banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (5284)

Sport

Pour avoir accompagné Malang Diédhiou et ses deux assistants bien avant le début du Mondial Russie 2018, Badara Mamaya a eu l’honneur de les accueillir, chez lui, juste après leur retour au Sénégal.

L’arbitre international Malang Diédhiou et ses deux assistants, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba, ainsi que leur préparateur physique Mademba Mbacké ont eu droit à un accueil chaleureux chez Badara Mayama Sène, à Rufisque.

Malgré l’heure tardive et la fatigue certaine qui se lisait sur leur visage, le trio arbitral sénégalais au Mondial 2018 a piqué droit au domicile de leur mentor, juste après leur descente d’avion, en provenance de Moscou. Accueillis au rythme des chants du « 12ème Gaïndé » et « Allez Casa », Malang et ses camarades ont rendu un vibrant hommage au patron des arbitres sénégalais. « Par ma voix, au nom du trio et de notre coach Mademba Mbacké, nous vous exprimons toute la reconnaissance et notre gratitude pour tous les efforts que vous avez consentis pour l’arbitrage sénégalais », a dit Malang Diédhiou.

Pour lui, le défi à relever était de taille. Car, c’était la première fois que le Sénégal alignait un trio arbitral au Mondial de football. « Nous savions que c’était la première fois que le Sénégal alignait un trio en Coupe du monde. C’est vrai que nous y avons travaillé, mais c’est aussi le fruit d’un travail de longues années entretenu par le président Badara Mamaya Sène qui a une vision sur la manière de manager les arbitres », a expliqué M. Diédhiou, rappelant que la mission était certes difficile, mais ils s’en sont sortis comblés. « Ce n’était pas évident de faire la mission, mais pour nous, chaque match était une finale ; c’est pourquoi nous sommes rentrés satisfaits de nous-mêmes », a soutenu le porte-parole des arbitres.

Pour sa part, Badara Mamaya Sène a indiqué que le trio mérite les hommages de tout le peuple sénégalais. A l’image des Lions de foot ou du basketball.

« Ces Lions de l’arbitrage méritent d’être honorés à la hauteur de leur performance comme  il est de coutume avec les sportifs au retour d’une campagne internationale couronnée de succès », a dit le patron des arbitres sénégalais. Pour lui, Malang Diédhiou et ses assistants méritent d’être reçus au Palais présidentiel. Toutefois, les hommages au trio arbitral sénégalais ne font que démarrer, puisqu’ils seront honorés, ce jeudi, par leurs pairs au Cercle messe des officiers.

Maguette NDONG

Les étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar sont rentrés satisfaits de leurs prestations réalisées lors de la 9e édition des Jeux universitaires africains qui s’étaient déroulés à Mekelle en Ethiopie, du 1er au 7 juillet derniers.

Autour du cou, pendaient 10 médailles dont 4 en or, 3 en argent et 3 en bronze. Issus de la Faculté des Lettres et Sciences humaines et de l’Inseps de Dakar, les athlètes universitaires de l'Ucad ont permis à leur établissement de se classer 1ère université francophone, 5e pays au nombre des participants (anglophones et francophones confondus) et 8e sur un total de 47 Universités (francophones et anglophones confondus).

Organisés par la Fédération africaine de sports universitaires (Fasu), ces 9e jeux ont connu un franc succès. La délégation sénégalaise était accompagnée par la Direction de la Vie universitaire et des Services à la communauté.

Cheikh Fantamady KEITA

Le palmarès de l'Ucad
Championne d’Afrique aux 400m ; championne d’Afrique aux 100m haies ; championne d’Afrique au relais 4X100m dames ; championne d’Afrique aux relais 4X400m hommes ; vice-championne d’Afrique aux 200m dames ; vice-championne d’Afrique au lancer du poids ; vice-championne d’Afrique aux 4X400m dames ; 3e aux 100m dames ; 3e au lancer du disque hommes.

En perdant le contrôle de la partie, pour une bonne dizaine de minutes, à cause d’échauffourées avec le public, l’arbitre Serigne Tine de Thiès a été la clé de voûte de ce match. Une dizaine de minutes perdues, des joueuses qui étaient en train de produire un bon basket, ont été stoppées net, par les agissements de cet arbitre. A 55 partout, et avec cette coupure, les Saint-Louisiennes reviendront, avec panache, pour porter l’estocade à cette équipe de l’Asc Ville de Dakar.

