banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (5128)

Sport

Aliou Cissé a lâché, hier, ses 23 Lions. Une liste sans surprise que les 14 millions de « sélectionneurs sénégalais » ont, sans grande difficulté, trouvée dans l’ordre ou dans le désordre. Normal, si l’on sait que depuis quelques matchs déjà, le patron de la Tanière les a habitués à voir les mêmes figures au point qu’ils pouvaient, sans risque de se tromper, cocher au moins 15 à 20 noms de joueurs incontournables. Comme l’on pouvait si attendre, Khadim Ndiaye, Abdoulaye Diallo, Kalidou Coulibaly, Kara Mbodj, Youssouf Sabaly, Lamine Gassama, Idrissa Gana Guèye, Cheikhou Kouyaté, Pape Alioune Ndiaye, Salif Sané, Sadio Mané, Keita Baldé, Moussa Sow, Moussa Konaté, Ismaïla Sarr, Diafra Sakho, Mame Biram Diouf verront bien Moscou, Samara et Ekaterinbourg.

L’équipe se passera toutefois des services de Santi Ngom, Papy Djilobodji, Pape Ndiaye Souaré, Baye Omar Niasse et El Hadj Assane Dioussé qui ont disparu des radars du sélectionneur. Ces derniers ne figurent même pas sur la liste des réservistes ; Cissé ayant préféré Fallou Diagne, Henry Saivet, Adama Mbengue et Famara Diédhiou. Eh oui, tout le monde ne peut figurer sur la liste ! Après ce choix sans grand suspense, place maintenant aux choses sérieuses avec la préparation qui commencera dès lundi prochain, à Saly, et qui se poursuivra à Vittel, en France.

Cette équipe dispose d’une somme d’individualités, un réservoir de talents, qui ne forment malheureusement pas un très bon collectif. Pour affronter, dans moins de trois semaines, les grosses pointures du football mondial en terre soviétique, le Sénégal doit être bien meilleur. Et si cette équipe veut véritablement déplacer les montagnes russes, elle doit faire beaucoup mieux que les deux prestations livrées contre l’Ouzbékistan et la Bosnie-Herzégovine en mars dernier.

Lors de la qualification de l’équipe à cette grande messe du football, l’euphorie avait gagné le camp des supporters et tout le monde s’était mis à rêver de l’exploit de 2002 réussi par les Diouf, Fadiga, Pape Bouba, Diao et Cissé lui-même. Mais pour réitérer cet exploit, il faudrait des joueurs qui mouillent bien le maillot, une équipe de haut niveau, qui joue très collectif, qui défend bien, qui joue très vite, qui exerce un pressing très haut, qui se crée de bonnes occasions et qui marque aussi des buts. Le challenge est bien costaud, mais quand on réussit à sortir indemne des phases de qualification de cette prestigieuse compétition là où l’Italie, les Pays-Bas, le Chili, les Etats-Unis, l’Algérie, le Cameroun ou encore la Côte d’Ivoire n’ont pas réussi à valider leurs tickets, l’espoir est permis.

Les Lions n’ont plus que trois matchs pour se perfectionner d’ici le grand saut contre la Pologne (19 juin). Après un galop d’essai face au Luxembourg le 31 mai prochain, ils passeront à la vitesse supérieure face à la Croatie (8 juin), un adversaire d’un plus gros calibre, avant de clôturer leur préparation contre la Corée (11 juin).

Loin de faire partie des favoris de ce Mondial, les Lions gagneraient aussi à se mettre dans la peau d’outsiders capables de créer l’exploit s’ils veulent aller plus loin dans cette compétition reine. A Aliou Cissé de tout mettre en œuvre pour que les Lions puissent avoir une préparation réussie, de faire en sorte que la mayonnaise prenne le plus rapidement possible.

Par Samba Oumar FALL

Aliou Cissé a rendu public une liste de 23 joueurs et de 4 réservistes hier, en perspective de la Coupe du monde Russie 2018. Dans ses choix, l’entraîneur national a essentiellement mis en avant l’expérience. L’essentiel du groupe est constitué de joueurs bien connus dans la Tanière.

Plutôt que de continuer à entretenir le suspense, Aliou Cissé a finalement pris l’option de rendre public une liste définitive de 23 joueurs et de quatre réservistes, en prélude à la Coupe du monde Russie 2018. Pour l’essentiel, le coach du Sénégal, qui a fait face à la presse hier, a sélectionné des habitués de l’équipe nationale en jouant la carte de « la continuité et de la cohérence », selon ses propres termes. En conséquence, il n’y a pas eu de grande surprise dans la composition de l’équipe marquée par une forte présence des cadres.

Dans les buts, Cissé a opté pour le trio Abdoulaye Diallo, Khadim Ndiaye et Alfred Gomis. Le gardien du Diaraf Pape Seydou Ndiaye a lui été laissé en rade. En défense, l’entraîneur a jeté son dévolu sur le défenseur de Naples Kalidou Koulibaly, Lamine Gassama, Kara Mbodji, Salif Sané, Youssouf Sabaly, Saliou Ciss et Moussa Wagué. En justifiant son choix, sur le cas Saliou Ciss, Aliou Cissé a indiqué que le sociétaire de Valenciennes « fait partie de l’histoire de l’équipe ». « Depuis 2015, il est là. C’est un garçon expérimenté, qui a joué un quart de finale des Jeux olympiques en 2012, un quart de finale de la Can en 2017. Il a aussi joué toutes les éliminatoires avec ce groupe. Il est vrai qu’au mois de mars, il était blessé et n’a pas pu être sélectionné pour les matches amicaux. Il a travaillé et s’est donné les moyens pour revenir à son meilleur niveau », a expliqué le sélectionneur national. S’agissant du défenseur d’Anderlecht, Aliou Cissé pense qu’il ne tardera pas à retrouver son rythme ; d’autant plus que Kara Mbodj s’est remis de sa blessure. « Kara, c’est 45 sélections, 5 buts. C’est un leader », a-t-il poursuivi.

« On ne sera pas là-bas en touristes »
Pour le milieu de terrain, l’entraîneur, fidèle à sa logique de la continuité et de la cohérence, a aussi mis en avant le critère de l’expérience. On retrouve, sans surprise dans ce secteur, le capitaine Cheikhou Kouyaté, Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Alfred Ndiaye et Cheikh Ndoye ; tous des habitués de la sélection. Idem pour l’attaque avec la reconduction de Sadio Mané, Moussa Sow, Moussa Konaté, Diafra Sakho, Mbaye Niang, Mame Birame Diouf, Keïta Baldé et Moussa Sow.

L’entraîneur national est revenu sur le choix de l’attaquant de Stoke City, sujet à controverse. « Mame fait partie des cadres de cette équipe. En début de saison, il a eu quelques soucis mais depuis que le nouvel entraîneur est venu, il a repris sa place dans l’axe en tant qu’attaquant », a-t-il laissé entendre.

Outre cette liste de 23 joueurs, le coach a retenu quatre réservistes. Il s’agit de Fallou Diagne, d’Adama Mbengue, d’Henri Saivet et de Famara Diedhiou. Auteur d’une belle prestation lors du match amical en mars dernier contre l’Ouzbékistan, Santy Ngom, le jeune sociétaire de Nantes, n’a pas été sélectionné. Mais pour Aliou Cissé, il n’y a pas péril en la demeure ; d’autant plus que c’est lui-même qui l’a appelé en équipe nationale. Selon lui, c’est en raison de son temps de jeu assez insuffisant dans la sélection que le sociétaire des Canaries n’a pas été retenu sur la liste définitive.

Au-delà du talent, Aliou Cissé compte sur la détermination et l’engagement de tout un chacun pour pouvoir réaliser de bonnes performances au Mondial. « Nous voulons faire un meilleur tournoi, nous battre pour notre pays, aller le plus loin possible, c’est ce qui nous fait vivre.

Je sais qu’il y a beaucoup de comparaisons avec la génération 2002. On a envie de faire plus que celle-là », a-t-il indiqué. En définitive, le rêve d’Aliou Cissé est de gagner la coupe et de l’amener au Sénégal.

« Je sais que ce sera difficile. Ce que je pourrais vous dire, c’est qu’on ne sera pas là-bas en touriste. On ira là-bas avec des joueurs déterminés, solidaires », a encore martelé l’entraîneur national.

Diégane SARR

LES 23 LIONS
Gardiens : Abdoulaye Diallo, Khadim Ndiaye, Alfred Gomis.

Défenseurs : Kalidou Koulibaly, Lamine Gassama, Moussa Wague, Youssouph Sabaly, Salif Sané, Kara Mbodj, Cheikhou Kouyaté, Saliou Ciss. Milieux de terrain : Idrissa Gana Guèye, Cheikh Ndoye, Pape Alioune Ndiaye, Alfred Ndiaye.

