banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2612)

Sport

Incapable de s’imposer lors de la manche aller du tour préliminaire de la Ligue africaine des champions, à Dakar, l’Us Gorée championne du Sénégal en titre sera en gros danger ce weekend à Conakry chez le Horoya Ac de Guinée. Si le nul vierge qui a sanctionné le face-à-face de samedi dernier offre une chance de qualification aux Insulaires (en cas de nul avec but par exemple), ce n’est pas avec le visage qu’ils ont affiché à Demba Diop qu’ils y parviendront. Il faudra, en effet, aux hommes du coach Ali Male, sortir le grand jeu et se sublimer pour franchir cet obstacle. D’autant que le Horoya sait s’y faire avec les clubs sénégalais pour avoir laminé la Douane (4 – 0 au retour), l’année dernière à ce même stade de la même compétition. Les Goréens sont donc avertis.

Il y a une semaine, pour ses premiers pas en compétitions africaines des clubs, Niary Tally s’était courtement incliné (0 – 1) lors du tour préliminaire aller de la Coupe de la Confédération, face aux Camerounais d’Apejes de Mfou. Aujourd’hui, pour la manche retour, les « Galactiques » ambitionnent rien moins que de renverser la vapeur pour accéder au tour suivant. Dans leur fief du stade Demba Diop, à partir de 17 heures, les protégés du coach Demba Mbaye pourront compter sur le soutien inconditionnel de leurs chaleureux supporters. A l’aller, ils avaient bien résisté avant de s’incliner sur une frappe adverse détournée dans son but par un joueur de Niary Tally. Cet après-midi, donc, le portier international Papa Seydou Ndiaye et ses partenaires ont l’occasion de frapper un grand coup contre un adversaire qui ne joue pas chez lui, puisque son championnat national n’a pas encore débuté. Le jeune entraineur du club de NGB, Demba Mbaye, a soutenu hier que ce match était « le plus important de (sa) carrière ». Espérons pour lui que ce ne soit que le plus important avant un prochain dans cette Coupe de la CAF. Ce qui veut dire que son équipe aura passé ce cap de l’APEJES de Mfou…

Oumarou Sokba (coach Apejes de Mfou) : « On s’attend à un match difficile »
Arrivés à Dakar avant-hier, les Camerounais de Apejes de Mfou ont foulé, hier, la pelouse du stade Demba Diop. Une première séance à huis clos, à l’issue de laquelle le coach des Académiciens de Mfou a d’abord déploré le climat dakarois qui risque d’être son premier adversaire aujourd’hui. « On va d’abord essayer de s’adapter au climat. Ici il fait froid, contrairement à Yaoundé », a déploré Oumarou Sokba. Le technicien du club camerounais a, en outre, soutenu vouer un grand respect à son adversaire du jour. En effet, après avoir découvert Niary Tally au match aller, il se fait déjà une idée de ce qui l’attend cet après-midi sur la pelouse du stade Demba Diop. « Niary Tally est une bonne équipe qui nous a posé des problèmes à Yaoundé, mais on n’a pas encaissé. Ne pas encaisser à domicile, c’était la consigne au match aller, on l’a réussie. En fait, l’équipe de Niary Tally ne m’a pas surpris. C’est une équipe qui joue bien au football. On s’attend forcément à un match difficile ici », reconnaît-il. Et partant de la sortie du coach du club sénégalais, Demba Mbaye, dans la presse d’hier, Oumarou Sokba peut s’attendre à un accueil mouvementé ce soir à Dakar. « Leur entraîneur a déclaré dans la presse que c’est le match de sa vie, cela veut dire qu’il va tout faire pour booster ses joueurs. Donc, mentalement, il va falloir que nous soyons prêts. Et c’est sur ce plan que nous avons accès notre travail ». Cependant, malgré le léger avantage d’une longueur (1-0) au match aller à Yaoundé, la semaine dernière, il n’entend point verrouiller cet après-midi. « On ne vient pas pour jouer le nul, on va simplement tout faire pour que les joueurs respectent les consignes. Au match aller, on a manqué de rythme parce que le championnat du Cameroun n’a pas encore démarré. Depuis la finale, le 30 octobre dernier, on n’a pas joué. Mais Niary Tally ne joue pas, aussi, depuis longtemps parce qu’au Sénégal, le championnat est en trêve. Sinon, ça allait être plus compliqué pour nous ».

Ansoumana SAMBOU

En trêve depuis plus d’un mois, le championnat de l’élite reprend ce week-end. Et pour la reprise, tous les matches de la 11e journée sont programmés dimanche à la même heure (17h). Le stade Caroline Faye de Mbour sera l’une des principales attractions de cette reprise.

Programme
Demain A Amadou Barry, 17 h : Gfc (4e, 17 pts ) – Diambars (3e, 17 pts); A Demba Diop, 17 h : Douanes (8e, 13 pts) – Teungueth Fc (9e, 11 pts); A Aline Sitoé Diatta, 17 h : Casa Sports (6e, 14 pts) – Us Ouakam (11e, 10 pts) ; A Caroline Faye, 17 h : Stade de Mbour (7e, 13 pts) - Génération Foot ( 1er, 21 pts) ;
A Mawade Wade, 17 h : Linguère (12e, 9 pts) – Mbour PC (10e, 11 pts)
NB : Us Gorée (13e, 8 pts) – Diaraf (2e, 17 pts) et Ngb Niary Tally (5e, 15 pts) – Ndiambour (14e ,8 pts), reportés

Le Guédiawaye football club a profité de la trêve pour se réarmer et veut reprendre le championnat de L1, ce weekend, dans les meilleures conditions. C’est ce qu’a annoncé Cheikh Guèye, nommé coach intérimaire du club après le limogeage de Youssouph Dabo.

Durant la trêve de plus d’un mois observée par le championnat de L1, le Gfc n’a pas baissé de rythme dans les entraînements ni de régime sur un quelconque plan que ce soit. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait penser, le départ de l’entraîneur n’a en rien changé le cours des choses. Du moins, c’est ce que soutient Cheikh Guèye désigné entraîneur du Gfc à titre intérimaire. Il a profité de ce qui restait de la trêve pour poursuivre la même dynamique qu’avant et a fait travailler ses joueurs sur le plan physique, mais aussi sur des aspects techniques voire technico-tactiques. Bref, le travail qu’il a débuté sur le banc du Gfc a touché sur l’ensemble des aspects de nature à maintenir l’équipe dans sa progression vers le haut du tableau. Ce travail semble avoir porté ses fruits quand on sait que sur les quatre matches que l’équipe a disputés, il n’en a perdu qu’un seul. Pour dire que le moral est au beau fixe chez les banlieusards au moment de reprendre la compétition ce weekend. C’est pourquoi Cheikh Guèye ne nourrit aucun pessimisme concernant la suite du championnat. Surtout qu’il a eu la chance d’évoluer pendant un bon moment comme adjoint aux côtés de l’ex-entraîneur, Youssouf Dabo, limogé pour s’être rendu à la dernière Can sans l’autorisation de son employeur. Ce qui lui a permis de garder de bons rapports mais surtout une familiarité frisant même la complicité avec les joueurs. Un autre atout soulevé par Cheikh Guèye, c’est la ferme volonté du président du club, Diamil Faye, de ne ménager aucun effort pour que l’équipe puisse évoluer dans les meilleures conditions et atteindre l’objectif fixé dès le début du championnat, à savoir la tête du classement.

« L’objectif reste le même qu’au début du championnat, le Gfc veut être champion du Sénégal cette année », rappelle le coach intérimaire. Il a révélé qu’avant d’arriver au Gfc comme coach adjoint, il a évolué dans différentes catégories en Espagne comme entraîneur. Il est titulaire du diplôme d’entraîneur de 3ème degré. Fort d’une détermination inébranlable à relever le défi qui l’attend, Cheikh Guèye a appelé les supporters du Gfc à se mobiliser derrière l’équipe fanion de Guédiawaye pour la pousser vers le trône du championnat du Sénégal.

