le weekend dernier à l’hippodrome Tanor Anta Mbakhar de Rufisque. C’est en prélude au Grand prix de l’Assemblée nationale qui aura lieu dimanche prochain sur le même site rufisquois. Les amateurs se sont régalés de 5 courses dont 3 qui ont été âprement disputées et ont abouti à de brillantes victoires. Il s’agit tout d’abord de « Faydou » de Papis Niang écurie Thiouth basée à Sangalkam drivé par Mohamed Gadiaga qui s’est imposé dans le groupe 1. « Very Good » d’Oumar Bao Jr monté par Fallou Diop a, lui, dominé les poulains de 3 ans devant « Darou Salam » (Pda) une propriété d’Issa Gueye, « Adja Cheikh » et « Ousmane Masseck Ndiaye » appartenant à Me Souleyemane Ndené Ndiaye, ancien Premier ministre. La course du groupe 2 a été remportée par « Trêve » qui appartient à Moustapha Bao sous le drivage de Pape Gningue. Le galop du groupe 3 a clôturé la manifestation, c’est « Malene » monté par Ndené Cobar et appartenant à Moustapha Bao qui a laminé ses rivaux sur une distance de 2200m.

Par ailleurs, le président du Cng, Cheikh Tidiane Niang, lance un appel pressant aux turfistes et à tous ceux qui gravitent autour du cheval pour venir accueillir après-demain jeudi le président de la République M. Macky Sall qui va visiter le haras national implanté à Kébémer.

Résultats techniques
Pda 1er Darou Salam, 2e Adja Cheikh, 3e Ousmane Masseck Ndiaye, 4e Adja Diop
Poulains de 3 ans : 1er Very Good, 2e Miroir, 3e La Medina, 4e Acte de Noblesse
Groupe 1 : 1er Faydou, 2e Darou Khoudoss, 3e La Grande Royale, 4e Diane
Groupe 2 : Trêve, 2e Doumayene, 3e Tom, 4e Adja Thiouth
Groupe 3 : 1er Malene, 2e Mamie Ngone, 3e Nasroulah

Le stade Charlety, niché dans le 13e arrondissement de Paris, accueille aujourd’hui, à 18h Gmt, le match amical entre les « Lions » de la Téranga et les « Éléphants » de la Côte d’Ivoire. Quoiqu’amicale, cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018 n’en présente pas moins un enjeu capital pour les deux équipes, qui ont besoin de se rassurer, en attendant les toutes prochaines échéances.

Paris - L’équipe du Sénégal affronte la Côte d’Ivoire, cet après-midi, à 18 heures au stade Charléty, dans le 13e arrondissement de Paris. Une rencontre amicale qui intervient quatre jours après celle qui opposait les « Lions » de la Téranga aux « Super Eagles » du Nigeria à Londres et qui a été sanctionnée par un nul 1 but partout. Ces deux matchs amicaux entrent dans le cadre de la préparation des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018 prévus respectivement au Cameroun et en Russie.

Après l’épisode gabonais qui s’est achevé en quarts de finale, sur un goût d’inachevé, à la suite de la défaite contre le Cameroun aux tirs aux buts, les « Lions » se savent très attendus par les supporters. Tenus en échec, jeudi, par les « Super Eagles », grands absents de la dernière Can, Sadio Mané et Cie auront à cœur de battre les « Éléphants » ce soir, afin de se rassurer en attendant le début des éliminatoires de la Can 2018, en juin à Dakar face à la Guinée équatoriale, et la suite des éliminatoires de la Coupe du monde notamment la double confrontation contre le Burkina Faso prévu en août prochain.