Attaquants : Moussa Sow, Moussa Konaté, Diaffra Sakho, Ismaïla Sarr, Diao Baldé Keïta, Sadio Mané, Mbaye Niang, Mame Biram Diouf. Réservistes : Fallou Diagne, Henry Saivet, Famara Diedhiou, Adama Mbengue

ECHAUFFEMENT : QUE LES CHOSES SÉRIEUSES COMMENCENT
Conf A Cisse M18Aliou Cissé a lâché, hier, ses 23 Lions. Une liste sans surprise que les 14 millions de « sélectionneurs sénégalais » ont, sans grande difficulté, trouvée dans l’ordre ou dans le désordre. Normal, si l’on sait que depuis quelques matchs déjà, le patron de la Tanière les a habitués à voir les mêmes figures au point qu’ils pouvaient, sans risque de se tromper, cocher au moins 15 à 20 noms de joueurs incontournables. Comme l’on pouvait si attendre, Khadim Ndiaye, Abdoulaye Diallo, Kalidou Coulibaly, Kara Mbodj, Youssouf Sabaly, Lamine Gassama, Idrissa Gana Guèye, Cheikhou Kouyaté, Pape Alioune Ndiaye, Salif Sané, Sadio Mané, Keita Baldé, Moussa Sow, Moussa Konaté, Ismaïla Sarr, Diafra Sakho, Mame Biram Diouf verront bien Moscou, Samara et Ekaterinbourg.

L’équipe se passera toutefois des services de Santi Ngom, Papy Djilobodji, Pape Ndiaye Souaré, Baye Omar Niasse et El Hadj Assane Dioussé qui ont disparu des radars du sélectionneur. Ces derniers ne figurent même pas sur la liste des réservistes ; Cissé ayant préféré Fallou Diagne, Henry Saivet, Adama Mbengue et Famara Diédhiou. Eh oui, tout le monde ne peut figurer sur la liste ! Après ce choix sans grand suspense, place maintenant aux choses sérieuses avec la préparation qui commencera dès lundi prochain, à Saly, et qui se poursuivra à Vittel, en France.

Cette équipe dispose d’une somme d’individualités, un réservoir de talents, qui ne forment malheureusement pas un très bon collectif. Pour affronter, dans moins de trois semaines, les grosses pointures du football mondial en terre soviétique, le Sénégal doit être bien meilleur. Et si cette équipe veut véritablement déplacer les montagnes russes, elle doit faire beaucoup mieux que les deux prestations livrées contre l’Ouzbékistan et la Bosnie-Herzégovine en mars dernier.

Lors de la qualification de l’équipe à cette grande messe du football, l’euphorie avait gagné le camp des supporters et tout le monde s’était mis à rêver de l’exploit de 2002 réussi par les Diouf, Fadiga, Pape Bouba, Diao et Cissé lui-même. Mais pour réitérer cet exploit, il faudrait des joueurs qui mouillent bien le maillot, une équipe de haut niveau, qui joue très collectif, qui défend bien, qui joue très vite, qui exerce un pressing très haut, qui se crée de bonnes occasions et qui marque aussi des buts. Le challenge est bien costaud, mais quand on réussit à sortir indemne des phases de qualification de cette prestigieuse compétition là où l’Italie, les Pays-Bas, le Chili, les Etats-Unis, l’Algérie, le Cameroun ou encore la Côte d’Ivoire n’ont pas réussi à valider leurs tickets, l’espoir est permis.

Les Lions n’ont plus que trois matchs pour se perfectionner d’ici le grand saut contre la Pologne (19 juin). Après un galop d’essai face au Luxembourg le 31 mai prochain, ils passeront à la vitesse supérieure face à la Croatie (8 juin), un adversaire d’un plus gros calibre, avant de clôturer leur préparation contre la Corée (11 juin).

Loin de faire partie des favoris de ce Mondial, les Lions gagneraient aussi à se mettre dans la peau d’outsiders capables de créer l’exploit s’ils veulent aller plus loin dans cette compétition reine.

A Aliou Cissé de tout mettre en œuvre pour que les Lions puissent avoir une préparation réussie, de faire en sorte que la mayonnaise prenne le plus rapidement possible.

Par Samba Oumar FALL

SADIO MANÉ SERA MÉNAGÉ LORS DES PREMIERS MATCHES AMICAUX
Sadio Mané, crédité d’une soixantaine de matches en Premier league et en Ligue des champions, ne jouera pas les prochains matches amicaux prévus dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde Russie 2018. L’objectif ainsi visé est de permettre à l’attaquant de Liverpool de récupérer, vu la débauche d’énergie fournie cette saison. Aliou Cissé souhaite, par ailleurs, que Sadio Mané débarque au Mondial avec la coupe aux grandes oreilles.

Sadio Mané aura besoin d’un dispositif spécial dans le cadre des matches amicaux de l’équipe du Sénégal en perspective de la Coupe du monde 2018. Selon l’entraîneur Aliou Cissé, l’attaquant des Reds de Liverpool dont le club disputera la finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid le 26 mai prochain, sera un peu ménagé durant la dernière étape de préparation des Lions au Mondial russe. Il a, d’ailleurs, révélé que ce dernier ne participera pas au restant des matches amicaux. Dans le cadre de la préparation de la Coupe du monde, les Lions de la Téranga affronteront le Luxembourg le 31 mai, la Croatie le 8 juin puis la Corée du Sud le 11 juin, trois jours avant leur premier match de poule contre la Pologne.

Le Sénégal a déjà disputé deux matches amicaux en mars dernier, notamment contre l’Ouzbékistan et la Bosnie. Pour le coach, l’objectif est de permettre à Sadio Mané de récupérer, au vu de la débauche d’énergie fournie. L’entraîneur souhaite, par ailleurs, que l’attaquant de Liverpool débarque au Mondial avec la coupe aux grandes oreilles. Cela, a-t-il indiqué, lui donnerait plus de motivation et plus d’envie de faire de belles performances. Il a réaffirmé la confiance qu’il a à l’endroit de l’ancien sociétaire de Génération Foot qu’il dit être l’un des meilleurs joueurs sénégalais.

Hicham El Amrani, directeur général du Comité Maroc 2026, ancien secrétaire général de la Caf, agissant comme coordinateur entre la commission d’organisation de la Coupe du monde 2026 et la Fifa, a lancé, à Tanger, un appel solennel à l’Afrique pour qu’elle soutienne un pays frère, le Maroc qui a tous les atouts pour organiser une belle fête du football mondial en 2026. Le choix de la Fifa sera fait, en Russie, le 13 juin prochain.

TANGER- (Maroc) - « Le choix du 13 juin n’est pas simplement un choix pour le Maroc, mais un choix pour l’Afrique comme celui des pays émergents », a insisté Hicham El Amrani qui « appelle tous les frères et sœurs africains à soutenir le Maroc, leur pays frère ». Le Maroc qui a en face les Etats-Unis avec le Canada et le Mexique, continue à travailler dur pour échanger avec tous les présidents de fédération qui seront les votants le 13 juin 2018 en Russie pour expliquer sa vision et son concept.

Les grands piliers de la vision et du positionnement stratégique du Maroc se résument en une ferme volonté et dans la capacité « d’offrir au monde une Coupe du monde impeccable, empreinte d’une passion authentique et porteuse d’un message de paix, de tolérance et de respect entre les peuples ».

Le directeur général du Comité Maroc 2026 souligne, avec force et espoir : « Nous voulons utiliser, comme l’ensemble des pays du continent et des pays émergents, le pouvoir du football et du sport pour continuer notre développement dans le bon sens », El Amrani est d’avis que le choix du Maroc est un choix qui lancera, en outre, un signal fort à travers le monde pour dire aux pays en développement qui s’investissent en conséquence qu’ils peuvent aspirer à organiser la Coupe du monde de football, qui ne doit pas être l’apanage des pays développés. Le Maroc, qui est en plein développement, a encore 8 ans devant lui pour être fin prêt. Nous sommes donc confiants pour la désignation du Maroc pour organiser la fête du football en 2026.

Le Comité Maroc 2026 qui a organisé, du 8 au 10 mai 2018, un voyage de presse au Maroc à destination de journalistes étrangers, a dévoilé les atouts du royaume chérifien. Cette visite a été l’occasion de rencontrer le top management de Maroc 2026, et d’échanger sur sa vision.
A Tanger, Hakim Ghazaoui, membre du Comité Maroc 2016, a tenu en haleine les journalistes en dévoilant la belle histoire du sport national marocain en narrant l’épopée de certaines gloires qui ont suscité la fierté de millions de fans sur l’ensemble du continent africain.

El Hadji Gorgui Wade NDOYE

 

Les 21e championnats d’Afrique d’athlétisme se disputeront à Assaba au Nigeria, du 1er au 5 août prochains.
Des circulaires ont été envoyées aux fédérations membres pour les engagements dont la date butoir est fixée au 9 juillet ; une visite d’inspection du site a d’ailleurs été effectuée le 8 mai dernier pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux du stade où se dérouleront les épreuves.

Ces informations ont été recueillies hier au siège de la Confédération africaine d’athlétisme (Caa) où le directeur général de ladite confédération, Lamine Faty, rencontrait la presse pour faire le point. A son avis, le stade Stephen Keshi (du nom de l’ancien capitaine des Super Eagles décédé) dans l’état du Delta qui avait été rasé à 90 %, a été repris totalement pour donner un visage reluisant aux hôtes.

« La piste d’athlétisme également viendra le 28 mai pour être posée et un test-match sera fait le 18 juillet pour avoir une idée de la conformité des installations », a ajouté Lamine Faty, ancien secrétaire général de la Caa, qui étrenne maintenant ses nouveaux galons de directeur général de l’institution. Une nouvelle casquette qui lui donne maintenant plus de prérogatives. Et pour ces championnats d’Afrique, il a indiqué que le Nigeria a décidé de mettre les petits plats dans les grands avec notamment la prise en charge des titres de transports des délégués à la réunion d’inscription des délégués, mais aussi et surtout une subvention de 2000 dollars à chaque délégation présente aux championnats d’Afrique d’Assaba.

