banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (1504)

Sport

Les jeux Olympiques sont finis mais pas le scandale du dopage en Russie: aucun sportif russe ne participera aux Jeux paralympiques de Rio (7-18 septembre), selon une décision d'appel jugée "plus politique que juridique" par le pays.

"Le Tas a rejeté l'appel déposé par le Comité paralympique russe contre la décision rendue le 7 août par le Comité international paralympique (Ipc)", a annoncé mardi le Tribunal arbitral du sport (Tas), la plus haute instance de la justice sportive, basée à Lausanne.

Cette nouvelle décision "ne relève pas du domaine du droit", a répliqué le ministre russe des Sports, Vitali Moutko, cité par l'agence de presse officielle Tass. "Elle est plus politique que juridique", a-t-il estimé, en jugeant qu'il "n'y avait aucune raison pour ce rejet". M. Moutko avait qualifié d'"inhumaine" la décision initiale.

Le président de l'Ipc, Philip Craven, s'est de son côté dit "très encouragé" par la confirmation du Tas. "La décision prise aujourd'hui renforce notre conviction dans le fait que le dopage n'a absolument pas sa place dans le sport paralympique", a-t-il réagi dans un communiqué. "Nous espérons que cette décision servira de catalyseur pour un changement en Russie."

M. Craven a rappelé que l'exclusion de la Russie était motivée par son "incapacité à respecter ses obligations vis-à-vis du Code mondial antidopage". Début août, il avait pointé l'existence d'échantillons suspects concernant 44 sportifs paralympiques russes pour les JO de Sotchi en 2014. Au total, la Russie a été privée de 113 sportifs pour les JO, dont la quasi-totalité de ses athlètes (67 sur 68). Cela ne l'a pas empêchée de finir quatrième au tableau des médailles (56 dont 19 en or).

AFP 

L'Ethiopien Feyisa Lilesa, médaillé d'argent du marathon des jeux Olympiques, ne rentrera pas en Ethiopie en dépit des assurances des autorités qu'il ne serait pas puni après ses critiques à l'encontre de la politique menée par le gouvernement, a estimé son agent mardi.

"Je ne pense pas qu'il reviendra en Ethiopie. Il y a beaucoup de gens qui disent que ce ne serait pas bon pour lui", a confié à l'AFP son agent Federico Rosa.
Rosa qui vit en Italie et est l'agent de Lilesa depuis trois ans ne sait pas ce que prévoit le sportif dans l'immédiat, après un séjour à Rio à l'issue des jeux Olympiques.
"Je ne peux rien dire de certain car je ne lui ai pas parlé depuis une conversation très courte que nous avons eue juste après sa course", a-t-il expliqué alors que plusieurs médias évoquent une demande d'asile aux Etats-Unis.

Dimanche, le marathonien avait franchi la ligne d'arrivée en deuxième position avec les bras croisés au-dessus de sa tête, comme s'ils étaient ligotés, un geste utilisé lors de récentes et importantes manifestations anti-gouvernementales violemment réprimées en Ethiopie.

Il avait ensuite récidivé lors de la cérémonie de remise des médailles et déclaré en conférence de presse craindre un retour au pays après sa protestation "contre l'attitude du gouvernement à l'égard des Oromo", une des deux principales ethnies du pays dont il est issu. Lundi, le gouvernement avait assuré que Feyisa Lilesa ne serait pas inquiété pour ses prises de position.

AFP 

Les athlètes sud-africains dont la toute nouvelle championne olympique du 800 m Caster Semenya ont fait leur retour mardi à Johannesburg où ils ont été accueillis par une importante foule à l'aéroport, après des Jeux de Rio où ils ont remporté 10 médailles. Quelques centaines de personnes sont venues acclamer Semenya, de loin l'athlète la plus populaire en Afrique du Sud, mais aussi le nageur Chad le Clos qui a remporté deux médailles d'argent à Rio, sur 200 m nage libre et 100 m papillon. A Rio, l'Afrique du Sud a égalé son vieux record de médailles établi à Anvers en 1920 et à Helsinki en 1954 avec 10 récompenses obtenues: deux en or, six en argent et deux en bronze.

Last modified on mercredi, 24 août 2016 11:36

En Algérie, la polémique enfle autour de la gestion des athlètes partis représenter le pays aux Jeux olympiques de Rio. Dimanche, le coureur algérien Taoufik Makhloufi a poussé un coup de gueule contre les « responsables » du sport algérien, les accusant d'avoir abandonné les athlètes à leur sort avant la compétition. Taoufik Makhloufi a beau avoir décroché deux médailles d'argent au 800 mètres et au 1 500 mètres durant ces Jeux olympiques de Rio, il ne décolère pas. L’Algérien a tiré à boulets rouges sur sa fédération, l’accusant d’abandonner ses athlètes.

Sa sortie médiatique a créé beaucoup de remous en Algérie. Pour Noureddine Henni, ancien joueur et sélectionneur de l'équipe algérienne de handball, les déclarations de Taoufik Makhloufi sont courageuses :
« Taoufik Makhloufi, après sa médaille d’or aux JO de Londres en 2012, a été un petit peu délaissé par la Fédération algérienne d’athlétisme et par le Comité olympique algérien. Et donc, il s’est pris en charge lui-même », explique-t-il.

Rfi

Un arbitre a défrayé la chronique ce week-end lors d'un match de coupe de Belgique à cause d'une erreur assez incroyable. Cette histoire racontée par le quotidien flamand Het Laaste Nieuws est à peine croyable. Lors d'un match de coupe de Belgique opposant dimanche le Sk Deinze au Rfc Wetteren, l'homme en noir a commis une erreur monumentale. Incapables de se départager après les 90 minutes réglementaires, les deux équipes devaient disputer en toute logique une demi-heure de prolongation.

Mais contre toute-attente, Jurgen Brickman a décidé de zapper cette étape pour passer directement à la séance de tirs au but. L'arbitre n'en démord pas Malgré les protestations et l'incompréhension des joueurs, l'arbitre est resté campé sur ses positions. Trois joueurs de chaque formation ont eu le temps de tirer avant qu'un dirigeant de l'équipe locale ne lui montre le règlement.
L'officiel se rend alors compte de son erreur et fait jouer la fameuse prolongation.

Le sélectionneur de l’équipe nationale féminine de basket va faire, aujourd’hui à 11h, le bilan de la participation de son équipe aux Jeux olympiques de Rio.
Ce sera à l’occasion d’une conférence de presse qu’il va tenir dans les locaux de la Fédération sénégalaise de basket. Les Lionnes sont arrivées hier à Dakar.
Malgré leur titre de championnes d’Afrique 2015 qui leur ont valu leur participation au tournoi olympique, elles n’ont pas pu dépasser les phases de poules à Rio. En cinq sorties, elles n’ont subi que des défaites, pour terminer dernières de leur groupe, qu’elles ont partagé avec les Etats-Unis, médaillées d’or de la discipline et l’Espagne, qui a remporté la médaille d’argent.

Habib GAYE (stagiaire)

Les quatre dernières formations en lice pour la victoire finale en Coupe du Sénégal de handball se donnent rendez-vous ce samedi à Thiès. Ce, pour disputer le dernier acte de cette compétition où le Saltigué, tenant en dames, tentera de s’imposer à nouveau face au Duc. Alors que l’Asfa, devant l’Us Rail, essayera de faire mieux que la finale perdue en 2015.