Et pourtant, tout au long de la partie, Moustapha Gaye, entraîneur de Ville de Dakar, avait bien lu le match, en mettant son pivot, Aïcha Sidibé, qui donna du fil à retordre à des nordistes pas très élancées. Mais, au finish, Kouna Ndao et ses partenaires auront le dernier mot, en mettant beaucoup plus d’impact physique dans ce match, qui devait départager les deux équipes qui se sont affrontées pour la belle, après une victoire pour chacune.

Dans le déroulé, le premier quart temps fut gagné par les Dakaroises (15-19). Mais, les nordistes profitèrent du second quart temps pour renverser la tendance (36-29). Appliquées et généreuses dans l’effort, les filles du coach Jupiter Niang de Slbc prenaient petit à petit le tempo du match. Même si, en début de seconde mi-temps, il y eut beaucoup de maladresses des Saint-Louisiennes.

Le troisième quart temps se soldait par une égalité (44 partout). Et, à 4 minutes de la fin du match, au moment où le score affichait 55 points pour chaque équipe, Serigne Tine entra en scène.

Après cette victoire, Slbc retrouvera pour la finale du championnat le Duc.

Amadou Maguette NDAW

La Fédération sénégalaise d’athlétisme (Fsa) était en conférence de presse, ce mercredi, à son siège situé au stade Iba Mar Diop, pour faire le bilan de son nouveau bureau installé depuis le 04 janvier 2018. Le président Sara Oualy et son équipe organisent d’ailleurs, ce vendredi, jusqu’au dimanche, les championnats nationaux.

Dès sa prise de fonction, la Fsa a rénové son siège. Il a appuyé les 14 ligues d’athlétisme pour leur fonctionnement et pour l’organisation des compétitions.

La prise en charge totale des championnats U18 a été assurée et cette année, la région de Louga a eu l’honneur de les abriter.

C’est sur cette lancée que la fédération va organiser, ce week-end, les championnats nationaux d’athlétisme (vendredi, samedi et dimanche), à Dakar. Au total, 200 athlètes dont 7 expatriés sont attendus. En fait, n’ayant pas pu organiser le grand meeting de Dakar, les membres de la Fsa se consolent avec ces championnats nationaux au sortir desquels les athlètes médaillés vont représenter le Sénégal aux championnats d’Afrique séniors, du 1er au 5 août prochain, à Asaba au Nigéria. Sara Oualy et son équipe ont à cœur de raviver l’athlétisme sénégalais. Ils ont pour ambition de former de futurs champions olympiques et pour cela, ils sont prêts pour la reconstruction.

Par ailleurs, la Fsa s’est réjouie des adhésions de nouveaux clubs et du foisonnement des courses sur route. Ayant récemment participé aux compétitions de la zone 2 à Accra (Ghana), les athlètes sénégalais sont revenus avec des distinctions. C’est le cas de François Mendy qui a réalisé la meilleure performance de la compétition au 110m haie. Cette compétition était aussi une occasion pour Maty Assane Diop et Fatou Sembène Diop de s’illustrer au 100m et à la longueur.

Projets en cours
Dans son plan d’actions, la Fsa compte reprendre la formation continue des officiels et des entraîneurs qui, depuis un certain temps, n’était pas faite. Sans oublier, bien sûr, le marathon de Dakar qui sera organisé en partenariat avec le groupe Eiffage. Au-delà de ce marathon, il y a un co-projet pour l’organisation d’un grand relais, de Banjul à Dakar, sous la présidence des chefs d’Etats des deux pays.

Tricia MANGA (stagiaire)

Cinquante ans au service des personnes ayant une déficience intellectuelle, cela se fête. Special Olympics Sénégal, en communion avec tous les autres programmes Special Olympics à travers le monde, a décidé de célébrer en grandes pompes cet événement. Et, ce sera demain et après-demain (20-21 juillet 2018) avec deux grandes activités au programme durant ces deux jours.

