banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3129)

Sport

Joal : Après sa première victoire d’étape remportée lors de la première étape, l’Allemand de l’équipe d’Embrace The World Cycling, Carstensen Lucas a de nouveau braqué les projecteurs du Tour sur lui. Hier, il s’est encore imposé dans la 6e étape Kaolack-Joal longue de 138 km avec un temps de 3h07’59. Soit moins 19 minutes que lorsqu’il remportait la première étape (3h26’32 en 135 km). Et pourtant il n’était nullement du peloton de tête au départ de cette course qui s’est lancée depuis la gouvernance de Kaolack. Mais il a su tisser sa victoire tout le long du parcours en neutralisant quelques adversaires redoutables dans le peloton groupé. Un départ-canon à la tête duquel se trouvait le Sénégalais Moussa Ndiaye qui a voulu jouer au révolutionnaire, mais dont la tentative a été vite étouffée après seulement moins de cinq kilomètres. Happé par le gros de la troupe, il s’est vite rangé dans la meute. Pour ne plus faire parler de lui. Pendant ce temps, un jeune malien Yaya Diallo, pédalait d’égal à égal avec quatre coureurs en tête de peloton pendant plus d’une trentaine de kilomètres avec 25 secondes d’avance ; il franchira le premier sprint intermédiaire de Fatick sur 42 kilomètres avec deux autres coureurs. Puis se détachait avec trois coureurs à 28 kilomètres de l’arrivée. C’est à ce moment qu’intervint sa double crevaison au sortir de Mbour alors que la course était lancée plein axe sur Joal, à une quinzaine de kilomètres.

C’est ce moment que choisit Carstensen Lucas jusqu’ici discret, pour faire parler sa pointe de vitesse et son opportunisme. Il brûla la politesse à ses adversaires qui se surveillaient pour piquer un sprint d’enfer vers la ligne d’arrivée. La meute le poursuivit jusqu’au franchissement de la ligne fatidique. Mais la victoire était dans ses pédales et consacrait ainsi un second succès d’étape après le premier sur l’axe Dakar-Thiès.

Au général, les choses n’ont pas tellement bougé puisque les cinq premiers de la veille sont toujours là, avec cependant un léger basculement. Car c’est désormais Carstensen Lucas qui se retrouve 3e et Nouisri ali 4e ; Hellmann Julian étant toujours 5e. Le leader Bouzidi Mohamed a même creusé l’écart sur ses poursuivants puisqu’il compte maintenant 26 secondes d’avance sur eux.

Classement de l’étape. Distance : 138 km ; moyenne : 43,727 km/h : 1er : Carstensen Lucas (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 3h07’59 ; 2e : Bouzidi Mohamed (Vélo Club sovac/Algérie) : Mt ; 3e : Ilongo Dimitri (Vc Chartrain/France) : Mt ; 4e : Junte Maarten (Global Cycling Team/Hollande) : Mt ; 5e: Mokhtari Hichem (Vélo Club Sovac/Algérie) : Mt

Classement général (Maillot Jaune). Distance : 826,8 km ; moyenne : 41,373 km/h : 1er : Bouzidi Mohamed (Vélo Club Sovac/Algérie) : 20h04’02 ; 2e : Mansouri Islam (Vélo Club Sovac/Algérie): 20h04’28 ; 3e : Carstensen Lucas (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 20h06’18 ; 4e : Nouisri ali (Royal Vélo Club Ottignie/Belgique) : 20h06’23 ; 5e : Hellmann Julian (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 20h07’19

L’étape du jour : Une épreuve dans la zone de Sindia
La 7e et avant dernière étape de ce Tour 2017 sera consacrée à la zone de Sindia avec une course en boucle qui partira de la gare routière de Nguékhokh en passant par le parc de Bandia, Sindia, Thiès, Mont Rolland, Notto, Bayakh, Croisement 50, Sébikotane, Diamniadio, encore Sindia et enfin Ngaparou. Soit 142,4 km comprenant trois sprints intermédiaires à Thiès, Notto et Sébikotane.

De nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA (tetxes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

Joal : Hier, les protégés du technicien français Georges Bourhis ont bu le calice jusqu’à la lie à l’issue de la course d’étape entre Kaolack et Joal. La veille, le premier Sénégalais Bécaye Traoré était positionné à la 17e place, mais hier une chute aux environs de Fatick l’a tout simplement refoulé loin derrière. Ce qui fait que le meilleur classement obtenu par les « Lions » a été à l’actif d’Oumar Guéye qui pointe au 33e rang suivi de Bécaye (34e). Au classement général, Bécaye ne bouge pas de place (17e) et reste toujours le meilleur Sénégalais dans cette catégorie.

Par contre, chez les Maliens, il faut saluer le courage et la ténacité du jeune Yaya Diallo qui aura disputé le plus clair du parcours dans le peloton de tête composé d’abord de 8, puis 5 et enfin 4 « fugitifs ». Il a mené une lutte farouche à ses trois autres adversaires avant qu’une double crevaison ne lui fasse lâcher prise à moins de 15 kilomètres de l’arrivée. Un ennui qui le projette loin dans le classement d’étape puisqu’il se retrouve finalement 42e. Le Congolais Mayele Nkoro Djany lui, s’est classé 13e. Une position jamais occupée par l’équipe de la Rd Congo depuis le début de ce Tour 2017. Et qui devrait les motiver davantage pour le reste des étapes.

De nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA (tetxes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

« Nous sommes ici pour gagner le Tour et pas pour nous amuser. Nous avons les moyens de gagner et nos résultats le prouvent car nous avons toujours deux ou trois coureurs dans les dix premiers ». Plus optimiste que le directeur sportif du club belge de Royal Vélo Club Ottignie, il n’y en a pas. Un club cosmopolite avec trois Tunisiens, un Australien et un Belge qui ont déjà imprimé leurs marques dans cette compétition avec une victoire d’étape (2e étape) et des accessits. De quoi rassurer Buscema Mario qui dit toute sa satisfaction. « Ça se passe super bien, c’est une course vraiment super, de très belles routes et une belle organisation. Nous faisons de bons résultats quotidiennement et nous espérons remporter encore les maillots blanc et jaune car nous avons un coureur à 2mn16. Donc je pense que d’ici la fin du Tour, c’est possible. Il y a de bons adversaires et je crois que nous sommes assez bien surveillés comme certaines équipes surtout par l’Algérie, l’Allemagne », a-t-il estimé.