Le stadium Lat Dior de Thiès accueille, samedi, les finales de la Coupe du Sénégal de handball en hommes et dames. Deux rencontres pour boucler la saison. Chez les messieurs, un nouveau nom sera inscrit au palmarès de cette Coupe remportée l’an dernier par le Dakar Université Club. C’était justement au terme d’une finale disputée à Thiès contre cette même équipe militaire. Cette dernière a donc l’occasion de réussir là où elle a échoué une année plus tôt.

Après avoir remporté le championnat élite il y a un peu plus d’une semaine, la formation dirigée par Moustapha Cissé visera donc le doublé. En face, elle aura à découdre avec la formation locale, l’Union sportive du Rail. Le club a créé la surprise en demi-finales, en sortant la Jeanne d’Arc de Dakar, victorieuse du tenant du titre en quarts. Un ‘‘gros’’ sur la route des ‘‘Cheminots’’ qui ne comptent pas rester en si bon chemin. Ainsi, même si les militaires partent avec les faveurs des pronostics lors de cette rencontre, les Cheminots ont leur carte à jouer à domicile, face à leur public.

Si pour l’Asfa en messieurs, c’est le doublé (Championnat-Coupe) qui est visé mais surtout un rachat après la défaite de l’année dernière contre le Duc, le Saltigué en dames joue pour rempiler dans cette compétition remportée lors des deux précédentes éditions. Cette année encore, ce sont les étudiantes du Dakar Université Club qui se dresseront contre les Rufisquoises. 

Un règlement de compte entre les deux formations ; mais également le match de la dernière chance des deux protagonistes pour sauver leur saison. Ainsi, après avoir été coiffées au poteau par Diisoo qui a remporté le championnat, les adversaires de samedi vont donc se produire pour boucler la saison avec un titre. Un combat d’une saison pour les deux clubs qui ont été largués très tôt par la formation de Guédiawaye qui a dominé le championnat du début à la fin. Mais qui a dû baisser pavillon en Coupe face aux Duchesses en demi-finales.

Ces dernières qui peuvent ainsi se targuer d’avoir fait tomber les filles de Diisoo vont essayer d’en faire de même pour leurs dauphines et faire d’une pierre, deux coups : dominer l’autre grand du championnat et prendre leur revanche après le revers de la précédente finale.

O. POUYE

Programme 
Messieurs : Asfa – Us Rail ; DAMES : Saltigué – Duc.

Ligue des champions
Opposant un Enyimba déjà éliminé à un Mamelodi Sundowns déjà qualifié et assuré de la première place, le dernier match du groupe B de la Ligue des champions ne proposait aucun enjeu particulier ce mardi. La rencontre aura néanmoins permis à Enyimba d’empocher ses premiers points en surprenant (3-1) des Sud-Africains qui avaient fait le déplacement avec une équipe remaniée.

Hier : Enyimba-Mamelodi Sundowns (Groupe B): 3-1

Aujourd’hui : 14h30 : Asec-Al Ahly, 14h30 : Zesco-Wac

Le classement du groupe A : Wydad Casablanca 10 pts,
Zesco 8 pts, Al Ahly 5 pts, Asec 4 pts

Le classement du groupe B : Mamelodi Sundowns 9 pts
(- 1MJ), Zamalek 6 pts, Enyimba 0 pt (- 1MJ).
L’Es Sétif a été disqualifiée.

Coupe de la Caf
Le Mob accompagne le TP Mazembe en demies !
Vainqueur de Medeama (1-0) dans la ≪finale≫ du groupe A de la Coupe de la Caf à l’occasion de la dernière journée de la phase de poules mardi, le Mo Bejaia gagne son billet pour les demi-finales où il accompagnera le TP Mazembe qui s’est assuré la première place en terminant en beauté contre Young Africans (3-1).

Hier : TP Mazembe-Young Africans (Groupe A) : 3-1,

Mo Bejaia-Medeama (Groupe A) : 1-0
Fus Rabat-Etoile du Sahel (Groupe B) Np
Hier : Kawkab Marrakech-Al Ahly Tripoli (Groupe B)

Le classement du groupe A : TP Mazembe 10 pts, Medeama 8 pts, Mo Bejaia 5 pts, Young Africans 4 pts. 

Le classement du groupe B : Fus Rabat 11 pts, Etoile du Sahel 10 pts, Kawkab Marrakech 6 pts, Al Ahly Tripoli 1 pt

La dernière compétition continentale en rugby démarre ce mercredi dans trois pays différents. Il s’agit de la Coupe d’Afrique U19 qui se déroulera sous un format quelque peu original. Puisque ce sont 8 équipes qui se rencontreront cette année au Maroc, à Madagascar et en Namibie, comme l’a annoncé Rugby Afrique. Engagés dans le Groupe B de cette compétition, les Lionceaux sont à Casablanca où ils auront une double confrontation avec les Lionceaux de l’Atlas. D’abord, cet après-midi à 18 heures, pour la première confrontation et ensuite, samedi prochain à la même heure pour la seconde manche. L’enjeu pour les deux formations, c’est d’amasser des points dans ce Groupe.

Toujours dans le Groupe B, les deux autres équipes, Madagascar et Ouganda, se feront face à Tananarive en aller et retour (demain et dimanche) pour la montée au niveau supérieur et en fonction des points accumulés » par les différentes équipes en lice, selon l’instance continentale. Parallèlement à ces deux compétitions, Windhoek, la capitale namibienne, accueille quant à elle un autre tournoi qui regroupe quatre pays. Il s’agit du Kenya, du Zimbabwe, de la Namibie et de la Tunisie pour le Groupe A. Ici, les protagonistes ont en ligne de mire, la qualification pour le Junior World Trophy. Deux matchs sont prévus ce mercredi et déboucheront samedi prochain sur la finale et le match de classement. Ainsi à 15 heures locales, le Kenya sera opposé au Zimbabwe et à 17h30, ce sera au tour de la Namibie et de la Tunisie d’en découdre. 

Samedi, les perdants de cet après-midi disputeront le match de classement à 14 heures alors que la finale opposera les deux vainqueurs d’aujourd’hui à partir de 16 heures.

Ousseynou POUYE

La République de Guinée sera le dernier obstacle du Sénégal sur le chemin de Madagascar 2017, pays hôte de la 12e édition de la Can U17, l’année prochaine. Et pour ce derby ouest-africain prévu en mi-septembre, le coach des Lionceaux n’entend pas négliger le moindre détail dans la préparation. En particulier sa défense, point faible de l’équipe. Eviter désormais de courir derrière le résultat, c’est le chantier d’Aly Male, le sélectionneur des Lionceaux.

Les Lionceaux du Sénégal auront la République de Guinée comme dernier adversaire sur la voie de Madagascar 2017. Alors que les boys d’Aly Male n’ont pas trop souffert pour franchir le cap tunisien (3-2 à l’aller et au retour), les Guinéens se sont difficilement débarrassés des Marocains. Après s’être neutralisés à l’issue des deux manches (1-1 à l’aller et 1-1 au retour) les cadets Guinéens ont fait preuve de plus de concentration lors de la séance des tirs au but (4 tab 2). Et pour ce dernier tour décisif pour la qualification à la phase finale prévue l’année prochaine au Madagascar, le Sénégal reçoit son adversaire, en premier, en mi-septembre, et doit donc négocier la qualification hors de ses bases. Mais, cela importe peu, d’après le sélectionneur national des Lionceaux cadets. Ce, d’autant que « chacune des deux équipes à sa chance à saisir à domicile. C’est le dernier match qui est qualificatif pour la phase finale, donc il n’y a pas de calcul », raisonne Aly Male. 