Bien avant ces championnats d’Afrique, la même ville d’Assaba abritera le 3e gala dénommé le « Panthéon de l’Athlétisme Africain » le 31 juillet qui va honorer l’ensemble des athlètes qui se sont illustrés de 2008 à 2018.
La Caa qui entamé un processus de réformes globales dans sa démarche, lors de son congrès au Maroc, a également décidé que dorénavant seul le président sera élu lors des congrès ; tous les autres membres (6 vice-présidents) seront élus lors des assises régionales des cinq régions. C’est-à-dire le centre, le nord, l’ouest, l’est et la région australe qui auront des voix selon leur dimension géographique ; avec cette autre décision de taille qui demande que chaque région élise une femme parmi ses représentants au conseil de la Caa. Quant au directeur général, il est élu par le conseil après avis du président de la Caa. Ces championnats d’Afrique qui sont qualificatifs à la coupe du monde qui se disputera en Australie, obligent par ailleurs les athlètes à y participer pour pouvoir décrocher leur billet pour Melbourne. S’agissant des meetings, le directeur général de la Caa a révélé que six villes sont ciblées, mais que pour le moment, Brazzaville (Congo), Naïrobi (Kenya), Addis-Abeba (Ethiopie) et Cap Town (Afrique du Sud) ont confirmé.

Cheikh Fantamady KEITA

 

Et de trois ! Après 2010 et 2012, l'Atlético Madrid a remporté mercredi une troisième Europa League en venant à bout sans trembler de Marseille (3-0), grâce notamment à un doublé d'Antoine Griezmann.
L'attaquant français n'a pas ménagé ses compatriotes et a vaincu la malédiction, après deux finales perdues en 2016, la Ligue des champions et l'Euro. Il a littéralement porté les "Colchoneros", ses deux buts (21e, 49e) en finale s'ajoutent à ceux qu'il a marqués à chaque tour de C3 depuis les 16e de finale.

Avec un dernier but du capitaine Gabi (89), l'"Atléti" ravale un peu sa peine des deux C1 perdues contre le Real Madrid en 2014 et 2016, mais l'OM l'a bien aidé en se sabordant pour perdre sa quatrième finale continentale sur cinq.
Comme en 1999 contre Parme et 2004 contre Valence, les Marseillais ont quant à eux commis un petit suicide sportif. Frank Anguissa a rejoint sur les étagères de la boutique des horreurs de l'OM Laurent Blanc et Fabien Barthez: son contrôle complètement manqué sur une abominable relance axiale de Steve Mandanda a profité à Antoine Griezmann, qui a saisi l'occasion d'ouvrir le score et d'exécuter sa danse de zébulon.

L'OM a pourtant eu la première occasion, mais Valère Germain a gâché un bon ballon de Dimitri Payet en tirant au-dessus (4). Ce sera le seul beau geste du capitaine marseillais, qui a dû abandonner la partie, en larmes, blessé à une cuisse dès la 35e minute. L'épopée qui a fait vibrer tout Marseille, surtout depuis le quart de finale retour contre Leipzig (5-2, 0-1 à l'aller) s'est fracassée sur la maturité des hommes de Diego Simeone, suspendu, qui a assisté au triomphe en tribune.

AFP

 

Après la Pologne et la Colombie, deux adversaires du Sénégal dans le groupe H, qui ont déjà publié leurs listes, le sélectionneur national, Aliou Cissé, lèvera aujourd’hui, un pan de voile sur l’identité des joueurs qui prendront part au prochain stage des Lions qui démarre ce 21 mai à Saly. Cette liste constitue la dernière à partir de laquelle le sélectionneur dégagera la liste des 23 Lions qui sera transmise à la Fifa le 4 juin.

La liste de cet après-midi risque fort d’avoir beaucoup de similitudes avec celle de mars dernier ou même d’être du copier-coller dans la mesure où le sélectionneur national a souvent appelé ceux qu’il avait choisis depuis le coup d’envoi des éliminatoires de la Coupe du monde. Les cartes ont quasiment été distribuées depuis longtemps pour que la donne ne change pas à moins d’un mois du coup d’envoi de la Coupe du monde.
Chez les gardiens, Khadim Ndiaye et Abdoulaye Diallo apparaissent comme les favoris. En défense, l’indéboulonnable Kalidou Coulibaly, Kara Mbodj qui effectuera son grand retour après plusieurs mois d’absence pour raison de blessures, Lamine Gassama et Youssouf Sabaly tiennent la corde. Au milieu de terrain, Idrissa Gana Guèye, Pape Alioune Ndiaye, Cheikhou Kouyaté, Salif Sané, Henri Saivet seront bien présents. Sur la ligne d’attaque, Sadio Mané, Keita Baldé, Moussa Konaté, Ismaïla Sarr, Moussa Sow, Diafra Sakho, Mame Biram Diouf devraient bien tenir leur place.

Le technicien avait coché alors 30 noms pour les matchs amicaux contre l’Ouzbékistan du 23 mars à Casablanca, et contre la Bosnie, au Havre, quatre jours plus tard. L’attaquant du FC Nantes, Santi Ngom, avait été la seule surprise dans le groupe retenu par Aliou Cissé. L’autre particularité, c’étaient les retours de Papy Djilobodji, Armand Traoré et Pape Ndiaye Souaré. Autant dire que ceux qui ne feront pas partie du groupe qui sera retenu par le sélectionneur auront du souci à se faire puisque Aliou Cissé est loin d’être un adepte des chamboulements encore moins un fan des surprises de dernière minute. Il y a fort à parier aussi que 90 où 95 % de ce groupe soit retenu pour fouler les pelouses russes, en juin prochain. Aliou Cissé possède un socle qui s’est formé depuis la qualification pour la Coupe du monde.

D’ailleurs, lors de la publication de la liste du 7 mars dernier, le sélectionneur lui-même disait qu’il avait déjà en tête 18 des 23 joueurs qui seront de l’expédition russe. A moins d’un mois de la Coupe du monde, il ne devrait plus chambouler son groupe. Sauf blessure évidemment, ils sont une bonne vingtaine de joueurs à être assurés de faire partie des 23 heureux élus pour le Mondial 2018. Les Lions démarrent leur regroupement le lundi 21 mai 2018. Ils recevront le drapeau national des mains du chef de l'État le vendredi 25 mai 2018. Ensuite, le groupe s’envolera pour la France où il poursuivra son stage au centre de préparation omnisports de Vittel, avant de rejoindre la Russie. Auparavant, les Lions disputeront un match amical le 31 mai contre le Luxembourg, puis le 8 juin contre la Croatie, à Zagreb, et le 11 contre la Corée, en Autriche.

Samba Oumar FALL

 

AFP : L'ancienne N.1 mondiale Serena Williams "jouera à l'Open de France" et "pour le gagner" a assuré lundi son entraîneur Patrick Mouratoglou sur le site de la WTA après les doutes suscités par ses forfaits aux tournois de Rome et Madrid. Après ses forfaits à Rome et Madrid, la joueuse aux 23 titres du Grand Chelem arrivera à court de matches à Roland-Garros (27 mai-10 juin): elle n'est plus apparue en compétition depuis fin mars et n'a plus joué sur terre battue depuis sa finale perdue à Paris en 2016.

 

Comme prévu, le Diaraf n’a pas raté l’occasion de soigner son avance au sommet. Les Médinois ont été réalistes hier dans le choc des extrêmes qui les opposait à Guédiawaye Fc, l’avant-dernier qui est déjà largué. Avec ce succès (3-1), le 7e consécutif, les Verts et Blancs se détachent davantage au sommet. La Sonacos, sa dauphine, est larguée à 12 points. Désormais, la menace du Diaraf s’appelle  Génération Foot qui a encore plusieurs matches au programme. Dakar Sacré-Cœur ne joue pas le titre, mais s’est, cependant, relancé dans la course au maintien. En domptant (1-0) hier les Douaniers, les Sicapois s’éloignent davantage de la zone rouge, alors que leur victime a perdu tout espoir pour le titre. En effet, les Douaniers ont raté l’occasion de ravir la place de dauphin à la Sonacos. En dominant (2-0) Ngb Niary Tally, le Ndiambour a aussi saisi l’opportunité d’assurer son maintien, à domicile. Les Galactiques, premiers non relégables, sont désormais à la portée de Diambars qui a profité de la fébrilité de l’Us Ouakam pour refaire son retard dans la course au maintien. Les Académiciens de Saly sont désormais à un point de Niary Tally.

A. SAMBOU

Tous les résultats
Guédiawaye Fc – Diaraf : 1-3 ; Ndiambour – Ngb Niary Tally : 2-0 ; As Douanes – Dakar Sacré Cœur : 1-0 ; Mbour PC – Génération Foot : 0-0 ; Sonacos – Stade de Mbour : 0-1 ; Casa Sports – Linguère : 1-1 ; Us Ouakam – Diambars : 1-4


GFC PRO-DIARAF: 1-3
Les banlieusards n’ont pas sauvé l’honneur

En match comptant pour la 26ème journée de la Ligue 1, Diaraf de Dakar a battu Gfc Pro sur le score de 3 buts à 1. Mi-temps: 0-0. Buts: Abert A Diémé (49ème), Pape Youssou Paye (56ème mn) et Ousmane Gassama (73ème mn) pour le Diaraf. Mohamed Guèye (53ème mn) pour Gfc Pro. Avertissements : Pape Mouhamadou Niang (49ème mn), Sima Sékou (78ème mn) pour Gfc Pro. Alioune Badara Tendeng (82ème mn) pour le Diaraf. Rencontre arbitrée par Malang Diédhiou, assisté de Djibril Camara et Malick Samb, tous de la Cra de Dakar.

