banner home page1

Pour vos insertions, contactez la Régie publicitaire de la SSPP Le Soleil

Sports (5128)

Sport

D’après une étude publiée lundi par l’observatoire du football Cies, le Sénégal suivi du Maroc sont les deux sélections africaines qui ont le plus de chances de briller lors du Mondial 2018. Mais l’indicateur utilisé par l’organisme pour bâtir ses données demeure très discutable.

A 45 jours du coup d’envoi du Mondial 2018, l’observatoire du football Cies s’est risqué à réaliser une projection osée lundi. En se basant sur différents indicateurs, l’organisme a publié un «indice de pouvoir» de chacun des 32 qualifiés pour la Coupe du monde en établissant leurs chances de soulever le trophée le 15 juillet prochain en Russie.

En tête, on retrouve sans surprise les équipes attendues avec l’Espagne qui devance assez nettement le Brésil, la France et l’Allemagne, qui se tiennent dans un mouchoir de poche. Encore jamais parvenus à dépasser le stade des quarts de finale dans l’histoire, les sélections africaines se retrouvent en seconde partie de tableau. Le Sénégal (18e) est considéré comme la meilleure chance africaine juste devant le Maroc (19e). Suivent le Nigeria (22e), la Tunisie (24e) puis l’Egypte (26e).

L’Egypte prête à faire mentir les stats ?
Difficile toutefois de croire que ces prévisions vont se réaliser en Russie. En effet, pour fixer les chances de chaque sélection, le CIES a élaboré un indicateur discutable qui combine le pourcentage moyen des rencontres de championnat disputées depuis le 1er juillet 2017 par les 23 joueurs les plus utilisés par chaque sélection durant les qualifications avec le niveau sportif moyen de leur club employeur.

Or, ce n’est pas parce qu’une sélection compte les joueurs qui jouent le plus et dans les plus grands clubs qu’elle va forcément briller, même si cela aide. D’autres facteurs comme la cohésion du groupe influent également. Sans oublier le degré de difficulté des poules qui va attendre chaque sélection en Russie. Tombée dans un groupe A abordable avec le pays-hôte, l’Uruguay et l’Arabie Saoudite, l’Egypte dispose ainsi de véritables chances de qualification malgré sa dernière place africaine dans cette étude. Rendez-vous dans un peu plus de deux mois pour comparer ces projections avec la réalité des résultats sportifs !

Afrik-foot.com

Le président de la République Macky Sall est le parrain de la 8ème édition de la Caravane de la paix et du développement en Casamance, prévue du 3 au 7 mai prochain. Le champion de lutte, Balla Gaye, qui a fait l’annonce avant-hier, veut contribuer au retour d’une paix définitive, en misant sur la production agricole et la promotion de l’entreprenariat des jeunes et des femmes.

D’après lui, le Chef de l’Etat l’a toujours accompagné dans ses projets, raison pour laquelle il lui fait honneur cette année. « Je remercie le président de la République Macky Sall, car c’est grâce à lui que tout ceci est possible. Il nous a toujours accompagné et soutenu dans ce travail. Cette caravane n’a rien à avoir avec la campagne électorale. J’ai longtemps travaillé pour la paix en Casamance », a-t-il expliqué d’emblée. Par ailleurs, après 7 éditions, l’équipe technique de Balla Gaye 2 est convaincue que pour apporter une solution durable au conflit, il faut résoudre deux équations que sont la reconstruction de la Casamance naturelle composée des régions administratives (Kolda, Ziguinchor et de Sédhiou) et l’offre d’activités saines et productrices de revenus pour les jeunes mais aussi les femmes.

D’après Moustapha Goudiaby chargé de communication de Balla Gaye 2, l’Etat du Sénégal a toujours entrepris des mesures d’ordre économique et social pour créer les conditions d’une paix définitive et durable en Casamance. La preuve, le pôle régional de la Casamance va faire des trois régions administratives un espace économiquement, socialement et culturellement viable. « Cette notion de pôle régional est aujourd’hui l’un des piliers de l’Acte 3 de la décentralisation qui constitue un des référentiels stratégiques phare que le gouvernement du Sénégal est en train de mettre en œuvre », a-t-il fait savoir.

La Casamance regorge, poursuit-il, d’autres potentialités à savoir l’agriculture, l’élevage, le tourisme, l’artisanat, le petit commerce, entre autres. « Ce secteur offre des opportunités intéressantes au plan national et international. Mais il se trouve qu’ils sont confrontés à plusieurs contraintes notamment le faible taux d’investissement, la faible capacité d’accès au marché porteur, les difficultés de commercialisation des produits alimentaires, s’y ajoute l’enclavement des zones de productions ». Toutefois, souligne M. Goudiaby, la région bénéficie aujourd’hui d’un environnement institutionnel favorable grâce, entre autres, à l’intervention de plusieurs projets et programmes de l’Etat.

C’est dans ce contexte d’ailleurs que Balla Gaye 2 a lancé, depuis 2015, le projet de développement d’unité de valorisation des produits agricoles dans le pôle régional de la Casamance pour participer à l’émancipation économique de la région, seul gage pour une paix durable. Les principales activités du projet vont contribuer à améliorer les sources de revenus et le niveau de vie des populations, et renforcer les capacités des bénéficiaires. Cela permettra aussi d’améliorer le cadre de vie des familles et le niveau d’éducation des enfants. Les groupes les plus vulnérables profiteront également de ce projet pour avoir une autonomie financière.

Absa NDONG

 

La 5ème édition du Tournoi international de judo de Mbour a vécu, ce samedi, avec les finales qui ont eu lieu au stade Caroline Faye. Ce, après les éliminatoires disputées dans la matinée au Coco Beach. Une manifestation qui a été l’occasion pour plaider, encore une fois, la construction d’infrastructures sportives dans le département. Du beau monde a répondu donc à l’appel du comité d’organisation dirigé par Atoumane Guéye dit Cobra.

Le Judo club moderne, avec Anna Siga Faye, vainqueur chez les -63 kg en dames et Bigué Ndiaye, dominatrice chez les -78 kg également chez les dames d’une part, et de l’autre, le Judo Club Casamance qui a également remporté deux titres (Astou Camara en 52 kg dames et Momath Camara en 73 kg hommes) ont réussi le doublé. Abo Landing Diatta de l’As Douanes, déjà vainqueur à Saint-Louis a honoré son rang, à Mbour, en s’imposant chez les -81 kg. Tout comme Abdoulaye Alassane Sy du Dojo Momar Dieng qui a aussi confirmé chez les -60 kg. De belles prestations pour rehausser le niveau de la manifestation qui avait pour parrain le directeur de cabinet du président de la République, Me El Hadj Oumar Youm, et comme marraine, Fatou Faty, administratrice de société et responsable politique à Mbour.

La tenue de cet événement international rappelle au monde sportif national que les plus grands noms de la discipline au Sénégal sont issus du département. Une situation qui contraste avec le manque d’infrastructure, en particulier une salle des sports pour accueillir ce tournoi annuel et bien d’autres disciplines martiales déplorée par le préfet du département, Saër Ndao. Lequel a exhorté les forces vives du département (autorités politiques et administratives, hommes et femmes d’affaires, bonnes volontés entre autres) à agir pour le bien-être du sport mbourois. Un appel qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisque le maire de Mbour, El Hadj Fallou Sylla, a indiqué que son institution est déjà à l’œuvre pour y remédier.

Il a ainsi annoncé la construction prochaine d’une salle des sports pour les budokas mbourois dans l’enceinte du stade. Ce, avec le concours de la coopération décentralisée et, en particulier, la ville de Limoges en France qui a promis d’appuyer la municipalité dans ce projet. « Nous avons 17 hectares disponibles et nous comptons y construire un dojo et un terrain de basket avec nos partenaires », a souligné le maire. De son côté, le directeur général de l’Agence de développement municipal a révélé que dans le cadre de l’identification des projets, son institution est en train de construire des infrastructures comme des arènes municipales à Fatick. Un programme qui pourra bientôt bénéficier à Mbour qui est un bastion des arts martiaux et, en particulier, du judo dont les plus illustres représentants viennent du département.

Ousseynou POUYE

Les lauréats
Dames / 48 kg : Ndeye Coumba Thiam (Pkn) ; -52 kg : Astou Camara (Jcc) ; -63 kg : Anna Siga Faye (Jcm) ; -78 kg : Bigué Ndiaye (Jcm) ; +78 kg : Oulimata Seck (Sde).
Hommes / -66 kg : Tidiane Sambou (Ess) ; -60 kg : Abdoulaye Alassane Sy (Dmd) ; -73 kg : Momath Camara (Jcc) ; -81 kg : Abo Landing Diatta (Asd).

 

Tenu en échec le week-end dernier lors de la 22e journée, le trio du sommet de la Ligue 2 fait du sur place. C’est d’abord le leader, As Pikine, qui a été neutralisé à domicile (2-2) par Keur Madior, le dimanche. Le lendemain, l’Us Gorée n’a pu saisir l’occasion pour réduire le gap qui le sépare du leader. Les Insulaires avaient, en effet, échoué (1-1) devant les Saint-Louisiens de Ndar Guedj qui se battent pour leur survie dans la Ligue 2. La veille, la Renaissance de Dakar qui complète le podium, avait aussi calé devant Africa Promo Foot (1-1).

Ainsi, à quatre journées de l’arrivée, seule l’As Pikine est pratiquement assurée de retrouver l’élite l’année prochaine. L’autre ticket de la montée se joue entre l’Us Gorée, actuelle dauphine des Pikinois et la Renaissance de Dakar. Au bas du tableau, la lutte s’annonce âpre entre l’Etics, premier non relégable, Ndar Guedj, avant dernier et Cayor Foot, la lanterne rouge. Entre l’Etics et Cayor foot, il n’y a que trois points de différence. Autant donc s’attendre à une lutte à distance entre ces trois équipes, en mauvaise posture au fond de la classe.

