banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2967)

Sport

Le titre de champion du Sénégal, est-il un cadeau empoisonné ? C’est devenu une terrible réalité depuis quelques saisons. Après l’As Pikine et l’As Douanes, l’Us Gorée est sur le point d’être victime de cette malédiction. Seule équipe à n’avoir remporté qu’une seule victoire depuis le début de la saison, le champion sortant porte logiquement le bonnet d’âne de la Ligue 1. Avec seulement 14 points en 18 matches, les Insulaires souffrent pour conserver leur titre, arraché aux traditionnels favoris la saison dernière, dès son retour dans l’élite après quelques saisons au purgatoire. En fait, l’équipe du président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, peut s’en prendre à son attaque. Auteur seulement de 9 buts inscrits, son secteur offensif est de loin le moins performant de la Ligue 1, alors que sa défense est parmi les cinq meilleures du championnat avec 16 buts concédés. Dernière attaque du championnat, l’Us Gorée est la seule à n’avoir pas franchi le seuil de 10 buts. Triste record d’inefficacité que le coach de l’équipe, Bassouaré Diaby, refuse d’associer à une malédiction. Responsabilisé sur le banc en remplacement d’Aly Male, l’ancien directeur technique du club tarde à trouver la solution miracle. La seule et unique victoire porte la signature d’Aly Male. Et c’était lors de la toute première journée (1-0) au stade Caroline Faye de Mbour, face au Stade de Mbour. Depuis lors, les défaites et les matches se suivent. Au total, le champion sortant a concédé 6 défaites et 11 matches nuls.

Et pour le reste de la saison, tout point perdu sera de trop à l’arrivée. Bassouaré Diaby et son équipe ont un calendrier difficile. Et cela commence dès ce week-end, face à une équipe de Teungueth Fc qui se bat aussi pour sauver sa place dans l’élite. La journée d’après, les Insulaires feront un déplacement périlleux à Ziguinchor, même si le Casa Sports ne colle plus la frousse à ses adversaires, à domicile. L’ambitieuse équipe de Génération Foot, la Linguère de Saint-Louis, le Ndiambour, le Diaraf, Niary Tally et le Stade de Mbour sont, dans l’ordre, les adversaires suivants des Goréens. Des gros calibres, notamment Génération Foot, Niary Tally et le Diaraf, trois sérieux prétendants à la succession des Insulaires.
Autant donc déduire que le champion en titre est en sursis. Dans tous les cas, c’est l’état d’urgence dans l’Ile historique.

Bassouaré Diaby, coach : « L’heure est grave, mais pour le maintien tout est encore possible »
A Gorée, l’heure est grave. Lanterne rouge avec seulement une seule victoire depuis le début de la saison, les signaux sont au rouge vif chez le … champion en titre. La défaite est désormais interdite lors des 8 derniers matches au programme. Bassouaré Diaby, le coach de l’équipe des Insulaires, en est bien conscient. Il ne veut pas se voiler la face devant la réalité et entend accentuer le travail pour espérer sauver ce qui peut encore l’être. A défaut d’une succession au trône, qui paraît impossible, il espère se maintenir, même si le déclic tarde toujours.

Coach, votre club est en sursis. Peut-on alors dire que l’heure est grave ?
Oui, on peut le dire, d’autant plus qu’en 18 matches, on en a gagné qu’un seul. On peut donc dire que l’heure est vraiment grave. Il ne faut pas se voiler la face. Mais, il reste encore 8 matches pour se maintenir. Conserver le titre, on n’en parle plus, mais pour le maintien tout est encore possible. Il faut se battre et on est en train de se remobiliser pour sauver l’année.

Quelles sont les causes de ce manque d’efficacité de votre équipe, qui n’a pourtant pas connu une grosse saignée ?
Les problèmes sont de plusieurs origines. Il y a d’abord le fait que, quand tu es champion en titre, tu penses que tu es le meilleur. Ensuite quand le manque de réussite perdure comme ça, il installe un manque de confiance chez les joueurs. Maintenant, il faut avoir beaucoup de force sur le plan mental pour sortir de là. Parce que nous avons un groupe capable de nous sortir au moins de cette zone où il est hors de question de rester plus longtemps. Plus ça dure, plus ça crée le doute dans l’équipe.

