banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2967)

Sport

Après Madagascar qui s’est qualifié dimanche aux dépens de Sao Tome e Principe et qui a rejoint le Groupe A des éliminatoires de la Can 2019 (Sénégal, Guinée équatoriale et Soudan), le Soudan du Sud et les Comores sont venus compléter le tableau et porter le nombre à 48 équipes.

Le Soudan du Sud va disputer pour la première fois les éliminatoires d’une Can après sa nette victoire au retour (6 – 0) qui a effacé sa défaite de l’aller (0 – 2) face à Djibouti. Quant aux Comores, ils ont sorti Maurice pour intégrer le Groupe B aux côtés du Cameroun, du Maroc et du Malawi.

Les poules :
Groupe A : Sénégal, Guinée équatoriale, Soudan, Madagascar.
Groupe B : Cameroun, Maroc, Malawi, Comores.
Groupe C : Mali, Gabon, Burundi, Soudan du Sud.
Groupe D : Algérie, Togo, Bénin, Gambie.
Groupe E : Nigeria, Afrique du Sud, Libye, Seychelles.
Groupe F : Ghana, Éthiopie, Kenya, Sierra Leone.
Groupe G : Rdc, Congo, Zimbabwe, Liberia.
Groupe H : Côte d’Ivoire, Guinée, Centrafrique, Rwanda.
Groupe I : Burkina Faso, Angola, Botswana, Mauritanie.
Groupe J : Tunisie, Égypte, Niger, Swaziland.
Groupe K : Zambie, Mozambique, Guinée-Bissau, Namibie.
Groupe L : Cap-Vert, Ouganda, Tanzanie, Lesotho.

L’athlète turque Elvan Abeylegesse, contrôlée positive après la ré-analyse d’un test antidopage effectué le 25 août 2007 à la lueur de nouvelles techniques de détection, a été privée de trois médailles mondiales et olympiques, hier. En conséquence de ce contrôle positif, à un produit dont le nom n’a pas été communiqué, tous les résultats de la spécialiste du fond entre le 25 août 2007 et le 25 août 2009 ont été annulés : ses médailles d’argent aux Mondiaux d’Osaka (sur 5 000 m) et aux JO 2008 à Pékin (sur 5 000 et 10 000 m). L’athlète aujourd’hui âgée de 34 ans est actuellement suspendue pour une durée de deux ans, depuis le 29 septembre 2015, date de la réouverture de son dossier à la lumière d’une liste de sportifs supposés avoir été contrôlés positifs dans la presse turque, jusqu’au 28 septembre 2017. Elle conserve en revanche ses titres de championne d’Europe 2010 sur 5 000 m et 10 000 m conquis à Barcelone en 2010.

La Fifa envisage d’ouvrir une procédure disciplinaire après l’envahissement de la pelouse par des supporteurs qui a entraîné l’arrêt du match amical Sénégal - Côte d’Ivoire à la 88e minute, lundi soir à Paris. La Fifa «analyse et réunit des informations concernant les incidents qui se sont produits pendant le match amical», lundi au stade Charléty, a indiqué hier l’instance suprême du football mondial dans un communiqué. «A partir du moment où le match ne s’est pas terminé à l’heure prévue, c’est tout à fait normal que la Fifa puisse avoir un œil sur ce qui s’est passé», ont expliqué à l’Afp les organisateurs de la rencontre. Les deux équipes étaient à égalité un but partout lorsque l’arbitre français Tony Chapron a arrêté la rencontre à la 88e minute, après l’envahissement de la pelouse par des supporteurs. La première période s’est déroulée sans accroc. Au retour des vestiaires, une bonne dizaine de supporteurs a foulé la pelouse, avec un service de sécurité débordé. L’appel au calme a d’abord été entendu, la seconde période démarrant avec une à deux minutes de retard. Sadio Mané a ouvert le score pour le Sénégal sur penalty (67e), puis Cyriac Gohi Bi a égalisé pour la Côte d’Ivoire à la 71e minute. Après cette égalisation, plusieurs dizaines de supporteurs sont descendus des tribunes pour rejoindre les joueurs ivoiriens, et M. Chapron a alors lancé un dernier avertissement: au prochain incident, la rencontre serait définitivement arrêtée. Insuffisant: alors qu’il restait moins de 180 secondes à jouer, les premiers fans ont une nouvelle fois échappé à la vigilance du service de sécurité pour s’aventurer sur la pelouse, poussant l’arbitre à interrompre le match. La pelouse a alors été prise d’assaut par plusieurs centaines de personnes, rendant compliqué le retour aux vestiaires des joueurs sénégalais et ivoiriens.

Après la rencontre, les organisateurs ont annulé la zone mixte et la conférence de presse d’après-match. «Le seul enseignement que l’on peut tirer de cela, c’est que les matches en région parisienne sont relativement compliqués à organiser pour des sélections aussi prestigieuses», ont regretté les organisateurs, également en charge des matches amicaux Guinée-Gabon au Havre, ou le match de la Côte d’Ivoire en Russie, déroulés sans problèmes.

AFP

Les « Lionceaux » juniors du Sénégal ont bouclé hier le Tournoi U20 des 4 Nations par une défaite (0 – 2) face à) l’Angleterre. Battus d’entrée (0 – 3) par la France hôte de cette épreuve préparatoire au Mondial juniors de mai et juin prochains en Corée du Sud, les joueurs du coach Joseph Koto s’étaient bien repris lors de leur deuxième sortie. Ils avaient, en effet, filé un beau 3 – 0 au Portugal. Mais hier, pour leur dernier match, ils se sont inclinés face aux jeunes Anglais. Au-delà du résultat, le coach sénégalais peut se féliciter d’avoir disputé 3 matches de haute facture face à des équipes également qualifiées pour le Mondial. Vice-champions d’Afrique pour la deuxième fois consécutive, les « Lionceaux » iront en Corée du Sud pour faire mieux qu’il y a deux ans lorsqu’ils avaient fini quatrièmes du Mondial en Nouvelle Zélande.

Les demi-finales de la Coupe du Sénégal de rugby ont livré leur verdict dimanche dernier. Les tenants du titre, les Panthères de Yoff, seront opposés en finale à S’En-Fout-le-Score. Victorieux en finale, l’année dernière, de Yeumbeul alors tenant du titre, les Yoffois mettent donc en jeu leur couronne. Ils auront en face S’En-Fout-le-Score contre qui les Panthères doivent élever le niveau pour se sortir d’affaire. Les deux protagonistes qui occupent les deux premières places au classement du championnat national à XV ont fait respecter la hiérarchie dimanche en dominant l’Asfa et Diambars. C’est par 34 à 18 que les Panthères (2ème avec 26 points) ont disposé des Militaires alors que les S’en-Foutistes (1er, 36 points) ont composté leur succès en s’imposant également largement face à Diambars par 34 à 12. Ainsi, en plus du titre de champion du Sénégal qu’elles convoitent toutes les deux, les adversaires de la finale ont une autre occasion de se frotter à nouveau. Ce week-end, elles effectuaient, en effet, leur entrée en matière après avoir été exemptées des 1er et 2ème tours qui concernaient les clubs les moins bien classés en championnat. Des étapes par lesquelles leurs adversaires sont passés, en particulier les quarts de finale. L’Asfa avait alors battu les Caïmans par 24 à 02 pour aller en demi-finales alors que Diambars avait eu recours à la prolongation pour se défaire de Yeumbeul sur la marque de 18 à 16 pour accéder au dernier carré.

Résultats des demi-finales : Diambars – S’en-Fout-le-Score 12-34 ; Asfa – Panthères Yoff 18-34.

Le récent champion d’Afrique des nations, le Cameroun, a été surpris par la Guinée 2 à 1 en match amical hier au stade Edmond-Matchens de Molenbeek (Bruxelles) en Belgique. Buts: Cameroun: Ekambi (31) Guinée : Camara Demba (21), Kamano (45)

A Nouakchott, Mauritanie bat Congo 2 à 1 Buts: Mauritanie: El Id (31), Soudani (50) Congo: Diarra (30 c.s.c.)
A Rabat, Gambie bat République Centrafricaine 2 à 1 Buts: Gambie : Barrow (45), Carayol (64) RCA : Mafouta (45+3 s.p.)
A Luxembourg : Luxembourg – Cap-Vert : 0 – 2 Buts : Buts : Cap Vert : Admilson (8), Tavares (23)
A Paris : France - Espagne 0 - 2 Buts : Espagne : Silva (68 s.p.), Deulofeu (78)

La Fifa a infligé quatre matches internationaux de suspension ferme à Lionel Messi, coupable d’avoir insulté un arbitre assistant lors du match contre le Chili, le 24 mars en qualifications du Mondial-2018 (zone Amsud). Cette sanction s’applique exclusivement aux matches internationaux, à commencer par la rencontre Bolivie - Argentine hier soir, et non aux matches de son club, le Fc Barcelone. Mais l’Argentine a décidé de faire appel.

