sources vecto FR 5 page 001

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (3332)

Sport

Les Etats-Unis se sont imposés contre le Sénégal ce jeudi, lors de la deuxième journée du Mondial U20, pour prendre la tête du groupe F.

Victorieux de l’Arabie Saoudite pour son entrée en lice au Mondial U20, le Sénégal a chuté, ce jeudi, contre les Etats-Unis. Joshua Sergent (17 ans), déjà auteur d’un doublé lors du premier match des Américains contre l’Equateur (3-3), a inscrit le seul but du match (34e), alors que Ibrahima Niane manquait l’égalisation dans les derniers instants du match sur un coup de tête. Alors qu’il avait l’occasion de valider son billet pour les 8es de finale, le Sénégal s’est incliné 1-0 face aux Etats-Unis.

La qualification se jouera lors de la dernière journée dimanche. Ce succès permet aux Etats-Unis de s’emparer de la tête du classement avec un point d’avance sur les poulains de Joseph Koto, rejoints également par l’Arabie Saoudite qui a battu l’Equateur un peu plus tôt (2-1). Un nul, face aux Sud-Américains, devrait néanmoins suffire aux Sénégalais pour se qualifier lors de la dernière journée dimanche à partir de 9h.

La Ligue sénégalaise de football professionnel tient à faire jouer le match retard, Casa Sports - Guédiawaye Fc. Et pour des raisons d’insécurité à Ziguinchor, la Lsfp a programmé ce match comptant pour la 6e journée du championnat de L1, en terrain neutre. Plus précisément au stade Lamine Guèye de Kaolack, le mercredi 31 mai prochain à 17 heures. Mais, ce match litigieux a de très faibles chances d’avoir lieu comme prévu par la Lsfp. En effet, les dirigeants du Casa Sports n’entendent pas revenir sur leur décision de tourner la page de ce match qu’ils considèrent comme gagné sur forfait. « Nous restons sur notre logique de ne pas jouer ce match. Pour nous, c’est un match gagné. Nous ne revenons pas sur notre position.

C’est un match que nous considérons comme déjà joué et gagné. Pour nous, il appartient au passé » avertit le président du club du Sud, Seydou Sané. Et même s’il reconnaît avoir bien reçu la convocation de la Ligue de football professionnel concernant ce match « retard », M. Sané annonce que son club n’effectuera pas le déplacement à Kaolack. Et dans son communiqué, le directeur exécutif, Amsatou Fall, invite les clubs convoqués à se présenter « 2 heures avant le coup d’envoi » qui sera précédé d’« 1 h 30 mn de la réunion technique ». Et pour suivre sa logique, le président du club de Ziguinchor dégage toutes responsabilités de son club concernant l’organisation des matches à domicile comme l’exigent les textes. En effet, d’après l’article 113 : « Les clubs hôtes sont chargés de la police du terrain et sont responsables des désordres qui pourraient résulter avant, pendant ou après le match du fait de l’attitude du public, des joueurs et des dirigeants ou de l’insuffisance de l’organisation ».

Le même article poursuit en précisant que « Les clubs visiteurs ou jouant sur terrain neutre sont responsables lorsque les désordres sont le fait de leurs joueurs, dirigeants ou supporters ». Dans tous les cas, la Ligue pro est appelée à prendre ses responsabilités dans ce dossier de l’organisation. Pour rappel, ce match initialement programmé le 14 décembre dernier a été reporté sur demande du Gfc pour cause de « panne d’avion militaire » qu’ils auraient loué pour convoyer l’équipe à Ziguinchor le jour du match. Après examen de la requête du Gfc, le bureau de la Lsfp a décidé de reporter le match. Mais, le Casa Sports qui ne trouve pas convaincants les arguments de la Ligue de football professionnel pour le report de ce match, n’entend pas le rejouer. Et ce malgré la tentative de négociation de la Lsfp pour « arrondir les angles ».

Ansoumana SAMBOU

La coordination des sports des Cours Sainte Marie de Hann, en relation avec la structure Tabanka International, a organisé, mercredi, la journée Jessie Owens sous le thème « La paix par la sport ». A l’occasion, les élèves ont concouru dans les épreuves de vitesse, de longueur et de relais avec comme leitmotiv : participer à l’effort de paix dans le monde.

Mettre le sport au service de la paix. C’est la prouesse réussie par les responsables des Cours Sainte Marie de Hann qui ont voulu ressusciter les olympiades de l’école à travers la journée Jesse Owens. Cette manifestation dédiée à l’ancien athlète qui fut le premier noir médaillé aux Jeux olympiques a connu un franc succès.

Selon M. Théophile Sambou, coordonateur des sports, « nous avons pensé relancer les olympiades et renouer avec la journée Jessie Owens. C’est une activité qui mérite un grand engouement car il y a plus d’une cinquantaine de nationalités qui y prend part. Nous avons choisi cet ancien athlète pour l’honorer et le donner en exemple à la jeunesse étant donné qu’il fut le premier noir quatre fois médaillé d’or aux Jeux olympiques ». Le responsable pédagogique d’éducation physique et sportive n’a pas manqué de remercier M. André Sonko, ancien ministre de la République et actuel directeur des Cours Sainte Marie de Hann qui a grandement participé à la relance de ces olympiades. « Nous voulons, par ces olympiades, développer la culture de paix, de santé et de développement. Le sport change les mentalités, change les comportements, réunit les peuples et sème la paix dans le monde », clame-t-il. Tous les espaces du terrain sont occupés. Si les uns s’affairaient à la longueur, d’autres, par contre, s’élançaient sur la piste d’athlétisme. Les athlètes en herbe ont, eux, rivalisé d’ardeur et de détermination durant plus de deux tours d’horloge dans le fair-play et la sportivité. Néanmoins, chaque course donnait lieu à de chaudes empoignades sous les cris nourris du public venu nombreux assister au spectacle. Chaque classe voulait rafler la mise de médailles ou de coupes en jeu. Pendant ce temps, à côté, les plus jeunes s’adonnaient au football ou au basket. Jean Louis Dacosta, président de Tabanka International reste, lui, convaincu que la relance des olympiades n’est pas une vaine affaire.

