banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2967)

Sport

Après le sélectionneur, Hugo Broos, apaisant mardi devant la presse, au tour d’un de ses joueurs, Ambroise Oyongo, de calmer le jeu après les règlements de compte de la semaine passée à Bruxelles. Livré à lui-même après la rencontre, le défenseur avait vu son club de l’Impact (Mls) lui payer son billet retour à Montréal. « Au lendemain de la rencontre amicale Cameroun vs Guinée Conakry à Bruxelles, j’ai été l’auteur de propos regrettables sur ma situation d’alors, portant sur mon titre de transport (billet d’avion retour) pour mon retour en club au Canada », écrit le latéral gauche des Lions Indomptables, dans une lettre adressée à la Fécafoot et reproduite par Camfoot. Reconnaissant que les mots avaient alors dépassé sa pensée, le pensionnaire de la Mls a présenté ses « sincères excuses non seulement au peuple camerounais, au gouvernement », mais également « aux membres de l’exécutif de l’instance faîtière de notre football. Lesquels avec le public et les supporters des Lions Indomptables ont été sans doute choqués par ma sortie malencontreuse. » De quoi tourner définitivement la page ? Pas si sûr. Des proches d’Ambroise Oyongo assurent en effet que la lettre du joueur a été modifiée. Si les excuses figuraient bien dans la première mouture de la missive, le joueur n’en chargeait pas moins le coordonnateur des sélections nationales pour le cas de son ticket retour, ce dernier n’ayant simplement pas été modifié alors que le membre de l’encadrement lui avait promis de le faire.

Le sport, grâce aux emplois et à l’argent qu’il génère, contribue, de manière considérable, au développement et au bien-être des populations. Hier, le Comité national olympique sportif sénégalais (Cnoss) a organisé un atelier sur le thème du sport comme levier de développement et de paix. La rencontre était inscrite dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale du sport.

Le Comité national olympique sportif sénégalais (Cnoss) a célébré, hier, la Journée internationale du sport. Il a organisé, à cette occasion, un atelier sur le thème « Journée internationale du sport au service du développement et de la paix ». Le conférencier Mouhamed Ndongo, enseignant-chercheur à l’Institut national supérieur de l’éducation populaire et du sport (Inseps), a axé son intervention sur le rôle du sport en tant que levier de développement et facteur de paix. Selon lui, le sport, grâce aux emplois qu’il crée et à l’argent qu’il génère, notamment à l’occasion des grands évènements, contribue de manière substantielle au développement des pays et au bien-être des populations. Il estime que si des pays se bousculent pour l’organisation des grandes compétitions sportives, c’est parce que celles-ci entraînent beaucoup de retombées économiques. L’enseignant ajoute que certaines nations organisent des évènements qui entrent dans le cadre du tourisme sportif, sans doute, pour tirer pleinement profit de leurs apports économiques. Il souligne qu’un rapport de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (Ocde) estime la part du sport dans le Produit intérieur brut (Pib) à 2%. Mouhamed Ndongo pense également qu’à travers l’inclusion, la socialisation et le phénomène d’identification, le sport constitue un important facteur de cohésion sociale, de pacification voire de paix tout court. Il cite, par ailleurs, comme exemple le lutteur Balla Gaye 2 qui s’implique depuis quelques années dans la résolution de la crise casamançaise. En conclusion, il a plaidé en faveur du développement du sport ; dans la mesure où « plus le sport est développé, plus il est au service du développement et de la paix ».

Les autres intervenants ont embouché la même trompette. Atab Sambou confirme le rôle de pacification que joue le sport. Le Casa Sports a contribué à pacifier la crise casamançaise. De même, poursuit-il, quand le Sénégal battait la France en 2002, les rebelles ont exprimé leurs joie à leur manière. D’autres orateurs ont réclamé des efforts supplémentaires de l’État concernant le budget consacré au sport. Abdourahamane Ndiaye Addidas a déploré « un budget infime par rapport à l’impact démographique », estimant que 60% de la population ont moins de 30%. « Le sport est une affaire de jeunesse. Comment construire des citoyens sportifs à l’horizon 2035 ? », s’interroge l’ancien entraîneur de l’équipe nationale masculine de basket qui constate que « le sport sénégalais est sur le quai par rapport au Plan Sénégal émergent ».

Le représentant du ministère des Sports, Léopold Germain Senghor, a souligné que l’État a effectué beaucoup d’efforts en portant le budget alloué au sport à 0,08 %, soit 17 milliards de FCfa ; alors qu’il était à 0,04% (7 milliards FCfa). Il a néanmoins déploré le manque d’implication du secteur privé dans le financement du sport.

Diégane SARR

Le classement Fifa des meilleures nations de football pour l’édition d’avril a connu de légers changements aussi bien au niveau mondial que continental. D’abord au niveau africain, si le trio de tête Egypte, Sénégal et Cameroun, reste inchangé, par contre on note le retour du Nigeria dans le top 5, alors que le Burkina Faso reste bien calé au 4e rang. La Tunisie quant à elle a chuté suite à ses deux revers en amical contre le Maroc et le Cameroun (1-0 et 1-0).

Les « Lions » du Sénégal, bien que conservant leur place de deuxième dans le classement africain, ont perdu deux places dans le ranking mondial puisque Cheikhou Kouyaté et ses coéquipiers après leurs nuls contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire en amical (1-1) dégringolent de la 28e à la 30e place mondiale. Ce qui devait offrir un succulent Sénégal-Burkina lors de leur prochaine confrontation en éliminatoires de la coupe du monde 2018. En effet, le Burkina Faso qui avait amorcé son redressement, continue sur sa lancée en décrochant une place supplémentaire.

