banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (2967)

Sport

Les « Lionceaux » ont raté hier leur entrée en matière dans le Tournoi des 4 Nations initié par la Fédération française de football et organisé par la Ligue de Bretagne et les districts des Côtes-d’Armor et d’Ille-et-Vilaine. Les Koto Boys ont été laminés par la France 3 buts à 0 à Saint-Malo.

Les vice-champions d’Afrique n’ont donc pas fait le poids face aux champions d’Europe, mais auront l’occasion de se racheter demain samedi pour leur deuxième match face au Portugal, avant de boucler la boucle mardi prochain contre l’Angleterre.

Signalons que ce tournoi sert de préparation à ces quatre équipes toutes qualifiées au Mondial des U 20 prévu en mai et juin en Corée du Sud.

Face à la presse hier, le président délégué de Dakar Sacré-Cœur, Mathieu Chupin, s’est dit satisfait du partenariat qui lie désormais son club et l’Olympique lyonnais. « Un partenariat qui avance et dont on voit déjà les perspectives », a-t-il souligné ajoutant que l’OL est le deuxième plus grand club formateur au monde, derrière le Fc Barcelone. Il a rappelé que l’objectif de ce partenariat est de bâtir un club qui va se positionner au plan national puis à l’échelle internationale. « Nous voulons bâtir dans 10, 15 ans, un club qui deviendra une institution », a-t-il laissé entendre. Il a aussi expliqué que le partenariat entre les deux parties va au-delà de l’aspect strictement sportif. Selon lui, le club français s’intéresse aussi aux activités ludiques et sociales développées par DSC. Patrick Girard, le responsable du Recrutement de l’OL a magnifié le projet et la vision de DSC. « On a compris qu’il y avait une vision, des stratégies, des valeurs et deux ans après la signature du partenariat, on s’aperçoit déjà de tout le chemin parcouru », a-t-il indiqué. En marge de cette rencontre avec la délégation lyonnaise, Dakar Sacré-Cœur a signé un partenariat de deux ans avec la Sococim, qui s’active dans la cimenterie.

Ousseynou Ndiaye, premier joueur de DSC transféré à l’OL
Ousseynou Ndiaye, milieu offensif à Dakar Sacré-Cœur, sera le premier joueur de ce club à être transféré à l’Olympique lyonnais. La nouvelle a été annoncée hier, par Mathieu Chupin, le président délégué de DSC, au cours d’une rencontre avec une délégation de l’OL ouverte à la presse. « C’est une satisfaction et une fierté pour le club », a réagi le président délégué qui espère que d’autres joueurs de DSC suivront rapidement les traces de son jeune protégé. C’est dire que le partenariat entre l’OL et DSC, en vigueur depuis novembre 2015, offre beaucoup d’opportunités aux joueurs du club sénégalais. Âgé de 19 ans, Ousseynou Ndiaye s’est rendu à deux reprises, en France pour se faire tester par l’OL en vue d’un transfert. Le directeur sportif de l’équipe lyonnaise, Alain Olio, a dit l’avoir supervisé 7 fois. Il a souligné avoir remarqué en lui « une bonne qualité technique individuelle qu’il va falloir parfaire » et de bonnes dispositions athlétiques. « C’est un joueur assez complet.

Il a tout pour réussir », a ajouté, avec satisfaction Alain Olio. Pour autant, ce dernier estime que le plus dur reste à venir pour le prodige de DSC qui devra réussir le défi de l’intégration dans le groupe de l’OL et faire face à la rude concurrence.

Diégane SARR

Récemment nommé sélectionneur de la Côte d’Ivoire, Marc Wilmots voudrait que Yaya Touré revienne en sélection. « J’ai vu ses deux derniers matches avec Manchester City au poste de milieu défensif. Il est toujours super, il est bien physiquement, a constaté Wilmots. Je vais aller le voir et discuter avec lui. » Yaya Touré, 33 ans, n’a plus joué pour la Côte d’Ivoire depuis la victoire dans la Can 2015.

« Je sais à quel point il est important d’avoir des joueurs expérimentés, a ajouté Wilmots. Ce n’est pas encore terminé pour Touré, on veut qu’il revienne. Le cas Yaya Touré sera l’une de mes premières missions », a assuré l’ancien sélectionneur de la Belgique.

Le premier match d’après Can 2017 des « Lions », hier au Hive Stadium de Londres, s’est terminé sur un nul (1 but partout) face au Nigeria. Après une première mi-temps vierge, le Sénégal a ouvert le score par Moussa Sow à l’heure de jeu et a longtemps cru à la victoire. Mais les « Super Eagles » sont revenus à la marque dans les 10 dernières minutes sur un penalty transformé par Kelechi Iheanacho, l’attaquant de Manchester City. Selon nos informations, la rencontre a été assez plaisante et très rythmée et engagée comme en témoignent les nombreux cartons jaunes distribués (3 côté nigérian et un pour le Sénégalais Cheikh Mbengue entré en cours de match).

Pour ce match de reprise après la Can où le Sénégal s’était arrêté en quarts de finale, éliminé aux tirs au but par le Cameroun, futur vainqueur de l’épreuve, Aliou Cissé avait lancé d’entrée 4 joueurs qui étrennaient leur première sélection dans la grande Tanière : Pape Seydou Ndiaye dans les cages, Moussa Wagué et Adama Mbengue, respectivement sur les flancs droit et gauche de la défense et Opa Nguette en attaque. Au total, le Sénégal s’est présenté dans un onze de départ totalement inédit (sans Sadio Mané entré seulement en milieu de seconde période) mais qui a plus ou moins tenu la distance.

A défaut d’une victoire qui leur tendait les bras, les « Lions » se contentent donc de ce nul sur lequel ils ne cracheront certainement pas. Maintenant, ils vont se tourner vers leur deuxième match de préparation, lundi à Charléty, en France, face aux «Eléphants » de Côte d’Ivoire.

Onze de départ du Sénégal : Pape Seydou Ndiaye, Moussa Wagué (puis Sadio Mané), Kalidou Koulibaly, Cheikhou Kouyaté, Adama Mbengue (puis Cheikh Mbengue), Idrissa Gana Guèye, Cheikh Ndoye, Salif Sané, Opa Nguette, Mame Biram Diouf, Moussa Sow (puis Famara Diédhiou).

La Fifa a procédé hier au tirage au sort des groupes du Mondial de la catégorie juniors qui se déroulera en Corée du Sud du 20 mai au 11 juin prochains. A part le Sénégal, 4e de la dernière édition et vice-champion d’Afrique en titre, qui hérite d’un groupe F abordable, les autres représentants du continent africain ne sont bien servis.