Abdou DIOP

L'attaquant international sénégalais Babacar Guèye a rejoint le Xinjiang Tianshan (D2 chinoise). Il était libre depuis son départ de Shenzhen. Gueye a évolué de 2003 à 2009 au Fc Metz, finissant troisième meilleur buteur de Ligue 2 en 2006-2007. Il a terminé deux fois meilleur buteur de Chinese Super League (D1 chinoise).

Le Malien Mahamane Traoré file en Lituanie…
L'ancien milieu de Nice Mahamane Traoré, qui était libre depuis cet été, a signé avec le Zalgiris Vilnius, champion de Lituanie en titre. Le milieu international malien de 28 ans (32 sélections, 2 buts) n'avait pas été prolongé par le Gym en fin de saison dernière. Egalement passé par Metz, Traoré a joué 100 matches de Ligue 1 au total (9 buts, 5 passes décisives).

… son compatriote Momo Sissoko rebondit en Serie B italienne
Sans club depuis son départ du club indien de Pune City, Mohamed Sissoko s'est engagé pour quatre mois avec Ternana, avant-dernier de Serie B (D2 italienne). Le milieu malien de 32 ans retrouve ainsi l'Italie, où il a joué en Serie A sous les couleurs de la Juventus (2008-2011) et de la Fiorentina (2013).

La 2e journée de la saison sera tenue demain dimanche à partir de 16h30 à l’hippodrome municipal Ndiaw Macodou Diop de Thiès. Le Cng chargé de courses hippiques l’organise en partenariat avec l’association die Casaque – Team. L’instance dirigeante a réussi un coup de maître pour avoir enregistré 72 chevaux avec la rentrée des importés appelés pur-sang qui seront 9 partants. La course des poulains de 3 ans (17 concurrents) et celle du groupe 3 qui enregistre le même nombre s’annoncent palpitantes. Un duel de revanche est aussi attendu dans le groupe 2 entre « Doumayene », le vainqueur dimanche dernier, et « Trêve » ; seulement « Adja Thiouth II », « Big Boss » et « Assane Demba » tenteront de brouiller les cartes.

Les partants
8 Pda (1200m) Cheikh Moustapha, Taif, General Bara, Monsieur, Thiono du Reer, Ndeye Fall, Jambar Ji, Diegou Pousso
17 Poulains de 3 ans (1650m) Defal Yalla, Anna Fall, Medina, Zakia, Pape Lô, Ouly, Oprah Winfrey, Alhamdou, Willy Jr, Mandela 2, Mbacol, Misbaah, Aminata Marie, Amina, Rafet Niort, Dieng Mor, Bismillah Jamm
17 partants Groupe 3 (2200m) 1er Bakka, Arif, Thank Giving, Nasroulah, Bebe Khady, Mbar Ngone, Niody, Barakatou, Sibigui, Djina Ba, Express, Petit Tonnerre, Union, Abdou Samad, Lawlacatt 3, Mutahir
12 chevaux Groupe 2 (2200m) Adja Thiouth, Decka, Capitaine Dina Ndiaye, Doumayene, Trêve, Assane Demba, Tom, Bourakh, Big Boss, Rassoul, Altay, Masath Wakhla
9 partants Groupe 1 (2200m) Faydou, Betty Bao, La Grande Royale, Maître, Darou Khoudoss, Lingeer Bi, Niak Gore, Pr Oumar Bao, Makha
9 pur-sang (2200m) Brouette, Thibautin, People’s Shop, Kimane, Leone di sassonia, Dakar Style, Lone Ranger, Pepin le Bref, Venité

El Hadj Yamar DIOP

La plage des Almadies accueille, samedi et dimanche prochains, la 8ème édition de l’Africa Tour de surf qui mettra en lice des spécialistes sénégalais, marocains et cap-verdiens avec des Français et des Portugais comme invités.

Deux événements internationaux attendent le surf sénégalais qui s’apprête à accueillir des spécialistes étrangers. Il s’agit, dans un premier temps, de la 8ème édition de l’Africa Surf Tour prévue samedi et dimanche prochains puis le Tag-Team. Pour la première compétition, les organisateurs donnent rendez-vous aux amateurs à la plage des Almadies où sur deux jours, les spécialistes nationaux vont se frotter à des pratiquants venus du Cap-Vert, de la France, du Maroc et du Portugal. Pour Oumar Seye, son fondateur, l’événement intervient dans un contexte où la discipline désormais olympique, est en pleine progression au Sénégal. Et une victoire sénégalaise et la répétition d’organisations pourraient permettre de booster la pratique afin d’espérer « avoir des représentants aux Jeux olympiques dans le futur ». En tout cas, les surfeurs nationaux sont déterminés à remporter la compétition à domicile. Le champion du Sénégal en titre, Chérif Fall, a ainsi fait part de son engagement à jouer sa partition ; tout comme Babou Gueye qui, après avoir remporté l’étape du Cap-Vert l’an dernier, compte bien s’imposer à Dakar cette année. Contrairement aux dernières années où la compétition se disputait sur plusieurs étapes, l’édition 2017 aura lieu sur un seul site. Du coup, la capitale sénégalaise va abriter l’unique rendez-vous de cette année alors que le Maroc et le Cap-Vert étaient également au programme les années précédentes.

Une situation que les organisateurs expliquent par des circonstances qui prévalent dans les deux pays : « Les problèmes internes décelés au sein même de la Fédération marocaine de surf d’une part. Et d’autre part, le fait que le Cap Vert n’ait pas encore monté sa propre fédération ». Mais les athlètes issus de ces nations sont attendus à Dakar ce week-end pour disputer le titre avec les huit meilleurs athlètes sénégalais de la saison écoulée dont le champion national, Chérif Fall. Des pays comme la France avec trois athlètes et le Portugal qui enverra aussi trois surfeurs seront également de la partie. En plus de cette compétition africaine, le surf sénégalais s’apprête à accueillir une manifestation dénommée Tag-Team et programmée une semaine plus tard, c’est-à-dire le 25 février. Ce sera une opposition entre le Surf club Ngor et une formation française, l’école française de Lou-surf-Fou implantée à Hossegor, deux entités partenaires dans un cadre d’échanges. A cette occasion, « 11 jeunes professionnels français seront à Dakar » et pour cette première programmation au Sénégal, les deux clubs se feront face à la plage de Kayar, « si les conditions météo le permettent », précise Oumar Seye. Aussi, dans ce cadre, des voyages dans les deux pays concernés.

Ousseynou POUYE

En match international amical joué hier au stade Léopold Sédar Senghor, l’équipe U20 du Sénégal a battu l’équipe nationale locale de Gambie par 2 buts à 1. Mi-temps : 1-0 pour le Sénégal. Buts : Krépin Diatta (44e) et Ibrahima Niane (61e Sp) pour le Sénégal. Salomon Kanform (85e Sp). Arbitres : Maguette Ndiaye, assisté par Abdou Aziz Guéye et Mansour Thiaw, tous du Sénégal. Avertissements : Ousseynou Cavin Diagne (71e) et Souléye Sarr (90e +4) pour le Sénégal. Lamin Camara (28e) et Mustapha Drammé (90e+3) pour la Gambie. 