Olivier Goiset, directeur sportif du Velo Club Chartrain« J’ai trois coureurs qui peuvent gagner une étape »
Ils ne sont plus que trois coureurs dans l’équipe du Vélo Club Chartrain pour disputer le reste du Tour, mais leur directeur sportif, Olivier Goiset, se montre quelque peu optimiste. « C’est très difficile car on est parti déjà amoindri avec quatre coureurs, on a un qui s’est fait éliminer lors de la 2e étape. Donc depuis la 3e étape, on n’est que trois dans le peloton ce qui rend difficile de contrôler la course ou de gagner. J’ai quand même trois coureurs qui peuvent remporter une victoire d’étape », a-t-il souligné. A son avis, pour remporter une victoire, il faut sentir le bon coup. Et comme tout le monde, l’objectif c’était de gagner le Tour, mais après ce club français a revu ses ambitions à la baisse. « Maintenant, on vise une victoire d’étape et à placer un ou deux coureurs dans le classement général. Cette année, le niveau est très relevé avec les Allemands, les Algériens et les Belges et les équipes aussi participantes sont très fortes », a-t-il indiqué comme pour expliquer le niveau actuel de son équipe.

Bueken Joel, directeur sportif de Velo Schils Interbike : « Ce sera très difficile de remporter une victoire »
Joal : Dans ce Tour 2017, le directeur sportif de l’équipe britannique de Vélo Schils Interbike ne se fait pas beaucoup d’illusions quant à un succès de ses protégés. La chute de deux cyclistes et l’abandon de deux autres ont largement entamé l’ardeur des jeunes Anglais. « On assiste à une bonne organisation et de belles courses depuis l’entame de cette édition. C’est dans l’esprit du Tour cycliste. En venant au Sénégal, on espérait avoir un bon résultat, à chaque étape, et avoir un bon classement au général. Mais il faut avouer que c’est une course très dure avec beaucoup de vent ; toutefois, nous continuons à avoir de l’espoir pour les résultats. Nous espérons remporter une victoire d’étape, mais ce sera très difficile devant des équipes comme Embrace The World, Vélo Clun Sovac, Royal Vélo club Ottignie qui sont très fortes, mais on va tenter le tout pour le tout », a-t-il promis au moment d’embarquer pour la 6e étape.

De nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA (tetxes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

L’association Rock and Roll de Sacré-Cœur vise à promouvoir, au-delà du rock and roll, la danse acrobatique au Sénégal. C’est ce qui explique l’arrivée, à Dakar, depuis quelques jours, du couple acrobate russe, plusieurs fois champion du monde dans cette discipline.

Plusieurs fois champion du monde de danse acrobatique, le couple russe Ivan et Olga est, depuis quelques jours, au Sénégal, à l’initiative de l’association Rock and Roll de Sacré-Cœur, la seule du genre au Sénégal. Fort de leur expertise internationale en la matière, ils sont venus former trois couples sénégalais dans le rock and roll y compris la danse acrobatique qui est bien une discipline sportive. Depuis deux ans, ces couples, sous la bannière de l’association Rock and Roll de Sacré-Cœur, s’entrainent à la Piscine olympique, au Grand Théâtre et à l’Institut national supérieur de l’éducation populaire et du sport (l’Inseps). L’objectif, à travers la venue des champions russes au Sénégal, selon Oumy Sène, la présidente de cette association, est de permettre à notre pays d’avoir, dans quelques années, de dignes représentants lors des compétitions internationales de Rock and Roll (masters et championnats du monde). La formation des danseurs de rock and roll d’une durée d’une semaine se déroule le matin et l’après-midi. La matinée est consacrée à la chorégraphie, la danse ; tandis que l’après-midi est réservée à la partie purement sportive, avec les sauts, les enchainements, les lancées en l’air etc.Oumy Sène rappelle que l’arrivée des Russes au Sénégal répond à une volonté de la Fédération mondiale de rock and roll de développer le rock n roll acrobatique dans les cinq continents. Elle ajoute que cette instance se bat pour que la danse acrobatique soit, sous peu, considérée comme une discipline olympique.

Avec l’expertise de la Russie dont la fédération vient d’ailleurs de célébrer ses 30 ans d’existence, elle pense que les couples sénégalais peuvent espérer réaliser de belles performances lors des compétitions internationales d’ici quelques années.

« Comme vous le savez, le rock and roll acrobatique n’est pas très connu ici ; alors que la Russie a été plusieurs fois championne du monde toutes catégories confondues », a poursuivi, avec optimisme, la présidente de l’association Rock and Roll de Sacré cœur. Les formateurs russes se sont dits optimistes quant aux perspectives des couples acrobates sénégalais. Ivan et Olga pensent que ces derniers disposent d’un réel potentiel pour espérer réussir leur carrière dans le rock and roll acrobatique. Pour mieux défendre les couleurs du Sénégal, l’association dirigée par Mme Oumy Sène entend se transformer en Comité national provisoire (Cnp) affilié au Comité national olympique et sportif sénégalais (Cnoss). En plus de contribuer à doter le Sénégal de bons danseurs-acrobates, cette structure compte œuvrer pour la promotion de ce sport auprès des jeunes ; d’autant qu’il offre un certain nombre de débouchés dans l’animation, les clips, les films etc.

L’association a été créée il y a deux ans, grâce au soutien de la fédération russe de rock and roll.