Gfc Pro: Ousseynou Ndiaye(G), Bonaventure Mankabou(Cap), Cheikh A B Sarr (Mamadou D Ndiaye 62ème mn), Pape Mamadou Thiombane, Sima Sékou( Malang Konta 85ème mn), Pape Mohamadou Niang, Moussa Guèye, Mohamed Guèye, Laye Biaye, Diabel, Dominique Gomis. Entraîneur: Elh Malick Diop.

Diaraf : Pape Seydou Ndiaye(G), Daouda Guèye Diémé (Cap) (Fidel Gomis 80ième mn), Youssou Diagne, Demba Sy Sow, Matar Kanté, Babacar Seck, Elh Madické Kane, Alioune B Tendeng, Pape Youssou Paye, Ousseynou C Guèye (Ousmane Gassama 65ème mn), Elh Abdou Karim Samb( Albert A Diémé 46ième mn). Entraîneur: Malick Daff.

Déjà relégué en Ligue 2, Gfc Pro se devait de sauver l’honneur face au Diaraf. Malheureusement, les banlieusards n’ont pas été aussi costauds pour prétendre relever ce défi. A l’analyse du jeu produit sur le terrain, il saute à l’œil nu que les protégés de Malick Diop ont fait preuve d’une inefficacité offensive incroyable. Cependant, ils sont parvenus à  maintenir leur cage inviolée pendant les 45 minutes premières minutes. Mais, à la reprise, ils ont quelque peu levé le pied. Et Albert D Diémé entré à la 46ème minute, en a profité pour exploiter une passe lumineuse et tromper le portier de Gfc Pro.

Ils parviendront à faire la jonction trois minutes plus tard par Mohamed Guèye qui profite d’un contrôle mal négocié par le gardien de but pour mettre la balle au fond des filets. La réaction ne se fera pas attendre puisque trois minutes après, le Diaraf inscrira un second but par Pape Youssou Paye (56e). A la 73e minute, Ousmane Gassama entré en jeu huit minutes avant, profite de la perte de balle du dernier défenseur pour envoyer un tir qui fait mouche. Fait insolite, des jeunes de Guédiawaye venus avec des pancartes où on pouvait lire des slogans invitant les dirigeants actuels du club à renoncer à l’équipe, ont commencé à chanter à la gloire du Diaraf.

Après son nul face a Africa Promo Foot
L’As Pikine retrouve la Ligue 1

L’As Pikine fait son retour en Ligue 1. A la suite de son match nul face à Africa Promo Foot, hier au stade Alassane Djigo, l’équipe de la banlieue retrouve une Ligue 1 qu’elle avait quittée il y a quelques années. Une accession que les Pikinois ont accueillie avec allégresse. Une joie d’autant plus légitime que ce point récolté à la faveur de ce nul lui a ouvert grandement les portes de la division première. La montée de l’As Pikine intervient après trois années passées en Ligue 2 où l’équipe fanion du département de Pikine a bataillé ferme tant sur le plan sportif que sur le plan organisationnel pour retrouver enfin l’élite du football sénégalais. La prouesse n’a été possible qu’à une journée de la fin du championnat. Mais, comme l’ont estimé beaucoup de responsables et de supporters de l’As Pikine, mieux vaut tard que jamais. Les banlieusards ont dès le début, affiché une détermination à toute épreuve à effectuer leur montée.
Une accession qui augmente un plus à la cote du coach de l’As Pikine, Djiby Fall. Pour la simple raison qu’il est sur une bonne trajectoire pour battre le record des entraîneurs ayant fait remonter des équipes de la 2ème à la 1ère division. « Je rends grâce à Dieu qui nous a aidés à décrocher cette montée. Il faut reconnaître que cette victoire, c’est aussi l’œuvre des supporters », témoigne-t-il.

Djiby Fall a dédié le succès également au défunt Pape Yade plus connu sous le sobriquet de « Pli ». « C’est un immense bonheur d’avoir réalisé le rêve de Pape Yade avant sa mort. On en avait discuté tout juste avant son décès », a-t-il ajouté. Le coach estime que ses joueurs subissaient une autre pression due au fait qu’ils savaient qu’il leur fallait un point pour accéder en Ligue 1 et éventuellement remporter le titre de champion en cas de victoire », poursuit-il.

Abdou DIOP

 

Le ministre des Sports a reçu, hier, le collectif des lutteurs qui étaient venus lui remettre un mémorandum. Une occasion pour Matar Bâ de calmer le jeu et demander aux concernés de garder leur sérénité.

Le collectif des lutteurs a répondu massivement à l’appel du ministre des Sports, Matar Bâ, hier, dans les locaux de son département. En effet, c’est en présence du président des amateurs Doudou Diagne Diécko, du secrétaire général du Cnoss Seydina Diagne, des anciens lutteurs Mbaye Guèye, Double Less, Boy Kairé, Yakhya Diop Yékini et des lutteurs en activité Khadim Gadiaga, Lac de Guiers 2, Gris Bordeaux, Gouye Gui, Usine Doolé, entre autres, que Matar Bâ a reçu le mémorandum du collectif avant d’ouvrir une concertation à huis clos.

En fait, les lutteurs exigent, entre autres revendications, le départ d’Alioune Sarr, la dissolution du Cng, l’instauration d’une fédération chargée de gérer la lutte, la restitution des ponctions sur les reliquats et la levée de la suspension pour six mois de Lac de Guiers 2. « Bien évidemment, dans leur mémorandum, ils ont parlé de fédération, mais qu’ils sachent qu’une fédération, c’est un processus. Ce sont des textes qui vont s’imposer et changer radicalement les manières de faire. Il ne sert à rien de se précipiter, il faut faire un travail de base. On y est, mais la lutte n’est pas encore prête. On va travailler à renforcer les textes qui nous permettent d’allers vers une fédération », a fait savoir d’emblée le ministre des Sports.

Parlant des coupes sur les reliquats en guise de sanctions infligées aux lutteurs par le Cng, du départ d’Alioune Sarr et de la dissolution du Cng, Matar Bâ a pris acte. « Ce sont des points sur lesquels on ne peut parler car c’est l’Etat qui choisit. Maintenant, les membres de la lutte peuvent avoir des difficultés et il faut aller dans le sens de les régler dans la sérénité. Il ne sert à rien d’y mêler le président de la République parce que dans les points, on nous parle de boycott de l’inauguration de l’Arène nationale ». D’après le ministre des Sports, le président de la République est venu avec la solution structurelle en mettant en place une infrastructure de 32 milliards de FCfa. « On s’est accordé autour de cette question qui était mal venue. Vous savez, les lutteurs me font confiance parce qu’ils sont venus en masse. Donc nous allons analyser leur mémorandum afin d’aller vers la concertation », termine en dernier lieu Matar Bâ.

Absa NDONG

 

Le comité régional de gestion en charge des courses hippiques à Thiès, avec à sa tête El Hadj Gueye, a organisé, dimanche, sa première journée à l’hippodrome Ndiaw Macodou Diop de la Capitale du rail sous le parrainage du 1er magistrat de la commune de Diamniadio, Mamadou Moulaye Guèye. Ce dernier avait rehaussé de sa présence la manifestation accompagné de ses conseillers municipaux. Les amateurs ont eu droit à quatre courses avec en vedette la confrontation des chevaux du groupe 3 et les Pta (poulains de 3 ans).

Deux catégories confondues qui ont livré une course tambour battant pour la conquête de la couronne mise en jeu ; c’est finalement « Machallah », un poulain de 3 ans qui s’est imposé devant ses 19 rivaux sous le drivage de Fallou Diop ; ce cheval très performant qui a dicté sa loi à ses aînés est une propriété de Diambe Diéye originaire de Thiès. « Dalinkor » qui était pourtant le 1er favori chez les Pta se contente de la 2nde place tandis que « Major » et « Darou Sam » se classeront respectivement 3e et 4e. Le vainqueur « Machallah » a bouclé la distance (1.650 m) en 2mn 16s. C’est le parrain Mamadou Moulaye Guèye qui a remis l’enveloppe de 2.600.000 FCfa au jockey Fallou Diop et un trophée sous les applaudissements de l’assistance venue nombreuse.

Le galop de la catégorie supérieure (groupe 1) a vu la victoire de « Maha » du Pr Sakhir Thiam monté par Pape Gningue suivi de « Faydou » de l’écurie Papis Niang basé à Sangalkam ; la seconde manche (Groupe 2) a été remportée par « Dardasse » devant « Diane » qui s’apprêtait pourtant à signer sa 9e victoire. Les Pda (poulains de deux ans) qui ont ouvert les rideaux ont vu « Cotonou » s’illustrer d’une 5e victoire, il appartient à Moustapha Bao de Louga ; il était piloté par Ousmane Sarr Diallo devant Auguste et Penda Boury.
Les résultats

Pda : 1er Cotonou, 2e Auguste, 3e Penda Boury, 4e Damel Tegne
Groupe 2 : 1er Dardass, 2e Diané, 3e Monsieur Diop, 4e Nasroulah
Groupe 1 : 1er Makha, 2e Faydou, 3e La Medina, 4e Darou Khoudoss
Fusion (Prix special) : 1er Machallah, 2e Dalinkor, 3e Major, 4e Darou Sam

EL H Yamar DIOP

 

Last modified on mercredi, 16 mai 2018 09:13

La 18ème journée du championnat féminin s’est jouée ce week-end avec des chocs intéressants. Les duchesses qui ont, sans grande surprise, remporté leur duel face à la JA (74-33) alignent ainsi une 18ème victoire de rang et confortent en même temps leur place à la tête du classement général. L’équipe de la JA quant à elle continue sa chute libre avec ce nouveau revers. A Mbour, Debaloc est allé trouver une équipe mbouroise sur ses terres pour lui dicter sa loi. Avec un écart de 22 points (57-35), la formation de Derklé a bien réussi son coup, en confortant sa position dans le classement. Après la défaite concédée face au Duc le week-end dernier, le Saint-Louis Basket Club a retrouvé le chemin de la victoire à domicile. Les joueuses de Jupiter Niang se sont imposées devant l’Asfo (76-55) au stadium Joseph Gaye, tandis que l’Iseg Sport prenait le meilleur sur l’Ascc Bopp (55-36) au stadium Marius Ndiaye. Un succès qui permet à l’équipe de Malick Bachir Diop de garder sa 5ème place.