Les équipes : Sénégal : Lamine Sarr, Mamadou Diarra (cap), Moussa Bâ puis Waly Diouf (77e), Jean Jacques Idrissa Ndecky, Souleymane Aw, Cheikh Ahmadou Bamba Kâne puis Souléye Sarr (65e), Ousseynou Cavin Diagne puis Mamadou Mbaye (77e), Krépin Diatta, Mouhamed Pouye puis Dominique Edouard Miquilan (54e), Ibrahima Niane, Aliou Badji puis Pape Habib Guéye (70e). Coach : Joseph Koto

Gambie : Alajie Niabally, Sang P Mendy (cap), Salify Karubally, Matar Ceesay, Lasana Jarju, Lamin Camara puis Mustapha Drammé (57e), Boubacar Jammeh puis Yahya Ndong (78e), Lamin Charty puis Mbay Faye (65e), Adama Jammeh, Jibril Syllah puis Saiku Mansally (57e), Ousman Syllah puis Solomon k Kanform (79e).
Coach : Abdoulie Bojang

Dernier match de préparation et dernière victoire. Joseph Koto et ses boys ont battu hier l’équipe nationale locale de Gambie par 2 buts à 1. Même si la manière a manqué un peu dans le jeu des U20, il faut cependant reconnaitre qu’ils ont fait preuve de maîtrise technique. Ce qui a d’ailleurs été la poursuite normale des succès engrangés jusqu’ici. Une victoire qui marque la confiance aussi pour un groupe habitué à jouer ensemble, mais qui ne cesse pas de rechercher la perfection. Hier sur la pelouse du stade Léopold Sédar Senghor, le capitaine Mamadou Diarra et ses coéquipiers ont assuré dans le jeu se faisant rarement prendre à contre courant.

C’est vrai qu’ils ont raté moult occasions de but qui auraient pu leur permettre de s’imposer largement ; mais l’essentiel a été fait. Car après les nombreuses occasions ratées par Aliou Badji (3e), Mouhamed Pouye (9e), Ibrahima Niane (12e), les jeunes sénégalais ont fini par trouver la faille par Krépin Diatta qui passa la défense adverse en revue avant de crucifier le gardien gambien (44e). Un but venu sur le tard, mais qui permet quand même à Koto et ses joueurs d’aller à la pause avec un peu d’assurance.

Et un quart d’heure après la reprise (61e), Ibrahima Niane attaquait de front la défense qui n’eut d’autres ressources que de le faucher en pleine surface de réparation. Il se chargera lui-même de transformer la sentence. Douze minutes après, le même Ibrahima Niane reviendra sur une combinaison avec Krépin Diatta pour rater la balle du troisième but (73e).

Au contraire, ce sont les Gambiens qui se réveilleront sur une montée rageuse de Adama Jammeh lequel se fera fauché par Waly Diouf à l’entrée de la surface (85e); mais l’arbitre désignera le point de pénalty.

Salomon Kanfom tirait en force et réduisait le score. Mais le Sénégal conservera son avantage pour boucler cette préparation sur un troisième succès (après les deux signés contre le Kenya). Un bon viatique pour la CAN U20 qui débute dans une semaine en Zambie.

Joseph Koto, entraineur des U20 : « Notre objectif, les demi-finales !»
« C’était un bon match amical parce qu’on avait une équipe locale en face de nous. C’est vraiment un bon test grandeur-nature ; ça nous a permis de voir les joueurs bien réagir. Je suis donc satisfait du match et je pense que l’essentiel était de bien jouer et de gagner ». L’entraîneur de l’équipe nationale U20 du Sénégal, Joseph Koto, affichait sa satisfaction par rapport à la prestation de ses joueurs à l’issue du match qui les a opposés hier à la sélection locale de la Gambie. A quelques jours du départ pour la Zambie où ils sont appelés à disputer la phase finale de la Can de leur catégorie, les jeunes sénégalais ont démontré de réelles qualités.

D’ailleurs même s’ils n’ont pas marqué beaucoup de buts au cours de ce match, Joseph Koto peut estimer que ses gosses ont rendu une bonne copie. « On n’a pas marqué beaucoup de buts, on en a raté également. Mais les joueurs commencent à se libérer peu à peu et vraiment on a espoir. Le contenu n’est pas mal parce que les gosses sont joueurs et à des moments donnés ils arrivent à garder le ballon et à chercher des espaces pour jouer. Mais l’équipe qui était en face aussi était bien préparée et a pressé à un moment donné et est restée derrière parfois. Donc on ne pouvait que garder la balle pour chercher la faille », a-t-il estimé à la fin du match. En tout cas à l’heure du bilan, on peut dire que le technicien sénégalais peut s’estimer heureux car tout au long de cette préparation son équipe a planté 8 buts et n’a encaissé qu’un seul. D’où sa satisfaction de savoir que la préparation a été bonne. « Vous savez, moi je suis très exigeant et je cherche toujours la perfection. Je mets toujours la pression. Donc je demande encore plus et je sais que ces garçons peuvent donner encore plus. Maintenant c’est la coupe d’Afrique, les choses sérieuses vont commencer et notre ambition c’est de bien représenter le Sénégal. Le groupe a été déjà défini, je pense qu’on a reconduit pratiquement les mêmes joueurs et sur les 21 il y en a 19. Donc c’est le même groupe qui continue le travail parce que c’est la raison pour laquelle on a emmené ces joueurs au tournoi de l’Uemoa qui nous a servi de préparation », a-t-il dit.

A son avis, l’équipe est aujourd’hui sur la bonne lancée et n’a pas failli à son devoir. « Ce sont des garçons sur qui nous avons beaucoup de confiance. La compétition va bientôt commencer, et maintenant on va se battre car on a défini l’objectif ; c’est d’essayer d’arriver en demi-finale car les garçons ont envie de disputer encore une coupe du monde. Nos adversaires sont bien préparés, il ne faut pas dormir. Ne pensons pas que le Sénégal va partir pour gagner et revenir. Ce sont des équipes qui se sont très bien préparées avec beaucoup de matches amicaux dans les jambes. Donc le Sénégal sera attendu ; on nous suit de loin », a-t-il averti.

A noter que Koto et ses joueurs recevront le drapeau national demain à 10 heures au ministère des Sports.

C. F. KEITA

Fass pourrait être, cette saison, l’une des écuries les plus sollicitées par les promoteurs. En attendant, le très probable face-à-face entre sa tête de file, Gris Bordeaux, et Balla Gaye 2, trois de ses pensionnaires les plus en vue ont déjà décroché des affiches. Il s’agit de Papa Sow, de Lac Rose et de Gris 2 qui affronteront respectivement Ama Baldé, Moussa Ndoye et Pakala. L’écurie de la Médina saisira-t-elle cette opportunité pour reprendre la main ?

Gris 2 : Le défi de l’invincibilité
Tout le contraire de son grand-frère en perte de vitesse, Gris 2 est, sans nul doute, l’une des plus grandes satisfactions de l’écurie Fass ces dernières années. Il est, à ce jour, l’un des rares espoirs à n’avoir pas encore mordu la poussière. En cinq ans, il a su se frayer un passage dans l’arène, au point de titiller l’antichambre des ténors. Tombeur d’Alam Daar, de Diagar Diagar, de Cartouche, d’Auguste, de Boye Socé, de Boy Remorque et tout dernièrement d’Ablaye Ndiaye, il ira, pour sa prochaine sortie, à l’assaut du gros morceau Pakala. Un adversaire qui connaît bien Fass pour avoir déjà battu le mammouth Boy Nar et l’ancien pensionnaire de l’équipe nationale Forza. C’est dire que ce combat prendra les allures de revanche pour le petit-frère de Gris Bordeaux qui aura la lourde tâche de venger ses coéquipiers. En revanche, Pakala voudra accrocher, à son tableau de chasse, un troisième gros morceau à l’écurie de Fass et donner un nouveau coup de fouet à sa carrière qui en a tant besoin. Et pour cause, l’ancien capitaine de l’équipe nationale n’a plus disputé de combat en lutte avec frappe, depuis 2013, année qui l’avait vu se défaire de Forza.

S’agissant des perspectives, le combat pourrait ouvrir à chacun des protagonistes la cour des grands. Ils ont, tous deux, des atouts pour sortir vainqueur de cette affiche qui devrait être très disputée. Bien dotés par Dame Nature, Pakala et Gris 2 n’envient rien à Balla Gaye 2 et Eumeu Sène, sur le plan physique. Ils ont également acquis, chacun, une réputation d’as de la lutte pure mais aussi de bagarreur hors-pair. Pakala réussira-t-il une troisième incursion à Fass ? Gris 2 poursuivra-t-il son invincibilité ? Deux questions auxquelles on trouvera réponse, au soir de leur confrontation.