Est-ce le syndrome du champion sortant, comme ce fut le cas ces dernières années notamment de Pikine et de l’As Douanes, qui explique cette situation ?
Ce n’est pas la même situation parce que les autres équipes, en général, ont perdu l’essentiel de leurs joueurs. Ce n’est pas le cas chez nous, parce que nous avons conservé tous nos joueurs. Nous avons même renforcé notre équipe, donc il n’est pas normal que nous soyons dans cette situation. Il n’y a rien qui l’explique.

Quel discours tenez-vous aux joueurs dans cette situation d’impasse ?
Ce n’est pas seulement l’entrainement ni sur les plans tactique ou physique qu’il faut mettre l’accent. C’est surtout le discours qu’on tient aux joueurs pour essayer de leur remonter le moral, pour leur dire que tout reste encore possible. Il y a encore 8 journées au programme, donc 24 points à prendre. Il ne faut pas perdre confiance car tant qu’il y a encore la confiance, il est encore possible qu’on revienne. Et ce discours doit transparaître dans les actes du staff technique et de l’encadrement administratif. Il faut surtout leur faire comprendre que tout est encore possible. Ne surtout pas croire qu’il y a un mauvais sort qui est jeté à l’équipe. Il faut leur tenir un discours qui les motive.

Malgré le changement opéré sur le banc avec votre titularisation en remplacement d’Aly Male, le déclic tarde encore ? Quelle explication donnez-vous cette impasse ?
La particularité de l’Us Gorée, c’est que moi je ne suis pas nouveau dans le staff. J’étais déjà directeur technique. Or, en général, le déclic se déclenche quand il y a changement radical. C’est qu’Aly Male n’est plus là, mais quand il était là, j’étais toujours sur le terrain en train de travailler avec lui. Ce qui a changé réellement, c’est que je suis maintenant sur le banc. Le reste n’a pas changé. C’est vrai que le déclic n’a pas eu lieu, mais tout compte fait, depuis le début de la seconde phase, on essaye d’arrêter la saignée.

C’est vrai que depuis quelques temps vous ne perdez plus mais vous ne gagnez pas non plus. Peut-on dire que le déclic approche ?
Oui, mais il faut qu’il arrive le plus tôt possible. Il faut qu’on gagne, au moins, un match pour nous mettre en confiance.

Avez-vous élevé le rythme du travail aux entrainements pour espérer atteindre cet objectif ?
Bien sûr car on ne peut sortir de cette situation d’impasse qu’en augmentant le rythme de travail et en améliorant la qualité. Donc on le fait depuis quelque temps. On insiste beaucoup sur la quantité et la qualité du travail. Quand on voit Gorée jouer depuis quelques temps, on s’en rend compte. Par exemple, notre dernier match contre le Gfc, la semaine passée, c’était vraiment un match difficile parce que le Gfc tenait à remporter les 3 points à domicile. Nous avons livré un match costaud. Alors, si on est parvenu à gagner un point, il y a espoir pour la suite.

Donc, l’espoir demeure encore ?
Oui, l’espoir est encore de mise d’autant plus qu’il reste encore 8 journées à jouer. Mais il faut que le déclic arrive le plus tôt possible.

Jean Rémi Bocandé, milieu de terrain : « Essayer de sauver ce qui peut encore l’être »
Son père, Alain Bocandé, a particulièrement défendu les couleurs de la Jeanne d’Arc, entre autres clubs, dans sa jeunesse. Lui, il a certes choisi les mêmes couleurs (bleu-blanc), mais celles de l’Us Gorée. Jean Rémy Bocandé est une pièce maîtresse dans l’ossature du champion sortant.

Et contrairement à son coach Bassouaré Diaby, il refuse de dramatiser la situation du club. Malgré le déclic qui tarde à se produire, Jean Rémi Bocandé tempère en soutenant que c’est « le manque de chance, mais on est en train d’y travailler.