D’abord, avec un grand concert, demain, à partir de 18h, au Monument de la Renaissance africaine où se produiront les groupes musicales comme Bidew bu Bess, Yoro Ndiaye, Jaaw Ketchup, Abba No Stress, Abiba, Siir, Dudu.

Le grand Didi (Diaw Diop) avec son « luthioum luthioum » clôturera la soirée. A cette occasion, le Monument de la Renaissance sera illuminé en rouge comme 50 autres bâtiments à travers le monde, dont l’Empire Stadium à New-York et le Nelson Mandela Square à Johannesburg. Ensuite, la finale du championnat national de football unifié-édition du Cinquantenaire et qui opposera, samedi 21 juillet, au Stade Alassane Djigo de Pikine, à partir de 15h, les équipes de Yeumbeul et de Mbour qui se sont défaits respectivement des équipes de Thiès et de Mbollo, lors des demi-finales. Huit équipes : de Dakar, Mbour, Kaolack et Thiès étaient engagées dans ce championnat. Une compétition qui en est à sa cinquième édition et qui a pour objectifs de démontrer les aptitudes physiques et sportives des personnes ayant une déficience intellectuelle et de contribuer à l’émergence d’une société inclusive, tenant compte des spécificités de chacune de ses composantes. A noter que les trois premières éditions de ce championnat ont été remportées par une des sélections du sous-programme de Mbour en 2013, 2014 et 2016. L’édition 2017 a été remportée par l’équipe de Thiès.

C. F. KEITA

Après Rabat 2010 et Gaborone 2014, Alger accueille la troisième édition des Jeux africains de la jeunesse (Jaj), du 18 au 28 juillet 2018. Des Jaj réservés aux athlètes des moins de 18 ans et qualificatifs pour les Jeux olympiques de la jeunesse de Buenos Aires (6-18 octobre 2018).

Trois mille jeunes, garçons et filles âgé(e)s de 14 à 18 ans, issu(e)s de 54 pays, sont à Alger, la capitale de l’Algérie, pour prendre part aux troisièmes Jeux africains de la jeunesse (Jaj), du 18 au 28 juillet 2018. Après la cérémonie d’ouverture, ce mercredi, les Algérois pourront assister à une trentaine d'épreuves, dont le kung-fu wushu et les sports de boules, deux disciplines ne figurant pas au programme des Jeux olympiques.

Le football et le handball, deux sports populaires en Algérie, devraient être particulièrement prisés du public.

A noter que le début du tournoi de foot a été repoussé suite au retard d’une délégation. Ces Jaj 2018 seront, par ailleurs, qualificatifs pour les Jeux olympiques de la jeunesse, prévus du 6 au 18 octobre 2018 à Buenos Aires (Argentine).

L’Afrique accueillera, d'ailleurs, les Jeux olympiques de la jeunesse 2022. Quatre villes se sont déclarées candidates : Abuja, Dakar, Gaborone et Tunis.

La commission exécutive du Comité international olympique a entériné mercredi à Lausanne le calendrier des sessions des jeux Olympiques de Tokyo-2020, sans préciser encore le programme précis des épreuves, a annoncé le comité d'organisation japonais.

Le programme des JO de Tokyo comprend 339 épreuves dans 33 sports et s'étalera du 24 juillet au 9 août 2020.

Des matchs des tours préliminaires des compétitions de football et softball auront lieu dès le 22 juillet.

Des épreuves dans 21 sports sont programmés dès la première journée des Jeux, notamment la course masculine de cyclisme sur route, qui partira de Tokyo pour arriver au pied du Mont Fuji, a précisé le comité d'organisation.

Cinq nouveaux sports s'ajouteront aux 28 sports traditionnellement au programme à l'occasion de ces Jeux, dont le skateboard et le surf dont les épreuves débuteront dès le premier week-end.

Un "super samedi" est programmé le 1er août avec de nombreuses médailles prévues ce jour-là, notamment dans des épreuves nouvelles comme le judo en équipe mixte, le triathlon en équipe mixte, et la fosse olympique en équipe mixte. Le programme détaillé des épreuves sera adopté au printemps prochain. Les JO de Tokyo-2020 seront répartis sur 42 sites, dont 24 existants, 10 temporaires et 8 nouveaux sites permanents. Ce nombre inclut trois sites dans les préfectures de Fukushima, Ibaraki et Miyagi, toutes touchées par le séisme et le tsunami de 2011.