Dans le duel entre l’Asc Ville de Dakar et l’Université Gaston Berger, la logique a été respectée puisque les protégées de Moustapha Gaye coach de Ville de Dakar se sont imposées sur un large score (73-36) dans une rencontre qui s’est disputée à sens unique. Ce nouveau revers n’arrange pas l’équipe de l’Ugb (9ème avant cette journée) qui est toujours en lutte pour le maintien. A noter également que Le Diaraf avait pris le dessus sur le Saltigué (56-47). Concernant le classement général, le Duc (34 points) reste leader invaincu. L’Asc Ville de Dakar (31 points) vient en troisième position pour constituer le podium. Dans le bas du tableau, la lutte pour le maintien reste toujours serrée entre Mbour BC (22 points) et Ugb (22 points), Saltigué (20 points), Bopp (20 points) et la JA (20 points). Les prochaines journées seront décisives.

Au niveau des hommes, la quatorzième journée du championnat a vu le choc As Douanes-Iam Mermoz se terminer en faveur des douaniers sur le score de 57-42. Déjà, à la pause, l’écart était assez large (38-19). Avec ce succès, l’As Douanes conforte sa première place au classement général du groupe A, avant le début des play-offs. Toujours dans la poule A, Hlm Basket Club a battu l’Asfa (59-49), et la rencontre Asc Thiès-Satigué a été interrompue. Dans la poule B, l’Université Gaston Berger a remporté son duel contre Saint-Louis Bc de 2 points d’écart (45-43) et Tamba Bc s’est imposé devant Louga Bc (70-67).

Absa NDONG

 

Le mano à mano entre Yannick Languina et le Togolais Abissoubie Batazi n’est pas encore terminé. Ces deux joueurs qui ont pris maintenant l’habitude de se croiser en finale dans les différents tournois, en ont redonné encore au public féru de la petite balle jaune. Samedi sur le court numéro un de l’Olympique Club, le jeune Sénégalais s’est imposé dans un match serré qui avait pourtant vu le Togolais mener lors de la première manche (6-3). Mais Yannick se reprendra bien lors de la seconde manche qu’il mena à sa guise pour s’imposer sur le même score (6-3), dès lors une troisième manche s’imposait à eux.

Dans cette ultime partie, Yannick remettra le turbo devant un Batazi qui avait perdu son tennis et même son contrôle, puisqu’à certains moments du jeu, il n’hésitait pas à balancer sa raquette en signe de dépit ; cet excès de colère profitera bien évidemment à Yannick Languina qui remporta la troisième et dernière manche sur le score de 6/2. Le jeune Sénégalais venait de prendre sa revanche sur un adversaire qui l’avait battu deux fois de suite lors des finales du Rotary Club et de l’Astu. Avec cette victoire, Yannick revient ainsi à hauteur de son adversaire puisque lui aussi l’avait battu en finale lors de la finale du Tcd. Egalité parfaite en attendant d’autres confrontations.

Les résultats

Non classés hommes : Elom Sorsy (Bceao)-Barath (Olympique) ; 4e série hommes : Saliou Gaye (Tcd)-Badou Mbacké (Olympique) : 7/5 6/2 ; 3e série hommes : Richard Mendy (Stade Lss)-Ali Hoballah (sporting) : 6/2 4/6 6/2 ; 2e série hommes : Yannick Languina (Duc)-Abissoubie Batazi (Tcd) : 3/6 6/3 6/2 ; Dames non classées : Christelle Fakhry (Sporting)-Loanna El Makki (Sporting) : 6/4 4/6 7/6
C. F. KEITA

 

AFP : Sans surprise, l’attaquant de Liverpool Mohamed Salah a remporté le prix du meilleur joueur de la saison en Premier League, décerné par un panel de votants issus des médias, de groupes de supporters et d’organismes du football anglais choisis, par le principal sponsor du championnat. Il s’agit de sa troisième grande récompense individuelle en Angleterre, après avoir déjà été honoré par ses pairs (Pfa Players’ Player of the Year) et par les journalistes (Football Writers’ Association Footballer of the Year).

L’actuel meilleur buteur de Premier League (31 buts, devant Harry Kane, 28 buts) et futur finaliste de la Ligue des champions (26 mai face au Real Madrid) succède au milieu de terrain Français Ngolo Kanté.
Il devance au classement le milieu offensif Kevin De Bruyne, le gardien de but David De Gea, les attaquants Harry Kane et Raheem Sterling. Arrivé à Liverpool l’été dernier pour 40 millions d’euros, après deux saisons réussies mais pas irrésistibles à l’AS Roma, l’international égyptien est d’ores et déjà l’un des favoris pour le Ballon d’Or France Football, récompense individuelle la plus prestigieuse décernée en fin d’année.

 

Les deux grosses affiches disputées le week-end à Mbour et à Dakar ont tourné à l’avantage de Tyson 2 (Tyshinger) et Moussa Ndoye (Yarakh). Les deux champions ont, respectivement, pris le meilleur sur Assurance (Mbour) et Lac Rose (Fass).
Moussa Ndoye poursuit son ascension. Hier, le porte-étendard de Yarakh a réussi une grosse prouesse en prenant le dessus sur Lac Rose, dans le duel dakarois. Et comme on pouvait s’y attendre, le combat n’a pas été une partie de plaisirs pour aucun des deux protagonistes qui tenaient à avoir le dernier mot. Moussa Ndoye a donc arraché de haute lutte sa victoire. Défait lors de ses deux dernières sorties, Lac Rose était venu avec l’intention de se refaire une santé mais aussi redonner l’espoir à l’écurie Fass dont les chefs de file sont en difficultés depuis quelque temps.

Mais, c’était sans compter avec la détermination de l’ancien finaliste malheureux du championnat de lutte avec frappe de 2010, organisé par Gaston Mbengue. Sur une série de trois succès, le jeune lébou de Yarakh avait à cœur de signer une nouvelle victoire en vue d’intégrer l’antichambre des ténors. Un choc d’ambitions qui s’est traduit sur l’aire de jeu avec la volonté de chacun des protagonistes de remporter la partie. Lors de ce face-à-face, les deux athlètes, réputés très techniques, ont surtout mis à contribution leurs aptitudes à la bagarre.

Et c’est le champion de Yarakh qui s’en est sorti le mieux pour avoir contraint son antagoniste fassois à l’abandon, à la suite d’une blessure au genou. Un beau succès qui permet à Moussa Ndoye de se rapprocher encore de la cour des grands et sa prochaine sortie pourrait servir d’examen de passage pour intégrer le cercle restreint des ténors. Avec ce succès, il voit, en tout cas, son cercle d’adversaires potentiels s’élargir davantage. Dans ce lot, figurent Sa Thiès, récente victime de Boy Niang 2, Sitteu, Gouye gui, Tyson 2 et autre Reug Reug.

De son côté, Lac Rose voit, avec ce troisième revers consécutif, l’horizon s’assombrir. Non seulement il rate son pari de renouer avec la gagne, mais il lui sera de plus en plus difficile de rattraper l’écart qui le sépare des pensionnaires de l’antichambre des ténors. Encore lui faudra-t-il trouver chaussures à ses pieds ; ce qui n’est pas gagné d’avance.
À Mbour, Tyson 2 dicte sa loi à Assurance !

L’autre grosse affiche disputée ce week-end a vu la victoire de Tyson 2 sur Assurance de Mbour, au terme d’un duel qui a vu les deux « gros bras » user à la fois de la lutte pure et dure et de la bagarre. Et c’est finalement le lieutenant d’Eumeu Sène qui a gagné la partie. Un succès qui lui permet de conforter son statut de membre de l’antichambre des ténors. En revanche, Assurance rate l’occasion de marquer son grand retour après plusieurs années d’absence de l’arène.

Diégane SARR

 

AFP : L’Allemand Alexander Zverev, N.3 mondial, a remporté dimanche le Masters 1000 de Madrid en battant l’Autrichien Dominic Thiem (N.7) 6-4, 6-4, soit son troisième titre dans cette catégorie de tournois arrivant juste après les épreuves du Grand Chelem.
Déjà titré à Rome et Montréal l’an dernier, Zverev (21 ans) a triomphé d’un combat entre jeunes loups pour s’imposer sur la terre battue madrilène en 1 heure et 19 minutes pour succéder au palmarès au «roi» Rafael Nadal. Et il a jubilé à l’heure d’expédier dans les nuages un coup trop long de Thiem (24 ans) sur la balle de match.