On avait des problèmes pour marquer des buts, maintenant on arrive à en marquer, donc c’est bon signe ».
Reconnaissant que pour gagner il faut marquer des buts, le milieu de terrain des Insulaires se veut rassurant, même si son équipe souffre au niveau du secteur offensif. « C’est vrai que la victoire tarde à venir sur le terrain, mais on espère que cela viendra bientôt. Nous essayons de nous motiver entre nous pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, c’est-à-dire le maintien ». Pour la suite de la compétition, il ne se fait pas aussi de souci, même si leur calendrier semble difficile. « Nous sommes conscients de la suite de notre calendrier, mais nous, nous aimons les grands matches ».

Dossier réalisé par Ansoumana SAMBOU

Les bons comptes font les beaux ennemis: le clasico du Championnat d’Espagne demain (18h45) peut permettre à Cristiano Ronaldo d’approcher les 400 buts avec le Real Madrid et à Lionel Messi d’atteindre les 500 pour Barcelone. De quoi pimenter leur duel au sommet. Après huit saisons d’une rivalité débutée avec l’arrivée de Ronaldo à Madrid en 2009, les deux Ballons d’Or sont devenus des légendes vivantes dans leurs clubs respectifs. Avec 395 buts en matches officiels, Ronaldo est le meilleur buteur de l’histoire du Real, et Messi celui du Barça avec 498 unités. Et tous deux peuvent espérer arrondir leur impressionnant total demain soir au stade Santiago-Bernabeu dans un clasico décisif pour le titre en Liga.

A l’évidence, le plus proche d’y parvenir est Messi, et cela tombe bien parce que l’international argentin a une revanche à prendre. Même hors-jeu, son rival portugais l’a devancé mardi pour devenir le premier joueur à dépasser la barre mythique des 100 buts en Ligue des champions: 101 au total contre 94 pour Messi. Atteindre le demi-millier de buts en blaugrana serait une sacrée performance de la part du petit attaquant, douze ans seulement après son premier, contre Albacete (2-0) au Camp Nou le 1er mai 2005.

Formé en Catalogne, Messi disputera demain son 577e match officiel avec Barcelone. Et à bientôt 30 ans (il les aura en juin), «La Puce» devrait continuer à empiler les buts pour le club catalan, qui négocie une prolongation de l’actuel contrat du joueur s’achevant en 2018. But après but, la frêle stature de l’Argentin commence à prendre une envergure titanesque à Barcelone: le quintuple Ballon d’Or a inscrit deux fois plus de buts que son premier poursuivant au classement des buteurs du club, l’Espagnol Cesar Rodriguez (230 buts). Malgré les contretemps sportifs et extra-sportifs, comme sa condamnation en juin dernier pour fraude fiscale en Espagne, Messi, avec 45 buts en 45 matches, vit une nouvelle saison faste sur le plan statistique. Le «Roi Leo» reste par ailleurs le meilleur marqueur de l’histoire de la Liga avec 341 buts inscrits.

Mais en Ligue des champions, en revanche, c’est Ronaldo qui domine du haut de sa centaine de buts. Depuis son premier but merengue, un penalty contre La Corogne le 29 août 2009, le Portugais de 32 ans a réussi à effacer des tablettes une autre légende du club, l’avant-centre Raul Gonzalez (323 buts).

Certes, son second semestre 2016 a été aussi compliqué que celui de Messi, avec également des accusations de fraude fiscale, et un ratio de buts inhabituellement bas: 31 réalisations en 38 matches officiels cette saison. Mais il a prolongé jusqu’en 2021 en novembre, puis obtenu en décembre son quatrième Ballon d’Or. Et ses cinq buts ces derniers jours contre le Bayern Munich en quarts de C1 (2-1, 4-2 a.p.) ont rappelé combien le natif de Madère aimait les grands rendez-vous. Prochain défi pour Ronaldo? Tenter d’arracher des pieds de Messi le record de buts inscrits dans les clasicos. L’Argentin en est à 21, Ronaldo à 16. Et sur ce terrain-là aussi, ces deux là ont un compte à régler.