Ainsi, au programme de la 23e journée cet après-midi, c’est le choc au sommet entre la Renaissance de Dakar et l’Us Gorée qui sera la principale attraction. Un choc qui devrait profiter au leader qui accueille à Alassane Djigo, le Dakar université club (Duc). Des étudiants de l’Ucad qui n’ont pas encore dit leur dernier mot dans la course à la montée. Un autre choc qui passionne, en perspective.

Programme
de la 23e journée
Cet après-midi
Stade Massène Sène : Ej Fatick – Africa Promo Foot (17h). Alassane Djigo : As Pikine – Duc (17 h). A Mboro : Etics – Port (17 h). A Caroline Faye : Keur Madior – Yeggo (15h30)
A Mawade Wade : Ndar Guedj – Jamono Fatick (17 h). A Amadou Barry : Ol Ngor – Cayor Foot (15h) ; Renaissance Dk – Us Gorée (17 h)

A. SAMBOU

 

En match avancé, la Sonacos a enfoncé, hier, le Guédiawaye Fc Pro (2-1) au stade Lamine Guèye de Kaolack. Un précieux succès des Huiliers qui se relancent dans la course au titre, après leur faux pas lors de la précédente journée à Deni Biram Ndao (0-1) contre Génération Foot. Avec ce précieux succès, l’équipe du Baol renforce sa place de dauphin, à deux points du Diaraf, le leader qui sera aujourd’hui sous forte pression au stade Alboury Ndiaye de Louga qui sera l’un des points d’attraction du public sportif, cet après-midi.

Le Ndiambour, l’une des équipes les plus redoutées à domicile cette année y attend le Diaraf. Sur ses huit succès de la saison, six sont acquis sur sa pelouse. Mieux, encore indomptés à domicile, les Lougatois sont sur une dynamique de succès depuis deux journées. Le Diaraf est donc averti. Le leader qui est aussi sur une bonne dynamique peut ainsi s’attendre à un après-midi mouvementé. A l’aller, les deux équipes se sont neutralisées (2-2) à Dakar lors de la 9e journée.

A Léopold Sédar Senghor, Niary Tally, pas encore à l’abri, aura aussi l’opportunité d’assurer devant l’Us Ouakam, la lanterne rouge déjà larguée. A … 21 points de retard de Dakar Sacré Cœur, le premier non relégable, les Ouakamois n’ont aucune chance de survie dans l’élite. Les Douaniers déjà assurés de leur maintien et qui se battent pour intégrer le podium, ont aussi l’opportunité de réaliser cette ambition en recevant Diambars, le troisième relégable en difficulté. Ce n’est pas le cas pour Teungueth Fc, assuré de garder sa place dans l’élite et qui ira défier Mbour PC sur sa pelouse du stade Caroline Faye.

Un déplacement pas aussi redouté, au regard des performances en dents de scie des Mbourois à domicile. Leurs voisins du Stade de Mbour seront en danger face au Casa Sports, leur hôte ayant retrouvé son réalisme à domicile se bat pour terminer la saison à une place honorable. En perte de vitesse dans la course au titre, le Casa Sports n’est pas sous pression. Contrairement aux Mbourois pas totalement à l’abri.

PROGRAMME
Cet après-midi
A Léopold S Senghor, 16 h : Us Ouakam (15e, 3 pts) – Ngb Niary Tally (11e, 26 pts) ; 18 h : As Douanes (4e, 35 pts) – Diambars (13e, 20 pts) ; A Alboury Ndiaye, 17 h : Ndiambour (7e, 31 pts) – Diaraf (1er, 44 pts) ; A Caroline Faye, 17h30 : Mbour PC (9e, 29 pts) – Teungueth Fc (5e, 34 pts) ; A Aline Sitoé Diatta, 17 h : Casa Sports (8e, 29 pts) – Stade de Mbour (10e, 28 pts) ; Dakar SC – Génération Foot, remis à une date ultérieure, Linguère exemptée.

Ansoumana SAMBOU

 

AFP : Liverpool, large vainqueur 5-2 à l’aller, s’est qualifié pour la finale de la Ligue des champions en dépit de sa défaite 4 à 2 face à l’AS Rome, mercredi soir, au Stadio Olympico de Rome, et affrontera le Real Madrid le 26 mai à Kiev. Liverpool a ouvert le score par Mané (9e) avant l’égalisation de la Roma grâce à un but de Milner contre son camp (15e). Wijnaldum (25e) a redonné l’avantage aux Reds, avant que Dzeko (52e) ne donne l’avantage aux Romains pour la première fois. Nainggolan a marqué les deux derniers buts (86e, 90e+4 s.p.) dans une folle ambiance, mais il était déjà trop tard.

Sadio Mané entre dans l’histoire

En attendant de disputer la finale de la Ligue des champions, le 26 mai prochain à Kiev, en Ukraine, Sadio Mané est entré dans l’histoire du football sénégalais. L’enfant de Bambaly est non seulement l’un des principaux acteurs de la brillante qualification de Liverpool en finale, mais il est le premier Sénégalais à atteindre cette finale dont tout footballeur rêve de disputer. Déjà auteur d’un des 5 buts lors du festival offensif (5-2) de la manche aller il y a une semaine à Anfield, Sadio Mané a consolidé hier l’avantage des Reds à Rome, en ouvrant le score.

A son arrivée sur le banc des Reds, le technicien allemand, Jurgen Klopp en provenance de Dortmund, en a fait l’une de ses priorités. L’histoire lui donnera raison. Lors de sa première saison à Liverpool, il a fini meilleur buteur du club la saison dernière avec 13 buts. Avec la complicité de Mohamed Salah qui a d’abord échoué à Chelsea, et le Brésilien Firmino, l’enfant de Bambaly compose un trio d’enfer pour les défenses adverses des Reds. Ses 9 buts en Ligue des champions ont largement contribué à la qualification de Liverpool en finale. Coiffé au poteau par Salah, son complice égyptien en attaque, dans la course du dernier Ballon d’Or africain, Sadio Mané n’est cependant pas abattu sur le plan mental. Au contraire !

A 26 ans depuis le 10 avril dernier, le numéro 10 des Lions a encore du chemin. La finale du 26 mai prochain, le leader moral des Lions du Sénégal préfère ne pas y penser pour l’instant. Encore moins du redoutable adversaire, le Real de Madrid, double tenant du titre et détenteur du record de titres avec douze sacres. Mais qu’à cela ne tienne ! Sadio Mané ne semble pas inquiété outre mesure, par l’impressionnante carte de visite des Merengue. Car « pour être champion, il faut battre le champion », dit-il. Le défi est lancé à Ronaldo et sa bande, le 26 mai prochain à Kiev en Ukraine.

Ansoumana SAMBOU

 

Les cinq équipes africaines qualifiées pour la Coupe du monde de la Fifa, Russie 2018, à savoir l’Egypte, le Maroc, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie, recevront chacune une avance de 2 millions de dollars de la Fifa pour leurs préparatifs du Mondial, selon un communiqué reçu de l’instance continentale. D’après la Caf, cette décision fait suite aux négociations engagées par le président de la Caf, Ahmad, avec l’administration de la Fifa, qui ont abouti à l’accord exceptionnel conclu le 12 avril 2018. « Il fait suite à une décision du Comité d’urgence de la Caf tenue le 1er décembre 2017 et ratifiée par le Comité exécutif de la Caf le 10 janvier 2018, de fournir un soutien financier exceptionnel aux cinq représentants africains pour leur préparation de la Coupe du monde ». Cet accord, de l’avis du président de la Caf, Ahmad, vise à permettre aux équipes d’avoir une préparation harmonieuse et de régler à l’avance la question des bonus dus aux joueurs, afin d’éviter la reconduction de conflits internes qui avaient gravement affecté l’image du football africain, avec un impact non négligeable sur les performances des équipes.

Par ailleurs, et suite à la réunion de son comité exécutif le 10 janvier dernier à Casablanca, la Caf a décidé d’octroyer à chaque association membre du matériel de haute technologie qui lui permettra de suivre la performance de ses athlètes. L’objectif de cette dotation, selon le communiqué, c’est de protéger les joueurs, améliorer leurs performances, réduire les blessures, diminuer les cas d’arrêts cardiaques soudains et de réduire également les risques de décès dans l’ensemble du continent.

Ainsi, chaque association membre va recevoir 50 kits comprenant 25 dispositifs de forme physique, 25 moniteurs de fréquence cardiaque, trois batteries, 50 gilets, un sac de transport, une antenne pour les données en direct et un ordinateur portable spécifique pouvant être utilisé par plus d’une équipe au même moment. « Par cette décision, la Caf devient ainsi la première confédération continentale à doter ses membres des dernières technologies afin de protéger ses talents », note le communiqué. Il faut souligner que cet appareil a son importance puisqu’il mesure la performance physique des joueurs qui le portent sur leur poitrine afin de collecter des données qui sont synchronisées à la fin d’un match sur un ordinateur portable ou un appareil mobile.

C. F. KEITA

 

Le Grand Prix dédié à la Première Dame, Marième Faye Sall, épouse du Chef de l’Etat, a vécu, dimanche dernier, à l’hippodrome « Djibril Diouf » (ex Wattel) de Louga. Organisé sous la houlette du comité régional de Louga avec à sa tête Iba Colle Bao par ailleurs vice-président du CNG natif de ladite ville. La marraine était représentée par une délégation conduite par le gouverneur de la région, Alioune Badara Mbengue, accompagné de plusieurs autres personnalités parmi lesquelles le directeur des Impôts, Mamadou Mamoune Diallo qui a offert un étalon au Crg de Louga pour améliorer la race chevaline. Le directeur de l’Elevage, Dr Amadou Bassirou Fall, représentait Mme le Ministre Aminata Mbengue Ndiaye.