Lac Rose : une énième opération retour
Lac Rose avait effectué un début en fanfare avec une série de victoires d’affilée. Au point d’être cité parmi les potentiels successeurs de Gris Bordeaux, au titre de Tigre de Fass. Sauf que la chute a été brutale. Depuis plusieurs années, le lutteur de Niarry Tally n’arrive plus à gagner. Les dieux de l’arène semblent lui avoir tourné le dos. Ses trois dernières sorties qui l’opposèrent à Amanekh, Sa Thiès et Garga Mbossé ont toutes été infructueuses ; à la grande déception de ses supporters. A Fass, il semble avoir même perdu du terrain, au profit de Gris 2 qui monte en puissance. Cette saison, il va tenter une énième opération retour en force. Pour ce faire, Lac Rose devra écarter l’obstacle Moussa Ndoye contre qui il va en découdre prochainement. Une mission à hauts risques, au vu de la qualité de l’adversaire. Surprenant finaliste du Championnat de lutte avec frappe (Claf) en 2010 contre Malick Niang, Moussa Ndoye n’a cessé de multiplier, depuis lors, les prouesses et de déjouer les pronostics. Au grand bonheur de ses supporters de Hann Bel Air qui voient en lui le digne héritier de Mbita Ndiaye.

Après une longue traversée du désert, Lac Rose verrait sa carrière reprendre du bon pied, en cas de victoire. Et l’espoir de se positionner en digne héritier de Moustapha Guèye renaitrait. En revanche, une nouvelle défaite porterait un coup dur à sa carrière qui bat de plus en plus de l’aile. A-t-il tiré toutes les leçons de son long passage à vide ? De la réponse à cette interrogation, dépendra son comportement lors de sa prochaine sortie contre le lébou de Yarakh.

Papa Sow : le puma de Fass en quête de renaissance
Parmi les affiches concoctées cette saison, la confrontation entre Papa Sow de l’écurie Fass et Ama Baldé de l’écurie Falaye Baldé aiguise déjà les appétits. Les attentes sont d’autant plus grandes qu’elle met aux prises deux lutteurs aux styles différents. Un vieux briscard à la puissance naturelle, capable de soulever des montagnes pour atteindre ses objectifs. Un gabarit moyen qu’il compense par son expérience et sa fougue enveloppée d’une technique hors pair.

Le « puma de Fass » est, notamment, un des lutteurs les plus constants de sa génération. Une constance qui s’explique par son parcours mais aussi par un encadrement réputé de qualité à Fass. En face, l’adversaire est des plus téméraires et des plus redoutables de l’arène. Plus jeune, Ama Baldé veut se frayer le chemin devant accéder aux plus hauts sommets de la hiérarchie de la lutte. Son aisance sur le plan technique lui confère des atouts indéniables pour titiller ses aînés. Sa récente victoire au dernier tournoi de la Télévision numérique terrestre (Tnt) devant des lutteurs expérimentés comme le géant Tapha Tine, le tonitruant Gouye-gui ou encore le showman Zoss en est une parfaite illustration. Une défaite de Papa Sow devant le très prometteur Ama Baldé serait une très mauvaise contreperformance pour diverses raisons. D’abord, la dernière victoire du « puma de Fass » remonte à l’été 2013 sur un certain Zoss qui n’avait pas réussi outre mesure à prendre sa revanche. Depuis, le natif des Parcelles assainies peine à revenir en force avec une défaite devant Lac de Guiers 2 en plus d’une année blanche la saison dernière.

Ensuite, l’écurie Fass est, depuis plusieurs années, dans un marasme béant et ses ténors, à l’image du tigre de Fass, n’enchantent plus. Ses dernières sorties se sont terminées par des échecs dans l’enceinte et des querelles par presse interposée. Une nouvelle direction technique est mise en place cette année afin de remédier aux impairs constatés dans la préparation de ses lutteurs ces dernières années. Une victoire de Papa Sow devant le prodige de Pikine redonnerait enfin le sourire à ces milliers de supporters fassois qui n’ont que trop compté sur les exploits du néophyte Gris 2 pour maintenir la réputation et la culture de la gagne de l’écurie Fass.

Gris Bordeaux : une probable opération rachat face à Balla Gaye 2
Sa défaite contre Modou Lô, la saison passée – la 2ème face au leader de Rock énergie – a porté un coup dur à ses ambitions de devenir roi des arènes. Une victoire contre le lutteur des Parcelles assainies lui aurait, sans doute, ouvert la voie du roi Bombardier, qu’il connaît bien pour l’avoir déjà battu, dans le passé. Malheureusement, les dieux de la lutte en décidèrent autrement. Une défaite que lui et son écurie Fass ont toujours du mal à digérer. D’autant plus que le retour au premier plan n’est jamais gagné d’avance. Surtout quand, en face, on pourrait se retrouver avec Balla Gaye 2, comme adversaire. Démarché par Luc Nicolaï, le combat entre l’enfant de Thicky et celui de Guédiawaye semble être sur la bonne voie. Les deux protagonistes ont donné leur accord de principe.

Par ailleurs, l’écurie Fass qui s’était illustrée par un mutisme, ces derniers temps, a brisé le silence par l’intermédiaire de Moustapha Guèye. Dans une sortie à la presse sportive, le directeur technique de Fass donne le feu vert à Gris Bordeaux pour qu’il affronte l’éphémère roi des arènes. Un pari audacieux, face à BG2 décidé à se faire respecter à nouveau, après une série de deux défaites consécutives et une année sabbatique mise à profit pour mieux préparer son retour.

Il va de soi qu’après son revers contre Kharagne Lô, Gris Bordeaux n’aura pas le droit à l’erreur à l’occasion de sa prochaine sortie. Un nouveau revers mettrait davantage en péril son ambition de devenir roi des arènes, mais surtout remettrait encore en cause sa capacité à assumer le statut de troisième tigre à Fass. Intronisé en 2010, après le départ à la retraite de Moustapha Guèye, Gris Bordeaux a du mal à maintenir haut le flambeau de l’écurie de la Médina et les statistiques le prouvent. En effet, sur 5 sorties, il a connu trois défaites (Eumeu Sène et Modou Lô) et deux victoires (Tyson et Baye Mandione).

2017, la bonne saison ?
L’écurie Fass a perdu du terrain ces dernières saisons. Son porte-étendard, Gris Bordeaux, avec 3 défaites et deux victoires depuis son intronisation, éprouve des difficultés à assumer correctement son statut de troisième tigre. Son lieutenant immédiat, Papa Sow, traverse lui aussi une zone de turbulence depuis 3 ans. Défait en 2015 par Lac de Guiers 2, il a passé une année blanche en 2016. Mais celui qui a le plus déçu Fass reste sans doute Lac Rose qui multiplie les revers depuis quatre ans. Seul Gris 2 est resté dans sa belle lancée avec une septième victoire d’affilée la saison dernière. La présente saison sera-t-elle la bonne pour l’écurie de la Médina qui reste malgré tout très convoitée par les promoteurs ?

Par Diégane SARR & Mohammed Lamine DIOP (stagiaire)

La trêve a été mise à profit dans la Capitale du nord pour renforcer le secteur offensif. En effet, l’équipe qui ne marquait plus de but a fait le pari de rechercher des joueurs capables de scorer. Pour l’instant, l’espoir renaît chez les supporters et techniciens.

Au stade Mawade Wade, la Linguère, comme tous les jeudis, jouent avec Assur des matches de préparation. Ici, les supporters commencent à coller à leur équipe, surtout avec les renforts annoncés. L’engouement renaît et, souligne Wahab Cissé, secrétaire général du club, « nous pouvons avoir espoir, car la trêve a été mise à profit pour nous renforcer sur le front de l’attaque ».