Programme de la 33e journée (heures GMT) : Hier Séville FC – Grenade 2 - 0
Aujourd’hui11h00 Malaga – Valence ; 14h15 Villarreal – Leganes ; 16h30 Osasuna Pampelune - Sporting Gijon ; 18h45 Espanyol Barcelone - Atletico Madrid
Demain : 10h00 Real Sociedad - Deportivo La Corogne ; 14h15 Celta Vigo - Betis Séville ; 16h30 Las Palmas – Alaves ; 18h45 Real Madrid - FC Barcelone
Lundi : 18h45 Eibar - Athletic Bilbao

France : Programme de la 34e journée (heures GMT) : Hier Nancy – Marseille (0 - 0) Aujourd’hui 15h00 Paris SG – Montpellier ; 18h00 Bordeaux – Bastia ; Caen – Nantes ; Dijon – Angers ; Lille – Guingamp ; Lorient – Metz Demain 13h00 Toulouse – Nice ; 15h00 Saint-Etienne – Rennes ; 19h15 Lyon - Monaco

Allemagne : Programme (heures GMT) : Hier Cologne – Hoffenheim 1 - 1 Aujourd’hui 13h30 Bayern Munich – Mayence ; Berlin – Wolfsburg ; Hambourg – Darmstadt ; Ingolstadt – Brême ; Francfort – Augsbourg ; 16h30 Mönchengladbach – Dortmund Demain 13h30 Fribourg – Leverkusen; 15h30 Schalke 04 - Leipzig

Italie : Programme de la 33ème journée (en heures GMT) : Aujourd’hui 16h00 Atalanta Bergame – Bologne ; 18h45 Fiorentina - Inter Milan Demain 10h30 Sassuolo – Naples ; 13h00 Chievo Vérone – Torino ; Lazio Rome – Palerme ; AC Milan – Empoli ; Sampdoria Gênes – Crotone ; Udinese – Cagliari ; 18h45 Juventus Turin – Genoa Lundi : 16h45 Pescara - AS Rome

Angleterre : Programme de la 34ème journée (heures GMT) : Aujourd’hui 14h00 Bournemouth – Middlesbrough ; Hull - Watford ; Swansea - Stoke ; West Ham – Everton Demain 13h15 Burnley - Manchester United; 15h30 Liverpool - Crystal Palace Mardi 18h45 Chelsea – Southampton Reportés en raison des demi-finales de la Coupe d’Angleterre : Arsenal – Sunderland ; Leicester - Tottenham ; Manchester City - West Bromwich

Certes les Iles Bahamas ont une réputation d’un lieu de tourisme, mais les «Lions» du Beach Soccer n’y vont pas en touristes. C’est, en tout cas, la ferme conviction du ministre des Sports. « Quelle que soit la beauté des Bahamas, nous y allons pour des résultats sportifs », a souligné Matar Bâ hier, lors de la traditionnelle cérémonie de remise du drapeau national, aux «Lions» du Beach soccer, dans les locaux de son département à la Zone B. « Nous avons l’insigne honneur de vous remettre le drapeau national au nom du président de la République, Macky Sall, en signe d’encouragement dans le cadre de votre participation à cette coupe du monde du football de plage. En le faisant, nous avons le sentiment et l’intime conviction que vous le tiendrez droit et haut pour honorer encore une fois votre pays dans ce concert mondial des Nations aux Bahamas ». Rassuré par l’expérience des «Lions» dans ce genre de compétitions, le ministre ne se fait pas de soucis. « Ce n’est pas la première fois que vous prenez part à une coupe du monde de Beach Soccer. Vous en êtes exactement, à votre 6e participation, avec comme point d’orgue, une place honorable de quart de finaliste en 2011, en Italie », a rappelé le ministre des Sports. D’après lui, « cette participation à une compétition aussi sélective ne relève point du hasard. En effet, à quatre reprises, vous avez été couronnés champions d’Afrique. Et votre consécration qui date de cette année résonne encore comme l’aboutissement d’un travail accompli, régulier, acharné et enthousiaste au service de la promotion du football de plage dans notre pays », a poursuivi M. Bâ. En fait, il a tenu à saluer les efforts consentis par la fédération pour en arriver à ces résultats. En effet, d’après Matar Bâ, « ce sursaut d’effort dont vous avez fait montre, ne serait certainement pas aussi productif s’il n’était pas soutenu et accompagné efficacement par la fédération de football. Je vous exhorte à vous inspirer de nos traditions de courage, d’engagement et de dépassement pour défendre nos couleurs nationales. Les résultats que vous avez déjà eus en Afrique et dans le monde sont la preuve tangible que vous êtes capables du meilleur aux Iles Bahamas. De toutes les façons, la détermination que je lis sur vos visages et les échos que j’ai reçus de vos stages m’autorisent à nourrir les plus grands espoirs. Je vous souhaite un bon parcours en Coupe du monde pour que les lettres de notre cher pays, le Sénégal soient écrits en lettres d’or dans l’histoire du football de plage », a conclu le ministre des Sports.