Si c’est presque le statu quo au niveau africain, par contre dans le ranking mondial le Brésil a brûlé la politesse à son « ennemie intime », l’Argentine, en la détrônant de son piédestal. Une première pour les « Auriverde » qui retrouvent ainsi un rang qu’ils avaient quitté en 2010 suite à leur élimination (quart de finale) en Coupe du monde en Afrique du Sud. Ce retour, Neymar et ses partenaires le doivent à leur excellent parcours dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2018 qui les a vus décrocher la qualification avant terme. D’autres changements sont intervenus dans ce classement mondial puisque la Colombie s’est introduite dans le Top 5 alors que la Suisse a éjecté l’Uruguay du Top 10. Ce classement mondial est dominé donc par le Brésil devant l’Argentine, l’Allemagne, le Chili et la Colombie.

C. F. KEITA

L’hôtel Lagon 2 de Dakar abrite, demain à partir de 16 heures, la cérémonie marquant la cinquième édition du Nat d’Or, dédié cette année à Samba Kah Sambe, membre d’honneur de la Fédération sénégalaise de natation et de sauvetage. Ce sera l’occasion pour la Fsns d’honorer les acteurs de la natation sénégalaise. A commencer par le parrain « pour tout ce qu’il a accompli pour le développement de notre discipline », selon une note d’information signée du président de la Fsns, le Dr Mouhamed Diop. Les meilleurs nageurs de la saison écoulée seront également récompensés, ainsi que les officiels et les bénévoles qui ont contribué à la bonne tenue des manifestations. Les sponsors et partenaires seront aussi fêtés pour magnifier leur appui indéfectible, de même que les journalistes d’aujourd’hui et d’hier qui ont contribué à vulgariser la discipline et à rendre compte des activités de la Fsns. Les institutions qui ont contribué à la réussite de la Traversée Dakar-Gorée ne seront pas en reste (Mairie de Dakar, Lmdg, Gnsp, Gendarmerie, Marine, Cemga, Hassmar, Samu municipal, etc.)

Avec la nouvelle formule décidée par la fédération sénégalaise de boxe, qui divise maintenant le pays en zones, la première expérience sera menée ce week-end à Thiès où la Zone 2 organise un tournoi inter-ligues samedi et dimanche. Ainsi, 23 boxeurs des régions de Saint-Louis, Louga, Diourbel et Thiès seront sur le ring de la Promenade des Thiessois, pour disputer le premier challenge de l’année. Une compétition parrainée par Talla Sylla, maire de la ville de Thiès, et qui va désigner les champions de cette Zone au niveau des différentes catégories.a

Tous les regards seront tournés ce week-end vers Munich pour le «Klassiker» entre Munich et Dortmund demain, mais Francfort et Brême ouvriront le bal dès ce vendredi en match avancé de la 28e journée de Bundesliga. Le Bayern, leader avec 65 pts, reçoit le Borussia, (4e, 50 pts) dans ce qui constitue un sommet de la saison en Allemagne. Dortmund est à la lutte avec Hoffenheim (51 pts) pour la troisième place qualificative pour la Ligue des champions. 

Le programme de la 28ème journée (Heures Gmt) : Aujourd’hui 18h30 Francfort – Brême Demain 13h30 Schalke – Wolfsburg ; Cologne – Mönchengladbach ; Hambourg – Hoffenheim ; Fribourg – Mayence ; Leipzig – Leverkusen ; 16h30 Bayern – Dortmund Dimanche 13h30 Berlin – Augsbourg ; 15h30 Ingolstadt - Darmstadt

France : Nice peut rester dans la course
(AFP) - Nice, solide 3e de Ligue 1, peut rester dans la course au titre en cas de succès face à Lille, ce soir (18h45 Gmt) en ouverture de la 32e journée, et revenir provisoirement à un point du leader Monaco, en déplacement à Angers demain, et qui aura cependant encore un match en retard à jouer. Malgré les absences d’Alassane Pléa ou Wylan Cyprien, les Aiglons peuvent compter sur d’autres cartouches offensives comme Mario Balotelli ou Valentin Eysseric pour faire la différence à Lille (13e, 37 points) comme contre Bordeaux (2-1), la semaine dernière. Au-delà de la course au titre, l’essentiel restera pour les Niçois de consolider leur 3e place, qualificative pour la Ligue des champions. Car Lyon, revenu à 13 points après sa victoire à huis clos contre Metz (3-0) mercredi, n’a pas abdiqué.

Programme de la 32e journée (en heures Gmt): Aujourd’hui 18h45 Lille – Nice Demain 15h00 Angers – Monaco ; 18h00 Bordeaux – Metz ; Caen – Montpellier ; Dijon – Bastia ; Lyon – Lorient ; Nancy – Rennes Dimanche 13h00 Toulouse – Marseille ; 15h00 Saint-Etienne – Nantes ; 19h00 Paris SG - Guingamp

Espagne : Le derby de Madrid en point d’orgue
Avec comme point d’orgue le derby de Madrid entre le Real (1er) et l’Atletico (3e) demain, la 31e journée du championnat d’Espagne, qui s’étale d’aujourd’hui à lundi, pourrait voir le podium chambouler, le Barça (2e à 2 points) se déplaçant quant à lui à Malaga (15e). La journée débute ce jour par un intéressant Villarreal - Athletic Bilbao entre deux équipes classées derrière le quatuor de tête, respectivement aux 5e et 6e places. Si l’Atlético, en grande forme (cinq victoires de rang en Liga), l’emporte au Bernabeu et si les Catalans, comme c’est prévisible, gagnent à Malaga, le roi Real sera détrôné.