Déjà dompteurs de la Tunisie chez elle lors de la manche aller du 2e tour des éliminatoires, les Lionceaux ont donc prouvé que l’avantage du terrain n’est pas une réalité. Toutefois, le coach reconnaît que son équipe souffre d’un manque de concentration en défense. A deux reprises dans cette double confrontation contre les Maghrébins, les gamins d’Aly Male sont revenus au score. Des lacunes qui pourraient être fatales aux Sénégalais. Aly Male le reconnaît et promet d’y veiller lors de la préparation du dernier et décisif tour des éliminatoires contre les voisins Guinéens. 

Des Guinéens que le coach des Lionceaux dit avoir découvert lors de leur préparation au Sénégal, « contre Ajel de Rufisque ». Reconnaissant sportivement les lacunes de son équipe, notamment en défense (4 buts encaissés en l’espace de deux matches), le coach de l’équipe nationale cadette promet de « rectifier le tir ». En résumé, Aly Male entend « tirer les leçons des deux matches derniers » pour mieux préparer le prochain. « Au regard des deux matches, la défense est le point faible de l’équipe, mais nous allons accentuer le travail dans la récupération. C’est la priorité ». Il tient cependant à souligner que l’attaque ne sera pas négligée dans la préparation.

Car, « pour la qualification, il faut non seulement marquer des buts, mais marquer plus que l’adversaire. On va travailler, encore travailler, toujours travailler sur tous les aspects », insiste le coach des Lionceaux qui rappelle que « le groupe reste toujours ouvert ». Pour le dernier match, il faudrait donc s’attendre à des renforts, même si un noyau s’est déjà dégagé. Par ailleurs, Aly Male évite de mettre la pression sur ses joueurs qui doivent, en principe, se donner le défi de suivre les traces de leurs aînés séniors et juniors, déjà qualifiés pour leurs Can respectives. 

Il préfère plutôt « travailler à booster le mental des gosses que de leur mettre la pression ».

Ansoumana SAMBOU

Sur la participation du Sénégal aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016, le ministre des Sports, Matar Bâ, a soutenu que le bilan est globalement satisfaisant « parce que les athlètes sénégalais ont gagné en expérience ». Au cours de cet entretien, le ministre des Sports a rappelé que pour faire un bilan il faut avoir des indicateurs. « Les indicateurs qui nous permettent d’avoir un bilan et de savoir que le bilan du Sénégal ne peut qu’être positif », a-t-il dit.

Au sortir de cette réunion, a-t-il rappelé, l’Etat a dégagé 800 millions FCfa pour accompagner la délégation du Sénégal et de mettre les athlètes dans d’excellentes conditions. Selon lui, le Sénégal participe aux Jeux olympiques pour permettre à ses athlètes d’avoir de l’expérience. « Nous savons que les Jeux olympiques, c’est un rendez extrêmement important et quand on va en guerre, il faut savoir tenir compte des moyens dont on dispose.

C’est pourquoi, nous avons dit que nous envoyons nos jeunes pour qu’ils gagnent en expérience mais nous y allons aussi parce que c’est une fierté et tous les pays voudraient participer à ce grand rendez-vous », a-t-il souligné. Le ministre des Sports s’est plu à dire pour le basket, en filles, le Sénégal a représenté l’Afrique comme le Nigeria en football. « Pour les Jeux olympiques, l’essentiel c’est de participer et de bien participer », a-t-il rappelé.

Aussi, Matar Bâ a également rappelé que le président de la République Macky Sall, en remettant le drapeau national aux athlètes sénégalais, leur a clairement demandé de représenter le Sénégal dignement à Rio. Et selon lui, les  athlètes sénégalais sont tombés dignement les armes à la main.

Pour Matar Bâ, certains vont raccrocher tandis que les jeunes qui, pour la première fois participaient à ces Jeux olympiques, seront  en phase de préparation pour les prochains Jeux au Japon. « Quand nous allions à Rio, nous savions pertinemment que nous ne pouvions pas tout de suite gagner une médaille.

Oumar  Ngatty BA

Last modified on mardi, 23 août 2016 14:49

Rio de Janeiro : Tirant au micro de la Rts un premier bilan de la participation sénégalaise aux JO de Rio, Seydina Diagne, le secrétaire général du Cnoss et chef de la délégation nationale a reconnu quelques couacs. Mais, il est d’avis que tout a été fait pour une participation honorable des sportifs sénégalais. Et que désormais, il faudra faire plus et essayer de décrocher une médaille dès les JO de Tokyo en 2020.

« Il existe un projet porté par le Premier ministre qui implique beaucoup de ministères et qui consiste à œuvrer dès maintenant à former un groupe d’élite susceptible de nous représenter dignement aux JO de Tokyo, dans quatre ans. Nous allons travailler avec les techniciens sénégalais et le groupe technique du Cnoss en partenariat étroit avec le ministère des Sports, afin qu’aux prochains JO, et au-delà pour ceux de 2024, on ne parte pas juste pour faire une participation honorable, mais pour prétendre décrocher une médaille.

Le document existe au niveau du Cnoss et concerne les sportifs de haut niveau sur qui l’on peut compter pour avoir une médaille. Du point de vue de l’organisation, tout ne peut pas être parfait. Nous avons travaillé sur ce dossier pendant 3 ans. Et nous estimons que tout ce qui devait être fait l’a été. L’Etat a dégagé des moyens énormes pour mettre les athlètes dans les meilleures conditions. Vous savez que, pour la première fois, le président de la République a donné des directives au Premier ministre en Conseil des ministres sur la question. 

De son côté, le Cnoss a mis les athlètes dans de très bonnes conditions depuis 2014. 10 d’entre eux ont été boursiers. On n’a donc pas attendu 2 ou 6 mois des JO pour agir. Certains étaient d’ailleurs en préparation depuis 2013. Amadou Ndiaye, par exemple, a eu une bourse de transition. 

D’autres sont boursiers depuis 2014 et ont pu prendre part aux plus grands tournois à travers le monde. Pour ce qui est du transport aérien, nous avons pêché avec ce routing pas bon. C’est une faute que nous assumons. Mais, vous savez, venir à Rio est assez compliqué et d’ailleurs certaines délégations africaines ont mis plus de 48 heures pour arriver dans cette ville brésilienne. Sinon, il n’y a eu aucun problème. Chaque athlète a eu au moins 45 articles différents. Ce qui est une première. 

En matière d’équipements, ils étaient aussi bien dotés que les athlètes des grands pays ».