Soixante-deux chevaux ont pris part à ce 12e rendez-vous de la saison avec en attraction le duel des poulains de 2 ans. Mais au bout du compte, c’est « Taif », une propriété de Papis Niang dont l’écurie est basée à Sangalkam qui a enlevé la palme devant « Amadou Houla » d’Oumar Bao Jr. Ils ont franchi la ligne d’arrivée presque ensemble. C’est le gouverneur de la région qui a remis au jeune jockey Gorgui Diop, l’enveloppe de 2.500.000 FCfa au nom de la Première Dame sous les applaudissements de l’assistance ; la 3e place est revenue à « Mantoulaye » et la 4e à Adja Khady Diop. Notons que ces jeunes chevaux on évolué sur 1650m.

La course du Groupe 1 a été remportée par « La Medina » de Cherif Bibo Sy (fils de Elh Malick Sy souris). Il était drivé par Sidy Sow devant « Darou Khoudoss ». Le galop du Groupe 2 a été à l’avantage de « Dardass » monté par Ngagne Dieng appartenant à Abdou Khadre Mbaye. « Diane » qui était pourtant le premier favori ne se classera que 6e sur les 11 partants alors qu’il avait l’intention d’inscrire sa 9e victoire. Chez les poulains de 3 ans, c’est « Machallah » qui a laminé ses adversaires, il appartient à Ndiambe Diéye, « Dalinkor » qui était sur la même position que « Diane » pour tenter de signer sa 8e gloire, se contentera de la seconde place; c’est une propriété d’Iba Colle Bao pilotéé par Moussa Diene. Le galop du groupe 3 a vu la victoire de « Niody » d’Oumar Bao Jr drivé par Elie Diop.

Résultats techniques
Poulains de 3 ans : 1er Machallah, 2e Dalinkoor, 3e General Bara, 4e Darou Sam
Groupe 3 : 1er Niody, 2e Fatima, 3e Arif, 4e Momar
Poulains de 2 ans (GP) : 1er Taif, 2e Amidou Oulah, 3e Mantoulaye, 4e Adja Khady Diop
Groupe 1 : 1er La Medina, 2e Darou Khoudoss, 3e Douma Yen, 4e Very Good
Groupe 2 : 1er Dardass, 2e Nasroulahi, 3e Mr Diop, 4e Thioro

EL H Yamar DIOP

Les huit équipes qualifiées pour la deuxième phase des play-off sont désormais connues. En effet, après l’As Douanes, le Duc, l’Asfa, Saint-Louis Bc, l’Uso et l’Ugb, c’est au tour de Louga Bc et Saltigué de valider leurs tickets pour les play-offs. Les Lougatois ont pu garder leur quatrième place du groupe B, même après leur revers face à Sibac (44-42), avant-hier lors de la 13ème journée du championnat masculin. L’équipe de Saltigué, quant à elle, devait juste remporter son match contre l’Asfa pour aller au deuxième tour. Les Rufisquois ont relevé le défi en s’imposant à domicile face aux militaires (35-27).

Les équipes qualifiées en play-offs :
Poule A : As Douanes, Duc, Asfa, Saltigué
Poule B : Saint-Louis Bc, Uso, Ugb, Louga Bc

Absa NDONG

 

« L’Afrique à la Coupe du Monde », tel est le thème qui a réuni, vendredi dernier, les acteurs et passionnés du football, à l’initiative de la journaliste du quotidien Stades, Anta Faye Diop. L’ancien international Yatma Diop et le directeur exécutif de la Ligue sénégalaise de football professionnel, Amsata Fall, croient aux chances du Sénégal dans la poule H. Mais, préviennent-ils, attention aux adversaires des «Lions» qui disposent eux aussi de solides atouts.

L’équipe nationale de football du Sénégal, au vu de la qualité de son effectif, a les moyens d’aller loin dans la Coupe du monde. C’est, en tout cas, la conviction de Yatma Diop qui a pris part, vendredi, au débat sur « l’Afrique et la Coupe du Monde », organisé par la journaliste Anta Faye Diop du quotidien sportif «Stades». L’ancien international de football a cependant attiré l’attention sur la nécessité de prendre très au sérieux les adversaires de poule des «Lions», notamment la Pologne et « la Colombie qui a battu la France, il n’y a pas longtemps ». Selon le directeur exécutif de la Ligue de football professionnel (Lsp), Amsata Fall, le Sénégal a certes une équipe compétitive mais n’est pas pour autant favori dans sa poule. Et pour cause, « nous n’en sommes qu’à notre deuxième participation ». Pendant ce temps, la Pologne en sera à sa 8e et le Japon et la Colombie en seront chacune à leur 6e participation. « Nous devons pouvoir nous en sortir, mais en même temps, chaque équipe de notre poule a les moyens de tirer son épingle du jeu », a poursuivi l’ancien directeur technique national.

Lors de ce débat, les intervenants sont revenus sur les raisons pour lesquelles les équipes africaines qualifiées au Mondial n’arrivent jamais à franchir le cap des quarts de finales. Pour Amsata Fall, cette situation se justifie en partie par plusieurs facteurs ; « Les problèmes de primes de matches gangrènent régulièrement les performances de nos joueurs », a-t-il expliqué, citant les exemples du Zaïre en 1974, du Cameroun en 2002 et du Togo en 2006. Outre les raisons extra sportives, le directeur exécutif de la Lsfp a pointé du doigt « le manque d’homogénéité » des effectifs des équipes africaines composées de « joueurs de seconde zone » ou peu compétitifs.

Un des parrains de l’évènement, l’ambassadeur du Cameroun au Sénégal, Jean Koe Ntonga a dit son espoir de voir les «Lions» du Sénégal réussir une excellente prestation à la Coupe du monde. « Les moyens financiers adéquats débloqués par l’Etat du Sénégal, les matches préparatoires des «Lions» de la Téranga, la qualité des joueurs…, toutes ces données justifient amplement nos espoirs et nous amènent à croire que le Sénégal, bien plus qu’en 2002, atteindra les demi-finales et pourrait pourquoi pas jouer la finale », a encore ajouté le diplomate camerounais.
L’organisatrice de ce dîner-débat sur « l’Afrique et la Coupe du Monde », Anta Faye Diop, a exprimé sa gratitude à l’ambassadeur camerounais ainsi qu’aux anciens internationaux qui ont rehaussé la cérémonie de leur présence.

Diégane SARR

 

En match comptant pour la 23e journée, le Diaraf a battu, avant hier, le Casa Sports (2-1) au stade Léopold Sédar Senghor. Mi-temps : 1-1. Albert L Diène (25e) et Daouda Guèye Diémé (57e) pour le Diaraf, Alaje Jawara (31e) pour le Casa Sports sont les buteurs du match. Avertissements : Babacar Seck (69e) Alioune Badara Tendeng (90e +4) ; Léopold G A Badji (15e), Alaje Jawara (38e) Malick Fall (50e), Cheikh A. B. Thioub (90e) et Mady Faty (90e+4) du Casa

Sports. Arbitres : Ibrahima Niang, assisté par Mamadou M Gaye et Abdoul Aziz Mbodj, tous de la Cra de Kaolack.
Diaraf : Pape Seydou Ndiaye - Momo Cissé, Youssou Diagne, Matar Kanté, Babacar Seck – El H Madiké Kane, Alioune Badara Tendeng- Albert L. Diène (Assane Mbodj, 70e), Daouda Guèye Diémé (cap), Pape Youssou Paye (Demba Sy Sow, 86e), Ousseynou Guèye (El H Abdou Karim Samb, 75e). Coach : Malick Daf

Casa Sports : Cheikh A B Thioub (cap) – Khalifa A Dieng, Ousmane Diouf, Léopold G A Badji, Alaje Jawara – Malick Fall (Abdou Seydi, 71e), Faustin Senghor, Abdou Karim Sané (Moustapha Traoré, 87e) - Aliou Diatta (Moussa Marone, 81e), Adama Danfa, Madi Fatty. Coach : Athanase Tendeng

Le nombreux public qui a assisté, lundi, au choc de la 23e journée ne s’est pas ennuyé. Comme prévu, le Diaraf et le Casa Sports ont livré un match tendu sur la pelouse du stade Léopold Sédar Senghor. Avec la complicité d’un vent très fort, les locaux ont d’entrée pris des initiatives en tentant d’assiéger leurs visiteurs. Une option qui finira par être récompensée après vingt minutes de résistance des Sudistes. Bien introduit à l’entrée de la surface de réparation des Ziguinchorois, Albert Louis Diène ne se fait pas prier pour battre Khadim Thioub, le gardien du Casa Sports, impuissant (25e). La réaction du Casa Sports ne tardera pas. Et c’est sur un coup franc excentré que le puissant défenseur latéral du Casa, Alaje Jawara, rétablit l’équilibre d’un puissant tir enveloppé au ras du montant droit des buts de Pape Seydou Ndiaye (31e).

La seconde période sera la copie de la première. Avec l’appui du vent, le Casa Sports tente, à son tour, d’acculer son hôte. En vain. Plus les minutes défilent, la bataille au milieu du terrain fait rage. Et c’est sur une bourde du gardien du Casa Sports que les Médinois ont arraché les 3 points du succès, grâce à Daouda Guèye Diémé (57e). Un précieux avantage vaillamment défendu par les Verts et Blancs qui réalisent ainsi une bonne option pour le titre.

Ansoumana SAMBOU

 

Le Real Madrid, double tenant du titre, s’est qualifié pour sa troisième finale consécutive de Ligue des champions en faisant match nul 2-2 avec le Bayern Munich en demi-finale retour (aller: 2-1), et affrontera le vainqueur de la rencontre As Rome-Liverpool le 26 mai à Kiev.