Le programme de la 31e journée (en heures Gmt): Aujourd’hui 18h45 : Villarreal - Athletic Bilbao Demain 11h00 Espanyol Barcelone – Alaves ; 14h15 Real Madrid - Atletico Madrid ; 16h30 Séville - Deportivo La Corogne ; 18h45 Malaga - FC Barcelone Dimanche : 10h00 Grenade – Valence ; 14h15 Celta Vigo – Eibar ; 16h30 Osasuna Pampelune – Leganes ; 18h45 Las Palmas - Betis Séville Lundi 18h45 Real Sociedad - Sporting Gijon

 

Selon The Independant, l’attaquant nigérian de Leicester City, Ahmed Musa aurait été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi quelques heures après la victoire de son équipe face à Sunderland (2 – 0). Il est soupçonné d’avoir battu sa femme. Musa aurait été entendu par la police puis a été relâché sans qu’aucune charge n’ait été retenue contre lui. Leicester a admis être au courant de cette enquête mais a fait savoir qu’il ne sanctionnerait pas Musa.

Formule 1 : Hamilton veut un duel « roue contre roue » avec Vettel
Battu en Australie fin mars, Lewis Hamilton espère un duel « roue contre roue » face à Sebastian Vettel, dimanche en Chine. « J’aspire ardemment à ce genre de combat », a déclaré le Britannique avant la deuxième manche du Championnat du monde de Formule 1, faisant référence au karting, « la meilleure forme de course ». « Je meurs d’envie que ces jours reviennent et j’espère que cela arrivera pour Sebastian et moi », a-t-il précisé. Grâce à la victoire de Vettel et à la quatrième place de son coéquipier finlandais Kimi Räikkönen à Melborne, l’écurie italienne a pris la tête du classement des constructeurs à l’issue de la première course de la saison avec 37 points, quatre de plus que les Flèches d’argent. « Nous (Mercedes, ndlr) voulons être en tête et nous avons un véritable combat entre les mains. Ça nous encourage à nous concentrer encore plus sur nos faiblesses, a commenté Hamilton. Cela alimente encore plus le feu. »

Golf : Johnson, le n°1 mondial victime d’un accident domestique
N°1 du golf mondial et en pleine forme depuis le début de saison, Dustin Johnson est le grand favori du Masters d’Augusta, le premier Majeur de l’année, qui a débuté hier en Géorgie. Mais l’Américain pourrait aborder le tournoi blessé, et même déclarer forfait, puisque son agent a révélé qu’il avait été victime d’un accident domestique. «Dustin a subi une chute sérieuse dans ses escaliers et il est tombé très fort sur le bas du dos. Actuellement, il se repose. On lui a dit de rester immobile et de démarrer un traitement à base d’anti-inflammatoires et de glace», indique l’entourage de l’Américain dans un communiqué.

Trois faits marquants ont dominé la 16ème journée de L1 de football : les fortunes diverses des deux clubs d’Académiciens, la Linguère qui s’est relancée en enfonçant son voisin du Ndiambour et enfin le Gfc qui a confirmé ses ambitions pour le titre.

Génération Foot et Diambars, trajectoires opposées : Autant l’échappée de Génération foot au sommet retient l’attention du public sportif, autant la chute libre de Diambars est l’autre fait marquant de ce week-end. Alors que les premiers empilent les points en renversant tout sur leur passage, au même moment, ceux de Saly Portudal (Diambars) sont dans l’impasse totale. Trois défaites consécutives, c’est l’inquiétant bilan de l’équipe du président de la Ligue sénégalaise de football professionnel, Saër Seck. En fait, Génération foot et Diambars, les deux académies de football, connaissent présentement des fortunes diverses.

La Linguère enfonce
Ndiambour : En apportant le réaménagement attendu sur son banc, avec l’arrivée de Malick Diop en remplacement du doyen Karim Séga Diouf, les Lougatois espéraient se relancer dans la course au maintien. Un espoir qui a viré au cauchemar à Saint-Louis dans le derby du Nord contre une équipe de la Linguère qui était, aussi, arrêter une série de défaites, se sont relancés aux dépens de leurs voisins. Après deux défaites consécutives, Vitor Salvado était en sursis sur le banc de la Linguère. Avec ce succès important, le technicien portugais des Nordistes peut respirer. Les Ouakamois ont aussi réussi à ramener la sérénité dans le groupe en mettant un terme à une longue période de doute qui a déjà couté la tête de son coach, Al Ousseynou Sène.

Le Gfc confirme ses ambitions pour le titre : Le président du Guédiawaye Fc, Djamil Faye, a toujours affiché publiquement ses ambitions pour le titre. Et au rythme où évolue la compétition, son équipe est en voie de tenir son pari. En attendant de connaître le sort de leur match en retard contre le Casa Sports (6e journée), les « Crabes » de Guédiawaye sont l’une des rares équipes à tenir le rythme imposé par Génération Foot au sommet. Ils sont en train de réaliser leur ambition à domicile. Rares sont les équipes qui ont pris des points sur la pelouse du stade Amadou Barry. Seules l’As Douanes et Diambars se sont imposés à Guédiawaye. La dernière victime des banlieusards est le Stade de Mbour d’un certain Youssouph Dabo, l’ex-coach du Gfc, qui a étalé son impuissance devant son ancienne équipe.

Et, au rythme où évolue sa nouvelle équipe, l’avenir du technicien est en pointillés dans le club mbourois. En fait, six techniciens ont déjà perdu leur poste depuis le début de la saison. Et si certains, c’est pour défaut de résultats comme Al Ousseynou Sène (Us Ouakam), Karim Séga Diouf (Ndiambour), Aly Male (Us Gorée), quelqu’un comme Demba Mbaye (NGB) a démissionné de son propre gré, même si ça sentait le roussi pour lui. A qui le tour ?