B. K. NDIAYE
(envoyé spécial)

senegal oj copie

Last modified on mardi, 23 août 2016 14:52

La commission d’organisation de la Coupe d’Afrique des Cations a conclu à l’éligibilité du joueur Papa Massa Mbaye de la Guinée-Bissau qui, selon cette commission, satisfait aux dispositions de l’article 7 (c) du règlement d’application des statuts de la Fifa. On se souvient de la réserve déposée par la Zambie sur l’éligibilité dudit joueur lors du match qui opposait les deux équipes à Bissau pour le compte de la 5e journée des éliminatoires de la Can « Gabon 2017 » remporté par la Guinée Bissau par 3 buts à 2.

En fait, la Zambie reprochait à son adversaire d’avoir aligné un joueur (Papa Massa Mbaye) qui s’était présenté avec un nouveau passeport dans lequel ne figurait pas un cachet d’entrée en Guinée Bissau, et qu’en plus, le joueur évoluait sous les couleurs du Sénégal depuis le 6 mai 2014. Mais suite aux investigations menées par la Caf et les pièces justificatives déposées par la partie bissau-guinéenne, l’instance dirigeante du football continental a conclu à l’éligibilité du joueur Papa Massa Mbaye et a homologué le résultat acquis sur le terrain.

C. F. KEITA

Les Championnats nationaux interclubs ont mis en lice les nageurs des différentes formations du pays. Au terme des deux journées de compétitions, l’Asfa en hommes et la Bceao chez les dames ont raflé la mise.

Un rendez-vous national où les titres de champions du Sénégal en messieurs comme en dames étaient en jeu. Pour ce faire, un programme de 30 épreuves (15 en dames et 15 en messieurs) avait été établi par la fédération pour départager les uns et les autres. Dominatrice l’année dernière, la Bceao a partagé les honneurs cette année.

Restés maîtres chez les dames, les ‘‘Banquiers’’ ont dû s’incliner face aux militaires à qui ils laissent le titre en messieurs. Ainsi, au terme des 15 épreuves disputées, les pensionnaires de l’Asfa ont permis à leur formation de s’emparer du titre de champion du Sénégal en totalisant 7185 points. Les partenaires d’Adama Thiaw Ndir mènent ainsi la danse ; suivis en 2ème position par les nageurs du Club de natation de la Bceao qui ont totalisé 6726 points. 

Le podium du classement est complété par le Club des nageurs de Dakar et Gorée (Cndg) qui s’empare de la 3ème position avec 6110 points glanés. Chez les dames, la Bceao a gardé jalousement son trophée remporté l’an dernier. Le club a, en effet, gagné le titre de Champion du Sénégal pour cette année après avoir vu ses pensionnaires dominer 10 des 15 épreuves au programme ; elles terminent la compétition avec un total de 3992 points.

Fruit de la belle prestation de Fatou Binetou Diagne et ses coéquipières qui ont donné le ton dans cette compétition en remportant d’entrée, le relais 10x100m Nage libre. La Bceao est suivie par le Club des nageurs de Dakar et Gorée (Cndg) qui a bouclé les 15 épreuves avec 2606 points. Les nageuses de l’Union sportive de Ouakam (Uso) complètent le podium avec 1844 points. A noter que neuf (9) formations chez les messieurs et trois (3) en dames se sont donné la réplique lors de ces Championnats qui ont regroupé les clubs de la capitale.

Ousseynou POUYE

Résultats : Messieurs – 1er : Asfa 7185 points ; 2ème Bceao 6726 points ; 3ème Cndg 6110 points. Dames – 1er Bceao 3992 points ; 2ème Cndg 2606 points ; 3ème Uso 1844 points.

Last modified on mardi, 23 août 2016 13:23

Rio de Janeiro : Ce n’est certainement pas une grosse performance que de ne passer qu’un tour aux JO. Mais dans le contexte sénégalais, et rapporté aux états de service des autres sportifs de la délégation nationale, les combats remportés par les lutteurs Isabelle Sambou (53 kg), par ailleurs porte-drapeau, et Adama Diatta (57 kg) peuvent être un motif de satisfaction. « Je suis fier des enfants. Ils n’ont jamais été ridicules », a d’ailleurs jugé leur Dtn, Abdou Badji à la suite de leurs deuxièmes combats perdus respectivement contre la Japonaise Saori Yoshuda et le Cubain Bonne Rodriguez.

En fait, au-delà de leur parcours, c’est l’état d’esprit de ces deux lutteurs qui est à saluer. Isabelle Sambou n’avait fait qu’une bouchée de sa première adversaire, la Vietnamienne Thi Lua Nguyen (5 – 0) avant de buter sur une montagne japonaise : la Yoshuda était tout simplement triple championne olympique et n’avait pas perdu de combat depuis plus de 10 ans, l’a vaincue par 9 points à O.

Donc ni par tomber ni par supériorité technique comme elle l’avait fait de toutes ses adversaires. 5ème de sa catégorie aux JO « Londres 2012 », Isabelle Sambou ne put se refaire une santé lors des repêchages, battue qu’elle a été par l’Azerbaïdjanaise Natalya Sinishin (0 – 4). Son objectif raté, la porte-drapeau de la délégation du Sénégal, inconsolable, a pleuré toutes les larmes de son corps. Et a dû être réconfortée par son Dtn qui a trouvé, à juste titre, qu’elle n’avait rien à se reprocher.

Elle avait, en effet, tout donné ; mais c’était insuffisant. Pareil pour Adama Diatta, auteur, en qualification, d’une remontée spectaculaire à 7 secondes de la fin de son combat contre le Mongol Erdenebat (après avoir été mené 0 – 3), avant de rompre en huitième de finale face au Cubain Bonne Rodriguez, victime d’un temps de récupération beaucoup trop court. C’est dire que les deux lutteurs sont tombés avec les honneurs.

Les autres, tous les autres, ont été bien moins performants, aucun n’ayant réussi à passer ne serait-ce qu’un tour. A l’image de Balla Dièye éliminé (12 – 15) en seizièmes de finale du tournoi de taekwondo, chez les 68 kg, par le jeune polonais Robak Karol (18 ans). Pourtant, à un moment, il avait donné l’impression de pouvoir s’imposer lorsqu’il était revenu à 1 point de son vis-à-vis (7 – 8 à la fin du 2ème round).

Mais « la jambe devant » du Polonais et les coups qu’il soutient avoir reçu au moment du corps-à-corps (alors qu’en principe, ce n’est pas permis) lui ont été fatals. Quant au kayakiste Jean-Pierre Bourhis, engagé en slalom, il n’a pu disputer que 2 courses dans le 200m C1, avant de réaliser qu’à 21 ans et pour ses premiers Jeux, il lui restait encore beaucoup de chemin à parcourir. « J’ai beaucoup appris ici », a-t-il soutenu en promettant de revenir dans 4 ou 8 ans, encore plus fort pour espérer décrocher une médaille olympique.

S’offrir une médaille à Rio, ce n’était forcément pas l’objectif de l’épéiste Alexandre Bouzaïd pour ses deuxièmes Jeux. Mais un ou deux tours franchis lui auraient fait du bien.
Or, il a eu la malchance de tomber d’entrée sur le Hongrois Boczko, champion d’Europe 1997, 2002 et 2003 et médaillé d’argent par équipes aux JO d’Athènes (Grèce) en 2004. Mais, plus que sa défaite face à cet escrimeur expérimenté, c’est de n’avoir réussi que 9 touches (contre 15 à son adversaire) qui lui a fait mal.