AFP

Paris - Comme tout le monde, Aliou Cissé a regretté la tournure prise par le match entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire arrêté à trois minutes de la fin du temps réglementaire après que des supporters ivoiriens sont entrés sur le terrain pour manifester leur joie. L’entraîneur de l’équipe nationale pense que le football africain n’a pas besoin de ce genre d’actes qu’on qualifierait de hooliganisme. Dans un autre registre, il s’est dit globalement satisfait de la prestation de ses poulains.

« Coach votre réaction vu la tournure du match ?
On a eu la possibilité de pouvoir jouer en Europe dans un très bon stade où il y avait du monde. C’était la fête du football africain entre deux grandes nations du football. Que le match ait fini de cette manière c’est quand même regrettable, mais ce n’est pas la première fois qu’on assiste à une telle situation. Je ne comprends pas les raisons. Peut-être que le stade Charlety est difficile à gérer sur le plan de la sécurité et même pour la sécurité des joueurs. C’est quand même regrettable, le football africain n’a pas besoin de ça. Franchement, si nous voulons qu’on nous respecte, c’est à nous aussi de donner le bon exemple.

Et comment jugez-vous le contenu du match ?
Le contenu n’a pas été mauvais. Je crois qu’on a pu avoir pas mal d’opportunités. On aurait d’ailleurs pu avoir un ou deux penalty. On a même marqué un but qui, à mon avis, est valable. Je crois que notre fil conducteur est bon. Nous sommes dans une bonne dynamique depuis la Can. Maintenant ce que je regrette, ce sont ces erreurs individuelles qu’il faut éviter. Sur les deux matchs, il y en a eues et je crois qu’à l’avenir, il faut éviter cela. La satisfaction vient surtout du collectif. Je suis satisfait de la prestation des jeunes, d’Adama Mbengue, de Moussa Wagué, etc. Je crois que c’est une génération qui devrait normalement venir taper à la porte de l’équipe nationale.

Comment appréhendez-vous la suite ?
Il n’y a pas à appréhender quelque chose, nous avons de plus en plus des certitudes dans notre jeu. Nous sommes en train de mettre en place un football intéressant et je pense qu’on peut davantage marquer des buts par rapport aux situations et par rapport aux opportunités qu’on se crée. Nous savons que nous allons vers une échéance décisive, à savoir la double confrontation contre le Burkina Faso, et je crois que c’est un rendez-vous pas seulement pour l’équipe du Sénégal. C’est le rendez-vous pour tout le Sénégal et nous sommes tous concentrés dans l’espoir d’aller à la Coupe du monde. Nous voulons tous y aller parce que nous savons qu’en y allant, le football sénégalais peut avoir beaucoup de retombées positives. Ne pas y aller serait véritablement une grosse déception ».

Réalisé par Diégane SARR (envoyé spécial)

C’est peut-être tôt de tirer la sonnette d’alarme, mais dans certains clubs, l’heure est déjà grave. C’est le cas chez les ambitieux Académiciens de Diambars, en panne d’inspiration à mi-parcours, mais aussi à Ouakam et à St-Louis où l’Uso et la Linguère sont en alerte. Et si la situation est critique dans ces trois clubs, ce n’est pas le cas à Guédiawaye où le club local (le Gfc) a retrouvé le podium,malgré le divorce d’avec son ancien coach, Youssouf Dabo qui peine à prouver son expertise sur le banc du Stade de Mbour. 

Diambars en panne !
Qui n’avance pas, recule ! C’est le cas de Diambars qui perd du terrain dans la course au titre. Deux défaites consécutives après le virage, c’est le bilan alarmant des Académiciens de Saly Portudal. Après avoir cédé face au Diaraf (1-2) à Demba Diop, Diambars n’a pu rebondir à domicile dans le derby local contre Mbour PC. Des Pélicans mbourois qui, en fait, confirment leur redressement en cours. En effet, contrairement à Diambars, les Pélicans de Mbour PC ont réussi le plein de points, réalisant une bonne ascension. Ils sont désormais au milieu de la classe à la portée de Diambars, en panne. En revanche, Teungueth Fc qui était dans la même situation de détresse s’est bien relancé. Auteur du plein de points lors des deux dernières journées, le club de Rufisque est sur la bonne voie de redressement après une longue chute libre. L’opération de secours est donc en bonne voie. C’est le contraire à Ouakam et Gorée où rien ne va plus.

Alerte rouge à Ouakam et St-Louis !
Malgré le changement opéré sur son banc, le déclic tarde encore à l’Us Ouakam. Joseph Senghor a de la peine à faire oublier l’enfant du club, Al Ousseynou Sène, qui s’est cassé les dents comme coach du club Lébou. Certes le nouvel entraîneur des Ouakamois est parvenu à arrêter la saignée, mais il n’arrive pas à extirper le club du bourbier. Les clignotants sont encore au rouge vif. Le Ndiambour a aussi retrouvé son climat de doute après une courte période d’espoir. Ses voisins du Nord renouent aussi avec le doute. Comme à l’aller, la Linguère a engagé la phase retour avec deux défaites consécutives. Pire, l’équipe saint-louisienne a concédé 6 buts en deux matches. Après l’humiliation subie à domicile (2-4) contre Teungueth Fc, elle n’a pu se redresser (0-2) à Deni Birame Ndao face à Génération Foot. Inquiétant ! A ce rythme, ce sont les jours du technicien portugais Victor Salado qui sont comptés.

Youssouf Dabo se fait oublier à Guédiawaye
Il passait pourtant pour l’auteur des bonnes performances de Guédiawaye Fc. Mais au constat, c’est apparemment le contraire qui est en train de se produire. Poussé à la sortie après la Can 2017 pour une « absence non autorisée » d’après les autorités du club, après avoir pourtant réussi d’excellents résultats (4 victoires consécutives entre la 7e et 10e journée), l’ancien technicien du Gfc, désormais sur le banc du Stade de Mbour, a de la peine a confirmer avec son nouveau club. Pendant ce temps, son ancien club, le Gfc carbure sans lui. En attendant de connaître le sort de son match en moins (contre le Casa Sports), le club de la banlieue dakaroise occupe la 3e place du podium. Désormais à la hauteur du Diaraf, le Gfc peut prétendre à la place de dauphin. Tout comme le Casa Sports qui s’est aussitôt relevé de son premier faux-pas à domicile, il y a une semaine (0-1) au profit de Génération Foot qui a réussi à prendre sa revanche. A l’aller, le Casa avait, en effet, dompté les Grenats à domicile (2-1) lors de la 1ère journée en début novembre.

Ansoumana SAMBOU

Surprise par la Guinée puis malmenée par le Mali, l’équipe nationale masculine de basket du Sénégal n’avait pu battre que le Cap-Vert à Bamako lors de la première manche du tournoi de la Zone 2 qualificatif à l’Afrobasket « Congo 2017 ». Si bien qu’au moment d’aborder la seconde manche, vendredi dernier sur leur parquet de Marius Ndiaye, les « Lions » étaient bons derniers. Trois jours plus tard, ils ont fini tout en haut du classement des deux manches jumelées, grâce à leurs trois victoires en autant de sorties à Dakar. C’était à croire que l’air du pays a fait beaucoup de bien aux garçons du coach Dame Diouf. Et d’après le Dtn du basket sénégalais, Maguette Diop, plusieurs facteurs sont à la base de cette métamorphose. « D’abord au plan mental, il a fallu réarmer les joueurs qui étaient revenus psychologiquement diminués de l’expédition malienne. Il a fallu les gonfler à bloc », a-t-il noté.

