banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3848)

Sport

Des signaux montrant qu’il se passait des choses anormales lors du match Afrique du Sud-Sénégal de novembre 2017 ont été captés par des installations de la Fifa, a révélé, vendredi, à Accra, un membre de la commission d’organisation de cette instance chargée du football mondial,le Djiboutien Souleymane Hassane Wabéri.

"A la Fifa, il y a des installations qui déclenchent des signaux quand des choses anormales se passent pendant les matchs", a-t-il expliqué lors d’une rencontre avec des journalistes, dans la capitale ghanéenne, en présence du président de la Confédération africaine de football (Caf), Ahmad Ahmad. "Les enquêtes consécutives à la remise des rapports ont confirmé que le résultat de ce match avait été manipulé", a précisé ce membre de la commission d’organisation de la Fifa, un organe qui a demandé la reprogrammation du match Afrique du Sud-Sénégal des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. "L’évaluation des rapports du match a démontré que seul l’arbitre était impliqué, que ni l’Afrique du Sud, ni le Sénégal n’avaient rien à se reprocher dans cette affaire", a insisté Souleymane Hassane Wabéri, qui dirige, par ailleurs la commission d’arbitrage de la Caf.

Le président de la Caf a rappelé qu’il était membre de la commission chargée des associations nationales à la Fifa, et que, à ce titre, il devait être "solidaire" de ses collègues qui ont pris cette décision.

"Il y a un principe de solidarité" qui lie les délégués de la Fifa, en vertu duquel Ahmad croit que l’organisation chargée de la gestion du football dans le monde "a pris la meilleure décision" concernant le match Afrique du Sud-Sénégal. "S’il y a des contestations, on a la liberté d’épuiser toutes les voies de recours possibles", a ajouté Ahmad, rappelant que la reprogrammation du match par la Fifa est une décision prise après celle du Tribunal arbitral du sport (Tas). Se disant convaincu que l’arbitre du match en a "manipulé" le résultat, le Tas l’a banni à vie de toutes les activités liées au football. Cette décision fait dire au président de la Fédération ghanéenne de football et vice-président de la Caf, Kwesi Nyantakyi, que "la Fifa a des preuves irréfutables" de la manipulation du résultat du match par l’arbitre ghanéen Joseph Lamptey."La corruption n’a ni couleur, ni religion, encore moins de race. Il se trouve que c’est un Ghanéen qui est concerné, et j’en suis désolé.

Ce qui est sûr dans cette affaire, c’est que la Fifa n’a pas pris cette décision par légèreté", a argué Kwesi Nyantakyi, en parlant de la reprogrammation du match à une date non encore fixée. "On a pris cette décision parce qu’il y a eu des preuves graves et concordantes", a poursuivi le président de la Fédération ghanéenne de football.

La Caf va réunir ce samedi les membres de son comité exécutif, qui vont débattre de plusieurs questions, du Championnat d’Afrique des nations et de l’avenir des commissions médias et marketing notamment. La réunion du comité exécutif sera suivie de la finale du Tournoi des nations de l’Union des fédérations ouest-africaines de football (Ufoa), dimanche, à Cape Coast, entre le Nigeria et le Ghana, en présence du président de la Caf.

APS

Dans une lettre adressée à l’administration du Guédiawaye Fc, la société Gfc a fait part de sa décision de mettre un terme au protocole qui la liait au club et de créer une nouvelle société pour gérer. Une décision que l’association justifie par des manquements imputés à Jappo. En effet, estimant avoir été diffamée, Jappo et son président, Djamil Faye, ont pris la décision de déposer plainte contre l’Association Gfc pour diffamation et diffusion de fausses informations.

Estimant que cette façon de rompre est contraire aux dispositions du protocole, la direction du Guédiawaye Fc prend acte de cette décision. Selon le communiqué, l’association reproche « injustement », entre autres, à la société Jappo, la création d’une société Guédiawaye Fc Sa pour gérer le club alors que dans le protocole signé par son président, Ablaye Sall, elle a « transféré la gestion du Gfc Pro ainsi que l’ensemble des droits d’exploitation du Gfc Pro à la société Jappo ». Et dans ce même protocole, « l’association garantit qu’elle détient tous les droits lui permettant de transférer la gestion du Gfc Pro à la société Jappo, notamment les droits de propriété intellectuelle ». C’est cette même association qui avait demandé, à l’ouverture du capital de la société Guédiawaye Fc Sa, que le club lui accorde un délai supplémentaire pour prendre les 5% prévus dans le protocole qui, aujourd’hui, accuse dans sa lettre Jappo Sa d’utiliser « ostensiblement le sigle Gfc, son patrimoine… ». Toujours dans sa lettre, l’association se plaint également de ne plus recevoir sa subvention annuelle,  subvention dont la direction du club a suspendu le paiement et notifié à l’association depuis 2015 en attendant de régler le problème de la souscription des 5% du capital (cf. lettre du 12 novembre 2014). « L’association n’a depuis pas contesté formellement la mesure arrêtée à l'époque.

Cherchant par tous les moyens à porter des griefs à la gestion de l’actuelle équipe dirigeante, l’association va jusqu’à reprocher au club d’occuper « ses » locaux au stade Amadou Barry », explique le communiqué. Ce qui a paru ridicule aux yeux de la direction du club qui estime que le stade appartient à la collectivité locale et  que la direction du club avait demandé à l’association de convoquer une réunion avec la direction du stade pour qu’elle dise officiellement au club de quitter les locaux du stade. « Cette réunion n’a jamais été convoquée.

Mais l’accusation la plus grave est celle de falsification du protocole dans son article 7 et l’imitation du paraphe du président de l’association », souligne le texte.
« Le président de l’association avait été mis au courant de la perte par le notaire des originaux du protocole et avait été invité à signer un nouveau protocole afin qu’il soit déposé chez le notaire pour en faire un acte notarié.

Il reconnaît lui-même avoir signé ce protocole mais, à la surprise générale, affirme que les paraphes ne sont pas de lui », lit-on dans le texte. « Comment peut-il signer un document et ne pas le parapher ? Concernant l’article 7 auquel il fait allusion sur la tacite reconduction, la question a été vidée lors de la réunion d’évaluation entre les deux structures en août et nous lui rappelons la définition simple du terme clause d'un contrat qui indique que l'accord est reconductible automatiquement d'une période à une autre si aucune des parties ne se manifeste », précise le texte. « Aujourd’hui, le problème n’est pas l’exigence de Jappo de continuer mais plutôt à qui et comment ce club sera repris. Il a reconnu avoir signé le deuxième protocole en question quand le premier a été perdu par le notaire et il devra maintenant démontrer qu’il ne l’a pas paraphé. Le club est solidaire de cette démarche et n’acceptera nullement que les noms de personnes qui ont tout donné pendant 6 ans pour mettre le club sur le chemin de la performance soient trainés dans la boue, dans l’unique but d’atteindre des intérêts crypto personnels et flatter l’égo de personnes aux desseins inavoués et hypothéquant l’avenir du Guédiawaye Fc ». Le club de la banlieue dakaroise, par ailleurs auteur d’une bonne saison, avec une 2e place à l’arrivée, « portera également plainte contre le président de l’association Gfc, Abdoulaye Sall, pour non-respect des termes du protocole et rupture abusive du protocole ».

Abdou DIOP

 

Les finales de la Coupe du Sénégal ont clôturé, samedi dernier, la saison 2016-2017 de volleyball. Deux rencontres en marge desquelles la famille du volleyball a primé ses meilleurs acteurs dont le Roi et la Reine. Un exercice riche en événements selon le président de la Fédération, le Pr. Mamadou Ndoye pour qui la discipline doit tout de même poursuivre, son développement. Ce qui va amener l’instance fédérale à explorer de nouvelles voies en vue de toucher de nouvelles cibles.