B. Khalifa NDIAYE (envoyé spécial)

Last modified on lundi, 22 août 2016 11:27

Rio de Janeiro : Une bonne partie de la délégation sénégalaise aux JO 2016 a quitté Rio hier soir, alors même que le feu d’artifice final n’avait pas été déclenché. Et que le drapeau du CIO n’était pas encore passé des mains du maire de « Ville merveilleuse » à celles de l’édile de Tokyo, au Japon, qui accueillera la 32ème édition dans quatre ans.

Mais le groupe ne débarquera à Dakar en milieu d’après-midi (16h45) après avoir pris à rebours l’inadmissible parcours de l’aller qui l’avait conduit de la capitale sénégalaise à Addis-Abeba (Ethiopie) puis Luanda (Angola) avant de fouler le sol brésilien. Soit quelques 36 heures d’un calvaire innommable pourtant allongé de 24 heures pour quelques athlètes.

En effet, parti de Dakar un jour avec le gros de l’effectif, en plus d’avoir enduré les rigueurs de ce routing absurde, ils avaient passé une nuit à l’aéroport de Luanda et avaient dû payer 150 dollars par tête de pipe pour pouvoir dormir dans ce que, l’une d’eux, la judoka Hortense Diédhiou a appelé « une cellule ». « J’ai été emprisonnée, puisque le gardien avait fermé la porte derrière lui et était parti avec la clé », avait-elle « clashé » suite à son élimination d’entrée par immobilisation par la Hollandaise Sanne Verhagen (- 57 kg).

Rien que ce routing invraisemblable soumis à des sportifs sur le chemin de la compétition de très haut niveau (alors que la plupart des officiels ont pris un vol semi-direct Dakar – Paris (ou Madrid) – Rio et retour), peut renseigner sur le peu de cas que les responsables font des acteurs de base sans lesquels il ne peut y avoir de sport et donc de délégation sportive.

Ce n’est pas parce qu’on n’a aucune ambition de faire bonne figure qu’on doit soumettre des sportifs à pareil calvaire. Que dire alors des journalistes sénégalais accrédités et qui sont donc partie intégrante de la délégation officielle, mais qui ont été traités à Rio avec un mépris sans nom ? Ils étaient les seuls à qui l’on ait demandé de loger à deux dans une chambre individuelle et donc de devoir dormir à deux sur un lit ordinaire.

Ce n’est qu’après plus d’une semaine d’une intenable promiscuité qu’ils ont pu bénéficier de lits individuels, alors que l’un d’eux avait claqué la porte depuis longtemps. Leurs conditions de travail n’ont pas non plus été des meilleures. Ce n’est, par exemple, qu’après une semaine de présence à Rio, qu’ils ont pu enfin disposer de passes pour entrer au Village olympique.

Si l’on y ajoute la difficulté (voire l’impossibilité) de joindre au téléphone les responsables administratifs, on peut dire qu’ils ont eux aussi eu leur dose de problèmes. Heureusement que, malgré les chiches résultats de leurs athlètes, les différents techniciens ont fait preuve d’une belle disponibilité. 

B. Khalifa Ndiaye (envoyé spécial)

Last modified on lundi, 22 août 2016 11:27

Rio de Janeiro (Brésil) : Il n’en reviendrait pas, le bon vieux Baron Pierre de Coubertin, « l’inventeur » des Jeux olympiques modernes ! Que plus d’un siècle après avoir modernisé les Jeux antiques romains et défendu que les femmes et les colonisés ne pouvaient y prendre part, il y ait dans les rangs des ex-colonisés de fervents défenseurs de son fameux principe d’alors : « l’essentiel, c’est de participer » ! Oui, que de Sénégal, en l’occurrence, fasse sienne cette vérité d’un autre temps, alors que se tenait à Rio de Janeiro (Brésil) la 31ème édition des JO, la toute première en Amérique latine, aurait surpris même l’auteur de la célèbre phrase.

A plus forte raison ceux qui, aujourd’hui, vivent avec leur temps et savent que les rendez-vous sportifs ne sont plus des parties de plaisir. Mais des arènes où les peuples et les nations s’affrontent comme autrefois sur les champs de bataille. C’est dire que les sportifs sont devenus des ambassadeurs en culottes courtes, en kimono, à vélo, à dos de cheval, en gants, etc. avec pour mission de faire briller les couleurs de leur pays et de hisser leur drapeau national au mât olympique le plus haut possible.

Apparemment sauf le Sénégal. D’où ce que, dans une de ses chroniques, Ngagne Demba appelait « le refus de gagner ». Car, des occasions de s’imposer, il y en a bien eu surtout pour les basketteuses à la Youth Arena de Deodoro (contre la Chine et le Canada, et à un degré moindre face à la Serbie).

Mais elles ont craché sur toutes. « Les autres viennent aux JO pour gagner. Pourquoi pas nous ? », s’est même interrogé depuis Rio, le cœur lourd, El Hadj Amadou Dia Bâ, celui-là même qui a offert au Sénégal sa seule médaille olympique (d’argent au 400 mètres haies).

B. Khalifa NDIAYE (Envoyé spécial)

Last modified on lundi, 22 août 2016 11:29

Rio de Janeiro : Les techniciens brésiliens du foot avaient donc fait le bon choix : épargner volontairement leur prodige Neymar lors de la récente Copa America finalement remportée par le Chili afin qu’il se consacre pleinement sur les JO. Motif : la compétition sud-américaine des Nations, le Brésil l’a remportée huit fois ; alors que le tournoi olympique de foot s’était toujours refusé à lui. Une sorte d’incongruité pour le « pays du football » qui avait disputé et perdu 3 finales de JO : en 1984 à Los Angeles contre la France, en 1988 contre le Cameroun et en 2012 face au Mexique.

Alors, pour une fois que les JO se déroulaient au Brésil même, qui plus est pour la première fois en Amérique du Sud, il n’était pas question de laisser échapper le seul trophée qui manquait à l’immense palmarès du roi Pelé et de ses héritiers (5 coupes du monde, 4 coupes des Confédérations, en plus des Copa America et des titres acquis chez les catégories de jeunes). Les JO, c’est vrai, ce n’est pas que le foot qui est d’ailleurs loin d’être la première discipline olympique. Mais au Brésil, le foot est roi. Donc laisser passer cette occasion, deux ans après avoir piteusement échoué en demi-finale de « son » Mondial (1 – 7) face à l’Allemagne, c’était simplement impensable.

Et lorsque cette Seleçao olympique, conduite par Neymar, après un début de parcours poussif, pris rendez-vous pour la finale au mythique stade de Maracana où le Brésil n’avait jamais rien gagné de digne de son rang et en plus contre la « Mannschaft » allemande qui avait plongé tout un pays dans un autre deuil, après celui provoqué au Mondial de 1950 par l’Uruguay, l’occasion était à ne pas manquer.

Et le joyau du Barça en bon capitaine et ses troupes ne la manquèrent pas. Certes, ce fut long à se dénouer, le capitaine allemand Meyer (59ème mn) ayant eu la … mauvaise idée de répondre au sublime coup franc de son homologue brésilien Neymar (26ème mn) ; et les prolongations n’ayant rien donné.