« Ensuite, au niveau de l’effectif, l’apport des « cadres » a été déterminant », a-t-il ajouté. Selon Maguette Diop, en effet, « l’arrivée de Xane d’Almeida à la mène a offert beaucoup de possibilités avec notamment Lamine Sambe qui a évolué en 2 pour être beaucoup plus offensif ». En plus, le capitaine Malèye Ndoye « a stabilisé le jeu ». Et chez les intérieurs, « Moïse Diamé a été d’un apport extraordinaire ». Outre ces apports individuels, le Dtn du basket sénégalais a trouvé que « collectivement l’équipe de Dakar avait une meilleure assise que celle de Bamako ; Xane, Malèye et Lamine ont compris la façon de jouer de l’équipe et ont tiré le groupe vers le haut ». Last but not least, Maguette Diop a relevé le « précieux apport du public de Marius Ndiaye qui y a cru et qui a collé à son équipe de bout en bout ». Au sortir de ce tournoi en deux phases qui a qualifié le Sénégal, premier et le Mali, deuxième, Maguette Diop a cependant tenu à préciser que si c’était plus ou moins la bouteille à l’encre, chaque équipe pouvant battre chaque équipe, c’est parce qu’aucune n’a peut-être déplacé son meilleur effectif. « On ne peut objectivement pas juger le niveau des équipes à l’aune des rencontres de Bamako et de Dakar », a-t-il soutenu avec comme illustration le changement en bien opéré dans l’équipe du Sénégal en une semaine.

Or, même si elle s’en approche, ce n’était pas tout à fait la meilleure équipe sénégalaise du moment. Le Cap-Vert aussi a joué à Dakar sans l’un de ses meilleurs éléments à Bamako. C’est pourquoi il s’est félicité des nouvelles dispositions de Fiba – Afrique selon lesquelles de 2017 à 2021, « les équipes nationales disputeront régulièrement des matches à domicile et à l’extérieur afin de se qualifier pour la coupe du monde de basket Fiba 2019 et la Fiba Afrobasket Cup 2021 », comme l’on peut le lire sur un document rendu public par l’instance dirigeante du basket mondial. « Cela devrait changer beaucoup de choses, puisqu’il y aura des fenêtres ouvertes à tous les joueurs, sauf ceux évoluant en Nba, qui pourront être libérés », selon Maguette Diop qui ajoute même que la Fiba est en train de voir comment faire libérer les pensionnaires du championnat nord-américain de basket.

Pour l’heure, le Sénégal savoure sa qualification avec dans sa mire l’Afrobasket du mois d’août à Brazzaville. « Notre objectif sera la victoire finale », a clairement asséné le Dtn Diop. D’autant que cela fait 20 ans le sacre des « Lions » à Marius Ndiaye, que le Sénégal n’a plus décroché le titre en garçons. Pour cela, la Fsbb et le ministère des Sports vont travailler ensemble pour « avoir une très bonne préparation et pour disposer de notre meilleure équipe possible ».

Maguette Diop est convaincu que si ces deux préalables sont réunis, le Sénégal pourra retrouver le toit de l’Afrique. 4ème en Tunisie, il y a deux ans derrière le Nigeria, l’Angola et la Tunisie, le Sénégal a fixé à son coach espagnol Porfirio De Diego cette troisième étape à franchir. Car avant, il y avait le tournoi de qualification olympique (Tqo) disputé à Manille (Philippines), puis ce tournoi de la Zone 2. Il reste maintenant le gros lot. « Le tournoi final ne sera pas facile, mais nous avons les moyens de le remporter », a clamé haut et fort Maguette Diop.

B. K. N.

Ahmad, le nouveau président de la Caf a pris fonctions samedi dernier au siège de l’institution au Caire en Egypte. Et les premiers mouvements sont à signaler. Hicham El Amrani, secrétaire général de l’organisation depuis 8 ans, a remis sa démission dimanche au nouvel homme fort de la Caf. « Ces huit dernières années ont été merveilleuses, gratifiantes et me laisseront des souvenirs impérissables. La Caf fera toujours partie de mon cœur, et le football africain me sera pour toujours très cher », lit-on dans la note envoyée à toutes les associations membres. El Amrani, 37 ans, poursuit : « Je remercie vivement le président sortant M. Hayatou et son Comité exécutif pour le soutien et la confiance dont j’ai pu bénéficier, et je remercie infiniment l’ensemble de l’administration de la Caf. Sans mes collègues, aucune réalisation n’aurait pu voir le jour. Je suis fier d’eux, ils sont et resteront ma deuxième famille. J’en profite aussi pour souhaiter au président de la Caf M. Ahmad ainsi qu’aux nouveaux membres du Comité exécutif tout le succès pour le futur, avec l’espoir que le football africain continuera d’atteindre de nouveaux sommets ». La démission du Marocain a été acceptée par Ahmad, lequel a déjà confié l’intérim du Secrétariat général à l’Egyptien Essam Ahmed, « et ce jusqu’à nouvel ordre », indique le site officiel de la Caf.

Le coup d’envoi de la nouvelle saison de handball a été donné ce week-end. Une entame de saison marquée par la défaite concédée d’entrée par le champion sortant chez les hommes, l’Asfa. Pour leur part, les dames sont encore attendues car une seule des quatre rencontres de la journée a été disputée.

C’est une journée amputée pour le moment de trois rencontres chez les dames qui a donné le ton de la nouvelle saison de handball. En effet, le championnat national élite de la petite sphère débutait ce week-end avec une seule rencontre disputée chez les dames. Un match qui a eu pour cadre le Cdeps de Mbour où El Hadj Badiane a accueilli et battu le Diamono de Guédiawaye par 20 à 13.

Une belle victoire de l’équipe locale qui lui permet de prendre la tête du classement en attendant les trois autres rencontres. Et l’on suivra avec intérêt celle qui mettra aux prises les deux derniers champions du Sénégal: le Saltigué et Diisoo, sacrés respectivement en 2015 et 2016. Les deux autres matchs opposeront l’UGB au Duc à Saint-Louis d’une part et de l’autre, la Renaissance de Tivaouane au promu Kaolack.

Contrairement aux dames, les hommes étaient bien au rendez-vous de la première journée. Une demi-surprise a été observée au stadium Lat Dior de Thiès où le champion en titre a été dominé par l’équipe locale. En effet, comme lors de la finale de la Coupe nationale qui a opposé les deux formations en août dernier, l’Us Rail a battu l’Asfa sur la marque de 26 à 25. Les Militaires voient donc leurs principaux concurrents prendre un premier avantage sur eux.

En particulier les «Bleu et blanc» de la Jeanne d’Arc qui sont allés battre le Stade de Mbour par 32 à 21. La «Vieille Dame» désormais entrainée par Pape Ibnou Mouhamed Sarr affiche d’entrée ses ambitions de titre, cette saison. Comme la JA, l’Olympique de Diourbel s’est également imposé en déplacement ; l’équipe du Baol est rentrée victorieuse de son voyage à Dakar où elle a battu l’Us Gorée par 40 à 33. Ce qui en fait la meilleure attaque de ce début de saison. Le quatrième match de la journée n’a pas connu de vainqueur ; le Diaraf, promu cette saison et le Duc n’ont pas faire mieux que match nul (32-32).

Ousseynou POUYE

La 6e journée hippique de la saison a vécu le weekend dernier à l’hippodrome Tanor Anta Mbakhar de Rufisque. C’est en prélude au Grand prix de l’Assemblée nationale qui aura lieu dimanche prochain sur le même site rufisquois. Les amateurs se sont régalés de 5 courses dont 3 qui ont été âprement disputées et ont abouti à de brillantes victoires. Il s’agit tout d’abord de « Faydou » de Papis Niang écurie Thiouth basée à Sangalkam drivé par Mohamed Gadiaga qui s’est imposé dans le groupe 1. « Very Good » d’Oumar Bao Jr monté par Fallou Diop a, lui, dominé les poulains de 3 ans devant « Darou Salam » (Pda) une propriété d’Issa Gueye, « Adja Cheikh » et « Ousmane Masseck Ndiaye » appartenant à Me Souleyemane Ndené Ndiaye, ancien Premier ministre. La course du groupe 2 a été remportée par « Trêve » qui appartient à Moustapha Bao sous le drivage de Pape Gningue. Le galop du groupe 3 a clôturé la manifestation, c’est « Malene » monté par Ndené Cobar et appartenant à Moustapha Bao qui a laminé ses rivaux sur une distance de 2200m.

Par ailleurs, le président du Cng, Cheikh Tidiane Niang, lance un appel pressant aux turfistes et à tous ceux qui gravitent autour du cheval pour venir accueillir après-demain jeudi le président de la République M. Macky Sall qui va visiter le haras national implanté à Kébémer.

Résultats techniques
Pda 1er Darou Salam, 2e Adja Cheikh, 3e Ousmane Masseck Ndiaye, 4e Adja Diop
Poulains de 3 ans : 1er Very Good, 2e Miroir, 3e La Medina, 4e Acte de Noblesse
Groupe 1 : 1er Faydou, 2e Darou Khoudoss, 3e La Grande Royale, 4e Diane
Groupe 2 : Trêve, 2e Doumayene, 3e Tom, 4e Adja Thiouth
Groupe 3 : 1er Malene, 2e Mamie Ngone, 3e Nasroulah

Le stade Charlety, niché dans le 13e arrondissement de Paris, accueille aujourd’hui, à 18h Gmt, le match amical entre les « Lions » de la Téranga et les « Éléphants » de la Côte d’Ivoire. Quoiqu’amicale, cette rencontre, qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018 n’en présente pas moins un enjeu capital pour les deux équipes, qui ont besoin de se rassurer, en attendant les toutes prochaines échéances.