A Gorée, ça ne s’améliore pas: Le comble, se serait que le prochain coach limogé soit … Bassouaré Diaby, le remplaçant d’Aly Male sur le banc de Gorée. Pour cause, le déclic attendu à travers ce changement de coach tarde encore à se produire. Et hier, en clôture de la 16ème journée, les Insulaires (par ailleurs champions du Sénégal en titre) se sont inclinés 1 – 3 face à l’As Douanes. Ce qui les rive tout au fond de la classe, à la dernière place de L1. Le « syndrome du champion » guette plus que jamais l’Us Gorée.

Ansoumana SAMBOU

En concédant dimanche dernier, sa quatrième défaite consécutive, son troisième Ko, son treizième revers au total, Zoss s’est définitivement tiré une balle dans le pied. Face à Sitteu, sociétaire de Lansar, il a touché le fond. Et avec lui, le peu d’ambition qui lui restait encore pour espérer s’installer sur le toit de la lutte.

Un des rares rescapés, avec Lac de Guiers 2, de cette belle cuvée de 2007 en lice dans le mini-Championnat de lutte avec frappe (claf), de Luc Nicolai, Zoss tente de faire depuis quelques saisons de la résistance.

Certes, sans grand succès. En dépit des mauvaises performances qui se sont enchaînées, ces deux dernières saisons, le leader de l’écurie « Door Doraat » a toujours voulu croire à son étoile dans l’arène. Cet homme est têtu comme une mule. Il ne renonce jamais. Jusqu’au bout donc, il s’est accroché à son rêve fou de titiller le sommet de la lutte. Il a refusé, comme il a pu, de se faire larguer, comme c’est le cas avec Bathie Séras, Balla Diouf et dans une moindre mesure Boy Sèye, tous d’anciens adversaires de poule de ce mini-Claf ayant renoncé, depuis belle lurette, à leur ambition de s’installer sur le toit de l’arène. Cette force intérieure a permis à ce champion audacieux de signer de belles victoires notamment contre les « gros morceaux » Boy Niang 2, Tidiane Faye et Gouye gui. Des prouesses qui l’ont aidé à rebondir, à se relancer, à chaque fois, dans la course en vue de réaliser son vieux rêve.

Sauf que dimanche dernier, il a coulé face à Sitteu. Cette fois, il semble avoir touché le fond.

Et avec lui, le peu d’ambition qui lui restait encore pour espérer être calife à la place du calife. Avec cette quatrième défaite d’affilée, 13 au total, contre 11 victoires, ce troisième Ko, il lui sera désormais extrêmement difficile de se relever, encore moins de revenir au premier plan ; tant le fossé qui le sépare du roi Bombardier et des autres prétendants sérieux au sacre semble impossible à combler. Les carottes semblent cuites pour lui.

Toutefois, tout n’est pas perdu pour ce bagarreur à qui son orgueil joue souvent de mauvais tours. S’il devra mettre une croix définitive sur son ambition d’accéder au trône, le « showman » ne manque pas, pour autant d’adversaires contre qui il pourrait en découdre. Tombeur de Gouye gui, il y a un mois, Boy Niang 2, la nouvelle terreur, a l’obligation de prendre sa revanche sur lui. Il a été battu par Zoss, le renard, en 2013. Reste à savoir si le fils de De Gaulle, qui a, entretemps, gagné sa place parmi les ténors, acceptera d’en découdre à nouveau avec lui, sans doute pour remettre les pendules à l’heure. A l’image de Boy Niang 2, Gouye gui doit lui aussi rétablir l’équilibre contre le grand-frère de Garga Mbossé. Les deux lutteurs se sont affrontés à trois reprises et c’est le porte-étendard de l’écurie «Door Doraat » qui a la faveur des statistiques avec deux victoires contre une seule pour le poulain de Mor Fadam. Mal en point, le «roi du Simpi » ne devrait pas refuser de croiser le fer avec son meilleur ennemi pour une troisième fois d’affilée. Zoss peut également accorder une deuxième chance à Tidiane Faye pour avoir battu à plate couture le « professeur » en 2013.

En difficulté, le Parcellois et le poulain de Max Mbargane ne devraient pas cracher sur une telle opportunité, dans l’espoir de se relancer dans la course. Grand tombeur de Garga 2, avant-hier, Tyson 2 fait figure de potentiel adversaire pour le « showman » des Parcelles assainies. Surclassé par Elton la saison passée, l’ancien vainqueur de l’Arena Tour s’est relancé dimanche de fort belle manière. Brillant vainqueur de Zarco, Modou Anta peut être un sacré client pour Zoss ; de même qu’Amanekh, Lac Rose, tous deux muets depuis quelques saisons. Autant dire que l’ex-coéquipier de Modou Lô garde intactes ses chances de nouer, à nouveau, son « nguimb », d’autant plus qu’il a ce petit quelque chose qui fait courir les promoteurs : son statut de « showman ». En cela, il est de la trempe des Baye Mandione, Bathie Séras, Gouye gui et autre Yaou Dial.

En dépit de leur mauvaise passe, ils seront toujours courus par les « match-makers ». Parce qu’en plus, ils font courir les foules. Mais pour combien de temps encore ?

Diégane SARR

Les nouvelles en provenance des rives de la Mersey ne sont guère rassurantes : blessé lors du derby entre son club du Fc Liverpool et Everton, Sadio Mané risque d’être absent pour une longue période.