« C’est dans l’esprit des hommes que naissent les guerres et nous avons commencé à semer, dans l’esprit de ces enfants, la graine de la paix et il appartiendra à ces derniers de la perpétuer parce qu’ils sont l’avenir de demain ». Interpellé sur sa décision de sponsoriser l’évènement, le président de la structure Tabanka International estime l’avoir fait avec beaucoup d’amour sans hésiter car, dit-il, « nous sommes là pour la jeunesse, pour le sport et pour la culture ». Ce partenariat n’est qu’un premier pas, si l’on s’en tient aux propos de Jean Louis Dacosta, parce que, fait-il savoir, « nous avons l’ambition d’instaurer un fonds de solidarité pour nos illustres disparus. Ces valeurs de solidarité et d’entraide, également, nous devons les inculquer aux enfants ». Les Cours Sainte Marie de Hann ont, en tout cas, fini de poser un jalon important dans la sensibilisation en faveur de la paix dans le monde et au vu de ces épreuves très disputées, les prochaines éditions augurent déjà du bon. Un futur champion sortira peut-être de ses rangs. Qui sait ?

Mouhamadou Lamine DIOP
(stagiaire)

Un Sénégalais de plus dans les hautes sphères du sport africain ; l’information n’avait pas bien circulé dans les milieux du sport sénégalais, au point qu’elle est passée inaperçue aux yeux de certains. En effet, Me Ababacar Ngom, vice-président de la Fédération sénégalaise de judo, a été élu récemment et pour cinq ans, directeur de l’arbitrage de l’Union africaine de judo. Déjà arbitre mondial au niveau de la Fédération internationale de judo (Fij), Me Ngom voit ainsi sa carrière couronnée après plus de 20 ans dans ce corps, mais c’est aussi une récompense pour tout le corps arbitral sénégalais.

N’est-ce pas que Me Seydou Nourou Touré avait eu à occuper ce poste pendant de longues années avec tout le succès qui l’a accompagné avant de prendre sa retraite ? C’est donc un élève qu’il a eu à former qui occupera maintenant ce poste ; un élève qui aura beaucoup appris sous l’aile protectrice de feu Me Amara Dabo que d’aucuns n’hésitent pas à surnommer « le père du judo sénégalais ». C’est donc une nouvelle responsabilité sur les épaules de Me Ababacar Ngom qu’il s’évertuera à assumer avec toute la rigueur et le professionnalisme qu’on lui connaît sur le tatami. Un poste très stratégique qu’il aura à occuper aussi, compte tenu des tâches qui lui sont dévolues et parmi lesquelles l’application des règlements, le relèvement du niveau et de la qualité des compétitions entre autres. Un sacerdoce pour ce combattant qui a d’abord excellé sur le tatami en tant que pratiquant avant de changer de casquette sur les conseils de feu son Maître (Amara Dabo). Un nouveau directeur de l’arbitrage de l’Uaj qui a déjà eu à diriger deux sessions de formation en avril et mai (Madagascar et Egypte), et qui s’apprêtait d’ailleurs à s’envoler pour Yaoundé pour une autre session. « Ma préoccupation, c’est la formation des meilleurs arbitres pour les compétitions internationales car l’arbitrage contribue à relever le niveau des combats », a-t-il dit d’emblée. C’est pourquoi dès son élection, un plan d’action a été confectionné afin de rendre plus visible le travail des arbitres. Il s’agit, entre autres, d’organiser des stages de formation de haut niveau pour les arbitres africains, la création et l’établissement d’un ranking-list pour les arbitres africains, la sélection des arbitres classés pour officier dans les compétitions officielles de l’Uaj, la domiciliation en Afrique des opérations de recyclages, la création des formations régionales afin de réduire les coûts du transport aérien, l’organisation sur le continent des séminaires sur l’arbitrage pour la licence Fij/A, mondiale et olympique, réaliser un guide de l’arbitre africain et enfin développer le care system pour rendre le meilleur service aux athlètes.

Un vaste chantier auquel Me Ngom compte s’attaquer pour le début de son mandat olympique.

C. F. KEITA

L’Asc Ville de Dakar et le Duc disputeront la finale de la Coupe du Sénégal chez les Dames le 11 juin prochain au stadium Marius Ndiaye. Les deux équipes ont validé leur ticket pour jouer l’ultime tableau, à l’issue de la phase retour des demi-finales. Malgré sa victoire sur l’Asc Ville de Dakar 60-47, le Diaraf n’a pu se qualifier, en raison de sa lourde défaite à l’occasion de la manche aller avec un écart de 20 points en faveur des protégées de Moustapha Gaye. Quant au Duc, il a infligé une double défaite au Slbc battu par 61-55 à l’aller puis 61-55 au retour.

Même s’ils ont tous deux dû en passer par une séance de tirs au but, le Ghana, contre le Niger (0-0, 6-5 tab), et le tenant du titre malien, face à la Guinée (0-0, 2-0 tab) ont validé, mercredi, leur billet pour la finale de la Can 2017 des moins de 17 ans.

Les années se suivent et se ressemblent décidément pour le Mali. Comme en 2015, les Aiglonnets ont éliminé la Guinée en demi-finale de la Can 2017 des moins de 17 ans ce mercredi (0-0, 2-0 tab). Tenu en échec après 90 minutes, le tenant du titre a profité d’une séance de tirs au but particulièrement pauvre pour gagner le droit de défendre sa couronne en finale. Avec quatre Tab ratés, dont trois arrêts du gardien malien et héros du jour, Youssouf Koita, le Syli cadet a bien aidé son adversaire même si celui-ci a également manqué une tentative, sans conséquence.

En finale, les poulains de Jonas Komla défieront le Ghana. Epouvantails de la compétition, les Black Starlets ont eu toutes les peines du monde à se défaire du Niger dans leur demi-finale, devant eux aussi en recourir à l’épreuve des tirs au but (0-0, 6-5 tab). Coupables d’un gros manque de réalisme, les Ghanéens n’avaient pas été capables de trouver la faille pendant 90 minutes malgré leur puissance de frappe offensive.