La Fifa a procédé hier au tirage au sort des groupes du Mondial de la catégorie juniors qui se déroulera en Corée du Sud du 20 mai au 11 juin prochains. A part le Sénégal, 4e de la dernière édition et vice-champion d’Afrique en titre, qui hérite d’un groupe F abordable, les autres représentants du continent africain ne sont bien servis.

Depuis hier, le Sénégal connaît ses adversaires de la prochaine Coupe du monde des moins de 20 ans prévue du 20 mai au 11 juin prochains en Corée du Sud. A l’issue du tirage de la 21e édition, les Koto Boys partagent le groupe F avec l’Équateur, les États-Unis d’Amérique et l’Arabie Saoudite. Un groupe relativement abordable pour le vice-champion d’Afrique, contrairement à ceux des autres représentants du continent africain. Et particulièrement la Guinée qui est logée dans la poule A, à côté de l’Argentine, le pays le plus titré avec 6 sacres, l’Angleterre et la Corée du sud, pays organisateur contre qui elle disputera d’ailleurs le match d’ouverture, le 20 mai. Dans poule C, la Zambie, championne d’Afrique en titre, va défier le Portugal, le favori. L’Iran et le Costa Rica ses deux autres adversaires ne représentent pas un grand danger pour les champions d’Afrique qui se feront le défi d’honorer leur titre. L’Afrique du Sud est logée dans le « groupe de la mort » (D), à côté du Japon, de l’Italie et de l’Uruguay. Du lourd pour les Sud-Africains. Les mains de Diego Armando Maradona et Pablo Aima ont été lourdes pour les «Amajita».

Quatrième lors de la précédent édition il y a deux ans en Nouvelle Zélande, le Sénégal va batailler ferme pour confirmer sa bonne prestation de 2015. Pour rappel, le Ghana est le seul pays africain à avoir remporté ce titre. C’était en 2009 en Egypte. Par ailleurs, d’après le règlement de la compétition, les quatre meilleurs troisièmes tous groupes confondus accompagneront les deux premiers de chaque poule en 8es de finale. Un motif d’espoir pour les représentants africains.

A. SAMBOU

Sidate Sarr, entraineur national adjoint des « Lionceaux » : « Bien nous préparer pour faire bonne figure »
« En coupe du monde, il n’y a pas de groupe facile. Mais le nôtre est à notre portée. Il nous faut avoir une préparation de qualité afin de faire une bonne prestation ». Tels sont les premiers mots de Sidate Sarr, l’entraîneur national adjoint des « Lionceaux » vice-champions juniors d’Afrique, à l’énoncé de la composition des poules du Mondial U20 de mai et juin prochains en Corée du Sud.

D’après l’ancien entraîneur de l’Olympique de Ngor d’ailleurs, le staff technique sénégalais n’a pas attendu le tirage au sort pour se pencher sur la préparation du rendez-vous mondial. « Dès notre qualification, après la victoire contre le Cameroun lors du 3ème match de la Can juniors à Ndola, nous avons établi un plan-programme de préparation qui débute la semaine prochaine ». Selon Sidate Sarr, en effet, les « Lionceaux » prendront part à « un tournoi des 4 Nations qui regroupera la France, pays hôte, l’Angleterre et le Portugal toutes qualifiées au prochain Mondial et qui cherchaient une équipe africaine pour compléter le tableau ». On signale que l’Angleterre croisera la Guinée, classée 3ème de la dernière Can U20, dans un Groupe A très relevé avec l’Argentine et la Corée du Sud pays organisateur. Le Portugal lui a hérité du champion d’Afrique, la Zambie dans un Groupe C qui comprend en outre l’Iran et le Costa Rica. Quant à la France, il n’y a pas d’équipe africaine à son menu en matches de groupe.

Pour ce Mondial juniors en Corée du Sud où les « Lions » avaient émerveillé le monde en 2002, les juniors sénégalais ne se fixent pas de limites. « Chez les moins de 20 ans, il n’y a pas d’objectif intermédiaires. Car, pour une évidente question d’âge, les effectifs changent tous les deux ans », a rappelé l’adjoint de Joseph Koto, dans la Tanière juniors. La preuve, « aucun des joueurs qui avaient été vice-champions d’Afrique à Dakar et quatrièmes au dernier Mondial en Nouvelle Zélande n’est là », a-t-il ajouté. L’ambition, cette fois encore, sera de faire au moins aussi bien. Mais, il faudra d’abord s’employer à passer le cap des matches de groupe.

C’est dans cette perspective que Sidate Sarr a annoncé que le groupe sera forcément enrichi. « On va d’abord évaluer la Can. Cette équipe a de la qualité et a un vécu pour avoir disputé les éliminatoires, plus d’autres tournois en plus de la phase finale ; mais certains secteurs de jeu seront renforcés avec deux ou 3 joueurs de qualité », a-t-il révélé. En fait, selon l’adjoint de Koto, le Sénégal n’avait pas pu compter, lors de la Can, sur tous les joueurs ciblés ; puisque la compétition ne coïncidant pas avec les dates Fifa, certains clubs avaient refusé de libérer leurs éléments. Cette fois, ce ne sera pas le cas. Et les techniciens comptent en profiter largement.

B. K. N.

Les poules
A : Corée du Sud, Guinée, Argentine, Angleterre
B : Venezuela, Allemagne, Vanuatu, Mexique
C : Zambie, Portugal, Iran, Costa Rica
D : Afrique du Sud, Japon, Italie, Uruguay
E : France, Honduras, Vietnam, Nouvelle Zélande
F : Équateur, Usa, Arabie Saoudite, Sénégal

La longue pause observée par les équipes de Ligue 1 et Ligue 2 lors de la dernière Can a diversement influé sur les performances des différentes formations. Si les unes en ont profité pour se refaire une santé, d’autres ont fait les frais du relâchement. C’est le cas de Dakar Sacré-Cœur qui, avec 20 points au sortir de la 10ème journée avant la pause, s’est retrouvé trois matches plus tard avec 22 unités. Soit une défaite et deux matches nuls qui ont fait suite aux cinq victoires et un nul obtenus lors des six dernières rencontres ayant précédé la Can. Une mauvaise passe qui lui a fait perdre la tête du classement. « La trêve a marqué un petit coup d’arrêt. On a eu du mal à repartir », selon son coach, Bruno Rohart. M. Rohart qui s’exprimait la semaine dernière en marge de la signature de partenariat entre son club et Hyundai, soutient pourtant, qu’après un arrêt d’une dizaine de jours pendant la pause.« On a fait une grosse préparation pour pouvoir être prêts jusqu’à la fin du championnat. Il semblerait que nous avons eu du retard à l’allumage sur les trois derniers matches dans des circonstances vraiment différentes », a-t-il affirmé.