Paris - L’équipe du Sénégal affronte la Côte d’Ivoire, cet après-midi, à 18 heures au stade Charléty, dans le 13e arrondissement de Paris. Une rencontre amicale qui intervient quatre jours après celle qui opposait les « Lions » de la Téranga aux « Super Eagles » du Nigeria à Londres et qui a été sanctionnée par un nul 1 but partout. Ces deux matchs amicaux entrent dans le cadre de la préparation des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018 prévus respectivement au Cameroun et en Russie.

Après l’épisode gabonais qui s’est achevé en quarts de finale, sur un goût d’inachevé, à la suite de la défaite contre le Cameroun aux tirs aux buts, les « Lions » se savent très attendus par les supporters. Tenus en échec, jeudi, par les « Super Eagles », grands absents de la dernière Can, Sadio Mané et Cie auront à cœur de battre les « Éléphants » ce soir, afin de se rassurer en attendant le début des éliminatoires de la Can 2018, en juin à Dakar face à la Guinée équatoriale, et la suite des éliminatoires de la Coupe du monde notamment la double confrontation contre le Burkina Faso prévu en août prochain.

Privé de quelques joueurs de taille, jeudi, lors du match contre le Nigeria, pour cause de problème de visas d’entrée en Angleterre, le sélectionneur national du Sénégal, Aliou Cissé, peut, cette fois, compter avec la quasi-totalité de la troupe. Absents de la partie anglaise, Kara Modji, Babacar Khouma, Khadim Ndiaye et Baldé Diao Keita ont notamment rejoint la Tanière, au grand bonheur du coach qui aura, cette fois, l’embarras du choix dans la composition de son équipe. Toutefois, Cissé devra, en même temps, composer avec l’absence de Kalidou Koulibaly, le défenseur du Napoli, reparti dans son club italien aussitôt après le match amical contre le Nigeria. Les attaquants Mame Biram Diouf et Moussa Sow, l’auteur du but contre le Nigeria, vont aussi manquer la rencontre contre la Côte d’Ivoire pour cause de blessure. Vu l’enjeu de cette confrontation quoique amicale, il faudra s’attendre à une opposition forte entre Ivoiriens et Sénégalais. Éliminée dès le premier tour de la Can Gabon 2017, la Côte d’Ivoire, championne d’Afrique en 2015, veut vite retrouver son statut de grand d’Afrique. Telle est, d’ailleurs, la mission assignée au nouvel entraîneur belge, Marc Wilmots, qui prendra les rênes de l’équipe dès après ce match. Il sera, bien sûr, ce soir à Charléty, pour suivre ses joueurs qui seront coachés par l’intérimaire Ibrahim Kamara. Wilmots pourra après, prendre officiellement le relais du Français Michel Dussuyer limogé après l’élimination précoce du champion d’Afrique en titre à la Can Gabon 2017.

Après leur victoire vendredi (2 – 0) aux dépens de la Russie, Serey Dié et ses coéquipiers veulent enchaîner face aux rivaux sénégalais. Une deuxième victoire d’affilée leur ferait le plus grand bien après une Can catastrophique au Gabon dans la perspective des éliminatoires du Mondial 2018 et de la Can 2019 ; d’où l’importance de cette confrontation. L’équipe du Sénégal et celle de Côte d’Ivoire sont de vieilles connaissances pour s’être affrontées à plusieurs reprises. Un duel sous-régional qui promet d’être palpitant !

Cheikhou Kouyaté, capitaine des Lions : « C’est bien de jouer contre d’anciens champions d’Afrique »
« Nous sommes prêts pour affronter la Côte d’Ivoire et cela fait quelques jours que l’on travaille dans le cadre de la préparation de ce match. C’est bien d’affronter la Côte d’ivoire car cela nous permet de nous jauger. Cette équipe a été championne d’Afrique il y a deux ans et le Nigeria l’a été en 2013. Nous aussi nous voulons être champions, donc il faut les jouer. En plus, cela faisait longtemps que l’on ne les avait plus croisés. C’est un match amical, mais on veut gagner car même à l’entraînement, on joue pour gagner. Le groupe est moralement bien. Avant même de venir en regroupement, j’ai appelé presque tout le monde. Nous nous sommes parlés pour nous remobiliser. La Can est terminée et il y a de nouveaux objectifs qu’il faut atteindre. La Coupe du monde en est un et on veut y aller pour faire plaisir au peuple sénégalais. Tous les matchs qui vont arriver seront des finales. On fera tout pour les gagner. On a appris que l’arbitre contre l’Afrique du Sud a été suspendu. L’Afrique du Sud ne doit donc pas prendre les trois points. Ce match doit être rejoué au pire des cas. Mais on n’attend pas grand-chose.»

Diégane SARR (envoyé spécial)

Paris - En marge de la dernière séance d’entraînement des «Lions» hier, Aliou Cissé est revenu sur la préparation du match amical qui met aux prises, aujourd’hui, à 18h, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. S’il peut compter sur les arrivées de Diao Baldé Keita, Kara Mbodj, Khadim Ndiaye, Babacar Khouma, tous absents contre le Nigeria, le sélectionneur national devra, en revanche, composer avec les absences de Mame Birame Diouf, Pape Alioune Ndiaye, Ismaïla Sarr, Moussa Sow et Kalidou Koulibaly. Pour autant, il croit que le groupe est assez conséquent pour pouvoir s’en sortir face aux «Eléphants» de la Côte d’Ivoire.

Coach, pouvez-vous nous faire le point sur la préparation du match amical contre la Côte d’Ivoire ?
Ça se passe plutôt bien. Je crois qu’on a pu avoir un groupe assez conséquent mais au-delà, nous avons pu avoir trois séances d’entraînement depuis que nous sommes arrivés et ça nous a permis de mieux préparer cette rencontre face à la Côte d’Ivoire.

Cela veut dire que vous avez une idée du dispositif que vous comptez mettre en place ce soir.
On avait retenu un groupe de 26 joueurs pour les deux matches (contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire), mais il y a eu des blessés qui ne seront pas là. Pour Mame Birame Diouf, c’est un problème administratif, il n’a pas eu apparemment sa « green card » pour pouvoir voyager et entrer dans l’espace Schengen. Moussa Sow a été blessé lors du match contre le Nigeria ; de même que le jeune Ismaïla Sarr et Pape Alioune Ndiaye.

Mais le groupe est assez bon et je pense que nous avons ce qu’il nous faut pour bien aborder ce match contre la Côte d’Ivoire.
On a aussi appris que le défenseur central Kalidou Koulibaly est reparti dans son club de Naples aussitôt après le match contre le Nigeria…
Oui c’était prévu avant, il n’y a aucun problème. J’ai discuté avec son entraîneur et son directeur sportif. En réalité, on s’est mis d’accord entre le club et la sélection pour qu’il ne joue que le match contre le Nigeria et qu’aussitôt après, il retournerait à Naples. L’objectif aujourd’hui, c’est de trouver un consensus avec les clubs pour que les joueurs puissent évoluer dans de bonnes conditions et qu’ils ne rentrent pas en conflit avec leur employeur ; l’essentiel étant de faciliter leur retour dans la sélection. Je crois que la décision la plus intelligente était aussi de laisser partir les garçons et de faire jouer d’autres.

Jeudi, vous avez fait match nul contre le Nigeria, quelle note attribuez-vous à cette rencontre ?
C’est toujours intéressant, le Nigeria est un grand d’Afrique. C’est comme le Cameroun, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et d’autres pays. Ce genre de rencontre est très intéressant pour la préparation de l’équipe en vue des éliminatoires de la Coupe du monde et de la Can. Elle m’a permis de lancer des jeunes. Elle m’a permis de continuer à animer et à améliorer notre identité de jeu, notre projet de jeu et c’est important. Lors des matchs officiels, c’est toujours difficile de faire des essais, d’où l’intérêt de ces matchs amicaux qui permettent de faire bouger quelques postes et de voir d’autres garçons à l’œuvre. Et l’objectif de ces deux matchs contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire cet après-midi, c’est surtout cela.