 

AFP : Deux semaines après avoir renoué avec le succès, Lewis Hamilton a remis ça: le Britannique de Mercedes, vainqueur pour la deuxième fois de la saison au Grand Prix d’Espagne dimanche, espère avoir enfin pris un «tournant».
Après trois premières courses frustrantes et son succès surprise en Azerbaïdjan, qui lui avait permis de prendre la tête du Championnat du monde à Sebastian Vettel pour quatre points, Hamilton voit son avance portée à 17 unités.
Son rival allemand peut en témoigner. Il n’a pu faire mieux que quatrième, la faute à un mauvais choix stratégique de Ferrari. Son second arrêt aux stands au 42e tour, sous régime de voiture de sécurité virtuelle, lui a coûté le podium.
Le second pilote Mercedes, le Finlandais Valtteri Bottas, et le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) accompagnent sur le podium un Hamilton en quête, comme Vettel, d’un cinquième titre mondial, pour égaler l’Argentin Juan Manuel Fangio.

L’Australien Daniel Ricciardo (Red Bull), le Danois Kevin Magnussen (Haas), les Espagnols Carlos Sainz Jr (Renault) et Fernando Alonso (McLaren), le Mexicain Sergio Pérez (Force India) et le Monégasque Charles Leclerc (Sauber) complètent le top 10.  Le Finlandais Kimi Raïkkonnen (Ferrari) a pour sa part abandonné dans le 25e tour, suite à une perte subite de puissance, alors qu’il pouvait espérer un podium.
Triple peine pour la Scuderia, elle perd la tête du classement des constructeurs, 27 points derrière Mercedes.

La course a marquée par un tête-à-queue dans le troisième virage du Français Romain Grosjean (Haas), qui est venu heurter l’Allemand Nico Hülkenberg (Renault) et l’autre tricolore Pierre Gasly (Toro Rosso). Les commissaires se sont saisis de l’incident, qui a contraint les trois pilotes à l’abandon.

 

AFP : L’entraîneur Unai Emery, qui quitte le PSG en fin de saison, a été sacré meilleur entraîneur du Championnat de France de la saison 2017-2018, dimanche lors de la soirée des trophées Unfp, l’équivalent des Césars du foot. Avec le PSG, l’Espagnol de 46 ans a tout raflé cette saison sur la scène nationale, mais a encore échoué en Ligue des champions, avec une élimination dès les 8e de finale face au Real Madrid.

 

Le Diaraf a l’opportunité de tuer le suspense au sommet, cet après-midi. La Sonacos et Génération Foot, ses deux principales menaces dans la course au titre, ont échoué hier. Les Huiliers ayant perdu (0-1) à « domicile » face au Stade de Mbour et les Académiciens tenus en échec à Mbour par Mbour PC (0-0) perdent davantage du terrain dans la course. Une aubaine que le Diaraf pourrait donc saisir cet après-midi, à Amadou Barry, pour se rapprocher davantage du titre.
Face au Guédiawaye Fc Pro, qui n’a aucun espoir de se maintenir, le Diaraf a sa carte à jouer cet après-midi. Par ailleurs, Diambars poursuit sa remontée. Les Académiciens de Saly ont encore profité de la fébrilité de l’Uso, encore laminé (4-1) au Centre technique Jules François Bocandé de Toubab Dialao. Avec ce succès, Diambars met la pression sur Ngb Niary Tally, premier non relégable qui sera aujourd’hui en danger à Louga. Quant à l’As Douanes, elle pourrait aussi profiter de l’échec de la Sonacos et de Génération Foot pour arracher la 2e place. Mais, les Douaniers n’auront pas la tâche facile cet après-midi, devant Dakar Sacré-Cœur, qui n’a pas encore assuré sa place dans l’élite.

A. SAMBOU

Les résultats d’hier
Mbour PC - Génération Foot : 0-0. Us Ouakam - Diambars : 1-4 ; Casa Sports - Linguère : 1-1 ; Sonacos - Stade de Mbour : 0-1
La suite du programme (cet après-midi)
A Alassane Djigo, 17 h : As Douanes (4e, 39 pts) - Dakar SC (11e, 27 pts)
Amadou Barry, 17h : Guédiawaye Fc (14e, 10 pts) - Diaraf (1er, 50 pts)
Alboury Ndiaye, 17h : Ndiambour (10e, 31 pts) - NGB Niary Tally (12e, 26 pts)


Finale de la Can de Mini Foot
Le Sénégal perd devant la Côte d’Ivoire
La Côte d’Ivoire a remporté la première Coupe d’Afrique des nations (Can) de mini foot qui a été organisé à Tripoli en Libye. Les Ivoiriens se sont, en effet, imposés devant les Sénégalais à la suite de la série de tirs au but. A la fin du temps réglementaire, les deux équipes étaient à égalité trois buts partout. Pour rappel, le Sénégal avait éliminé le pays organisateur la Libye, alors que la Côte d’Ivoire battait la Tunisie.

 

En match comptant pour le 2e tour préliminaire de la Coupe d’Afrique des Nations U20 Niger 2019, le Sénégal et l’Egypte ont fait match nul blanc le samedi 12 mai 2018, au stade Léopold Sédar Senghor. Arbitres : Juste Ephrem Zio, assistés de Ahabou Abdoura Obgo et de Kouka Christian Ouédraogo (tous du Burkina Faso). Avertissements : Mohamed Abdelmoneim (51e), Mostafa Adel (15e), et Khaled Elbasiouni (87e)  pour Egypte.
Sénégal : Dialy Kbaly Ndiaye, Ousseynou Cavin Diagne (cap, Faly Ndaw 61e), Souleymane Djinou Cissé, Mamadou Mbow, Aladji Issa Diallo, Souleymane Aw, Dion Lopy, Ousseynou Niang (Youssouph Mamadou Badji, 80e), Ibrahima Dramé (Amadou Sagna, 68e), Amadou Dia Ndiaye, Cheikh Tidiane Sabaly. Entraineur : Youssoupha Dabo.
Egypte : Mohamed Sobhy, Ahmed Youssef (cap), Zeyad Yasser, Mohamed Abdelmoneim, Mostafa Adel, Mohamed Hany, Mohamed Metwaly (Mohamed Soliman, 49e), Khaled Elbasiouni,  Hussein Feasal (Ahmed Sabeha, 75e), Mohamed Karem (Ammar Hamdy, 90+2), Roshdy Ashraf. Entraineur : Hamada Sedky.
 L’équipe du Sénégal a concédé samedi un match nul très inquiétant face à l’Egypte comptant pour le 2e tour préliminaire aller de la Coupe d’Afrique des Nations U20 « Niger 2019 ». Les Lionceaux devront aller chercher la qualification à Port Saïd dans une semaine.
 

Un match nul vierge ! L’équipe du Sénégal ne pouvait espérer mieux après la pâle copie livrée face à l’Egypte. Les Lionceaux n’ont jamais réussi à prendre le jeu à leur compte surtout en première mi-temps où les Egyptiens ont été les plus présents. Roshdy Ashraf (15e) puis Mohamed Karem (27e) se sont signalés sans inquiéter le portier sénégalais. Dans ce premier acte pauvre en occasions, les joueurs de Youssoupha Dabo ont eu du mal à entrer dans le match, pêchant par maladresses et autres déchets techniques. Il a fallu attendre la demi-heure pour assister au réveil des Sénégalais. Suite à une faute de main de Mostapha Adel  aux abords de la surface de réparations, Ousseynou Cavin Diagne botte le coup franc à ras-de-terre et manque de peu de tromper le gardien Mohamed Sobhy. Dans la dernière demi-heure, le Sénégal fait volte-face, mais l’équipe a manqué de percussion, de précision. Comme sur cette action de la 72e minute où Ousseynou Niang et Amadou Dia Ndiaye prennent à défaut la défense égyptienne, mais les deux joueurs se télescopent et ratent une occasion en or d’ouvrir le score. A la 77e minute, Ousseynou Niang voit son tir repoussé par le portier égyptien. Cheikh Tidiane Sabaly qui hérite du ballon l’envoie dans le décor. Les Lionceaux vont se créer une autre action dangereuse cinq minutes plus tard. Youssouph Mamadou Mbodj, entré à la place d’Ousseynou Niang, voit sa frappe repoussée par le montant gauche du but égyptien. Les Pharaons qui se suffisaient de ce nul se sont recroquevillés en défense et procédaient par des contres qui n’ont rien donné. A l’arrivée, les deux équipes se quittent sur un nul vierge qui voit le Sénégal nourrir bien des regrets.