Ainsi, la suite de la compétition s’est avérée un peu plus compliquée pour ses poulains. « Contre la Sonacos lors de la 11ème journée (1-2), on a été en dessous de tout. Le match contre Bargueth (1-1, 12ème journée) était mieux abouti et on a été capables de revenir au score à la dernière minute ; ce qui veut dire qu’on a des ressources mentales. Et contre Yeggo, ils ont mené dès leur première occasion et là aussi, on a eu les ressources mentales pour égaliser mais pas pour remporter la partie », a concédé le technicien. Il a tout de même souligné que les adversaires ont également joué leur partition puisque « on a en face des équipes qui s’accrochent, qui se battent et qui nous posent des problèmes. Il faut en tenir compte ». Mais la situation actuelle ne l’inquiète pas outre mesure. Et M. Rohart de soutenir qu’il faut reprendre la marche en avant pour gagner en confiance « parce que je crois qu’on a perdu un peu confiance. Mais surtout au plan athlétique et physique, il faut qu’on revienne à notre meilleur niveau. Et on est en train de travailler dessus ». Le championnat est encore long ; il reste tous les matches de la phase retour et le technicien pense qu’il ne faut pas paniquer. « On a une ligne de conduite : on s’y tient, on ne panique pas et on continue à avancer ».

Avec un groupe de performance de 29 joueurs dont 3 gardiens, le technicien qui est arrivé cette saison sur le banc de Dakar Sacré-Cœur estime que ses dirigeants que sont Mathieu Chupin (Directeur délégué) et Alain Olio (Directeur sportif) ne lui ont fixé aucun objectif. Même si avec son groupe, l’ambition est d’aller le plus loin possible. « En aucun cas, on ne nous a demandé de monter absolument ; ce n’est pas vital pour les joueurs. Mais nous, compétiteurs (coachs, staff et joueurs) avons évidemment envie de jouer en Ligue 1 ; c’est normal parce que c’est l’élite du football national. Mais on va y aller petit à petit, on travaille un match après l’autre ». Cet objectif de montée est partagé par beaucoup d’autres équipes d’un championnat de L2 qu’il découvre et qu’il juge très élevé. Selon lui, il n’y a pas de petites équipes et tout le monde bat tout le monde. La preuve avec Bargueth, dernier qui fait match nul avec son équipe avant de tenir en échec Yeggo. « C’est un championnat qui est très compliqué et à part l’équipe du Duc qui a pris 5-0 à Diourbel dans des conditions certainement difficiles, les matches sont âpres.

Le niveau est assez homogène, il n’y a jamais un match qui est gagné en avance et il faut être costaud mentalement ». Ce qui lui fait dire que chaque match est un combat et il faut être prêt physiquement et mentalement pour réussir.

Ousseynou POUYE

En surclassant Zarco, dimanche dernier, sa deuxième victoire d’affilée après celle obtenue contre Thiaat, la saison dernière, Modou Anta a démontré qu’il s’était définitivement remis de sa débâcle contre Yékini Jr en 2015. Auteur de 15 victoires contre seulement 4 défaites, le Thiessois est l’un des rares espoirs présentant un palmarès aussi fourni. Avec son dernier succès, il peut se permettre de défier les pensionnaires de l’antichambre des ténors.

Modou Anta a signé sa quinzième victoire dans l’arène la semaine passée, dans le sillage de son succès, plutôt facile, aux dépens de Zarco (Grand-Yoff). Ces statistiques flatteuses obtenues en seulement 10 ans de présence dans le milieu, font de lui l’un des espoirs ayant actuellement le palmarès le plus fourni dans la lutte avec frappe. Technique, téméraire et bon bagarreur, le jeune lutteur de Thiès a un gros potentiel pour aller loin dans l’arène. Avec ce succès remporté aux dépens du leader de l’écurie Grand-Yoff Mbollo, un gros morceau, il a définitivement fait oublier sa défaite au goût amer en 2015, contre Yékini Jr. Il voit son horizon s’illuminer davantage.

Désormais, il peut, logiquement, revoir ses prétentions à la hausse en réclamant, comme adversaires, les pensionnaires de l’antichambre des ténors. Tombeur, au même titre que lui, du porte-étendard de Grand-Yoff, Siteu est notamment un potentiel adversaire pour le lutteur de la Petite Côte ; de même que Sa Thiès qui avait dicté sa loi à Zarco, il y a quatre ans. Sauf que « le phénomène de Lansar » et le fils de Double Less sont en pleine préparation de leur face à face. C’est dire qu’ils ont, pour l’heure, d’autres chats à fouetter ; plutôt que d’épiloguer sur une probable confrontation avec le poulain de Bombardier qui, de toute façon, pourra attendre. En effet, Siteu prépare activement son combat contre Zoss, le 4 avril prochain. Battu à plate couture, la saison passée, le coéquipier de Tidiane Faye n’a pas droit à l’erreur. Quant au petit frère de Balla Gaye 2, sa priorité reste son règlement de comptes contre Ness, « la baleine » de Lansar. Une victoire sur le poulain de Marx Mbargane lui ouvrirait, largement les portes de la cour des grands.

C’est dire tout l’enjeu de cette confrontation qui aura aussi des allures de revanche par procuration pour Ness qui voudra venger le petit frère Siteu balayé la saison dernière par Sa Thiès.
En attendant que le sociétaire de Lansar et celui de l’école de lutte Double Less, en finissent définitivement avec leurs adversaires respectifs, Modou Anta peut donc se tourner vers d’autres adversaires libres de tout engagement.

Comme Garga Mbossé, qui se fait désirer depuis sa défaite l’année passée, devant Boy Niang 2. Le petit frère de Zoss, en quête de renaissance, ne devrait pas cracher sur une affiche l’opposant au Thiessois devenu pensionnaire de l’antichambre des ténors après sa prouesse de dimanche dernier.

Récent vainqueur de Gouye gui, Boy Niang 2 qui peut évoluer aussi bien dans l’antichambre des ténors que dans la cour des grands, pourrait aussi être dans sa ligne de mire. Ils sont de la même génération et peuvent se jauger au vu de leurs parcours et de leurs qualités respectifs.

Boy Niang 2 qui a, depuis quelques temps, Balla Gaye pour cible favorite, acceptera-t-il de relever un probable défi de Modou Anta ? A la recherche d’un nouveau souffle après le cinglant revers que lui a infligé Boy Niang 2, Gouye gui ne devrait pas décliner une confrontation avec le champion de lutte de la capitale du Rail. Un tel face à face pourrait être une belle occasion de renouer avec la victoire et se relancer dans la course vers le sommet.