En effet, pour Amidou Diop, supporter très collé à son équipe, il faut que l’on parvienne à marquer des buts. Malgré tout, dimanche dernier, l’équipe a été battue par Gfc en coupe de la Ligue. En attendant, le match de dimanche prochain, comptant pour la 11ème journée de championnat contre Mbour PC, va servir de test pour voir si la mayonnaise a pris, entre les nouveaux venus et les anciens. Dans ce lot de nouveaux joueurs, indique Wahab Cissé, « nous avons Yao Yao, un Camerounais venu du Koweit, et Mbacké Sow qui jouait dans une équipe aux Parcelles assainies et a été meilleur butteur de l’équipe de Léona en Navétanes ».

Au-delà de ces joueurs, Mamadou Lamine Bara Ndiaye qui est un international sénégalais et Bamba, un Ivoirien, ont aussi renforcé l’équipe, tandis que le gardien, Babacar Diaw, est revenu dans les cages de la Linguère. De même, l’attaquant marocain Njim Yassine qui a évolué à l’As Douanes et au Niambour, meilleur buteur et joueur de l’Odcav de Louga, a également rejoint la formation de la ville tricentenaire. Aujourd’hui, l’effectif total de l’équipe, ajoute Wahab Cissé, est de 29 joueurs dont 6 qui sont des juniors.

Néanmoins, 9 joueurs ont été libérés, dont 3 ont été prêtés à l’équipe de Guet Ndar et continuent d’être payés par la Linguère, précise M. Cissé.
Au vu du match de préparation, on note que le jeu est, pour l’instant, alléchant et on attend de voir.

La trêve a également été une occasion de participer à près de 4 tournois. Selon Wahab Cissé, « les techniciens sont unanimes et nous attendons l’équipe dans sa capacité à marquer des buts et à engranger le maximum de points possibles ».

Pour l’instant, la Linguère est la première équipe relégable avec 9 points. Il faut noter que cette formation était dans la même situation l’an dernier, mais a su rebondir lors de la seconde phase, jusqu’à jouer parfois le titre.

A. M. NDAW

Le championnat national de L1 de football reprend ses droits dimanche prochain avec sa 11ème journée qui survient un mois et une semaine après la précédente disputée les 7 et 8 janvier. Une trêve due à la CAN de foot que disputaient les « Lions » au Gabon où ils ont été éliminés en quarts de finale. Ce weekend donc, la course à la succession à l’US Gorée connaîtra une nouvelle étape. Comment les différentes équipes ont meublé cette coupure, et comment se sont-elles préparées pour la reprise ? Certains techniciens et administratifs y ont répondu.

« Au Diaraf, nous avons profité de la trêve pour faire une évaluation de nos 10 matches déjà joués », selon, Malick Daff, le coach du club de la Médina. Actuel dauphin de Génération Foot, le Diaraf a réussi un parcours assez honorable avec 5 succès, 2 nuls et 3 défaites après 10 journées. « La trêve nous a permis de corriger, de perfectionner et d’améliorer notre équipe. Nous avons beaucoup travaillé devant les buts, mais aussi l’équilibre défense/ attaque » ajoute, l’ancien coach de l’Us Ouakam, satisfait de cette interruption de la compétition intervenue au moment où son équipe s’est relancée dans la course après un période de doute. En effet, après deux défaites consécutives lors des 8e et 9e journées, contre le Gfc (0-1) et le Casa Sports (0-2), le Diaraf s’était ressaisi contre la Linguère (1-0) avant la trêve. Et c’est au Nord, à Saint Louis, que le coach des « Vert et Blanc » a particulièrement évalué le travail effectué durant cette trêve. C’était lors d’un « tournoi organisé par Assur de Richard-Toll du 25 au 27 janvier à St-Louis et qui a regroupé la Linguère, Assur, Ndar Guedj et nous (le Diaraf). Un tournoi que nous avons remporté aux dépens de Ndar Guedj », savoure Malick Daff qui avertit qu’il est venu au Diaraf « pour gagner le titre de champion ».

En revanche, le manager général de Génération Foot, Olivier Perrin, se veut modeste malgré sa position de leader avant la trêve. D’après le manager général des « Académiciens » de Deni Biram Ndao, le club n’a pas varié dans sa façon de travailler. « Nous avons juste observé une semaine de pause ; après on a repris le travail. On a fait deux matches par semaines » selon M. Perrin qui tient à rappeler que son équipe joue « le maintien ».

Ce qu’il trouve, en fait « légitime » pour son équipe qui vient à peine d’intégrer l’élite mais qui ne se fait pas de complexe. Leader avec une bonne marge de sécurité (4 points), et un bon bilan technique (6 victoires, 3 nuls, une défaite et la meilleure attaque : 18 buts) Génération Foot fera, cependant sans son attaquant - buteur, Ibrahima Niane, retenu en sélection juniors pour la Can U20 en Zambie dans une semaine (26 février – 12 mars). Mais le manager général de Génération Foot rassure que d’autres joueurs pourraient bien le remplacer.

Ansoumana Sambou

A un peu plus de deux mois de la grande boucle (22-29 avril), dirigeants et cyclistes sénégalais affûtent leurs armes en perspective de cette grande compétition internationale inscrite au calendrier de l’Union cycliste internationale (Uci). Ainsi, après la double élection du président de la Fédération sénégalaise de cyclisme, Michel Thioub, au comité directeur de la confédération africaine de cyclisme et délégué votant à l’Uci, lors du congrès de la confédération africaine à Louxor (Egypte), les coureurs sénégalais étaient quant à eux en stage de préparation au Maroc sur invitation.

Une invitation bien mise à profit puisque Bécaye Traoré et ses co-équipiers Moussa Ndiaye, Malick Thiam, El hadj Diallo, Serigne Mbacké Guéye et Moustapha Diaw ont pu disputer les deux grandes compétitions marocaines ; à savoir le 7e Challenge de la Marche verte et le Challenge du Prince Héritier Moulay El Hassan. Des courses internationales qui devraient aider à renforcer les capacités de nos coureurs en vue de l’événement phare d’avril prochain. D’ailleurs, après le stage au Maroc, nos cyclistes prendront part aux championnats d’Afrique des nations à Louxor, en Egypte, où ils disputeront la course sur route dimanche.

Ensuite, cap sur le Gabon avec la Tropicale Amissa Bongo (27 fév-5 mars) et enfin le stage en France (10 mars-5 avril).
Un calendrier chargé donc pour nos cyclistes qui devraient trouver dans ces différents stages et compétitions assez de matière afin d’être fin-prêts en avril. En tout cas, grâce à l’entregent du président de la fédération, les choses bougent, puisque c’est lui qui a décroché les invitations au Maroc et en France.

Deux opportunités que nos cyclistes vont saisir plein guidon pour affûter leurs armes dans la perspective du prochain Tour cycliste du Sénégal.