Ngalla Sylla (sélectionneur national) : « Jouer nos chances jusqu’au bout »
« La préparation s’est faite sans problème. L’Équateur est une équipe inconnue pour nous, les Iles Bahamas c’est le pays hôte, donc il faut avoir un bon mental pour les affronter. Quant à la Suisse, c’est l’un des prétendants. On l’avait déjà signalé. Donc on est dans une poule très ouverte. Maintenant nous essaierons de jouer nos chances jusqu’au bout. L’Afrique aura ses chances ».

Ibrahima Ndiaye « Chita » (manager général) : « Terminer parmi les 4 premiers »
« Nous avons eu l’une des meilleures préparations possibles. On a eu un championnat régulier, une bonne préparation. On n’a plus rien à prouver en Afrique pour avoir remporté quatre Coupes d’Afrique en six participations. Maintenant, le défi, c’est au niveau mondial. Et ce que j’ai vu me rassure dans ma conviction de réaliser quelque chose aux Bahamas. Les joueurs et l’encadrement technique sont décidés à aller jusqu’au bout. Ça va se jouer au mental. Heureusement, les joueurs sont préparés sur ce plan. Cette équipe est plus forte que celle de 2015. Terminer parmi les 4 premières équipes, c’est notre ambition. Ce ne sera pas facile, mais nous allons nous battre pour y arriver. Ce que nous devons faire, nous l’avons fait, l’État aussi a fait ce qu’il devait faire ».
 
Ibrahima Baldé (attaquant) : « Les demi-finales restent notre premier objectif »
Il est le seul expatrié du groupe. Le sociétaire de l’Olympique de Beja en Tunisie promet d’apporter son expérience. « Nous sommes prêts pour relever le défi de la participation », rassure l’attaquant des «Lions». Ibrahima Baldé se veut optimiste. « Nous avons fait une bonne préparation, il ne reste maintenant qu’à aller défendre les couleurs de notre pays sur le terrain et nous sommes prêts à tout donner. Nous sommes motivés. Le discours du ministre est une motivation supplémentaire pour nous. Les demi-finales restent notre premier objectif et, pourquoi pas, remporter la Coupe. Nous avons le potentiel pour y arriver. Personnellement, je ne suis pas novice dans la compétition. J’ai eu à prendre part à plusieurs coupes du monde et coupe d’Afrique, donc je vais essayer d’apporter mon expérience ».

Par Ansoumana SAMBOU

La 19e journée sera particulièrement dominée par le choc des Académiciens. En déplacement à Deni Biram Ndao, Diambars qui retrouve confiance après une période de doute, va défier le leader, Génération foot, en quête de rachat après sa défaite la semaine dernière (0-1) face à l’Uso. Ailleurs, c’est le duel à distance entre Niary Tally et Gfc pour la 2e place qui retient l’attention du public. Niary Tally, actuel dauphin de Génération Foot, reçoit Mbour PC cet après-midi, alors que le Gfc accueille demain le Casa Sports.