De son côté, le Niger, qui a trouvé la barre sur coup-franc dans les dernières minutes, sort avec de gros regrets tant le Ghana n’était pas dans son assiette ce soir-là.
Mais le Mena et la Guinée se consoleront avec leur billet décroché pour le Mondial de la catégorie avec les deux finalistes.

La revanche, s’il en avait une, n’a finalement pas eu lieu. L’As Vita Club est tombé, mercredi, à domicile devant Mamelodi Sundowns en match comptant pour la 2e journée de la phase de groupes de la Ligue des champions de la Caf. Sous une pluie battante, les champions en titre ouvrent le score par Anthony Laffor avant de se faire égaliser par Sidibé. Mais au retour des vestiaires et fort de leur domination, les « Brésiliens » inscrivent deux autres buts par Yannick Zakri et Sibusiso Vilakazi. Une seconde défaite consécutive pour le club congolais qui a déjà besoin de rebondir dès sa prochaine sortie devant Saint George. Des Ethiopiens qui ont tenu en échec, mardi, les Tunisiens de l’Espérance sportive 0-0 à Addis-Abeba.
Belle opération pour deux autres clubs du Cosafa avec les victoires de Zanaco et Caps United respectivement 1-0 sur Wydad Athletic Club et 2-1 devant Usm Alger. Deux autres succès à l’extérieur ont été connus mardi avec Al Ahly dominateurs de Coton Sport 2-0 puis Etoile du Sahel tombeur de El Merreikh 2-1

Résultats
GROUPE A : Ferroviaro Beira 0-0 Al Hilal Omdurman, El Merreikh 1-2 Etoile du Sahel
GROUPE B : Al Ahli Tripoli 0-0 El Zamalek, Caps United 2-1 Usm Alger
GROUPE C : St. Georges 0-0 Espérance de Tunis, As Vita Club 1-3 Mamelodi Sundowns
GROUPE D : Coton Sport Garoua 0-2 Al Ahly Sc, Zanaco Fc 1-0 Wydad Casablanca

Revenu au score en fin de match, le TP Mazembe a lâché ses premiers points en phase de groupes de la Coupe de la Caf ce mercredi contre Horoya (1-1), à l’occasion de la 2e journée. Le Tpm a au moins évité la défaite, à l’inverse du Fus Rabat, battu 1-0 par Rivers United et rejoint au classement. Idéalement entré en phase de groupes de la Coupe de la Caf il y a dix jours en dominant Mounana 2-0, le TP Mazembe a eu plus de mal ce mercredi en Guinée contre Horoya (1-1) à l’occasion de la 2e journée. Avec ce score de parité, le Tpm rejoint SuperSport United, son prochain adversaire, en tête du groupe D.

Deux groupes à égalité parfaite
Même s’il aurait peut-être mérité le nul lui aussi, le Fus Rabat a eu moins de chance dans la poule A. Après sa victoire de la première journée, le club marocain s’est incliné au Nigeria contre Rivers United (1-0). Du coup, les quatre équipes du groupe ont la particularité d’afficher chacune trois points au compteur après deux matchs puisque Kcca a également surpris le Club africain la veille (2-1). Cas de figure similaire dans la poule D où Smouha et Hilal Obeid ont décroché leurs premiers points pour rejoindre Zesco et le Recrativo Libolo.

Les résultats
Groupe A : Rivers United 1-0 Fus Rabat, Kcca-Club Africain 2-1
Groupe B : Mbabane Swallows-Platiniums Stars 4-2,
Mc Alger-Cs Sfaxien 2-1
Groupe C : Smouha-Libolo 2-0, Hilal Obeid-Zesco 1-0
Groupe D : Horoya-TP Mazembe 1-1, Mounana-SuperSport United 3-5

Face à la tristesse et l’effroi, Manchester United n’a peut-être jamais aussi bien porté son nom : le club mancunien, uni comme jamais avec ses fans et une ville meurtrie par un attentat suicide, a remporté la finale de l’Europa League contre l’Ajax Amsterdam (2-0), mercredi avec le sentiment du devoir accompli. Le succès de la C3, second trophée remporté cette saison par le coach portugais après la Coupe de la Ligue anglais, lui permet de se qualifier pour la prestigieuse et lucrative C1 la saison prochaine. Avec cette première victoire dans la compétition, le club anglais devient le 5e club, après la Juventus Turin, le Bayern Munich, Chelsea et ... l’Ajax Amsterdam, à avoir remporté tous les trophées européens de l’UEFA : à savoir la Ligue des champions (C1), l’Europa League (C3) et la défunte Coupe des vainqueurs de coupes (C2). L’histoire retiendra que c’est Paul Pogba, recruté à prix d’or cet été pour 105 M EUR et tête de gondole de la volonté de conquête du club mancunien, qui a ouvert la voie du succès. Impeccable dans l’entrejeu, le milieu français a profité de la déviation du défenseur Sanchez sur son tir puissant pour ouvrir le score dès la 18e minute. Dès le retour des vestiaires, Mkhitaryan a inscrit le but du break en étant à l’affût d’un ballon traînant dans la surface à la suite d’un corner (47e).

AFP 

L’enfant de Bambaly (région de Sédhiou) n’a pas fini avec les trophées. Bien que malade (blessure et opération au genou) depuis avril dernier, le sociétaire de Liverpool vient de se voir distinguer à nouveau.

Après avoir été élu meilleur joueur de l’année de son club et avoir figuré dans l’équipe-type de Premier League par le syndicat des joueurs professionnels anglais, Sadio Mané vient de recevoir le trophée de l’émission « Talents d’Afrique » de la télévision française Canal+. Un trophée qui récompense, chaque année, le meilleur footballeur africain de la saison.

En lice avec le gabonais Pierre-Emerick Aubameyang, tout nouveau meilleur buteur de la Bundesliga, l’ivoirien Jean Michaël Seri et l’égyptien Mohamed Salah, le sénégalais a finalement été plébiscité avec 58% des voix. Blessé dans un match du championnat anglais contre Everton en avril dernier, le meneur de jeu des « Lions » du Sénégal opère actuellement mais peu à peu son retour sur les terrains de jeu. Joueur insaisissable sur le terrain et virevoltant dans les gestes techniques, Sadio Mané n’a pas terminé le championnat anglais à cause de cette blessure qui l’a tenu éloigné des terrains.