C’est quoi la consigne contre la Côte d’Ivoire ?
Jouer, jouer, se concentrer surtout sur le jeu, au-delà du résultat. La consigne, c’est de continuer à améliorer notre identité de jeu, notre style de jeu, essayer d’être encore meilleurs sur les 50 dernières mètres adverses, être meilleurs sur les attaques placées mais surtout améliorer ce que nous savons faire, à savoir les attaques et contre-attaques. Contre la Côte d’Ivoire, on a la possibilité de revoir tout cela ; ce sera une répétition générale. Depuis la Can, on n’avait pas pas eu l’occasion de se retrouver et c’était important de se retrouver à travers ces deux matchs amicaux contre le Nigeria et la Côte d’Ivoire.

Les absences de Moussa Sow, Mame Birame Diouf, Ismaiïla Sarr tous des attaquants, ne vont-elles pas impacter négativement la prestation de l’équipe ?
Pas du tout ! Aujourd’hui, on a Sadio Mané, Babacar Khouma, Diao Baldé Keita, Opa Nguet, Famara Diedhiou, etc. On a quand même assez d’attaquants pour pallier les absences des joueurs que vous avez cités.

Certains de vos joueurs n’ont pas pu avoir des visas d’entrée en Angleterre pour jouer contre le Nigeria. Comment avez-vous pu gérer cette situation ?
Ça, c’est surtout un problème administratif. Vous savez, l’Angleterre n’est pas dans l’espace Schengen. Du coup, il faut un visa, il faut remplir une demande qui peut prendre une quinzaine voire une vingtaine de jours. Même le Nigeria qui est un pays anglophone n’a pu disposer que 18 joueurs sur une liste de 24 sélectionnés et nous nous faisions déjà plus de 20 joueurs. En fait, le plus important, c’est que malgré tout cela, on a pu jouer ce match. C’est vrai que j’aurais aimé avoir le groupe au complet, cela n’a pas été le cas mais pour autant, cela ne nous a pas trop handicapés. On a pu travailler dans de bonnes conditions ; on a pu mettre en place notre dispositif et cela s’est reflété sur le terrain.

L’élimination du Sénégal en quarts de finale à la Can avait quand même un peu affecté le moral de l’équipe. Vos joueurs se sont-ils définitivement remis de cette déception gabonaise ?
La Can est finie maintenant et le plus important aujourd’hui, ce sont les perspectives avec les éliminatoires du Mondial qui vont débuter au mois de juin et la suite des éliminatoires de la Can prévue au mois d’août. La Can est finie. Les garçons l’ont évacuée, ce sont des footballeurs professionnels et ils ont à cœur de continuer à travailler et je crois que c’est la seule chose qui compte.

Recueillis par Diégane SARR (Envoyé spécial)

Génération foot confirme, de plus en plus, ses ambitions pour le titre dès sa première expérience dans l’élite. C’est, en tout cas, le constat qui se dégage à mi-parcours de la saison. Renversant tout sur leur passage, les Grenats de Deni Birame Ndao sont non seulement devenus indomptables à domicile, mais sont en train de tuer tout suspense dans la course à la succession de l’Us Gorée au titre de champion. Le Diaraf, deuxième, est désormais largué à 6 longueurs. En fait, les poursuivants de Génération foot ont connu un weekend noir. Outre le Diaraf victime de la révolte de Teungueth Fc, Diambars a aussi laissé, à domicile, le dernier mot à Mbour PC dans le derby de la Petite Côte. Niary Tally n’a pu profiter de ces faux-pas pour se replacer dans la course. La faute à Guédiawaye Fc, l’une des grandes bénéficiaires de la journée, avec le Casa Sports qui est parti enfoncer le Ndiambour chez lui, à Louga. Au fond de la classe, pas grand-chose à noter. Les deux relégables, Us Ouakam et Us Gorée, n’ont pu mieux faire que le partage des points à l’issue d’un match qu’il fallait remporter absolument.

Les résultats : Teungueth Fc – Diaraf : 1-0; Diambars Fc – Mbour PC : 0-1 ; Génération Foot – Linguère : 2-0, NGB Niary Tally : 0- 1 ; Us Ouakam- Us Gorée : 0-0; Ndiambour – Casa Sports : 2-3 ; Stade de Mbour – Douanes : 0-0

En match comptant pour la 15e journée Ligue 1 disputé samedi au stade Fodé Wade, Mbour Petite Côte a surpris (1-0) Diambars. Mi-temps (0-1). Arbitres : Malang Diédhiou (Cra Dakar), assisté de Djibril Camara et d’El Hadji Malick Samba (duo Cra Rufisque). But : Ibou Sène Diouf (23e) pour Mbour PC. Avertissements : Moussa Wade (80e) pour Diambars ; Serigne Mbaye Mbengue (54e), Samba Samaké (62e) et Baye Assane Cisse (85e) pour Mbour PC.

Les équipes : Diambars : Ousmane Mané, Bilaly Diallo (Cheikh S Faye, 75e), Souleymane Diallo, Ariel Mendy, Elimane Omar Cissé (cap), Abdoulaye Fall, Pape Omar Guèye, Nestor Mendy (Ousseynou Niang, 46e), Ousseynou Ndiaye, Birahim Gaye (Moussa Wade, 78e), Amadou Macky Diop. Entraineur : Papa Boubacar Gadiaga.

Mbour PC : Baye Assane Cissé, Pape Alioune Diallo, Moussa Guèye, Pape Oumar Diallo, Samba Samaké, Ibou Sène Diouf, Marc Diédhiou, Christian Dione (Serigne Mbaye Mbengue, 36e), Moustapha Kassé, Abdou Diallo (Mouhamed Sène, 78e), Benoit Toupane (cap, Muhammed Conteh, 84e). Entraîneur : Badara Sarr.

Plus rien ne va pour Diambars qui a enchainé samedi une troisième défaite. Lors du quatrième derby de la Petite Côte, les « Académiciens » ont, une nouvelle fois, courbé l’échine face à une équipe de Mbour PC en pleine confiance après ses succès face à Gorée et à l’Uso. Le sort du match a été scellé à la 23e minute de la rencontre. Sur une passe en profondeur de Benoit Toupane, Ibou Sène Diouf réussit à prendre de vitesse la défense de Diambars et à tromper Ousmane Mané. La réaction ne s’est pas fait attendre. Abdoulaye Fall (32e), Birahim Gaye (50e), Ousseynou Niang (53e) auraient pu permettre à Diambars de recoller au score, mais le réalisme n’était pas au rendez-vous. Encore moins du côté de Benoit Toupane et d’Abdou Diallo qui ont manqué l’immanquable. À l’arrivée, c’est Mbour PC qui remporte le derby et réalise une excellente opération. Une belle confirmation, puisque Mpc n’a jamais perdu au stade Fodé Wade.

S.O.F

Madagascar est le premier qualifié pour les éliminatoires de la Can-2019 après sa victoire 3-2 hier contre Sao Tome lors du match retour du tour préliminaire, quatre jours après sa victoire 1-0 à l’aller chez son adversaire. Les Malgaches n’ont jamais tremblé et ils seront maintenant opposés au Sénégal, à la Guinée Équatoriale et au Soudan dans le Groupe A. Demain, les Comores et Djibouti, tous deux vainqueurs 2-0 à l’aller, se déplaceront respectivement à l’Ile Maurice et au Soudan du Sud pour tenter d’imiter Madagascar.

Demain : 12h00 Île Maurice – Comores ; 12h30 Soudan du Sud - Djibouti

Les « Lions » croyaient avoir fait le plus difficile lorsqu’à 6mn45 du buzzer final, Antoine Mendy d’un retentissant dunk leur permis de compter 10 points d’avance sur les « Aigles » du Mali (58 – 48). C’était le plus gros écart dans cette « finale » pour la première place. Et le stadium Marius Ndiaye explosa ! Mais la suite fut moins réjouissante. Entre pertes de balles et paniers ratés, les Sénégalais virent dans les minutes qui suivirent leur avance fondre comme beurre sous le chaud soleil de Bamako. Et même à quelques secondes de la fin du dernier quart-temps, les deux fautes tactiques concédées pour briser l’élan des Maliens furent de nul effet. Alors que le buzzer allait retentir pour la dernière fois, Mahamadou Dramé tenta un shoot à 3 points qui remit tout à plat. 65 partout ! Il fallait aller aux prolongations…

On cru que le moral des « Lions » était irrémédiablement atteint. Sous l’impulsion de Malèye Ndoye, le capitaine qui avait encore déclenché le premier missile longue portée, les Sénégalais avaient bien lancé le match. Mais les Maliens avaient du répondant et s’employaient à ne point lâcher leurs hôtes. Ils menaient même par moments et le Sénégal dut s’en remettre à la main chaude de Djibril Thiam qui alignait les tirs primés et permit à son équipe d’égaliser à la fin du premier quart-temps.16 – 16, c’était plutôt indigent pour un match entre ces deux ténors. Le deuxième quart-temps a été légèrement meilleur pour le Sénégal qui alla à la pause avec 5 points d’avance (36 – 31). A la reprise, ce fut même mano a mano (52 – 48 à la fin du troisième quart-temps). Et lors des 10 dernières minutes, quand le Sénégal porta sa marge à + 10, les Maliens eurent donc assez de ressources mentales pour recoller au score et imposer les prolongations.