Diégane SARR

Huit expatriés et quatre locaux, c’est ainsi que sera constituée la liste des « Lions » du basket qui s’envolent aujourd’hui pour Bamako où ils disputeront, du 17 au 19 mars courant, le tournoi de la Zone 2 qualificatif à l’Afrobasket masculin de Brazzaville en août. Abdoul Bâ du duc et Papa Moustapha Diop du Slbc ont été les derniers élagués hier par les entraîneurs adjoints Stéphane Dumas, Dame Diouf et Madiène Fall. Ils rejoignent dans le mauvais wagon Abdoulaye Hyacinthe Diop (Asfa), Abdoulaye Coulibaly (Asfa), Mouhamadou Lamine Diop (Douanes) et Ibrahima Niang (Duc) biffés de la liste avant-hier.

En attendant la manche retour de Dakar du 24 au 26 mars où l’équipe sénégalaise devrait retrouver ses cadres, Malèye Ndoye et Xane d’Almeida notamment, l’objectif sera de briller à Bamako face au Mali, à la Guinée et au Cap-Vert. A noter que 2 équipes seront qualifiées à l’Afrobasket congolais.

Liste des 12 sélectionnés : Louis Adams (Sénégal), Serigne Bamba Guèye (Sénégal), El Hadji Malick Ndiaye (Tunisie), Antoine Mendy (France), Lamine Sambe (France), Djibril Thiam (Usa), Khouraïchi Thiam (Espagne), Modou Mbaye (Belgique), Mansour Kassé (Espagne), Maodo Malick Nguirane (Espagne), Mamadou Lamine Diop (Sénégal), Mouhamadou Bamba Fall (Sénégal)

Après la grande journée parrainée par Madame Christiane Heart Marek, présidente des entraîneurs européens de course, propriétaire du haras de Quesnoy, le Cng a jugé nécessaire, lors de sa réunion hebdomadaire, d’observer une pause dimanche prochain. Le 6e rendez-vous de la saison est donc fixé au 26 mars.

Notons que le Cng de courses hippiques a offert une réception en l’honneur de son hôte, Mme Heart Marek. Celle-ci, très touchée, a légué un étalon à la structure dirigeante de l’hippisme au Sénégal. Ce cheval est censé aider à accroître le nombre d’étalons basés au haras national de Kébémer. Elle a, à cette occasion, invité le Cng à venir assister au grand prix qui aura lieu le 1er octobre prochain à Paris.

El H. Yamar DIOP

Ahmad a été élu président de la Confédération africaine de football (CAF), ce 16 mars 2017 à Addis-Abeba. Le Malgache a battu Issa Hayatou 34 voix à 20. Le Camerounais était au pouvoir depuis 1988.

Coup de tonnerre dans le monde du football ! Issa Hayatou, le dernier des Mohicans de toute une génération de dirigeants, est tombé, ce 16 mars 2017 à Addis-Abeba. Des cris de joie libérateurs ont retenti dans l’auditorium Nelson Mandela de l’Union Africaine.

Le patron de la Confédération africaine de football (CAF) depuis 1988 a été battu 34 voix à 20 par Ahmad lors de l’élection du président de la CAF.
Une grande surprise

La victoire du Malgache est une grande surprise. Peu connu il y a encore quelques mois, le président de la Fédération Malgasy avait annoncé sa candidature en janvier général. D’abord raillé, celle-ci a peu à peu fédéré les mécontents des dernières années Hayatou. Un mécontentement longtemps tu mais qui n’avait cessé d’enfler depuis cinq ans.
Ahmad a d’abord eu le soutien des pays d’Afrique australe (Cosafa) et de pays anglophones comme le Ghana ou le Nigeria, avant de rallier certains pays francophones comme le Niger ou la RD Congo.

Un lobbying efficace
Si Ahmad s’est fait remarquablement discret durant ce 60e anniversaire de la CAF, c’était pour mieux convaincre en à un les différents indécis. « Ça va, ça avance », lâchait-il dans un grand sourire, la veille, dans un couloir d’hôtel. Une déclaration qui pouvait ressembler à du bluff alors qu’il sortait d’une réunion avec une quinzaine de délégués.

Le Malgache n’a peut-être pas été tout seul dans cette affaire…. Une source indique que, dans la chambre du président de la Fédération internationale de football (FIFA), les tractations se sont poursuivies toute la nuit en faveur du Malgache. Gianni Infantino était accusé depuis plusieurs mois de rouler pour le rival d’Issa Hayatou. « Du côté de la FIFA, une source indique que ce résultat peut apaiser les relations devenues tendues avec la CAF, depuis qu’Infantino avait pris la présidence en février 2016.

Source : Rfi (Le Soleil en partenariat avec France Médias Monde)

L’ogre Manchester United reçoit Rostov, face auquel il a calé en Russie (1-1), aujourd’hui en 8e de finale retour d’Europa League, tandis que Lyon doit préserver son avance sur la pelouse de l’AS Rome après une victoire convaincante à l’aller (4-2).

Programme (en heures GMT) : Aujourd’hui : 18h00 Genk (BEL) - La Gantoise (BEL) ; Besiktas (TUR) - Olympiakos (GRE) ; Krasnodar (RUS) - Celta Vigo (ESP) ; 20h05 Anderlecht (BEL) - Apoel Nicosie (CHY) ; Manchester United (ANG) - Rostov (RUS) ; Ajax Amsterdam (P-B) - Copenhague (DAN) ; Borussia Mönchengladbach (ALL) - Schalke 04 (ALL) ; AS Rome (ITA) - Lyon (FRA)

AFP

Après le match fou à l’aller (5-3), Monaco a dominé Manchester City (3-1) hier à domicile. Les joueurs de Leonardo Jardim rejoignent les quarts de finale. Contraint de remonter deux buts, Monaco a réussi à emballer son match contre Manchester City puis à contrôler (3-1) pour rejoindre les quarts de finale.

Dans l’autre match du jour, malgré son nul vierge face au Bayer Leverkusen, l’Atlético Madrid, net vainqueur à l’aller (4 – 2), s’est également qualifié.

Les résultats aller et retour des 8e de finale : (+) Juventus Turin (ITA) - FC Porto (POR) 2-0 1-0 ; (+) Leicester (ANG) - Séville FC (ESP 1-2 2-0 ; (+) Monaco (FRA) - Manchester City (ANG) 3-5 3-1 ; (+) Atletico Madrid - Bayer Leverkusen (ALL) 4-2 0-0 ; Naples (ITA) - (+) Real Madrid (ESP) 1-3 1-3 ; Arsenal (ENG) (+) Bayern Munich (ALL) 1-5 1-5 ; (+) FC Barcelone (ESP) - Paris SG (FRA) 0-4 6-1 ; (+) Dortmund (ALL) - Benfica Lisbonne (POR) 1-0 4-0

Ndlr : Les équipes précédées du signe (+) qualifiées pour les quarts de final

Aliou Cissé avait annoncé, quelques jours après la Can « Gabon 2017 » où son équipe s’était arrêtée en quarts de finale, que désormais le temps était à la mise en place d’une nouvelle identité de jeu. Il avait également promis qu’il n’y aurait pas de révolution dans la Tanière, mais juste une évolution.