Mais il n’en reste pas moins le meilleur buteur de son club (13 buts en 27 matches) ; buteur et passeur, le sociétaire de Liverpool s’est toujours montré impressionnant aussi bien en équipe nationale du Sénégal que dans son club où son absence s’est fait sentir, dès sa blessure au genou. Avec cette distinction de Canal + qui récompense les talents africains, c’est un trophée de plus qui vient orner sa bibliothèque déjà bien fournie.

C. F. KEITA

Initialement programmés puis reportés pour cause de finales de l’Uassu dans la région de Dakar, les matches des 32e de finale de la Coupe du Sénégal sont reprogrammés le weekend prochain. Mais, dès demain, l’Ajel de Rufisque reçoit Noyau Sc au stade Amadou Barry en milieu d’après-midi. Les autres matches sont programmés dimanche 28 mai prochain, le dernier match oppose Dakar Sacré à l’As Douanes est prévu le mercredi 31 mai au stade Alassane Djigo de Pikine.

Pour rappel, Mbour Pc avait créé la sensation en allant éliminer Génération Foot à domicile. Diambars, Teungueth Fc, Port, Étoile Lusitana, Dahra, As Pikine, Diamono Fatick, Mbour Pc, As Saloum, Ndiambour, Stade de Mbour, Rail, et Cambérène sont déjà qualifiés pour les 16e de finales.

A. Sambou

Programme
Jeudi 25 Mai 2017 - A Amadou Barry, 16h : Ajel – Noyau Sc
Dimanche 28 Mai - A Demba Diop, 15h30 : Us Gorée – Sofa, 17h30 : Yeggo – Renaissance Dakar
A Amadou Barry, 15h30 : Académie Darou Salam – Sonacos, 17h30 : Duc – Linguère
A Ngor, 16 h : Olympique de Ngor – Diaraf
Mercredi 31 mai - A Alassane Djigo, 16h : Dakar Sacré cœur - As Douanes

Ja et Avenir de Mbacké en N1

24 Mai 2017
422 times

L’accession en Nationa1 (D3) de la Jeanne d’Arc, a créé l’événement ce week-end. Mais, en plus de la Vieille Dame, l’Avenir de Mbacké a aussi acquis son billet pour évoluer, la saison prochaine, en National 1. Et pour les autres tickets encore en compétition, Thiossane de Khombole et Assur de Richard Toll sont en pôle position dans la poule B, alors que dans le groupe D, c’est Coton Sports de Tamba et Real de Marsassoum qui sont encore en course. Le verdict est attendu ce week-end. Au départ, 30 équipes réparties dans quatre poules étaient en course. A l’arrivée, les quatre premiers de groupe sont directement qualifiés pour la classe supérieure.

A. Sambou

La finale de l’Europa League mercredi à Stockholm (20h45) entre Manchester United et l’Ajax Amsterdam, qui s’annonçait comme une belle fête sportive, a pris une autre tonalité après l’attentat meurtrier qui a touché la ville mancunienne.

L’UEFA rassurante
L’Uefa, organe de tutelle de la compétition, s’est déclarée «sous le choc» après l’attentat, mais s’est voulue rassurante mardi à la veille de la finale à Stockholm. L’Union européenne du football assure avoir «pris en compte» le risque terroriste «depuis le début des préparatifs». Les joueurs d’United, qui ont tenu à faire une minute de silence dans leur centre d’entraînement ce mardi matin avant de s’envoler pour la Suède, devraient arborer un brassard noir sur le terrain mercredi soir. Fait rarissime, le club d’United a annulé sa conférence de presse de veille de match à Stockholm, prévue mardi soir. Cette remobilisation n’est pas anodine: la finale est lourde d’enjeux pour le club anglais, aussi bien sur le plan sportif que financier: le vainqueur de la C3 se qualifiera pour la prestigieuse et lucrative Ligue des champions la saison prochaine.

L’Ajax, 2e de son championnat, n’en aurait pas forcément besoin, puisque le club d’Amsterdam accédera par ce biais aux barrages de l’épreuve (dernier filtre avant les poules). Mais pour ManU, 6e de la Premier League, c’est la seule façon de disputer la Ligue des champions après une saison plus que moyenne. A Old Trafford, stade de Manchester United, les drapeaux du club ont été mis en ne. L’Ajax s’est également montré solidaire avec un message de soutien: «Depuis Amsterdam, nos pensées vont vers les victimes et leurs proches».

Ce match faisait rêver par son casting, avec plusieurs cracks de la planète foot. Comme Paul Pogba, devenu le joueur le plus cher du monde (105 M EUR) en passant de la Juventus à Manchester United cet été. Comme Kasper Dolberg, 19 ans, symbole de la jeunesse triomphante de l’Ajax Amsterdam. Mais depuis Stockholm, joueurs et spectateurs auront les pensées tournées vers Manchester.

Retrouvailles entre l’équipe du Plateau et celle de Pikine pour une finale à la rebelote. Vendredi, le stadium Marius Ndiaye devrait afficher complet pour ces retrouvailles entre les deux meilleures équipes de la saison d’handibasket. La première avait remporté tous ses matches en battant au passage la seconde ; cette dernière n’avait enregistré que cette seule défaite, mais a pu se retrouver en finale. Et comme l’année dernière, ces deux équipes s’étaient rencontrées en finale et Plateau l’avait emporté. Une double revanche attendue du côté des banlieusards. Mais Plateau l’entendra-t-elle de cette oreille ? Jalouse de sa suprématie, la formation du Plateau compte remettre ça encore. On verra bien vendredi, jour de la finale, à partir de 16h, au stadium Marius Ndiaye. En attendant, la fédération tient un point de presse ce matin afin de parler de l’organisation de ce rendez-vous final de la saison de handisport.