Et c’est donc aux tirs au but que tout s’est décidé, Neymar se chargeant d’exécuter le cinquième essai brésilien alors que l’Allemand Peterssen venait de rater le sien. Au-delà du Maracana, c’est tout un pays qui a explosé lorsque le portier allemand Horn a vu vibrer ses filets sur ce 10e tir au but d’une soirée pleine d’un bon football.

Le Brésil venait d’écrire la seule ligne qui manquait à sa légende. Un titre synonyme de 6ème médaille d’or brésilienne dans ces JO de Rio. Ce qui plaçait le pays hôte à la 14ème place du classement des breloques (6 d’or, autant d’argent et autant de bronze). Peut-être loin des attentes vu l’immensité des moyens consentis.

Mais, la face est (presque) sauve, puisque la Jamaïque de « L’Eclair » Usain Bolt n’était hier matin « que » 15ème juste derrière. Et surtout parce que le football masculin a fait coup double : remporter le seul trophée qui lui manquait et aux dépens de l’Allemagne. Rien que pour cela, le Brésil peut se gausser d’avoir réussi « ses » Jeux…

B. Khalifa NDIAYE (Envoyé spécial)

Last modified on lundi, 22 août 2016 11:06

Les Brèves des JO

22 Aoû 2016
1008 times

La perchiste russe Isinbayeva arrête sa carrière

AFP : La perchiste russe Yelena Isinbayeva, double championne olympique (2004, 2008) mais exclue des JO de Rio en raison du dopage dans l’athlétisme russe, a annoncé vendredi qu’elle mettait un terme à sa carrière. Yelena Ysinbayeva, âgée de 34 ans, a été élue à la Commission des athlètes du Cio, où elle siègera pendant huit ans.

9e médaille d’or pour Bolt, avec le relais 4x100 m de la Jamaïque
AFP : Usain Bolt a remporté vendredi à Rio sa neuvième médaille d’or olympique grâce au relais 4x100 m jamaïcain, pour s’offrir un troisième triplé olympique sur 100, 200 et 4x100 m après ceux de Pékin-2008 et Londres-2012. Bolt rejoint ainsi le Finlandais Paavo Nurmi et l’Américain Carl Lewis au rang d’athlète le plus titré de l’histoire des JO. L’un des titres de Bolt est toutefois sous la menace, puisque l’un de ses équipiers, Nesta Carter, a été contrôlé positif a posteriori à l’occasion du relais 4x100 m des JO de Pékin

Basket: les Américaines s’offrent un sixième triomphe de suite
AFP : Sur une autre planète: les Américaines ont remporté sans surprise leur sixième titre olympique consécutif, samedi à Rio, en pulvérisant les Espagnoles (101-72). Depuis 1992, soit 24 ans, les désormais sextuples championnes en titre n’ont pas perdu un match aux jeux Olympiques.

Foot dames - Allemagne en or, toute première fois
AFP : Il ne lui manquait plus que l’or olympique pour compléter son palmarès dans les tournois majeurs du foot féminin, et l’équipe d’Allemagne s’en est saisi en battant la Suède (2-1) en finale des JO-2016, vendredi au Maracana de Rio. La "Mannschaft" féminine comptait déjà deux Coupes du monde et huit Euros, outre trois médailles de bronze aux Jeux. Elle succède aux États-Unis, qui étaient triples tenants du titre olympique.

Le Brésil de Neymar décroche sa première médaille d’or en foot
AFP : Le Brésil emmené par Neymar a remporté pour la première fois de son histoire un tournoi olympique de foot en battant l’Allemagne en finale des JO-2016 aux tirs au but (1-1 a.p., 5-4 t.a.b.), samedi au Maracana de Rio. Grâce au tir au but vainqueur de Neymar, le Brésil succède au palmarès au Mexique, qui l’avait battu en finale à Londres-2012. Les jeunes Brésiliens prennent une forme de revanche sur l’Allemagne, qui avait humilié la "Seleçao" en demi-finale du Mondial-2014 sur le score incroyable de 7-1.
Foot - Le Nigeria médaillé de bronze

AFP : Le Nigeria a pris la médaille de bronze du tournoi de foot masculin aux JO-2016 en battant le Honduras (3-2) dans le match pour la 3e place, samedi à Belo Horizonte. Le Nigeria complète sa collection de médailles olympiques après l’or (1996) et l’argent (2008).
Taekwondo : Cheick Cissé en or, Ruth Gbagbi en bronze, la Côte d’Ivoire au paradis
Rfi.fr : L’Ivoirienne Ruth Gbagbi et son compatriote Cheick Cissé ont sorti le grand jeu. Elle a récupéré le bronze et lui l’or olympique, une première pour leur pays. Ce 19 août a été particulièrement faste pour le sport africain aux JO 2016. La Côte d’Ivoire a notamment décroché les deuxième et troisième médailles olympiques de son histoire, avec l’or de Cheick Cissé et le bronze de Ruth Gbagbi en taekwondo.

Le Kényan Eliud Kipchoge sacré champion olympique de marathon
Le Kényan Eliud Kipchoge a été sacré champion olympique 2016 de marathon en 2 heures 08 min 44 sec, sur un parcours rendu délicat par la pluie, dimanche 21 août à Rio. Eliud Kipchoge a devancé l’Ethiopien Feyisa Lilesa (2h09:54), médaillé d’argent, et l’Américain Galen Rupp (2h10:05), qui décroche le bronze.

Record de médailles olympiques gagnées par l’Afrique
Avec 43 médailles gagnées depuis le début des JO 2016, l’Afrique a d’ores et déjà battu son record, établi aux Jeux olympiques 2008 : 40 médailles. Le continent est encore loin, en revanche, de son record de médailles d’or remportées : 13 à Pékin contre 9 actuellement à Rio. Les 54 délégations peuvent toutefois encore améliorer ce total grâce au marathon, au cyclisme mountain bike et à la lutte libre, ce 21 août, dernier jour de compétition.

B. Khalifa NDIAYE (Envoyé spécial)

Last modified on lundi, 22 août 2016 10:59

Sosies : Après celui du Brésilien Ronaldinho trouvé en début de semaine dernière à Copacabana s’amusant avec un ballon comme son illustre compatriote, c’est un sosie de l’Argentin Diego Maradona qu’on a croisé devant une des portes du mythique stade de Maracana, samedi après-midi. Une réplique du trophée de la Coupe du monde dans une main, un ballon de foot dans l’autre, il se prêtait de bonne grâce aux séances de photo que lui proposaient les passants.

Mieux qu’un derviche-tourneur ! A la mi-temps de la finale de foot Brésil – Allemagne, une troupe de jeunes artistes a assuré le spectacle derrière l’une des cages du Maracana, en compagnie de Vinicius, la mascotte de ces JO. Et parmi eux, il en ait qui ferait pâlir de jalousie le plus expert des derviches-tourneurs. En fait, il a vrillé comme une toupie, mais pas sur ses pieds. Plutôt sur sa tête.

Journalistes – supporters : Entre le Brésil et l’Allemagne, la finale de foot c’était aussi en … tribune de presse, samedi soir au Maracana. Les journalistes des deux camps ont donné de la voix comme de simples supporters.

B. K. N.

Le Camerounais Issa Hayatou, vice-président de la Fifa et président de la Confédération africaine de football (Caf), a été fait dimanche membre honoraire du Comité international olympique (Cio) dont il est membre depuis 2001, a constaté l'Afp.