Mercredi, la Roma, battue 5-2 en Angleterre, accueillera Liverpool au Stadio Olympico en espérant remonter ses trois buts de retard comme elle l’avait fait au tour précédent face au Fc Barcelone (1-4, 3-0).
Les buts : Real Madrid: Benzema (11, 46); Bayern Munich: Kimmich (3), Rodriguez (63)
Aujourd’hui : (20h45, 18h45 Gmt): As Rome (Ita) - Liverpool (Ang) 2-5

AFP

 

La 17e édition du Tour cycliste international du Sénégal a connu son apothéose dimanche dernier, sur la corniche ouest, avec le circuit fermé (8e étape) qui a été remporté par l’Algérien du club de Sovac Natura4Ever, Islam Mansouri. Ce fut une édition très serrée puisque jusqu’à la dernière étape de dimanche, le Namibien du club allemand du Team Embrace The World, Dan Craven, n’était pas certain de remporter l’épreuve. Parce que tout simplement le maillot jaune qu’il était parvenu à arracher des épaules de l’autre Algérien de Sovac, en l’occurrence Youcef Reguigui, était toujours menacé.

Mais, en bon stratège, le Namibien finira par gagner cette 17e édition. Pourtant, au tout début de la course, c’est-à-dire à partir de la 2e étape Thiès-Saint Louis, Youcef Reguigui avait annoncé la couleur en enfilant le maillot jaune à l’arrivée dans la capitale du Nord. La première étape (Dakar-Thiès), rappelons-le, avait été annulée en raison de l’absence du médecin qui devait accompagner la caravane, mais aussi des deux ambulances qui devaient faire partie de cette caravane. Mais tout compte fait, les choses sont rentrées dans l’ordre, puisque tout le peloton avait rallié la Somone pour y passer la nuit afin d’aborder le lendemain la 2e étape Thiès-Saint Louis.

C’est à partir de la capitale du rail (Thiès) que Youcef Reguigui avait aligné trois victoires d’étapes (Saint-Louis, Pire et Thiès) qui lui ont permis de garder le maillot jaune. Pendant ce temps, le Namibien Dan Craven qui n’avait figuré ni dans le top 5 des classements d’étapes, ni dans celui du classement général, allait faire parler de lui par la suite. Et il choisira l’étape de Ndangane-Nguéniène pour exploser l’ordre établi par l’Algérien. Vainqueur d’étape à Nguéniène, il enfilera en même temps le maillot jaune, détrônant ainsi Youcef Reguigui. Et ce fut le chant du cygne pour le chef de file de Sovac Natura4Ever, qui ne parviendra plus à reprendre le précieux maillot. Fatigue causée par la débauche d’énergie ? Excès de confiance ?

Toujours est-il que Youcef aura tout fait pour revenir, mais en vain. Il reculera même dans le classement général lors de la 7e étape (avant-dernière) en occupant la 4e place à 13 secondes du leader, Dan Craven. Pour disparaître finalement des radars du podium à la dernière étape de Dakar (8e) où il s’est classé 16e au général. Mais il aura grandement contribué à animer la course avec ses trois victoires d’étapes successives; laissant des miettes à ses adversaires comme les Allemands du Team Embrace The World Junger Jan-Niklas et Dan Craven (vainqueurs respectifs des étapes 5 et 6), ou encore du Néerlandais Koop Jos (7e étape) et l’Algérien Islam Mansouri (8e étape).

Classement général

Pour le maillot jaune, la lutte a été âpre ente les coureurs qui étaient divisés en deux groupes. Un premier paquet constitué par Youcef Reguigui (Sovac Natura4Ever/Algérie), Koop Jos (Global Cycling Team/Pays-Bas) et Fiege Lorenz (Team Embrace The World/Allemagne) qui ont occupé les trois premières places lors des trois premières étapes disputées, avant que le Rwandais Bonaventure Uwizeyimana ne vienne s’intercaler dans la 4e étape en compagnie de Youcef et Koop. Le second paquet a terminé la course en occupant les trois premières places du général lors des étapes 6, 7 et 8. Il s’agit, dans l’ordre, de Dan Craven (Team Embrace The World/Allemagne), Hamza Abderrahmane Mehdi (Sovac Natura4Ever/Algérie) et Rick Nobel (Global Cycling Team/Pays-Bas). Dans ce classement général, les deux meilleurs Sénégalais Moussa Ndiaye et Bécaye Traoré ont terminé respectivement 27e et 28e.

Au niveau du classement général des jeunes (maillot blanc), c’est le Néerlandais Rick Nobel qui l’emporte devant les Algériens de Sovac Natura4Ever, Mohamed Bouzidi (2e) et Islam Mansouri (3e), alors que le Sénégalais Moussa Ndiaye se classait 8e sur 18 concurrents. Dans le classement général par points (maillot vert), Youcef Reguigui arrivait en tête, suivi de Koop Jos (2e) et Bonaventure Uwizeyimana (3e). Dans ce classement, Moussa Ndiaye sera encore le meilleur Sénégalais avec une 13e place sur 39. Enfin, Sovac Natura4Ever se classait comme la meilleure équipe, suivie de Team Embrace The World et le Rwanda ; le Sénégal, pour sa part, terminait à la 9e place sur 12 devant Vélo Sélect Apogée du Canada, le Gabon et le Bénin.    

Enfin, dans ce Tour 2018, cinq équipes ont été les moins en vue: la sélection Suisse Romande, Kenyan Riders, le Gabon, le Bénin et Vélo Sélect Apogée du Canada. La dernière nommée peut toutefois se consoler d’avoir un coureur classé 3e de l’étape. Il s’agit de William Goodfollow. Le coureur canadien du Vélo Sélect Apogée a, en effet, pu accrocher une 3e place d’étape (Ndangane-Nguéniène).

 

Le roi n’est pas mort. En déplacement hier en Allemagne, le Real Madrid, double tenant du titre, a battu le Bayern Munich (2 - 1) en demi-finale aller de la Ligue des champions de football. Pourtant, ce sont les Bavarois qui ont annoncé la couleur par Joshua Kimmich qui a ouvert le score pour le Bayern (28e), mais Marcelo, d'une frappe lointaine (44e), a rétabli l’équilibre avant la pause. Marco Asensio (57e) a donné l'avantage aux hommes de Zinedine Zidane, en bonne position avant de recevoir le match retour mardi prochain au stade Santiago-Bernabeu. En effet, les doubles tenants du titre ont pris une sérieuse option pour la finale de la Ligue des champions. Pour rappel, avant-hier, Liverpool a dominé à domicile (5-2) la Roma dans l’autre demi-finale. Ainsi, une finale Liverpool – Real Madrid se dessine.
Avec Afp

(APS) – L’ancien arbitre international, Youssou Ndiaye, qui a officié lors des Coupes du monde 1974 (Allemagne) et 1978 (Argentine) est décédé hier à Dakar, a appris l’Aps.
Géomètre de formation qui a pris sa retraite aux Impôts et Domaines, Ndiaye a plutôt consacré l’essentiel de sa carrière à servir l’arbitrage, a témoigné l’ancien arbitre international, Badara Mamaya Sène, par ailleurs président de l’Association nationale des arbitres de football du Sénégal (Anafs). « Son parcours dans l’arbitrage est exceptionnel, faire deux coupes du monde n’est pas donné à tout le monde », selon l’ancien vice-président de la Commission des arbitres de la Confédération africaine de football (Caf). « A ces deux coupes du monde, il faut ajouter huit Coupes d’Afrique des nations et plusieurs finales de coupes d’Afrique interclubs », a ajouté le président Sène indiquant que Youssou Ndiaye était le « modèle à suivre » pour les arbitres sénégalais et africains. « Il a fait plus qu’inspiré les arbitres sénégalais, il les a plutôt façonnés », a dit Badara Mamaya Sène qui rappelle que Ndiaye faisait partie du jury qui lui a permis d’intégrer le corps des arbitres. « C’était un grand Monsieur », a soufflé le président Badara Mamaya Sène.
Elu arbitre du cinquantenaire par l’Association nationale de la presse sportive (Anps) en 2000, Youssou Ndiaye se faisait remarquer par sa forte personnalité, a déclaré Mamadou Koumé, ancien président de l’Anps. « Il en imposait, c’était une véritable personnalité du football », a ajouté M. Koumé.

 

Sans surprise, Génération foot a remporté, hier, le dernier billet des quarts de finale de la Coupe du Sénégal. Face à la modeste équipe des Espoirs de Guédiawaye (Division régionale), les Académiciens de Deni Biram Ndao n’ont pas tremblé (2-0) en 8e de finale retard de la Coupe du Sénégal. Les champions du Sénégal en titre, récemment éliminés des Coupe de la Caf et de la Ligue des champions, rejoignent ainsi, l’As Douanes, Diamono Fatick, Renaissance, Niary Tally, Teungueth Fc et Kawral de Vélingara. Au programme des quarts de finale, le Diamono de Fatick (L2) défie en début d’après-midi (15 h), l’As Douanes (L1) sur la pelouse du stade Alassane Djigo de Pikine. Ensuite, la Renaissance, autre équipe de L2, fera face sur les mêmes lieux (17 h) à Niary Tally qui défend sa place en L1. Le troisième duel y opposera en début de soirée (19h), Teungueth Fc (L1) à Kawral de Vélingara. La Csad (Dr) ira défier les Grenats à Deni Biram Ndao, le 2 Mai prochain.  

Ansoumana SAMBOU   

 

Thiès : Décidément, les Algériens semblent avoir signé un accord avec cette 17e édition du Tour cycliste du Sénégal. La raison est bien simple, depuis le début de la course avec la longue étape Thiès-Saint Louis lundi dernier, ils n'ont plus lâché la première place des courses d'étapes et du classement général. Cette performance porte la marque d'un coureur qui s'appelle Youcef Reguigui. Le sociétaire de l'équipe de Sovac Natura4Ever s'est signalé, hier encore, sur le circuit fermé de Nguinth, à Thiès.

Pour une course en boucle de 108km, celui qui détient le maillot jaune jusqu'ici a terminé encore premier avec un temps de 2 h 41'10. Et à l'image des étapes précédentes, celle d'hier s'est aussi terminée par une arrivée groupée. Mais, 13 secondes de bonification, il a devancé ses plus proches adversaires au classement de l'étape. Toutefois, l'étape d'hier a donné une autre configuration à la course car les Burkinabé, jusqu'ici discrets, ont bien réagi pour arracher trois places (de 4e à 6e). Ce qui n'est pas rien pour une équipe qui était très éloignée du top 10 de cette course.