C. F. KEITA

Le sport scolaire sera dans tous ses états à partir de cet après-midi dans la région de Dakar jusqu’au samedi prochain. Les demi-finales de l’Union des associations sportives et universitaires (Uassu) seront disputées aujourd’hui, alors que les finales sont prévues samedi. L’organisation de ces compétitions s’inscrit dans la relance du sport scolaire.

Le sport scolaire sera dans tous ses états à partir de cet après-midi dans la région de Dakar jusqu’au samedi prochain. Les demi-finales de l’Union des associations sportives et universitaires (Uassu) seront disputées aujourd’hui, alors que les finales sont prévues samedi. L’organisation de ces compétitions s’inscrit dans la relance du sport scolaire. Le Comité régional de gestion et de relance du sport scolaire de Dakar a fait face à la presse, hier, pour faire le point sur les préparatifs des demi-finales et finales de l’Uassu prévues aujourd’hui et samedi. Les disciplines concernées sont le football, le basket-ball, le hand-ball, le volley-ball, le karaté, la lutte et la gymnastique. De même, tous les niveaux scolaires seront représentés. En effet, quatre équipes dans l’élémentaire, quatre équipes dans le cycle moyen et quatre autres équipes dans le cycle moyen secondaire seront en lice pour le sacre.

Le président dudit comité, Pape Ndour, a indiqué que les ministres des sports et de l’Éducation nationale, Matar Ba et Serigne Mbaye Thiam, assisteront aux finales, en plus du gouverneur de la région de Dakar. Il a ajouté que des trophées, des ballons et des jeux de maillots seront offerts aux meilleures équipes.

L’inspectrice régionale des Sports Khady Gaye Dione a rappelé que l’organisation de ces compétitions s’inscrit dans une volonté de redynamiser le sport scolaire qui, à l’en croire, a commencé à reprendre du poil de la bête depuis l’année dernière. Elle a, par ailleurs, souligné que la région de Dakar a enregistré, en 2016, 309 établissements affiliés à l’Uassu. Et cette tendance ne fait que se poursuivre puisque ce chiffre est passé à 520 cette année. Ce qui lui fait croire que la relance du sport scolaire est désormais bien en marche. Selon elle, le grand défi reste désormais l’érection d’une fédération en charge de ce sport.

Diégane Sarr

La saison automobile des 2L a été clôturée, dimanche, sur le circuit de Dakar-Baobab de Sindia, avec la victoire de Mamadou Niass dans la catégorie des Sprint 2L et du duo Jean et Jérémy Azar dans celle de Super Sprint 2L. père et fils n’avaient pas pu briller lors des dernières 6h de Dakar, mais ils se sont bien rattrapés dans cette dernière épreuve de la saison en ravissant la vedette à leurs adversaires. Dans le classement féminin, Abibatou Fall qui n’avait pas participé à l’ensemble des journées du championnat (3) s’est classée 2e derrière Sofia Azar qui s’impose ainsi. Organisée par le Club Automobile du Rail (Car), les pilotes ont tenu à rendre un hommage appuyé à leur défunt président Henri Diouf, décédé il y a quelques années. Pour cela, 22 pilotes avaient pris le départ en cette journée ensoleillée balayée par un léger vent. Une fin de saison réussie avec la mobilisation générale notée lors de cette dernière journée marquée aussi par la présence de la famille du défunt. L’homme le méritait bien pour avoir de son vivant beaucoup œuvré pour la visibilité de ce sport.

Classement Sprint 2 litres - 1er : Mamadou Niass et Francis Defreitas ; 2ème : Abdou Thiam et Mario Todino ; 3ème : Paul Libens et Raphaêl Van Der Straten.
Classement féminin - 1ère : Sofia Azar ; 2ème : Aby Fall.
Classement Super Sprint 2 litres (catégorie supérieure)
1er : Jean Azar, Jeremy Azar et Walid Ezzedine ; 2ème : Mbaye Kane Lô et Babacar «Babs» Faye.

C. F. KEITA

Rafael Nadal va débouler en trombe sur la terre battue de Roland-Garros (28 mai-11 juin) avec dans le viseur la «decima», le dixième titre, après une excellente préparation.

Trois trophées à Monte-Carlo, Barcelone et Madrid : c’est aussi bien que lors de ses grandes années. Certes, sa défaite contre l’Autrichien Dominic Thiem, en quarts-de-finale, à Rome, l’a empêchée de refaire le carton plein de 2010 dans les Masters 1000, mais elle n’a pas entamé son moral. «Gagner quatre tournois avant Roland-Garros, personne ne l’a jamais fait, en tous les cas pas moi. J’ai égalé mes meilleures performances avant d’arriver à Paris», a-t-il dit, hier, au journal El Español. En retrouvant sa chère terre battue, le Majorquin est tout naturellement monté en puissance après un début de saison sur dur plus qu’encourageant. A l’Open d’Australie, il a atteint sa première finale de Grand Chelem depuis près trois ans (et son neuvième succès à Paris). Il était passé près de son quinzième trophée majeur, menant d’un break dans la cinquième manche contre Roger Federer. Il a confirmé ce regain lors de la tournée nord-américaine sur dur avec une nouvelle finale à Miami, et une nouvelle défaite contre le Suisse. Nul doute que l’Espagnol aurait aimé que le champion helvétique soit à Roland-Garros pour avoir l’occasion de renverser la vapeur après avoir perdu quatre fois d’affilée contre lui ; ce qui n’était jamais arrivé en treize ans de rivalité. Le Majorquin, qui fêtera ses 31 ans pendant le tournoi, le 3 juin, a profité de sa défaite prématurée à Rome pour passer quelques jours de plus chez lui, à Manacor, jouer un peu au golf et pêcher. Histoire de recharger les batteries avant son grand défi parisien.

AFP

La 4ème édition des Jeux de la Solidarité islamique s’est achevée ce lundi avec la cérémonie grandiose de clôture qui a mis fin aux festivités au Stade olympique de Bakou. Une manifestation qui marque la fin d’une compétition au terme de laquelle le pays hôte s’est taillé la part du lion dans la répartition des titres. Le Sénégal se classe pour sa part au 21ème rang sur 54 pays.