Le volleyball a bouclé, samedi dernier, sa saison en salle avec les finales de la Coupe du Sénégal qui étaient au programme, au stadium Marius Ndiaye. Une compétition remportée par l’Université Gaston Berger en messieurs et la Sococim chez les dames. Avant ce dénouement dans cette compétition, le championnat avait choisi ses lauréats avec l’Asfa et l’Asc Police qui ont été sacrées en hommes et dames. Deux événements phares qui ont sanctionné le déroulement de cette saison dont le bilan est jugé globalement satisfaisant par le président de la Fédération sénégalaise de volleyball, le Pr Mamadou Ndoye. Pour lui, l’exercice qui s’est achevé samedi dernier est riche en événements. « L’année a été très riche en activités au niveau du volleyball », a d’emblée soulignée le Pr Ndoye. « En effet, nous avons pu organiser les phases du championnat national hommes et dames en 1ère comme en 2ème division, nous avons pu organiser aussi la Coupe du Sénégal hommes et dames, les tournois des jeunes » ajoute le président de la fédération. Des compétitions auxquelles le responsable adjoint des initiatives en faveur de la formation des officiels pour encadrer la pratique. Ce qui lui fait dire que sa structure a aussi tenu des séances de formations en niveaux 2 et 1, pour les arbitres, entre autres. Pour se résumer, il souligne que la Fédération a su tenir beaucoup d’activités pendant cette saison. Même s’il ne veut pas faire dans l’autoglorification, le président Ndoye a souligné que « si on devrait qualifier le déroulement de la saison, ce serait satisfaisant. Même très satisfaisant parce que nous avons pu dérouler toutes les activités que nous avions prévues ». Il estime tout de même qu’il leur « reste juste à organiser le circuit du beach-volleyball qui, comme vous le savez, se tient en été. C’est donc la période et aussitôt après la finale, nous allons démarrer cette activité ».

Un couple royal pour motiver les acteurs
Cette année, la Fédération a décidé d’honorer les acteurs qui se sont distingués lors de la saison écoulée. Avec des distinctions individuelles de joueurs qui s’ajoutent à celles qui existaient déjà comme les meilleurs entraîneurs dans les deux catégories (filles et garçons). Au terme de la saison, c’est au couronnement du Roi et de la Reine du volleyball que l’équipe fédérale a procédé pour magnifier la prestation de deux joueurs. « Cette année, nous avons innové parce que nous avons pensé qu’il était bon d’apporter certaines motivations aux joueurs et joueuses. Parce que choisir quelqu’un comme roi et une autre comme reine, c’est une exemplarité que nous pensons que les autres joueurs vont suivre », a justifié le président de la Fsvb. Qui espère que ces distinctions vont créer l’émulation chez l’ensemble des pensionnaires des différentes formations en championnat comme en Coupe. Car, d’après lui, ces derniers vont ainsi essayer de faire comme ceux qui ont été distingués pour gagner ces trophées. « Nous commençons cette année, c’est une première étape. Et nous pensons que cela va être beaucoup plus grandiose l’année prochaine et beaucoup plus faste », promet le Pr Ndoye.

Booster la pratique
La tenue des différentes manifestations est l’une des missions confiées à la Fédération par la tutelle. Mais il ne faut pas occulter la mission de développement qui revient à l’instance. Et son président d’ajouter que ce travail va se poursuivre : « Je crois que nous sommes sur la bonne voie, même s’il reste beaucoup de choses à faire. Nous travaillons d’arrache-pied pour que cela se fasse. Nous avons commencé à développer le volleyball dans le pays et vous avez vu tout à l’heure des régions qui sont primées avec Santhiaba (Ziguinchor) et Khombole (Thiès) ». Ce qui veut dire à ses yeux, que le volleyball commence à se jouer partout au Sénégal. « Nous avons des partenaires comme le ministère des Sports, le Comité olympique ou encore la Police qui nous appuient, des partenaires sans qui nous ne serions pas à toutes ces réalisations. Parce que ces actions nécessitent beaucoup de moyens ». Aussi, souligne-t-il, la Fédération va s’atteler dès la saison prochaine à mettre en œuvre une série d’actions pour booster la discipline. « Nous allons attaquer le volleyball à l’école.

C’est la phase que nous allons mettre en œuvre l’année prochaine. Je pense que ce sera l’étape qui va relancer définitivement l’émergence du volleyball au Sénégal. Il y a également d’autres initiatives comme le Volleyball dans l’entreprise ou le Volleyball dans les quartiers », révèle le président Ndoye.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on samedi, 23 septembre 2017 17:12

La 30ème édition de la Traversée Dakar-Gorée a lieu ce dimanche, avec les deux traditionnelles courses prévues à cet effet. Une nouvelle occasion pour les responsables de la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage de se mettre en évidence avec son activité phare de la saison. Pour cette présente édition, le même dispositif a été reconduit par les organisateurs, du moins pour ce qui est du déroulement de la compétition avec deux courses dont le départ sera donné à la plage de la Voile d’Or.

Il s’agit d’une course A qui concerne les nageurs professionnels et longue de 5200m et une course B réservée aux amateurs qui vont se mesurer sur 4500m. Comme lors des précédentes éditions, la sécurité sera l’une des préoccupations majeures des organisateurs qui comptent, une fois encore, mettre à contribution les forces de sécurité (Sapeurs-pompiers, Gendarmerie nationale, Marine nationale, entre autres structures) pour jalonner le parcours des nageurs. Le parrain de la manifestation sera, cette année, le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, que les organisateurs ont choisi pour poursuivre le plaidoyer contre le phénomène des noyades qui constituent un véritable fléau. Un mal contre lequel l’instance dirigée par le Dr Mouhamed Diop mène une campagne depuis quelques années. Dans les eaux, la course A sera la principale attraction avec, comme principal enjeu, les titres de vainqueurs de la course en hommes et dames. Deux ... qui sont la propriété de Jeanne Boutbien et Adama Thiaw Ndir qui ont remporté deux éditions chacun (2015 et 2016 pour la première ; 2013 et 2016 pour le seconde).

En prélude à cette grande Traversée Dakar-Gorée, la Fédération organise en partenariat avec une association parisienne, « les Reflets de l’eau », une randonnée aquatique dénommée la Traversée de Ngor, aujourd’hui. Une manifestation prévue à partir de 10 heures  à la plage de Ngor, selon les organisateurs. Qui soulignent que cette manifestation entre dans le cadre du programme « Natation pour Tous, Natation pour la Vie » qui a été lancé par la Fsns lors de la Journée du Fina world aquatics day du 9 juillet dernier. Elle « consiste à permettre à chacun d’avoir sa traversée ou son défi avec, une traversée d’animation réservée aux tout petits, aux débutants, aux nageurs amateurs et surtout aux femmes ».

C’est dans ce contexte que la Fédération invite tous les clubs et nageurs amateurs à s’inscrire à cette manifestation de vulgarisation et de démocratisation de la natation, tous les licenciés non engagés dans la traversée Dakar-Gorée, notamment les parents et les jeunes nageurs.

Ousseynou POUYE

Last modified on samedi, 23 septembre 2017 17:05

Le club anglais de Chelsea est visé par une enquête de la Fifa, a déclaré à l'Afp un porte-parole de l'instance mercredi, confirmant des informations du quotidien britannique The Times selon qui cette procédure concerne des transferts de joueurs mineurs étrangers. "Nous pouvons confirmer qu'une enquête est en cours concernant" Chelsea, a déclaré le porte-parole.

"Nous ne pouvons donner aucun détail sur un sujet en cours d'enquête", a précisé cette source. Dans l'après-midi, The Times avait affirmé que le champion d'Angleterre en titre était visé par une enquête pour "possible violation des règlements sur les transferts de jeunes joueurs étrangers". Cité par le quotidien britannique, Chelsea a affirmé "respecter tous les statuts et règles de la Fifa".

Selon le Times, les faits commis par les "Blues" sont "moins sérieux" que ceux commis par l'Atletico Madrid et le Real Madrid. Les deux clubs espagnols avaient été condamnés par la Fifa à une interdiction de recrutement en janvier 2016, après une enquête de la commission de discipline de l'instance concernant la participation de joueurs mineurs à des compétitions. Si le Real a obtenu du Tribunal arbitral du sport (Tas) une levée de sa sanction, l'Atletico a vu son interdiction de transfert maintenue jusqu'en janvier 2018.

AFP

Le secrétaire général du ministère des Sports a ouvert un séminaire de formation sur la Gestion axée sur les résultats (Gar). Une session organisée par le ministère à l’intention des agents du département qui vise à les outiller afin d’atteindre les objectifs consignés dans la Lettre de politique sectorielle de développement du sport.