Samba Oumar FallEn match comptant pour le 2e tour préliminaire de la Coupe d’Afrique des Nations U20 Niger 2019, le Sénégal et l’Egypte ont fait match nul blanc le samedi 12 mai 2018, au stade Léopold Sédar Senghor. Arbitres : Juste Ephrem Zio, assistés de Ahabou Abdoura Obgo et de Kouka Christian Ouédraogo (tous du Burkina Faso). Avertissements : Mohamed Abdelmoneim (51e), Mostafa Adel (15e), et Khaled Elbasiouni (87e)  pour Egypte.
Sénégal : Dialy Kbaly Ndiaye, Ousseynou Cavin Diagne (cap, Faly Ndaw 61e), Souleymane Djinou Cissé, Mamadou Mbow, Aladji Issa Diallo, Souleymane Aw, Dion Lopy, Ousseynou Niang (Youssouph Mamadou Badji, 80e), Ibrahima Dramé (Amadou Sagna, 68e), Amadou Dia Ndiaye, Cheikh Tidiane Sabaly. Entraineur : Youssoupha Dabo.
Egypte : Mohamed Sobhy, Ahmed Youssef (cap), Zeyad Yasser, Mohamed Abdelmoneim, Mostafa Adel, Mohamed Hany, Mohamed Metwaly (Mohamed Soliman, 49e), Khaled Elbasiouni,  Hussein Feasal (Ahmed Sabeha, 75e), Mohamed Karem (Ammar Hamdy, 90+2), Roshdy Ashraf. Entraineur : Hamada Sedky.
 L’équipe du Sénégal a concédé samedi un match nul très inquiétant face à l’Egypte comptant pour le 2e tour préliminaire aller de la Coupe d’Afrique des Nations U20 « Niger 2019 ». Les Lionceaux devront aller chercher la qualification à Port Saïd dans une semaine.
 

Un match nul vierge ! L’équipe du Sénégal ne pouvait espérer mieux après la pâle copie livrée face à l’Egypte. Les Lionceaux n’ont jamais réussi à prendre le jeu à leur compte surtout en première mi-temps où les Egyptiens ont été les plus présents. Roshdy Ashraf (15e) puis Mohamed Karem (27e) se sont signalés sans inquiéter le portier sénégalais. Dans ce premier acte pauvre en occasions, les joueurs de Youssoupha Dabo ont eu du mal à entrer dans le match, pêchant par maladresses et autres déchets techniques. Il a fallu attendre la demi-heure pour assister au réveil des Sénégalais. Suite à une faute de main de Mostapha Adel  aux abords de la surface de réparations, Ousseynou Cavin Diagne botte le coup franc à ras-de-terre et manque de peu de tromper le gardien Mohamed Sobhy. Dans la dernière demi-heure, le Sénégal fait volte-face, mais l’équipe a manqué de percussion, de précision. Comme sur cette action de la 72e minute où Ousseynou Niang et Amadou Dia Ndiaye prennent à défaut la défense égyptienne, mais les deux joueurs se télescopent et ratent une occasion en or d’ouvrir le score. A la 77e minute, Ousseynou Niang voit son tir repoussé par le portier égyptien. Cheikh Tidiane Sabaly qui hérite du ballon l’envoie dans le décor. Les Lionceaux vont se créer une autre action dangereuse cinq minutes plus tard. Youssouph Mamadou Mbodj, entré à la place d’Ousseynou Niang, voit sa frappe repoussée par le montant gauche du but égyptien. Les Pharaons qui se suffisaient de ce nul se sont recroquevillés en défense et procédaient par des contres qui n’ont rien donné. A l’arrivée, les deux équipes se quittent sur un nul vierge qui voit le Sénégal nourrir bien des regrets.

Samba Oumar Fall

Propos des entraineurs  

YOUSSOUPHA DABO, ENTRAINEUR SENEGAL
«Améliorer notre qualité de jeu
et croire en nos chances»

« On a fait deux mi-temps, une première timide, très moyenne dans le jeu. On a rectifié le tir dans la deuxième mi-temps en mettant beaucoup d’intensité et en jouant de manière verticale dans le jeu. Malheureusement, les occasions qui ont suivi, on ne les a pas mises au fond, mais ça reste une bonne deuxième mi-temps. Du moment qu’on ne prend pas de but à domicile, ce n’est pas mal. Mais aussi on n’a pas marqué ; ce qu’on aurait dû faire. Il reste une autre manche à Port Saïd. Il faudra se préparer et améliorer notre qualité de jeu. Entre une équipe qui a commencé à travailler il y a juste un mois et une équipe qui vit ensemble depuis six mois, il n’y a pas photo. Donc, si on a beaucoup de lacunes sur le jeu collectif, on peut le mettre sur le compte du temps, mais ce n’est pas une excuse on va continuer à travailler.
On sait qu’il nous manque de la justesse technique pour pouvoir asseoir un jeu collectif cohérent, mais on a espoir. Il faut continuer à travailler pour pouvoir s’améliorer. On a une équipe pour passer, il suffit juste d’y croire. »

HAMADA SEDKY, ENTRAINEUR EGYPTE
«La manche retour en Egypte sera bien différent»

« C’était un match très difficile pour nous et pour l’équipe du Sénégal aussi. On a joué une première manche à Dakar, il reste une seconde au Caire et on espère que le meilleur va gagner. Le deuxième match en Egypte sera bien différent parce qu’un nul vierge ce n’est pas suffisant. Notre objectif c’était de marquer au moins un but à Dakar.
On a eu la chance d’avoir un but, mais on n’en a pas profité. C’est pour cela qu’on doit faire plus et mieux chez nous en Egypte parce que ce sera très difficile d’empêcher le Sénégal de mettre des buts. C’est une bonne équipe, mais nous espérons qu’il ne mettront pas de buts au Caire et nous espérons aussi pouvoir récupérer nos joueurs blessés ».

AFP : La Tchèque Petra Kvitova a rallié pour la troisième fois de sa carrière la finale du tournoi de Madrid en écartant vendredi soir sa compatriote Karoline Pliskova, 6e mondiale, en demi-finale (7-6 (7/4), 6-3).
Titrée en 2011 et 2015, l’ancienne N.2 mondiale, aujourd’hui 10e, a fait parler sa puissance et son expérience face à sa partenaire en équipe nationale. Les deux tours de contrôle - 1,82 m pour Kvitova, 1,86 m pour Pliskova - se connaissent par coeur.  Elles ont remporté ensemble deux Fed Cup (5 au total pour Kvitova) et auront l’occasion d’enrichir leur palmarès sous le maillot national lors de la prochaine finale, en novembre à domicile face aux Etats-Unis.
Pliskova, qui avait fait chuter la N.1 mondiale et double tenante du titre Simona Halep, s’est pourtant créé des occasions, surtout dans le premier set. Elle a mené 4-2 avant de se faire rattraper puis s’est offert un nouveau break (5-4) sans réussir à garder l’ascendant. Son adversaire en finale samedi, la Néerlandaise Kiki Bertens (20e) devra livrer une grande prestation pour l’emporter si la double championne de Wimbledon (2011, 2014) maintient ce niveau. Cette véritable spécialiste de la terre battue disputera sa première finale dans cette catégorie de tournoi, l’équivalent d’un Masters 1000 chez les messieurs, après avoir surclassé la 7e mondiale, la Française Caroline Garcia (6-2, 6-2).

Last modified on lundi, 14 mai 2018 12:54

Mbour et Dakar vont vibrer au rythme de la lutte avec frappe ce weekend. Cet après-midi, le stade Caroline Faye abritera le choc entre Tyson 2, ancien vainqueur de l’Arena Tour, et Assurance, ancien champion du Sénégal en super lourds (120kg). Demain, Moussa Ndoye, le porte-étendard de Yarakh, fera face à l’enfant terrible de Niarry Tally Lac Rose, pour un derby dakarois de feu.

Les amateurs de lutte seront bien servis ce weekend avec deux affiches de feu opposant d’un côté, Moussa Ndoye et Lac Rose, et de l’autre, Assurance et Tyson 2. Pour le premier face à face, il faudra s’attendre à un combat de haute facture, les deux protagonistes ayant fini de se forger une réputation d’as de la lutte. En difficultés ces dernières saisons, Lac Rose compte saisir l’opportunité que lui offre ce combat pour rebondir et redonner le sourire à l’écurie Fass. Une des plus grandes écoles de lutte au Sénégal, Fass est en quête d’un second souffle. Ses ténors, Gris Bordeaux, Papa Sow et Lac Rose sur qui repose tout l’espoir de « l’université de la Médina » traversent une mauvaise passe, alors que Gris 2, l’autre espoir prometteur n’a pas été très convaincant lors de sa dernière sortie contre le vieillissant Pakala.

C’est dire que du côté que de la Médina, tous les regards vont se tourner vers l’enfant terrible de Niarry Tally qui a l’obligation de renouer avec la gagne après ses deux dernières sorties qui ont été toutes infructueuses. Un pari fort risqué face à un adversaire qui est resté sur une série de trois victoires consécutives. Surtout, le porte-drapeau de Yarakh rêve de plus en plus d’intégrer le cercle restreint des ténors. Le combat, prévu dimanche au stade Iba Mar Diop, reste cependant ouvert, chacun des deux acteurs ayant les moyens de tirer son épingle du jeu. Avant cette confrontation, Tyson 2 et Assurance vont s’expliquer au stade Caroline Faye de Mbour, à l’initiative de Lewtoo Productions. Cette affiche met aux prises deux as de la lutte qui, eux aussi, ont fini de se bâtir une belle réputation dans l’arène. Plusieurs fois pensionnaire de l’équipe nationale, le sociétaire de l’écurie Tay Shinger a réussi une belle mue dans la lutte avec frappe. Tyson 2 a d’ailleurs remporté une des éditions de l’Arena Tour, un tournoi de lutte avec frappe qui a été organisé pendant plusieurs saisons d’affilée par Rdv Productions.  

Son envol a tout de même été brisé par le géant Elton en 2016 avant qu’il ne se rachète l’année suivante avec un succès aux dépens de Garga 2. Face à Assurance, son objectif sera d’enregistrer une deuxième victoire d’affilée afin de consolider sa place dans l’antichambre des ténors. Le lieutenant de Eumeu Sène devra néanmoins respecter le géant mbourois, au risque de connaître une mauvaise surprise. Assurance a une forte expérience en lutte pure dure et a remporté plusieurs titres parmi lesquels celui de champion du Sénégal des plus de 120 kg.