Par ailleurs, les Néerlandais et les Français sont toujours aux basques des Algériens puisque Global Cycling Team et Club de la Défense se sont classés respectivement 2e et 3e. Aujourd'hui, place à la 5e étape, la deuxième plus longue de ce Tour 2018 : Thiès-Ndangane (158,2km), avec trois sprints intermédiaires au menu des coureurs, fera baver encore les cyclistes, surtout si le soleil darde ses rayons. En attendant, Youcef Reguigui est toujours premier au classement général et garde le maillot jaune à l'issue de cette 4e étape. Il a même accentué son avance de 20 secondes d'écart sur les autres.

Les «lions» dans la mélée
Moussa Ndiaye arrache la 8e place
Dans cette 4e étape, c'est Moussa Ndiaye qui a pris le relais de Bécaye Traoré dans la prestation des Sénégalais. En se classant 8e de la course d'hier, Moussa Ndiaye offrait ainsi le meilleur rang aux « Lions », alors que son capitaine Bécaye Traoré a occupé la 18e place, Elhadj Rawane Diallo


Michel Bationo, l'ardoisier du tour

«Le Tour de France m'a beaucoup
servi en expérience»

Il a connu le cyclisme sur le tard, mais son amour viscéral pour le vélo lui a fait découvrir beaucoup de choses dans les différents Tours auxquels il a pris part. Le Burkinabé Michel Bationo qui s'est familiarisé maintenant avec la famille du cyclisme africain en général et sénégalais, en particulier, maîtrise bien les rudiments de ce sport. « Tout est parti de l'époque où je voyais les gens qui passaient avec leur vélo, la tenue multicolore. Cela m'a impressionné car j'ai connu le vélo sur le tard, c'est-à-dire à 21 ans. Alors je me suis engagé dans l'encadrement technique. Et à l'issue des stages effectués, je me retrouve ardoisier dans les courses cyclistes », a indiqué Michel Bationo. Ardoisier au Tour de France de 2002 à 2006, Michel a servi aussi les Tours du Luxembourg, de Côte d'Ivoire, du Mali et du Burkina son pays, en plus d'un Critérium à Dijon. Mais, c'est à travers le Tour du Burkina que son destin pour le cyclisme va basculer. « Les Français m'ont vu au Tour du Burkina et ont été convaincus de mes prestations. Ils ont fait appel à moi pour être l'ardoisier du Tour de France que j'ai exercé pendant cinq ans. Ça a été une belle expérience pour moi car j'estime que celui qui a l'opportunité d'être au cœur du Tour de France apprend beaucoup de choses », a estimé celui qui semble avoir signé un solide pacte avec le Tour du Sénégal. « Maintenant, ça fait six ans que je suis dans le Tour du Sénégal. Mais j'ai gardé de très bons souvenirs du Tour de France où j'ai acquis de l'expérience que j'apporte au Tour du Sénégal. Je me suis réjoui chaque fois que je suis au Sénégal, parce que j'apporte toujours un plus de mon expérience. Ce qui m'a toujours marqué dans ces Tours, c'est l'amabilité des coureurs, leur sourire et les blagues qu'ils te font. Je me souviens une année, Lance Amstrong qui était dans les échappées d'un Tour de France, m'a appelé en me disant, « Michel », alors j'étais surpris qu'il m'appelle par mon nom. Ensuite, Laurent Jalabert qui vient près de moi et me tapote en demandant qu'on change de rôle, lui et moi. Ce sont des anecdotes qui m'ont beaucoup marqué. Donc je suis très content du rôle que je joue dans les Tours cyclistes car l'ardoisier c'est celui qui peut donner des informations dont les coureurs ont besoin et qu'ils n'ont pas en temps réel. Ils sont contents d'être informés sur le déroulement de la course. Je me plais beaucoup dans ce rôle et je prie toujours que le Tour du Sénégal puisse continuer et que les sponsors puissent venir en nombre, parce que c'est une vitrine pour un pays. Aller à Saint-Louis, Thiès, Kaolack, Mbour permet de découvrir le pays et le mode de vie des gens », a déclaré Michel Bationo.

Youcef Réguigui, maillot jaune

«Notre force, c'est le travail
d'équipe»

Qu'est-ce qui fait gagner Youcef Reguigui ? A cette question, le coureur algérien qui détient le maillot jaune depuis la deuxième étape (la première n'ayant pas été disputée) de ce Tour 2018 répond aussitôt que c'est le travail d'équipe qui a donné ce résultat. « Notre succès, c'est le travail par équipe ; nous avons un groupe bien soudé », a-t-il dit d'emblée.

Hier, en remportant la 4e étape du circuit fermé de Nguinth, le fer de lance de l'équipe algérienne de Sovac Natura4Ever était resté très discret pendant la course, préférant rester dans le gros du peloton dans l'attente d'une opportunité. « C'était une journée spéciale pour moi car il y avait beaucoup de chaleur. Ce fut une journée très difficile. Mais on a contrôlé la course, on a laissé le joker partir en se disant qu'il y a des équipes qui viennent pour gagner les points chauds », a-t-il ajouté. Ainsi, le groupe algérien est resté au milieu du peloton avec leurs adversaires les plus dangereux que sont les Rwandais, Allemands, Hollandais et Français jusque dans les derniers 700 m. « On ne pouvait pas laisser la victoire nous filer ainsi entre les doigts et on a enclenché l'offensive dans les derniers 500 m grâce à un excellent travail d'équipe. On espère que pour la 5e étape, on va contrôler encore la course, mais on va prendre en compte aussi la présence des autres équipes. Notre stratégie est simple : il faut laisser les autres passer devant et ensuite faire la différence au sprint final. On laisse les coureurs qui ne sont pas dangereux pour le classement général partir et ensuite attendre le bon moment pour piquer le sprint final », a déclaré Youcef Reguigui. Mais il souligne que le Tour n'est pas encore fini, car il reste encore quatre étapes et avec la température actuelle, le leader du maillot jaune estime que ce sera dur pour tout le monde.


Osho Papoen, directeur sportif du bénin
«Nous préparons le Tour du Bénin»


Le Bénin est venu pour apprendre dans ce Tour du Sénégal, donc il ne faut pas s'attendre à des merveilles de sa part. Son directeur sportif, Osho Papoen qui s'exprimait juste avant le départ de la 4e étape du circuit fermé de Nguinth, a été clair sur la question. « Nous sommes venus avec une équipe jeune et c'est notre première participation à ce Tour. Mais c'est dur pour nous de bien figurer dans le classement car c'est une course en bordures avec beaucoup de vent et cela ne favorise pas nos coureurs », a déclaré Osho.

L'ambition en venant à Dakar n'était pas de gagner, mais d'être toujours dans le peloton. « C'était aussi de faire plaisir à notre président de fédération et également à notre sponsor qu'est la Béninoise qui a payé nos billets d'avion pour que nous puissions venir ici. Nous avons deux jeunes dans notre équipe et nous fondons beaucoup d'espoir sur eux. Mais nous allons nous améliorer au fur et à mesure des étapes car nous ne sommes pas venus ici pour gagner. Nous préparons le Tour du Bénin qui viendra juste après celui du Sénégal. « Avant de venir à Dakar, nous avons participé au Tour  du Togo d'où reviennent nos coureurs et cela les a fatigués un peu. L'essentiel, c'était de participer au Tour du Sénégal car après c'est le Tour du Bénin ; donc cette compétition nous servira de mise en jambes parfaite », a-t-il ajouté. Selon lui, les Algériens ont beaucoup impressionné, de même que les Rwandais, les Allemands et les Hollandais. « Je crois que le titre n'échappera pas à une de ces équipes », estime-t-il.

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA (textes) et Abdoulaye MBODJ (photos)

 

Et pourtant, il ne s'était point signalé dans les sprints intermédiaires qui avaient vu le Gabonais Léris Henne Moukagni, les Burkinabè Salifou Yarbanga et Salfo Bikienga s'imposer respectivement dans les trois sprints intermédiaires. Mais comme la course de la veille, celle d'hier s'était terminée aussi par une arrivée massive sur la ligne au milieu d'une foule de jeunes excités et très enthousiastes à la vue des coureurs. Avec le maire Serigne Mboup en tête, la ville de Pire a réservé un accueil coloré et très animé à la caravane des coureurs et des encadreurs, prouvant du coup son intérêt pour cette épreuve. En effet, à l'image de la 2e étape, la 3e aussi a enregistré une arrivée massive sur la ligne terminale ; et toujours avec les coureurs des mêmes équipes ou clubs de la veille. Un léger changement par contre car les Rwandais qui s'étaient classés 4e lundi, avec Munyaneza Didier, ont cette fois-ci pris la 3e place avec un nouveau coureur, Uwizeyimana Bonaventure. C'est dire que cette 3e étape a été âprement disputée si l'on se réfère au classement ; c'est-à-dire une arrivée groupée sous un soleil qui avait subitement dardé ses rayons. Au général également, c'est toujours le même groupe qui occupe les cinq premières places que la veille. Pour dire que cette course risque de se disputer entre eux seulement.


Classement de l'étape. Distance : 148,5km. Moyenne : 42,98km/h : 1er : Youcef Reguigui (Sovac Natura4Ever/Algérie) : 3h27'18 ; 2e : Koop Jos (Global Cycling Team/Pays-Bas) : Mt ; 3e : Uwizeyimana Bonaventure (Rwanda) : Mt ; 4e : Troude Mathieu (Club de la Défense/France) : Mt ; 5e : Fiege Lorenz (Team Embrace The World/Allemagne) : Mt

 

Classement général

Youcef Reguigui bien collé à son maillot

Un léger changement est survenu dans le quinté du maillot jaune puisque le Rwandais Munyaneza Didier qui occupait la 4e place lors de la course de lundi, se retrouve maintenant 5e, permutant ainsi avec le coureur du Club de la Défense, Clain Médéric qui prend la 4e. Les autres n'ont pas bougé. A l'issue de cette 3e étape, Youcef Reguigui a conservé ses deux maillots du classement général et du classement aux points ; idem pour Munyaneza Didier qui garde lui aussi le maillot blanc du meilleur jeune.