Le ministère des Sports a ouvert, ce mercredi, un séminaire de trois jours à l’intention de ses agents sur la Gestion axée sur les résultats (Gar) ; une session organisée par la Direction de la formation et du développement sportif. Durant cette période, les séminaristes seront entretenus sur les outils et les concepts de ce paradigme qui, selon le secrétaire général du ministère, interpelle tous les agents de l’Etat, en particulier dans le contexte d’opérationnalisation du Plan Sénégal émergent. « Il faut rappeler que nous sommes dans le contexte de la mise en œuvre du Pse et le sport est logé dans l’Axe 1.

La Lettre de politique sectorielle de développement du sport (Lpsds) doit faire en sorte que le sport contribue au développement du pays. C’est dans ce contexte que le ministre des Sports a jugé utile de renforcer les capacités du personnel parce qu’en réalité, la mise en œuvre de cette Lettre doit être portée par les agents compétents et aptes à réaliser les résultats attendus », a dit Paul Dionne. C’est ainsi dans ce cadre que le ministère, à travers la Direction de la formation et du développement sportif a initié cette session sur la Gar, un nouveau paradigme qui interpelle tous les agents de l’Etat pour plus d’efficience dans la recherche de performance. Et comme l’a souligné M. Dionne, il est attendu des agents de faire en sorte que les résultats visés à travers le Pse, notamment à travers la Lettre de politique sectorielle, soient atteints. Et cela nécessite que les agents du ministère des Sports soient imprégnés des outils de la Gar.

La Directrice de la formation et du développement sportif a, pour sa part, souligné que cette session fait suite à d’autres qui ont eu lieu et dont la finalité est de mieux outiller les agents au niveau central comme déconcentré. Pour Marième Kane Diallo, les attentes à travers cette session portent essentiellement sur la capacitation des agents pour qu’ils puissent atteindre les résultats consignés dans la Lettre de politique sectoriel de développement du sport et qui sont attendus du secteur. « C’est un séminaire qui concerne des modules sur la Gar ; cela va être calé sur les objectifs du secteur. Nous avons une Lpsds qui est composé de quatre programmes : Ressources humaines et la formation, Gestion des infrastructures sportives, Financement du sports et Contribution économique du sport », a-t-elle souligné.

Avant d’ajouter qu’il s’agira lors de ces trois jours de travaux, de « faire des ateliers pour chacun des programmes avec des exercices pratiques qui montrent aux agents, par rapport aux indicateurs de performance qui sont attendus du secteur, comment faire en sorte d’attendre ces objectifs ». Ce sera donc sous forme d’ateliers et de restitution à la fin des travaux de groupe et naturellement des recommandations en fin de programme. Cette formation est organisée avec l’appui technique du Bureau organisation et méthode (Bom) ; une structure qui intervient en appoint au ministère. Ce qui témoigne de l’intérêt du ministère des Sports à la maîtrise des concepts et outils de la Gar mais aussi à l’instauration d’une démarche de performance dans la gestion du secteur du Sport.

Ousseynou POUYE

 

Last modified on jeudi, 21 septembre 2017 15:56

Le sélectionneur de l’équipe nationale de football, Aliou Cissé, a publié mercredi une liste de 26 joueurs pour la rencontre contre le Cap-Vert, prévue le 7 octobre à Praia, dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018.

La liste est marquée par la première convocation de Youssouf Sabaly (Bordeaux, France), Alfred Gomis (Spal 2013, Italie), Mbaye Niang (Torino, Italie) et les retours de Diafra Sakho et Adama Mbengue.

Cette rencontre du groupe D compte pour la 5ème journée du dernier tour qualificatif à la prochaine Coupe du monde, prévue en Russie.

Le Sénégal est 3-ème du groupe D avec 5 points (+2), derrière le Cap-Vert, 2-ème avec 6 points (-2), le Burkina Faso occupant la tête de ce groupe avec 6 points (+2).

Le Sénégal doit disputer trois matchs, avec la décision de la FIFA de faire rejouer la rencontre Afrique du Sud-Sénégal du 12 novembre 2016, l’arbitre ghanéen de ce match ayant été reconnu coupable par l’instance internationale d’avoir manipulé le résultat.

L’Afrique du Sud, qui avait remporté (2-1) ce match, ne compte plus qu’un point dans ce groupe avec l’annulation du résultat de cette rencontre.

-Voici la liste des joueurs retenus par Aliou Cissé :

- Gardiens : Khadim Ndiaye, Alfred Gomis, Clément Diop

- Défenseurs : Moussa Wagué, Lamine Gassama, Fallou Diagne, Saliou Ciss, Kara Mbodj, Kalidou Koulibaly, Youssouf Sabaly, Adama Mbengue

- Milieux : Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Cheikhou Kouyaté, Cheikh Ndoye, Alfred Ndiaye, Salif Sané, Assane Dioussé

- Attaquants : Ismaïla Sarr, Opa Nguette, , Moussa Konaté, Sadio Mané, Moussa Sow, Diao Baldé , Diafra Sakho, Mbaye Niang

APS

Moustapha Seck, l’entraîneur de l’équipe locale de football, a dénoncé "les erreurs d’arbitrage et la mauvaise organisation" qui selon lui ont privé le Sénégal d’une qualification en demi-finale du tournoi de l’Union des fédérations ouest-africaines de football (l’Ufoa), suite au match nul (0-0) des Lions locaux contre la Côte d’Ivoire, mardi.

"Nous devions gagner ce match, j’estime que nous l’avons fait avec un but valable refusé par l’arbitre", a expliqué le technicien sénégalais, faisant référence à la réalisation de l’attaquant de Génération Foot, Amadou Dia Ndiaye, non accordé. Le sifflet ghanéen Cecil Fletcher a mimé un geste de la main pour signifier que l’attaquant sénégalais s’est aidé de la main pour mettre le ballon hors de portée du gardien ivoirien, Blé Zadi, à la 40-ème minute de jeu.

Outre cette décision qu’il considère comme une erreur d’arbitrage, le sélectionneur national a regretté "la mauvaise organisation" des deux rencontres de la poule B (Sénégal-Côte d’Ivoire et Bénin-Niger), qui devaient commencer au même moment selon lui. "Si on a utilisé deux stades différents, c’est pour que personne ne puisse faire de calculs", a-t-il soutenu, affirmant avoir été "surpris" de voir le match Bénin-Niger se poursuive alors que celui ayant opposé le Sénégal à la Côte d’Ivoire était terminé.

Les Lions et leur staff technique étaient restés une dizaine de minutes sur la pelouse du stade de Cape Coast, attendant la fin du match Bénin-Niger joué au Ndoum Stadium. Le but béninois, marqué à la 85-ème minute de cette dernière rencontre, avait fini par arriver, mettant fin à leurs espoirs de qualification en demi-finale. Au-delà de ces "impairs", le technicien sénégalais a déploré "le manque de lucidité" de ses attaquants dans le dernier geste.

"Nous avons eu des opportunités mais il faut aussi dire qu’en face, il y avait un grand gardien qui aurait mérité ce soir d’être l’homme du match", a fait observer le technicien sénégalais.
Avec sa victoire, le Bénin finit à la première place du groupe avec 6 points, suivi du Niger 4 points. Ces deux équipes joueront les demi-finales du tournoi de l’Ufoa, demain.

APS

Défait lors de ses deux dernières sorties, Balla Gaye 2 compte se relancer à l’occasion de son combat contre Gris Bordeaux prévu en janvier 2018.  Un pari qui s’annonce difficile face au « troisième tigre » de Fass condamné, comme lui, à un retour gagnant. Alors qu’une victoire lui permettra de retrouver le sourire et de rassurer des supporters en plein doute, une nouvelle défaite porterait un nouveau coup rude à ses ambitions de retrouver le fauteuil.

S’il y a un lutteur qui n’a pas droit à l’erreur pour la saison de lutte 2017-2018, c’est bien Balla Gaye 2. Depuis la perte brusque de sa couronne en 2014, au profit de Serigne Ousmane Dia dit Bombardier, le fils de Double Less traverse une mauvaise passe. Outre une deuxième défaite d’affilée concédée en 2015 lors de son face-à-face contre sa bête noire, Eumeu Sène, l’ancien roi des arènes a connu deux années blanches consécutives. Son retour dans l’arène annoncé initialement en 2015-2016 devrait finalement avoir lieu à l’occasion de la prochaine saison. Le promoteur de lutte Luc Nicolaï compte organiser son combat contre Gris Bordeaux, en janvier 2018.