Bakou (Azerbaïdjan) : Bakou a fêté, hier, l’amitié et la solidarité entre les différentes nations musulmanes de la planète. C’était à l’occasion de la cérémonie de clôture des 4èmes Jeux de la Solidarité islamique tenue au stade olympique de la ville où les représentants des 54 pays participants s’étaient donné rendez-vous. Une cérémonie pour mettre fin à deux semaines de rencontres sportives mais aussi fraternelles comme voulue par les organisateurs à travers le thème : «La solidarité est notre force». Dans cet antre qui a accueilli également la cérémonie d’ouverture et les épreuves d’athlétisme, les organisateurs avec à leur tête, Mehriban Aliyeva, première vice-présidente de la République d’Azerbaïdjan et présidente du Comité d’organisation des Jeux, n’ont pas lésiné sur les moyens pour offrir un bon spectacle.

A la baguette une nouvelle fois, la multitude de volontaires qui ont assuré le spectacle avec la contribution des militaires de la Garde nationale du Service national de protection spéciale qui ont baissé le drapeau de la Fédération sportive de la solidarité islamique symbolisant la fin des jeux.

Avant cela, il y a eu la projection d’une vidéo invitant le monde entier à Istanbul qui accueillera les Jeux de la solidarité islamique en 2021. Un rendez-vous dans quatre ans pour lequel le secrétaire général de la Fédération sportive de la solidarité islamique, Faisal Abdulaziz Al Nassar, a remis le drapeau au ministre de la Jeunesse et des Sports de la République de Turquie, Kamuran Özden, représentant des Jeux de la solidarité islamique d’Istanbul 2021. Différents tableaux ont tenu le public en haleine après le défilé des délégations après une bonne organisation des différentes compétitions sur les 16 sites aménagés à cet effet.

Au classement général des médailles, le pays hôte a finalement conservé sa première place arrachée à la Turquie, trois jours plus tôt. L’Azerbaïdjan totale 162 médailles dont 75 titres devant la Turquie qui part de Bakou avec 195 podiums dont 71 médailles d’or. L’Iran complète le podium avec 39 titres pour 98 médailles. En Afrique, l’Algérie (6ème) avec 7 titres et 12 médailles d’argent est restée maîtresse jusqu’à la fin devant le Maroc (7ème, 7 or et 5 argent). L’Egypte complète le podium continental avec 6 titres pour un total de 18 médailles.

Pour rappel, plus de 3.000 athlètes venus de 54 pays, plus de 1.000 membres de staff et autant de délégués techniques étaient présents à ces Jeux, selon les organisateurs.
Ce qui constitue un record dans l’histoire des Jeux de la solidarité islamique.

Envoyé spécial Ousseynou POUYE

Redevenue réaliste à domicile, Génération Foot est en train de tresser sa couronne de roi de la saison. En revanche, l’Us Gorée, championne en titre, est sur le point de confirmer une logique qui s’est imposée en tradition depuis quelques années. Le titre est devenu une malédiction. Comme l’As Pikine, il y a deux ans, les Goréens sont en chute libre. Par ailleurs, en atomisant le Casa Sports samedi dernier (6-0), le Diaraf n’a pas effacé le record détenu par sa … victime, qui avait dynamité (7-0) Yakaar de Rufisque en 2010 en championnat.

Le leader renoue avec son réalisme à domicile
Le championnat se gagne à domicile. Et en empilant les points sur son terrain, Génération Foot est sur la voie du sacre. Après un arrêt imposé par Diambars à domicile (1-1) lors de la 19e journée, les Académiciens de Deni Biram Ndao ont renoué avec le succès sur leur terrain. Mieux, les Grenats ont réussi le plein de points lors des trois dernières journées.
 
Renforçant ainsi leur avantage au sommet de la classe, avec un avantage de 10 points sur leur dauphin, le Guédiawaye Fc, seule équipe qui peut encore les inquiéter dans la course au titre. Le Diaraf qui complète le podium n’a plus d’espoir pour le titre. Les Médinois sont à 12 points du leader, alors qu’il en reste autant en jeu lors des quatre dernières journées au programme. La probabilité est donc très faible, voire nulle pour que les Médinois coiffent au poteau le leader qui est désormais concentré sur le championnat pour sauver sa saison. Ecarté des deux autres challenges, Génération Foot est sur une voie royale. Avec deux matches à domicile au programme, dont le dernier contre le … Guédiawaye Fc, lors de la dernière journée, les Grenats sont proches du but.
 
Gorée et Ndiambour largués ?
C’est devenu une tradition depuis quelques saisons. Le champion sortant se bat toujours pour sauver sa place dans l’élite. Il y a deux saisons, l’As Pikine a chuté après avoir réussi le …doublé coupe du Sénégal – championnat.

La saison dernière, l’As Douanes a échappé de peu, après avoir dominé la précédente édition.
A cinq points du premier non relégable, les Insulaires ont peu de chances de survivre dans l’élite. Le Ndiambour file aussi du mauvais coton. Longtemps avant-dernier de la classe, les Lougatois sont contraints de ne plus laisser des points dans la dernière ligne droite. Pire, les deux relégables ont un reste de calendrier compliqué. Après leur confrontation directe lors de la prochaine journée, les deux clubs croisent de grosses pointures, dont le Diaraf et Niary Tally pour les Goréens, alors que les Lougatois feront un déplacement périlleux à Mbour contre Mbour PC. Mais le Ndiambour a l’avantage de recevoir deux de ses derniers adversaires à domicile. Il reçoit Niary Tally (24e journée) et l’As Douanes lors de la dernière journée.
 
Le Casa Sports détient le record
La correction infligée au Casa Sports par le Diaraf (6-0) a été certes lourde, mais ce n’est pas une première dans le championnat sénégalais. Il est certes vrai qu’une telle raclée est une première dans un choc du championnat, mais l’histoire renseigne qu’il y avait un score plus large que cet exploit du Diaraf.
 