On peut dès lors s’attendre à retrouver l’essentiel des joueurs avec qui il avait fait la campagne gabonaise, dans la liste qu’il va publier ce matin au Good Rade pour affronter en amical le Nigeria, le 23 mars à Londres et la Côte d’Ivoire, le 27 à Paris. Surtout que depuis à peine un mois et demi que cette compétition là est finie, très peu de joueurs ont éclos. Mais comme d’autres ont pratiquement disparu du haut niveau, il serait logique de voir quelques nouvelles têtes. Dans tous les cas, ceux qui seront retenus auront fort à faire face à des « grands d’Afrique » actuellement en mal de performance et qui veulent retrouver les sommets de la hiérarchie continentale.

Après une préparation d’un mois, l’équipe nationale masculine de basket est prête pour faire bonne figure au tournoi de la Zone 2 qualificatif à l’Afro-basket et aux championnats du monde. Premier test, la manche aller prévue du 17 au 19 mars à Bamako.

La Direction technique nationale (Dtn) du basket a fait le point, hier, sur la préparation du tournoi de la Zone 2 qui sera disputé en deux manches, d’abord à Bamako (du 17 au 19 mars courant), puis à Dakar (du 24 au 26 mars). Cette compétition est qualificative à l’Afro-basket 2017 au Congo Brazzaville qui lui ouvre les portes du prochain championnat du monde prévu en Chine en 2019. D’où l’enjeu important de ce rendez-vous. Face à la presse, le directeur technique, Maguette Diop, a souligné que la Dtn, la Fédération sénégalaise de basket-ball et le ministère des Sports se sont beaucoup impliqués pour mettre en place « la meilleure équipe possible ». Mais, s’empresse-t-il d’ajouter, la période n’a pas été très favorable pour la libération de certains joueurs expatriés sur lesquels leurs clubs comptent beaucoup pour atteindre leurs objectifs de la saison. D’ailleurs sur la liste des 22 basketteurs présélectionnés dans le cadre de ce tournoi de la Zone 2, quatre expatriés sur 12 au total n’ont pas répondu à l’appel. Il s’agit de Maleye Ndoye, de Moise Diamé, Xane Christian D’Almeida, tous évoluant dans le championnat français et Pape Abdou Badji qui joue en Belgique. Toutefois, ces derniers qui ont déclaré forfait pour le tournoi de Bamako, pourront disputer le tournoi de Dakar, a assuré Maguette Diop.

Alors, à défaut d’avoir « la meilleure équipe possible », la Dtn avec le concours de la fédération et du ministère de tutelle a donc réussi à mettre sur pied « une bonne équipe ». « Nous avons nos meilleurs éléments », a encore rassuré le directeur technique national, ajoutant que « nous avons une équipe compétitive », fin-prête pour faire bonne figure à la manche aller à Bamako.

Il a indiqué que la préparation a démarré depuis un mois, avec le concours de tous les entraîneurs y compris celui du coach principal « Porfirio Fisac qui a conçu toute la stratégie de préparation ». Interpellé sur l’absence des quatre expatriés, le sélectionneur ibérique a dit se concentrer sur l’existant, « ceux qui ont répondu présent ».
Le tournoi de Bamako est du 17 au 19 mars ; celui de Dakar, du 24 au 26 mars.

La liste des 14 réduite à 12 aujourd’hui
Sur les 22 joueurs initialement convoqués pour préparer le tournoi, en 2 manches à Bamako et à Dakar, de la Zone 2 de basket qualificatif à l’Afrobasket de cette année à Brazzaville, il n’en restait, hier, que 14. Mais aujourd’hui, elle sera réduite aux 12 qui feront le déplacement demain sur la capitale malienne. On signale que pour la deuxième partie de ce tournoi, à Dakar, l’effectif pourrait évoluer puisque des expatriés qui n’ont pu se libérer pour les matches de Bamako, sont annoncés pour renforcer le groupe.

Les 14 : Louis Adams, Serigne Samba Guèye, El H. Malick Ndiaye (Tunisie), Antoine Mendy (France), Lamine Samb (France), Abdoulaye D. Thiam (Etats-Unis), Abdoulaye K. Thiam (Etats-Unis), Modou Mbaye (Belgique), Mansour Kassé (Espagne), Maodo M. Nguirane (Espagne), Abdoul Bâ, Mouhamadou L. Diop, Pape Moustapha Diop, Mouhamadou B. Fall

Diégane SARR

23 ans après la première édition qui s’était tenue à Dakar en 1994, un tournoi international des anciennes gloires du basketball féminin africain se déroulera les 17 et 18 mars courant au stadium Marius Ndiaye et au Centre de Bopp. C’est à l’initiative de l’Amicale des internationales et anciennes basketteuses du Sénégal (Aiabs) dirigée par Mme Rokhaya Pouye, et sous l’égide du ministère des Sports et de la Fsbb. A travers cette initiative, il s’agit, entre autres objectifs, de « promouvoir les valeurs de paix et contribuer ainsi à renforcer les liens d’amitié entre anciennes basketteuses africaines », peut-on lire dans un communiqué de l’Aiabs.

Ce tournoi international s’inscrit, par ailleurs, dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la Femme, le 8 mars dernier. Et il aura pour thème central « La santé de la mère et de l’enfant ». Dans la perspective de ces retrouvailles entre anciennes gloires féminines de la balle orange africaine, une conférence sera tenue cet après-midi à partir de 16 heures à la salle Vip du Cices sous la présidence d’honneur du Pr Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale.

Les boulistes sénégalais prendront part à la 3ème édition du Tournoi de pétanque de Kayes, doté de la Coupe du président de la fédération malienne, M’Barakou Baby qui aura lieu les 18 et 19 mars. Cette compétition qui regroupera des tireurs venus de 13 pays sera disputée en triplettes choisies avec une mise de 2 millions de FCfa promise au trio vainqueur. La triplette finaliste se consolera avec une enveloppe de 1 million de francs. Les demi-finalistes malheureux auront chacun 650.000 FCfa alors que 320.000 francs sont promis aux quarts de finaliste du tournoi dont le jet de bouchon sera effectué le samedi à 9 heures par le gouverneur de Kayes, en présence du président de la Ligue régionale, Omar Koné et El Hadj Traoré, hommes d’affaires. La délégation sénégalaise sera conduite par le président de la fédération, Gassane Ezzedine. Pour rappel, c’est l’une des triplettes sénégalaises constituée de Lamine Sow, Adama Diagne et Yahya Diop qui avait eu le dernier mot lors de la dernière édition en dominant un trio local par 13 à 9. 49 équipes dont 12 burkinabès avaient pris part au tournoi. Avant cette sortie internationale, le championnat national s’est poursuivi le week-end dernier à Louga avec une compétition parrainée par le maire de la ville, Moustapha Diop, et organisée par la Boule amicale lougatoise. Un tournoi remporté par une doublette de Saint-Louis Pétanque Club : Mayade Diop et Insa Seck qui a battu, en finale, la paire locale composée de Bathie Sall et Mbaye par 11 à 5. Dans la finale consolante, Pape Lô et Gora Ndiaye (Boule amicale lougatoise) ont dominé leurs partenaires de club, Wahab Diop et Iba Seye sur la marque de 11 à 10.