Une sortie que le grand frère de Sa Thiès devra impérativement gagner pour renouer avec le succès mais aussi rassurer des supporters qui commencent à perdre le moral. Après ce passage à vide de 3 ans, l’ancien roi des arènes se sait attendu. A-t-il mis à profit son absence de l’arène pour bien préparer son retour qu’il veut fulgurant ? A-t-il fini de digérer ses deux derniers revers qui lui avaient porté un coup psychologique ? Autant de questions dont les réponses détermineront l’issue de sa prochaine sortie contre le « troisième tigre » de Fass. Il faut dire qu’une victoire aux dépens du poulain de Moustapha Guèye lui permettra de retrouver sa place de choix dans le cercle restreint des « Vip » mais aussi le positionnera dans son opération reconquête du trône. En avril 2012, le poulain de Balla Gaye 1 avait mis fin à l’ère de l’inamovible roi des arènes en lui infligeant sa première défaite après 15 longues années d’invincibilité. Un retentissant succès qui lui avait permis de conquérir le trône, réalisant ainsi un vieux rêve. Sauf que contrairement à son prédécesseur qui avait régné pendant longtemps, il n’a pas su rester longtemps sur le trône, perdant en 2014 contre Bombardier puis en 2015 face à Eumeu Sène. Deux revers qui ont fini par ternir son palmarès et mettre à mal sa carrière.

Si une victoire lors de son prochain face-à-face lui permettra de se refaire une santé, une nouvelle défaite compromettra davantage ses ambitions de retrouver rapidement son fauteuil.
Toujours est-il que son pari de renouer avec la gagne face à un lutteur décidé lui aussi à se relancer dans la course ne sera pas chose aisée. Dominé par Modou Lô en fin 2016, Gris Bordeaux n’a pas dit son dernier mot dans sa longue course vers la conquête du trône. Comme Balla Gaye 2, il entend remporter sa prochaine sortie. Un choc d’ambitions en perspective !

Diégane SARR

Le Collectif pour le retour de Lamine Diack a lancé une pétition, hier, à la Maison de la presse pour demander le retour de l’ancien président de l’Iaaf, dans son pays. Dans une salle comble, les organisateurs de cette rencontre ont souhaité l’implication des hautes autorités. Cette initiative est lancée par des compatriotes dont Abdoul Majib Sène, ancien journaliste de la Rts, Mamadou Koumé, enseignant au Cesti, entre autres Sénégalais. D’entrée, il revenait au doyen de la presse, Pathé Fall Dièye, de formuler des prières. Plusieurs messages de personnalités sénégalais dont l’artiste Akon ont été lus.

Dans sa pétition, le Collectif invite la diplomatie sénégalaise et tous les hommes de bonne volonté, d’ici et d’ailleurs, à s’impliquer davantage. Le président Lamine Diack, reconnaît le Collectif, est retenu contre son gré en France, et sortir du territoire français lui est impossible depuis bientôt deux ans. « Nous estimons qu’il remplit les conditions pour être libre et répondre à la justice à chaque fois qu’il en sera décidé », indique le Collectif. « Le fait d’être ressortissant d’Etat de droit-le Sénégal- et l’honorabilité que nous lui connaissons sont des garanties qui fondent notre démarche », souligne le document lu devant l’assistance venue très nombreuse et comprenant d’anciens sportifs, de hauts fonctionnaires à la retraite, jeunes, femmes, etc. Selon Abdoul Majib Sène, « cette démarche, au-delà de tout préjugé, relève de l’humanitaire, eu égard à l’âge avancé du mis en cause et à sa stature ».

Le Collectif demande que ceux qui ont le pouvoir d’intercéder pour que Lamine Diack soit libre de ses mouvements le fassent car la situation qu’on lui fait endurer est insupportable, aussi bien pour sa famille, ses parents, ses amis et de nombreux citoyens sénégalais fiers de son œuvre et de ce qu’il représente pour notre pays. Le Collectif de rappeler qu’après 50 ans au service du sport africain et mondial, Lamine Diack qui avait pris sa retraite, avait accordé plus de place et de pouvoirs aux pays du Sud, particulièrement à l’Asie et à l’Afrique. Il ajoute que tout cela bousculait les conservatismes qui sont le propre de ce genre d’organisations sportives. Les initiateurs ont reconnu que M. Diack fait partie des rares Sénégalais, pratiquants et dirigeants, qui ont fait la fierté du sport africain, voire mondial. Magib Sène qui a cité les cas du Français Michel Platini et de Sepp Blatter de la Fifa qui n’ont pas été inquiétés, de conclure qu’il serait honteux que Lamine Diack regagne son pays dans un cercueil. Différents témoignages ont été faits à l’endroit de l’ancien président de l’Iaaf.

El H. A. THIAM

Quels Lions pour le déplacement à Praia dans le cadre de la 5e journée des éliminatoires de la Coupe du monde Russie 2018 ? La réponse à cette interrogation sera connue aujourd’hui, lors de la traditionnelle conférence de presse dans les locaux de la Fédération sénégalaise de football. Face aux médias, le sélectionneur national, Aliou Cissé, va publier la liste des Lions pour ce déplacement périlleux au Cap-Vert, le 7 octobre prochain. Après un début laborieux dans la course, avec deux défaites d’entrée face au Burkina Faso et le Sénégal lors des deux premières journées, les Requins bleus se sont, en effet, relancés dans la course lors de la 3e journée contre l’Afrique du Sud.

Auteurs de deux succès de rang contre les Bafana Bafana, le Cap-Vert a réussi un bond de la dernière à la deuxième place du groupe. Ils ont profité de la perte de vitesse du Burkina et du Sénégal qui se sont neutralisés lors des deux précédentes journées, pour se relancer dans la course à l’unique ticket qualificatif du groupe D. Deuxième provisoire du groupe, derrière le Burkina Faso, avec le même capital de points (6), les Capverdiens pourraient perdre leur place, si le Sénégal profite de son match à rejouer contre l’Afrique du Sud. Troisièmes avec 5 points, soit un point de retard sur les Requins bleus et les Etalons, les Lions ont leur destin en main. Pour rappel, le Sénégal avait dominé le Cap-Vert (2-0) à l’aller, le 8 octobre dernier à Dakar.

A SAMBOU   

Le tableau des demi-finales de la Coupe des nations Ufoa 2017 est désormais connu. Avec les deux derniers matchs dans le groupe B disputés ce mardi à Cape Coast, au Ghana. En effet, c’est le Bénin et le Niger qui valident leur ticket pour le dernier carré au détriment du Sénégal et de la Côte d’Ivoire qui sont éliminés après leur match nul (0-0). Les Lions de Moustapha Seck qui ont bouclé le tournoi avec une victoire, un match nul et une défaite comptent le même nombre de points (4) que le Niger. Mais ils ont pris la porte à la faveur de la défaite concédée face au Mena national (1-2) lors de la première journée.

Ce, malgré une différence de buts générale plus favorable pour les Sénégalais (+3 contre 0) qui avaient étrillé le Bénin lors de la 2ème journée par 4 à 0. Cette même formation des Ecureuils a dominé hier le Niger (2-1), réduit à neuf depuis la première période, pour prendre la première place du Groupe avec 6 points ; elle avait battu la Côte d’Ivoire en ouverture (1-0).

Avec leur qualification, le Bénin et le Niger rejoignent dans le dernier carré, le Ghana et le Nigeria qui avaient validé leur ticket, lundi. Du coup, en demi-finales, le Ghana premier du groupe A affrontera le Niger tandis que le Bénin défiera le Nigeria.

PROGRAMME ½ FINALES – JEUDI 21 SEPTEMBRE
15h : Bénin – Nigeria
18h : Ghana – Niger

 

 

 

Après une défaite suivie d’une année blanche, Gris Bordeaux, le « troisième tigre de Fass », fera face à Balla Gaye 2 à l’occasion de la saison de lutte 2017-2018. Un retour que le chef de file de l’écurie Fass devra, à tout prix, gagner pour renouer avec le succès et se relancer dans la course vers le trône. Mais face à un adversaire réputé provocateur devant l’Eternel, il devra être solide psychologiquement et faire preuve de savoir-faire pour espérer tirer son épingle du jeu.

Défait en fin 2016 par Modou Lô, Gris Bordeaux a l’obligation de réussir son retour dans l’arène prévu durant la saison 2017-2018 qui sera ouverte en octobre prochain. Un come-back qui le mettra aux prises avec Balla Gaye 2, l’ancien roi des arènes, lui aussi condamné à un retour gagnant après deux défaites d’affilée suivies de deux années blanches consécutives. Autant dire que le pari s’annonce périlleux pour le chef de file de l’écurie Fass qui n’a pas renoncé à son ambition de conquérir le trône, en dépit de ses performances en dents de scie mais surtout de sa dernière sortie désastreuse contre le Rock des Parcelles assainies.