Privé de quelques joueurs de taille, jeudi, lors du match contre le Nigeria, pour cause de problème de visas d’entrée en Angleterre, le sélectionneur national du Sénégal, Aliou Cissé, peut, cette fois, compter avec la quasi-totalité de la troupe. Absents de la partie anglaise, Kara Modji, Babacar Khouma, Khadim Ndiaye et Baldé Diao Keita ont notamment rejoint la Tanière, au grand bonheur du coach qui aura, cette fois, l’embarras du choix dans la composition de son équipe. Toutefois, Cissé devra, en même temps, composer avec l’absence de Kalidou Koulibaly, le défenseur du Napoli, reparti dans son club italien aussitôt après le match amical contre le Nigeria. Les attaquants Mame Biram Diouf et Moussa Sow, l’auteur du but contre le Nigeria, vont aussi manquer la rencontre contre la Côte d’Ivoire pour cause de blessure. Vu l’enjeu de cette confrontation quoique amicale, il faudra s’attendre à une opposition forte entre Ivoiriens et Sénégalais. Éliminée dès le premier tour de la Can Gabon 2017, la Côte d’Ivoire, championne d’Afrique en 2015, veut vite retrouver son statut de grand d’Afrique. Telle est, d’ailleurs, la mission assignée au nouvel entraîneur belge, Marc Wilmots, qui prendra les rênes de l’équipe dès après ce match. Il sera, bien sûr, ce soir à Charléty, pour suivre ses joueurs qui seront coachés par l’intérimaire Ibrahim Kamara. Wilmots pourra après, prendre officiellement le relais du Français Michel Dussuyer limogé après l’élimination précoce du champion d’Afrique en titre à la Can Gabon 2017.

Après leur victoire vendredi (2 – 0) aux dépens de la Russie, Serey Dié et ses coéquipiers veulent enchaîner face aux rivaux sénégalais. Une deuxième victoire d’affilée leur ferait le plus grand bien après une Can catastrophique au Gabon dans la perspective des éliminatoires du Mondial 2018 et de la Can 2019 ; d’où l’importance de cette confrontation. L’équipe du Sénégal et celle de Côte d’Ivoire sont de vieilles connaissances pour s’être affrontées à plusieurs reprises. Un duel sous-régional qui promet d’être palpitant !

Cheikhou Kouyaté, capitaine des Lions : « C’est bien de jouer contre d’anciens champions d’Afrique »
« Nous sommes prêts pour affronter la Côte d’Ivoire et cela fait quelques jours que l’on travaille dans le cadre de la préparation de ce match. C’est bien d’affronter la Côte d’ivoire car cela nous permet de nous jauger. Cette équipe a été championne d’Afrique il y a deux ans et le Nigeria l’a été en 2013. Nous aussi nous voulons être champions, donc il faut les jouer. En plus, cela faisait longtemps que l’on ne les avait plus croisés. C’est un match amical, mais on veut gagner car même à l’entraînement, on joue pour gagner. Le groupe est moralement bien. Avant même de venir en regroupement, j’ai appelé presque tout le monde. Nous nous sommes parlés pour nous remobiliser. La Can est terminée et il y a de nouveaux objectifs qu’il faut atteindre. La Coupe du monde en est un et on veut y aller pour faire plaisir au peuple sénégalais. Tous les matchs qui vont arriver seront des finales. On fera tout pour les gagner. On a appris que l’arbitre contre l’Afrique du Sud a été suspendu. L’Afrique du Sud ne doit donc pas prendre les trois points. Ce match doit être rejoué au pire des cas. Mais on n’attend pas grand-chose.»

Diégane SARR (envoyé spécial)

Paris - En marge de la dernière séance d’entraînement des «Lions» hier, Aliou Cissé est revenu sur la préparation du match amical qui met aux prises, aujourd’hui, à 18h, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. S’il peut compter sur les arrivées de Diao Baldé Keita, Kara Mbodj, Khadim Ndiaye, Babacar Khouma, tous absents contre le Nigeria, le sélectionneur national devra, en revanche, composer avec les absences de Mame Birame Diouf, Pape Alioune Ndiaye, Ismaïla Sarr, Moussa Sow et Kalidou Koulibaly. Pour autant, il croit que le groupe est assez conséquent pour pouvoir s’en sortir face aux «Eléphants» de la Côte d’Ivoire.

Coach, pouvez-vous nous faire le point sur la préparation du match amical contre la Côte d’Ivoire ?
Ça se passe plutôt bien. Je crois qu’on a pu avoir un groupe assez conséquent mais au-delà, nous avons pu avoir trois séances d’entraînement depuis que nous sommes arrivés et ça nous a permis de mieux préparer cette rencontre face à la Côte d’Ivoire.

Cela veut dire que vous avez une idée du dispositif que vous comptez mettre en place ce soir.
On avait retenu un groupe de 26 joueurs pour les deux matches (contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire), mais il y a eu des blessés qui ne seront pas là. Pour Mame Birame Diouf, c’est un problème administratif, il n’a pas eu apparemment sa « green card » pour pouvoir voyager et entrer dans l’espace Schengen. Moussa Sow a été blessé lors du match contre le Nigeria ; de même que le jeune Ismaïla Sarr et Pape Alioune Ndiaye.