M. Hayatou, dont le mandat au Cio arrivait à expiration, est devenu membre honoraire lors de la 129e session de l'instance qui s'est achevée dimanche à Rio, avant la cérémonie de clôture des jeux Olympiques.

Les membres honoraires n'ont pas le droit de vote au Cio, ce droit étant réservé à la centaine de membres actifs. Le Camerounais, âgé de 70 ans, a assuré l'intérim à la présidence de la Fifa après la suspension du président déchu Joseph Blatter.Il avait reçu un blâme du Cio en décembre 2011, après avoir été mis en cause dans une affaire de corruption en lien avec l'ancienne agence de marketing de la Fifa international sport and leisure (Isl). Le président du Cio Thomas Bach a salué "le rôle joué par M. Hayatou dans le développement du football en Afrique.

Il a été un partenaire efficace pour le Cio". La session du Cio a également voté en faveur de l'entrée à la commission des athlètes de la cycliste Néo-Zélandaise Sarah Walker, médaillée d'argent en BMX à Londres en 2012. Arrivée en 5e position lors du vote des athlètes effectué pendant les JO de Rio, Sarah Walker rejoint quatre autres nouveaux membres dont l'ex-perchiste russe Yelena Isinbayeva, exclue des JO-2016 dans le cadre des révélations sur le dopage d'Etat en Russie.

AFP 

France (2e journée)
Le PSG bat logiquement Metz

Le PSG a remporté face à Metz (3-0) sa deuxième victoire en autant de matches de Ligue 1 mais pourra regretter de nombreuses occasions ratées, notamment par Cavani. Kevin Trapp a été décisif sur les quelques frappes dangereuses messines.
Lyon - Caen 2 – 0, Nantes - Monaco 0 – 1, Lille - Dijon 1 – 0, Lorient - Bastia 0 – 3, Toulouse - Bordeaux 4 – 1,
Angers - Nice 0 – 1, Rennes - Nancy 2 – 0,
Guingamp - Marseille 2 – 1, Saint-Etienne – Montpellier 3-1, Paris SG – Metz 3-0

Angleterre (2e journée)
Chelsea renversant, Liverpool chute
Un temps mené, Chelsea a finalement remporté son match à Watford (2-1) lors de la 2e journée de Premier League, ce samedi. Liverpool s’est incliné sur le terrain de Burnley (0-2). En revanche, Liverpool n’a pas confirmé son succès face à Arsenal (4-3). Les joueurs de Jürgen Klopp ont été piégés par Burnley ().

Trop légers défensivement, les Reds se sont fait punir une première fois dès la 2e minute par Sam Vokes, qui s’est joué de la défense de Liverpool avant de tromper Mignolet d’une frappe en pivot. Andre Gray a ensuite effacé deux défenseurs d’un crochet extérieur avant de marquer le deuxième but (37e). Burnley signe ainsi son premier succès de la saison.

Manchester United - Southampton 2 – 0,
Stoke City - Manchester City 1 – 4,
West Bromwich - Everton 1 – 2, Burnley - Liverpool 2 – 0,
Swansea City - Hull City 0 – 2, Tottenham - Crystal Palace 1 – 0, Watford - Chelsea 1 – 2, Leicester City - Arsenal 0 – 0,
Sunderland - Middlesbrough 1 – 2,
West Ham - AFC Bournemouth 1 – 0

Espagne (1re journée)
Le Real Madrid assure l’essentiel,
le FC Barcelone cartonne
Le FC Barcelone a remporté son premier match de la saison en Liga avec la manière. Messi et ses coéquipiers ont corrigé le Betis Séville (6-2) ce samedi au Camp Nou. usqu’ici, tout va bien pour le FC Barcelone. Opposé ce samedi au Betis Séville pour son premier match de la saison en Liga, le Barça s’est imposé (6-2) au Camp Nou. Dans la lignée de ses deux victoires face au Séville FC en Supercoupe d’Espagne (2-0, 3-0), la formation blaugrana a donc poursuivi son début de saison quasiment parfait.

Quasiment car pour la première fois en trois rencontres, les coéquipiers de Lionel Messi ont encaissé deux buts, à la 21e minute sur un coup franc de Ruben Castro et en fin de rencontre, par ce même attaquant du Betis (84e).

La victoire est moins flamboyante que celle du , mais le nombre de points engrangés est le même, et c’est sans doute l’essentiel pour le Real Madrid. Sans être irrésistibles, les Madrilènes ont rapporté un succès de leur déplacement à San Sebastien sur le terrain de la Real Sociedad (3-0) grâce à des buts de Gareth Bale (2e, 90e+4) et Marco Asensio (40e) et s’en contenteront largement.

Malaga - Osasuna 1 – 1, Deportivo La Corogne - Eibar 2 – 1,
FC Barcelone - Betis Séville 6 – 2, Grenade - Villarreal 1 – 1,
FC Séville - Espanyol Barcelone 6 – 4,
Sporting Gijon - Athletic Bilbao 2 – 1,
Real Sociedad - Real Madrid 0 - 3
Atletico Madrid – Alaves: Np
Aujourd’hui : (20H00) Celta Vigo – Leganes,
(22H00) Valence - Las Palmas

Italie (1ere journée)
La Lazio Rome et Naples se font peur
Alors qu’elle menait 3-0 à la mi-temps, la Lazio Rome s’est finalement imposée (4-3) face à l’Atalanta Bergame. Vice-champion d’Italie, le Napoli a été accroché par le promu, Pescara (2-2). La Lazio Rome a idéalement lancé sa saison, ce dimanche, sur le terrain de l’Atalanta Bergame. Les joueurs de Simone Inzaghi ont effectué l’essentiel du travail en première période en inscrivant trois buts entre la 15e et la 33e minute. Vice-champion d’Italie, Naples a connu des débuts moins réussis et a concédé le nul () face à Pescara, un promu.

Menés (2-0) à la mi-temps après des buts d’Ahmad Benali (8e) et de Gianluca Caprari (35e), les Napolitains peuvent remercier Dries Mertens, auteur d’un doublé en trois minutes (60e,63e), six minutes après son entrée en jeu, qui les a remis dans le droit chemin.

AS Rome - Udinese 4 – 0, Juventus - Fiorentina 2 – 1,
AC Milan - Torino 3 – 2, Chievo Vérone - Inter Milan 2-0,
Empoli - Sampdoria Gênes 0-1, Genoa – Cagliari 3-1,
Palerme – Sassuolo 0-1, Pescara – Naples 2-2,
Atalanta Bergame-Lazio Rome 3-4, Bologne-Crotone 1-0

Keita Baldé n’a plus envie de poursuivre sa carrière à la Lazio de Rome. Désireux de quitter le club de la capitale italienne, l’attaquant sénégalais voit ses dirigeants s’opposer à son départ.
En conflit avec ses patrons, Baldé a prétexté une blessure au genou pour ne pas jouer la première journée de Serie A notamment le match qui oppose la Lazio à l’Atalanta.

Un comportement qui n’a plu ni à son entraîneur, ni à ses dirigeants. Ces derniers ont rendu public un communiqué pour condamner le geste de leur joueur.