Face à un adversaire réputé grand provocateur devant l’Eternel et déterminé lui aussi à se refaire une santé après un long passage à vide, l’enfant de Thicky devra être solide psychologiquement, faire preuve de beaucoup d’abnégation et de savoir-faire pour tirer son épingle du jeu. Il n’est jamais facile de croiser le fer avec Balla Gaye 2, qui a toujours cette capacité à faire sortir son adversaire des gonds et à le déstabiliser psychologiquement, bien avant même la confrontation finale. Balla Bèye 2 dit Baboye, Mohamed Ndao alias Tyson et Modou Lô ne diront pas le contraire, pour avoir été dominés largement sur le plan de la bataille psychologique, puis battus à plate couture par le Lion de Guédiawaye. Même le grand Yékini qui inspirait crainte et révérence à ses adversaires avait fini par céder aux provocations dévastatrices du fils de Double Less. La suite lui a été fatale. Après 15 ans de règne, Yékini concédait sa première défaite dans l’arène, perdant en même temps sa couronne. Gris Bordeaux sait donc ce qui l’attend. Il devra être très fort psychologiquement pour espérer avoir le dernier mot devant son adversaire de Guédiawaye qui ne lui donnera aucun répit. Si une victoire lui permettrait de relancer sa carrière en pointillée et de ramener l’espoir dans la maison Fass, une défaite porterait un coup dur à ses ambitions de revenir au-devant de l’arène mais surtout de conquérir un trône qui semble lui fuir.

En 2009, « le troisième tigre de Fass » était pourtant à deux doigts de monter sur le toit de la lutte, à l’occasion de son face-à-face avec le roi des arènes d’alors Yékini. Malheureusement, il ne réussit pas à saisir cette chance unique pour avoir été finalement battu par le leader de l’écurie Ndakaru. Depuis, Gris Bordeaux n’a plus eu l’occasion d’en découdre avec un roi des arènes en activité, en raison d’un parcours mitigé (3 défaites contre deux victoires) qui l’éloigne de plus en plus de la couronne.

Diégane SARR

C'est un problème que l'entraîneur du PSG va vite devoir régler: Edinson Cavani et Neymar se sont chamaillés dimanche contre Lyon (2-0) pour tirer (et manquer) un penalty, premier signe d'une rivalité entre un "ancien" et la nouvelle star du club de la capitale. Une crise d’égo que le coach du club doit absolument éteindre.

La tête basse, Cavani n'avait visiblement pas le cœur à célébrer la victoire après la rencontre. L'Uruguayen, dont la tentative a été repoussée sur la barre, est ainsi vite rentré aux vestiaires, sans adresser un regard aux supporters ni se présenter ensuite face aux médias. Avant l'ère Neymar et après l'empire "Zlatan", l'affaire était entendue: "Edi", le buteur attitré, tirait tous les penalties pour soigner ses statistiques. Sauf que l'arrivée de l'ex-Barcelonais pour le montant record de 222 millions d'euros change la donne.

Le Brésilien est venu pour faire grandir le PSG, mais aussi pour décrocher le Ballon d'Or, ce qui passe par un maximum de buts sous ses nouvelles couleurs. Résultat, quand Kylian Mbappé a obtenu un penalty à la 78e minute, Neymar est venu réclamer le ballon dont s'était emparé Cavani. L'Uruguayen a refusé, puis (peut-être un peu perturbé par l'épisode) a échoué. Une dispute qui ressemble à l'ordinaire d'un club de Ligue 1, mais qui prend bien sûr un relief tout particulier à l'échelle du PSG et son trio de vedettes Mbappé-Cavani-Neymar. D'autant que Neymar avait déjà approché Cavani lors de deux précédents penalties, contre Saint-Etienne (3-0 fin août) et le Celtic mardi en Ligue des champions (5-0).

 Querelle sud-américaine
Dimanche, une première querelle entre Sud-Américains avait eu lieu quelques minutes plus tôt. A la 57e, sur un coup franc obtenu par Paris, l'autre star brésilienne du club, Dani Alves, a empêché Cavani de tenter sa chance pour confier le ballon à son compatriote Neymar. Il y a donc bel et bien une bataille d'ego qu'Unai Emery va vite devoir calmer. En conférence de presse, l'entraîneur parisien est resté prudent, sans véritablement éclaircir les choses. "Il faut un gentlemen's agreement sur le terrain pour frapper les penalties. Après, on va s'arranger en interne pour les penalties qui arrivent, parce que je crois que les deux sont capables de les tirer, et je veux que les deux alternent pour frapper les penalties".

Afp

 

Le pivot international des Lions du Sénégal, Gorgui Sy Dieng, s’est dit très peiné de n’avoir pu remporter la coupe d’Afrique des nations avec ses coéquipiers et présente au peuple sénégalais leurs "excuses". « Nous nous excusons de n’avoir pu ramener la coupe et de mettre fin à 20 ans d’attente du peuple sénégalais. Ce peuple mérite plus que cette troisième place’’ a dit à l’envoyé spécial de l’Aps Gorgui Dieng avant d’embarquer avec ses coéquipiers pour Dakar.

Le Sénégal, un des favoris de l’Afrobasket 2017 co-organisé avec la Tunisie, a sombré en demi-finale face au Nigéria avant de se reprendre en match de classement face au Maroc et terminer à la 3e place. Il s’agit de la 6e médaille de bronze obtenue par le Sénégal qui est monté 16 fois sur un podium à l’issue d’un championnat d’Afrique. "Nous avions une belle équipe, mais en sport, l’équipe la plus probante sur le papier n’est pas forcément celle qui est sacrée", a dit le joueur des Timberwolves de Minnesota (Nba) avant d’appeler à l’union pour la prochaine édition. « Il nous faut tirer les erreurs de ce parcours et ne plus les refaire la prochaine fois.

Une analyse froide doit être faite parce que, quoi qu’on dise, il y avait de la place pour faire plaisir à notre peuple et aller au bout du rêve », a dit Gorgui Sy Dieng, élu dans le top 5 de l’Afrobasket comme meilleur pivot. Appréciant cette distinction, le joueur n’a pas voulu s’y appesantir, considérant que « c’est une distinction individuelle alors que moi j’étais venu à Tunis pour la distinction collective, c’est-à-dire la coupe ». Les Lions ont quitté Tunis dimanche en direction de Dakar. Seul Cheikh Mbodj n’a pas pris part au voyage retour pour des questions d’ordre administratif en liaison avec sa carrière en club.

(APS)

 

Les finales hommes et dames de la Coupe du Sénégal ont clôturé, ce samedi, l’édition 2016 de la saison indoor de volleyball. Deux rencontres remportées par la Sococim qui conserve son titre en dames et l’Université Gaston Berger qui s’est adjugé le trophée pour la première fois.

Le stadium Marius Ndiaye a accueilli, samedi, les finales de la deuxième édition de la Coupe du Sénégal de volleyball qui était le prétexte pour la Fédération en charge de la discipline, de clôturer sa saison en salle. Sur le parquet du stade, deux rencontres étaient au programme. Dans le premier match, la Sococim qui remettait son titre en jeu avait pour adversaire, l’Asc Police. Un vis-à-vis contre lequel la formation rufisquoise a mis quatre sets pour faire la différence et conserver son titre.