Le Casa Sports qui a été dynamité samedi par le Diaraf lors de la 22e journée, avait fait mieux, il y a sept ans.
En effet, le club de Ziguinchor avait pulvérisé (7-0) Yakaar de Rufisque, en déplacement le 20 mars 2010, lors de la 5e journée. Deux journées auparavant, les mêmes Rufisquois avaient subi une première correction (0-6) devant le Diaraf, futur champion de cette deuxième édition du championnat professionnel. C’était précisément un 20 février, lors de la 3e journée.

Ansoumana SAMBOU

Le karaté sénégalais a un nouveau patron en la personne de Mohamed El Moctar Diop qui a succédé à Mamadou Sarr. Un retour aux sources ? Que non puisque cet ancien champion d’Afrique n’était jamais sorti de la famille du karaté du fait de sa casquette de président de l’Association des anciens internationaux de karaté. « Donc on contribuait pour le développement de cette discipline en accompagnant les internationaux et même la fédération. Maintenant que je suis élu président de la fédération, mes activités vont être décisives et de manière permanentes », a indiqué l’ancien élève de Me Alioune Badara Hanne dit Bada qui l’avait moulé sous son aile protectrice depuis le bas âge.

Plusieurs fois champion du Sénégal dans la catégorie des moins de 65 kg, El Moctar, comme on l’appelle familièrement dans le milieu du karaté a été aussi champion du Sénégal toutes catégories en 1994 et plusieurs fois champion du Sénégal par équipe avec son club le Do Rama de Me Alioune Badara Hanne dit Bada qui était le club phare du pays. Il a été aussi été deux fois champion d’Afrique et une fois médaillé de bronze aux Jeux africains du Caire plus des participations à trois championnats du monde. « Ma priorité, ce n’était pas le karaté car j’étais étudiant, ce que je ne regrette pas aujourd’hui et finalement, j’ai réussi à aller au Canada pour terminer mes études », a ajouté ce jeune homme timide à la limite qui a pu décrocher son doctorat en Mathématiques appliquées option Recherches opérationnelles à l’université de Cherbourg et aussi un master en Ingénierie financière à Hec Montréal. Actuellement directeur académique à l’institut Sup de Co de Dakar, El Moctar Diop va s’atteler maintenant aux grands chantiers du karaté sénégalais. Des enjeux, il en aura à gérer puisque le karaté est devenu maintenant une discipline olympique. « Il y a des exigences de participation à certaines compétitions. Donc ce qui va demander beaucoup plus de moyens encore. Donc je pense que des stratégies vont être mises en place pour aller chercher ces financements. Je sais que le ministère des Sports fait beaucoup d’efforts et il a un budget limité.

Donc on va solliciter le Cnoss, d’autres partenaires, d’autres bonnes volontés. De toutes les façons, au niveau du karaté, il y a beaucoup de responsables qui ont la possibilité d’accompagner financièrement le karaté. Nous irons discuter avec eux, les solliciter pour que nos combattants puissent participer à ces différentes compétitions », a-t-il indiqué. A commencer par les championnats d’Afrique qui se profilent à l’horizon et que le Cameroun va abriter. « Pour cette compétition, on se prépare, on ne sait jamais si on est prêt ou pas. Mais j’ai vu avec les combattants que l’état de forme est au top. Ils n’ont pas arrêté de s’entraîner car lorsqu’on parlait de campagne pour les élections, eux étaient en pleine préparation. On a fait les tests physiques le week-end passé et je pense que l’état de forme est là et le moral aussi est bon. Il reste juste les derniers réglages au niveau tactique, technique. Pour cela, on va compter sur Fodé Ndao qui va accompagner et coordonner toutes les équipes nationales. Au niveau international, c’est plus la stratégie qui permet de gagner. Car à technique égale, c’est la stratégie qui fera la différence. Dès la semaine prochaine, on va passer au regroupement interne pour apporter des réglages », a-t-il promis. 

Pour la participation aux Jo, le nouveau président de la fédération a souligné qu’il y a un système de qualification qui est défini sur la base d’un classement dans chaque catégorie au niveau mondial. « La fédération mondiale a défini un certain nombre de compétitions qu’on appelle les Open Premier Ligue et la participation à ces Open-là permet de gagner des points dépendant des résultats. Si on ne participe pas à ces Open, on nous enlève des points. Donc il y a environ 6 à 7 compétitions internationales auxquelles on doit participer, en plus des championnats du monde et d’Afrique et des tournois de la Zone 2 », déclare-t-il. Ce qui de prime abord rend le budget colossal. « Si on a les moyens, on doit pouvoir aller chercher des médailles. Il y a une stratégie de préparation qui nous permettra de fixer des objectifs à long terme parce que les Jo, c’est sur quatre ans ».

El Moctar Diop qui compte impliquer les anciens internationaux, a indiqué que dans tous les domaines de gestion il n’y aura pas d’exclusion. Dans ce cadre, il a promis que les expatriés seront sollicités sur les Open car là il s’agit de chercher des points pour le classement mondial. « Il y aura un suivi sur toute l’année afin de faciliter la sélection aux différentes compétitions. On a discuté de tout cela avec la Direction technique et Fodé Ndao ». Mais dores et déjà, il pourra toujours compter sur son employeur qui n’a jamais baissé les bras quand il s’agit d’aider les karatékas. Ababacar Sy, pour ne pas le nommer, a eu à sponsoriser beaucoup de compétitions, à soutenir beaucoup de combattants qui sont inscrits à l’école et même qui n’étaient pas inscrits directement au niveau des études, mais qui participaient au club de Sup de Co. Et tout dernièrement, pour les besoins de la préparation aux derniers Jeux africains, il avait pris en charge la préparation de quatre filles de l’école.

C F KEITA

Last modified on mardi, 23 mai 2017 15:32

Bien que neutralisée par Yeggo (2-2), la Sonacos tient toujours le premier billet de la montée dans l’élite. Les Huiliers comptent certes le même nombre de points (40) qu’Africa Promo Foot, leur dauphin, mais ils ont encore un match en moins. En revanche, l’As Pikine est en perte de vitesse. Les Pikinois ont perdu hier leur duel face à Dakar Sacré-Cœur (2-1). Outre Dakar Sacré-Cœur, le Port et l’Olympique de Ngor sont les deux autres grands bénéficiaires de la journée. Ces clubs ont respectivement dominé Bargueth de Kébémer et Cayor Foot sur le même score (1-0).