Heureusement que lors de ce rab de 5 mn, les « Lions » revinrent plus forts et gérèrent mieux leurs possessions pour finalement s’imposer 79 – 72. Et terminer en tête du Tournoi sur l’ensemble des deux manches de Bamako et Dakar. Mais que ce fut dur…

Cinq de départ du Sénégal : Xane D’Almeida (11 pts), Antoine Mendy (3), Malèye Ndoye (8), Mamadou L. Sambe 17, Moïse Diamé (12). Entrants : El H. Ndiaye (1), Louis Adams (0), Djibril Thiam (25), Mamadou L. Diop (0), Abdoulaye Coulibaly (2),

B. K. N.

Ils ont dit….Ils ont dit...
Dame Diouf, coach du Sénégal: « Ils ont dignement défendu les couleurs nationales »
«Même si nous avons dominé tout le match, nous sommes quand même allés en prolongations pour arracher la qualification. Mais nous sommes restés solidaires et c’est cela qui a fait la différence. C’est une belle victoire ; l’essentiel était de gagner et de prendre la première place. Nous l’avons réussi par la grâce de Dieu. Il faut dire que les joueurs ont eu un bon esprit de solidarité et un tempérament de gagneur.

Ils sont à féliciter. Le Mali est une très bonne équipe qui joue bien au basket, il a aussi de grands joueurs. Mais il faut dire que le Sénégal avait une capacité de rotation beaucoup plus importante que la leur. Ils ont commis beaucoup de fautes qui les ont pénalisés. De notre côté, il nous fallait être patient pour venir à bout des Maliens. Mes joueurs ont dignement défendu les couleurs nationales et il faut les en féliciter. Maintenant, nous pensons à l’Afrobasket où nous devons mettre la meilleure équipe possible».

Malèye Ndoye, capitaine du Sénégal: « Nous avons su retrouver nos ressources »
«Nous avons su retrouver les ressources nécessaires pour nous imposer dans ce match. Cela n’a pas été facile et cela est normal car nous n’avons pas nos meilleurs joueurs. Mais à Dakar, nous avons amené la meilleure équipe possible, nous nous sommes battus et nous avons obtenu la qualification qui est le plus important».

Moïse Diamé: « La qualification a toujours été notre objectif »
«C’était difficile et nous le savions, mais tous ensemble nous avons pu faire des efforts et cela a payé. Nous sommes contents de cette victoire car nous partions de loin et au Mali, ça ne s’était pas bien passé. Mais là, nous avons montré un autre visage pour nous qualifier. La qualification a toujours été un objectif pour le Sénégal et nous allons essayer d’avoir la meilleure équipe possible».

Djibril Thiam: « Nous devions effacer ce qui s’est passé au Mali »
«Nous remercions Dieu par sa grâce, car nous nous sommes qualifiés. Ce qui s’est passé au Mali, nous devions l’effacer en montrant aux Sénégalais que nous étions à la hauteur. Je crois que nous avons réussi notre mission, en remportant tous nos trois matches. Contre le Mali, c’était un autre match et on se devait de montrer que le tournoi de Bamako était simplement un accident de parcours.

Recueillis par C. F. KEITA

Guinée-Cap Vert: 67-60 : Une victoire qui compte pour du beurre
Après deux défaites de rang dans ce tournoi qualificatif à l’Afrobasket 2017, la Guinée s’est finalement rebiffée pour remporter son dernier match. Hier à Marius Ndiaye, Cédric Mansaré et ses coéquipiers l’ont emporté devant Brito Denzel Clémente et ses équipiers sur le score de 67à 60 dans un match à rebondissements qui a tenu en haleine le public. Menés dès l’entame par 15 à 21, le Sily est revenu en force pour se diriger vers un succès mérité.

Aussi bien dans le 2ème quart temps que lors des 3e et 4e, les Guinéens n’ont rien lâché malgré l’étroitesse du score à chaque fin de partie. Hier, les Cap-verdiens ont perdu de leur basket puisque ni Brito encore moins Akanda ou Coronel ne purent se défaire de l’étau adverse. C’est vrai qu’ils ont réagi par moments aux coups de l’adversaire, mais sans plus car la Guinée sous la baguette de Mansaré maintenait toujours la cadence. Et malgré cette domination, les « Requins Bleus » réussissaient quelques coups sur les tirs primés avec notamment Da Rosa qui en a mis quatre sur onze.

Mais cela n’était pas suffisant pour renverser la vapeur car Yacouba Sylla s’y mettait aussi en plantant quelques banderilles au plus fort de la domination guinéenne. Au premier quart temps remporté par le Cap Vert (21-15), la Guinée répliquait au second (35-31) avant de doubler la mise au quart suivant (48-45) et boucler le tour par un 67-60 qui lui permettait enfin de décrocher une victoire à Dakar. Mais c’était insuffisant pour décrocher la qualification pour l’Afrobasket.

C. F. KEITA

Les résultats enregistrés
Samedi : Guinée-Mali : 43-64, Cap Vert-Sénégal : 66-76
Hier : Guinée-Cap Vert : 67-60, Sénégal-Mali : 79-72

L’équipe du Sénégal rencontre, lundi, au stade de Charléty, la Côte d’Ivoire en match amical préparatoire aux éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018. Un match attendu par les supporters des «Lions» basés en France ; même si certains d’entre eux ne se sont toujours pas remis de la désillusion née de l’élimination par le Cameroun en quarts de finale de la Can 2017.

Paris - L’élimination des «Lions», en quarts de finale, par le Cameroun à la Can «Gabon 2017» est encore fraîche dans les mémoires chez les Sénégalais de France. Près de deux mois après la fin de cette compétition, ces derniers n’ont pas toujours digéré la désillusion, tant l’espoir était immense. Si l’on en croit François Mendy, journaliste féru de sport, c’est ce qui explique, un peu, voire le manque de ferveur constaté chez le douzième « Gaïndé » en France, à 72h de la rencontre amicale entre le Sénégal et la Cote d’Ivoire prévue lundi au stade de Charléty à 20h. « Ce n’est pas que l’équipe soit mauvaise mais cette élimination est intervenue au pire moment et a un peu éteint l’ardeur de certains supporters. Tout le monde pensait que, cette fois serait la bonne ; d’autant que les grands d’Afrique notamment la Cote d’Ivoire et l’Egypte étaient mal en point, sans compter l’absence du Nigeria », explique-t-il.

En revanche, le journaliste se réjouit du fait que cette désillusion à la Can gabonaise n’a pas impacté négativement le mental des poulains de Aliou Cissé, comme redouté. Pour preuve, il cite le cas de Sadio Mané, qui « de retour en Angleterre et dans la foulée de son pénalty raté contre les «Lions indomptables», carbure avec Liverpool ». François Mendy estime que Cheikhou Kouyaté et sa bande ne vont pas tarder à redonner espoir aux supporters. Au-delà de la rencontre amicale contre les «Éléphants» de Côte d’Ivoire, il souligne que les «Lions» devront surtout répondre présent à l’occasion des éliminatoires de la Can 2019 et du Mondial 2018. L’ancien journaliste sportif au quotidien national Le Soleil pense que « nous avons la chance de pouvoir compter sur un bon coach qui a la hargne et l’envie de gagner ». Reste la chance, qui est, selon lui, la grande inconnue.

Pour Ousmane Coly, un travailleur du secteur immobilier, vivant en France, les poulains d’Aliou Cissé doivent remporter leur duel contre les «Éléphants», pour se remobiliser, après leur participation infructueuse à la Can 2017 et surtout la défaite concédée face aux « «Lions indomptables» du Cameroun.