Maillot jaune : Distance : 330,3km. Moyenne : 40,146km/h 1er : Youcef Reguigui (Sovac Natura4Ever/Algérie) : 8h13'11 ; 2e : Koop Jos (Global Cycling Team/Pays-Bas) : 8h13'25 ; 3e : Fiege Lorens (Team Embrace The World/Allemagne) : 8h13'34 ; 4e : Clain Médéric (Club de la Défense/France) : 8h13'39 ; 5e : Munyaneza Didier (Rwanda) : 8h13'39

 



 

Les «lions» dans la mélée
bécaye traoré toujours scotché à sa 20ème place

 

Il avait pris la 20e place malgré sa chute de la veille (2e étape). Hier encore, il a occupé cette même place à l'issue de la 3e étape. Bécaye Traoré, le seul coureur performant de cette équipe sénégalaise, n'a malheureusement pas un coéquipier à même de lui venir en aide dans les échappées dans cette course. Toujours le seul à se battre contre la meute, alors que les autres sont loin, très loin de là où se jouent les titres et les accessits. A ce rythme, il ne sera pas près de remporter une place de choix dans cette 17e édition. Une situation qui se comprend parfaitement pour une équipe sénégalaise qui n'a bénéficié d'aucun soutien de qui que ce soit, et à qui on attend des résultats. Une situation que les coureurs ont toujours déplorée, mais qui n'a jamais eu un début de solution. Même si leurs doléances ne sont pas tombées dans les oreilles de sourds. Et c'est dommage pour le cyclisme sénégalais.


L'étape du jour (Circuit fermé de Nguinth à Thiès)

Comme l'année dernière, les coureurs vont à nouveau disputer le circuit fermé de Nguinth à Thiès aujourd'hui, pour boucler la 4e étape de ce Tour 2018. Un circuit de 108 km et que les coureurs vont parcourir en 10 tours de 10,8km. Pas aussi long que ça dans une épreuve qui comprend des coureurs de fond et des coureurs de vitesse. Et certains cyclistes du peloton adorent justement la seconde option qu'ils mettront à profit pour se distinguer. Mais attention aux surprises. A signaler que cette 4e étape comprend trois sprints intermédiaires : 3e passage sur la ligne de départ, 5e passage sur la ligne de départ et 7e passage sur la ligne de départ.

Hervé Pascal Eric, directeur sportif
de vélo select apogee du Canada

«L'objectif, c'est de préparer
les championnats du Canada»


« Ce Tour est une belle aventure pour nous, une expérience aussi de plus ; c'est également la découverte du cyclisme africain. En venant ici, nous espérons gagner une ou deux étapes. Au début de cette compétition, nous avons eu un peu de difficulté car nous sortons de l'hiver chez nous et pour beaucoup de coureurs, c'est leur première course. Vous savez, au Canada, l'hiver est long. Donc les coureurs ont été surpris par le changement de température ici. Ils ont été surpris aussi par la vivacité des coureurs africains. Il y a de très bons coureurs ici et ça roulait très vite ; il y a une belle moyenne avec le vent, les bordures. Donc ils ont été surpris et à la fin, ils étaient un peu fatigués parce qu'ils n'avaient pas encore fait 180 km dans l'année. Mais je pense que ça va leur faire du bien car ce sont des jeunes. L'objectif, c'est de préparer le championnat du Canada fin juin ainsi que les grandes courses internationales en juin et juillet aux Etats-Unis. Donc c'est une bonne préparation pour la saison à venir. On a encore subi lors de la 2e étape, mais à partir de la 3e, je pense que ça va aller mieux. J'ai vu le champion du Sénégal, Bécaye Traoré qui est un bon coureur, mais aussi de bonnes équipes comme l'Algérie que je connais et qui fait le circuit professionnel. Il y a également le Burkina. A partir de la 3e étape, les étapes seront plus courtes comme aux Etats-Unis et au Canada où il y a de petits circuits. Et là, on sera plus à l'aise sur les petites distances. Les coureurs vont retrouver leurs marques ».*

 

 Mokhtar Yassine, adjoint au directeur sportif de Sovac

«Garder toujours le maillot jaune»


« Notre objectif, c'est toujours garder le maillot jaune que nous avons remporté l'année dernière. Nous sommes là pour gagner, pas pour autre chose. Cette année, Sovac Algérie a fait une fusion avec l'équipe belge de Natura4Ever et maintenant, il y a des coureurs algériens et belges. La mayonnaise a bien pris car avec cette équipe, nous avons fait le Tour du Gabon, de la Tunisie et du Maroc. Nous avons eu de bons résultats puisque nous avons remporté le Tour de Tunisie.

Mais dans ce Tour du Sénégal, il faudra se méfier des Rwandais qui sont d'excellents coureurs, ainsi que l'équipe allemande. Il y a toujours des imprévus dans une compétition cycliste, donc il faudra surveiller tout le monde. Mais nous sommes très motivés pour cette 17e édition ».

 

Serigne Mboup, maire de pire
«pour la pérennisation du tour»

 

 

« D'abord une grande fierté pour la population et moi-même de voir ma ville choisie comme troisième étape. Vous avez vu la mobilisation exceptionnelle, avec les jeunes élèves des écoles qui sont tous présents ici. Vous savez, le sport est un outil de promotion humaine, d'éducation, vecteur de communion et un bâtisseur de synergie entre les différentes composantes d'une même ville. Je félicite donc Michel Thioub qui a décidé de faire la promotion de tous les terroirs. Je pense que le Tour du Sénégal est un exemple d'unité et de communion nationale. Nous sommes des sportifs et nous croyons beaucoup à l'éducation et à la formation, et nous admirons vraiment le courage et la témérité de Michel Thioub et de son équipe qui, contre vents et marées, se sont donné les moyens de lancer le Tour du Sénégal. Quand on voit l'histoire du Sénégal, avec le cyclisme, on se dit quelque part qu'on a laissé passer les autres. Et je suis fier de voir que Michel Thioub a cette grosse ambition. C'est pourquoi je me mobilise personnellement pour que ce Tour puisse être pérennisé ».  

Les joueurs du Real Madrid se réjouissent d'affronter le Bayern en demi-finale de Ligue des champions et ne vont certainement pas "faire dans leur froc" à cause de la pression, a assuré leur entraîneur Zinédine Zidane, mardi. De son côté, son homologue munichois Jupp Heynckes, qui a déjà remporté la Ligue des champions avec le Real Madrid (1998) et le Bayern Munich (2013), a affirmé avoir "un bon pressentiment" avant la première manche de ce combat de géants.

 

Liverpool marche comme un Egyptien: les "Reds" ont fait un grand pas vers la finale de la Ligue des champions en s'imposant (5-2) face à la Roma grâce à deux buts et deux passes de Mo Salah, mardi en demi-finale aller. L'incroyable "Pharaon" a encore fait chanter Anfield. Deux éclairs de génie en première période ont fait basculer le match, deux passes bien senties contre son ancienne équipe en seconde période ont mis Liverpool en bonne position pour aller vers sa première finale en C1 depuis 2007. Mais sera-ce suffisant après les deux buts encaissés en toute fin de match ? Liverpool avait le match en main, menant 5 à 0, avant de prendre deux buts dans les dix dernières minutes. Cuits en fin de rencontre, les "Reds" ont redonné des espoirs de "remontada" à une As Rome qui avait déjà joué un bien mauvais tour au Barça en quart de finale. A Anfield, Jürgen Klopp avait évidemment choisi d'aligner son trio offensif magique avec Salah, Sadio Mané et Roberto Firmino. Le "Fab Three" totalisait 83 buts avant la rencontre, il ira à Rome avec 88 réalisations dans la musette. La Louve a réussi à faire déjouer Liverpool pendant une demi-heure, puis a craqué dans les grandes largeurs... avant de se reprendre en toute fin de match. Et puis, les "Reds", poussés par Anfield, ont repris pied, et Salah a fait tomber la foudre pour la 42e et 43e fois de la saison. Un doublé de Firmino et un but de Sadio Mané ont renforcé l’avantage des "Reds" dans la course au titre européen. Reste qu'on ne vend pas la peau de la Louve avant de l'avoir tuée. Et qu'à force de ralentir et de se croire en finale, Liverpool a laissé revenir la Roma.
Avec Afp

 

La Russie est prête pour l’organisation de son Mondial. Face à la presse l’ambassadeur de Russie au Sénégal, Sergey Kryukov, a rassuré hier sur le dispositif mis en place dans son pays pour garantir une bonne organisation de la Coupe du Monde 2018. Sur le plan des infrastructures, 12 stades répartis sur 11 villes seront disponibles pour accueillir les différents matches prévus à l’occasion de ce tournoi.