Diégane SARR

L’international français Kingsley Coman, prêté depuis 2015 au Bayern Munich par la Juventus Turin (1ère division italienne), a signé jusqu’en 2020 avec le club allemand, a indiqué hier le Bayern dans un communiqué. Le club bavarois, actuel leader de la Bundesliga, a fait jouer son option d’achat pour recruter le jeune ailier français de 20 ans, dont le contrat court jusqu’au 30 juin 2020, selon le communiqué. Le club allemand va débourser 21 millions d’euros pour s’offrir les services du Français, selon le Sid, filiale d’informations sportives de l’Afp.

AFP

Kaolack : C’est la première fois qu’ils participent au Tour du Sénégal. Mais ils semblent avoir déjà trouvé leurs marques dans cette compétition. Un départ canon avec le maillot jaune décroché dès la 2e étape Thiès - Saint-Louis avec Bouzidi Mohamed ; et voilà l’équipe du Vélo Club Sovac d’Algérie bien lancée dans ce Tour du Sénégal 2017. L’année dernière, c’était l’équipe nationale d’Algérie qui avait fait une razzia dans le Tour sénégalais emportant avec elle le maillot jaune. Voilà qu’un club venu de ce pays se met à marquer cette compétition de son empreinte. « Nous avons une équipe jeune, des gosses âgés de 19 à 23 ans, venus ici pour avoir de l’expérience des Tours étrangers. Car l’objectif premier était de gagner une ou deux étapes, mais quand le résultat est bon et le classement général aussi avec les première et deuxième places individuelles et par équipes, en plus du maillot blanc des jeunes, nous pouvons dire que nous avons rempli notre mission », a souligné le directeur sportif Mokhtari Mohamed.

Puisque l’appétit vient en mangeant, les jeunes algériens ont pris goût à la chose et entendent maintenant faire tout pour rester aux premières loges. « Nous voulons même gagner une seconde étape dans ce Tour. Mais notre objectif a été atteint ; le reste sera de la cerise sur le gâteau », a-t-il déclaré à l’issue de la 4e étape. Des jeunes loups aux dents longues donc et qui, avec cette 2e participation à un Tour africain après celui du Maroc, ambitionnent rien moins que de remporter maintenant le maillot jaune. « Bien sur qu’on a des adversaires à craindre dans ce Tour 2017 ; comme les équipes belge, allemande, anglaise, hollandaise et les deux équipes françaises. En somme nous craignons tout le monde car ce sont des équipes de très haut niveau. Maintenant, nous sommes seuls contre tous. Mais pour gagner le maillot jaune, il faudra user de stratégie dans la course », a dit le technicien algérien. Jugeant le niveau élevé de ce Tour, Mokhtari Mohamed a indiqué que rien que pour la 3e étape de 150 km, les coureurs ont réalisé presque 46 de moyenne. Ce qui, à son avis, est déjà un niveau avec un peloton qui ne dépasse pas les 60 coureurs.

Modibo Souleymane Touré chargé de communication et chef de la délégation malienne : « Notre objectif sera maintenant de terminer la course »
Kaolack : L’équipe malienne n’a pas entamé de la meilleure des manières ce Tour 2017. Puisque dès l’entame de la compétition, elle a failli perdre ses trois meilleurs coureurs à cause de chutes répétitives et de graves blessures. « En venant à ce Tour, nous avons renforcé notre équipe qui est revenu du Togo et notre objectif, c’est de bien figurer dans le classement général. C’est vrai qu’on est à la 5e étape et qu’on n’a pas encore vu mes coureurs, mais il faut signaler que nous avons eu trois cyclistes qui ont chuté successivement pendant trois étapes, Oumar Sangaré notre capitaine et champion en titre du Mali et Adama Kouyaté. Et dès le premier jour, nous avons perdu notre pièce maîtresse Yacouba Togola pour des raisons de crevaison, parce qu’il nous servait de lièvre. Donc notre objectif ne sera pas atteint dans ce Tour parce qu’il ne reste que trois journées de compétitions », a regretté Modibo Souleymane Touré chef de communication à la fédération malienne de cyclisme et chef de délégation. Avec ces facteurs qui ont ralenti l’ardeur des jeunes maliens, l’équipe cherche maintenant à terminer la compétition pour ne pas emboîter le pas à la Gambie qui est rentré prématurément. « C’est dire que le niveau de ce tour est très élevé avec des équipes comme Embrace The World d’Allemagne, Vélo Club Sovac d’Algérie, Royal Vélo Club Ottignie de Belgique et même les équipes françaises. Donc c’est une sorte de stage pour nos coureurs qui vont saisir l’occasion pour se renforcer pour les prochains Tours dans d’autres pays ».

De nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA (textes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

Kaolack : Les « Lions » n’ont pu profiter de cette 5e étape pour grignoter des places, au contraire Bécaye Traoré qui était 9e lors de la 4e étape a lourdement régressé pour se retrouver à la 17e place. Oumar Guéye quant à lui a effectué un bond extraordinaire de la 51e place (avant-dernier) à la 27e. Moussa Ndiaye pour sa part a reculé d’un rang (33e à 34e). Au général par contre, c’est le statu quo, les trois premiers Sénégalais, Bécaye Traoré, Moussa Ndiaye et Baye Mor Diop, conservant leurs places de la veille ; c’est-à-dire respectivement 17e, 33e et 37e.
Chez les autres Africains, la situation n’est pas plus reluisante puisque dans la course d’étape d’hier les Maliens Yaya Diallo, Arouna Togola et Adama Kouyaté ont terminé respectivement 36e, 37e et 38e ; alors que Congolais Muhindo Jimmy et Mayélé Nkoro Djany se sont positionnés aux 26e et 33e rangs. Au général également ils sont loin avec Yaya Diallo (32e) et Adama Kouyaté (36e) ; tandis que côté congolais, Jimmy et Mayélé terminaient 30e et 31e.