On parle même de fin de saison pour l’attaquent international sénégalais. Si chez les Reds, on prie pour que l’éloignement des pelouses anglaises du buteur – maison ne soit pas trop longue, du côté de la Tanière aussi, on peut commencer à s’inquiéter. En effet, si la thèse d’une « rupture des ligaments croisés » avancée par certains médias anglais se confirmait, les « Lions » devraient faire sans leur argument offensif n°1 en juin contre la Guinée équatoriale en ouverture des éliminatoires de la Can « Cameroun 2019» et peut-être lors de la double confrontation (peut-être décisive) Sénégal – Burkina Faso en août, lors des 3ème et 4ème journées des éliminatoires du Mondial « Russie 2018 ».

Autant à Liverpool qu’au Sénégal, on est accroché aux lèvres des médecins des « Reds » qui devraient prochainement rendre public leur diagnostic.

Près d’une quarantaine d’encadreurs, professeurs de sport et joueurs de volleyball ont débuté hier, au stade Demba Diop, un stage de niveau 2 pour l’obtention du diplôme de 2e degré international. Ils sont venus du Mali (1), Burkina Faso (2), Bénin (4), Guinée Conakry (2) et du Sénégal (28) pour suivre ces cours dispensés par l’expert de la fédération internationale de volleyball, Shailen Dev Ramdoo, et Mbaye Dème, directeur du Centre international de coopération et de développement sous-régional de volleyball de Dakar (Cicdr).

Ainsi, du 5 au 9 avril, ils subiront ce premier stage test organisé au Sénégal pour les techniciens de la sous-région ouest-africaine. Une formation qui, à terme, devrait leur permettre de dispenser à leur tour leurs connaissances à la future élite du volleyball africain, comme l’ont souligné le directeur du stade Demba Diop, Ousmane Ndiaye qui représentait aussi le ministère des Sports et Tony Ndoye qui parlait au nom du Cnoss. Selon eux, il n’y a rien de telle que la formation, car elle occupe une place centrale dans le développement d’un pays. C’est pourquoi ils ont salué le travail abattu dans ce domaine par l’expert Mbaye Dème au niveau du Cicdr de Dakar. L’importance de ce centre basé à Dakar pour le développement du volleyball dans la sous-région n’est plus à démontrer car, à leur avis, des générations de volleyeurs y ont été formées et qui sont devenus maintenant des experts dans leurs pays respectifs.

Au cours de ces cinq jours donc, les stagiaires subiront des exercices théoriques et pratiques afin d’assimiler au mieux les nouvelles donnes qui ont cours actuellement dans la pratique de ce sport. Ainsi, discussions et échanges d’expériences constitueront les principaux axes de ce stage. Ce que n’a pas nié l’expert finlandais de la Fivb, Shailen Dev Ramdoo, qui estime qu’il s’agit d’animer et de développer une discipline qui a adopté un nouveau style. « Donc il faut les revisiter, les enseigner et les adapter à la nouvelle configuration qui se dessine dans le volleyball.
Nous savons que la volonté de faire les choses est la même partout, et si les moyens suivent cette volonté sera concrétisée », a indiqué Shailen Dev Ramdoo.

C. F. KEITA

La première quinzaine d’avril sera très chargée pour les boulistes sénégalais qui seront sur plusieurs fronts. Déjà le week-end dernier ils ont disputé la 16e édition de la coupe du président de la fédération Gassan Ezzedine qui avait réuni 172 joueurs. Et au finish, c’est Pape Mbodj de la Boule amicale de Kaolack qui s’est classé 1er devant Ada Diassé de Saint-Louis Pétanque club et Fara Ndiaye de Saly bouliste. Dimanche prochain, ils se retrouveront au boulodrome de la Promenade des Thièssois pour un concours international en doublettes choisies qui sera doté d’un prix d’un million de francs. Des boulistes mauritaniens, maliens, ivoiriens et même français seront aux côtés des Sénégalais pour donner plus de piquant aux parties. C’est dire que la concurrence sera ardue d’autant plus que les internationaux sénégalais voudront se mettre en exergue dans la perspective de leur participation aux premiers championnats du monde en doublettes qui se disputeront du 13 au 16 avril en Belgique.

Cela est d’autant plus vrai que le sélectionneur national, Mansour Dia, a déjà retenu les deux joueurs pour l’expédition belge. Il s’agit de Weuz Diack de Mermoz Pétanque club et Fara Ndiaye de Saly bouliste. Ces deux joueurs ont été sélectionnés, selon l’entraîneur national Mansour Dia, par rapport à leur passé dans les compétitions internationales comme les championnats du monde et autres sur la scène africaine ; mais aussi par leur régularité dans les compétitions nationales où ils se sont toujours bien illustrés. Des joueurs d’expérience donc qui vont défendre les couleurs nationales dans une compétition mondiale qui en sera à sa première édition. Ils seront encadrés par le président de la fédération, Gassan Ezzedine, chef de délégation et l’entraîneur national Mansour Dia.

C.F KEITA

« L’avenir du monde francophone se trouve entre les mains de la jeunesse ». C’est la ferme conviction de la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports de le Francophonie (Confejes) et du Conseil africain et malgache pour l’Enseignement supérieur (Cames) qui ont noué, hier, un partenariat dans un hôtel de Dakar. Un mariage qui est, en fait, noué depuis 2016 au Mali et qui est devenu une réalité depuis hier. « Convaincues qu’au seuil de ce nouveau millénaire, l’enseignement supérieur et la recherche sont appelés à contribuer significativement à la consolidation de la paix, de la démocratie et à l’émergence d’un développement socio-économique inclusif de façon durable », les deux entités ont donc décidé de travailler ensemble pour « mobiliser les pays, les ressources et les énergies à cette fin ». Les deux structures entendent faire de ce partenariat « une stratégie d’amélioration durable » de leur service « en mutualisant opportunément leurs capacités financières et techniques et en captant au mieux d’autres ressources alternatives de financement ». Et dans son discours, le secrétaire général de la Confejes, le Nigérien Bouramah Ali Harouna n’a pas manqué de remercier le président Macky Sall pour sa contribution de « 500 millions de FCfa à l’institution pour la recherche ».