AFP

La Russie, un pays fermé ? Il faut y aller pour se rendre compte du contraire. Nombre de personnes auraient vu ce pays sous un autre angle d’après les infos distillées çà et là, qui en faisaient un territoire difficile à vivre, un peuple inhospitalier qui n’acceptait pas les étrangers. Cette 21e Coupe du monde de football a été une belle occasion pour les dirigeants de ce pays de soutenir le contraire, de faire savoir que tout ce qui se dit sur la Russie n’était que de la propagande pour nuire à l’image de ce vaste pays établi sur deux continents (Asie et Europe). Mais partout, que ce soit à Ekaterinbourg, Samara, Sotchi Kazan, Saint-Pétersbourg, Saranzk, Kaliningrad, Volgograd ou Rostov-sur-le-Don, les images étaient les mêmes.

Un peuple ouvert, accueillant, disponible et qui vous agressait même à la limite en vous demandant des autographes, des photos, des selfies et autres. Une petite anecdote pour vérifier tout cela.

Un jour, au détour d’une promenade dans les rues de Kaluga, ville qui servait de camp de base des « Lions », une jeune fille d’une douzaine d’années m’apostropha pour me demander un autographe. N’ayant pas de cahier avec elle et moi non plus n’ayant pas de feuille sur moi, elle me demanda de la suivre dans la boutique d’à côté où elle demanda un stylo au boutiquier. Après quoi, elle me tendit la paume de sa main afin que j’y signe. Ceci étant fait, elle sortit de la boutique avec des « Spassiba » (qui veut dire merci en langue russe) en courant et sautillant, toute contente d’avoir décroché la signature d’un étranger qu’elle n’avait jamais vu auparavant. Votre serviteur et ses compagnons n’en revenaient pas.

Une scène pareille, on en a vécu à la pelle dans toutes les villes de la Russie. Pour dire tout simplement que ce peuple avait hâte de rencontrer une autre civilisation, un autre mode de vie, d’autres personnes. Et les étrangers qui y ont vécu ce Mondial 2018, le leur ont bien rendu la monnaie et étaient même étonnés de voir un autre visage d’un pays qui était « mal vu » de l’extérieur. Et le président de la Fifa, Gianni Infantino, qui avait déjà déclaré sa flamme à la Russie, était donc tombé amoureux de ce pays. « Nous sommes tous tombés amoureux de la Russie. Nous nous trouvons ici depuis un certain temps maintenant et nous avons découvert un pays que nous ne connaissions pas », avait-il déclaré, lors d'une réunion, au Kremlin avec le président russe Vladimir Poutine et plusieurs anciennes gloires du football. Parce que tout simplement, l’étranger qui vient en Russie et qui y rencontre les gens dans les rues, se rend compte de la beauté de Moscou, la capitale. Et se rend aussi compte que toutes les peurs que certains tentaient d'attiser avec cette Coupe du monde, non seulement ne se sont pas réalisées, mais qu’ils ont vu le côté opposé. C’est cette nouvelle image que le visiteur a de la Russie, un pays ouvert et respectueux dans lequel règnent la loi et l’ordre. En tout cas, la Russie a réussi « son » Mondial car cette compétition s’est tenue après des années de vives tensions diplomatiques entre ce pays et les Occidentaux ; des Ong avaient même appelé au boycott des matches en dénonçant « la situation des droits de l’Homme et la nouvelle vague d’oppression. Mais de tout cela, rien.

Car, énormément de stéréotypes sur ce pays ont volé en éclats grâce à cette Coupe du monde qui a vu des centaines de milliers de supporters rester après l’élimination de leurs équipes.

Et l’étranger qui repart sera marqué par la courtoisie et la politesse d’un peuple qui ne demandait qu’à être visité pour démontrer que tout ce qui se racontait sur lui n’était que propagande. Et le président Vladimir Poutine est allé plus loin en demandant simplement aux détenteurs de badges Fan ID (les supporters et autres visiteurs) de prolonger leur séjour jusqu’en fin décembre 2018.