Diégane SARR

 

Les lampions vont s’éteindre cet après-midi (15h) sur les courts de l’Olympique club de Dakar à l’issue des finales de l’Open que ce club organise annuellement. Avec en tête d’affiche les retrouvailles entre le Togolais Abissoubie Batazi (pensionnaire du Tcd) et le Sénégalais Yannick Languina (sociétaire du Duc). Le premier s’est, en effet, défait de Dane Yaly (club Bceao) en deux sets pour filer en finale (6/3 6/3), alors que le second s’est difficilement imposé devant son « ennemi intime » Youssou Berthé (Olympique club) en trois sets (3/6 6/3 7/5). Mais l’opposition d’aujourd’hui se fera sous la forme d’un règlement de comptes sur le court numéro 1 de l’Olympique club.

Parce que Yannick Languina déjà battu par deux fois en finale d’abord au tournoi du Rotary Club puis à celui de l’Astu par le même adversaire voudra faire mentir l’adage du « jamais deux sans trois ». En clair, le sociétaire du Duc voudra prendre sa revanche, alors que son adversaire qui a décidé de s’installer au Sénégal, compte lui imposer sa marque aux joueurs sénégalais. Tout un duel donc pour lequel le public de l’Olympique club se délectera cet après-midi. A côté de cette finale entre joueurs de 2e série, les autres ne manqueront pas de piquant car des no-classés hommes et dames en passant par les classés hommes et dames ainsi que les 3e et 4e série tous seront des matches disputés.

Le programme des Finales
Non-classé hommes : Barath (Oly)-Sorsy Elom (Bceao) ; 4e Série hommes : Saliou Gaye (Tcd)-Badou Mbacké (Astu) ; 3e Série hommes : Ali Hoballah (Sporting)-Richard Mendy (Stade Lss) ; 2e Série hommes : Abissoubie Batazi (Tcd)-Yannick Languina (Duc).Non classées dames : Latouche Gido (Olympique)-Celia Burtel (Olympique) ; Dames Classées :Christelle Fakhry (Sporting)-Loanna El Makki (Sporting)

C. F. KEITA

 

Last modified on lundi, 14 mai 2018 12:54

AFP : Rafael Nadal a subi vendredi sa première défaite sur terre battue depuis près d’un an, en quarts de finale du Masters 1000 de Madrid face à l’Autrichien Dominic Thiem, 7e mondial, en deux sets (7-5, 6-3). Le tenant du titre, qui restait sur une série record de 50 sets empilés sur sa surface fétiche, va perdre la place de N.1 mondial qui va revenir à Roger Federer sans jouer.

…Roger Federer redevient n°1 mondial

La défaite de Rafael Nadal en quart de finale à Madrid a pour première conséquence de rendre la place de n°1 mondial à Roger Federer dès lundi prochain. Lundi prochain, le nouveau classement Atp verra Roger Federer occuper la première place mondiale. Et pourtant le Suisse a décidé de ne pas disputer la saison sur terre battue. Mais Rafael Nadal a perdu en quart de finale à Madrid, éliminé par Dominic Thiem, et perd donc les points de son titre de l’an passé. De quoi donner à Federer une avance de 720 points sur son rival espagnol.

 

Les éliminatoires de la Can U20 « Niger 2019 » débutent aujourd’hui pour les Lionceaux. Et face à l’Egypte, leur premier adversaire cet après-midi, les boys de Youssoupha Dabo se feront le défi de prendre une bonne option. « Nous nous sommes préparés. Depuis le 9 avril, nous sommes en préparation pour ce match. Ensuite, après notre tournoi, nous avons eu des renforts », rassure le coach, Dabo qui affiche une sérénité relative. Entre autres renforts, le sélectionneur national des Lionceaux a fait appel à Cheikh Tidiane Sabaly et Amadou Dia Ndiaye de Génération Foot, mais aussi à Ousseynou Cavin Ndiaye et Souleymane Aw, deux expatriés.

Naturellement ambitieux de faire autant que Joseph Koto, son prédécesseur sur le banc, finaliste de la dernière édition en Zambie en 2017, le coach du Stade de Mbour rassure qu’il a les moyens humains pour réussir son ambition. Certes, le sort a voulu que les Lionceaux reçoivent en premier, mais Youssoupha Dabo n’en fait pas un cas. « Recevoir à l’aller, ce n’est pas un handicap pour nous. Nous allons tenter de prendre une bonne option à domicile pour se mettre à l’abri. Avec nos moyens humains, nous en sommes capables », rassure le sélectionneur des Lionceaux. De son adversaire de cet après-midi, Youssoupha Dabo révèle avoir eu assez d’éléments pour mieux l’engager.

Le coup d’envoi qui sera donné par l’arbitre burkinabé Juste Ephrem Zio, est prévu cet après – midi (17h) au Stade Léopold Sédar Senghor. Il sera assisté par ses compatriotes, Ahabou Abdoura Wobgo et Kouka Christian Ouédraogo. Pour rappel, le Sénégal est finaliste des deux dernières éditions. En 2015, les Lionceaux ont perdu en finale à domicile face au Nigeria et deux ans après, en 2017, ils ont à nouveau cédé en finale contre la Zambie, pays organisateur de l’édition. Et pour la présente édition, la 21e du genre, Youssoupha Dabo se donne l’ambition de faire mieux au Niger l’année prochaine. Mais il faudra d’abord franchir le cap des Egyptiens à l’issue de ce deuxième tour des éliminatoires.

Le programme
et les résultats
Hier : Algérie – Ghana 0-0. Aujourd’hui : Malawi – Angola, Mozambique - Afrique du Sud, Burundi – Soudan, Botswana – Congo, Gabon - Côte d’Ivoire, Rwanda – Zambie, Guinée Bissau – Nigeria, Ouganda – Cameroun, Burkina Faso – Libye, Sénégal – Egypte, Mauritanie – Guinée. Demain : Tanzanie – Mali, Gambie - Bénin

Ansoumana SAMBOU

 

Si deux des trois relégués sont déjà connus, l’identité du troisième condamné reste encore floue. Actuellement relégable, Diambars n’a plus son destin en main. Les Académiciens qui avaient étrillé (5-2), il y a trois jours, la lanterne rouge, Us Ouakam, rencontrent à nouveau leur victime de jeudi sur les mêmes lieux, au centre technique Jules François Bocandé de Toubab Dialao. A 4 points de retard de Niary Tally, premier non relégable, Diambars n’a plus le choix. Gagner pour réduire le gap sera le mot d’ordre face à une équipe de l’Uso qui n’a plus le moral en place. C’est dans cette ambition de conquérant que Génération Foot se rendra sur la petite côte où l’attend Mbour PC. Les Académiciens de Deni Bira Ndao n’ont pas encore dit leur dernier mot dans la course à leur succession. Ils présentent l’une des menaces les plus sérieuses pour le Diaraf qui ne devrait pas connaître des soucis devant Guédiawaye Fc Pro, avant-dernier de la classe. Diaraf qui a aligné six victoires consécutives reste sur une bonne dynamique en direction du sacre. La Linguère qui va traverser tout le pays pour aller défier le Casa Sports au Sud, peut s’attendre à un accueil mouvementé à Aline Sitoé Diatta. Les Ziguinchorois qui n’ont pas encore assuré leur maintien sont dos au mur à domicile. Face à des Saint-Louisiens pratiquement à l’abri, les Sudistes sont contraints de sortir la grosse artillerie.

Le Stade de Mbour est aussi dans la même situation à Kaolack. Face à la Sonacos qui a non seulement déjà assuré sa place dans l’élite est en course pour le titre, les Stadistes sont dans l’obligation de forcer leur destin en déplacement demain après-midi. A l’instar de la Sonacos, l’As Douanes a déjà assuré l’essentiel. Dans ces conditions, c’est à Dakar Sacré Cœur, son adversaire de la journée, de prendre des initiatives. Les Sicapois ne sont pas encore à l’abri d’une mésaventure. Ils mènent un duel à distance avec Niary Tally, pour s’éloigner davantage de la zone rouge. Les Galactiques, actuellement premiers non relégables, seront condamnés à faire mieux à Louga, face au Ndiambour, en perte de vitesse. Depuis deux journées, les Lougatois concèdent les revers, après une longue période d’invincibilité, à domicile notamment.

A. SAMBOU

Programme
Dimanche 13 Mai 2018
A Caroline Faye, 17 h : Mbour PC (8e, 32 pts) – Génération Foot (3e, 39 pts)
A Touba Dialaw, 17 h : Us Ouakam (15e, 7 pts) – Diambars (13e, 23 pts)
A Aline Sitoé Diatta, 17 h : Casa Sports (9e, 31 pts) – Linguère (6e, 34 pts)
A Lamine Guèye, 17 h : Sonacos (2e, 41 pts) – Stade de Mbour (7e, 32 pts)

Lundi 14 Mai
A Alassane Djigo, 17 h : As Douanes (4e, 39 pts) – Dakar SC (11e, 27 pts)
A Amadou Barry, 17 h : Guédiawaye Fc Pro (14e, 10 pts) – Diaraf (1er, 50 pts)
A Alboury Ndiaye, 17 h : Ndiambour (10e, 31 pts) – Ngb Niary Tally (12e, 27 pts)
Teungueth Fc, exempté

 


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.