Dans tous les cas, le Cames va renouveler son plaidoyer auprès des États pour la recherche des moyens, rassure-t-il. « Faire de la jeunesse africaine un atout gagnant qui contribue de façon significative au développement économique et social du continent dans un contexte de mondialisation, développer la pratique inclusive des activités physiques et sportives en milieu universitaire et renforcer le leadership et le rayonnement international du Cames et de la Confejes », tels sont les principaux objectifs des deux partenaires dans ce partenariat qui s’étale sur deux ans (2016 -2018). Au total, 18 récipiendaires ont reçu hier des mains des secrétaires généraux de la Confejes et du Cames des Certificats de participation au stage de formation organisé depuis le 3 avril dernier, et qui sera bouclé demain. Le ministre des Sports, Matar Ba, absent à la cérémonie, a été représenté par Paul Dione, secrétaire général dudit département.

A. SAMBOU

Après le Grand prix de l’Assemblée nationale, le Cng organise dimanche prochain une journée ordinaire, la 8e de la saison, toujours à l’hippodrome Tanor Anta Mbakhar de Rufisque. Cinq courses sont au menu, les chevaux qui avaient triomphé voudront rééditer leur exploit. Il s’agit notamment de « Betty Bao » du Groupe 1, « Bourakh » dans le deuxième groupe et « Malene » dans la poule 3 alors que les vaincus tenteront de redorer leur blason entre autres « Faydou », « Doumayene », « Makha » et « Assane Demba ». Seulement, « Dalinkor » qui avait remporté le Grand prix de l’Assemblée nationale chez les poulains de 2 ans ne sera pas de la partie, il sera en repos avec les autres chevaux de son groupe. C’est donc le 2e contingent qui va donc courir. Rappelons que les Pda évoluent un dimanche sur deux, c’est pour préserver leur santé. Les poulains de 3 ans qui évolueront sur 1650m seront les premiers à s’aligner dans les box suivis des poulains de 2 ans qui se mesureront sur 1200m tandis que les chevaux adultes des groupes 1, 2 et 3 rivaliseront séparément sur 2200m. Les enveloppes sont identiques : 1.000.000 FCfa pour chaque catégorie. Les engagements sont fixés à 30.000 FCfa et seront enregistrés ce jeudi de 9h à 17 précises au stade Léopold Sédar Senghor.

EL H. Yamar DIOP

Le tirage au sort des demi-finales de la Coupe de France s’est déroulé juste après les rencontres d’hier soir qui ont vu les qualifications d’Angers aux dépens de Bordeaux (2 – 1) et du PSG au détriment d’Avranches (4 – 0). Et il a accouché d’un choc entre les deux mastodontes du foot français, puisque le PSG recevra Monaco.
L’autre demie mettra aux prises Angers à Guingamp. Les rencontres auront lieu les mardi 25 et mercredi 26 avril.

Coupe d’Italie : La Juventus retrouve la Lazio Rome en Finale
La Juventus Turin, forte de son succès 3-1 à l’aller, a rejoint la Lazio Rome en finale de la Coupe d’Italie malgré une défaite 3-2 à Naples hier en demi-finale retour, marquée par le doublé de Gonzalo Higuain. La Juventus se qualifie ainsi pour sa troisième finale de Coupe d’Italie consécutive après celles remportées en 2015 contre la Lazio et la saison dernière face à l’AC Milan. En finale de la Coupe, les bianconeri retrouveront le 2 juin la Lazio Rome, elle aussi battue 3-2 mardi par l’AS Rome dans un derby brûlant, mais qualifiée à la faveur de son succès 2-0 lors de la première manche.

Le tirage au sort des demi-finales de la Coupe de France s’est déroulé juste après les rencontres d’hier soir qui ont vu les qualifications d’Angers aux dépens de Bordeaux (2 – 1) et du PSG au détriment d’Avranches (4 – 0). Et il a accouché d’un choc entre les deux mastodontes du foot français, puisque le PSG recevra Monaco.
L’autre demie mettra aux prises Angers à Guingamp. Les rencontres auront lieu les mardi 25 et mercredi 26 avril.

Coupe d’Italie : La Juventus retrouve la Lazio Rome en Finale
La Juventus Turin, forte de son succès 3-1 à l’aller, a rejoint la Lazio Rome en finale de la Coupe d’Italie malgré une défaite 3-2 à Naples hier en demi-finale retour, marquée par le doublé de Gonzalo Higuain. La Juventus se qualifie ainsi pour sa troisième finale de Coupe d’Italie consécutive après celles remportées en 2015 contre la Lazio et la saison dernière face à l’AC Milan. En finale de la Coupe, les bianconeri retrouveront le 2 juin la Lazio Rome, elle aussi battue 3-2 mardi par l’AS Rome dans un derby brûlant, mais qualifiée à la faveur de son succès 2-0 lors de la première manche.

Le Borussia Dortmund a infligé une amende à son meilleur buteur Pierre-Emerick Aubameyang pour avoir fait une publicité déguisée pour son équipementier personnel en célébrant un but samedi, a indiqué hier le directeur sportif du club Michael Zorc au magazine Kicker. On rappelle que l’attaquant de Dortmund avait brandi un masque issu d’une campagne de pub Nike (son sponsor personnel), rendant fou de rage Puma (le sponsor du club). « Il n’était pas conscient des conséquences de son comportement », a cependant assuré Zorc, qui n’a pas dévoilé le montant de l’amende. L’incident cependant « n’était pas tolérable », et a été discuté « sérieusement » avec Aubameyang, actuel meilleur buteur de la Bundesliga avec 25 réalisations, ajoute le directeur sportif, cité sur le site internet de Kicker.