Une volonté manifeste de démontrer que la Russie est un pays ouvert, amical, hospitalier et accueillant. Sans hypocrisie aucune !

Cheikh Fantamady Keïta

La fédération nigériane de basketball a présenté, avant-hier, une présélection de 28 joueuses en vue de la Coupe du monde féminine Fiba 2018 à Tenerife (22-30 septembre).

Ainsi, le coach Sam Vincent a conservé dix des joueuses qui ont contribué au triomphe du Nigéria à l’AfroBasket 2017 à Bamako (Mali). Il a fait également appel à plusieurs jeunes basketteuses talentueuses qui évoluent actuellement en Caa et dans certains championnats européens. Dans cette présélection nigériane, on note en tête de liste l'ailière des Dallas Wings Evelyn Akhator et Ify Ibekwe, l'ailière-forte des New York Liberty, en Wnba. La star Ndidi Madu sera par contre la grande absente de cette équipe nigériane.

En effet, cette dernière a surpris tout le monde en annonçant sa retraite internationale, à quelques semaines de la prochaine Coupe du monde. L’ailière de 29 ans, principale raison de la domination du Nigéria devant le Sénégal en finale de l’Afrobasket, devait être une des leaders des Africaines de l'Ouest au tournoi mondial. Et le coach du Nigéria Sam Vincent n'a pas caché ses regrets sur l’absence en Espagne de l'une de ses joueuses clé, dont l'expérience fera cruellement défaut à la sélection nigériane dans une compétition de ce niveau.

Pour sa première apparition à la Coupe du monde féminine depuis 2006, le Nigéria sera opposé, dans le Groupe B, à l'Australie, à la Turquie et à l'Argentine. Selon la fédération nigériane de basketball, les joueuses présélectionnées vont débuter la préparation mercredi prochain à Atlanta, en Géorgie. Après la première phase préparatoire sur le sol américain, les D'Tigresses retourneront au Nigeria pour poursuivre les entraînements. Un séjour en Turquie est aussi prévu dans leur programme pour peaufiner la préparation avant la grande compétition en Espagne. La Coupe du monde féminine Fiba 2018 aura lieu du 22 au 30 septembre à Tenerife, en Espagne.

Absa NDONG (avec FIBA)

Le sélectionneur colombien du Panama Hernan Dario Gomez a décidé de ne pas poursuivre l'aventure à la tête de la sélection, a-t-il annoncé mardi après avoir conduit le petit pays d'Amérique centrale à la première phase finale de Coupe du monde de son histoire. "C'est maintenant le moment pour moi de faire le choix difficile de déplacer mes pieds de l'endroit où j'ai placé mon cœur", écrit le surnommé "Bolillo" Gomez dans une lettre intitulée "Ce n'est qu'un au revoir" publiée par la Fédération panaméenne de football (Fepafut). "Dire au revoir est presque impossible car (les Panaméens) m'accompagneront pour toujours", ajoute le Colombien de 62 ans, que la presse panaméenne annonce comme le futur sélectionneur de l'Equateur, qu'il avait entraîné entre 1999 et 2004, mais qui ne s'est pas qualifié pour le Mondial-2018. Arrivé à la tête du Panama en 2014, Gomez a réussi l'exploit de qualifier le pays pour le Mondial en Russie, où il aura perdu contre la Belgique, l'Angleterre et la Tunisie, échouant donc à atteindre les huitièmes de finale. "La Russie a été le début, j'ai rempli ma promesse d'emmener le Panama à son premier Mondial et cela restera à vie dans mon cœur et dans celui de tous les Panaméens", assure Gomez, qui a qualifié avec le Panama sa troisième nation pour une Coupe du monde, après la Colombie en 1998 et l'Equateur en 2002.

AFP

… L’ISLANDAIS HALLGRIMSSON ÉGALEMENT
Le sélectionneur de l'Islande Heimir Hallgrimsson, qui a conduit le petit pays à son tout premier Mondial en 2018, a annoncé mardi à la surprise générale qu'il quittait son poste.
"Si j'avais dû continuer, je l'aurais fait avec la même préparation, la même motivation mais à un moment donné, ce genre de routine peut mener à une certaine lassitude", a déclaré le technicien âgé de 51 ans. "Je pense donc que c'est bon pour le groupe d'entendre un nouveau discours, d'avoir une nouvelle vision pour insuffler une nouvelle dynamique", a-t-il ajouté.