A l’en croire, une belle performance lundi contre les poulains du nouvel entraîneur Marc Wilmots leur permettrait aussi de se réconcilier avec les supporters. C’est pourquoi, il estime que c’est un match à l’enjeu important pour l’équipe nationale du Sénégal. Ousmane Coly indique néanmoins que le secteur de la défense devra être amélioré, vu les flottements constatés lors de la Can, notamment contre le Cameroun. En définitive, il croit savoir que le Sénégal va battre la Côte d’Ivoire mais surtout se qualifier à la Can 2019 et au prochain Mondial prévu en 2018 en Russie. « Cette équipe a le potentiel pour aller très loin. Tout ce qu’il faut aux joueurs, c’est plus de solidarité, un peu plus d’agressivité, l’envie de gagner et de la détermination. Les joueurs doivent s’inspirer du Cameroun et mouiller davantage le maillot », insiste encore Ousmane Coly qui a promis de se rendre au stade Charléty pour apporter son soutien indéfectible à Sadio Mané et Cie.

De l’avis de Khadija Cissé, « tout le monde attend avec impatience ce match amical » opposant «Lions» de la Téranga et «Eléphants» de Côte d’Ivoire. Malgré l’élimination prématurée au Gabon, elle reste convaincue « qu’on a une bonne équipe et que c’est juste la chance qui nous a fait défaut ». Contrairement à certains, elle a tourné la page de cette Can et scrute de nouveau l’horizon avec espoir. « La prochaine fois sera la bonne », dit-elle soulignant que la qualification à la prochaine Can et au Mondial Russe est une évidence. Elle conseille, toutefois, au coach de garder l’ossature de l’équipe et de ne pas, tout le temps, chambouler le groupe pour ne pas toujours faire un éternel recommencement. Même sentiment chez cette ancienne athlète de l’Us Gorée qui préfère garder l’anonymat. Elle est d’avis que les Sénégalais sont pressés, or « il faut donner du temps à Aliou Cissé pour bâtir une équipe dans la cohésion et la complicité ». « On ne construit pas une équipe dans le court terme. «Gabon 2017» était la première Can d’Aliou Cissé, du coup, il ne fallait pas lui demander de gagner la Coupe », s’insurge-t-elle.

Pour tous, le match nul (1 – 1) décroché jeudi à Londres face au Nigeria est un pas important dans la bonne direction. Il faudra confirmer lundi contre la Côte d’Ivoire en attendant la première journée des éliminatoires du Mondial 2018, en juin à Dakar face à la Guinée équatoriale.

Diégane SARR (envoyé spécial)

Le programme de la journée : 
Aujourd’hui : A Demba Diop, 15h30 : Us Ouakam (14e, 11 pts) – Us Gorée (13e, 11 pts) ; 17h30 : NGB Niary Tally ( 3e, 23 pts) – Guédiawaye Fc (5e, 22 pts) ; A Deni Birame Ndao, 16h30 : Génération foot (1er , 28 pts) – Linguère (11e, 14 pts) ; A Amadou Barry, 17 h : Teungueth Fc (10e, 15 pts) – Diaraf (2e, 25 pts);
A Fodé Wade, 17 h : Diambars (4e, 22 pts) – Mbour PC (7e, 18 pts)
Demain : A Caroline Faye, 17 h 30 : Stade de Mbour (8e, 17 pts) – Douanes (9e, 16 pts) ; A Alboury Ndiaye, 17 h : Ndiambour (12e, 13 pts) – Casa Sports (6e, 21 pts)

La saison 2016-2017 de handball démarre ce week-end après le report d’une semaine de la date initiale, lié principalement à des problèmes administratifs. Pour cette entame, sept rencontres sont prévues (quatre en hommes et trois chez les dames) ; la quatrième en filles devant opposer la Renaissance de Tivaouane et le promu Kaolack a été remise à une date ultérieure. Les tenants du titre, l’Asfa en messieurs et le Diisoo Hc chez les dames, remettent donc en jeu leurs couronnes acquises au terme de l’exercice écoulé. Chez les dames, la première journée offre une affiche digne d’une finale de coupe avec cet après-midi au Jardin public de Rufisque, le duel entre les deux principaux prétendants au titre et vainqueurs des deux derniers championnats : le Saltigué local, champion 2015 qui accueille Diisoo, sacré l’an dernier. Derrière ces deux formations, le Dakar Université Club sera à l’affût. Et pour son entrée en matière, la formation sera en déplacement à Saint-Louis pour le face à face entre formations estudiantines contre l’Université Gaston Berger, promue cette année. L’autre rencontre opposera au Cdeps de Mbour, El Hadj Badiane et Diamono de Guédiawaye qui est attendu pour le rachat après une saison où il n’a pas répondu aux attentes placées en lui.

Chez les messieurs, les double-tenants du titre seront également en déplacement. Puisque les militaires de l’Asfa se rendent demain à Mbour où ils seront opposés à l’Us Rail, vainqueur de la Coupe nationale contre ce même vis-à-vis battu par 29 à 26. Une rencontre de la confirmation ou du rachat qui s’apparente également à une Supercoupe pour permettre aux deux adversaires de bien démarrer le championnat. Sur le même terrain, le Stade de Mbour accueille en première heure, la Jeanne d’Arc qui nourrit de grandes ambitions cette année avec plusieurs arrivées dont celle d’un nouvel entraîneur. Le Dakar Université Club en revanche, a perdu beaucoup de ses éléments à l’intersaison ; il fera face dès cet après-midi au Diaraf, promu cette année. Un adversaire contre lequel les Étudiants doivent bien démarrer pour se donner de la confiance. Même objectif sans doute pour l’Us Gorée qui fera face à l’Olympique de Diourbel au stade Iba Mar Diop.
Ousseynou POUYE

Programme 1ère journée
Dames : Aujourd’hui au Jardin public (Rufisque) à 16h30 : Saltigué – Diisoo ; dimanche 26 mars au stade Mawade Wade (Saint-Louis) à 16h30 : Ugb – Duc ; au Cdeps (Mbour) à 17h : El Hadj Badiane – Diamono ; Tivaouane – Kaolack (Reporté).
Hommes : Aujourd’hui à Iba Mar Diop à 16h30 : Us Gorée – Olympique Diourbel ; à 18h30 : Diaraf – Duc ; dimanche 26 mars au Cdeps (Mbour) à 15h30 : Stade de Mbour – Jeanne d’Arc ;
à 17h : Us Rail – Asfa.

La deuxième édition du tournoi international de judo de la Ville de Dakar prévu sur deux jours démarre aujourd’hui au stade Amadou Barry de Guédiéwaye. 86 participants de cinq nations sont attendus à ce tournoi dans 14 catégories, 7 en hommes et autant autres en femmes.

Au total, ils seront 86 participants issus du Sénégal, de la Mauritanie, du Maroc, de la Côte d’Ivoire et du Gabon à prendre part au tournoi international de judo de la Ville de Dakar prévu ce weekend au stade Amadou Barry de Guédiawaye. Le tirage au sort a été fait hier après-midi. A cette occasion, le président de la Fédération sénégalaise de judo et disciplines associées, Babacar Makhtar Wade, a fait comprendre qu’on a moins de combattants que l’année dernière. « On avait onze pays et cette année, on n’en a que six pays. Ça dépend de beaucoup de choses. La première chose, c’est que Dakar aura son Open qualificatif pour les jeux en novembre prochain. Et certains pays qui seront là à cette occasion n’ont pas jugé utile de faire le déplacement. La deuxième, c’est qu’aujourd’hui, au Sénégal comme dans beaucoup de pays africains, le problème des moyens se pose avec acuité. C’est la raison pour laquelle on n’a pas eu autant de combattants que l’année dernière » a-t-il explicité.

La président de la Fsjda, Babacar Makhtar Wade, a également précisé que cette compétition constitue la dernière ligne droite dans la préparation des combattants sénégalais pour les championnats d’Afrique qui sont prévus du 14 au 16 septembre à Madagascar. « Et c’est quasiment la dernière compétition avant ces championnats d’Afrique. Au sortir de cette compétition, sauf erreur de ma part, la sélection définitive sera faite et l’équipe va entrer en regroupement à partir de mercredi. 2017 sera l’année de toutes les exceptions tant chez les hommes que les femmes. Sans excès de prétention, inchAllah le Sénégal montera sur les plus hautes marques du podium continental. On a le niveau africain », a-t-il assuré. Il attend tout de même pour ce tournoi, « une organisation parfaite. C’est un tournoi international et les récompenses, ce sont des médailles et des diplômes », a-t-il informé.