O. POUYE

Vous avez dit remuntada ? Monaco doit refaire aujourd’hui son retard après la défaite spectaculaire à Manchester City (5-3) en 8e de finale aller de Ligue des champions. L’Atletico Madrid, vainqueur 4-2 à l’aller, est lui tout proche d’une qualification en quarts. La bande à Kylian Mbappé a des raisons d’espérer grâce aux trois buts monégasques inscrits à l’extérieur dans le match fou du 21 février. Il va falloir encore marquer et la meilleure attaque d’Europe en est capable. Avec comme interrogation l’état de forme du capitaine de Monaco Radamel Falcao, qui a effectué une reprise «adaptée», après un coup à une hanche ce week-end contre Bordeaux.

L’Atletico est plus serein. L’autre club de Madrid avait fait fort sur la pelouse de Leverkusen, à l’image de la paire française Antoine Griezmann-Kevin Gameiro, impressionnante. Le retour à domicile contre le Bayer Leverkusen est donc l’occasion de réduire un peu l’écart.

Le programme : Aujourd’hui : 19h45 GMT : Atlético Madrid (ESP) - Leverkusen (ALL) ; Monaco (FRA) - Manchester City (ANG)

AFP

Sensation hier soir au King Power Stadium, où Leicester a éliminé Séville en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Battus 2-1 à l’aller en Andalousie, alors que Claudio Ranieri était encore leur entraîneur, les Foxes, désormais sous les ordres de Craig Shakespeare, l’ont emporté 2-0, grâce à des réalisations de Wes Morgan (27e) et Marc Albrighton (54e).
Les Sévillans ont terminé la rencontre à dix suite à l’expulsion de Samir Nasri (74e). Et Steven N’Zonzi a lui raté un penalty à la 80ème minute, qui aurait remis les deux équipes à égalité sur l’ensemble des deux matches.

…La Juve confirme face à Porto
La Juventus de Turin de son côté a confirmé sa victoire du match aller au Portugal (2 – 0) en s’imposant hier dans l’autre huitième de finale retour par 1 but à 0 à domicile au retour face au FC Porto. Les Italiens ont profité de l'expulsion de Maxi Pereira (41e) pour faire la différence, l'Uruguayen provoquant un penalty transformé dans la foulée par Paulo Dybala (42e).

Les éloges ne cessent de pleuvoir sur N’Golo Kanté, champion d’Angleterre avec Leicester la saison dernière, bien parti pour l’être à nouveau cette année avec Chelsea, à qui il a aussi offert la qualification pour les demi-finales de la Cup, lundi soir contre Manchester United (1-0). Lors du débriefing du match sur la BBC, Frank Lampard, ancienne gloire des Blues, a apporté son écot aux louanges : « J’irais jusqu’à dire qu’il est le meilleur milieu axial au monde (...) Il ne marque certes pas beaucoup mais ce qu’il donne à l’équipe, la façon dont il joue (...) je ne vois personne de meilleur à l’heure actuelle.»

Essien s’engage en Indonésie
Sans club depuis son départ du Panathinaïkos en fin de saison dernière, l’ancien milieu de terrain de Lyon, du Real Madrid et Chelsea, Michael Essien, s’est engagé hier avec Persib Bandung, un club indonésien. Le Ghanéen de 34 ans, international à 58 reprises, portera le n°5 dans son nouveau club, l’un des plus populaires du pays.

Ronaldhino ira au Pakistan pour promouvoir le foot
Ronaldinho va prochainement se rendre au Pakistan, espérant y promouvoir le football dans un pays fou de cricket. Sa visite a été mise sur pied par la Leisure Leagues, organisme basé en Grande-Bretagne, qui organise des tournois avec des équipes comptant cinq à sept joueurs. Leisure Leagues prévoit d’organiser le mois prochain des matches dans les principales villes du pays, Karachi, Islamabad et Lahore. Cette annonce intervient peu après la tenue à Lahore, au début du mois, du premier match international de cricket sur le sol pakistanais depuis 2009, perçue comme un signal fort d’amélioration de la situation sécuritaire dans le pays.

Le Pakistan, bien que généralement davantage tourné vers le cricket, compte de nombreux amoureux du ballon rond, notamment dans la mégapole Karachi (sud) et dans la province du Baloutchistan (sud-ouest). Son équipe nationale est néanmoins en difficulté et classée au 198e rang du classement Fifa.

L’Algérie a approché Maxime Lopez
Révélation de la saison sous les couleurs de l’OM, Maxime Lopez suscite déjà les convoitises des plus grands clubs européens, lui qui a par ailleurs admis qu’il avait failli rejoindre Liverpool il y a quelques années. Mais le jeune milieu de terrain est également dans le viseur de plusieurs sélections, lui qui est né à Marseille, d’un père espagnol et d’une mère algérienne. La fédération algérienne a d’ailleurs déjà tenté de le récupérer. «Ils ont essayé, mais pour l’instant je suis focalisé sur l’équipe de France.

Il n’y a pas eu de suite», révèle Lopez. Pour le moment, le n°27 de l’OM donne la priorité aux Bleus. «Mon objectif premier, c’est la coupe du monde U20 en fin d’année, en Corée du Sud (20 mai-11 juin). Je ne me projette pas plus loin. J’ai été présélectionné pour un mini-tournoi. Ce jeudi, je saurai si je suis retenu. L’objectif, c’est d’être performant avec cette sélection et de faire le Mondial. Les Espoirs ? C’est dans un coin de ma tête, mais on verra plus tard.»

Finalistes malheureux, dimanche dernier à Lusaka, de la Can U20 « Zambie 2017 » face aux « Chipolopolo » juniors (0 – 2), les « Lionceaux » du Sénégal peuvent se consoler de compter 4 joueurs dans le onze – type de la compétition.