De nos envoyés spéciaux : C. F. KEITA (textes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

Après les «Lions» du beach soccer, c’est au tour des «Lions» locaux d’occuper le Centre de développement techniques Jules François Bocandé de Toubab Dialao. Le staff technique de la sélection nationale locale a convoqué 25 joueurs en stage de préparation en direction des prochaines échéances. Un match amical international contre la Mauritanie est prévu le 11 mai prochain à Dakar. La première étape est prévue du 1er au 5 mai, la seconde du 8 au 11 du même mois. Le communiqué de la Fédération sénégalaise de football invite les joueurs dakarois à se rendre au stade Léopold Sédar Senghor, le 1er mai à 10 h, pour être convoyés par bus à Toubab Dialao, le lieu du regroupement. Et pour la seconde phase, les Dakarois sont également attendus le 8 mai, et à la même heure au même endroit.

Liste des joueurs: Pape Seydou Ndiaye (NGB), Cheikh Ahmadou Bamba Thioub (Diaraf), Pape Diatta Ndiaye (As Douanes), Matar Kanté (Diaraf), Arial Benabent Mendy (Diambars), Adama Mbengue (Diambars), Abdoulaye Diop (NGB), Elimane Oumar Cissé (Diambars), Jean Rémi Bocandé (Us Gorée), El H Youssoupha Konaté (As Douanes), Alioune Ndiaye (Teungueth Fc), Abdou Chafi Sow (NGB), Ablaye Diène (Sonacos Diourbel), Sidy Bara Diop (Génération foot), Idrissa Niang (Diaraf), Amadou Erasme Badiane (NGB), Alassane Ndao (Dakar Sacré cœur), Assane Mbodj (Diaraf), Jean Louis Barthélemy Diouf (Génération Foot), Moussa Maronne (Casa Sports), Cheikh Tidiane Saboly (Casa Sports ), Chérif Salif Sané (Casa Sports), Dame Guèye( Diambars ), Honoré Gomis (GFC) Amadou Dia Ndiaye (Génération Foot)

Le coup d’envoi de la 9ème Coupe du monde sera donné aujourd’hui au Bahamas. Et pour son entrée dans la compétition, le Sénégal affronte l’Équateur à 12 heures Gmt (17 heures locales). Logés dans la poule A en compagnie des Bahamas, pays organisateur de la compétition, de la Suisse et de l’Équateur, le Sénégal vise les demi-finales. Pour leur deuxième sortie, les «Lions» de Ngalla Sylla affrontent le Bahamas. Ils boucleront la première phase, le 1er mai, par la Suisse. Pour leur 6e participation, les «Lions» visent le dernier carré de la compétition. C’est, en tout cas, l’ambition affichée lors de la réception du drapeau national des mains du ministre des Sports, Matar Bâ. Deux fois quarts de finaliste 2007 et 2011, les «Lions« visent mieux cette année. L’expérience aidant, les champions d’Afrique en titre n’entendent pas se faire de complexe.

Le Nigeria, le second pays africain présent à ce mondial de football de plage, partage la poule B avec l’Italie, l’Iran et le Mexique. La poule C regroupe les Émirats Arabes Unis, le Paraguay, le Panama et le Portugal, champion en titre. Enfin, le Brésil, détenteur du record avec ses 13 sacres, sera favori logique du groupe D face à Tahiti, Japon et Pologne. Les rideaux de cette 9e édition seront baissés le 7 mai prochain. Pour l’histoire, il faut retenir que cette compétition organisée tous les deux ans par la Fifa a démarré en 2005.

Ansoumana SAMBOU

Alioune Abatalib Fall, recruté la saison passée, n’est plus l’entraineur de l’Asc Diamano de Fatick qui évolue en L2 de football. Parce que la première équipe de la région de Fatick à évoluer en Ligue professionnelle a enregistré 4 défaites successives, ses dirigeants se sont résolus à se séparer de l’ancien international qui a évolué sous les couleurs de l’As Douanes. Selon le président de l’Asc Diamano, Adama Ndour, il s’agit d’une séparation à l’amiable pour redonner un nouveau souffle à cette équipe. Aussi, a-t-il soutenu qu’il fallait provoquer un déclic pour essayer de voir comment remobiliser l’ensemble des joueurs et des dirigeants. Le président Adama Ndour a indiqué que de nombreux problèmes d’ordre sportif ont eu des conséquences sur la bonne marche de l’équipe. Mais, a-t-il tenu à rendre hommage à Alioune Abatalib Fall qui a fait monter le Diamano en ligue professionnelle. Après avoir tourné la page Alioune Abatalib, l’Asc Diamano a choisi le Fatickois Ousmane Diouf dit Set, professeur d’Eps, titulaire d’un diplôme de 2ème degré en foot, comme nouvel entraineur de cette équipe.

On rappelle qu’après 19 journées de championnat de L2, le Diamano de Fatick est 8ème sur 14 avec 22 points, relativement loin des deux relégables, la Renaissance de Dakar (18 points) et surtout Cayor Foot (13 points).

Oumar Ngatty BA

Ça vrombira fort, les 6 et 7 mai prochain sur le circuit Dakar Baobabs de Sindia à l’occasion de la 37ème édition des « 6 Heures de Dakar » qui coïncidera avec la 2ème édition du « Challenge 2 roues ». Autant dire que la formule lancée l’année dernière a fait ses preuves puisque cette fois encore, l’épreuve autos se déroulera en 3 manches de 2 heures chacune, soit une le samedi après-midi et les deux autres le lendemain dimanche « séparées par des temps de pause variable », selon le communiqué de la Fédération sénégalaise de sport auto et moto (Fsam), organisatrice de l’évènement.

D’après cette note, la compétition « open » est ouverte à tous les véhicules automobiles répondant aux normes de la Fia et de la Fsam et aux prescriptions du règlement.

La Fsam tient à rappeler qu’il est vrai que des rumeurs d’annulation du Grand critérium des « 6 Heures de Dakar » avaient couru du fait du peu d’engouement suscité chez les pilotes.