De Londres à Wellington, de Californie en Arabie Saoudite, un destin semble unir ces fans des Gunners : celui d’Arsène Wenger. Plus contesté que jamais, le manager français d’Arsenal ménage encore le suspense quant à son avenir : accepter une proposition de prolongation ou partir, après vingt années à la tête de l’équipe londonienne. Si « tout est clair » dans la tête de l’Alsacien, qui laisse entendre qu’il va continuer puisqu’il refuse de songer à la retraite, le front des anti-Wenger grossit. En Angleterre, cela dure depuis plusieurs saisons, au fil de printemps sans trophée majeur ou presque – trois coupes nationales glanées sur les treize dernières années. Mais les messages ne se limitent plus à Colney, le centre d’entraînement des Gunners, à l’Emirates ou aux rues adjacentes, où une nouvelle manifestation était prévue hier avant le match contre West Ham. Une campagne de financement participatif a même été lancée pour financer les rassemblements de supporters hostiles à Wenger, et acheter drapeaux et panneaux... Magie (ou pas) des réseaux sociaux, le slogan « Wenger Out » (Wenger Dehors) est devenu ces derniers jours un mot d’ordre mondialisé, affiché dans des endroits improbables : une réunion de catch, un match de qualifications à la Coupe du monde 2018 de la Nouvelle-Zélande joué devant à peu près personne, un concert à Miami ou une manifestation anti-Trump.

lutte : Le Cio retire encore 3 médailles olympiques
Dans le cadre des nouvelles analyses réalisées sur des échantillons conservés depuis les Jeux olympiques de Pékin (2008) et de Londres (2012), le Cio a annoncé hier que trois nouveaux athlètes ont été contrôlés positifs et disqualifiés. Ces sanctions concernent le lutteur ouzbek Artur Taymazov, champion olympique de lutte en 2008 (également sacré en 2004 et en 2012), le lutteur ukrainien Vasyl Fedoryshyn, médaillé d’argent en 2012, et la lutteuse russe Svetlana Tzarukaeva, médaillée d’argent en 2012. Au total, plus de 100 athlètes ont été épinglés par le Cio grâce à ces nouveaux tests.

Cyclisme : Comme Gilbert, Cavendish ne sera pas du Paris – Roubaix
Nouvelle défection sur Paris-Roubaix. Après Philippe Gilbert mardi, c’est au tour de Mark Cavendish de déclarer forfait pour la reine des classiques. La faute à une blessure à la cheville ressentie lors de l’avant-dernière étape de Tirreno-Adriatico. Il manquera également le Grand Prix de l’Escaut, semi-classique habituellement réservée aux sprinters. Le Britannique, qui a fait du Tour de France l’objectif principal de sa saison, a décidé de ne prendre aucun risque.

Après le nul vierge de la Sonacos, jusqu’alors leader de la L2, face à la Renaissance de Dakar, l’As Pikine savait ce qu’il lui restait à faire pour s’emparer de la première place au clôture de la 16ème journée : gagner ! Et les Pikinois n’ont pas laissé passer l’occasion. Ils ont disposé du Port (2 – 0) pour s’offrir un point de plus, en haut du classement, que les « Huiliers ».

Les résultats de la 16ème journée : Olympique de Ngor - Etics 1-0 ;  Cayor Foot - Duc 1-3 ; Sonacos - Renaissance 0-0 ; Bargueth - Ndar Guedj 2-0 ; Dakar Sacré-Cœur - Jamono Fatick 1-0 ; Yeggo - Africa Promo Foot 1-1 ; As Pikine - Port 2-0

L’hippodrome Tanor Anta Mbakhar de Rufisque a accueilli, dimanche passé, les amateurs pour la deuxième fois à l’occasion du Grand prix de l’Assemblée nationale. Le président de l’institution, Moustapha Niasse, était représenté par une délégation conduite par Mme Yata Sow. L’assistance a eu droit à 5 courses, mais le temps fort a été le classique disputé par les poulains de 2 ans sur une distance de 1650m. C’est finalement « Dalinkor » qui a réussi la passe de trois en dominant ses 11 rivaux. Ce jeune cheval performant drivé par Moussa Sène appartient à M. Iba Colle Bao, vice-président du Cng. C’est Mme Yata Sow qui a remis l’enveloppe de 2.000.000 FCfa et un trophée au jockey vainqueur.

« Major » du Pr Sakhir Thiam s’est classé deuxième et « Darou Minam » 3e. « C’est pour moi une fierté de représenter l’auguste assemblée au nom de son président », a déclaré Mme Sow qui a félicité le patron du Cng et son staff pour la parfaite organisation. Le galop du groupe 3 a été remporté par « Malene » de Moustapha Bao conduit par René Kobar. La course du groupe 2 a été à l’avantage de « Bourakh » de l’écurie du Pr Sakhir Thiam sous le pilotage de Alassane Seck. « Rafet Niort », un coéquipier de « Bourakh », a lui aussi laminé les poulains de 3 ans sous le drivage d’Ousmane Diouf. « Betty Bao », une propriété de Cheikh Tidiane Niang a confirmé sa suprématie en s’imposant pour la 4e fois chez les chevaux du groupe 1; il était monté par le jeune cavalier Momar Dieye.