Programme : Aujourd’hui : A Deni Biram Ndao, 16h 30 : Génération foot (1er, 37 pts) – Diambars (6e, 26 pts); A Demba Diop, 16h30 : NGB Niary Tally (2e, 30 pts) – Mbour PC (9e, 22 pts); 18h30 : As Douanes (8e, 22 pts) – Linguère (12e, 18 pts)
Demain : A Caroline Faye, 19h30 : Stade de Mbour (7e, 22 pts) – Diaraf (4e, 28 pts); A Amadou Barry, 17h : Guédiawaye Fc (3e, 30 pts) – Casa Sports (5e, 26 pts); A Alboury Ndiaye, 17h : Ndiambour (13e, 16 pts) – Us Ouakam (11e, 19 pts) ; A Demba Diop, 17h 30 : Us Gorée (14e, 14 pts) – Teungueth

Contrairement à L1 où Génération Foot a pris une sérieuse option pour le titre, en Ligue 2 le suspense reste entier. Dakar Sacré-Cœur, actuel leader, Sonacos et Pikine, ses deux poursuivants, se battent à distance ce weekend, au sommet du classement. Et si les deux premiers seront hors de leurs bases, les Pikinois auront « l’avantage » de recevoir à domicile Bargueth de Kébémer, l’avant –dernier de la classe.

Programme : Aujourd’hui : A Alassane Djigo, 16h : Port (4e, 30 pts) – Duc (6e, 29 pts); 18h : Renaissance Dk (11e, 17 pts) – Cayor Foot (14e, 12 pts);
A Mawade Wade, 17 h : Ndar Guedj (10e, 21 pts) – Dakar Sc (1er, 31 pts)
Demain : A Ngor, 16h30 : Ol Ngor (9e, 21 pts) – Sonacos (2e, 31 pts), ; A Mboro, 17 h : Etics (12e, 16 pts) – Yeggo (8e, 24 pts) ;
A Caroline Faye, 15h30 : Africa Promo Foot (5e, 30 pts) – Diamono Fk (7e, 25 pts); A Alassane Djigo, 17 h 30 : As Pikine (3e, 31 pts) – Bargueth Kébémer (13e, 12 pts)

Lyon a hérité d’un adversaire à sa portée en demi-finale d’Europa League avec l’Ajax Amsterdam, évitant ainsi l’épouvantail Manchester United qui sera opposé au modeste Celta Vigo, selon le tirage effectué hier au siège de l’Uefa à Nyon (Suisse). Lyon aura l’avantage de jouer au retour au Parc OL le 11 mai (aller aux Pays-Bas le 4 mai). La grande inconnue pour ManU réside dans la gravité de la blessure de sa star Zlatan Ibrahimovic, touché jeudi soir en quart de finale retour. United jouera lui aussi au retour chez lui à Old Trafford. L’OL s’est qualifié pour les demi-finales de la C3 au bout d’un quart de finale retour haletant jeudi à Istanbul face à Besiktas (7 t.a.b à 6; 2-1 pour les Turcs a.p.; score identique pour les Lyonnais à l’aller). Ce match retour s’est disputé sans incident, contrairement au match aller chaotique.

AFP

Monaco a hérité de la Juventus en demi-finale de la Ligue des champions, équipe italienne qui l’avait éliminé en quart de finale en 2015, tandis que l’autre affiche opposera le Real Madrid, tenant du titre, à son voisin de l’Atlético Madrid, selon le tirage au sort effectué hier au siège de l’Uefa à Nyon (Suisse). Monaco aura le désavantage de se déplacer au retour à Turin.

Le Real a battu deux fois l’Atlético en finale de la Ligue des champions, en 2014 et 2016. Affronter la «Vieille Dame», sera donc l’occasion pour l’AS Monaco de prendre une revanche sur la saison 2014/15: l’équipe de la Principauté n’avait été éliminée que de justesse en quart de finale face aux Piémontais (1-0 à l’aller; 0-0 au retour). La Juventus s‘était ensuite inclinée en finale face au Barça. Concernant l’autre affiche, Zinédine Zidane, qui a gagné la Ligue des champions (la 11e du club) pour sa première saison sur le banc du Real la saison passée, rêve lui d’égaler une marque historique. Seul Arrigo Sacchi a remporté sur le banc deux Ligues des champions successives avec le même club, l’Ac Milan en 1989 et 1990. «Zizou» doit d’abord éliminer les «Colchoneros» en demi-finale pour rêver de cet exploit en finale à Cardiff le 3 juin.