Dans la défense à 3 concoctée par la Commission technique de la Caf, ils sont deux aux côtés du Zambien Solomon Sakala : Mamadou Mbaye qui n’était pourtant pas titulaire au coup d’envoi de l’épreuve mais qui a profité de la fébrilité maladive de Moussa Bâ pour lui chiper sa place dans l’axe central. Et, plus curieusement Ousseynou Cavin Diagne qui est pourtant … milieu de terrain. C’est peut-être pour ne pas encombrer l’entrejeu à 5 éléments de ce XI idéal de joueurs sénégalais. Puisque dans le secteur médian sont retenus les deux autres « Lionceaux » : Krépin Diatta et Ibrahima Niane. C’est également peut-être parce que ce dernier, attaquant de métier, aurait du mal à décrocher l’une des deux places de devant occupées par les deux co-meilleurs buteurs du tournoi (le Sud-Africain Luther Signh et le Zambien Patson Daka et leurs 4 buts), qu’il a été redéployé dans l’entrejeu.

Seule la Zambie qui a succédé au palmarès au Nigeria, a placé plus de joueurs dans le Onze idéal que le Sénégal, 5 dont Patson Daka par ailleurs élu meilleur joueur du tournoi. Parmi les remplaçants figure même un autre Sénégalais, le portier Lamine Sarr, qui en dépit de ses erreurs fatales à son équipe en finale, a été retenu comme doublure de l’excellent gardien de but zambien Mangani Banda.

Onze – type de la compétition
Gardien de but : Mangani BANDA (Zambie)
Défenseurs : Ousseynou DIAGNE (Sénégal), Mamadou MBAYE (Sénégal), Solomon SAKALA (Zambie)
Milieux de terrain : Krepin DIATTA (Sénégal), Ibrahima NIANE (Sénégal), Sylla MORLAYE (Guinée), Edward CHILUFYA (Zambie), Fashion SAKALA (Zambie)
Attaquants : Luther SINGH (Afrique du Sud), Patson DAKA (Zambie)

Remplaçants : Lamine SARR (Sénégal), Prosper CHILUYA (Zambie), Enock MWEPU (Zambie), Grant MARGEMAN (Afrique du Sud), Liam JORDAN (Afrique du Sud), Yamodou TOURE (Guinée), Mohamed Aly CAMARA (Guinée)

Le Duc reste leader au terme de la 5e journée des Play-off masculins. Pour les Play-off dames, l’Asc Ville de Dakar conforte sa position en tête du classement en se promenant devant Mbour Bc lors de la 2e journée.

La deuxième journée des Play-off masculins de basket a été disputée le weekend dernier. En déplacement périlleux à Saint-Louis, le Duc a légèrement dominé les locaux, l’Ugb avec un panier d’écart (50-48). Cette victoire permet aux Étudiants de Dakar de conforter leur première place avec 28 points. Ils sont talonnés de près par leurs rivaux du Saint-Louis basket-ball (Slbc) qui totalisent 27 points au terme de cette deuxième journée. Contrairement à ses voisins de l’Ugb, le Slbc n’a pas tremblé sur ses terres face à l’Asfa battue par 68 à 57. Défaite par l’Ugb lors de la précédente journée, l’As Douanes a aussi réussi une bonne opération en s’imposant aux dépens du Louga Bc sur le score étriqué de 72-69. Ce succès permet au champion en titre de s’adjuger la troisième place du podium, devant l’ASFA (4e) et le Louga Bc (5e).

Enfin, le Saltigué, 7e a pris le dessus sur l’Uso (44-32), lanterne rouge du classement avec seulement 18 points.

Cette 2ème journée des Play-off se jouait en même temps que la 5e journée des Play-off dames et le 1er tour des Play-down hommes. Chez les filles, l’Asc Ville de Dakar a écrasé Mbour Bc sur le score de 67-25 et mène la danse avec 30 points au compteur suivi du Duc qui compte un point de moins, à l’issue de sa victoire 66-42 sur l’Asfo. Vainqueur de Bopp 55-45, le Slbc complète le trio de tête avec 27 points. A Saint-Louis, l’Ugb a été surprise par le Diaraf victorieux de la rencontre 49-40.

Un précieux succès qui propulse les joueuses de la Médina à la 4e place. S’agissant du 1er tour des Play-down hommes, le Sibac a fait une excellente opération en venant à bout de Mboro 54-40. L’autre rencontre a vu Mermoz gagner la JA sur le fil, avec seulement un panier d’écart (51-49).

D. SARR

A l’instar des autres équipes de Ligue 1, le Stade de Mbour s’est imposé hier face à l’As Pikine, équipe de division inférieure (L2). Mais, au regard du résultat (1-0), les Mbourois ont dû puiser dans leurs dernières réserves d’énergie pour écarter les Pikinois de la course à la succession de Diambars. Des Académiciens de Saly dont la succession a été ouverte samedi par l’Uso (1-1 ap, 4-2 tab). Les Stadistes rejoignent ainsi, en quarts de finale, le Diaraf, l’Us Ouakam, le Casa Sports, Dakar Sacré-Cœur, Génération foot, Ngb Niary Tally et le Gfc. Soit une forte présence de l’élite en quarts de finale. La Ligue 1 sera, en effet, représentée par sept qualifiées sur huit. Dakar Sacré-Cœur, vainqueur vendredi de l’As Douanes (3-2), est l’unique équipe de L2 qui poursuit l’aventure dans ce second challenge de la Ligue sénégalaise de foot professionnel.

Les résultats : Dakar Sacré-Cœur – Douanes : 3-2 ; Ngb Niary Tally – Teungueth Fc : 3-2, Us Ouakam – Diambars : 1-1 ap (4-2 tab), Us Gorée - Diaraf : 0-3 ; Casa Sports – Port : 1-0, Génération foot – Africa Promo foot : 1-0, Gfc – Sonacos Diourbel : 1-0, Stade de Mbour – Pikine : 1-0.

Les circuits des différentes courses du Marathon de Dakar prévu les 15 et 16 avril prochain se passeront intégralement dans les rues de Dakar avec une large part qui concerne la Corniche. Puisque les coureurs de l’épreuve principale emprunteront cette voie à partir de la Porte du Millénaire jusqu’au Casino du Cap-Vert en passant par le Monument de la Renaissance en aller et retour. Avant de revenir à la Place de l’Obélisque qui fera office de point de départ et d’arrivée, les coureurs auront également à faire un tour au Centre-ville. L’objectif est de « mettre en avant les atouts de la ville de Dakar à travers cette manifestation », a souligné Sébastien Bottari. S’inspirant de l’expérience acquise avec l’organisation de manifestations similaires, le directeur général de Zenith Sport espère ainsi que l’événement sera une vitrine pour « vendre la destination Sénégal ».