Mais le groupe est assez bon et je pense que nous avons ce qu’il nous faut pour bien aborder ce match contre la Côte d’Ivoire.
On a aussi appris que le défenseur central Kalidou Koulibaly est reparti dans son club de Naples aussitôt après le match contre le Nigeria…
Oui c’était prévu avant, il n’y a aucun problème. J’ai discuté avec son entraîneur et son directeur sportif. En réalité, on s’est mis d’accord entre le club et la sélection pour qu’il ne joue que le match contre le Nigeria et qu’aussitôt après, il retournerait à Naples. L’objectif aujourd’hui, c’est de trouver un consensus avec les clubs pour que les joueurs puissent évoluer dans de bonnes conditions et qu’ils ne rentrent pas en conflit avec leur employeur ; l’essentiel étant de faciliter leur retour dans la sélection. Je crois que la décision la plus intelligente était aussi de laisser partir les garçons et de faire jouer d’autres.

Jeudi, vous avez fait match nul contre le Nigeria, quelle note attribuez-vous à cette rencontre ?
C’est toujours intéressant, le Nigeria est un grand d’Afrique. C’est comme le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et d’autres pays. Ce genre de rencontre est très intéressant pour la préparation de l’équipe en vue des éliminatoires de la Coupe du monde et de la Can. Elle m’a permis de lancer des jeunes. Elle m’a permis de continuer à animer et à améliorer notre identité de jeu, notre projet de jeu et c’est important. Lors des matchs officiels, c’est toujours difficile de faire des essais, d’où l’intérêt de ces matchs amicaux qui permettent de faire bouger quelques postes et de voir d’autres garçons à l’œuvre. Et l’objectif de ces deux matchs contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire cet après-midi, c’est surtout cela.

C’est quoi la consigne contre la Côte d’Ivoire ?
Jouer, jouer, se concentrer surtout sur le jeu, au-delà du résultat. La consigne, c’est de continuer à améliorer notre identité de jeu, notre style de jeu, essayer d’être encore meilleurs sur les 50 dernières mètres adverses, être meilleurs sur les attaques placées mais surtout améliorer ce que nous savons faire, à savoir les attaques et contre-attaques. Contre la Côte d’Ivoire, on a la possibilité de revoir tout cela ; ce sera une répétition générale. Depuis la Can, on n’avait pas pas eu l’occasion de se retrouver et c’était important de se retrouver à travers ces deux matchs amicaux contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire.

Les absences de Moussa Sow, Mame Birame Diouf, Ismaiïla Sarr tous des attaquants, ne vont-elles pas impacter négativement la prestation de l’équipe ?
Pas du tout ! Aujourd’hui, on a Sadio Mané, Babacar Khouma, Diao Baldé Keita, Opa Nguet, Famara Diedhiou, etc. On a quand même assez d’attaquants pour pallier les absences des joueurs que vous avez cités.

Certains de vos joueurs n’ont pas pu avoir des visas d’entrée en Angleterre pour jouer contre le Nigeria. Comment avez-vous pu gérer cette situation ?
Ça, c’est surtout un problème administratif. Vous savez, l’Angleterre n’est pas dans l’espace Schengen. Du coup, il faut un visa, il faut remplir une demande qui peut prendre une quinzaine voire une vingtaine de jours. Même le Nigeria qui est un pays anglophone n’a pu disposer que 18 joueurs sur une liste de 24 sélectionnés et nous nous faisions déjà plus de 20 joueurs. En fait, le plus important, c’est que malgré tout cela, on a pu jouer ce match. C’est vrai que j’aurais aimé avoir le groupe au complet, cela n’a pas été le cas mais pour autant, cela ne nous a pas trop handicapés. On a pu travailler dans de bonnes conditions ; on a pu mettre en place notre dispositif et cela s’est reflété sur le terrain.

L’élimination du Sénégal en quarts de finale à la Can avait quand même un peu affecté le moral de l’équipe. Vos joueurs se sont-ils définitivement remis de cette déception gabonaise ?
La Can est finie maintenant et le plus important aujourd’hui, ce sont les perspectives avec les éliminatoires du Mondial qui vont débuter au mois de juin et la suite des éliminatoires de la Can prévue au mois d’août. La Can est finie. Les garçons l’ont évacuée, ce sont des footballeurs professionnels et ils ont à cœur de continuer à travailler et je crois que c’est la seule chose qui compte.