Les résultats
Duc – Renaissance de Dakar : 1-1, Africa Promo Foot – Ndar Guedj : 0-0, Bargueth – Port : 0-1, Cayor Foot – Olympique de Ngor : 0-1, Yeggo – Sonacos : 2-2, Diamono Fatick – Etics : 1-1, Dakar Sacré-Cœur – As Pikine : 2-1

Récent double champion au Tournoi de lutte africaine de la Cedeao de Dakar (Tolac), Reug Reug a encore fait parler de lui de fort belle manière. Le « fils » de Pape Kane a imposé sa loi au géant Jordan hier, au stadium Iba Mar Diop.

Reug Reug, le poulain d’Ameth Dème, poursuit sa folle ascension. Hier, le « fils » de Pape Kane a balayé le géant de Pikine, Jordan, au stadium Iba Mar Diop. Face à son adversaire qui inspire, pourtant, crainte et révérence de par le gabarit, Reug Reug, l’assurance toujours en bandoulière, a vite pris les choses en main. Fidèle à une stratégie bien huilée, il accule son antagoniste en mimant une fausse bagarre. Ce dernier tente de garder sa lucidité en ne cédant pas aux provocations du fougueux lutteur de Thiaroye. Après un premier échange de coups sans grand dommage, les deux protagonistes finissent par s’agripper. Alors que Jordan se veut prudent, le fils de Pape Kane tente des placages sans succès. Jordan résiste bien pour l’instant en annihilant toutes les offensives du pensionnaire de l’écurie Thiaroye Cap-Vert. Le premier round s’achemine ainsi sans vainqueur.

A la reprise, les deux lutteurs adoptent la même posture. Reug Reug, toujours offensif, opte pour un combat rapproché ; alors que son antagoniste reste attentiste, ne voulant pas être pris de court par la vitesse d’exécution, d’un athlète spécialiste des entrées en jambes rapides. Sauf que sa vigilance et ses garde-fous ne lui ont finalement pas tiré d’affaire. Profitant d’un moment d’inattention de son vis à vis, Reug Reug amorce une nouvelle attaque-éclair qui fera, cette fois, mouche. La chute du géant pikinois est sans bavures. Un coup dur pour Jordan qui rêvait de sceller son retour en force, après une longue traversée du désert.

Avec ce nouveau revers, c’est son avenir qui s’assombrit davantage. A l’inverse, Reug Reug continue de tisser sa toile lentement mais sûrement vers le sommet de l’arène. Il y a quelques mois, il avait déjà battu à plate couture Bébé Saloum. Grâce à cette victoire sur le gros morceau Jordan, il peut désormais défier les pensionnaires de l’antichambre des ténors voire certains néo « Vip » Gouye gui, Zoss, Boy Niang 2, Modou Anta, etc. Comme Gris 2 vainqueur de Pakala, avant-hier, le lutteur de l’écurie Thiaroye poursuit son invincibilité. Autant dire que ce n’est pas seulement en lutte simple qu’il se fait remarquer de fort belle manière. Reug Reug est aussi récent double champion en équipe et en individuel lors du dernier Tournoi de lutte de la Cedeao tenu à Dakar du 12 au 14 mai.

Diégane SARR

Les équipes du Ghana, de la Guinée, du Mali et du Niger représenteront l’Afrique en Coupe du monde des moins de 17 ans, en octobre en Inde. Elles se sont en effet qualifiées pour le Mondial U17 en atteignant les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations cadets, au Gabon. Le Niger va disputer pour la toute première fois la Coupe du monde des moins de 17 ans. Les Nigériens font, en effet, partie des quatre équipes qui représenteront l’Afrique en octobre prochain en Inde. Comme le Ghana et la Guinée dans le groupe A, et comme le Mali dans le groupe B, le Niger a validé son billet pour le Mondial U17 grâce à sa qualification pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 17 ans. Demi-finales Ghana-Niger et Mali-Guinée Les Nigériens ont battu les Tanzaniens 1-0, ce 21 mai à Port-Gentil, lors de la dernière journée de la phase de groupes. La Tanzanie était pourtant première de la poule B, avant le coup d’envoi du match.

Ce sont toutefois les Maliens qui finissent en tête, grâce à leur festival 6-1 face aux Angolais.
Au prochain tour, le 24 mai, les Aiglons défieront donc les Guinéens à Libreville, tandis que les Ghanéens joueront contre les cadets du « Mena national », à Port-Gentil.

La Centrafrique complète le tableau des pays qualifiés pour l’Afrobasket 2017. Le pays s’est adjugé le denier ticket qualificatif pour la compétition à l’issue du tournoi à 3 disputé le week-end écoulé à Bamako avec le Tchad et le Zimbabwe. Pour se qualifier, la Centrafrique a battu le Tchad 67-64 et termine sur un bilan de deux victoire contre 0 défaite. Le Zimbabwe repart avec 2 défaite et le Tchad fait 1-1.

Le tableau final du Fiba AfroBasket 2017 comprend ainsi le Nigeria (champion en titre), l’Angola, le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, la République démocratique du Congo, l’Égypte, l’Ouganda, le Mozambique, l’Afrique du Sud, la Guinée, le Rwanda et la République centrafricaine.

Ancien international juniors français, le défenseur latéral des Girondins de Bordeaux Youssouf Sabaly n’écarte pas la possibilité de jouer pour le Sénégal à l’avenir. Inscrit sur une liste élargie d’une quarantaine de joueurs suivis par le staff des Bleus, le défenseur latéral bordelais Youssouf Sabaly évoque la question de son avenir international. « Je ne sais pas car c’est vrai que j’ai la double nationalité. C’est possible que j’aille avec le Sénégal », indique Youssouf Sabaly, interrogé par Foot-Express. Le joueur prêté aux Girondins confirme par ailleurs que le sélectionneur des Lions de la Teranga, Aliou Cissé, s’est renseigné à son sujet, avant de conclure : « On verra bien ! »

CanGabon90x700ok


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.