Sur la course proprement dite, M. Bottari souligne que 10% des coureurs seront des étrangers avec des têtes d’affiche de premier plan. « Nous avons fixé une barre d’une vingtaine d’athlètes avec un plateau de qualité pour remplir le cahier des charges de l’Iaaf ». Puisque que l’objectif sportif est d’avoir le Label Bronze de l’instance mondiale dans deux ans pour pérenniser l’événement. En plus de cette course d’élite longue de 42,195 km, cinq autres circuits sont annoncés : les deux autres de dimanche étant le 10km et le semi-marathon. Les trois premières courses mettront en lice les plus jeunes et les dames dans des épreuves de 2km, 3km et 5km (la Dakaroise) qui se dérouleront dans une ambiance « ludique et festive » ; des courses pour lesquelles les organisateurs attendent respectivement 1.500, 1.500 et 4.000 participants. Pour la dernière course, ils veulent également joindre l’utile à l’agréable. Car d’après M. Bottari, « les fonds tirés des inscriptions seront reversés à la lutte contre le cancer du sein ». Le ministre des Sports Matar Ba qui a pris part à la cérémonie a salué cet aspect de l’organisation et insisté sur le fait que le sport milite pour la bonne cause au-delà de l’aspect compétition. Une bonne organisation devrait permettre, selon lui, de pérenniser l’événement. Il a également appelé à une collaboration avec les responsables de la Fédération sénégalaise d’athlétisme.

Ousseynou POUYE

Puisque sans poissons, il ne saurait être question de pêche plus généralement et de pêche sportive en particulier, la Fédération sénégalaise de pêche sportive a entrepris ces derniers temps d’accélérer son programme d’immersion de récifs artificiels, le long des côtes. Ainsi, le samedi 24 février dernier, une nouvelle étape avait été franchie avec la mise en place, au large de Dakar, d’un récif censé servir de lieu de reproduction de l’espèce halieutique. Cette opération conduite par l’équipe technique de la Fsps coordonnée par Cyril Calendini a été possible grâce à la collaboration de la Société de pêche et d’armement.

La Sopasen avait, en effet, mis à la disposition de la Fsps le bateau désarmé « Connie » qui avait été rebaptisé pour la circonstance Michel Calendini, un précurseur de la pratique de la mise en place des récifs artificiels au Sénégal. Cette nouvelle pose est venue étoffer l’imposant parc de récifs artificiels immergés par la Fsps en partenariat et sous son autorité, avec le ministère de l’Économie maritime et de la Pêche. On signale que ce parc estimé à une surface de près de 1000 hectares place le Sénégal au premier rang en Afrique et au quatrième au plan mondial, après les États-Unis, le Japon et la France. Ce qui est compréhensible pour un pays qui a été 2 fois champion du monde en 2002 et en 2003 et dont le président de la Fsps, Abdou Goth Diouf, est vice-président de la Confédération internationale de pêche sportive (Cips) dont il dirige en même temps la Commission de l’environnement.

D’ailleurs, ce Plan stratégique initié par un arrêté du ministère de la Pêche et de l’Économie maritime datant de 2006, va considérablement s’accélérer cette saison. D’après le président de la Fsps, quatre nouveaux bateaux désarmés ont été mis à disposition par la société Sénégal Armement : le « Yue Yan Yu », le « Yue Yan Yu 2 », le « Zhongshui 9412 » et le « Cnfc 9702 ». Ce qui est, à ses yeux, « essentiel pour le programme annuel de 2017 ». C’est dire donc qu’en partenariat avec le Mpem, maître d’œuvre et au sein d’une commission technique de suivi des opérations où sont représentés la plupart des services concernés, la Fsps poursuit activement ce volet important de ses activités. Un programme qui, d’après Abdou Goth Diouf, a suscité « beaucoup d’espoirs au niveau des acteurs de la pêche sportive, artisanale et industrielle ».

En fait, toutes ces opérations s’inscrivent dans le prolongement du colloque international de Dakar sur les récifs artificiels, en 2008 au King Fahd Palace. M. Diouf rappelle qu’à cette occasion, la centaine de membres de la communauté scientifique nationale et internationale présente avaient insisté sur l’importance de mettre en place de bonnes politiques de repeuplement des espèces halieutiques au moyen de récifs artificiels.

Et, de fortes recommandations avaient également été faites pour la poursuite et le suivi scientifique et technique du programme. Mais, pour important qu’il soit d’immerger des récifs artificiels, il est encore plus primordial d’en assurer l’entretien et le suivi technique, administratif et scientifique.

« Or, nous ne pouvons pas le faire, faute de moyens », regrette-t-il.

Les chevaux des groupes 1 et 2 fusionnés ont disputé, dimanche après-midi à l’hippodrome de Thiès, le Prix spécial dédié à Mme Christiane Heart Marek, présidente des entraîneurs européens de course, propriétaire du haras de Quesnoy et actuellement hôte du Cng des courses hippiques.

Cette 5e journée de la saison organisée par le jeune promoteur Papis Niang a été rehaussée par la présence des invités de marque dont Matar Bâ, ministre des Sports, Amadou Samba Kane, Dg de la Lonase et le gouverneur de la région de Thiès.

La course la plus attendue a été enlevée par « Betty Bao » du groupe 1, une propriété de Cheikh Tidiane Niang drivée par Momar Dieye suivi de son coéquipier « Faydou » monté par Mouhamed Gadiaga. « Maha » et « Darou Khoudoss » se contenteront des 3e et 4e places. C’est dire que l’écurie Thiouth du président du Cng basé à Sangalkam était à l’honneur. C’est Mme Christaine Heart Marek la marraine qui a remis l’enveloppe de 2.000.000 FCfa au jockey Momar Dieye.

A l’issue de la cérémonie, le ministre Matar Bâ a félicité le président du Cng pour le succès de ses coursiers et pour les efforts remarquables déployés pour la bonne marche des courses hippiques. Selon M. Bâ, l’hippodrome national qui fait partie des projets du président Macky Sall, sera construit à Diamniado. Le galop des chevaux du groupe 3 a été gagné par « Nasroullah » de Mouhamed Achen. Chez les poulains de 3 ans, c’est « Very Good » d’Omar Bao Jr monté par Moussa Diene qui a laminé ses 11 rivaux. La course d’ouverture (pda) a été à l’avantage de « Dalinkoor » d’Iba Collé Bao.

Résultats techniques :
Pda 1er Dalinkor, 2e Major, 3e Darou Salam, 4e Amar
Poulains de 3 ans 1er Very Good, 2e Dieng Mor, 3e La Medina,
4e Tasul Yakaar
Groupe 1 et 2 (Prix spécial) 1er Betty Bao, 2e Faydou, 3e Makha, 4e Darou Khoudoss
Groupe d’équivalence ponctuel (demi-sang) 1er DK, 2e Sire,
3e Express, 4e Anna Fall
Groupe 3 1er Nasroulah, 2e Mbar Ngone, 3e Mamie Ngone,
4e Niody

EL H. Yamar DIOP

AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.