C. F. KEITA

Un triplé de Zlatan Ibrahimovic, dont un penalty, a donné une victoire importante à Manchester United (3-0) devant Saint-Etienne en 16e de finale aller de l'Europa League, hier soir, à Old Trafford. Ibrahimovic a marqué ses 15e, 16e et 17e buts contre les Stéphanois dans sa carrière

Résultats des matches des 16e de finale aller :
Krasnodar (RUS) - Fenerbahçe (TUR) 1-0 ; AZ Alkmaar (NED) - Lyon (FRA) 1-4 ; Mönchengladbach (GER) - Fiorentina (ITA)  0-1 ; Rostov (RUS) - Sparta Prague (CZE) 4-0 ; La Gantoise (BEL) - Tottenham (ENG) 1-0 ; Olympiakos (GRE) - Osmanlispor (TUR) 0-0 ; Celta Vigo (ESP) - Shakhtar Donetsk (UKR) 0-1 ; Ludogorets (BUL) - Copenhague (DEN) 1-2 ; Astra Giurgiu (ROU) - Genk (BEL) 2-2 ;  PAOK Salonique (GRE) - Schalke (GER) 0-3 ; Athletic Bilbao (ESP) - Apoel Nicosie (CYP)   3-2 ; Legia Varsovie (POL) - Ajax Amsterdam (NED) 0-0 ; Anderlecht (BEL) - Zenit St-Pétersbourg (RUS) 2-0 ; Manchester United (ENG) - Saint-Etienne (FRA) 3-0 ; Villarreal (ESP) - AS Rome (ITA) 0-4 ; Hapoel Beer-Sheva (ISR) - Besiktas (TUR) 1-3

"Avoir les Jeux ici, ce serait très spécial", a reconnu le nageur américain Michael Phelps, athlète le plus titré des jeux Olympiques, à propos de la candidature de Paris pour l'organisation des JO-2024, lors d'une conférence de presse organisée à Paris. "Bien sûr, je ne vais pas vous mentir, mon jugement est un peu biaisé. Los Angeles, c'est dans mon pays, donc je suis en faveur de Los Angeles pour 2024", a expliqué Michael Phelps, 28 médailles olympiques dont 23 en or. "Je pense que les deux villes seront toutes les deux incroyables", a-t-il estimé, alors qu'il fait partie depuis près d'un an de la "commission consultative des athlètes" du Comité de candidature de Los Angeles 2024. "J'ai passé quelques jours à Paris, j'ai un peu bougé dans la ville, et j'ai vu ces lieux historiques et touristiques géniaux. Avoir les jeux Olympiques ici, ce serait très spécial", a-t-il ajouté. "Le lieu est tout simplement incroyable", a-t-il ajouté, regrettant une seule chose dans sa carrière: "J'ai toujours voulu nager sur mon propre sol aux jeux Olympiques. C'est une des choses que je n'aurais pas réussi." "La dernière fois que les Jeux d'été ont été organisés à Paris c'était dans les années 1920 je crois, en 1924", s'est-il souvenu, lui qui a disputé plusieurs courses dans la capitale française, notamment en 2010 à l'occasion de l'Open de France. 

Paris et Los Angeles sont les deux villes favorites pour l'organisation des JO-2024, avec Budapest également candidate. La décision sera prise le 13 septembre à Lima lors de la session du Comité international olympique.

AFP

Moins d’un mois après avoir conduit le Cameroun à un improbable cinquième titre continental lors de la Can « Gabon 2017 », le technicien belge Hugo Broos pense déjà à se lancer un nouveau challenge.

Il a tout bonnement déposé son Cv auprès de la fédération sud-africaine de football (Safa) pour prendre le relais de Shakes Mashaba à la tête des « Bafana Bafana ». Si rien n’est encore décidé, l’agent du technicien belge, Gino Maureyssen, a toutefois annoncé que son protégé « est satisfait d’avoir gagné le titre continental et préférerait un nouveau défi ailleurs plutôt que de régresser à l’avenir».

« Très intéressé à travailler avec un groupe jeune à l’image de l’équipe nationale sud-africaine, constituée de joueurs qui ont envie de se battre » et assuré que « les conditions de vie en Afrique du Sud sont peut-être un peu meilleures qu’au Cameroun », le premier technicien belge vainqueur de la Can pourrait bien faire le saut.

Retrouver le Belge à la tête des « Bafana Bafana » qui ont déjà battu le Sénégal lors de la 2ème journée des éliminatoires du Mondial « Russie 2018 » (2 – 1), ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour … Aliou Cissé.

On se souvient que le coach des « Lions » avait été incapable de résoudre l’équation tactique que lui avait posée Broos en quarts de finale de la Can.
Willy Sagnol pour remplacer Grant à la tête de l’équipe du Ghana ?

L’ancien défenseur international français Willy Sagnol pourrait très bientôt prendre la succession de l’Israélien Avram Grant sur le banc des « Black Stars » du Ghana. Le technicien de 39 ans, limogé par les Girondins de Bordeaux (L1 française) il y a un peu moins d’un an, serait en contacts très avancés avec les dirigeants du football ghanéen. Rappelons qu’Avram Grant avait démissionné de son poste de sélectionneur à la suite de l’élimination du Ghana (0 – 2) en demi-finale de la dernière Can par le Cameroun, futur vainqueur.

Ça y est ! Les « Lions » ont enfin décidé de se mesurer en amical avec des Nations qui comptent sur l’échiquier africain et international. Plus de Libye, encore moins de Congo à leur agenda. Cette fois, ils vont à la chasse au gros. Et dès le mois de mars prochain, l’équipe coachée par Aliou Cissé disputera deux matches en une semaine, lors des deux dates Fifa : le 23 contre les « Super Eagles » du Nigeria à Londres et le 28 face aux « Eléphants » de Côte d’Ivoire à Charléty à Paris.

« Nous voulons désormais nous mesurer aux meilleurs pour espérer avancer », a dit en substance Abdoulaye Sow, un des vice-présidents de la Fsf, en marge d’une finale « Navétanes » disputée à l’intérieur du pays. Les « Lions », grands favoris de la dernière Can disputée au Gabon, n’étaient toutefois pas allés au-delà des quarts de finale, éliminés qu’ils avaient été par le Cameroun, futur vainqueur de l’épreuve. Ils avaient toutefois fait mieux que leurs seconds adversaires du mois prochain. Puisque les Ivoiriens, alors tenants du titre, n’avaient même pas pu sortir de leur groupe. Quant au Nigeria, vainqueur de la Can 2013 en Afrique du Sud, ils ne s’étaient même pas qualifiés pour cette 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations « Gabon 2017 ».

Et c’est justement cela qui fera des futurs sparring-partners des « Lions » » de redoutables clients. Car autant les Nigérians que les Ivoiriens voudront démontrer qu’ils restent des références en matière de foot sur le continent. Le Sénégal, lui, amorce avec ces deux matches amicaux son opération Rédemption pour avoir déçu toutes les attentes placées en lui.

La sélection sénégalaise en préparation en direction de la phase finale de la Can U20 qui se disputera en Zambie (26 fév-12 mars) bouclera demain son cycle de matches amicaux avec un face-à-face contre la Gambie à Dakar. L’entraîneur national, Joseph Koto, et ses boys affûtent ainsi leurs armes à une dizaine de jours du début de cette compétition continentale. Déjà forts de deux matches amicaux disputés et remportés contre le Kenya à Dakar (2-0 et 4-0), les « Lionceaux » juniors abordent la dernière ligne droite d’une compétition qu’ils veulent réussir pleinement. Et même s’il ne s’est pas encore prononcé sur l’objectif visé à cette Can junior, son président de fédération a déjà annoncé le ton : le Sénégal ne vise rien moins que les demi-finales. Qui ouvrent les portes d’une seconde qualification d’affilée au mondial de Corée du Sud (20 mai-11 juin 2017).

Mais à quelques heures de la publication de sa liste de 21 joueurs, le sélectionneur sénégalais sera vraisemblablement confronté à un dilemme. Comment faire pour choisir le groupe de performance qui disputera cette Can en Zambie ? Qui prendre et qui laisser à la maison ? Autant de questions qui doivent tourner dans un coin de son esprit si l’on sait que jusqu’ici tous les éléments qu’il a sous la main ont donné satisfaction depuis le début de la préparation.

Toutefois, il sait aussi que qui choisit, élimine forcément.

Un choix pas aisé du tout au vu de la qualité des éléments dont il dispose. Un groupe qu’il a appris à composer depuis maintenant deux ans et qui s’est illustré dans les différentes compétitions auxquelles le Sénégal a participé. Le tournoi de l’Uemoa au Togo, celui du Qatar, tous deux remportés par les « Koto Boys ».

Et au moment de boucler cette phase préparatoire, Joseph Koto pourrait se satisfaire du contenu des matches livrés par ses joueurs. Mais en technicien exigeant et averti de la haute compétition, l’ancien ailier international des « Lions » espère plus de ses éléments. Car il sait que là-bas à Ndola, ville de la poule B du Sénégal avec le Soudan, l’Afrique du Sud et le Cameroun, rien ne sera donné.