Hallgrimsson gravitait autour de la sélection depuis 2011, d'abord comme adjoint du Suédois Lars Lagerbäck, puis comme co-sélectionneur (2014-2016) durant l'Euro-2016 et enfin comme entraîneur en chef depuis 2016. Sa décision prend à contre-pied sa Fédération, qui souhaitait le voir rempiler - son contrat arrivait à expiration - pour deux années de plus. Sous les ordres de Hallgrimsson, l'Islande a obtenu les meilleurs résultats de son histoire : un quart de finale de Coupe d'Europe, en 2016 après avoir éliminé en 8es l'Angleterre (2-1), puis une participation à une Coupe du monde, en 2018. En Russie, l'Islande a certes terminé dernière de sa poule mais a réussi l'exploit de tenir en échec l'Argentine de Leo Messi en ouverture (1-1).

AFP

ARGENTINE : LA SUCCESSION DE SAMPAOLI PLONGE LE PAYS DANS UNE GRANDE INCERTITUDE
Jorge SampaoliL'Association argentine de football (Afa) a obtenu dimanche la démission du sélectionneur Jorge Sampaoli et doit désormais lui trouver un successeur pour construire, et conduire l'Albiceleste vers la Copa América 2019 et le Mondial-2022. Sampaoli était devenu indésirable en raison de la mauvaise prestation de l'équipe de Lionel Messi au Mondial, 2e de son groupe et éliminée dès les huitièmes de finale après avoir atteint la finale en 2014. Les relations de Sampaoli avec les joueurs étaient en outre tendues. Le soir de la défaite contre la France, Sampaoli avait dit son intention de rester à son poste, alors que la majorité des Argentins réclamaient son départ. Il ne s'est pas exprimé depuis. C'est un communiqué de l'Afa qui a annoncé un "accord", après deux semaines de négociations entre la fédération et l'entraîneur, alors que le monde du football avait les yeux braqués sur Moscou et la finale du Mondial.

En rupture avec les joueurs et son staff, il avait célébré seul les buts de son équipe contre la France, sans que personne ne s'approche de lui, alors que les autres membres du groupe argentin se congratulaient.

Succession : catalogue de noms
Les plus souvent cités sont Ricardo Gareca, qui a conduit le Pérou à son premier Mondial depuis 36 ans, José Pekerman, à la tête de la Colombie depuis 2010 après avoir dirigé l'Albiceleste (2004-2006), et Matias Almeyda (ex-Lazio, Inter), qui a tout remporté avec le club mexicain des Chivas de Guadalajara après avoir entraîné River Plate. Marcelo Gallardo (River Plate) et Gerardo Martino (Atlanta United, USA) apparaissent aussi. L'Afa avait embauché Sampaoli faute de pouvoir convaincre Diego Simeone (Atlético de Madrid), Mauricio Pochettino (Tottenham) et Marcelo Bielsa (Lille, aujourd'hui à Leeds). Les noms de Simeone et Pochettino circulent, mais les Argentins ne se font plus d'illusions quant à leur venue. Deux candidats se sont officiellement déclarés, les anciens champions du monde Diego Maradona (1986) et Mario Kempes (1978), mais leurs chances semblent infimes. Maradona a déjà dirigé l'Albiceleste entre 2008 et 2010. Seul étranger, Pep Guardiola est également cité mais il est peu probable qu'il claque la porte de Manchester City, avec qui il vient de gagner le titre de champion d'Angleterre.

Avec Messi
Le prochain sélectionneur pourra probablement compter sur Lionel Messi. Les milieux Javier Mascherano (34 ans) et Lucas Biglia (32 ans) ont annoncé leur retraite internationale mais pas le capitaine argentin, qui aura 35 ans lors du prochain Mondial au Qatar. Sous le coup de la déception après trois finales perdues en 2 ans (Mondial-2014, Copa America 2015 et 2016), Messi avait annoncé en juin 2016 sa retraite, avant de faire machine arrière.

AFP


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.