Amadou DIOP

Pour les catégories femmes : - 48 kg : 6 Sénégalaises et 1 Mauritanienne ; - 52 kg : 2 Sénégalaises et 1 Ivoirienne ; - 57 kg : 1 Ivoirienne et 2 Sénégalaises ; - 63 kg : 2 Sénégalaises ; - 70 kg : 3 Sénégalaises ; - 78 kg : 1 Mauritanienne et 2 Sénégalaises ; + 78 kg : 1 Sénégalaise

Chez les hommes : - 60 kg : 15 Sénégalais et 1 Ivoirien ; - 66 kg : 2 Gabonais, 1 Marocain, 1 Mauritanien et 15 Sénégalais ; - 73 kg : 2 Mauritaniens et 8 Sénégalais ; - 81 kg : 7 Sénégalais, 1 Ivoirien et 1 Mauritanien ; - 90 kg : 5 Sénégalais ; - 100 kg : 1 Ivoirien et 4 Sénégalais ; + 100 kg : 1 Marocain et 2 Sénégalais

Quarante-neuf chevaux répartis en cinq groupes rivaliseront d’ardeur demain pour la conquête du titre dans leurs catégories respectives. Ce sera à l’hippodrome Tanar Anta Mbakhar de Rufisque en prélude du Grand prix de l’Assemblée nationale prévu le dimanche suivant sur la même piste. Dix-huit poulains de 2 ans seront en lice et évolueront sur 1200m, c’est cette même petite catégorie qui disputera le Grand prix de l’Assemblée nationale le 02 avril prochain.

Les partants : 18 pda (1200m) : Monsieur, Adji Sene Ndao, Adji Diop, Ousmane Masseck Ndiaye, Aicha, Lat Dior Diop, Taif, Amine, Tempête, Ramadan, Darou Salam, Khady Fall, Khake Bi, Petit Ousmane, MLiss Khadija, Adja Cheilkh, Bysance, Maydane - 9 poulains de 3 ans (1650m) : Medina, Anna Fall, Very Good, Acte de Noblesse, Mirwax, Oprah Winfrey, Amina, Sire, Darou Khoudoss -

4 chevaux du Groupe 1 (2200m) : Darou Khoudoss, Faydou, La Grande Royale, Diané - 8 partants du groupe 2 (2200m) : Adja Thiouth 2, Masath Wakhla, Doulayene, Trêve, Balkhisse, Tom, Le Maire, Decka - 10 chevaux du groupe (2200m) : Mbacol, Arif, Nasroulah, Mbar Ngoné, Barakatou, Niody, Bebe Khady, Samuel, Maleen

E.H Yamar DIOP

La dernière ligne droite des qualifications à l’Afrobasket 2017 débute cet après-midi au stadium Marius Ndiaye. Après la première manche de Bamako, les 4 équipes de la Zone 2 se retrouvent à Dakar pour 3 jours pour la manche décisive. Le Mali qui avait dominé les débats à domicile ouvre le bal avec le Cap Vert (16h30) dans un duel sulfureux. Sénégalais et Guinéens suivront à 19 h. Une belle occasion pour les « Lions » de prendre leur revanche sur un adversaire qui les avait battus à Bamako (55 - 68) et avait anéanti leurs chances dans la course à la qualification. Le Sénégal, dernier de la première phase, devra sortir le grand jeu pour mieux démarrer cette compétition. Cette fois-ci, plus d’excuses et le moindre faux pas risque de coûter la qualification.

Les Lions poussés à la victoire
A quelques heures du coup d’envoi des matches de la phase retour du tournoi de la Zone 2 qualificatif à l’Afrobasket 2017, les « Lions » du Sénégal ont reçu les conseils et les encouragements des autorités sportives. Histoire de les pousser à la qualification qui semble si lointaine, mais qui est tout de même à portée de mains, selon les mots du président de la Fédération sénégalaise de basket, Me Babacar Ndiaye. Celui-ci recevait Ibrahima Ndao, directeur de cabinet du ministre des Sports, venu rendre visite à Malèye Ndoye et ses camarades dans leur hôtel au centre de Dakar. En tout cas, le groupe s’est dit décidé à franchir le gros obstacle qui se dresse devant lui.

C’est pourquoi le président de la fédération, Me Babacar Ndiaye, a souligné que le temps des paroles est dépassé et qu’il faut maintenant agir pour se qualifier. « Toutes les dispositions ont été prises par l’État, les primes de la phase aller ont été payées, celles de la phase retour sont déjà entre mes mains. La balle est dans notre camp maintenant et ce serait une catastrophe si on ne se qualifiait pas au prochain Afrobasket. Et j’espère que si tout le monde s’y met, on y arrivera », a-t-il dit.

Pour le capitaine d’équipe Malèye Ndoye, l’objectif c’est la qualification et rien d’autre. « Nous demandons simplement au public de nous soutenir à fond car nous sommes prêts à aller à la guerre pour défendre les couleurs nationales. Ce ne sera pas facile, nous le savons, mais nous ferons pour nous qualifier pour l’Afrobasket », a-t-il promis.

Des paroles qui ont rassuré le directeur de cabinet du ministre des Sports selon qui le tournoi de Dakar revêt une importance particulière. « Car il s’agit de qualification et on ne comprendrait pas que le Sénégal ne puisse se qualifier sur ses terres. Les résultats de Bamako, tout le monde le sait, ne reflètent pas le niveau du basket sénégalais. Donc montrez votre véritable visage », a-t-il lancé à l’endroit des « Lions ». Selon Ibrahima Ndao, l’équipe du Sénégal a les moyens, les qualités et l’expertise pour se qualifier ; elle ne doit donc pas s’en priver.

Rappelons qu’à l’issue de la première phase de ce tournoi qualificatif à l’Afrobasket «Congo 2017», disputée la semaine dernière à Bamako, les «Lions» avaient terminé avec une peu honorable quatrième et dernière place. Ils avaient bien débuté la compétition en venant à bout du Cap-Vert avant de s’effondrer littéralement pour perdre devant la Guinée et surtout, de plus de 40 points face au Mali. Et comme seules les deux équipes qui auront terminé les deux manches de Bamako et de Dakar aux deux premières places seront qualifiées à la phase finale, on comprend la tâche qui attend les «Lions».

Dame Diouf, coach des « Lions » : « Tous les réglages ont été apportés »
Dans la Tanière, encadrement technique et joueurs, sont conscients de ce qui les attend durant ces trois jours de compétition: gagner tous les trois matches et se qualifier. Le nouveau coach, Dame Diouf, qui a pris l’équipe en mains après la débâcle de Bamako, a déclaré que l’équipe est prête car tous les réglages ont été apportés aux plans technique, physique et mental. A ce sujet, il a souligné que le premier match est primordial car il faut le gagner pour bien entrer dans la compétition. « C’est un stimulant, donc il faudra bien l’aborder et bien entrer dans le match ». Rassuré par la présence des expatriés qui devraient former une osmose avec les locaux, le technicien sénégalais a estimé que cela apportera beaucoup dans l’état d’esprit du groupe.

Pape Abdou Badji dit Alcess (pivot) : « Nous sommes prêts à entamer ce tournoi. »
La situation née du parcours de Bamako ne plaide guère en faveur du Sénégal, mais Pape Abdou Badji dit Alcess le pivot de l’équipe nationale, reste optimiste. « Nous avons tout arrangé dans la préparation pour être prêt à entamer ce tournoi. Mais l’objectif sera toujours la qualification et nous sommes prêts à aller chercher les trois victoires et qualifier le Sénégal à l’Afrobasket ».

Abdoulaye Coulibaly (pivot): « Il faudra rectifier »
Le pivot de l’Asfa rappelé dans le groupe pour la phase retour estime quant à lui que rien ne sera laissé au hasard et qu’il va falloir jouer serré et remporter tous les matches. « Nous n’avions gagné qu’un seul match au Mali et il faudra rectifier cela. C’est vrai que c’est un défi, mais nous ferons tout pour le relever avec succès car la qualification sera au bout », a soutenu Abdoulaye Coulibaly.

C.F KEITA

Liste des 12 joueurs retenus pour la manche retour :
1-Louis Adams, 2-Lamine Sambe, 3-Xane D’Almeida, 4-Maléye Ndoye, 5-Moise Diamé, 6- Mouhamadou Lamine Diop, 7- Abdoul Bâ, 8- Pape Abdou Badji, 9- Abdoulaye Coulibaly, 10- Antoine Mendy, 11- El hadji Malick Ndiaye, 12- Djibril Thiam

Programme retour (tous les matches au stadium Marius Ndiaye)
Aujourd’hui : Mali / Cap-Vert 16h30 ; Sénégal / Guinée 19h
Demain : Guinée / Mali 16h30 ; Cap-Vert / Sénégal 19h
Dimanche : Guinée / Cap-vert 16h30, Sénégal / Mali19h

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.