La Russie s’apprête à accueillir les 32 équipes qualifiées à la Coupe du Monde 2018 ainsi que leurs délégations respectives. Hier, l’Ambassade de la Russie à Dakar a organisé une réception au profit des acteurs du football sénégalais y compris la presse sportive afin de présenter le dispositif que le pays hôte a mis en place pour permettre un bon déroulement de la compétition et un bon séjour des différentes délégations.  L’ambassadeur Sergey Kryukov a, d’emblée, rassuré sur la capacité de son pays à être à la hauteur des attentes. Il a, en effet, souligné que la Russie a une forte expérience en matière d’organisation de compétitions internationales citant en exemple la finale de la Ligue des Champions en 2008, le championnat du monde de Natation 2015 et les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi 2015. Il par ailleurs soutenu qu’au plan sportif, 12 stades ont été choisis pour accueillir les différents matches. Parmi ces infrastructures sportives, 9 ont été nouvellement construites ; tandis que 3 stades ont fait l’objet d’une rénovation. Selon le diplomate, la Russie est aussi un pays de football et c’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles, elle a été choisie pour abriter la Coupe du Monde, devenant ainsi le « premier pays de l’Europe de l’Est retenu pour organiser ce tournoi ». Sergey Kryukov est revenu sur la forte passion footballistique qui anime ses compatriotes. Il a laissé entendre que sur les 147 millions de citoyens russes, la moitié est composée de férus du ballon rond et de pratiquants. L’ambassadeur russe pense qu’au vu du dispositif en place, le Mondial russe est parti pour être une belle réussite. Il n’a pas manqué de souhaiter une belle participation pour l’équipe du Sénégal dont il ne veut toutefois pas que la Russie croise. Tout le contraire du ministre des Sports Matar Bâ qui prie pour une finale entre le Sénégal et la Russie. Il a magnifié le geste de l’ambassadeur russe qui, à l’en croire, participera à assurer un bon séjour à la délégation du Sénégal. Il a saisi l’occasion pour magnifier à nouveau l’excellent travail qui a été abattu pour permettre aux Lions du Sénégal de se qualifier. Matar Bâ a assuré que les efforts seront poursuivis sans relâche pour permettre au Sénégal de faire une bonne participation en terre russe. Et au-delà de l’aspect sportif, il sera question, selon lui, de vendre la destination Sénégal tout au long de la compétition. Matar Ba a d’ailleurs indiqué que la mission de prospection partira bientôt en Russie en vue d’établir un village Sénégal. Le ministre a enfin affirmé que la délégation sénégalaise se conformera aux lois et règlements en vigueur en Russie.

Diégane SARR

 

En match  comptant pour la 22e journée de la Ligue 1, Teungeuth Fc a battu Génération foot sur le score de 2 buts à zéro. Mi-temps : 0-0. Buts : Aboubakrine Sall (71ème mn) et Alassane Diouf (86ème mn). Avertissements : Pape M Sarr (22emn). Arbitres : Idrissa Konaté assisté de Moustapha Fall et de Badara Ba, tous les trois de la Cra de Thiès.
Les équipes: Tfc : Moussa Sarr(G), Aboubakrine Sall(Cap), Pape Sassy Diallo, Mody Traoré, Mamadou El F Barry, Elh M Baldé, Mohamed Talla Ndong, Auguste Malo (Malickou Ndoye 88ième mn), Ambroises B Mendy (Ibrahima Mané 66ième mn), Alassane Diouf, Malick Sambou (Mor Mberry Diouck 75ième mn). Entraîneur : Souleymane Diallo.
Génération Foot : Cherif Guèye(G), Amdy Konaté (Cap), Pape M Sarr (Oumar Ngalla Sambou 83ième mn), Ababacar Lo, Abdourakhmane Ndiaye, Amadou B Guèye (Baba Diop 79ième mn), Makhtar Ndiaye, Cheikh T Sabalay, Papa Nd Yade, Issa Diouf, Jean L B Diouf. Entraîneur : Balla Djiba.

Teungeuth Fc a récolté une victoire précieuse aux dépens de Génération foot, prenant du coup une bonne option dans la course vers le titre. Pourtant, rien au cours de la première période ne pouvait laisser présager d’une telle issue. Pour la simple raison que la partie a été bien équilibrée même si des temps forts ont été notés des deux côtés, où chacune des deux équipes a vainement cherché la faille à exploiter pour espérer scorer.
C’est dans ce tempo que les deux formations ont regagné les vestiaires. A la reprise, les joueurs de Génération foot ont tenté de mettre la pression sur les Rufisquois qui, après avoir passé un moment à se défendre, ont inversé la tendance en multipliant les offensives vers les buts gardés par Moussa Sarr.  A la 71e minute, les Rufisquois bénéficient d’un coup franc. C’est le capitaine, Aboubakrine Sall qui, bien inspiré, a réussi à tromper et le mur et le portier de Génération si surpris qu’il est resté figé au moment où le ballon se logea dans sa cage. Les tribunes explosent et les Rufisquois retrouvent la confiance et un moral d’acier. Ils améliorent leur jeu, prennent complètement le contrôle de la partie et s’emploient à rendre davantage difficile la tâche à Génération foot dont la défense a fini par perdre ses repères. En effet, à la faveur d’une nouvelle offensive amorcée à la 83ème minute, un centre parti de la droite retrouve la tête d’Alassane Diouf qui dévie, de manière très intelligente, le ballon dans les filets de Génération foot. Se sentant complètement à l’abri d’une égalisation de l’adversaire, Tfc renforce le milieu et maintient la cadence. Le score reste inchangé jusqu’au coup de sifflet final.

Abdou DIOP

 

Somone : On n’avait pas fini d’épiloguer sur le refus des coureurs sénégalais d’enfourcher leur vélo qu’un autre problème a surgi à quelques heures du départ. La première étape qui devait quitter Dakar pour rallier Thiès par Diamniadio, Sébikotane, Keur Moussa, Bayakh,  Notto, Mboro, Tivaouane et Thiès (143km) est annulée !  L’information avait aussitôt fait le tour des états-majors des différentes équipes qui se préparaient à prendre le départ. La raison : le médecin qui devait faire partie de la délégation était absent, alors que le départ était prévu à 9 heures précises. Deux heures de temps après cette attente, le président du jury des commissaires, le Français Max Michaud, d’un commun accord avec le délégué technique de l’Uci, Laurent Bezault, et le directeur du Tour Michel Thioub, a dû se résoudre d’annoncer la nouvelle (voir explications, ailleurs). Ce n’était vraiment pas bien partie pour les organisateurs et la douzaine d’équipes engagées dans cette 17e édition du Tour international du Sénégal. Et, c’est la mort dans l’âme que le directeur du Tour, Michel Thioub,  donna l’ordre à toute la caravane de rallier la Somone pour y passer la nuit. Et ce matin, quand tout rentrera dans l’ordre, la 2e étape Thiès - Saint-Louis va s’ébranler pour disputer la compétition. Une étape longue de 181 km que l’Algérien, Islam Mansouri, avait remportée l’année dernière, ouvrant la voie au succès des Fennecs de l’équipe de Sovac.

Max Michaud, president du jury«Ç’aurait été une grandeimprudence de ma part…»

Accroché avant le départ pour la Somone, le président du jury des commissaires, Max Michaud, a donné les raisons de l’annulation de la première étape d’hier. « Les raisons sont évidemment très simples, et il y en a plusieurs, mais la plus importante, c’est que les conditions de sécurité n’étaient pas du tout assurées puisque manquait à l’appel le médecin de la course. Ça, c’est le point numéro un. Le second point, c’est qu’il n’y avait pas deux ambulances dans l’épreuve comme le stipule le règlement international. Donc il était inconcevable de laisser partir plus de 70 coureurs sans un médecin et sans deux ambulances. C’aurait été une grande imprudence de ma part. Une autre raison, c’est que le départ était prévu à 9 h et qu’il était midi moins le quart quand nous avons pris cette décision de bien vouloir attendre le médecin. Ce dernier est finalement arrivé, mais trop tardivement. Mais il n’y avait pas que ça, il manquait les voitures de directeurs sportifs. A mon avis, tout rentrera dans l’ordre afin qu’on puisse attaquer la deuxième étape. Il n’y a pas de conséquences pour les coureurs, ils étaient venus pour gagner une étape. Mais il n’y aura pas d’impact sur les autres étapes », a indiqué Michaud.


Islam Mansouri, Algérie «Nous sommes venuspour gagner à nouveau»

Il avait été le principal artisan de la victoire finale de son équipe lors de l’édition 2017, en remportant plusieurs étapes et au finish, le maillot jaune du Tour. Le voilà qui revient cette année, animé par la même intention. Remporter à nouveau le Tour cycliste international du Sénégal. Islam Mansouri, le chef de file de l’équipe Sovac Natural4Ever, qui reconnaît qu’il y a des adversaires de tailles cette année, estime toutefois que son équipe a les capacités de remporter ce Tour 2018. Cependant, il a tenu à exprimer sa déception par rapport à l’annulation de la première étape. « Je suis effectivement très déçu de voir cette première étape annulée, parce qu’on avait bien préparé cette entrée en matière. L’année dernière, l’organisation était parfaite, mais cette année, ça commence mal », a-t-il déclaré, d’emblée. Avec l’espoir que tout va rentrer dans l’ordre, Islam Mansouri souligne également que cette annulation de la première étape risque de perturber leurs plans d’attaque. « L’année dernière, j’avais remporté le maillot jaune. Cette année encore, on est venu pour gagner le Tour. C’est vrai qu’il y a des adversaires de taille pour cette année, mais on va se battre encore pour remporter le Tour. On va attendre de voir de quoi sont capables nos adversaires pour se faire une idée de leurs capacités. L’année dernière, j’ai gagné Thiès - Saint-Louis, et je compte rééditer. On a un peu remanié l’équipe car celle de l’année dernière était plus jeune », a-t-il souligné.