C’est d’ailleurs pourquoi, les organisateurs de l’épreuve ont publié un mailing « pour inviter les potentiels candidats à s’engager avant le 2 mai, date limite des inscriptions ». Une façon, pour les organisateurs, de corriger « le manque de visibilité sur le nombre de concurrents » qui entraine, selon eux, l’incapacité du comité d’organisation de se projeter « aussi bien sur les infrastructures que sur les partenariats et la communication ». Ce qui a, apparemment, porté ses fruits puisque des pré-enregistrements voire des intentions fermes ont été notés auprès de Roger Hélou. Et pas des moindres, puisque le recordman de victoires Nagy Kabaz et son dauphin en activité, Jean Azar se sont déjà manifestés. Sans oublier Walid Ezzedine, Kamil Rahal, Mbaye Kane Lô et Sibérou Dieng qui, à eux quatre, devraient aligner 5 voitures. La Fsam se félicite, dans la foulée, du retour sur le circuit d’Abibatou Fall, la seule femme pour le moment qui devrait cependant être suivie par d’autres dames au volant.

Les tenants de la Coupe de la Confédération, les Congolais du TP Mazembe, défendront leur titre, cette année, dans un premier temps, sans avoir à aller au nord de l’Afrique. Les « Corbeaux » sont, en effet tombés, à l’issue du tirage des rencontres de groupes effectué hier, sur un Groupe D composé en outre des Sud-Africains de SuperSport, des Guinéens du Horoya et des Gabonais de Mounana. Sinon, chacun des 3 autres groupes comprend au moins une équipe nord-africaine.

Les poules
GROUPE A : FUS Rabat (MAR), Club Africain (TUN), Rivers United (NGA), KCCA (OUG).
GROUPE B : CS Sfaxien (TUN), Platinum Stars (AFS), MC Alger (ALG), Mbabane Swallows (SWA).
GROUPE C : Zesco United (ZAM), Recreativo Libolo (AGO), Al-Hilal El Obeid (SOU), Smouha (EGY).
GROUPE D : TP Mazembe (RDC), SuperSport United (AFS), Horoya (GUI), CF Mounana (GAB).

Pour la première fois qu’elle se disputera par seize équipes réparties en quatre poules de quatre, la ligue africaine des champions de football offre d’alléchantes affiches inédites dès sa phase de poule. En effet, le tirage au sort effectué hier au siège de la Caf au Ciare a sorti un superbe groupe A où l’Étoile du Sahel (Tunisie) croisera les Soudanais d’Al-Hillal et d’Al Merreikh, habitués des joutes continentales et les néophytes mozambicains de Ferrovario Beira. Dans le groupe B, seuls les Zimbabwéens de Caps United viendront « décolorer » une tendance fortement nord-africaine avec le Zamalek d’Egypte dernier finaliste malheureux, les Algérois de l’Usm et les Libyens d’Al Ahli. Quant au tenant du titre, les Mamelodi Sundowns d’Afrique du Sud, il partage le groupe C, avec l’As Vita de Rdc aux dépens de laquelle il s’était qualifié à la phase de poules de la précédente édition sur … disqualification. Autant prévoir de très chaudes retrouvailles.

Les poules
GROUPE A : Es Sahel (TUN), Al-Hilal (SOU), Al-Merreikh (SOU), Ferrovario Beira (MOZ).
GROUPE B : Zamalek (EGY), USM Alger (ALG), Ahli Tripoli (LBY), CAPS United (ZIM).
GROUPE C : Mamelodi Sundowns (AFS), ES Tunis (TUN), AS Vita Club (RDC), Saint-George (ETH).
GROUPE D : Al-Ahly (EGY), WAC Casablanca (MAR), Coton Sport (CAM), Zanaco (ZAM).

Le Bayern Munich a été éliminé sur sa pelouse par Dortmund en demi-finale de Coupe d’Allemagne hier 3-2, et n’a maintenant plus que le championnat pour sauver une saison en-deçà des espérances. Dortmund disputera sa quatrième finale de Coupe consécutive, le 27 mai à Berlin contre l’Eintracht Francfort, actuel 9e du championnat, qui s’est imposé la veille à l’extérieur à Mönchengladbach aux tirs au but (1-1, 1-1, 1-1, 7-6 tab).

Championnat d’Espagne : Osasuna mathématiquement relégué
Osasuna, club promu en début de saison en Championnat d’Espagne et actuel dernier du classement, a été officiellement relégué hier à l’issue de la 34e journée après une déroute à Barcelone (7-1) et une victoire au même moment de Leganes, premier non-relégable. Avec un maigre total de 18 points, le club de Pampelune (20e) compte 12 longueurs de retard sur Leganes (17e, 30 pts), vainqueur hier soir de Las Palmas (3-0).

Résultats de la 34e journée : Sporting Gijón - Espanyol Barcelone 1 – 1 ; Grenade - Malaga 0 – 2 ; Atlético Madrid - Villarreal 0 – 1 ; FC Barcelone - Osasuna 7 – 1 ; Valence CF - Real Sociedad 2 – 3 ; Leganés - Las Palmas 3 – 0 ; Deportivo La Corogne - Real Madrid 2 – 6 Ce soir 17h30 Alavés – Eibar ; 18h30 FC Séville - Celta Vigo ; 19h30 Athletic Bilbao - Betis Séville

Coupe de France : Le PSG rejoint Angers en finale
Le Paris Saint-Germain était quasiment au complet, alors que Monaco n’avait presque aucun titulaire à disposition... Le résultat a été sans surprise, hier en demi-finales de Coupe de France: Paris l’a emporté 5-0 avec des buts de Draxler (26e), Edinson Cavani (31e), Safwan Mbae malheureux contre son camp (50e), Matuidi (52e) et Marquinhos (90e). Ce sera donc PSG – Angers en finale, le 17 mai prochain.

AFP

Le comité régional de Louga chargé des courses hippiques dirigé par Iba Collé Bao et vice-président du Cng organise dimanche prochain, à l’hippodrome « Djibril Diouf » ex « Wattel » de Louga, le grand prix dédié à la Première dame Marième Faye Sall, épouse du chef de l’État. Les poulains de 3 ans sont choisis pour disputer le grand classique sur 2.200m avec en récompense une enveloppe de 2.000.000 FCfa. Le comité régional a relevé exceptionnellement les prix sans augmenter le montant des engagements pour inciter les propriétaires de Dakar et Thiès qui sont les plus nombreux à envoyer leurs chevaux courir à Louga. Les engagements du grand prix sont fixés à 50.000 FCfa au lieu de 70 000 FCfa. « Rafet Niort » qui a déjà signé 4 victoires, « Very Good », « Tassoul Yakar », « La Medina » sont logiquement les grands favoris, seulement « Aminta Marie Dieng Mor », « Miroir » et « Président Cheikh » ne se représenteront pas en victimes désignées.