Car l’équipe entrainée par Gana Faye Diallo a concédé la première manche par 25 à 27 avant de se ressaisir. Un premier set perdu qui a eu le don de réveiller les ardeurs des Rufisquoises qui sortent la grosse artillerie. Elles dominent, coup sur coup, les trois parties suivantes par 25-19, 25-16 et enfin 25-22. Avec ce succès, la Sococim conserve cette couronne acquise l’an dernier ; ce qui a fait dire à son coach que sa formation a fait le vide autour d’elle au plan local. Même si le titre de champion du Sénégal lui a échappé pour des raisons administratives. « Nous avons été forfait lors de la dernière ligne droite du championnat », a dit Gana Faye Diallo pour qui la victoire de l’Asc Police en championnat est une preuve éclatante de la domination de son équipe dans le volleyball national. Si le trophée est resté entre les mains de ses vainqueurs de l’an dernier chez les dames, il a changé de titulaire en hommes. Car l’Université Gaston Berger a pris le relais de l’Association sportive des Forces armées (Asfa). Les étudiants saint-louisiens ont battu en finale, l’Asc Police ; une équipe décidément pas à la fête ce samedi. Car après les filles, ce sont les hommes qui ont baissé pavillon face à l’Ugb qui s’est imposée par 3 sets à 1 au terme de la rencontre qui les opposait et qui s’est terminée au bout de trois manches. Après un premier set remporté par 25 à 21, les Nordistes ont perdu le suivant (26-28) avant de remportant les deux derniers (25-21 et 25-23). Un succès dont se félicite leur coach, Cheikh Sadibou Lô qui ambitionne désormais de représenter le Sénégal en Afrique où espère-t-il, ses joueurs pourront se bonifier.

La finale a également été le prétexte pour la Fédération de primer les acteurs qui se sont distingués cette saison. Ainsi, en plus des vainqueurs de la Coupe nationale, elle a procédé à la remise de trophée aux équipes championnes du Sénégal de D1 à savoir l’Asfa chez les hommes et l’Asc Police en Dames mais également aux équipes championnes du Sénégal en D2 que sont les deux formations de Santhiaba Vbc de Ziguinchor en hommes et dames. L’innovation de cette saison a été l’intronisation du Roi et de la Reine de volleyball ; deux distinctions qui sont allées à Badou Sène, champion du Sénégal avec l’Asfa et Khadija Samb de l’Asc Police, championne du Sénégal.

Ousseynou POUYE

Résultats
Dames : Asc Police – Sococim 1-3 ;
Hommes : Asc Police – UGB 1-3.

Last modified on lundi, 18 septembre 2017 14:57

La 13ème édition du Championnat d’Afrique cadettes de handball s’est achevée ce dimanche à Abidjan, en Côte d’Ivoire où 7 formations étaient en lice. Une compétition que la sélection sénégalaise a bouclée au pied du podium après un ultime succès obtenu hier face à l’Algérie.

Trois victoires et trois défaites ! C’est le bilan de l’équipe nationale cadette du Sénégal de handball au Championnat d’Afrique de la catégorie disputée du 11 au 17 septembre à la salle polyvalente du Palais des Sports de Treichville à Abidjan. Une compétition que la formation sénégalaise a d’ailleurs bouclée, hier, par une victoire sur son homologue algérienne sur la marque de 42 à 29. Un succès qui permet aux protégées de Doudou Roger Mbengue de s’emparer de la 4ème place du tournoi continental derrière le trio de tête constituée de l’Egypte, la Tunisie et l’Angola.

Un classement dans le trio de tête du tournoi qui leur échappe, au même titre qu’une place à la prochaine Coupe du monde de la catégorie prévue en 2018 en Pologne promise aux trois premiers. Ces trois formations sont d’ailleurs celles qui ont d’ailleurs battu les Lioncelles dans cette compétition où ces dernières ont dominé tour à tour la Côte d’Ivoire (28-25) lors de la première journée, la République démocratique du Congo (27-18) lors de la 5ème journée et enfin, l’Algérie hier. Deux tickets validées par les Egyptiennes, championnes d’Afrique avec 12 points après avoir remporté leurs six rencontres, les Tunisiennes qui, à la faveur de leur match nul d’hier contre les Angolaises (26-26), ont pris la 2ème place au classement. Avec cette victoire, l’Egypte remporte son troisième titre continental après 2004 et 2015 ;

égalant ainsi l’Angola qui l’a gagné en 2009, 2011 et 2013. Derrière les championnes qui ont bouclé la campagne avec un succès contre la Rd Congo (33-18), la Tunisie et l’Angola qui compte 4 victoires et une défaite (contre l’Egypte) chacune, se faisaient face hier pour se départager. Mais le match nul a été favorable aux Aiglettes de Carthage qui comptent une meilleure différence de but (+40 contre +27 pour leurs vis-à-vis). Au classement général, les Congolaises ont pris la 5ème place avec deux succès sur les Ivoiriennes et les Algériennes. Ces deux formations occupent, pour leur part, les 6ème et 7ème places avec respectivement une victoire et aucun match remporté par les Maghrébines.

Ousseynou POUYE

Résultats 7ème journée :
Algérie – Sénégal 29-42 ;
Egypte – Rd Congo 33-18 ;
Angola  – Tunisie 26-26.

Classement final
1er Egypte (12 pts) ; 2è Tunisie (9 pts, +40) ; 3è Angola (9 pts, +27) ;
4è Sénégal (6 pts) ; 5è Rdc (4 pts) ;
6è C. Ivoire (2 pts) ; 7è Algérie (0 pt).

Last modified on lundi, 18 septembre 2017 14:02

Les Slovènes l’ont fait. En battant la Serbie, hier soir, en finale de l’Eurobasket 2017 (93 – 85), ils ont mis le continent à leurs pieds. Ils ont remporté l’Euro. C’est historique, parce que ce petit pays de 2 millions d’habitants issu de l’ex-Yougoslavie n’avait encore jamais fait mieux qu’une quatrième place (à l’Euro 2009) lors d’une compétition depuis ses débuts en 1992. C’est dingue, parce que rares sont les culottés à avoir osé parier sur leur victoire avant le début du tournoi.

Slovénie-Servie, en voilà même une affiche inattendue avec pour enjeu une médaille d’Or européenne.
Si les Serbes, finalistes malheureux de la Coupe du Monde 2014 et des Jeux Olympiques 2016 (battus par les Etats-Unis à chaque fois), faisaient figure de favoris, ils étaient néanmoins privés de plusieurs cadres (Milos Teodosic, Nikola Jokic, Miroslav Raduljica). Les Slovènes ?

De valeureux outsiders. Une grosse cote, mais la sélection n’avait donc jamais décroché de breloque avant.

La Fédération sud-africaine de football (Safa) va recevoir 380.000 dollars Us, soit environ 208 671 647 FCfa, en guise de compensation de la Fifa qui a décidé de faire rejouer son match contre le Sénégal, rapportent des médias sud-africains citant le directeur général de la Safa, Dennis Mumble. Cette somme équivaut aux dépenses effectuées par la Safa, lors du match joué contre le Sénégal en novembre dernier et dont le résultat est considéré comme manipulé par l’arbitre de la rencontre, le Ghanéen Joseph Lamptey. Ce dernier est suspendu à vie de toute activité liée au football par la Fifa.

“La Fifa a confirmé qu’elle va payer les dépenses effectuées pour le match joué le 12 novembre dernier’’, a déclare le Dg de la Safa qui a accepté de revenir sur sa décision de remettre en question la décision de la Fifa. “La Fifa s’est rendue compte que nous ne sommes responsables de rien dans cette affaire et c’est pourquoi, elle a accepté de rembourser les sommes que nous avons dépensées’’, a-t-il dit, en parlant de la location du stade de Polokwane, la prise en charge du stage des Bafana-Bafana, les transports aériens des deux équipes de Johannesburg au lieu du match, les primes payées aux joueurs sud-africains. “ Tout cela a un coût’’, a rappelé le Dg de la Safa, estimant le coût total de la rencontre à un minimum de 5 millions de rands sud-africains. Mais aussi, la Safa va demander aussi à la Fifa qui a décidé de faire rejouer le match en novembre de contribuer également au Nelson Mandela Challenge qui a eu lieu annuellement en novembre. “ En raison de la reprogrammation du match, la Fédération sud-africaine, qui organise un match de solidarité pour aider la Fondation Mandela à la même date, demandera à la Fifa de donner sa contribution’’, a-t-il ajouté, rappelant que ce don sera versé pour les enfants soutenus par la Fondation Mandela. Avec la décision de faire rejouer le match, l’Afrique du Sud ne compte plus qu’un point dans son groupe de qualification loin derrière le Burkina Faso, leader avec 6 points (+2).

Le Cap Vert, prochain adversaire du Sénégal, est deuxième avec 6 points (-2).
Le Sénégal est troisième avec 5 points (+2) avec trois matchs à jouer comme l’Afrique du Sud, dernière du groupe. Quant au Burkina Faso et au Cap Vert qui occupant les deux premières places du groupe D, il ne leur reste que deux matchs à jouer.

APS

Organiser pour gagner, c’est l’ambition de tout pays organisateur d’une compétition. La Tunisie a réussi ce défi samedi en dominant chez elle, le Nigeria en finale de la 29e édition de l’Afrobasket.