Il faudra donc traduire en actes concrets ce qui a été réalisé jusqu’ici au cours de la préparation.
Demain, la Gambie sera le dernier adversaire dans le cadre de cette préparation et ensuite Joseph Koto devra faire face au choix difficile de ses 21 joueurs qui défendront les couleurs nationales en terre zambienne.

C. F. KEITA

« Nous n’étions pas allé au Cameroun pour jouer le nul, mais perdre par un but d’écart à l’extérieur est signe qu’on peut renverser la vapeur au retour chez nous. Et nous ferons tout pour effacer ce but pris à l’extérieur ». Comme on le voit, la confiance est de mise dans le camp de Niary Tally à la veille de retrouver Apejes de Mfou pour le compte du match retour des préliminaires de la coupe de la Caf. En tout cas, le coach Demba Mbaye qui est rentré avec son équipe mardi dernier dans l’après-midi, estime que ses joueurs ont la capacité de revenir à la hauteur de l’adversaire camerounais qui s’était imposé dimanche dernier (1-0) au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. « C’est une défaite que nous allons gérer avec la plus grande lucidité afin d’aborder la manche retour avec confiance. Mes joueurs ont manqué d’expérience, sinon ils n’auraient pas perdu ce match. Nous allons nous remettre au travail et préparer sereinement le match de Dakar », a promis Demba Mbaye. A son avis, son équipe a tout donné dans ce match et il a fallu cette petite erreur d’appréciation défensive pour changer le cours des choses.

« Nous avons certes perdu, mais nous gardons intactes nos chances de qualification. Pour cela, il va falloir jouer à fond le match de Dakar », a-t-il ajouté. Les « Galactiques » qui ont perdu le match de Yaoundé sur un coup franc détourné malencontreusement par un des leurs dans sa cage, se préparent donc pour une manche retour qu’ils veulent remporter. Pour ce faire, le coach Demba Mbaye entend montrer la voie à ses gosses. Aborder l’explication de Dakar avec conviction et détermination, mais aussi avec des ressources physiques et mentales. « Nous avons déjà une idée du jeu de l’adversaire qui excelle dans les longs ballons et le jeu rapide et direct. Ce sont des paramètres à prendre en compte et sur lesquels nous réfléchissons pour apporter des solutions adéquates. En tout cas, le match de Dakar sera un match d’hommes. Il faudra y aller à fond pour arracher la qualification », estimé Demba Mbaye.

C. F. KEITA

Selon un communiqué parvenu à notre rédaction, le maire de Thiès, Talla Sylla, a séjourné à Rennes en Bretagne, du 10 au 12 février  2017, pour présider le match de basketball aux couleurs du Sénégal, organisé par l'association YaThi’Breizh et  l'Union Rennes de basket, le club de l'ancien international Mohamed El Kébir Pène.

Au cours de son séjour dans la ville bretonne, l’édile de la Cité du Rail a assisté à la cérémonie de remise  de distinctions  aux meilleurs sportifs de la Bretagne en compagnie de Madame le Maire de Rennes, Nathalie Appéré, à l'Opera de la ville. Samedi et dimanche, une série de rencontres s’est tenue entre le maire de Thiès, des membres de la société civile rennaise et des acteurs de l'association YaThi’Breizh. Ces rencontres ont permis de dégager plusieurs actions dans le domaine de la santé, de l'éducation et du développement durable qui permettront de répondre de manière efficace à des demandes formulées par la population thiessoise dans le cadre de l'amélioration de leur bien-être. Le document ajoute que ces actions au service des populations seront sûrement la première étape d'une coopération entre la ville de Thiès, YaThi’Breizh et la ville de Rennes.

Le clou de ce séjour a été le match de basket aux couleurs du Sénégal  ayant opposé l'Union Rennes de basket à  l'équipe alsacienne de Souffelweyersheim. Cette rencontre a été initiée par l'association YaThi’Breizh de l'ancien international sénégalais Mohamed El Kébir Pène qui porte les couleurs de l'Urb, depuis 7 ans. Le maire de Thiès a d’ailleurs donné le coup d'envoi de cette rencontre, sanctionnée par la victoire des Alsaciens sur le fil après prolongation (82-81). La soirée s'est terminée en apothéose avec la collecte de dons, du matériel pour le sport, l'éducation et la santé destinés aux populations sénégalaises.

Absa NDONG

La ville de Saint-Louis s’apprête à accueillir la 19ème édition de son Tournoi international de judo dont le comité d’organisation est déjà à pied d’œuvre. En conférence de presse hier, les continuateurs de l’œuvre de Mbaye Boye ont annoncé la confirmation de six pays à ce rendez-vous, en attendant l’arrivée d’autres pays.

A un peu moins de trois semaines de la tenue de la 19ème édition du Tournoi international de la ville de Saint-Louis prévue les 4 et 5 mars prochain, les organisateurs ont annoncé hier en conférence de presse que six pays en plus des combattants nationaux ont déjà confirmé leur participation. Il s’agit de la France, de la Gambie, du Mali, du Burkina Faso, de la Mauritanie et de la Guinée ; ce, en attendant que les autres nations attendues confirment leur venue. Pour le Comité d’organisation dirigé par Amar Aw, il s’agit toujours de poursuivre l’œuvre de Ababacar Fall dit Mbaye Boye qui a organisé l’événement à quinze reprises avant sa disparition en décembre 2013, soit quelques mois avant la 15ème édition. Depuis quelques mois déjà, le comité d’organisation a entamé les travaux en direction de cette organisation qui se fera en collaboration avec des structures nationales comme le ministère des Sports, la mairie de la ville dont les deux premiers responsables, Matar Bâ et Mansour Faye ont été choisis comme parrains de la présente édition.

Laquelle aura pour marraine Adja Kiné Dieye. Toutes ces personnalités ont été choisies pour « magnifier les efforts fournis pour appuyer l’organisation du Tournoi », a dit M. Aw. Il a ajouté que la manifestation sera l’occasion pour distinguer Yahya Diop ‘‘Yékini’’ et Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale. Pour le premier, ce sera l’ensemble de sa carrière qu’il a arrêtée l’an dernier qui sera magnifiée puisqu’il sera « montré en modèle aux plus jeunes », alors que la seconde sera honorée pour « le travail fait à la tête du département de la Santé ».

Cette année, les organisateurs tablent sur un budget de 60 millions afin de bien tenir l’événement. Une somme qui est, toutefois, loin d’être acquise si l’on en croit Amar Aw et compagnie qui estiment que « seuls 10% de cette somme est pour le moment disponible ». Mais ils ne désespèrent pas de recevoir de nouveaux appuis venant de traditionnels partenaires comme l’Uemoa, la Cedeao, la Confejes, la Ville de Saint-Louis, la Fédération internationale de judo, l’Union africaine de judo, la mairie de Saint-Louis, le ministère des Sports, entre autres.

Des organismes qui ont toujours été, avec la Fédération sénégalaise de judo et disciplines assimilées, aux côtés des organisateurs. A rappeler qu’en marge de la compétition, un stage sera animé par des experts internationaux à l’intention des participants, officiels et pratiquants durant trois jours.

Ousseynou POUYE

La 1ère édition des 72 heures de pétanque de Saly a vécu ce week-end après trois jours de compétition. Pour cette première d’une manifestation appelée à être pérenne, 112 triplettes ont pris part au concours. Pour clore le tournoi en beauté, deux trios étrangers se disputaient le titre au boulodrome de l’hôtel Terrou Saly. Une ultime rencontre qui a finalement tourné à l’avantage de la triplette venue du Burkina Faso sur son homologue du Maroc par 13 à 7. 