AFP

Les amateurs de la région de Dakar viendront s’ajouter à ceux de Thiès pour assister demain à l’hippodrome Ndiaw Macodou Diop de Thiès à la 10ème journée hippique de la saison. Les poulains de 2 ans qui seront au nombre de 16 partants seront les premiers à s’aligner dans les box à partir de 16h30 précises. 39 chevaux sont inscrits au programme. Selon nos sources les propriétaires préparent le Grand prix de la Première dame qui aura lieu à Louga, la capitale du Ndiambour le 30 avril prochain.

Les partants :
16 Poulains de 2 ans (1200) m : Baye Bass, Byzance, Ousmane Masseck Ndiaye, Adji Diop, Amine, Capitaine Barro, Doumayene, Ndeye Fall, Tempête, Darou Sam, Mame Dieumbe, Adja Bineta, Tima Sene, Adja Cheikh, Borom Bakhdad, Mountakha
10 Poulains de 3 ans (1650) m : WillyJr, Président Cheikh , Very Good, Mirwax, Acte de Noblesse, Oprah Winfrey, Aminta Marie, Tasul Yakar, Bismilah Jamm, Darou Khoudoss
4 chevaux du Groupe 1 (2200) m : Darou Khoudoss, Khadija, Dar es Salam, Maha
5 chevaux du Groupe 2 (2200) m : Le Maire, Doumayene, Mandel, Altay, Rassoul
4 chevaux du Groupe 3 (2200) m : Malene, Def Yalla, Arif, Mbar Ngone

El H Yamar DIOP

L’équipe nationale féminine de basket prépare l’Afro-basket 2017 prévu en septembre au Mali. Dans le cadre de la première phase de cette préparation, 16 joueuses ont été présélectionnées pour prendre part au Tournoi international de Chine qui aura lieu du 1er au 8 mai 2017. Sur la route de Pékin, les protégées de l’entraineur Moustapha Gaye feront un stage à Dakar à partir du 23 avril jusqu’au 28 du même mois. Sur les 16 basketteuses convoquées, 13 jouent dans le championnat national ; tandis que 3 seulement évoluent à l’étranger. Ces dernières sont Aminata Faye, Sokhna Lycka Sy qui jouent, toutes deux, en France et Oumy Khaïry Thiam qui est dans le championnat espagnol. Certains noms de la liste sont bien connus de l’équipe nationale. Il s’agit de la meneuse Mame Diodio Diouf, des arrières Ndeye Sène et Oumy Khaïry Thiam et du pivot Ramata Dao. Des absences de marque sont notées par rapport à l’équipe qui a remporté le dernier Afro-basket féminin disputé au Cameroun.

D. SARR

La Fiba – Afrique s’est trouvé un point de chute pour l’Afrobasket masculin dont l’organisation avait été confiée au Congo Brazzaville. Mais, la semaine dernière, ce pays s’est désisté pour des « problèmes de logistique ». Depuis, la Tunisie s’était portée volontaire pour accueillir l’épreuve au pied levé puisque la compétition reste fixée du 19 au 30 août prochain. Cependant, réuni avant-hier et hier à Bamako au Mali, le comité exécutif de Fiba – Afrique a décidé de porter son choix sur l’Angola pour abriter l’épreuve. Et ce sera la 4ème fois après les éditions de 1989, 1999 et 2007.

Rappelons que les équipes qualifiées à ce tournoi sont le Nigéria, champion en titre, l'Angola, l’hôte, le Maroc, la Tunisie, le Mali, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la RD Congo, l'Égypte, l'Ouganda, le Mozambique et l'Afrique du Sud, qui ont tous validé leurs tickets suite aux éliminatoires de l’AfroBasket et la Guinée et le Rwanda qui ont reçu chacun une wild card.

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.