Résultats techniques
Poulains de 3 ans : Rafet Niort, 2e La Medina, 3e Tassoul Yaakar, 4e Acte de Noblesse
Groupe 3 : 1er Malene, Gnoddi, 3e Mamie Ngone, 4e Mbar Ngone

Poulains de 2 ans (Gp) : 1er Dalinkor, 2e Major, 3e Darou Minam, 4e Général Mara
Groupe 1 : 1er Betty Bao, 2e Pr Oumar Bao, 3e Makha, 4e Faydou
Groupe 2 : 1er Bourakh, 2e Trêve, 3e Big Boss, 4e Doumayene

El H. Yamar DIOP

Sadio Mané, l’attaquant sénégalais de Liverpool (Premier League), forfait pour le reste de la saison ? « C’est possible », a répondu son coach allemand Jürgen Klopp. Mané s’est blessé au genou samedi dernier lors de la victoire des « Reds »  sur Everton (3 – 1) dans le derby de la Mersey. A 24 ans, le joueur sénégalais était sur une belle lancée, réussissant même son 13ème but en Premier League, juste avant d’être blessé. Klopp qui l’a fait venir de Southampton pour 34 millions de livre sterling, a de bonnes raisons de s’inquiéter. « Ce dont je suis sûr, c’est que (Sadio) ne sera pas là ce mercredi face à Bournemouth (car) son genou a beaucoup enflé ». Après, il croisera les doigts afin que son feu-follet puisse revenir très vite aider Liverpool en cette fin de saison indécise en Angleterre.

Il y a quelques années, Armand Traoré était parti pour être l’un des grands noms du football sénégalais. Passé entre autres clubs par la Juventus et Arsenal, ce latéral gauche très technique a même disputé la Can 2012 en Guinée équatoriale avec les « Lions ». Mais depuis, entre blessures et relégation en Championship anglaise avec Qpr, le joueur aujourd’hui âgé de 27 ans n’a toujours pas confirmé les attentes placées en lui. Aujourd’hui pensionnaire de Nottingham Forest (Championship), il estime pourtant être « toujours cet arrière gauche qui prend le couloir, mais maintenant je sais que défendre est ma priorité ».

Natif de Paris, Armand Traoré clame haut et fort n’avoir « jamais » regretté d’avoir opté pour la nationalité sénégalaise. « C’est une décision à laquelle j’ai beaucoup réfléchi depuis tout jeune et je suis fier de l’avoir prise », a-t-il déclaré sur un site spécialisé. Mieux, a soutenu ce joueur qui dit avoir « un bon contact avec Aliou Cissé », le sélectionneur national, il a encore beaucoup de choses à apporter aux « Lions » si jamais l’occasion se présente. « Un style d’arrière gauche un peu différent et une polyvalence. On sait qu’aujourd’hui les latéraux sont très, très importants pour une équipe qui veut jouer au ballon. Je peux aussi opérer en tant que milieu gauche ou même milieu droit », a-t-il argumenté. Armand Traoré a soutenu avoir « beaucoup aimé les prestations de l’équipe » du Sénégal à la dernière Can, malgré une élimination précoce en quart de finale. Selon lui, « cette équipe peut aller très loin. Elle a beaucoup de talents ». Et il ne lui déplairait point de revenir dans la Tanière…

Dans un entretien accordé à BeIN Sports, Nicolas Batum a laissé entendre qu’il serait sans doute forfait pour l’Euro 2017. L’ailier des Charlotte Hornets a confié que sa décision était «prise», mais qu’il devait encore la laisser «mûrir». «Il faudrait peut-être, à un moment donné, que je me pose», a expliqué le joueur de 28 ans, qui a signé un contrat record de 120 millions de dollars sur cinq ans avec les Hornets en 2016. Batum, qui assure qu’il ne prend pas sa retraite internationale et que sa décision n’est pas liée aux derniers résultats des Bleus (défaites en demi-finales de l’Euro 2015 et des Jeux Olympiques en 2016), a rappelé qu’il avait consacré tous ses étés à l’équipe de France depuis 2004. En 2014, il avait un temps envisagé de manquer la Coupe du monde avant de se raviser, et d’emmener les Bleus jusqu’à une très belle médaille de bronze.

Désireux de rentabiliser au mieux les infrastructures mises en place pour l’organisation de la Coupe du monde, dont le coût est estimé à plus de 200 milliards de dollars, le Qatar a fait part à la Fifa de sa volonté d’accueillir plusieurs tournois majeurs à partir de 2022. L’émirat serait intéressé par la Coupe du monde des clubs ainsi que par les Mondiaux U17 et U20. Lors d’un récent voyage dans le pays, Gianni Infantino, le président de la Fifa, avait affirmé que « toutes les options [étaient] ouvertes » concernant la possibilité pour le Qatar d’organiser d’autres tournois internationaux sur son sol.

Contrairement aux précédentes éditions, le Qatar n’accueillera pas en 2021 la Coupe des confédérations, qui précède traditionnellement la Coupe du monde. Un autre pays de la zone Asie devrait être choisi.

Le technicien ghanéen James Kwesi Appiah a été nommé pour deux ans sélectionneur des «Black Stars», l’équipe nationale du Ghana, a-ton appris hier de source officielle. Agé de 56 ans, James Kwesi Appiah, qui avait déjà dirigé la sélection nationale de 2012 à 2014, prendra ses fonctions à partir du 1er mai. Il avait été remplacé par l’Israélien Avram Grant après la contre-performance des «Black Stars» au Mondial-2014 au Brésil, où ils avaient été éliminés dès le 1er tour. Il succèdera à Grant, parti en février après la Can-2017 au Gabon, où le Ghana avait terminé à la 4e place. Appiah figurait parmi trois finalistes aux côtés du Français Willy Sagnol et de l’Allemand Winfried Schäfer, après avoir été sélectionnés au sein d’une liste composée de 132 postulants, parmi lesquels le Français Patrice Carteron, l’Anglais Harry Redknapp, l’Italien Fabrizio Ravanelli mais aussi l’ancienne gloire du football ghanéen Karim Abdul Razak Tanko.

AFP

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.