Un succès qui permet à ce pays d’inscrire son nom en haut du palmarès de ce rendez-vous international. Pour leur part, les boulistes nationaux ont échoué aux portes de la finale alors qu’ils nourrissaient de fortes ambitions sur leurs terres. Car la triplette de Saly Bouliste constituée de Fara Ndiaye, Ciré Lamine Kane et Xavier Luiz et celle de la Renaissance Pétanque Club (Mbagnick Fall, Ada Diassé et Abdoul Aziz Diop) ont été éliminées en demi-finales du tournoi. Après ce rendez-vous international, le championnat national reprend ses droits, avec la 5ème journée qui verra les boulistes se déplacer à Fatick à l’appel de la Ligue régionale présidée par Mbaye Sarr qui organise sous l’égide de la Fédération sénégalaise de sports boules, la 5ème édition du tournoi dotée de la Coupe du Dr Cheikh Kanté, directeur général du Port. La compétition se disputera en triplettes choisies au boulodrome de la ville et les organisateurs attendent en plus des boulistes nationaux, des joueurs issus de France, du Mali et de la Mauritanie pour une mise de 300.000 FCfa et de trois trophées promis aux vainqueurs. Les finalistes vont se consoler avec 150.000 FCfa alors que les triplettes demi-finalistes auront 75.000 FCfa chacune et les quart-de-finalistes, 40.000 FCfa. Le jet du bouchon sera effectué à 10h30 par le parrain, en présence des présidents de la Fédération, Gassane Ezzedine, et de la Ligue régionale.

O. POUYE

Le Cng de courses hippiques en partenariat avec l’association dite Casaque – Team organise, dimanche prochain, la 2e journée hippique de la saison. Ce sera à l’hippodrome municipal Ndiaw Macodou Diop de Thiès.

L’instance dirigeante a programmé pour cette fois 6 courses dont les chevaux pur-sang qui vont faire leur entrée. Le programme s’établit comme suit : les chevaux âgés de deux ans ouvriront le rideau sur 1200m avant de céder la place aux poulains de 3 ans qui s’expliqueront sur 1650m tandis que les chevaux adultes des groupes 1, 2 et 3 rivaliseront séparément sur 2200 m et non 1500m comme lors de l’ouverture de la saison dimanche passé. Les chevaux importés appelés pur-sang s’affronteront sur 1650m. Les vainqueurs du weekend passé tenteront de rééditer leurs exploits, entre autres « Rafet Niort » chez les poulains de 3 ans, « Alfat » dans le groupe 1, « Doumayene » dans le second groupe « Bebe Khady » dans la poule 3. Les vaincus, eux, tenteront de renverser la tendance comme « Faydou », « Mbar Ngoné » et « Arif ».

Les engagements (30.000 FCfa) seront enregistrés ce jeudi, de 9h à 17h précises, au Stade Léopold Sédar Senghor. Les prix sont identiques, 1 million de FCfa pour chaque catégorie.

EL H Yamar DIOP

Le club français de Saint-Etienne arrive sur la pointe des pieds chez l’ogre Manchester United, au recrutement pharaonique, aujourd’hui en 16e de finale aller de l’Europa League, dans une soirée où Villarreal accueille l’As Rome. Petit clin d’œil de l’histoire: le Stéphanois Florentin Pogba va défier le club anglais de son frère Paul Pogba, la recrue la plus chère de l’histoire du foot, passé de la Juventus Turin à ManU pour 105 millions d’euros hors bonus. Florentin et Paul évoluent dans deux galaxies différentes. United n’a d’ailleurs jamais perdu à domicile contre un club français en douze matches. Dans l’attaque d’en face, l’Asse risque de croiser Zlatan Ibrahimovic, le bourreau du club quand il évoluait au PSG avec 14 buts en 13 matches. Et Anthony Martial qui s’il marque permettra à son ancien club de Monaco de récupérer 10 millions d’euros de bonus au nom d’une clause entre l’ASM et ManU, un bonus versé au club français à partir du 25e but de l’international français sous ses nouvelles couleurs.

Parmi les autres16e de finale, l’affiche la plus intéressante oppose le club espagnol de Villarreal, 6e de la Liga, à l’As Rome, dauphin de la Juventus Turin en Serie A. Les Romains ont une carte à jouer cette saison en C3, mais attention à Villarreal qui réalise un beau parcours en championnat à l’image de son nul contre le Barça (1-1) et de sa victoire 3-0 contre l’Atletico Madrid.

Programme (en heures Gmt)
16h00 Krasnodar (Rus) - Fenerbahçe (Tur) ; 18h00 Az Alkmaar (P-B) - Lyon (Fra) ; Mönchengladbach (All) - Fiorentina (Ita) ; Rostov (Rus) - Sparta Prague (R.Tch) ; La Gantoise (Bel) - Tottenham (Ang) ; Olympiakos (Gre) - Osmanlispor (Tur) ; Celta Vigo (Esp) - Shakhtar Donetsk (Ukr) ; Ludogorets (Bul) - Copenhague (Dan) ; Astra Giurgiu (Rou) - Genk (Bel) 20h05 Paok Salonique (Gre) - Schalke (All) ; Athletic Bilbao (Esp) - Apoel Nicosie (Chyp) ; Legia Varsovie (Pol) - Ajax Amsterdam (P-B) ; Anderlecht (Bel) - Zenit Saint-Pétersbourg (Rus) ; Manchester United (Ang) - Saint-Etienne (Fra) ; Villarreal (Esp) - As Rome (Ita) ; Hapoel Beer-Sheva (Isr) - Besiktas (Tur)
Matches retour le jeudi 23 février

AFP

Barack Obama, notoirement fan de basket-ball, a été invité hier par le club de Darmstadt, qui évolue en Bundesliga (1re div. allemande), à l'un de ses matches à domicile, après avoir découvert que l'ancien président des Etats-Unis suivait le club sur les réseaux sociaux. "Cher @BarackObama, vu qu'apparemment nous sommes le seul club européen de football que vous suivez sur Twitter, on se voit à notre stade ?", écrit le club sur son compte Twitter, suivi d'un smiley en forme de clin d’œil.

C'est une petite radio locale qui a annoncé que les +Lilies+ étaient le seul club de football des cinq grands championnats européens suivi sur Twitter par l'homme aux 85 millions d'abonnés. Dans un message vidéo filmé dans le stade du club, figurant dans le tweet invitant l'ancien président des Etats-Unis, le footballeur international américain Terrence Boyd, buteur samedi lors de la victoire contre Dortmund (2-1), déclare que c'est "évidemment un grand honneur". "Maintenant que vous avez un peu plus de temps, nous voudrions vous inviter à un match au stade Boellenfalltor, ajoute Boyd. Nous avons un maillot tout prêt pour vous", joignant le geste à la parole, en montrant une tunique floquée du 98 et au nom d'Obama. Darmstadt, actuellement dernier de Bundesliga, compte près de 62.000 abonnés sur Twitter.

AFP

Le Bayern Munich, demi-finaliste la saison dernière, et le Real Madrid, tenant du titre, ont fait hier un grand pas vers les quarts de finale de la Ligue européenne des champions. En effet, pour la manche aller des huitièmes de finale, ces deux grands d’Europe qui avaient la mauvaise fortune de terminer les matches de poule à la 2ème place de leur groupe, ont tenu à démontrer qu’ils étaient encore bien là. A domicile à l’Allianz Arena, les Bavarois ont fait exploser Arsenal (5 – 1) qui n’a existé qu’en première mi-temps. A Santiago Bernabeu, le Real a de son côté renversé Naples de Kalidou Koulibaly qui avait pourtant ouvert le score (3 – 1). Karim Benzema en a profité pour inscrire son 51ème but dans la compétition, ce qui en fait le Français le plus efficace en Ligue des champions devant Thierry Henry.

Les matches retour auront le mardi 7 mars lieu à Londres pour Arsenal – Bayern et à Naples pour Naples – Real. Mais ce sera compliqué pour les Gunners et les Napolitains.

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.