Apparemment lessivés après la demi-finale péniblement remportée aux dépens du Sénégal, la veille, les D-Tigers n’ont pu tenir face aux Tunisiens, maîtres à domicile. La différence de 12 points au tableau d’affichage (77 – 65), à l’arrivée, illustre la domination des nouveaux champions d’Afrique. Ainsi, comme les Angolais (1989, 1999, 2007) à Luanda, les Sénégalais (1972, 1978, 1997) à Dakar, la Côte d’Ivoire en 1998 à Abidjan, l’Egypte (1975 et 1983) à Alexandrie et la Centrafrique, en 1974 à Bangui, la Tunisie a été aussi réaliste, à domicile. Les Tunisiens succèdent ainsi leurs victimes au palmarès. Ils ajoutent du coup, un deuxième sacre à leur palmarès six ans après leur premier titre conquis en 2011 à Madagascar. Les Lions, privés d’une 6e couronne par le Nigeria, se contentent d’une médaille de bronze. Les Sénégalais qui ont dominé les Marocains (73 – 62) dans la finale de la consolation, occupent la 3e place du podium.

Organiser pour gagner, c’est l’ambition de tout pays organisateur d’une compétition. La Tunisie a réussi ce défi samedi en dominant chez elle, le Nigeria en finale de la 29e édition de l’Afrobasket.
Apparemment lessivés après la demi-finale péniblement remportée aux dépens du Sénégal, la veille, les D-Tigers n’ont pu tenir face aux Tunisiens, maîtres à domicile. La différence de 12 points au tableau d’affichage (77 – 65), à l’arrivée, illustre la domination des nouveaux champions d’Afrique. Ainsi, comme les Angolais (1989, 1999, 2007) à Luanda, les Sénégalais (1972, 1978, 1997) à Dakar, la Côte d’Ivoire en 1998 à Abidjan, l’Egypte (1975 et 1983) à Alexandrie et la Centrafrique, en 1974 à Bangui, la Tunisie a été aussi réaliste, à domicile. Les Tunisiens succèdent ainsi leurs victimes au palmarès. Ils ajoutent du coup, un deuxième sacre à leur palmarès six ans après leur premier titre conquis en 2011 à Madagascar. Les Lions, privés d’une 6e couronne par le Nigeria, se contentent d’une médaille de bronze. Les Sénégalais qui ont dominé les Marocains (73 – 62) dans la finale de la consolation, occupent la 3e place du podium.

A. SAMBOU

La 2ème édition de la Coupe du Sénégal de volleyball va sacrer, ce samedi, ses vainqueurs. Ce sera à l’occasion des finales hommes et dames de cette compétition organisée par la Fédération sénégalaise de volleyball et parrainée par le chef de l’Etat. Deux rencontres prévues au stadium Marius Ndiaye où les quatre équipes encore en lice sur les deux tableaux iront à l’assaut de ces trophées au programme fédéral depuis la saison 2015-2016. Chez les dames qui ouvrent le bal dès 15h30, la Sococim, tenante du titre va tenter de conserver le trophée acquis l’année dernière aux dépens du Cs Diatoo. Elle avait remporté leur face à face en trois sets (25-21, 25-21 et 25-23). Cette année, ce sont les pensionnaires de l’As Police qui se dresseront face aux joueuses du club de Rufisque pour contrarier leurs plans et faire échouer leurs envies de doublé.

Pour cela, il faudra aux ‘‘Policières’’ qui ont déjà remporté le championnat, une détermination sans faille face à une équipe rufisquoise qui a été déchue de son titre national dans l’autre compétition organisée par la Fédération. Si le tenant en dames est toujours en lice pour rempiler, le vainqueur chez les messieurs en 2016 ne sera pas de la partie cet après-midi. L’Asfa qui s’était imposée l’an dernier va ainsi suivre l’As Police et l’Université Gaston Berger se disputer la couronne enlevée l’an dernier par les militaires. Ces derniers, déjà sacrés champions du Sénégal cette saison, avaient d’ailleurs comme adversaires de la finale de l’édition 2016, les Policiers qui auront à cœur de réussir là où ils avaient échoué l’an dernier. Battus alors par 3 sets à 1 par l’Asfa, l’As Police avait ainsi laissé filer le trophée ; un titre que la formation va donc tenter d’enlever ce samedi.

Les étudiants de l’Université de Saint-Louis afficheront la même détermination à s’imposer et remporter ainsi son premier trophée. En marge des finales de cet après-midi, la Fédération procédera à la remise de trophée aux équipes championnes du Sénégal de D1 à savoir l’Asfa chez les hommes et l’Asc Police en Dames mais également aux équipes championnes du Sénégal en D2 que sont les deux formations de Santhiaba VBC de Ziguinchor en hommes et dames.

O. POUYE

PROGRAMME
15h30 : Sococim – Asc Police (D) ; 16h30 : Ugb – Asc Police (H).

Last modified on samedi, 16 septembre 2017 13:22

La Serbie affrontera la Slovénie, dimanche, dans la première finale entre républiques ex-yougoslaves à l'Euro de basket grâce à sa victoire sur la Russie, 87 à 79, hier à Istanbul.

L'exploit n'est pas mince car, parmi toutes les équipes privées d’éléments-clefs, elle était la plus sévèrement touchée. Milos Teodosic, Nikola Jokic, Miroslav Raduljica et Nikola Kalinic, quatre des cinq joueurs du cinq majeur vice-champion olympique manquent à l'appel en Turquie. Mais après un passage à vide au début des années 2000, cette grande école a retrouvé une belle génération. C'est la troisième fois sur les quatre dernières grandes compétitions qu'elle atteint la finale après le Mondial-2014 et les JO-2016. Seuls les intouchables Américains les avaient arrêtés.

A l'Euro, la Serbie jouera sa première finale depuis 2009 (elle avait perdu contre l'Espagne). Elle a remporté trois fois le titre depuis l'éclatement de la Yougoslavie en 1995, 1997 et 2001 (en jouant quand même sous son ancien nom à chaque fois). 

Le leader de l'équipe engagée à Istanbul est le meneur-arrière Bogdan Bogdanovic, champion d'Europe des clubs en mai avec Fenerbahçe (dans le même Sinan Erdem Dome où a lieu l'Euro) et qu'on verra en Nba dès la saison prochaine avec les Sacramento Kings. En demi-finale comme depuis le début du tournoi, ce joueur de 25 ans, aussi fort au tir que dans l'attaque du panier, a assumé ses responsabilités (24 points). C'est lui qui a marqué les deux paniers consécutifs qui ont douché les derniers espoirs russes dans les deux dernières minutes.

Il fallait bien cela pour contrebalancer les 33 points d'Alexei Shved. Le meneur russe, un peu isolé quand même, n'a jamais marqué moins de 20 points dans ses huit matchs à l'Euro.Mais c'est surtout à l'intérieur que les joueurs entraînés par le légendaire Sacha Djordjevic ont dominé de la tête et des épaules: 42 points marqués dans la "peinture" contre 22, dont 18 par l'immense Boban Marjanovic (2,22 m). La Serbie, qui avait perdu contre les Russes en première phase, a fait la course en tête tout le match, mais son avance de 16 points dans le deuxième quart-temps a fondu et le final n'a pas manqué de suspense, les Russes revenant même à deux points à quatre minutes de la sirène. Difficile de dégager un favori pour la finale. Les Serbes montent en puissance, mais les Slovènes, qui n'avaient jamais atteint ce niveau, font forte impression depuis le début avec leur trio Goran Dragic, Luka Doncic et Anthony Randolph. Ils ont surclassé le tenant du titre, l'Espagne, en demi-finale.

AFP

Après une phase de trois défaites accumulées face respectivement à la Tunisie, l’Egypte et l’Angola, l’équipe nationale du Sénégal cadette de handball a renoué hier, avec le succès au Championnat d’Afrique de la catégorie qui se déroule depuis lundi à Abidjan. Les Lioncelles ont, en effet, battu les Congolaises de la République démocratique sur la marque de 27 à 18 pour obtenir leur deuxième succès du tournoi.
Sur la lancée de leur prestation encourageante livrée jeudi contre les Angolaises, les Lioncelles ont dominé leurs vis-à-vis congolaises ce vendredi. Une victoire convaincante des Sénégalaises qui avaient déjà de l’avance confortable à la pause puisqu’elles menaient de quatre points (14-10). A la reprise, les partenaires de Saranding Coly de Sédhiou Hbc sont restées sur leur lancée en maintenant le rythme. Trente minutes plus tard et 13 buts de plus pour 8 pris, elles ont pris le dessus sur leurs vis-à-vis. Un adversaire avec lequel le Sénégal est en lice pour une place au pied du podium derrière l’Egypte, l’Angola et la Tunisie, les trois formations encore candidates au titre qui composent le trio de tête.