4 autres courses meubleront la manifestation. Les Pad ouvriront le rideau sur 1200 m avant de céder la place aux chevaux adultes des groupes 1, 2 et 3 qui s’expliqueront séparément sur 2200 m. Les prix sont de 1.200.000 FCfa pour les 4 catégories et 30.000 FCfa pour les inscriptions au lieu de 40 000 FCfa. Le président Iba Collé Bao et son équipe ont pris toutes les dispositions pour rendre belle la journée dédiée à la Première dame et demandent à toutes les populations du Ndiambour de rechausser de leur présence la manifestation. Rappelons que les engagements seront enregistrés ce jeudi de 09h à 17h précises au stade Léopold Sédhar Senghor.

El H. Yamar DIOP

Si l’info se confirme, ce sera une bonne chose pour les « Lions » du basket. En effet, le pivot de l’As Monaco, Bangaly Fofana (27 ans et 2,13 m) aurait choisi de jouer pour le Sénégal plutôt que pour la France. En fait, c’est de l’absence du joueur sur la liste des 37 noms dévoilés hier par Vincent Collet, le sélectionneur de l’équipe de France en direction des prochaines échéances de basket, qu’est partie l’information. Bangaly Fofana, qui dispute ce week-end le Final Four de la ligue des champions avec le club du Rocher aurait simplement décidé « d’évoluer dans le futur avec la sélection sénégalaise », selon un site spécialisé. Ce qui serait un renfort de poids pour les « Lions » qui préparent l’Afrobasket prévu dans quelques mois en Angola. Car, Bangaly Fofana a de l’expérience à revendre pour avoir évolué à l’Asvel (champion 2009, Semaine des As 2010) puis Strasbourg (Coupe de France et Leaders Cup 2015, finale d’Eurocoupe), avant donc ce Final four européen.

Thiès : Après respectivement un Allemand, un Algérien et un Belge, c’était le tour hier des Français de monter sur la plus haute marche du podium. C’était à l’issue du circuit fermé de Thiès comptant pour la 4e étape du Tour cycliste 2017 du Sénégal.

L’épreuve qui s’est disputée sur la Voie de contournement nord de Thiès (Vcn) appelée Nguinth, le Français Graczyk Vincent du club de la Défense a bouclé la distance en 2h06’22. Un circuit long de 88 km parcouru en 7 tours de 11 km et 1 tour de 19,2 km pour une vitesse moyenne de 41,783 km/h.

La veille sur le parcours de Saint-Louis-Pire, on a vécu l’échappée la plus longue, avec Legley Mathias et Hellmann Julian du départ jusqu’à l’arrivée. Hier également, Graczyk Vincent et le Tunisien Ben Nasr Hassen du club belge de Royal Vélo Club Ottignie ont eux aussi fait le même coup au peloton, mais avec moins de panache puisqu’ils ne se sont détachés qu’à partir du 4e tour pour tenir à bonne distance le reste de la troupe et tisser tranquillement leur succès. Au classement général, c’est du sur-place, puisque les cinq premiers gardent leurs positions respectives de la veille. En attendant d’autres chaudes empoignades.

Classement de l’étape. Distance : 88 km ; moyenne : 41,783 km/h : 1er : Graczyk Vincent (club de la Défense/France) : 2h06’22;
2e : Ben Nasr Hassen (Royal Vélo Club Ottignie/Belgique) : 2h06’25; 3e : Ossyra Gabriel (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 2h06’28; 4e : Carstensen Lucas (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 2h06’37 ; 5e : Bouzidi Mohamed (Vélo Club Sovac/Algérien) : 2h06’37

Classement général : (Maillot Jaune). Distance totale parcourue : 555,8 km ; moyenne : 40,318 km/h : 1er : Bouzidi Mohamed (Vélo Club Sovac/Algérie) : 13h49’48 ; 2e : Mansouri Islam (Vélo Club Sovac/Algérie) : 13h50’09 ; 3e : Nouisri Ali (Royal Vélo Club Ottignie/Belgique) : 13h52’03 ; 4e : Carstensen Lucas (Embrace The World Cycling/Allemagne) : 13h52’14 ; 5e : Mansouri Oussama (Vélo Club Sovac/Algérie) : 13h53’26

De nos envoyés spéciaux : C F KEITA (Textes) et Abdoulaye MBODJ (Photos)

Thiès : Il a beau se lamenter, ses supplications semblaient tomber dans l’oreille de sourds. Hier à l’issue du circuit fermé de Nguinth, il a remis ça. Parce que cette fois, les coureurs sénégalais avaient menacé de quitter le Tour si leurs doléances qui tournent principalement autour des per diem et autres médicaments n’étaient pas satisfaites. En tout cas, dans ce Tour 2017, la situation n’est pas à l’optimisme, même si par ailleurs au plan sportif tout se passe bien. Et après quatre étapes, le bilan sportif à mi-parcours est plus que satisfaisant. Le Tour a été bien accueilli à Thiès, Saint-Louis, Pire. Sa popularité est toujours intacte. Kaolack attend avec ferveur la caravane sans oublier Joal qui s’est toujours montré à la hauteur ; idem pour Ngaparou. Mais dans les coulisses du Tour, les langues se délient sur l’hébergement principalement. Une situation que les délégués prennent avec philosophie sachant par ailleurs que le directeur du Tour est seul dans cette organisation. Avec de rares soutiens ou aides qui ne peuvent pas satisfaire la forte demande. Et c’est un directeur du Tour très amer qui a présenté la situation. « Je lance un appel à tout le monde car comme je l’ai toujours dit, le Tour du Sénégal n’est pas le Tour de Michel Thioub.