« La S.S. Lazio considère inacceptable le comportement du joueur Keita Baldé, qui a décidé de déserter le premier match de championnat en prétextant l’existence d’une blessure au genou gauche… Il est compréhensible qu’un jeune footballeur talentueux aspire à brûler les étapes de sa carrière.

Mais cette ambition ne peut pas conduire à des actes de non-professionnalisme contre le club avec lequel il est encore lié pour deux ans de contrat, dans un geste de défiance et d’arrogance envers ses coéquipiers et les supporters », peut-on lire dans cette note diffusée par le club italien. Il y a un mois, Keita Baldé s’est battu avec Lulic, un de ses coéquipiers.

(Source : Africa Top Sports)

Les responsables de 19 Asc de la commune de Saint-Louis et de 10 autres du Gandiolais, ont reçu samedi, des mains de Massaer Gaye, vice-coordonnateur du Mouvement Action Sénégal, des lots importants d’équipements sportifs, offerts par le président de cette structure de développement économique et social, Yérim Thioub, par ailleurs directeur de l’Agence nationale des affaires maritimes (Anam). 

Au cours de cette cérémonie officielle de remise de don, qui s’est déroulée à Pikine Tableau Walo, Massaer Gaye a réaffirmé la farouche volonté de Yérim Thioub de prêcher par l’exemple, en assistant régulièrement les jeunes, conformément aux instructions et directives du chef de l’Etat. M. Gaye a précisé qu’à travers les actions du Mouvement Action Sénégal (Mas), Yérim Thioub s’évertue, non seulement à contribuer à traduire en actes concrets la vision du président Macky Sall en matière de développement économique et social, mais à aider surtout Mansour Faye et le Conseil municipal à satisfaire les doléances des populations de Saint-Louis.  

Les responsables des Asc bénéficiaires de ce don, se sont réjouis de ce geste de Yérim Thioub, qui permet aux jeunes de Saint-Louis et du Gandiolais de s’épanouir dans le domaine sportif.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

En match comptant pour le 2ème Tour retour des éliminatoires de la Can cadette U17 « Madagascar 2017 » disputé samedi au stade Demba Diop, le Sénégal a battu la Tunisie par 3 à 2.

Mi-temps : 0-1. Buts : Ibrahima Dramé (77ème mn), Alioune Abdoulaye Sow (90ème mn) et Ousseynou Niang (90+3 mn) pour le Sénégal ; Ghuriani Bechir (18ème mn) et Taoues Mouhamed Adem (87ème mn).

Avertissements : Ibrahima Dramé pour le Sénégal ; Jebali Alif et Kassab Khalif pour la Tunisie. Expulsion : Morsi Mahmoud (entraîneur Tunisie).

Arbitres : Fabricio Faby Duarte assisté par José Carlos A. Pina Mendes et Julio Manuel Faria Da Conceiçao, tous du Cap-Vert.

SENEGAL : Arona Samba, Fostino Manga (Cap), Assane Bèye, Bassirou Sène, Ibrahima Dramé, Mouhamed Victor Diagne, Ousmane Bâ puis Bassirou Ndiaye (82ème mn), Mouhamed Diop, Ousseynou Niang, Cheikh Ab. Mb. Dieng puis Issa Soumaré (72ème mn), Papa Ndiaga Yade puis Alioune Abdoulaye Sow (84ème mn). Entraîneur : Aly Male.

TUNISIE : Yermani Aziz, Mechrgui Yasser puis Taoues Mouhamed Adem (45ème mn), Jebali Aziz (Cap), Nasr Slim, Haj Mahmoud Mohamed, Ben Ameur Haroun, Bardiaa Ghassen, Kassam Khalil, Smei Ramez puis Saïdi Aziz (86ème mn), Ouertani Motez puis Oubeidallah Chiheb (75ème mn), Ghuriani Bechir. Entraîneur : Morsi Mahmoud.

La détermination était des deux camps dans cette partie qui s’apparentait à un règlement de comptes. Car si les Tunisiens affirmaient qu’ils étaient à Dakar pour renverser la tendance, Aly Male et ses protégés affichaient la détermination de confirmer le résultat positif (2-3) du match aller. C’est dans ce contexte que les hostilités ont été ouvertes. Ainsi par deux fois, les jeunes Tunisiens ont mené au score et par deux fois, les Lionceaux sont revenus à leur niveau.

Pour enfin l’emporter dans les arrêts de jeu, sur un but de Ousseynou Niang, trois minutes après la fin du temps réglementaire. Une réalisation qui est venue couronner une phase de jeu qui a vu les Lionceaux acculer leurs adversaires en fin de partie. Avant cela, les Tunisiens ont donc eu à mener la danse à deux reprises avec l’espoir de refaire leur retard et enfin l’emporter. Car dès la 18ème minute, c’est Ghuriani Bechir qui ouvrait la marque en concrétisant une contre-attaque de sa formation. Mais les jeunes sénégalais réagissaient bien en revenant à la marque par Ibrahima Dramé (77e). Bien présente dans le jeu, la Tunisie reprendra l’avantage par Taoues Mouhamed Adem qui inscrivait le second but à la 87ème mn.

Mais cette avance sera de courte durée puisque Alioune Abdoulaye Sow, entré en jeu à la 84ème mn a remis une nouvelle fois, les pendules à l’heure pour son équipe (2-2, 90ème mn). Insatiables, les Lionceaux portaient l’estocade finale aux Tunisiens dans les arrêts de jeu par Ousseynou Niang (90e+3). Un résultat qui confirme donc la domination sénégalaise qui s’est dessinée à l’aller avec le même résultat (3-2) après avoir été menés au score. Une nouvelle fin de partie maîtrisée par les Lionceaux qui se qualifient pour le tour suivant.

Ousseynou POUYE

Aly Male, sélectionneur du Sénégal: « Nous avions un adversaire déterminé à nous battre »
Aly Male Coach U17« Ce fut un match difficile puisque nous avions de jeunes joueurs avec en face, des adversaires qu’ils avaient battus à l’aller. Nous avons encaissé un premier but gag sur un mauvais placement défensif. Nous avions un adversaire déterminé à nous battre et j’avais demandé aux joueurs d’oublier le résultat du match aller.

Il fallait créer des espaces, jouer et marquer. Nous voulons un peu d’indulgence pour les joueurs qui sont jeunes et inexpérimentés ; ils ne peuvent pas avoir la même mentalité que les grands et ne peuvent pas avoir la même concentration tout le temps.Certains supporters réclamaient un remplacement d’un joueur (Ibrahima Dramé) que j’ai refusé. Et en fin de compte, c’est lui qui a égalisé après avoir marqué deux buts au match aller ».

Morsi Mahmoud, sélectionneur de la Tunisie: « Le Sénégal a exploité les espaces que nous avons laissés »
« J’avais dit aux joueurs que ça allait être un match difficile mais ils n’ont pas démérité. En Tunisie, nous avons encaissé des buts très lourds de conséquence pour nous. Malgré tout, nous avons bien préparé le match de Dakar pour marquer. Mais l’adversaire était imprenable ; le Sénégal a exploité les espaces que nous avons laissés. Après notre premier but, nous avons poussé pour marquer un deuxième but. Le troisième devait nous qualifier. Mais nous avons manqué de concentration. Je dis bravo à mes joueurs et que l’avenir est devant eux ».

Recueillis par O. POUYE


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.