Après cinq rencontres, le Sénégal sera au repos ce samedi et reprend la compétition dimanche. Un retour par lequel il aura comme adversaire, l’Algérie qui a, jusque-là, perdu toutes ses rencontres. Comme le Sénégal, l’Egypte et l’Angola ont remporté leurs matchs d’hier. Les Egyptiennes ont remporté le derby maghrébin en dominant la Tunisie par 23 à 19. Menées à la mi-temps (9-12), les Egyptiennes ont bataillé dur pour revenir au score et s'imposer au coup de sifflet final. Avec cette quatrième victoire en autant de sorties, elles consolident leur place en tête du classement avant de faire face ce samedi, à l’Angola.
Ce sera dans une rencontre qui fera office de finale du tournoi comme ce fut le cas chez les juniors avec le sacre des Angolaises. Avant cette partie, ces dernières ont battu hier la Côte d’Ivoire par 28 à 25, le 5ème revers de suite pour le pays hôte.

O. POUYE

RESULTATS 5eme JOURNEE :
Egypte – Tunisie 23-19 ;
Sénégal – RD Congo 27-18 ;
Côte d’Ivoire – Angola 25-28.
PROGRAMME 6eme JOURNEE :
16h : Rd Congo – Tunisie ;
18h : Côte d’Ivoire – Algérie ; 20h : Angola  – Egypte.

Des journalistes sportifs ghanéens ont fait part à l’Aps de leur gêne relativement à l’affaire Joseph Lamptey, du nom de l’arbitre ghanéen reconnu coupable de "manipulation de résultat" concernant la rencontre Afrique du Sud-Sénégal du 12 novembre dernier, comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018. "It s a big shame (c’est une grande honte, en anglais)", s’étrangle le chargé de la communication de la Fédération ghanéenne de football (Gfa), Ibrahim Sannie, un ancien de la Bbc, la radiotélévision publique britannique. "Il y a un gros risque d’amalgame et à cause de son attitude, on pourrait nous indexer à travers le football mondial. Or, le Ghana et son football sont connus à travers le monde pour être des gens très fair-play", a commenté le chargé de la communication de la Gfa.

M. Sannie, également membre du Comité d’organisation de la Coupe des nations de l’Ufoa, était un spectateur attentif du match Ghana-Guinée (2-0), comptant pour cette compétition.
"Comme ce soir (jeudi), nous préférons voir le Ghana briller sur les terrains en offrant un beau spectacle mais pas de la manière de Lamptey, et je pense que nos amis Sénégalais savent que nous ne sommes, en aucun cas impliqués dans cette affaire", a ajouté l’ancien reporter sportif. Il juge que personne ne perd en définitive dans cette affaire, au regard de la décision de la Fifa de faire rejouer le match, sans compter la compensation financière reçue par l’Afrique du Sud au titre des dépenses engagées. De cette manière, "le meilleur pourrait gagner lors de la prochaine reprogrammation", fait valoir Ibrahim Sannie. Le comité d’organisation des compétitions de la Fifa a validé définitivement jeudi la décision de faire rejouer le match Afrique du Sud-Sénégal de novembre dernier, émaillé par des erreurs d’arbitrage, jugées grossières de la part de l’arbitre ghanéen Joseph Lamptey.

A l’image du chargé de communication de la Gfa, des journalistes des nombreuses stations Fm du Ghana ont des réponses gênés sur cette affaire. Kwesi Koomson de la station Asida Fm, basée à Takoradi où l’équipe locale du Sénégal a pris ses quartiers, souffle longuement avant de répondre à une question relative à cette affaire.

"Vous savez, cette affaire, c’est comme un Sénégalais qui a quitté son pays et est venu travailler au Ghana et a eu maille à partir avec la justice pour avoir commis un acte répréhensible", a-t-il avancé, avant d’interroger : "Pensez-vous que tous les Sénégalais doivent être jugés par cet acte de leur compatriote ?". Sans attendre de réponse, il poursuit : "C’est aussi cela cette affaire, le Ghana n’est en rien responsable, il (Lamptey) a commis un forfait qu’il assume et c’est aussi simple que cela. D’ailleurs, j’ai abordé le sujet avec un responsable sénégalais qui m’a certifié que dans votre pays, les gens n’ont pas fait d’amalgame et qu’ils continuent d’aimer nos footballeurs et notre pays, c’est cela la bonne posture", a-t-il dit. Plusieurs autres reporters ghanéens, subitement intéressés par ce sujet, se rapprochent subitement et opinent de la tête en écoutant le commentaire de leur collègue. Dans des entretiens avec la presse locale, le président de la Gfa, Kwesi Nyantakyi, a aussi abondé dans le même sens, évoquant "la honte" qui s’est abattue sur l’officiel ghanéen après les faits incriminés. "Il s’est couvert de honte et cela doit servir de leçon aux arbitres du pays", a souligné le président de la Gfa, par ailleurs membre du Conseil de la Fifa et président de la zone ouest B de l’Ufoa.

"C’est un acte très regrettable parce que certains d’entre nous ont été surpris après les révélations’’, a indiqué Kwesi Nyantakyi, également premier vice-président de la Confédération africaine de football (Caf).

 La zone ouest A est dirigée par Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football (Fsf).

APS

L’équipe du Sénégal a perdu (1-2), son premier match de poule du tournoi de l’Ufoa contre une vaillante équipe du Niger hier. Sur les deux buts nigériens, la défense sénégalaise a manqué de « concentration et de communication », laissant une première fois, vers la demi-heure, la liberté à l’attaquant nigérien Victorien Adji, dit Adebayor, de venir battre le portier sénégalais, Pape Diatta Ndiaye. Le Sénégal qui a réussi à revenir grâce à Assane Mbodj à la réception d’un centre venu de la gauche de Moussa Marone, entré en cours de jeu, a répété les mêmes errements défensifs. Ce qui a permis à la 90ème minute au Niger de prendre un avantage décisif. Sur une balle en profondeur, les défenseurs se sont arrêtés de jouer, croyant à un hors-jeu. L’attaquant nigérien Adebayor a eu le temps de centrer et c’est entre trois défenseurs sénégalais que Hinsa Issoufou a mis son pied pour marquer le 2ème but de son équipe, celui de la victoire. Une bonne entrée dans la compétition du Mena, bien salué par son coach.

En effet, d’après Cheikh Diébaté, l’équipe du Niger a opposé à une sélection sénégalaise « pleine d’individualités » son collectif pour gagner (2-1) le match. Toutefois, le technicien nigérien reconnaît que « c’était un match difficile contre une belle équipe du Sénégal qui comptait sur beaucoup d’individualités, mais nous avons mis en place un collectif qui a réussi à marquer les deux buts ». Il poursuit en soutenant que son équipe « est en pleine reconstruction et est venue à ce tournoi pour jouer le maximum de matchs possibles. Nous avons sorti le Burkina Faso et ce soir nous avons battu le Sénégal, nous allons continuer puisque l’objectif est d’aller le plus loin possible », a-t-il ajouté. Son homologue sénégalais, Moustapha Seck, a fait part de ses regrets au vu des nombreuses occasions de son équipe. « Nous avons réussi à nous procurer de belles opportunités mais nous avons raté le coche par manque de lucidité et de concentration », a particulièrement déploré le sélectionneur sénégalais. Sur les errements défensifs, Moustapha Seck a fait état de « manque de communication » sur des ballons où il n’y avait « aucun danger ». Mais il tient à rassurer. Car, « c’est un championnat, nous avons perdu un match et il faut aller se préparer pour avoir un bien meilleur résultat pour le deuxième match », a-t-il par ailleurs promis. Dans tous les cas, il n’a plus le choix. Après ce faux pas d’entrée, son équipe est dos au mur. Le Sénégal doit absolument gagner contre le Bénin lors de son deuxième match pour rester dans la course à la qualification en demi-finale.

Avec APS

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.