Becaye Traore, Senegal
«Nous attendons que les promesses se tiennent»

Le capitaine des Lions du cyclisme était très remonté contre ses dirigeants. Non seulement lui et ses camarades étaient confrontés à un problème de préparation et de moyens, mais voilà qu’est venu se mêler l’annulation de cette première étape. Hier, il a fallu de dures négociations entre eux, les dirigeants du Tour et un partenaire de l’organisation. Finalement, un compromis avait été trouvé au grand soulagement des fans de l’équipe nationale du Sénégal. Car ils voyaient mal le Sénégal organiser un Tour cycliste chez lui sans ses coureurs, comme ce fut le cas du Gabon, il y a deux ans. Finalement, tout est rentré dans l’ordre grâce à l’intervention d’un sponsor partenaire (sponsor leader). N’empêche, la menace est toujours brandie comme une épée de Damoclès, car les coureurs attendent de voir la concrétisation des promesses faites pour remonter sur leur vélo. Et le capitaine de l’équipe nationale a été on ne peut plus clair. « La fédération ne nous considère même pas. Parce que comment peut-on organiser un Tour du Sénégal sans mettre ses coureurs dans les conditions de performance ? C’est impensable. Nous n’avons pas eu de préparation et on veut que nous gagnions, c’est impossible. Les autres sont plus prêts que nous donc nous ne pouvons pas gagner contre eux. Nous avons simplement fait les Tours du Mali et de la Mauritanie, sans plus. Mais ce n’était pas relevé comme nous le souhaitions. Nous ne connaissons pas le ministère des Sports, même si c’est l’Etat qui doit nous préparer. Nous avons plutôt affaire avec la fédération car c’est notre interlocuteur direct. Malheureusement, rien n’est fait de ce côté-là. Donc avec les conditions actuelles, nous ne pouvons rien espérer dans ce Tour. En somme,  nous sommes un peu découragés, nous ne sommes pas motivés », a indiqué Bécaye Traoré. A son avis, c’est une équipe sénégalaise remaniée qui participe, cette année, au Tour cycliste, mais le plus grave, à son avis, c’est que beaucoup d’entre ceux qui étaient là, l’année dernière, ont arrêté à cause des problèmes de préparation. « Nous n’avons pas eu de regroupement, ni de préparation. Nous avons passé la nuit chez nous à la veille de la course. En tout cas, une chose est claire, si on ne nous donne pas nos primes, nous ne participerons pas à la course. Les dirigeants ont promis de régler le problème, maintenant nous attendons. Si le problème est réglé, nous participerons, sinon nous rangeons nos vélos. Ils nous ont promis mais moi je ne crois plus aux promesses car elles n’ont jamais été tenues », a-t-il martelé.

 

L’étape du jour Thiès-Saint Louis (181km)
La bataille fera rage derrière les Algériens de Sovac Natura4Ever. Finalement, 12 clubs et équipes nationales vont participer officiellement à ce Tour 2018. Car la Rdc et la Gambie n’ont pu faire le déplacement. Mais, ce Tour 2018 sera très disputée si l’on se réfère à la qualité des participants. Les Hollandais de Global Cycling Team, les Allemands d’Embrace The World Team, les Français du Club de la Défense, les Rwandais qui reviennent très forts, de même que les Burkinabés habitués des grands Tours, les inconnus de Kenyan Riders ainsi que les Canadiens de Vélo Select Apogée et les Suisses de la sélection Romande qui vont découvrir le Tour du Sénégal. Toute cette belle brochette d’équipes rompues aux grands Tours s’élancera dès ce matin pour disputer la première vraie étape, après l’annulation de Dakar-Thiès. Mais une chose est sure, tous seront là pour une seule cible : arracher le titre à l’équipe algérienne de Sovac Natura4Ever. Belles perspectives en somme sur les routes du Tour. A commencer par cette plus longue étape entre Thiès et Saint-Louis qui devrait déterminer l’état de forme des uns et des autres. Une étape qui comptera trois sprints intermédiaires à l’entrée de Mékhé, à l’entrée de Kébémer et au stade Alboury Ndiaye de Louga. Tout un combat pour la victoire d’étape qui devrait dessiner les contours de cette journée de course.

De nos envoyés spéciaux : Cheikh Fantamady KEITA (textes) et Abdoulaye MBODJI (photos)

Ils avaient presque tout raflé au général l’année dernière avec à la clé la victoire finale du Tour 2017; classements par étapes, par équipes, des jeunes et même en individuel où à part la première et la cinquième étape, tout leur était revenu. Le Vélo Club Sovac d’Algérie avec sa quintette de coureurs chevronnés, Mohamed Bouzidi, Islam Mansouri, Oussama Mansouri, Mohamed Amine Belabessi, Mokhtari Hichem avait fait de l’édition 2017 sa propre affaire en remportant six des huit étapes ; sauf la première et la troisième leur avaient échappées. Pour l’édition 2018 (17e), ils seront encore là, mais amoindris puisque de la fameuse équipe de 2017, seuls deux rescapés seront présents : Islam Mansouri et Mohamed Bouzidi.

Les deux fers de lance qui, à eux seuls, avaient gagné presque toutes les étapes vont donc mener la troupe vers une nouvelle conquête. Cette année, le sponsor Natura4ever est venu soutenir cette excellente formation, composée pour une moitié de coureurs algériens et, pour l’autre moitié, de coureurs européens. Avec la nouvelle équipe qui sera conduite par Mansouri et Bouzidi donc, les hommes de Sovac-Natura4ever espèrent bien réitérer la performance en 2018.
Actuellement en tête de l’Africa Tour, avec un total de 11 victoires en 2018, cette forte équipe sera au départ à Dakar dimanche prochain avec Islam Mansouri, le vainqueur de l’année dernière ; Youcef Reguigi, le champion d’Algérie qui a déjà remporté 7 courses Uci en 2018 ; Mohamed Bouzidi, vice-champion d’Afrique de sprint par équipes sur piste 2018 ; Florian Deriaux, 3ème du classement final du Tour des Zibans 2018 ; Abderrahmane Mehdi Hamza, vainqueur d’une étape au dernier Tour d’Algérie et Robin Stenuit, l’ancien coureur professionnel.

Coureurs engagés pour le Tour du Sénégal 2018 : Islam Mansouri, Youcef Reguigui, Mohamed Bouzidi, Florian Deriaux, Robin Stenuit, Abderrahmane Mehdi Hamza.

Cheikh Fantamady KEITA

Après Mbour PC, c’est au tour de Génération Foot d’échouer face à la Rs Berkane, hier, en barrages retour de la Coupe de Caf. Et pourtant, les Académiciens avaient affiché la ferme ambition de faire mieux que les Mbourois, malgré la « tentative de déstabilisation » dont ils se disent victimes sur place.

Génération Foot n’a pu réaliser son défi de confirmer sa bonne option au Maroc. A l’image des Mbourois de Mbour PC, les Académiciens ont encore laissé le dernier mot à la Renaissance sportive de Berkane, devenue le bourreau des clubs sénégalais cette année. Les Académiciens de Génération Foot ont perdu hier (0-2) devant les Marocains après avoir nourri l’espoir de confirmer leur bonne option de la manche aller (3-1) à domicile, le 7avril dernier. Mohamed Aziz a ouvert le score d’une tête plongeante sur coup-franc (34e) face à des Sénégalais ensuite réduits à dix après l’expulsion de Khadim Diaw (37e).

Les Marocains ont, par la suite, bénéficié d’un but contre son camp de son capitaine, Amadou Lamine Konté sur corner, en fin de match pour arracher la qualification (75e). Le club marocain a ainsi inversé la tendance grâce au but inscrit à l’extérieur par son attaquant Ayoub, il y a deux semaines au stade Léopold Sédar Senghor. Ils se qualifient donc pour la phase de groupes de la compétition. L’équipe de Génération Foot était reversée dans cette compétition après son échec aux portes de la phase de poules de la Ligue des champions.

Après avoir écarté les Egyptiens de Misr Al Makassa en préliminaires, les Académiciens sont tombés devant une équipe plus expérimentée, le Horoya Ac d’un certain Khadim Ndiaye, le gardien international des Lions. Les Grenats attendus cet après-midi à Dakar doivent désormais se concentrer sur le championnat local dans lequel ils sont relégués à la 3e place par le Diaraf et la Sonacos, après avoir longtemps dominé les débats. Toutefois, les champions en titre ont encore des matches retard.

Ansoumana SAMBOU 
(avec Afrik foot)

Les Résultats
CS la Mancha (Congo) 1-5 AS Vita (RDC) (0-1), USM Alger (ALG) 4-0 Plateau United (NIG) (1-2), El Masry (EGY) 2-1 Mounana (GAB) (1-1), CR Belouizdad (ALG) 0-0 ASEC Mimosas (CIV) (0-1), Raja Club Athletic (MAR) vs Zanaco (ZAM) (2-0) 3-0, CARA (Congo) vs Saint George (ETH) (0-1) 1-0 (5-3 tab), Akwa United (NIG) vs El Hilal (SOU) (0-2) 3-1, Supersport (AFS) vs Gor Mahia (KEN) (0—1) 2-1, Hilal Obied (SOU) vs UD Songo (MOZ) (1-3) 2-1, Enyimba (NIG) vs Bidvest (AFS) (1-1), Fosa Juniors (MAD) vs Aduana (GHA) (1-6), Wolaitta Dicha (ETH) vs Young Africans (TAN) (0-2) 1-0, RS Berkane (MAR) vs Generation Foot (SEN) (1-3) 2-0, Niefang (GEQ) vs Williamsville (CIV) (0-2) 0-0, Djoliba (MAL) vs MFM (NIG) (1-0) 0-0, Costa do Sol (MOZ) vs Rayon Sports (RWA) (0-3) 2-0


AVERTISSEMENT

La SSPP « Le Soleil » met en garde et interdit formellement aux responsables et gestionnaires de sites d’informations, établis au Sénégal ou ailleurs, de poster les articles publiés sur le portail Internet du « Soleil », à l’adresse www.lesoleil.sn. La SSPP « Le Soleil » ne tolérera aucune entorse à cette interdiction. Seule est permise la publication de liens directs pour rediriger l’internaute vers l’adresse www.lesoleil.sn

PARTENARIATS

Les gestionnaires de sites qui le souhaitent peuvent adresser une demande de partenariat avec la SSPP « Le Soleil » qui en définira les modalités et fixera les conditions d’utilisation des articles, photos, logos de son portail Internet. En cas de manquements, la SSPP « Le Soleil » se réserve le droit d’engager immédiatement des poursuites judiciaires envers les contrevenants, pour violation du respect des droits d’auteurs.