D’ici quelques années, je ne serai plus là ; peut-être que ce sont d’autres qui seront là. Donc je leur dit qu’en m’aidant, ils s’aident eux-mêmes. S’ils ne m’aident pas, je tombe avec le Tour et c’est le Sénégal qui perd un outil de communication et de tourisme », a-t-il déploré. Face aux difficultés financières répétitives, Michel Thioub s’est voulu clair. « Chaque année, les mêmes choses se répètent, les mêmes choses reviennent sans que personne ne lève le doigt. Les cyclistes sénégalais avaient même menacé d’abandonner car n’ayant reçu aucune aide ni soutien. Ils m’ont demandé des per diem et même des médicaments. Mais il n’y a rien qui puisse les soulager. Ça fait très mal et je pose même la question de savoir si je ne vais pas arrêter cette année. Je suis fatigué et lessivé ; moralement et physiquement, j’ai touché le fond. Surtout quand les finances ne suivent pas », a-t-il souligné.
Hier, le patron du Tour du Sénégal s’est déplacé sur Dakar afin de voir du côté du ministère des Sports, ce qu’il y a lieu de faire pour débloquer la situation.

SUMBU MASALA MATTHYS PIERRE COACH CONGO R.D.C : « Les gouvernements doivent aider dans l’organisation »
Thiès : La Rd Congo qui prépare son Tour en mi-juin, trouve en celui du Sénégal une belle opportunité de peaufiner ses armes. Même si jusqu’ici, les coureurs congolais n’ont pas montré grand-chose, ils ont décidé de disputer des compétitions difficiles comme le Tour du Sénégal, comme l’a souligné leur directeur sportif Sumbu Masala Pierre. « D’ailleurs, beaucoup de pays ne sont pas venus parce que le niveau est très relevé. Nous nous sommes venus parce que nous voulons que nos jeunes aient quelque chose dans les jambes d’ici le mois de juin. C’est vrai que nous n’avons pas encore vu nos cyclistes, mais ça viendra avant la fin du Tour », a-t-il dit.

Le fait que ses éléments soient classés 30 ou 31e n’altère en rien son optimisme car, à son avis, cela démontre qu’ils sont bons devant des équipes européennes. « Dans ce genre de compétition avec cinq ou six équipes européennes, cela n’est pas rien. Et parmi les Africains noirs, on est 2e derrière le Sénégal. Vous savez, chez nous, c’est un peu dur parce que nous avons au moins une compétition par trimestre. Mais des pays comme le Maroc, l’Algérie ou la Tunisie, ont au moins 16 compétitions par mois. Donc leurs conditions alimentaires sont différentes des nôtres. Ils savent ce qu’ils doivent manger pour la récupération, avant la compétition. Donc le cyclisme est fait pour le blanc, mais nous nous efforçons de faire comme eux afin d’avoir le même niveau. Et il faut s’attendre à voir une équipe africaine prendre part au Tour de France », a-t-il indiqué.

Selon lui, les coureurs congolais vont s’améliorer dans ce Tour 2017 car l’année dernière, ils avaient réalisé des performances. « On est là et fier de participer à ce Tour 2017 avec quatre coureurs car le cinquième a cassé son vélo. On vient du Tour du Togo où on s’est classé 2e derrière les Pays-Bas. Pour moi, je vois que le niveau est bon sauf que le Sénégal a régressé, par rapport à l’année dernière. Mais je crois qu’ils manquent de préparation et de ce point de vue, le gouvernement doit les aider à mieux préparer leurs compétitions. Les gouvernements doivent aider dans l’organisation, ils doivent même être au devant afin que les choses marchent ».

De nos envoyés spéciaux : C F KEITA (Textes) et Abdoulaye MBODJ (Photos)

Prêté jusqu’à la fin de saison à Hull City par Everton, l’attaquant international sénégalais Oumar Niasse s’était vu expulsé lors de la rencontre face à Watford, dès la demi-heure de jeu, pour un tacle sur M’Baye Niang. Sa sortie controversée n’avait pas empêché son équipe de s’imposer (2-0) et de respirer un petit peu dans sa lutte pour le maintien. Ayant fait appel de cette décision, le club a eu finalement gain de cause en voyant la sanction levée.

«De la coupe dépendra que nous fassions une bonne ou une mauvaise saison». Pas de langue de bois pour Philipp Lahm, le capitaine du Bayern : une victoire aujourd’hui contre Dortmund en demi-finale de coupe est impérative pour rester sur la voie du doublé, seule façon de sauver la saison. La deuxième demi-finale de coupe d’Allemagne sera la quatrième confrontation de la saison entre les deux poids lourds du football allemand. La rencontre se joue sur un seul match, avec prolongation et tirs au but éventuels, dans l’antre du Bayern à l’Allianz Arena. Le club bavarois a remporté à Dortmund la Super coupe d’Allemagne en août (2-0), et vient de corriger le Borussia 4-1 à domicile en championnat le 8 avril. Au match aller à Dortmund en novembre, les Jaune et Noir l’avaient en revanche emporté 1-0. Le gagnant rencontrera en finale à Berlin le 27 mai Mönchengladbach ou Francfort, qui s’affrontent mardi soir dans l’autre demi-finale. L’an dernier, le Bayern avait battu Dortmund en finale (0-0, 4-3 tab).

Hier, l’Eintracht Francfort s’est qualifié pour la finale de la Coupe d’Allemagne en s’imposant à Mönchengladbach aux tirs au but (7-6 tab) après un match nul 1-1 (1-1, 1-1).