Recueillis par Diégane SARR (Envoyé spécial)

Génération foot confirme, de plus en plus, ses ambitions pour le titre dès sa première expérience dans l’élite. C’est, en tout cas, le constat qui se dégage à mi-parcours de la saison. Renversant tout sur leur passage, les Grenats de Deni Birame Ndao sont non seulement devenus indomptables à domicile, mais sont en train de tuer tout suspense dans la course à la succession de l’Us Gorée au titre de champion. Le Diaraf, deuxième, est désormais largué à 6 longueurs. En fait, les poursuivants de Génération foot ont connu un weekend noir. Outre le Diaraf victime de la révolte de Teungueth Fc, Diambars a aussi laissé, à domicile, le dernier mot à Mbour PC dans le derby de la Petite Côte. Niary Tally n’a pu profiter de ces faux-pas pour se replacer dans la course. La faute à Guédiawaye Fc, l’une des grandes bénéficiaires de la journée, avec le Casa Sports qui est parti enfoncer le Ndiambour chez lui, à Louga. Au fond de la classe, pas grand-chose à noter. Les deux relégables, Us Ouakam et Us Gorée, n’ont pu mieux faire que le partage des points à l’issue d’un match qu’il fallait remporter absolument.

Les résultats : Teungueth Fc – Diaraf : 1-0; Diambars Fc – Mbour PC : 0-1 ; Génération Foot – Linguère : 2-0, NGB Niary Tally : 0- 1 ; Us Ouakam- Us Gorée : 0-0; Ndiambour – Casa Sports : 2-3 ; Stade de Mbour – Douanes : 0-0

En match comptant pour la 15e journée Ligue 1 disputé samedi au stade Fodé Wade, Mbour Petite Côte a surpris (1-0) Diambars. Mi-temps (0-1). Arbitres : Malang Diédhiou (Cra Dakar), assisté de Djibril Camara et d’El Hadji Malick Samba (duo Cra Rufisque). But : Ibou Sène Diouf (23e) pour Mbour PC. Avertissements : Moussa Wade (80e) pour Diambars ; Serigne Mbaye Mbengue (54e), Samba Samaké (62e) et Baye Assane Cisse (85e) pour Mbour PC.

Les équipes : Diambars : Ousmane Mané, Bilaly Diallo (Cheikh S Faye, 75e), Souleymane Diallo, Ariel Mendy, Elimane Omar Cissé (cap), Abdoulaye Fall, Pape Omar Guèye, Nestor Mendy (Ousseynou Niang, 46e), Ousseynou Ndiaye, Birahim Gaye (Moussa Wade, 78e), Amadou Macky Diop. Entraineur : Papa Boubacar Gadiaga.

Mbour PC : Baye Assane Cissé, Pape Alioune Diallo, Moussa Guèye, Pape Oumar Diallo, Samba Samaké, Ibou Sène Diouf, Marc Diédhiou, Christian Dione (Serigne Mbaye Mbengue, 36e), Moustapha Kassé, Abdou Diallo (Mouhamed Sène, 78e), Benoit Toupane (cap, Muhammed Conteh, 84e). Entraîneur : Badara Sarr.

Plus rien ne va pour Diambars qui a enchainé samedi une troisième défaite. Lors du quatrième derby de la Petite Côte, les « Académiciens » ont, une nouvelle fois, courbé l’échine face à une équipe de Mbour PC en pleine confiance après ses succès face à Gorée et à l’Uso. Le sort du match a été scellé à la 23e minute de la rencontre. Sur une passe en profondeur de Benoit Toupane, Ibou Sène Diouf réussit à prendre de vitesse la défense de Diambars et à tromper Ousmane Mané. La réaction ne s’est pas fait attendre. Abdoulaye Fall (32e), Birahim Gaye (50e), Ousseynou Niang (53e) auraient pu permettre à Diambars de recoller au score, mais le réalisme n’était pas au rendez-vous. Encore moins du côté de Benoit Toupane et d’Abdou Diallo qui ont manqué l’immanquable. À l’arrivée, c’est Mbour PC qui remporte le derby et réalise une excellente opération. Une belle confirmation, puisque Mpc n’a jamais perdu au stade Fodé Wade.

S.O.F

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.