AFP

«De la coupe dépendra que nous fassions une bonne ou une mauvaise saison». Pas de langue de bois pour Philipp Lahm, le capitaine du Bayern : une victoire aujourd’hui contre Dortmund en demi-finale de coupe est impérative pour rester sur la voie du doublé, seule façon de sauver la saison. La deuxième demi-finale de coupe d’Allemagne sera la quatrième confrontation de la saison entre les deux poids lourds du football allemand. La rencontre se joue sur un seul match, avec prolongation et tirs au but éventuels, dans l’antre du Bayern à l’Allianz Arena. Le club bavarois a remporté à Dortmund la Super coupe d’Allemagne en août (2-0), et vient de corriger le Borussia 4-1 à domicile en championnat le 8 avril. Au match aller à Dortmund en novembre, les Jaune et Noir l’avaient en revanche emporté 1-0. Le gagnant rencontrera en finale à Berlin le 27 mai Mönchengladbach ou Francfort, qui s’affrontent mardi soir dans l’autre demi-finale. L’an dernier, le Bayern avait battu Dortmund en finale (0-0, 4-3 tab).

Hier, l’Eintracht Francfort s’est qualifié pour la finale de la Coupe d’Allemagne en s’imposant à Mönchengladbach aux tirs au but (7-6 tab) après un match nul 1-1 (1-1, 1-1).

AFP

Le Paris SG n’a plus son destin en mains pour le titre en L1, alors la Coupe de France, centenaire cette année, devient un objectif «très important» martèle Unai Emery, qui esquive les questions sur l’équipe bis prévue par Monaco en demi-finale ce soir au Parc des Princes (19h05 GMT). Monaco joue encore sur trois tableaux: le titre en L1 (leader à égalité de points avec le PSG mais un match en moins), la Ligue des champions (demi-finale contre la Juventus les 3 et 9 mai; le PSG a été éliminé en 8e de finale) et donc la Coupe de France.

Emery l’assure, le PSG n’est pas découragé de courir après Monaco dans la course au titre en championnat. Mais à deux matches de la finale au Stade de France le 27 mai, le Basque a souligné à plusieurs reprises que la Coupe de France représentait un «objectif très important», surtout l’année «où elle fête ses 100 ans».

...Angers en finale, 60 ans après
Angers s’est qualifié pour la finale de Coupe de France, en dominant Guingamp hier (2-0), au stade Raymond-Kopa.
Des buts de Mangani et Toko-Ekambi ont envoyé le Sco au Stade de France, alors que Letellier a stoppé un penalty de Briand. Cheikh Ndoye, le capitaine, et son compatriote Famara Diédhiou attendent donc de savoir qui du PSG ou de Monaco qui s’affrontent ce soir ils croiseront en finale, le 27 mai prochain. 60 ans après, le Sco Angers se hisse de nouveau à cette ultime étape de la Coupe de France.

AFP

Romario n’est plus à une déclaration près. Invité à donner son avis sur Lionel Messi, la star argentine du Barça, l’ancienne vedette brésilienne n’a pas mâché ses mots au micro de Fox Sports. Pour lui, le quintuple Ballon d’or ne peut pas être considéré comme le meilleur footballeur de l’histoire puisque son palmarès est toujours vierge avec la sélection argentine. «Messi doit remporter une Coupe du monde, a-t-il déclaré. Pour l’instant, je considère Maradona comme meilleur que lui. Diego a gagné des trophées avec l’Argentine. Messi, au contraire, joue bien avec Barcelone mais ne le fait pas avec son équipe nationale ». Il a aussi affirmé que son compatriote Neymar, coéquipier de la Pulga à Barcelone, devait être élu meilleur joueur du monde pour son travail effectué en club et en sélection : « Neymar joue de la même manière au Brésil et au Barça. Il doit gagner un Mondial et il a le potentiel pour le faire ».
Il a conclu ses comparaisons plutôt tranchées en s’impliquant dans l’une d’elles. Et plutôt à son avantage, tant qu’à faire: « J’étais bien meilleur que Messi et Maradona. C’est ma pensée et je le dis avec beaucoup d’humilité ».

Après 13 ans de (très) bons et loyaux services, Philipp Lahm s’apprête à tourner la page. Alors que le capitaine des champions du monde 2014 devait initialement poursuivre la saison prochaine, le défenseur bavarois a en effet décidé de partir à la retraite en juin. Un départ qui oblige le Bayern Munich à lui trouver un successeur et à en croire le média allemand Kicker, le club bavarois aurait jeté son dévolu sur le défenseur de Tottenham, Kyle Walker, encore supervisé ce week-end à l’occasion de la demi-finale de la Cup face à Chelsea. Agé de 25 ans, le joueur anglais est estimé à quelques 20 millions d’euros.

Thiès : Bécaye Traoré est considéré comme le capitaine de cette équipe sénégalaise dans ce Tour 2017 ; il est également le seul qui se distingue dans les différents classements.

Après la 16e place d’étape obtenue lors de la course Saint-louis-Pire, il a fait mieux hier sur le circuit fermé de Nguinth avec un 9e rang décroché dans une farouche bataille soit 7 places de gagnées ; un léger mieux. Au général, il reste toujours 17e.

L’autre espoir du cyclisme sénégalais Malick Thiam a lui eu la malheureuse idée de se retourner sur la piste. Un geste qui n’a pas échappé à la vigilance du commissaire de l’Uci qui l’a proprement mis hors course. Hormis donc Bécaye, les autres Sénégalais ont été loin dans le classement aussi bien à l’étape qu’au général.

Mali et Rd Congo toujours là, Gambie out
Thiès : Alors que les Gambiens n’ont pas attendu leurs restes, après l’élimination de tous leurs coureurs avant même cette 4e étape, Maliens et Congolais sont toujours là. Les Gambiens étant rentrés l’après-midi même de l’élimination de leur dernier coureur pour ne pas donner l’impression qu’ils sont toujours là.

Les « Aigles » du Mali n’ont jusqu’ici pas encore connu d’envol, se contentant d’une 30e place par leur chef de file Yaya Diallo ou encore Oumar Sangaré qui pointe au 32e rang. Idem pour la Rd Congo dont le meilleur classement a été une peu honorable 31e place avec Muhindo Kyaviro Jimmy.

Au général également, ils ne sont pas mieux lotis puisque le premier Malien, Yaya Diallo, pointe au 29e rang, alors que le meilleur Congolais Muhindo est classé 31e.

De nos envoyés spéciaux : C F KEITA (Textes) et Abdoulaye MBODJ (Photos)

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.